Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

Conférence de David Wilkins et Shelly Hulse Wilkins, présentation de l’ouvrage Dismembered: Native Disenrollment and the Battle for Human Rights

Université Paris-Diderot, 6 octobre 2017
Thomas Grillot

Texte intégral

1David Wilkins et Shelly Hulse Wilkins ont présenté Dismembered (Seattle: University of Washington Press, 2017) le vendredi 6 octobre 2017 à l’université Paris-Diderot à l’invitation de Marine Le Puloch, Maître de conférences et spécialiste des questions autochtones dans les Amériques. Leur livre, consacré aux récentes vagues d’exclusions qui ont décimé plusieurs groupes tribaux des Etats-Unis, est le premier ouvrage universitaire consacré à un phénomène qui a passionné les médias américains.

2David Wilkins commence par passer en revue les pics d’exclusion (en anglais disenrollment, ou désinscription de la liste des membres du groupe tribal officiellement reconnu par l’État fédéral). Il voit dans l’avènement de l’auto-détermination des tribus, en 1975, l’origine de l’« auto-décimation » qu’il analyse, et pointe particulièrement le rôle de la décision de la Cour Suprême Santa Clara v. Martinez (1978), qui laisse aux gouvernements indiens des réserves le plein contrôle sur la gestion des membres de leurs tribus. Cette marge de manœuvre est amplement exploitée dans les années 1990 dans certaines réserves où sont ouverts des casinos. Comme cette ouverture s’accompagne souvent d’une hausse de la criminalité, les gouvernements se mettent à prononcer contre les membres de la tribu qui s’en rendent coupables des peines de bannissement, parfois accompagnées d’une exclusion définitive. Le phénomène connaît un nouveau pic dans les années 2000. L’Indian Civil Rights Act de 1968 devait protéger les droits individuels des Indiens vivant dans les réserves en leur permettant de remettre en cause au moyen d’un writ d’habeas corpus leur incarcération par les cours tribales. Cette loi s’avère en réalité impuissante à stopper ces vagues d’exclusion. Le phénomène s’étend rapidement, en particulier en Californie, où plus de 30 gouvernements tribaux y ont massivement recours. La reconnaissance récente de groupes indiens par l’État fédéral et la petite taille de ces communautés y attisent les conflits, qui portent sur la redistribution des profits des casinos comme sur d’anciennes rivalités familiales. Chez les Chuckchansi, plus de la moitié des membres de la tribu sont ainsi exclus en quelques années. La responsabilité des avocats des tribus, indiens ou non-indiens, directement intéressés à la multiplication de litiges, semble avérée (par exemple, chez les Nooksack du Washington). Pour David Wilkins, ce mouvement est sans précédent dans des sociétés où le bannissement était rare et jamais définitif, et où les conflits internes étaient le plus souvent résolus à l’amiable.

3Comme le rappelle Shelly Hulse Wilkins, le coût social de ces mesures est immense. Pour ceux qu’elle frappe, l’exclusion équivaut à une privation de droits sociaux, à un arrachement à leur foyer et à leur terre, et à une profonde désintégration sociale. Dans le groupe californien de la Redding Rancheria, ces conflits conduisent non seulement à l’exclusion du refondateur de la tribu, mais aussi à une vague d’exclusions à titre posthume qui permettent d’exclure d’un trait de plume des dizaines de descendants, plongeant certaines familles dans des litiges qui s’étirent sur plusieurs décennies. La charge de la preuve de leur appartenance à la tribu est laissée aux victimes, et aux documents traditionnels (copies de recensements) s’ajoutent des demandes de tests ADN, au mépris le plus souvent des constitutions qui fondent justement la légitimité de ces gouvernements tribaux. Des consultants sont employés par certains gouvernements, comme les Cherokees de l’Est, et chargés de vérifier les listes de membres. Chez les Nooksack, le conflit a à ce point absorbé les énergies de la tribu que les profits du casino se sont effondrés. Ce détournement de la souveraineté des peuples indiens par leurs propres gouvernements suscite aujourd’hui de très fortes résistances et a conduit plusieurs groupes à développer des projets de modification des constitutions tribales pour interdire ce type d’exclusion. Certains agents régionaux du Bureau des affaires indiennes ont pu faire ponctuellement obstacle à ces persécutions, qui ont également suscité la création d’associations comme l’American Indian Rights and Resources Organization, et fait l’objet de condamnations publiques, par exemple par l’Indian Bar Association qui réunit les avocats d’origine amérindienne. D’autres, comme le National Congress of American Indians, le Native American Rights Funds ou la National Indian Gaming Association, sont restées silencieuses.

4La récente décision des cours fédérales de défendre l’appartenance des descendants des affranchis noirs de la nation cherokee à cette dernière semble marquer un point d’arrêt, mais le phénomène n’en a pas moins révélé le potentiel destructeur des abus du concept légal de souveraineté indienne. David Wilkins emploie à ce sujet l’expression de « souveraineté suicidaire ». Avec Shelly Hulse Wilkins, il propose, en conséquence, la signature d’un traité intertribal garantissant la protection de l’ensemble des membres des tribus, mais aussi la création d’une cour d’appel intertribale ayant pour juridiction l’ensemble du territoire américain (des exemples régionaux existent déjà), ou encore l’adoption par d’autres tribus des membres injustement exclus, à titre compensatoire. Il faut noter que la Déclaration des droits des peuples indigènes émise par l’ONU en 2007, beaucoup citée dans les débats, ne s’est pas avérée particulièrement efficace dans la pratique. En conclusion, David insiste sur le fait que l’État fédéral, souvent à l’origine des problèmes rencontrés par les tribus, n’est, en l’occurrence, pas en cause. S’ils ont pu s’appuyer sur des exigences effectivement inventées par Washington, comme la certification du quotient de sang indien de leurs membres (blood quantum), les élus tribaux ont avant tout pris leurs décisions en fonction d’une froide rationalité économique : en diminuant le nombre de membres, ils augmentaient mécaniquement les revenus des membres restants, dont ils faisaient bien entendu partie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Grillot, « Conférence de David Wilkins et Shelly Hulse Wilkins, présentation de l’ouvrage Dismembered: Native Disenrollment and the Battle for Human Rights », Transatlantica [En ligne], 1 | 2017, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/8733

Haut de page

Auteur

Thomas Grillot

CNRS/EHESS, UMR 8168 Mondes américains

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • OpenEdition Journals