Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Actualité de la rechercheColloque International : Hemingwa...

Actualité de la recherche

Colloque International : Hemingway et L’Amérique du Sud : la fabrique transculturelle du vivant

Université du Mans, 23 et 24 novembre 2023
Aya Masmoudi

Entrées d’index

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Le colloque bilingue, intitulé « Hemingway et L’Amérique du Sud : la fabrique transculturelle du vivant », organisé par Rédouane Abouddahab, professeur en études nord-américaines, et Lucie Valverde, maîtresse de conférences en études sud-américaines, a constitué un événement marquant les 23 et 24 novembre 2023 dans la salle bleue de la Maison de Recherche des Sciences Humaines de l’Université du Mans. Au croisement des disciplines, cette manifestation scientifique a été conçue pour explorer un aspect peu connu en France, délaissé aux États-Unis, mais célébré en Amérique latine, surtout à Cuba : la transculturalité entre Hemingway et le sous-continent américain. Cette thématique captivante révèle les intrications profondes entre la vie et l’œuvre de l’écrivain et les multiples influences culturelles issues du continent américain, mettant en lumière l’importance de Cuba en tant que creuset de convergences et de divergences artistiques et littéraires.

2Cette rencontre a offert une plateforme unique pour examiner les interactions complexes entre Ernest Hemingway et les cultures vivantes de l’Amérique du Sud. Durant ces deux journées de colloque, les participants ont partagé leurs réflexions et analyses approfondies, jetant ainsi une lumière nouvelle sur les influences réciproques entre les œuvres d’Hemingway et le riche tissu culturel de l’Amérique latine. À travers ce compte rendu, nous nous attacherons à explorer les dimensions fascinantes de la fabrique transculturelle du vivant émergeant de ces échanges stimulants.

Jeudi 23 novembre 2023

Conférence inaugurale - Rédouane Abouddahab (Université du Mans) : « Hemingway : transculturalité et désir transidentitaire »

3Lors de sa conférence inaugurale, Rédouane Abouddahab a tracé une vue d’ensemble de l’écriture et de l’expérience transculturelle d’Hemingway, en insistant sur la dimension novatrice de cette piste de recherche, dont ce colloque constitue une étape majeure. Il a particulièrement mis en avant la relation particulière qu’Hemingway entretenait avec l’Amérique latine, et surtout avec Cuba où il a passé les vingt dernières années de sa vie, non pas comme un expatrié, mais comme un « Cubain parmi les Cubains ». Abouddahab souligne qu’il ne s’agit pas là d’une posture condescendante, mais de l’inscription réelle de ce que l’œuvre, dans son ensemble, met en scène comme quête du « je » authentique, distinct de l’identité façonnée par identifications successives dans l’enfance. Le rapport d’Hemingway avec l’Amérique latine, entendu dans une double dynamique centrifuge et centripète, éclaire en soi la notion évanescente de « transculturalité ». Abouddahab la saisit dans cette manière bien hémingwayienne d’incarner le cosmopolitisme moderniste en tâchant de se situer, comme sujet et comme écrivain, au-delà des frontières du moi, lequel moi – site de l’identité – se constitue par l’établissement de frontières psychiques, à l’inverse du mouvement de l’écriture créative chez Hemingway, qui est psychiquement structurante et recréative.

4En citant des œuvres telles que Îles à la dérive et Le Vieil homme et la mer, Abouddahab a mis en exergue la géographie composée de protagonistes dont la vision du monde est foncièrement transidentitaire et réceptive de l’altérité culturelle, géologique et naturelle des Caraïbes. L’œuvre, dans son ensemble, est la réinvention par l’écriture de la vie transculturelle d’Hemingway, chez qui la dynamique de l’acculturation et de l’appropriation culturelle constitue un élément central bien que non étudié. Cette vision de soi dans le monde est d’autant plus authentique que le métier d’écrivain implique chez Hemingway la libération de ses voix intimes ainsi que l’émancipation des influences socio-familiales. Et c’est en Espagne, en Afrique de l’Est et surtout à Cuba, que Hemingway a trouvé les voies adéquates pour laisser se dire son désir authentique, notamment son lien intime avec la mort, culturellement reconnu et pris en charge par l’ordre symboliques dans ces sociétés. Pour lui, l’altérité n’était pas une barrière, ni un simple objet de curiosité, mais une opportunité véritable et constante de découvrir et laisser s’épanouir ses propres vérités de sujet.

Session 1

Benaouda Lebdai (Université du Mans), « Ernest Hemingway : de l’Afrique à Cuba, un itinéraire de vie ? »

5Dans le cadre de sa communication, Benaouda Lebdai a examiné l’évolution des expériences de vie d’Ernest Hemingway, depuis son passage en Afrique dans les années 1930, notamment au Kenya et près du Kilimandjaro, jusqu’à son installation à Cuba. Pour Lebdai, le choix d’Hemingway de s’établir à Cuba n’était pas fortuit, compte tenu des racines africaines profondes de la population cubaine. L’analyse a porté sur sa relation avec Fidel Castro et son évolution politique, philosophique et écologique. Une attention particulière a été accordée à sa perspective, en tant qu’Américain, vis-à-vis des groupes dominés. L’étude de Lebdai s’est appuyée principalement sur les œuvres d’Hemingway liées à l’Afrique, telles que Les Vertes collines d’Afrique, Chasses en Afrique et « Les neiges du Kilimandjaro », qu’il contraste avec son roman « cubain » Le Vieil homme et la mer, où l’on saisit une maturation significative quant au rapport à la nature. Selon Lebdai, l’utilisation des théories critiques postcoloniales pourront enrichir le lecture d’Hemingway, d’autant que cette approche est souvent négligée dans les études consacrées à son œuvre.

Abdourrahmane Diouf (Université du Mans), « Transcending Cultural Boundaries Through Shared Symbols in Hemingway’s The Old Man and The Sea »

6Abdourrahmane Diouf s’est concentré sur l’impact transculturel du court roman d’Hemingway Le Vieil homme et la mer, mettant en lumière la manière avec laquelle Hemingway explore des thèmes universels, tels que la résilience et la persévérance par le truchement d’éléments culturels sud-américains. Cette exploration profonde de la transculturalité d’Hemingway révèle non seulement une convergence de valeurs humaines profondes, mais offre également une perspective transculturelle éclairante sur la condition humaine, élargissant ainsi notre compréhension des récits littéraires qui défient les limitations culturelles pour refléter l’universalité de l’expérience humaine. En mettant en exergue ces éléments, Diouf a contribué de manière significative à la compréhension du rôle catalyseur d’Hemingway dans la promotion d’un dialogue transculturel au sein de la littérature américaine et mondiale.

Lucie Valverde (Université du Mans), « “Los pobres lo perdonan todo, menos el fracaso”. Une lecture transtextuelle de The Old Man and the Sea d’Ernest Hemingway et Un viejo que leía novelas de amor de Luis Sepúlveda »

7Lucie Valverde a examiné dans sa communication les similitudes entre les œuvres littéraires de l’écrivain chilien Luis Sepúlveda et Ernest Hemingway, malgré l’intervalle biographique important entre les deux auteurs, les contextes géographiques distincts et les styles littéraires variés. Bien que Sepúlveda n’ait pas explicitement cité Hemingway comme une source d’inspiration, Valverde suggère une influence indirecte, notamment à travers des engagements politiques similaires tels que la Révolution sandiniste. Les deux auteurs explorent la vie de protagonistes vieillissants, confrontés à des défis naturels dans des décors distincts : l’océan pour Hemingway et l’Amazonie pour Sepúlveda. Ces personnages partagent des traits tragiques communs, tels l’isolement et l’insuccès, tout en subissant des dangers naturels comparables. En somme, et comme le souligne Valverde, malgré leurs différences stylistiques et géographiques, les écrits de Sepúlveda et d’Hemingway convergent autour de thèmes similaires offrant une base solide pour une étude comparative.

Vendredi 24 novembre 2023

Session 2

Renée Clémentine Lucien (Sorbonne Université), « Ernest Hemingway à Cuba : entre le sculpteur Jose Villa Soberon et le romancier Leonardo Padura, patrimonialisation, iconicité et démystification »

8Renée Clémentine Lucien a exploré dans sa communication les deux décennies que Hemingway a passées à Cuba, en privilégiant des lieux situés près de La Havane, notamment Cojímar et la Finca Vigía où il résida jusqu’en 1960. Cette période a façonné une image complexe et parfois controversée du personnage, étroitement liée aux relations qu’il a établies avec les charmes de la nature, l’espace maritime, la culture et les habitants des endroits où il a vécu et voyagé. Lucien a mis en lumière la participation active du sculpteur José Villa Soberón et du romancier Leonardo Padura à la préservation du patrimoine Hemingway, en s’appropriant le récit construit autour de l’écrivain à Cuba. Cette appropriation vise à perpétuer le mythe et l’objet iconique qui ont émergé en cette période. Néanmoins, Lucien a souligné que la représentation d’Hemingway par chaque artiste ne témoigne pas des mêmes perceptions des liens existentiels et culturels entre cet auteur américain et Cuba. En particulier, l’acte d’iconisation est teinté de démystification dans le cas de Padura.

Rhida Trabelsi (Université de Tunis), « Ernest Hemingway et Paul Bowles : interculturalités & translinguisme »

9L’analyse comparative, telle qu’entreprise par Rhida Trabelsi entre les méthodes d’écriture de Paul Bowles et d’Hemingway, a révélé deux approches distinctes de la transculturalité. Tandis que Bowles se concentre sur une représentation fidèle de la culture marocaine, mettant en avant ses particularités avec une précision minutieuse, Hemingway, de son côté, adopte une fusion interculturelle. Cette dernière se manifeste à travers le mélange audacieux de langues et de cultures, notamment l’espagnol et le cubain, comme brillamment illustré dans son œuvre majeure, The Old Man and the Sea. En somme, Trabelsi déduit que Bowles privilégie une approche détaillée et immersive dans la culture locale alors qu’Hemingway opte pour une exploration dynamique et intégrative, amalgamant des éléments de différentes cultures pour créer un tissu narratif riche et interconnecté. Ces divergences soulignent la diversité des stratégies artistiques adoptées par ces écrivains, offrant des perspectives nuancées sur la manière dont ils appréhendent et traduisent la transculturalité dans leur œuvre littéraire.

André-Alain Morello (Université de Toulon), « Îles à la dérive, un texte écopoétique et géopolitique »

10André-Alain Morello a mis en lumière des enjeux souvent négligés par les commentateurs dans le roman posthume d’Hemingway Îles à la dérive. Pour Morello, ce roman fusionne habilement une dimension écologique profonde avec l’engagement d’Hemingway pendant la Seconde Guerre mondiale. Le récit dépeint une symbiose entre le monde naturel et les réalités guerrières, et une immersion détaillée dans la faune, la flore et les éléments naturels. Derrière le protagoniste Thomas Hudson, se révèle un Hemingway féru d’ornithologie et d’ichtyologie. De plus, le roman aborde la géopolitique des Caraïbes pendant la guerre, mettant en lumière le rôle de Cuba et les spéculations sur les activités allemandes dans la région. Morello a souligné que la représentation d’Hudson évoquait une sorte de Don Quichotte des Caraïbes, offrant ainsi une perspective unique sur l’engagement moins connu d’Hemingway dans ce contexte géo-historique.

Marie Julie (Université de La Réunion), « Ernest Hemingway : une littérature relationnelle, hybride et transculturelle »

11Dans sa communication, Marie Julie a éclairé les concepts d’hybridité et de transculturalité dans la production littéraire d’Hemingway. En se basant sur plusieurs œuvres, Julie a souligné la manière dont Hemingway, notamment pendant son séjour à Cuba, adopte et intègre des éléments culturels locaux dans sa prose, faisant de l’île un élément central de sa démarche transculturelle. La communication explore la nature de l’écriture hybride et multiculturelle de l’écrivain, suggérant une intimité profonde entre Hemingway et la culture cubaine. De manière innovante, cette analyse est enrichie par un récit fictionnel, intégrant un entretien entre Hemingway, Santiago (protagoniste du Vieil homme et la mer) et une narratrice, offrant ainsi une perspective performative sur les thèmes étudiés.

Session 3

Maëla Pelletier (Université du Mans), « La philosophie du divertissement comme ouverture transculturelle chez Hemingway : expérience collective et appréhension de l’Autre dans la fuite du temps »

12Maëla Pelletier a examiné dans son intervention l’importance du divertissement dans les œuvres d’Hemingway, en utilisant une perspective pascalienne, et a mis en avant son rôle central dans le développement émotionnel des personnages et son caractère transculturel. Son analyse a mis en relief l’utilisation par Hemingway du divertissement comme moyen d’exploration de la diversité humaine et culturelle, par le moyen de divers espaces sociaux fictionnalisés, comme les bars et les restaurants, offrant une possibilité d’émancipation de la pesanteur de l’aliénation identitaire. De plus, elle a montré comment le divertissement facilite la communication entre les personnages, illustrant leur désir d’altérité. La présence significative de l’alcool dans l’œuvre d’Hemingway est également explorée comme un moyen d’expression culturelle. En conclusion, pour Pelletier, le divertissement sert de mécanisme de libération et de compréhension des différentes cultures dans l’œuvre d’Hemingway.

Rose Borel (Université de Bordeaux Montaigne), « Les jeux dans l’œuvre sud-américaine d’Hemingway : pratiques et métaphores »

13Dans sa présentation, Rose Borel a analysé la manière dont Hemingway aborde et dépeint les jeux de hasard dans ses écrits se déroulant en Amérique du Sud, en s’appuyant sur l’étude réalisée par Roger Caillois en 1948, sur les jeux dans cette partie du monde. Elle repère plusieurs figures emblématiques d’Hemingway, notamment dans « The Nun, the Gambler, and the Radio » et The Old Man and the Sea, qui reflètent cette dimension culturelle sud-américaine. Borel a mis en évidence l’emploi symbolique des jeux de hasard, les considérant davantage comme des expressions morales et philosophiques que comme de simples indications culturelles. Elle a scruté l’ambiguïté des jeux dans l’univers d’Hemingway, alternant entre valorisation pour leur contexte culturel et critique pour leurs implications éthiques, comme la tromperie ou les dégâts psychologiques et sociaux qu’ils peuvent engendrer. Enfin, Borel a évoqué la nécessité d’une exploration approfondie de cette dualité des jeux dans l’œuvre d’Hemingway, couvrant une gamme variée de jeux, de l’incertain à la compétition et à l’imitation.

Selma Laayouni (Université du Mans), « Chasing Papa’s Ghost in Cuba: The Gothic Heritage of Ernest Hemingway »

14Dans sa communication, Salma Laayouni a évoqué Ernest Hemingway en tant qu’écrivain moderniste reconnu pour son style épuré et ses thématiques existentialistes. Néanmoins, derrière la renommée de ses œuvres se dessine un lien discret mais captivant avec la tradition littéraire gothique. Selon Laayouni, si Hemingway n’est pas traditionnellement identifié comme un auteur gothique, une analyse approfondie de ses textes révèle une dimension plus sombre et la présence subtile d’éléments gothiques ou plus largement fantastiques. Le décès d’Hemingway en 1961, qui a mis fin à une vie riche en aventures, a ouvert la voie à des récits légendaires de manifestations surnaturelles, avec l’esprit d’Hemingway qui semble hanter les rues animées et les bars de La Havane. La découverte de ses œuvres et l’exploration de sa vie mettent en lumière des nuances fantastiques, présentes autant dans sa création littéraire que dans sa vie personnelle et sa fin tragique. Laayouni cherche ainsi à décortiquer les aspects gothiques présents dans l’œuvre d’Hemingway, soulignant les éléments d’obscurité, de tensions psychologiques et d’imagerie grotesque. Elle vise également à démontrer comment ces éléments influencent sa vie, notamment sa perception intime de la mort, et comment sa demeure à Key West, Finca Vigia, et La Bodeguita del Medio sont imprégnées de son aura mystique.

Conclusion

15Les communications du colloque « Hemingway et L’Amérique du Sud : la fabrique transculturelle du vivant » ont permis une immersion profonde dans l’univers complexe d’Ernest Hemingway. Ces sessions ont efficacement mis en lumière l’impact durable qu’il a laissé pendant plusieurs générations, tout en soulignant son engagement authentique dans et pour une pluralité de cultures et de milieux sociaux.

16Les échanges animés, les débats passionnés et les discussions érudites qui ont marqué cet événement ont ouvert des perspectives inédites sur Hemingway en tant qu’écrivain transculturel. Les chercheurs et les participants ont été conviés à un voyage intellectuel, où chaque intervention a contribué à brosser un tableau complexe et nuancé de son impact monumental sur le paysage littéraire mondial. En fin de compte, le colloque a non seulement renforcé l’importance de l’héritage d’Hemingway mais a également offert une reconnaissance renouvelée de sa pertinence et de sa résonance continues dans la littérature contemporaine et au-delà.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aya Masmoudi, « Colloque International : Hemingway et L’Amérique du Sud : la fabrique transculturelle du vivant »Transatlantica [En ligne], 1 | 2024, mis en ligne le 01 juin 2024, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/22627 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11x2n

Haut de page

Auteur

Aya Masmoudi

Université du Mans, 3L.AM

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search