Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1RecensionsJohn Steinbeck, Romans

Recensions

John Steinbeck, Romans

Véronique Béghain
Référence(s) :

John Steinbeck, Romans, Marie-Christine Lemardeley-Cunci (dir.), avec la collaboration de Jakuta Alikavazovic, Marc Amfreville, Alice Béja et Nathalie Cochoy, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2023, 1614 p., ISBN : 978-2-07-292978-6, 72 €.

Texte intégral

1Lorsque John Steinbeck (1902-1968) reçoit le prix Nobel de littérature, en 1962, l’essentiel de sa carrière est derrière lui. Il a alors publié une petite vingtaine de romans et recueils de nouvelles, cinq récits ou reportages, trois pièces de théâtre. La même année, il publie Travels with Charley. In Search of America [Mon caniche, l’Amérique et moi, trad. Monique Thies, 1962 ; Voyage avec Charley, 1995], récit de voyage dont on peut regretter l’absence dans le volume récemment paru dans la « Bibliothèque de la Pléiade » consacré à Steinbeck. Si le choix fait par les éditeurs de retenir exclusivement des romans de Steinbeck explique cette lacune, il n’en demeure pas moins que ce travelogue encore très populaire aux États-Unis (ce fut son dernier succès commercial) aurait pu utilement compléter le panorama offert au public français par les éditions Gallimard pour aborder cet écrivain, notamment parce qu’il témoigne d’une forme de prescience (sur un sujet comme les déchets, à titre d’exemple) et pour ce qu’il nous montre, en dehors du portrait qu’il dresse de l’Amérique des années 1960, de la plasticité formelle de l’œuvre de Steinbeck, sur laquelle on aura l’occasion de revenir.

2Le volume coordonné par Marie-Christine Lemardeley-Cunci, qui en signe l’introduction générale, comprend ainsi, dans leur traduction française, les deux romans les plus célèbres de Steinbeck, Of Mice and Men (1937) et The Grapes of Wrath (1939), lauréat du prix Pulitzer et du National Book Award, ainsi que In Dubious Battle (1936), qui complète sa « trilogie du travail », et East of Eden (1952). Contrairement à leur fort louable habitude, les éditions Gallimard ont choisi, pour ce volume de la « Bibliothèque de la Pléiade », de ne pas faire retraduire l’ensemble du corpus présenté et reprennent pour cette édition trois traductions anciennes, révisées cependant. Les traductions de Edmond Michel-Tyl (En un combat douteux, 1940), Maurice-Edgar Coindreau (Des souris et des hommes, 1939) et Jean-Claude Bonnardot (À l’est d’Éden, 1954) ont ainsi été révisées toutes les trois par Marc Amfreville, tandis que Les Raisins de la colère est présenté dans la traduction de Charles Recoursé, précédemment parue dans la collection « Du monde entier » (2022), chez Gallimard également. L’édition de « La Bibliothèque de la Pléiade » reprend, du reste, opportunément un long passage extrait de la préface à sa traduction parue en 2022. Les préfaces de traducteurs n’étant pas si courantes, alors qu’elles peuvent témoigner, comme c’est le cas ici, de la méticulosité, de la riche pensée réflexive, des scrupules auxquels nous devons de lire de bonnes traductions, on en citera quelques lignes propres à mettre en lumière l’intéressante stratégie composite choisie par Charles Recoursé pour rendre la langue des paysans du roman :

Affubler ces personnages d’un seul et même accent d’une de nos régions aurait, bien sûr, été une erreur. […] J’ai donc convoqué plusieurs vieux Bretons, paysans ou mécaniciens, pour qui le français n’était pas toujours la langue maternelle. J’ai tâché de reproduire certains de leurs tics, leur manière abrupte de terminer les phrases, des phrases où manquaient parfois des mots, ce qui ne les empêchait pas d’être expressives et compréhensibles. De manière à ne pas trop “typer” en ce sens les personnages, j’ai aussi recouru à des formules du sud de la France, de Camargue précisément. À tout cela j’ai ajouté des tournures classiques du français “incorrect”, en visant toujours un effet d’étrangeté semblable à celui que produit la langue des personnages de ce livre. Enfin, j’ai fait appel à Giono qui, lui aussi, mettait en scène des taiseux aux phrases lapidaires. (1554)

3Grâce aux appareils critiques accompagnant chacune des quatre œuvres, que l’on doit à Alice Béja, Jakuta Alikavazovic, Marc Amfreville et Nathalie Cochoy, le pan romanesque de l’œuvre retenu par Gallimard pour cette édition en émerge bien comme le cœur toujours battant. Fréquemment censurés aux États-Unis, Des souris et des hommes et Les Raisins de la colère notamment offrent une image peu flatteuse de l’Amérique des années 1930, au point que le premier figure, en 2020 encore, en huitième place sur la « liste des livres les plus controversés » qu’établit l’American Library Association, comme le rappelle Jakuta Alikavazovic. Le second, dès sa sortie, crée la controverse, accusé d’obscénité et de perversité, interdit et même brûlé dans certains États, tout en se voyant reprocher son sentimentalisme. La langue orale, fleurie, voire grossière ou jugée blasphématoire, des personnages de Steinbeck vaut régulièrement à ses romans d’être censurés ou menacés de l’être, tandis que se trouvent également ciblées les insultes racistes figurant dans certains dialogues (Alikavazovic, 1524-1525) et la perspective anti-capitaliste de celui qui a été, dans les années 1930, membre de la League of American Writers, d’obédience communiste, et qui a eu maille à partir avec le F.B.I. pendant l’ère maccarthyste.

4Nourri par son travail de journaliste de terrain pour le compte du San Francisco News, Steinbeck conçoit le roman comme un travail de témoignage, à valeur documentaire et didactique, sinon à visée dénonciatrice. Comme Jack London (qui était avec Mark Twain son écrivain favori) l’avait fait en 1903 dans The People of the Abyss (ou encore comme le George Orwell de Down and Out in Paris and London ou de The Road to Wigan Pier), Steinbeck s’intéresse aux conditions de vie de ses contemporains, et parmi eux aux plus démunis. Comme eux, il a cherché à donner voix et corps à ceux qui avaient rarement droit de cité dans la littérature : grévistes, migrants, journaliers, ouvriers agricoles, « Okies » chassés de l’Oklahoma pendant la Grande Dépression.

5Méfiant à l’égard du progrès technologique, Steinbeck puise par ailleurs dans la nature et dans l’observation qu’il en fait, la matière non seulement de récits aux accents fréquemment symboliques, bibliques ou métaphysiques, mais aussi, dans À l’est d’Éden notamment, d’évocations très précises de paysages, de la flore et de la faune de sa Californie natale, auxquels il accorde une forme d’attention respectueuse et bienveillante, sinon de sollicitude, proche de celles que lui inspirent les communautés humaines les plus vulnérables qu’il a pu observer, décrire et représenter, grévistes de En un combat douteux, journaliers de Des souris et des hommes, Okies des Raisins de la colère.

6La popularité de ses romans ne se dément pas au fil du temps. Le lectorat américain, comme celui qu’ils trouvent rapidement à l’étranger, en apprécie l’apparente simplicité, le réalisme et la tonalité empathique, l’éloge de la communauté, de la solidarité, de la résilience, mais aussi l’arrière-plan de critique sociale, qui en fait des outils efficaces d’ébranlement de la mythologie du « rêve américain ». Le renouveau critique des dernières décennies, dans le champ des études raciales et de genre en particulier, a opportunément permis à l’œuvre romanesque de Steinbeck de bénéficier d’une réconciliation entre les positions parfois antagonistes de la critique et du public lecteur.

7La critique a parfois reproché à Steinbeck d’être un manipulateur, notamment à propos de Des souris et des hommes. Steinbeck leur répond dans Sweet Thursday (roman de 1954 et suite de Cannery Row, qui n’est pas inclus dans ce volume) : « There are people who will say that this whole account is a lie, but a thing isn’t necessarily a lie even if it didn’t necessarily happen. » (cité dans Groneman 87) Celui qui, d’après son fils, affirmait encore « I don’t lie, I just remember big » (Thom Steinbeck in John Steinbeck) n’a de fait cessé de brouiller les frontières entre fiction et non-fiction, ce qui lui a valu, en 2013, d’être épinglé par le journaliste et reporter Bill Steigerwald, dans Dogging Steinbeck, comme un imposteur et de susciter une nouvelle controverse. Steigerwald a ainsi mis en lumière les incohérences et mensonges du récit de voyage qu’il tire de son périple de 1960 à travers les États-Unis (à commencer par son titre trompeur, puisque Steinbeck a visiblement voyagé avec sa femme et non son chien, l’essentiel du temps). À quoi on objectera, avec la critique steinbeckienne, que l’auteur se souciait moins d’exactitude que de la restitution d’une certaine réalité américaine des années 1960 passée au tamis d’une vision personnelle dont il assume entièrement la subjectivité.

8Ce n’est pas le moindre intérêt de son œuvre qu’elle repose, dans le champ romanesque, sur un recyclage constant de figures que Steinbeck a croisées dans son existence et dont il s’approprie les souvenirs et les expériences pour en faire le matériau de ses romans, tandis que, parallèlement, dans Travels with Charley, par exemple, présenté comme un récit de voyage, il travaille à partir de figures composites ayant vocation à fonctionner comme des types plus que comme des portraits fidèles d’individus identifiés ou identifiables. C’est ce qui fait de lui un écrivain, en somme, et non un enquêteur ou un chroniqueur. L’inclusion de volets non explicitement romanesques de l’œuvre dans le volume de « La Bibliothèque de la Pléiade » aurait pu contribuer à mettre en lumière la fluidité des catégories génériques telles que les conçoit et les exploite celui qui, dans Les Raisins de la colère, sans doute son chef-d’œuvre, menait déjà une forme d’expérimentation littéraire en associant à la saga réaliste des Joad des chapitres dits « intercalaires » (Amfreville, 1536) aux vertus « rhapsodiques » (Lemardeley-Cunci citée par Amfreville, 1536) et visant, selon Marc Amfreville, à « décontenancer » le lecteur. L’hybridité d’À l’est d’Eden, mi-autobiographique mi-fictionnel, lui valut d’être égratigné par une partie de la critique, mais, comme le souligne Nathalie Cochoy (1564-1566), le roman se trouve constamment réévalué au fil des décennies à l’aune de nouvelles approches critiques, au point qu’un même critique y voit successivement, et à quelques années d’écart, un « échec », puis un roman expérimental, « subtil » et « complexe ». Autres temps, autres mœurs. Gageons que ce volume, aux notices et aux notes éclairantes, donnera la possibilité au lectorat français de commencer à tracer son propre chemin dans une œuvre à la richesse précisément et fort heureusement complexe.

Haut de page

Bibliographie

Groneman, William III. « Travels Unraveled ». The Steinbeck Review, vol. 9, n° 2, 2012, p. 78-88.

John Steinbeck: An American Author. Réal. Morgan Neville. A&E Networks, 1999.

Steigerwald, Bill. Dogging Steinbeck: How I went in search of John Steinbeck’s America, found my own America, and exposed the truth about ‘Travels With Charley’. Createspace Independent Publishing Platform, 2013.

Steinbeck, John. Mon caniche, l’Amérique et moi. Traduit de l’anglais par Monique Thies. Paris : Éditions Mondiales/Del Duca, 1962. Voyage avec Charley. Paris : Phébus, 1995.

Steinbeck, John. Romans. Éd. Marie-Christine Lemardeley-Cunci. Traduit de l’anglais par Jean-Claude Bonnardot, Maurice-Edgar Coindreau, Edmond Michel-Tyl et Charles Recoursé. Paris : Gallimard, 2023.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Béghain, « John Steinbeck, Romans »Transatlantica [En ligne], 1 | 2024, mis en ligne le 01 juin 2024, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/22758 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11x3c

Haut de page

Auteur

Véronique Béghain

Université Bordeaux Montaigne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search