Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

« Spectres de Poe dans la littérature et les arts »

Cerisy-la-Salle, 22-29 Juillet 2017
Chloé Quesnel

Texte intégral

1C’est au château de Cerisy-la-Salle, en Normandie, que le colloque « Spectres de Poe dans la littérature et les arts » s’est tenu du 22 au 29 juillet 2017. Organisé par Jocelyn Dupont et Gilles Menegaldo, il a réuni une quarantaine de personnes, enseignants, chercheurs, spécialistes ou amateurs de littérature, de musique, de cinéma et d’autres arts autour d’une même œuvre : celle d’Edgar Allan Poe dont la postérité était la question centrale. Sur ces sept jours ont eu lieu une vingtaine de communications visant à parcourir et à critiquer l’influence de l’écrivain ainsi que le mythe construit autour de sa personne. De la littérature au cinéma en passant par la musique classique, les conférenciers ont parcouru l’œuvre de l’illustre poète ainsi que ses nombreux spectres dans la littérature et les arts. Afin de faciliter la lecture de ce compte-rendu, les communications seront ici organisées selon leur thématique, le programme du colloque étant disponible sur le site du Centre Culturel International de Cerisy (http://www.ccic-cerisy.asso.fr/​edgarpoe17.html).

2La première intervention, « Edgar Allan Poe, personnage de fiction populaire, ou une vie d’outre-tombe », par Lauric Guillaud, a replacé l’écrivain dans son contexte d’origine avant d’en décliner les métamorphoses dans la littérature dite « populaire ». Les écrits de Baudelaire le présentant comme un poète maudit et opiomane rejoignent l’image de l’homme pervers et immoral donnée par Rufus Griswold, l’exécuteur testamentaire de l’écrivain. Lauric Guillaud a dépeint Poe comme la double victime de ses admirateurs et de ses détracteurs. Il a ensuite établi un panorama général de l’influence de l’auteur et de son œuvre dans la littérature américaine, chaque âge vouant à son image une déférence spécifique. Dans un premier temps, une mode populaire des résurrections de Poe s’est établie dans la littérature fantastique et de science-fiction. Celle-ci a été suivie d’une séquence policière mettant en scène l’auteur dans le rôle du détective, mais aussi dans celui du criminel. Il semble que les ouvrages tardifs aient été plus fidèles au style de Poe mais continuent à propager le mythe de l’auteur torturé, voire un peu pervers, témoignant souvent de l’importance de la question de la morale chez les romanciers américains.

3Dans sa conférence « Crises intertextuelles et transpo(e)sitions : Poe et la littérature américaine contemporaine », Françoise Sammarcelli s’est également intéressée à l’empreinte du poète sur la littérature de son continent d’origine, et plus précisément sur le roman House of Leaves de Mark Z. Danielewski et la nouvelle « The White Cat » de Joyce Carol Oates. Danielewski a revisité un gothique intériorisé et a matérialisé le lieu fermé et étroit grâce à une typographie particulière dans la matière même du texte : comme chez Poe, le fond et la forme vont de pair. Sur un autre registre, la nouvelle de J. C. Oates, reprenant « The White Cat », montre la haine d’un protagoniste envers sa femme, se déversant sur Miranda, la chatte. Comme dans les nouvelles de Poe, la suffocation et l’importance du regard sont mises en valeur. Ainsi, Françoise Sammarcelli a montré que Danielewski et Oates ne se contentaient pas de faire allusion à Poe, mais plutôt lui rendaient hommage à travers des réécritures originales, se souciant du genre mais aussi du style de l’auteur.

4L’association faite précédemment entre l’œuvre de Poe et celle de J. C. Oates a été le sujet de Tanya Tromble dans sa conférence « J. C. Oates et E. A. Poe ». Tout comme Poe, Oates a créé des personnages fascinés par la peur, plongés dans des univers surréels, explorant des mystères sans proposer de solution. Ainsi, dans « Poe Posthumous ; or, The Light-House », reprenant la nouvelle inachevée de l’auteur, le narrateur rend hommage au désir de solitude du narrateur du texte originel et se réfugie dans une histoire d’amour dont on ne pourra savoir si elle est réelle ou imaginaire. Tanya Tromble nous a expliqué que, dans Big Mouth and Ugly Girl, c’est le thème du double, et même du dédoublement qui est exploré, en résonance avec la nouvelle de Poe « William Wilson ». Plaçant les personnages dans un monde crédible, et explorant l’inconscient, les nouvelles de J. C. Oates démontrent l’influence de Poe sur la littérature américaine contemporaine.

5En présentant une conférence intitulée « Envahissante Ligeia : “Nor Unto Death Utterly by Edmund Bertrand” » sur les œuvres de l’écrivain britannique contemporain Mark Samuels, Sophie Mantrant a démontré l’influence de Poe au-delà du sol américain. La conférencière a ainsi présenté deux nouvelles de Samuels, « The Man Who Collected Machen » et « Nor Unto Death Utterly by Edmund Bertrand » qui sont toutes deux, à leur façon, des reprises de « Ligeia ». La première est un pastiche de la nouvelle tandis que la seconde présente un narrateur se faisant ventriloque de Ligeia, montrant ainsi que dans les textes de Samuels, les voix de Poe, celles de ses personnages, celles de Machen mais aussi de Lovecraft se font entendre. Ainsi, Sophie Mantrant a expliqué qu’à travers son œuvre, Samuels s’approprie Poe et le définit comme le précurseur des genres de l’horreur, de la fantasy et de la science-fiction.

6Dans sa conférence intitulée « La verve et le verbe : les contes comiques de Poe et leurs traducteurs », Camille Fort s’est penchée sur l’épineuse question des traductions poesques en français. En raison de la « canonisation » des traductions de Baudelaire, les traductions françaises de Poe se font discrètes et sont généralement le fruit de projets personnels et prudents par des universitaires spécialistes, tels Claude Richard ou Henri Justin. Ce sont les difficultés de traduction liées au rythme et à la richesse de l’onomastique mais aussi aux jeux de mots utilisés par Poe dont il était ici précisément question. Les contes humoristiques, omis par Baudelaire lors de ses traductions, mettent en scène des narrateurs dont la parole est poussée jusqu’à l’absurde et obligent souvent les traducteurs à privilégier soit le rythme, soit le sens, bien que certains réussissent à trouver des solutions originales pour conserver les deux. En sélectionnant les contes humoristiques, Camille Fort a montré l’une des multiples facettes, peut-être parmi les moins explorées, de l’œuvre de l’auteur mais aussi le plus vaste défi à relever par les traducteurs, à savoir celui de traduire la fusion entre l’oral et l’écrit.

7La traduction de Baudelaire, malgré ses quelques fautes, a tout de même assuré à Poe un grand succès en France. Ainsi, Nathalie Solomon a présenté « Poe lu par Jules Verne – À propos de l’article du Musée des Familles (1864) ». Dans cet article, paru huit ans après la célèbre préface de Baudelaire, Verne évoque la vie de Poe puis examine certains textes dont il rend compte de manière très subjective. C'est le point de vue technique qui intéresse Verne. Dans son article on ne trouve que les contradictions scientifiques au détriment des nombreux éléments définissant Poe. Jules Verne montre les qualités douteuses des raisonnements scientifiques de l’auteur américain, tandis qu’il s’inscrit lui-même comme un auteur rationnel dont les œuvres visent à être plausibles. Verne rationalise et efface délibérément l’insensé de l’œuvre de Poe, il transforme les personnages poesques en personnages verniens, confirmant que l’auteur a très vite été étudié, propagé, réadapté et, bien sûr, trahi.

8Si les traductions de Baudelaire ont été populaires en France, Pénélope Laurent a expliqué que ce sont elles qui, une fois encore, ont servi de base aux traductions espagnoles de l'œuvre de Poe, ces dernières s’étant étendues jusqu’en Amérique latine. Deux récits courts écrits par Horacio Quiroga reprenant « The Cask of Amontillado » ont montré un désir de s’approprier Poe à travers le titre et la parodie. Dans un registre différent, « La mort et la boussole » de Borges offre une parodie du récit policier à la manière de Poe. Enfin, le dernier auteur mentionné par Pénélope Laurent a été Caicedo dont la reprise de « Berenice » est une adaptation libre de la nouvelle originelle. Chez les trois auteurs, l’œuvre de Poe est une référence de lecture, pour eux comme pour les personnages : l’auteur est devenu culte même dans la fiction. Il semble que les personnages de Poe entrent dans les fictions de ces auteurs d’Amérique du sud, et ont une influence sur leurs propres personnages.

9Un panorama des bandes dessinées faisant hommage à Poe et à ses œuvres a été proposé par Jean-Paul Meyer dans sa conférence « L’œuvre de Poe en bande dessinée : de la transposition à l’hybridation ». Breccia, Bataglia et Lalia et leurs illustrations en noir et blanc des nouvelles de Poe, mais aussi celles de Crepax et ses œuvres aux tendances érotiques, ont été présentés comme les « maîtres anciens » des adaptations de Poe en bande dessinée, tandis qu’une nouvelle génération semble indiquer un changement de direction depuis une quinzaine d’années. En effet, deux tendances se font remarquer, l’une « servante », respectant la lettre et le texte, et l’autre plus « émancipante », prenant une distance avec l’œuvre originale. Des adaptations ayant une relation formelle, matérielle ou bien fonctionnelle, à celles s’appropriant l’univers entier de l’écrivain, l’hybridité du support qu’est la bande dessinée permet à l’adaptation de franchir un degré de plus : ainsi, le texte et l’iconotexte modifient le rapport du lecteur à l’œuvre.

10Nous entraînant plus profondément dans l’univers des romans graphiques, Guillaume Labrude a présenté une communication intitulée « Batman: Nevermore. L’héritage d’Edgar Allan Poe ». C’est en 2003 que Lane Wayne et Guy Davis ont proposé l’alliance de deux maîtres de la culture américaine à travers cette bande dessinée. La longévité du personnage mythique de Batman est due à sa capacité d’adaptation, a expliqué Guillaume Labrude. Dans cette œuvre-là, non seulement Poe est présenté à l’image de Bruce Wayne, il ne cesse de revivre un traumatisme, un évènement violent et fondateur, mais il est aussi inspiré par les aventures du Batman qu’il utilise pour écrire ses récits de détection. Batman: Nevermore montre ainsi que la pérennité d’une œuvre peut s’exprimer de différentes façons. En effet, la bande dessinée reprend l’univers des nouvelles de l’auteur mais aussi certains aspects biographiques de ce dernier.

11Malgré l’absence regrettée de Maryse Petit, Dominique Bolzinger a pris la parole à sa place pour présenter son étude des crimes poesques dans la conférence « Entrer dans l’esprit : profils de Poe ». Trois angles figurant de manière récurrente dans les nouvelles d’Edgar Allan Poe ont été analysés : l’observation des faits, l’incarnation en tueur et le profilage des personnages. Ainsi, l’héritage de Poe a été montré à travers des protagonistes comme Sherlock Holmes, ou plus récemment Abby de NCIS qui, tout comme Auguste Dupin, voient ce que les autres ne voient pas, mais également à travers des personnages comme Dexter, dont les auteurs rationalisent l’irrationalité et la perversité, tel que le fait Poe dans de nombreuses nouvelles. Enfin, c’est la capacité d’intersubjectivité rendue possible par le personnage d’Auguste Dupin qui était au cœur de cette conférence, faisant apparaître les personnages de Poe comme les précurseurs du profilage. Cette conférence a ainsi montré que les nouvelles de Poe hantent toujours l’inconscient imaginaire des écrivains et réalisateurs contemporains.

12Après ce parcours de l’influence d’Edgar Allan Poe dans la littérature, cette dernière a laissé sa place à l’art contemporain. Isabelle Limousin, dans sa conférence « Edgar Allan Poe dans l’art contemporain et son exposition » a présenté toute une gamme d’œuvres d’art produites dans les quinze dernières années, rendant hommage à Poe de manière directe, à travers la forme, ou indirecte, à travers le sujet. Après avoir introduit diverses expositions, « Terror of the Soil » d’Alan Miller mais aussi « Le Mystère de Marie Roger », c’est « La Lettre volée » de Vincent Pecoil, exposition collective qui s’est tenue au FRAC de Franche-Comté en 2004, qui a retenu l’attention de la conférencière. Cette communication s’intéressait au contraste entre les œuvres rendant hommage à Poe à travers leur apparence et celles lui rendant hommage à travers leurs messages. Ainsi, la subtilité des choix d’artistes pour ce faire a permis de refléter l’originalité de ces nombreuses œuvres d’art.

13La conférence d’Élodie Chazalon « Po(e)pulaire : le “phénomène Poe” dans la culture visuelle contemporaine » a montré l’empreinte de Poe sur l’inconscient collectif et dans la culture matérielle (ainsi que numérique). Des bobbleheads aux poupées, en passant par la vaisselle et autres collector’s items, l’imaginaire poesque se décline sous diverses formes, souvent d’un matérialisme pour le moins incongru. Il semble que l’auteur mais aussi les topoï visuels et littéraires de son œuvre soient toujours revisités, avec plus ou moins de « fidélité » à l’égard de l’œuvre originelle. Cette conférence portait donc sur la vulgarisation de l’œuvre poesque, voire sa « Macdonaldisation ». Elle a montré la polarité entre culture de masse et culture minoritaire. Ainsi, la qualification des œuvres de Poe comme « Kitsch » par J. G. Kennedy, bien que remise en cause, semble s’accorder avec ces produits dérivés.

14Après ces excursions dans la littérature et la culture contemporaines, Chloé Huvet et Eric Lysoe ont chacun présenté une communication axée sur les reprises de Poe dans la musique classique de la fin du xixe et du début du xxe siècle. C’est avec « “The Masque of the Red Death” comme matrice compositionnelle : de la nouvelle de Poe au conte fantastique de Caplet » par Chloé Huvet, que cette partie musicale et musicologique du colloque a débuté. La conférencière a ainsi expliqué qu’au début du XXe siècle, divers projets musicaux inspirés des nouvelles poesques se sont fait jour, notamment en France. Encore une fois, la traduction de Baudelaire, qu’il a coupée mais aussi étoffée, a servi de base à Jules Caplet. Le Conte fantastique de Caplet montre le recours au triton, forme musicale traditionnellement jugée « diabolique », ici exploitée à travers l’utilisation de la harpe. À cela s’ajoute l’emploi d’un chromatisme dans le morceau de Caplet dont la complexité vise à rappeler celle de la nouvelle. Ainsi, des résonances profondes entre le texte de Poe et la partition de Caplet se créent, tous deux montrant des formes enchevêtrées.

15Dans sa conférence « Debussy et “The Fall of the House of Usher” » Eric Lysoe a pu confirmer que l’œuvre de Poe se prêtait aux adaptations musicales. Il a montré comment Debussy s’est emparé de cette œuvre pour exprimer ses angoisses. Ici, le musicien utilise le conte poesque pour mettre en scène le cancer qui allait l’emporter, laissant ainsi son opéra inachevé. Dans l’opéra, le médecin apparaît comme le messager de la mort, et Madeline comme un personnage idéal, construite comme une allégorie de la musique. Debussy a également choisi de remplacer la dynamique verticale de la nouvelle (exprimée par les différents étages de la maison) par une dynamique horizontale (Madeline sera trouvée morte étendue au pied de l’escalier). A cela s’ajoute la prédominance des mouvements horizontaux sur les lignes compositionnelles. Ainsi, Chloé Huvet et Eric Lysoe ont montré comment les œuvres de Caplet et de Debussy, entre autres, ont pu donner aux spectres de Poe une résonance sonore.

*

16Les derniers conférenciers ont dédié leur temp de parole à l’empreinte de Poe sur le septième art. Dennis Treddy, dans son propos intitulé « “Poe Adaptation” ou “Post-Adaptation” : Comment évaluer le cycle actuel d’adaptations filmiques et télévisuelles des œuvres d’Edgar Poe ? », a reconstitué un immense tableau des reprises cinématographiques de Poe. Dennis Treddy a ainsi décliné, au fil des adaptations poesques, les dix catégories d’adaptations proposées par Thomas Leicht, de l’adaptation « conservatrice » à « l’imitation d’imitation ». Tandis que certaines adaptations renvoient avec précision aux textes, d’autres se contentent de se fonder sur une seule fonction cardinale ou même sur une simple allusion à l’œuvre, créant ainsi un fossé entre les différentes reprises. Les fictions, musiques, mais aussi séries télévisées s’inspirant des œuvres de Poe ou mettant en scène l’auteur lui-même témoignent de sa popularité omniprésente.

17S’intéressant plus particulièrement à Jean Epstein et à son film emblématique, Isabelle Labrouillère a présenté un propos intitulé « La Chute de la maison Usher comme manifeste esthétique (1928) ». Ce film avant-gardiste met en scène deux trames narratives : celle de « The Fall of the House of Usher » et celle du « Oval Portrait », une seconde nouvelle qui permet d’exposer la concurrence entre peinture, musique et cinéma. Dans plusieurs scènes, Epstein exploite la capacité du cinéma à imiter la peinture classique, celle de Holbein par exemple. L'instabilité du réel et la représentation de l’irreprésentable caractérisant les nouvelles de Poe sont également présentes chez Epstein grâce à la déficience du personnage de Alan (qui figure le narrateur anonyme de la nouvelle) et à l’incertitude entre vie et mort provoquée par l’oxymore qu’est le tableau vivant. La conférencière a aussi relevé l’ironie méta-cinématographique d’un film reprenant « The Oval Portrait » afin de vanter les mérites du cinéma contre ceux de la peinture.

18La communication de Gilles Menegaldo « Poe au prisme du cinéma hollywoodien, de Griffith (à Corman) aux années soixante » a évoqué diverses œuvres s’emparant des contes de Poe et, tout comme en littérature, de sa vie personnelle (bien qu’étant peu souvent fidèles aux deux). Il a notamment été question de la trilogie poesque, comprenant « The Raven », « The Murders in the Rue Morgue » et « The Black Cat », mettant en scène des sujets sensibles, notamment le darwinisme et l’homosexualité, et traduisant ainsi certaines inquiétudes de l’époque. Gilles Menegaldo a ensuite parlé de The Tell-Tale Heart par Dassin et de The Fall of the House of Usher par Corman, dont il a analysé plusieurs extraits dans sa conférence, montrant ainsi les qualités d’adaptation dont ces réalisateurs ont fait preuve, mais aussi l’engouement du cinéma hollywoodien pour les reprises d’Edgar Allan Poe.

19Dans une communication mêlant illustrations anciennes et courts métrages contemporains, Jérôme Dutel a présenté « The Fall of the House of Usher en quelques images ? ». Il y a été question de l’attrait de Aubrey Beardsley pour l’érotisme et pour la transgression dans des illustrations présentant un parfait équilibre entre noir et blanc, et privilégiant une dimension psychologique en dirigeant le regard du spectateur vers ce qui, chez le personnage, demeure vide. Les illustrations des bandes dessinées d’horreur de Richard Corben, dans lesquelles l’auteur exprime sa propre vision des thèmes qu’il retrouve dans les écrits de Poe, ont également été analysées. Enfin, Jerôme Dutel a montré l’originalité du réalisateur tchèque Jan Svankmajer qui dans son court métrage adapté de « The Fall of the House of Usher » a choisit de délaisser les corps au profit des objets. Ainsi, dans ce dernier hypertexte, les corps sont représentés, mais sans les personnages, remplacés par des objets contribuant à l’atmosphère d’inquiétante étrangeté présente dans la nouvelle.

20Deux communications portaient tout particulièrement sur l’influence de Poe dans le cinéma d’épouvante. Dans « Beauté sur l’horreur : Quand Argento rencontre Poe » Pierre Jailloux a proposé une analyse de Two Evil Eyes du maître italien du giallo, un moyen métrage méconnu reprenant « The Facts in the Case of M. Valdemar » et « The Black Cat ». Dans ce dernier, Argento combine l’attrait de Poe pour la photographie avec son goût pour la notion de perversité généralement présente dans ses écrits par le biais d’un protagoniste photographe très enthousiaste quant à son travail : photographier des scènes de crimes. En effet, dans ce film, le photographe se veut artiste et la mort devient ainsi la beauté, en accord avec le texte de Poe « The Philosophy of Composition ». Enfin, le chat, le pieu et la pendaison font aussi directement références à l’œuvre de l’auteur et mettent ainsi en valeur ses caractéristiques étranges et macabres.

21Dans la communication « “Hop-Frog” fiction matricielle du film d’horreur américain », Florent Christol s’est intéressé au schéma narratif de la nouvelle “Hop-Frog” en montrant la valeur culturelle de ce dernier. En effet, du début des années 1970 au milieu des années 1980, on retrouve une longue liste de films d’épouvante reprenant le même topos que la nouvelle de Poe, parmi lesquels Carrie (1976), Willard (1971), ou encore Horror High (1973). Le motif du liquide jeté au visage du personnage Tripetta dans le conte original, le bal masqué où se déroule la nouvelle, la question de la « bestialisation », la vengeance par le feu mais aussi le rejet de l’autorité défaillante sont des critères récurrents dans de nombreux films d’horreur de cette période et semblent montrer l’expression singulière du même mythe culturel. En effet, le parallélisme entre la nouvelle de Poe et ces films est apparu comme indéniable.

22C’est dans un univers aussi singulier qu’étrange que nous a emmenés Christian Chelebourg dans sa communication « Le Chat et la souris : Tim Burton ou Edgar Poe dans le disneyverse ». C’est avec le court-métrage autobiographique Vincent, qui fait explicitement référence à Poe, que le lien entre les deux maîtres de l’étrange a été établi. En effet, la jouissance morbide présente dans le court-métrage, l’enterrement prématuré rappelant au cinéaste sa chambre, mais surtout le goût pour l’étrange semblent désigner Edgar Allan Poe comme « le noyau identitaire » de Tim Burton. On retrouve également l’atmosphère poesque dans Frankenweenie et dans The Nightmare before Christmas, films en apparence très gothiques. Cependant, tandis que Poe apparaît comme le maître des fictions sans fin heureuse, Christian Chelebourg a expliqué que Burton fait basculer la mélancolie poesque dans le divertissement mainstream. On trouve l’exemple du personnage Jack Skellington devenu emblème gothique qui, aux antipodes des protagonistes de Poe, cherche à faire le bonheur de son entourage, satisfaisant ainsi le public. Chez Burton, cet enthousiasme pour la gaieté dans des films aux décors si sombres s’explique par la commercialisation de Halloween, mais aussi par les liens unissant le réalisateur à l’empire de Walt Disney.

23Cependant, Burton n’est pas le seul à avoir fait de la mélancolie poesque un fonds de commerce. La communication « Usher 2000, ou comment adapter “The Fall of the House of Usher” au xxie siècle » de Christophe Chambost a exploré les raisons de la popularité de Poe, la fameuse question de la fidélité qui se posait précédemment en littérature, mais aussi les nombreuses reprises de « The Fall of the House of Usher » au xxie siècle. Ces dernières années, une vague de films reprenant la nouvelle de l’auteur a envahi les écrans. Mais dans ces adaptations, l’importance du visuel, la primauté des transgressions et l’atmosphère poesque semblent certaines fois maîtrisées et d’autres fois délaissées. Du pastiche (The Fall of the Louse of Usher) à la « Gothic Romance » (Crimson Peak) en passant par l’homo-érotisme (Poe's The Fall of the House of Usher), les spectres de Poe se sont répandus en grand nombre dans le monde du cinéma.

24C'est une tout autre nouvelle, « Berenice », qui a été présentée par Jocelyn Dupont dans sa communication « Variations odontologiques de “Berenice” à Twixt ». La nouvelle met en scène la figure de la bien-aimée, la jeune femme à la foi adorée et victimisée. « Berenice » est le premier récit moderne à thématiser les dents, et le texte agit par sublimation. Le narrateur de ce célèbre conte est affligé d’une dégradation morale tandis que Bérénice souffre, elle, d’une affection physique. À l'image de la nouvelle, l’adaptation de F. F. Coppola témoigne d’un mélange étonnant d’humour grotesque, d’hallucinations psychopompiques et de dents. Jocelyn Dupont a notamment souligné l’expression de l’odontophilie à travers l'appareil dentaire de V, protagoniste de Twixt ainsi que le lien entre l’odontophilie et les vampires, pourtant absents de l’œuvre poesque. Présentant des choix chromatiques insolites, Twixt est en partie filmé comme un rêve, grâce à une alliance entre une esthétique gothique et fantasmagorique, et met en scène les vies personnelles de l’auteur et du réalisateur, révélant les traumatismes subis, secrets et ici pourtant dévoilés par ces derniers.

25Au cours de ces sept jours, la relation entre la vie personnelle et l’œuvre de l’auteur, la notion de la fidélité et la question de l’adaptation, entre autres, ont fait s’interroger l’ensemble des participants sur les raisons de la pérennité de l’œuvre mais aussi sur la difficulté éprouvée par les cinéastes, traducteurs, écrivains et artistes à satisfaire un public aux attentes hétéroclites. De par sa richesse intermédiale, le colloque « Spectres de Poe dans la littérature et les arts » nous a ainsi transportés autour du monde, démontrant l’ampleur de l’empreinte poesque dans l’histoire de la musique, de l’art, de la culture, du cinéma et de la littérature.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Quesnel, « « Spectres de Poe dans la littérature et les arts » », Transatlantica [En ligne], 1 | 2017, mis en ligne le 28 novembre 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/transatlantica/8817

Haut de page

Auteur

Chloé Quesnel

Université Paul Valéry Montpellier 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Transatlantica – Revue d'études américaines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo AEFA - Association Française d'Etudes Américaines
  • OpenEdition Journals