Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1RecensionsEmmanuelle Delanoë-Brun, Passion ...

Recensions

Emmanuelle Delanoë-Brun, Passion criminelle : les séries policières anglophones, entre conservatisme et progressisme

Maud Desmet
Référence(s) :

Emmanuelle Delanoë-Brun, Passion criminelle : les séries policières anglophones, entre conservatisme et progressisme, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, « Sérial », 2023, 328 p., ISBN : 978-2-86906-909-1, 26€.

Texte intégral

1La collection « Sérial » des éditions des Presses universitaires François-Rabelais a pour objectif de mettre en lumière les manifestations de la sérialité sous toutes ses formes, qu’elles soient littéraires, filmiques, historiques, sociologiques ou artistiques. Sorti au second semestre 2023, l’ouvrage Passion criminelle : les séries policières anglophones, entre conservatisme et progressisme écrit par Emmanuelle Delanoë-Brun, maîtresse de conférences à Université Paris Cité, vient intégrer cette prestigieuse collection. Partant du constat que les séries policières occupent une place prépondérante à la télévision, l’auteure attire tout d’abord notre attention sur la longévité du genre dans ce format sériel. Bien que le genre policier ne soit plus omniprésent comme il le fut dans la première décennie des années 2000, il a su tout de même se faire une place dans le paysage concurrentiel de la diffusion sur les plateformes. Malgré cette longévité, l’auteure souligne avec justesse que les études sur les séries policières sont encore peu nombreuses si on exclut celles qui s’attachent aux séries dites « de qualité » issues de chaînes câblées à la réputation critique impeccable, comme The Wire diffusée en 2002 par HBO. L’analyse des séries policières les plus populaires reste encore très minime dans le champ de la recherche universitaire française. On se félicite dès lors de la démarche d’Emmanuelle Delanoë-Brun qui vient enrichir la publication universitaire avec son ambitieux essai. L’objectif louable de l’auteure est bien ici de s’intéresser à tout type d’œuvre sans soucis de hiérarchisation qualitative. Plus précisément le projet de cet ouvrage est de montrer quelles relations entretiennent les séries policières avec les grands enjeux sociaux qui ont marqué l’Histoire des États-Unis et qui continuent de faire évoluer nos sociétés occidentales. Les séries policières montrent non seulement le lien qu’entretiennent leurs personnages à l’ordre social, mais elles interrogent aussi de façon plus globale les grands bouleversements sociétaux. Les séries policières les plus contemporaines sont influencées dans leur récit et à travers les points de vue qu’elles exposent par des mouvements récents tels que Black Lives Matter et #MeToo. Mais l’auteure précise qu’elles continuent aussi, non sans contradiction, à alimenter un mythe télévisuel très puissant sur l’efficacité policière et judiciaire américaines. Dans son ouvrage, Emmanuelle Delanoë-Brun va tenter de situer un grand nombre de ces œuvres sérielles sur un spectre idéologique allant du conservatisme au progressisme, sans pour autant oublier de souligner leur ambivalence.

2La première partie de l’ouvrage dessine un historique du genre policier. Emmanuelle Delanoë-Brun situe le genre avant même qu’il n’investisse le médium télévisuel en nous rappelant à bon escient le lien qui existe entre les feuilletons publiés dans les journaux des années 1800 et la forme sérielle telle que nous la connaissons aujourd’hui au travers des œuvres télévisuelles. Une des premières séries emblématiques de la télévision américaine, Dragnet (NBC,1951-1959), s’est bâtie sur la promotion de l’institution policière qui garantit un ordre social grâce à un héros ordinaire, bienveillant et paternaliste. L’analyse de cette série permet à l’auteure d’aborder d’emblée la question du réalisme qui a toujours été attachée aux séries policières. Ce souci réaliste sert de gage de qualité pour louer (ou non) chaque nouvelle œuvre arrivant sur le petit écran. Emmanuelle Delanoë-Brun nous surprend en démontant dès le début de son essai cet argument de réalisme. Elle nous révèle habilement que celui-ci ne serait avant tout qu’une convention :

La sophistication de la grammaire visuelle mise en place contredit l’affichage d’authenticité revendiquée et rappelle que le réalisme, en télévision comme ailleurs, est d’abord une convention, un crédit qu’il est demandé qu’on porte à la reconstitution d’un univers dont on prétend qu’il est vrai. (45)

3La série Kojak (CBS,1973-1978) en rupture avec Dragnet, puis les séries Homicide (NBC, 1993-1999) et Hill Street Blues (NBC, 1981-1987), se fondent à chaque fois sur une volonté réaliste rendant obsolète la série emblématique précédente. L’auteure explique que des séries comme The Wire (HBO, 2002-2008) ou Broadchurch (ITV, 2013-2017) ont acquis leur reconnaissance critique notamment en raison de leur réalisme. Mais elle relativise ce critère en soulignant que l’échelle permettant de mesurer le réalisme d’une série n’a finalement pour référence que la fiction elle-même : « le réalisme de la fiction policière est une affaire de comparaison, dont l’aune est plus la fiction elle-même que la réalité qu’elle prétend dépeindre » (49). Et l’auteure en conclura plus loin dans cette partie : « le réalisme à l’aune duquel on juge les séries policières n’a de fondements que les représentations, essentiellement médiatiques, qui en sont proposées » (57). Si on observe les toutes dernières séries policières diffusées en ce moment sur les plateformes au prisme des remarques d’Emmanuelle Delanoë-Brun sur le réalisme, on constate que nombre d’entre elles s’affranchissent plus radicalement de cette volonté réaliste. Le whodunit fait son retour sous une forme résolument comique inspirée par le succès des films À couteaux tirés et Glass Onion (Ryan Johnson, 2019 et 2022) à travers des séries comme Only Murder in the Building (Hulu, 2021-), Meurtres et autres complications (Hulu, 2024-) et The After Party (Apple TV+, 2022-2023). Ces séries n’affichent aucune prétention réaliste. Elles assument leur côté fantaisiste notamment en n’hésitant pas à tourner en dérision les codes du genre. Cela pourrait augurer une nouvelle période de la production télévisuelle dans laquelle le réalisme n’est plus un critère constitutionnel des séries policières. Il est troublant, par ailleurs, de constater que ces séries fantaisistes naissent dans le contexte du succès énorme sur les mêmes plateformes des séries documentaires de type true crime qui dissèquent de vraies affaires criminelles. Le style et la mise en scène souvent sensationnalistes et très formatés de ces séries documentaires posent eux-mêmes question en termes de représentation du réel.

4Dans la partie suivante de son ouvrage, l’auteure explore la façon dont le genre a évolué au cours du temps, montrant comment les changements sociaux impactent forcément les productions télévisuelles. L’Amérique conservatrice mise en scène dans les séries Dragnet, Highway Patrol (1955-1957) et The Untouchables (ABC, 1963-1969), qui partagent une même idéologie de protection des valeurs familiales, va être bousculée par les fictions télévisées des années 60 puis 70. L’auteure cite Ironside (NBC,1967-1975) et The Mod Squad (ABC,1968-1973) comme des exemples de séries policières se faisant l’écho des évolutions sociales en cours à cette époque. Celles-ci donnent à voir un paternalisme policier en voie de disparition et proposent une inclusion nouvelle des minorités avec l’introduction de personnages d’enquêteurs africains-américains et féminins. Mais l’auteure souligne également que dans ces séries, l’Amérique n’est ouverte à la diversité que si l’autorité reste incarnée par un personnage plus âgé, blanc, middle class et hétérosexuel. Avec des séries emblématiques comme Miami Vice (NBC, 1984-1989), les années 80 sont marquées par les débuts de la post-modernité qui se caractérise par une forme de dérision vis-à-vis du modèle consumériste que ces fictions représentent. Les années 1990 puis 2000 inaugurent l’arrivée du procedural avec Law and Order (NBC 1990-2000), Homicide et NYPD Blue (1993-2005), puis les franchises CSI (CBS, 2000-2015), Cold Case (CBS, 2003-2010) et NCIS (2003-). Les fictions sombres des années 90 montrent les difficultés du métier de policier à travers des personnages d’anti-héros mais elles se font aussi l’écho d’un certain fatalisme social auquel ne survit pas toujours le rêve américain. Elles vont être remplacées petit à petit dans les années 2000 par des franchises montrant une efficacité policière objective, neutre et à toute épreuve, notamment grâce à la place nouvelle et cruciale de la médecine légale et de la science dans les enquêtes. Cette chronologie de la série policière esquissée par l’auteure met en exergue de façon passionnante la façon dont les évolutions de la société contaminent systématiquement les productions télévisuelles. Cette contamination n’est pourtant jamais totale : les séries, nous démontre l’auteure, ne sont jamais l’empreinte exacte des changements sociaux. Elles représentent également bien souvent un idéal policier et judiciaire qui n’a pas d’équivalent dans nos sociétés réelles. Cette représentation aurait davantage ici valeur d’exemple et de modèle plutôt qu’un caractère réaliste. Même si, paradoxalement, les séries policières se targuent toujours d’être réalistes et reposent bien souvent sur ce postulat. En évoquant l’évolution du genre et celle de la société, l’auteure amorce les prémisses d’une réflexion plus précise qui sera au cœur de la partie suivante et de la problématique principale de son ouvrage : les séries policières anglophones sont-elles conservatrices ou progressistes ?

5L’auteure expose ici toute l’ambivalence des séries policières dans leurs prétentions tant idéologiques que réalistes. En effet, particulièrement à partir des années 2000, les séries policières mettent en scène des affaires criminelles toujours résolues, des équipes de policiers dévouées et marquées par la diversité et des criminels majoritairement blancs et aisés. La réalité est toute autre :

Les chiffres de la criminalité réelle font émerger une autre Amérique du crime : moins spectaculaire, plus inégalitaire, où la communauté afro-américaine, en particulier masculine, paie un tribut disproportionné, à la fois en termes de mortalité et d’incarcération, de criminalisation. En comparaison, l’Amérique du crime présentée à l’écran est majoritairement blanche et relativement prospère ; la pauvreté y est périphérique, et les inégalités sont en partie atténuées par l’attention égale et juste que reçoit toute victime, comme tout coupable présumé, de la part de l’institution. (156)

6Ce contraste entre réalité et fiction va de pair avec une vision du crime désolidarisée de tout enjeu social et racial :

Dexter, True Detective, The Killing, mais aussi The Fall, Luther, Broadchurch ou Happy Valley suivent la même tendance, affichant une représentation du crime déracialisée et désocialisée dans ses enjeux, le crime d’une société qui n’a à se préoccuper que des tendances sociopathiques ou pédophiles de ses ouailles, où les meurtriers sont des pervers qui n’ont même pas la circonstance atténuante de leur infériorité sociale et culturelle. En focalisant l’attention sur des coupables blancs, confondus, arrêtés et condamnés par des équipes multiraciales et largement féminisées, les séries adressent à un public largement blanc et middle class lui-même le message d’une nation égalitaire et inclusive et d’une institution policière et judiciaire efficace, qui inspire confiance. (157)

7L’attrait des séries policières contemporaines pour les personnages de tueurs en série ne contredit ni cette tendance à ignorer les liens entre société et criminalité ni cet écart entre les crimes du monde réel et ceux du monde fictionnel. Emmanuel Delanoë-Brun nous rappelle à juste titre que le tueur en série est une figure essentielle et expiatoire dans les séries, il est un « bouc émissaire privilégié, dont l’élimination est le seul horizon envisageable au dénouement de la série policière contemporaine » (163) et « sa monstruosité absout le monde dans lequel il sévit de toute faute, selon une configuration qui place d’un côté l’étrangeté absolue de sa violence […] de l’autre l’innocence fétichisée des victimes, et entre les deux, la dévotion sans faille des représentants de l’ordre » (163). En cela le tueur en série est sans aucun doute la figure la plus représentative de l’idéologie à la fois manichéenne et dépolitisée partagée par une majorité des productions policières sérielles contemporaines.

8La partie suivante permet à l’auteure de montrer que malgré le progressisme mainstream peu révolutionnaire qu’affichent les séries télévisées policières, certaines œuvres plus minoritaires offrent tout de même un véritable espace de contestation idéologique. Emmanuelle Delanoë-Brun s’intéresse tout particulièrement aux séries qui interrogent la représentation des minorités dans le contexte policier et judiciaire. Elle nous explique que beaucoup de séries policières montrent la place des femmes dans la police comme étant quelque chose d’acquis et accepté. Dans le pire des cas, cette place va être gagnée rapidement au prix du combat individuel d’un personnage féminin comme dans la série The Closer (TNT, 2005-2012). Et ce combat ne sera jamais mis en relation avec une problématique sociale plus globale. Les séries Cagney et Lacey (CBS, 1981-1988) et Prime Suspect (ITV 2017) sont en rupture avec cette représentation idéalisée de la place des femmes. Chacune de ces séries met en scène des personnages féminins en proie à un système misogyne et patriarcal contre lequel elles tentent de lutter. Elles sont non seulement victimes d’inégalités dans leur quotidien au sein de la police mais leurs enquêtes révèlent aussi les discriminations dont sont victimes les femmes dans la société entière. L’auteure observe des mécanismes de dissimulation identiques concernant le racisme sociétal dans les séries policières. Et encore une fois, quelques séries font figures d’exception. The Wire, When They See Us (Netflix, 2019) et Seven Seconds (Netflix, 2018) font au contraire de cette problématique leur projet narratif. Dans The Wire, il s’agit de montrer la réalité statistique : une criminalité perpétrée en majorité par une population noire à cause d’une fracture raciale et d’une misère sociale donnant lieu à une ghettoïsation des territoires et à un déterminisme écrasant. Dans les deux autres séries citées, les récits se concentrent sur des erreurs judiciaires révoltantes perpétrées envers des individus accusés à tort de crimes qu’ils n’ont pas commis en raison d’un racisme social encore prégnant aux États-Unis.

9En se concentrant ici sur les séries qui explorent avec nuances et exhaustivité les violences subies par les minorités et entretenues par une société discriminante et inégalitaire, l’auteure montre qu’une contestation politique et idéologique est possible même au sein d’un genre qui s’est longtemps caractérisé par son conservatisme.

10Dans la partie finale de son livre, Emmanuelle Delanoë-Brun aiguise encore davantage son regard sur l’aspect idéologique des séries policières et nous rappelle que, même si la contestation semble plus affirmée et absolue dans les mini-séries policières diffusées par le câble, les séries formulaires des networks portent aussi l’empreinte des mouvements de revendication qui marquent l’actualité. La façon dont ces séries plus populaires vont accueillir et interroger les grands changements sociaux est davantage pédagogique que purement contestataire. L’auteure illustre son propos en démontrant notamment comment les violences sexuelles envers les femmes sont dénoncées de façon plutôt subtile dans des séries formulaires comme Law & Order : Special Victims Unit (NBC, 1999-).

11L’ouvrage Passions criminelles : les séries policières anglophones, entre conservatisme et progressisme est un apport essentiel à la recherche dans le domaine des séries télévisées policières notamment parce que son auteure y explore le lien intrinsèque entre les évolutions sociales réelles et les représentations fictionnelles sérielles. Elle expose, tout en nuance, la façon dont les séries policières « réagissent » aux évolutions sociales qui ponctuent l’histoire des États-Unis. Loin de taxer les séries populaires de conservatrices face à des séries du câble progressistes, l’auteure nous montre que le spectre idéologique des fictions policières est large, riche et souvent plus nuancé qu’il n’y paraît à première vue. La réussite de l’ouvrage tient non seulement dans l’exhaustivité de sa partie historique, mais également dans la prise en compte d’une actualité récente. En évoquant des mouvements sociaux très contemporains tels que Black Lives Matter et #MeToo, Emmanuelle Delanoë-Brun inscrit les séries policières dans une actualité passionnante encore en train de s’écrire aujourd’hui, faisant des œuvres qu’elle analyse des objets de recherche éminemment vivants. Elle souscrit ainsi à l’idée que l’analyse des séries télévisées est une démarche forcément mouvante sur un objet qui n’a de cesse que d’évoluer et de se transformer au gré des sociétés qui le produisent. Le livre d’Emmanuelle Delanoë-Brun nous confirme, si cela est encore nécessaire, que l’on ne peut se saisir des séries télévisées comme objets d’analyse sans prendre largement en compte le cadre social dans lequel elles ont été produites et sans s’intéresser à la teneur idéologique qu’elles contiennent toutes, à divers degrés. Ce substrat idéologique influence toujours la vision que le spectateur a du monde, ici policier et judiciaire, créant un espace imaginaire tantôt rectificatif et idéalisé, tantôt sombre et subversif, dont les prétentions réalistes ne peuvent jamais égaler tout à fait son objet de référence. Mais c’est aussi dans cet espace imaginaire que peut se forger, avec la distance nécessaire, une réflexion critique. Celle que nous livre ici Emmanuelle Delanoë-Brun est assurément une précieuse contribution à la recherche universitaire en matière de séries télévisées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Desmet, « Emmanuelle Delanoë-Brun, Passion criminelle : les séries policières anglophones, entre conservatisme et progressisme »Transatlantica [En ligne], 1 | 2024, mis en ligne le 01 juin 2024, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/22805 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11x3f

Haut de page

Auteur

Maud Desmet

chercheuse indépendante

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search