Navigation – Plan du site
Varia

La crise kenyane de 2008

Les leçons de Kuresoi
The 2008 Kenyan Crisis. Lessons from Kuresoi
Bernard Calas
p. 7-30

Résumés

Cette contribution s’intéresse aux causes de la violence post-électorale kenyane de janvier-février 2008, à partir de l’exemple d’une circonscription – celle de Kuresoi, dans le district de Molo, au centre-ouest de la province de la vallée du Rift – dont l’originalité est d’être un épicentre de violence à chaque élection et même entre les élections. À partir de cet exemple, elle souligne certains des facteurs structurants de cette élection et de cette crise, bien plus profonde que la seule contestation des résultats truqués. C’est l’ensemble de la crise de 2008 qui est revisité, non pas bifurcation ou rupture, mais réplique de ces secousses récurrentes qui agitent et ensanglantent le Kenya depuis le retour du multipartisme en 1991.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Raila Odinga, candidat de l’Orange Democratic Movement (ODM), parti d’opposition formé pour port (...)
  • 2 Kenya National Commission on Human Rights (KNCHR), On the Brink of the Precipice: a Human Right (...)
  • 3 La grande dispersion des camps de déplacés kenyans illustre la dispersion et le caractère locali (...)

1Du 27décembre 2007 au 17avril 2008, la crise kenyane1 voit se succéder quatre moments distincts: la période électorale proprement dite, du vote du 27décembre à l’annonce des résultats le 30décembre 2007; la crise dans toute la complexité de la confusion des types de violences (du 30décembre au début février), dont le bilan humanitaire s’élève à 1162morts documentées2 et 350000déplacés (Internaly Displaced Persons, IDP) dans plus d’une centaine de camps3; la négociation de l’accord de partage du pouvoir du 15janvier au 28février, date de sa signature sous la houlette de Kofi Annan – installé au Kenya pendant pas moins de quarante et un jours comme médiateur; et, enfin, entre le 28février et le 18avril, les tractations entre Big men kenyans pour la constitution du gouvernement de Grande Coalition. Le Standard peut alors titrer, mi-scandalisé, mi-soulagé, qu’il n’y a «Pas de Mercedes neuve pour Raila», le nouveau Premier ministre, sonnant ainsi le retour à une vie politique normale et fermant la parenthèse de ces quatre mois qui ont propulsé le pays sur le devant de la scène médiatique mondiale. L’accord de partage du pouvoir voit les trois principaux protagonistes de la compétition présidentielle – Mwai Kibaki candidat du Parti de l’unité nationale (Party for National Unity, PNU), Raila Odinga candidat du Mouvement démocratique orange (Orange Democratic Movement, ODM) et Kalonzo Musyoka candidat du Mouvement démocratique orange - Kenya (ODM-K) – participer au gouvernement, respectivement comme président réélu, Premier ministre et vice-président.

  • 4 Pour approfondir les pistes lancées par cet article, le lecteur se référera au dossier réalisé s (...)
  • 5 L’architecture administrative du Kenya emboîte huit provinces dont celle de la vallée du Rift, d (...)
  • 6 L’indépendance avait été accordée sous les auspices du multipartisme, opposant notamment la Keny (...)

2Cet article ne reviendra pas sur les élections du 27décembre 2007 et leurs résultats, ni sur le déroulement de la crise qui a suivi et à laquelle le monde a assisté, pétrifié par l’effondrement apparent d’un pays jusque-là considéré comme un îlot de stabilité et de relatif développement dans une région agitée4. À partir d’une étude de la circonscription électorale de Kuresoi, dans le district de Molo, au centre-ouest de la province de la vallée du Rift5, mon travail souligne certains des facteurs structurants de cette élection et de cette crise, bien plus profonde que la seule contestation des résultats truqués; il étaye la lecture que, à la suite d’autres chercheurs, j’ai faite des quatre premiers mois de 2008, non pas bifurcation ou rupture, mais réplique de ces secousses répétées qui agitent et ensanglantent le Kenya depuis le retour du multipartisme6 en1991. Il s’agit ensuite de questionner la formule «violences post-électorales» qui, en liant violences et élections, désigne la période comme quasi autonome. De ce fait, cette formule sépare périodes électorales et périodes interélectorales, et normalise ces dernières en gommant les contradictions et les tensions récurrentes sur lesquelles s’inscrivent et avec lesquelles jouent les stratégies politiques. Le présent article entend rappeler que la réalité est plus complexe et que, bien qu’essentiels à la compréhension de la géographie contrastée de la violence, les seuls enjeux électoraux ne suffisent pas à en circonscrire les facteurs.

La circonscription de Kuresoi
Au cœur de la (crise) politique kenyane

  • 7 Voir à ce propos l’article de Claire Médard, «Quelques clés pour démêler la crise kényane: spo (...)

3Pourquoi s’intéresser spécifiquement à la circonscription de Kuresoi? Parce que, depuis1991, elle est au cœur de la (crise) politique kenyane, et qu’elle met en lumière l’articulation entre les périodes pré- et post-électorales et les tensions de longue durée qui travaillent la société kenyane; ensuite, parce qu’elle permet de préciser l’intrication entre déterminants d’échelle nationale, manipulations politiciennes et facteurs locaux, dans la maturation, le déclenchement et la prolongation de la violence. Surtout, à partir de cet exemple, c’est la nuance – souvent hâtivement gommée et pourtant essentielle à la compréhension de la subtilité des situations différenciées – entre tensions et violences qui est rappelée. En effet, si au Kenya les facteurs de tension ne manquent pas, ils sont loin de tous toujours dégénérer en violences. Enfin, parce qu’au cœur de la zone de tensions de la vallée centrale du Rift, elle invite le géographe à revisiter la structuration géopolitique interne du Kenya et, notamment, à réfléchir à la notion de frontière7.

Les élections du 27 décembre 2007 à Kuresoi

  • 8 Institute For Education in Democracy, Understanding elections in Kenya A Constituency Profile Ap (...)
  • 9 Daily Nation, 30décembre 2007.
  • 10 À partir de l’introduction du multipartisme en1991, au cours de la seconde partie du régime Moi (...)
  • 11 Saturday Standard, 29décembre 2007, p.10

4En décembre 2007, la circonscription de Kuresoi compte 90949inscrits sur les listes électorales (contre 62321 en2002 et 56000 en1997). La participation y atteint 75%, (contre 86% en1997 et 60% en2002)8. Aux présidentielles, Mwai Kibaki (19146voix) y est nettement devancé par Raila Odinga (50470voix). Aux législatives, Zakario Cheruiyot, le candidat du Mouvement démocratique orange, récolte 25875voix et est élu député de l’opposition parlementaire. Il n’est pourtant élu qu’avec moins de 30% des inscrits9. En effet, il ne devance que d’un peu plus de 4000voix son concurrent le plus proche – Moses Cheboi, l’ancien député, transfuge de la Kenya African National Union au Safina10 – puisque celui-ci engrange 21332voix. Le candidat du Parti de l’unité nationale, Thuku Kabiya, reçoit 9870votes et Joseph Kebenei, de la KANU, 4012voix11. La victoire serrée du candidat ODM tient donc pour partie à la dispersion de ses concurrents locaux. La différence des scores des candidats de l’ODM aux législatives et aux présidentielles souligne la disjonction des enjeux locaux et nationaux, le brouillage introduit par la multiplicité des candidatures locales et la défiance qu’éprouve la majorité des électeurs de la circonscription vis-à-vis de leur nouveau député.

  • 12 Ces deux circonscriptions rappellent que, au-delà du hold-up électoral opéré par Kibaki sur la p (...)

5Dans la circonscription voisine de Molo, le nouveau député, Joseph Kiuna, candidat du PNU, a été élu avec 54057voix contre 18010à son plus sérieux opposant et aux présidentielles, Mwai Kibaki a reçu 75261voix contre 23268à Raila Odinga. La cohérence du vote entre présidentielles et législatives y est donc plus grande qu’à Kuresoi12. En2002 déjà, les résultats des législatives avaient été relativement serrés à Kuresoi par rapport à ceux de Molo. Le vainqueur d’alors, Moses Cheboi, n’avait été élu que par 16581électeurs sur les 62321inscrits, soit moins de 26% du corps électoral.

  • 13 Les Kalenjin forment une confédération lâche de plusieurs groupes ethniques: Nandi, Tugen, Kips (...)

6À Kuresoi, la violence ne suit pas les élections, mais elle les précède. La circonscription est minée par les affrontements depuis longtemps. Le 9décembre 2007, le Daily Nation titrait déjà «Le prix du tribalisme politique» à propos d’une enquête approfondie sur les conflits qui enflammaient la circonscription depuis six semaines. D’après l’organisation chargée des déplacés, les violences y avaient déjà fait 25morts, 16000déplacés et 250maisons brûlées, alors que les chiffres de la police faisaient état de 16morts, 280familles déplacées et 67maisons brûlées. Selon les reporters, ces dégâts résultaient d’opérations de nettoyage ethnique préélectorales destinées à empêcher les non-Kalenjin – principalement Kikuyu et Kisii – de prendre part au vote du 27décembre 2007. Kuresoi se situe en effet au cœur de la zone de cohabitation de la vallée centrale du Rift: quelque 35000des 90000inscrits sur ses listes électorales sont Kikuyu ou Kisii, les autres étant Kalenjin13, plutôt Kipsigis.

  • 14 Cité par IRIN (Integrated Regional Information Networks), septembre 2007. Toutes les traductions (...)
  • 15 KNCHR,On the Brink of the Precipice…, op. cit., p.72.
  • 16 Kinyanjui Kombani, The Last Villains of Molo, Nairobi, Acacia Publishers, 2004, 186pages.
  • 17 Human Rights Watch, Ballots to Bullets. Organized Political Violence and Kenya’s Crisis of Gover (...)
  • 18 KNCHR, On the Brink of the Precipice…, op. cit., p.79.

7Les modalités concrètes de ces opérations de nettoyage ethnique sont connues. Les assaillants intimident d’abord leurs victimes en leur adressant des messages et des lettres anonymes très explicites. À quelques kilomètres de Kuresoi, à Likia, dès mai2007, un message anonyme avait été largement diffusé, qui mettait en garde les étrangers à la région en clamant: «Ceci est notre terre depuis avant [sous-entendu la colonisation]… Le temps est venu pour vous de quitter notre terre et de retourner sur les vôtres!… Quiconque désobéira sera tué! L’armée des protecteurs et propriétaires de la vallée du Rift est prête à combattre pour ses droits jusqu’à la dernière goutte de sang14!» Souvent relayés par les radios locales – la radio kalenjin Kass a été montrée du doigt par la plupart des rapports des think tanks –, ces messages en langue vernaculaire ont pour but de pousser les habitants à fuir dans les forêts, les champs ou vers les camps de réfugiés urbains; après quoi leurs maisons sont incendiées, ce qui empêche toute velléité de retour à court terme. Les témoignages montrent que la violence est organisée par des notables locaux – propriétaires, députés, maîtres d’écoles, commerçants, propriétaires de matatu (taxis collectifs)– et que les résidents, s’ils n’obtempèrent pas aux injonctions les pressant de prendre une part active aux nettoyages et s’ils ne se montrent pas empressés à soutenir les opérations violentes, soit directement, soit indirectement sous forme de financement, sont menacés de représailles par leurs frères ethniques. Le rapport de la Commission nationale kenyane des droits de l’homme (Kenya National Commision on Human Rights, KNCHR) dénonce «la pression mise sur les hommes jeunes pour défendre leur communauté en participant au combat… Cette pression a certainement contribué à la diffusion de la violence dans la mesure où ces jeunes avaient souvent peu de latitutde pour décider de participer ou non à ces combats. Même dans la communauté d’affaires, la pression était forte pour imposer l’agenda ethnique15». Le rôle de cette contrainte sociale dans la mobilisation des énergies violentes, la polarisation forcée des identités ethniques et la construction des nationalismes ethniques sont au point de départ de l’intrigue du roman The Last Villains of Molo16. En2007-2008, le désœuvrement des adolescents scolarisés dont les écoles étaient fermées à cause des événements a fourni aux recruteurs de milices un gisement de main-d’œuvre supplémentaire, facilement mobilisable, alimentant ainsi la peur que le Kenya ne connaisse à son tour le phénomène des enfants-soldats. La violence résulte d’abord de la grande pauvreté et de l’oisiveté forcée des jeunes hommes – encore souvent des écoliers ou des lycéens à la rue du fait de la fermeture de leur établissement – prêts à s’enrôler dans les milices et à tuer pour des sommes dérisoires (15000shillings, soit 150euros selon Human Rights Watch17, 200à 500shillings, soit entre 2et 5euros selon le KNCHR Report). Ainsi, beaucoup d’élèves de l’Amaro Secondary School, un des lycées de la circonscription, ont-ils participé aux violences aux côtés des miliciens kalenjin18.

  • 19 Standard, 6décembre 2007. L’hypothèse d’une provocation des milices kikuyu n’est pas à exclure.
  • 20 Le GSU est l’équivalent kenyan des CRS français.
  • 21 Les partis politiques organisent, sans aucune aide financière de l’État, ni aucun garde-fou léga (...)
  • 22 Plantations qui appartiennent à la famille Moi elle-même.
  • 23 Standard, 5décembre 2007.
  • 24 Daily Nation, 3janvier 2008.
  • 25 Human Rights Watch, Ballots to Bullets…, op. cit.

8Les premières escarmouches remontent au 20octobre 2007 à Cheptagunu, où deux maisons sont brûlées et trois personnes lynchées19. Cet incident réenclenche le cycle violence/vengeance puisque les24 et 26octobre, des maisons sont brûlées à Kamwaura et Githiriga et 24têtes de bétail sont volées. Début novembre 2007, -l’arrivée du General Service Unit (GSU)20 calme momentanément le secteur. Mais, à la fin du mois, l’épisode des nominations rallume les hostilités21. En effet, une émission de radio en kipsigis diffuse une fausse nouvelle concernant la soi-disant nomination de Moses Cheboi, l’ancien député, comme candidat ODM alors que les primaires avaient été remportées par Cheruiyot. Aussi le 27novembre, des miliciens attaquent-ils Temuyota4farm; le soir même, la vengeance touche Giticha, Murinduka et Nyakinya. Le29, deux bandes s’affrontent et le 3décembre, ce sont des boutiques de commerçants kikuyu du Keringet Trading Centre qui sont pillées puis brulées. Aussi, dès le 5décembre, les familles de 300 des travailleurs des plantations de thé de Kiptagich22 – souvent des Kikuyu ou des Kisii, pourtant sans propriété à Kuresoi – campent-elles autour du bureau du District Officer d’Olenguruone et 200familles au poste de police de Keringet23. Les élections passées, la violence s’accroît. Les 1eret 2janvier, des dizaines de maisons ont été incendiées dans la circonscription, aux lieux-dits de Nyakinuyia, de Karirikabinia et de Muchorwe notamment24. La toponymie révèle que les agresseurs visaient essentiellement des hameaux kikuyu. Ces violences incitent les victimes – surtout des allochtones kikuyu et kisii – à s’installer dans des camps de fortune, provisoires et plutôt urbains. Dès le début décembre 2007, à la suite des frictions de Kuresoi, un camp de personnes déplacées est installé à la Apostolic Faith Church, une église évangélique kikuyu localisée entre le Molo District Commisionner Office et le Molo Police Post. Dans la vallée centrale du Rift, ces déplacements de population aboutissent momentanément à une kalenjinisation des campagnes et à une kikuyuisation des villes25.

  • 26 Cheboi avait déjà été montré du doigt par le rapport de Human Rights Watch sur les élections de (...)
  • 27 KNCHR, On the Brink of the Precipice…, op. cit., p.78.
  • 28 Celui-ci est aujourd’hui le seul bâtiment intact du petit centre commercial, centre de gravité d (...)

9Ces violences ont été organisées. Une partie d’entre elles fut le fait de gangs de militants ODM (principalement des Kalenjin) visant les supposés supporters PNU. Du fait de l’ethnicisation de la politique kenyane depuis l’Indépendance, les premiers étaient plutôt kalenjin et les seconds plutôt kikuyu. Cette violence politicienne a dégénéré puisqu’elle a entraîné des contre-attaques de la part des Kikuyu. Néanmoins, la réalité est plus complexe que le simple affrontement interethnique, aussi indéniable que peu spontané. À Kuresoi, la violence s’exprime aussi dans des affrontements entre des bandes à la solde d’hommes politiques rivaux – des notables locaux, notamment Cheruiyot et Moses Cheboi26 – quoique de même origine ethnique, en l’occurrence kalenjin. Le rapport de la Commission nationale kenyane des droits de l’homme dénonce l’ancien député de Kuresoi Moses Cheboi comme l’un des instigateurs de cette vague de violence dont l’objectif avoué était de nettoyer la circonscription des Kikuyu27. La planification aurait été décidée dès avant les élections, juste après l’épisode des nominations. Le 22décembre 2007, une réunion rassemblant une soixantaine de notables locaux kalenjin à Keringet déclarait la guerre aux Kikuyu et aux Kisii. De plus, il est attesté que la résidence de Moses Cheboi à Olenguruone était un des quartiers généraux des milices kalenjin. L’enjeu était de garantir le siège de député aux Kalenjin et d’interdire l’accès à la terre aux Kikuyu et aux Kisii. Des indices de cette préparation soigneuse de la violence abondent. À Kamwaura, les milices se réunissaient dans les hameaux kalenjin pour ensuite viser les hameaux peuplés de Kikuyu. Dans la division de Kuresoi, les raiders se réunissaient à Kongoi farm, Kio, Ogilge, Set Kobor et Kipkewa, pour attaquer Murinduko, Tegea, Central, Mwaragania, Githima et Kuresoi. Dans la division de Kamara, les raiders se regroupaient à Kapsinendet. Des renforts venaient d’Eldame Ravine. Ce groupe a ravagé le Total Trading Center. À Mau Summit, les raiders se regroupaient soit à Sinendet farm chez un ancien maître d’école à la retraite, soit au Leopard Park Hotel28, situé dans le petit centre commercial lui-même, où ils étaient stipendiés par l’un des managers de l’hôtel.

Les ferments de la violence

La question foncière

10Il existe un relatif consensus sur le fait qu’au Kenya, la question foncière constitue la première cause des tensions, sociales et/ou ethniques. Pourquoi?  

  • 29 Y.Droz, Migrations kykuyus. Des pratiques sociales de l’imaginaire, Paris, Éditions de la Maiso (...)
  • 30 Republic of Kenya, Report of the Commission of Inquiry into the Land Law System of Kenya on prin (...)

11D’abord parce qu’elle irrigue l’ensemble de la vie politique kenyane depuis le temps de la colonisation. Pour comprendre la centralité de la question foncière dans la vie politique kenyane, il faut d’abord revenir au rôle primordial de la disponibilité foncière dans l’accumulation et dans les possibilités de développement. 60% des Kenyans ruraux et 75% de la population active trouvent à s’employer dans l’agriculture. Certes, le secteur agricole ne représente que 50% du produit intérieur brut, mais la terre reste essentielle à la production de richesse, à la reproduction sociale et à la gestion des risques économiques et sociaux, dans la mesure où la tenure constitue un amortisseur de crise indéniable. Plus encore, la propriété se situe symboliquement au centre de l’ethos national. Au Kenya, l’épanouissement social passe autant par le mariage et la descendance que par la propriété, parfois même l’acquisition et le défrichement29. Cela explique que, au-delà des évolutions économiques contemporaines qui vont dans le sens d’une urbanisation, d’une industrialisation et d’une tertiairisation des modes d’accumulation, la question foncière innerve encore l’ensemble de la vie politique kenyane. «Pour les Kenyans du cru, la terre possède une valeur spirituelle importante… La terre appartient à une famille étendue dont beaucoup de membres sont morts, quelques-uns sont vivants et une infinité sont à venir» affirme le rapport de la commission Njonjo30.

  • 31 Pour une analyse des représentations littéraires de la ville, voir R.J.Kurtz, Urban Obsessions (...)
  • 32 J.O.Oucho, Undercurrents of Ethnic Conflict in Kenya, Leyde, Brill, 2002, p.155.

12Cette dimension est sans aucun doute confortée par l’idéologie ruraliste et anti-urbaine qui façonne les représentations géographiques de la société kenyane. Héritiers des missionnaires pour qui la ville évoque tout à la fois Sodome, Gomorrhe et Babel, les Kenyans la décrivent comme un lieu de perdition, de dépravation, mais aussi de manière ambivalente, d’enrichissement par la prédation31. C’est pourquoi, même si leur espace d’enrichissement est de plus en plus la ville, leur horizon d’épanouissement et de réalisation reste clairement rural. Le shamba (champ) est un des attributs essentiels de l’homme kenyan. «La propriété foncière […] est devenue le mètre étalon pour mesurer le succès, même aux dépens des Kenyans sans terre, y compris de ceux qui ont perdu leurs terres dans des transactions douteuses32.» Aussi les inégalités d’accès à la terre attisent-elles les jalousies, les haines et les rancœurs, et elles sont des leviers commodes de mobilisation politique. En cela, les campagnes kenyanes manquent singulièrement d’originalité.

13La question foncière s’impose d’autant plus comme le pivot de la vie politique que l’État kenyan, colonial puis postcolonial, s’est construit autour de cette question. Dès le début du xxesiècle, les Britanniques conçurent en effet le Kenya comme une colonie de peuplement. Avec l’aval de l’administration coloniale, un colonat blanc s’empara de terres vastes et souvent fertiles (7millions d’hectares au total, pour la plupart à plus de 1574mètres d’altitude soit 5000pieds, limite altitudinale supérieure du paludisme à l’époque) en expulsant les noirs qui y étaient installés, les regroupant dans des Natives Reserves (réserves indigènes) rapidement surpeuplées. L’ensemble de ces domaines agricoles constituait les White Highlands (Hautes Terres blanches), plus tard appelées Scheduled Areas (secteurs planifiés). Le terroir de Kuresoi – entre 2300 et 2800mètres d’altitude – appartenait à ces terres blanches. De tels grands domaines coloniaux fonctionnaient grâce à une main-d’œuvre agricole recrutée dans les Natives Reserves. Cette population salariée avait le droit de cultiver des plantes vivrières annuelles sur de petits lopins localisés aux marges ou dans les bas-fonds des grands domaines, une forme d’usufruit accordé sans contrepartie légale qui faisait d’elle des squatters. La construction de l’État colonial au début du xxesiècle s’est donc appuyée sur l’accaparement et la mise en valeur de ce vaste domaine foncier.

14La question foncière est d’abord celle des opérations de lotissements des grands domaines coloniaux (settlement schemes), ensuite celle des accaparements fonciers indus et illégaux (land grabbing) aux dépens des terres publiques et enfin, celle des déclassements forestiers, notamment opérés à la fin du régime Moi.

15Lors de l’Indépendance, de vifs débats ont opposé les radicaux – conduits par Bildad Kaggia et Zedekiah Abyieni – tenants d’une expropriation sans contrepartie des colons des White Highlands, aux libéraux (Khasakhala, Gachgo et Tom Mboya), tenants d’une approche plus conciliatrice, approche financée grâce à un compromis avec l’ancienne métropole. La victoire de l’approche libérale a signifié la victoire du marché comme seule voie pour régler la question foncière, et le rachat des grands domaines blancs financé à 64% par le gouvernement britannique. Au-delà de ces arrangements politiques, l’un des critères principaux pour acheter une parcelle sur ces grands domaines blancs lotis (les settlement schemes) était d’obtenir au préalable un crédit bancaire. Or, ces derniers n’étaient accordés que sur titre foncier, ce qui évinçait de facto les paysans sans terres, mais aussi les squatters sans titre, d’un processus pourtant censé résoudre la pénurie de terres. Malgré de généreuses pétitions de principe, le processus de sélection fit que les parcelles des lotissements des domaines coloniaux furent attribuées en priorité à des paysans déjà propriétaires, voire à des notables. De plus, ces lotissements ont contribué à transformer certains squatters, main-d’œuvre agricole pour les colons blancs installés sur les grands domaines depuis parfois deux générations, en paysans sans terre. Enfin, bon nombre des nouveaux attributaires de parcelles loties se sont empressés d’expulser les squatters installés sur leur parcelle nouvellement acquise pour y installer leurs dépendants.

  • 33 M.S.Kimenyi et N.S.Ndung’u, «Sporadic ethnic violence. Why has Kenya not experienced a full (...)
  • 34 Ibid., p.141.

16Au cours de la décennie1968-1979, le rythme des lotissements fonciers n’a pas ralenti. Au contraire, la superficie lotie s’est accrue de 75%, principalement dans la vallée du Rift (205%), dans la province centrale (40%) et dans la province de l’Est (35%); le nombre des bénéficiaires a été multiplié par six dans la vallée du Rift et dans la province de l’Est, et par deux dans la province centrale. Au cours des années1980 et1990, des superficies considérables de terres gouvernementales ou de trust lands (terres communautaires) ont été attribuées à des individus haut placés, contribuant à accroître la tension autour de la terre. Il est relativement facile d’établir une corrélation entre les districts, dont celui de Kuresoi, où la proportion de terres publiques est la plus élevée, et ceux où la violence est la plus récurrente33. Au total, sur la longue durée, «les opérations de lotissement des grands domaines constituent les points focaux de la plupart des violences alors que les attributaires constituent la masse des victimes… Le cas de la division d’Olenguruone dans le district de Nakuru est en cela exemplaire34».

  • 35 Pour une analyse des tensions qui travaillent le domaine forestier kenyan, voir D.Ruysschaert, (...)
  • 36 Les Ogiek sont une ethnie de chasseurs-cueilleurs en cours de sédentarisation. Voir K.A.Kratz, (...)
  • 37 Les permanent secretaries, tout à la fois chefs de cabinet et secrétaires exécutifs des ministre (...)

17La question de l’occupation illégale et/ou du lotissement des forêts se pose également35. Plusieurs cas de figures peuvent être distingués, tous présents à Kuresoi. Le défrichement illégal de la forêt du massif du Western Mau qui enserre le terroir de Kuresoi est essentiellement le fait de paysans sans terre; les lotissements fonciers sur des forêts déclassées – légalement ou non – visent aussi des minorités défavorisées, dans les discours tout au moins car la réalité diffère parfois. Ainsi, en novembre 2001, 1687hectares de la forêt du Western Mau, qui dépend de la station forestière de Keringet, dans la circonscription de Kuresoi, ont-t-ils été lotis pour des paysans sans terre. Il reste que le lotissement de certaines forêts favorise parfois certains privilégiés. La liste des 627attributaires du lotissement de la forêt de Kiptagich, dans la location d’Olenguruone, est à ce titre édifiante, tant par son contenu social, que par son contenu ethnique. Décidé en1997, le déclassement de cette forêt était soi-disant destiné à la réinstallation des Ogiek et des paysans sans terre36. En fait de marginaux, les bénéficiaires du lotissement entrepris entre1997 et2003 sont des proches du régime Moi (le président lui-même apparaît nommément, ses sociétés aussi et notamment une compagnie théière, des membres de sa famille, des -ministres, des permanent secretaries37, d’anciens députés de la KANU, d’anciens ambassadeurs, des officiers supérieurs, des managers d’entreprises,etc). Les attributaires sont dans leur majorité kalenjin, même si on voit apparaître -quelques officiers supérieurs kikuyu. La taille des lots varie de 94hectares à moins de 2hectares. Le rapport Ndung’u sur les accaparements illégaux de terres pendant la période Moi montre qu’il s’agit donc d’un véritable front pionnier kalenjin, établi aux dépens de la forêt du Western Mau, mais tout près d’Olenguruone, c’est-à-dire d’un lotissement majoritairement kikuyu. En effet, des parcelles ont été réservées pour des écoles, des dispensaires, des édifices religieux ou administratifs,etc. Contrairement à certains déclassements forestiers qui, anticipant ou suivant en cela les recommandations du rapport Ndung’u, ont été annulés dès l’arrivée de Mwai Kibaki au pouvoir en2002 et dont les allocataires furent chassés manu militari, le lotissement de Kiptagich n’a pas subi de modification. Parmi les attributaires, le «nouveau» member of Parlement, c’est-à-dire député de Kuresoi, Cheruiyot, dispose d’une parcelle de 8,4hectares sur laquelle il a fait construire une villa palatiale.

  • 38 Republic of Kenya, Report of the Commission of Inquiry into the Illegal/Irregular Allocation of (...)
  • 39 P.M.Syagga, «Land ownership and use in Kenya: policy presciptions from an inequality perspec (...)
  • 40 J.-F.Bayart, L’État en Afrique:la politique du ventre, Paris, Fayard, 1989.
  • 41 L’Agricultural Development Corporation (ADC) est une entreprise parapublique, constituée d’un ce (...)

18À l’échelle nationale, une des causes de la récurrence des tensions est que, malgré la centralité de la question foncière et l’acuité de la pénurie de terres dans certains des districts les plus peuplés, l’éventualité d’une réforme foncière n’a jamais été évoquée depuis l’Indépendance. Des rapports nombreux et précis ont été rédigés sur la question, sans même que, paradoxalement, l’idée d’une réforme agraire soit suggérée. Ainsi en 2002, avant même la transition politique, le pouvoir Moi finissant avait commissionné Charles Njonjo pour réfléchir à la question foncière. Son rapport est resté sans suite. En 2004, on a diffusé le rapport Ndung’u consacré aux exactions foncières du régime Moi38. Mais depuis, «aucune action n’a été entreprise pour exécuter les recommandations de ces rapports39». Les thèmes de l’accès à la terre et du nivellement des inégalités foncières criantes dont souffre ce pays ne constituent pas un fil directeur explicite des campagnes électorales. S’il est vrai que ces dernières soulèvent toujours la question des exactions foncières des nantis et du statut des squatters, jamais un travail d’ensemble sur le foncier et surtout pas l’idée d’une réforme agraire ne trouvent place dans le débat. Les intérêts croisés du bloc d’assimilation réciproque des élites40, toutes tendances et toutes ethnies confondues, expliquent cette réticence à ouvrir la boîte de Pandore. Aborder la question foncière par le biais de l’idée de réforme foncière reviendrait en effet à s’interroger sur la légitimité des immenses fortunes acquises lors de l’Indépendance. Á cette époque, parallèlement aux opérations de lotissements évoquées plus haut, des superficies plus importantes encore ont été transférées, purement et simplement, des colons blancs à la bourgeoisie noire, kikuyu principalement, mais pas seulement. Durant les années1970-1980, de très vastes superficies des domaines de l’État – notamment des fermes de l’Agricultural Development Corporation41 – ont été achetées à des prix inférieurs au marché par des gens bien placés. Ainsi est-il de notoriété publique que, pour ne citer qu’eux, Mwai Kibaki et Daniel Arap Moi possèdent chacun plusieurs fermes dans la vallée du Rift.

  • 42 Les historiens ont montré le lien entre la résistance anti-coloniale et le rejet des politiques (...)
  • 43 Au Kenya, on ne peut être nommé ministre si on n’est pas d’abord élu député.
  • 44 Voir D.Bourmaud, Histoire politique du Kenya: État et pouvoir local, Paris, Karthala, 1988.
  • 45 C.Médard, «Quelques clés pour démêler la crise kenyane…», art. cit.

19Après la seconde guerre mondiale, la revendication d’indépendance a pris corps autour de la revendication de l’accès à la terre, d’une part sous la forme d’un droit à la tenure et d’autre part, sous la forme du droit à un gouvernement africain d’un État situé en Afrique42. L’intrication entre ces deux échelles de revendication, l’échelle micro et l’échelle macro, est en partie à l’origine de celles des facteurs de la crise actuelle. De fait, les hommes politiques utilisent constamment la question de l’accès à la terre pour mobiliser les votes ou les énergies violentes dans leur stratégie de conquête de mandats parlementaires et de responsabilités gouvernementales43. Cette intrication entre les revendications foncières populaires et les stratégies des hommes politiques est complexifiée par le débat sur la forme de l’État postcolonial, débat portant sur la notion de majimbo. On doit traduire de façon littérale le terme majimbo par «fédéralisme». À l’Indépendance, ce principe est soutenu par les petites ethnies (Kamba, Kalenjin, Taïta et Mijikenda notamment) inquiètes du risque d’hégémonie des grandes ethnies, en particulier les Kikuyu et les Luo, dont les leaders sont alors favorables à une conception centralisée du gouvernement44. Mais les Luo, exaspérés par la marginalisation dont ils font l’objet de la part du régime de Jomo Kenyatta, puis de Daniel Arap Moi, commencent à adhérer à cette idéologie majimbo qui tend désormais à signifier «préférence régionale45» et à être interprétée comme un quitus pour expulser les allochtones des régions où, conformément à des représentations géographiques complètement construites, ils n’auraient soi-disant aucun droit à résider. En opposition au majimbo, les tenants d’une république unitaire insistent sur le droit pour tous de résider et de posséder de la terre n’importe où au Kenya, quels que soient leur origine et leurs lieux de naissance. Comme on peut s’y attendre, les Kikuyu sont dans l’ensemble attachés à cette conception quasi jacobine de la République, conception sur laquelle se greffe aisément, ou qui justifie, leur expansionnisme foncier. Significatif de cette confusion scalaire et de l’intrication entre les problématiques foncières, constitutionnelles et politiques est le fait que, pendant la campagne électorale de 2007, les deux seules véritables pierres d’achoppement programmatique entre le PNU et l’ODM concernaient d’une part la suite à accorder au rapport Ndung’u, et d’autre part l’éventuelle réforme de la construction de l’État kenyan. Cherchant à se rallier les petites gens exaspérées par les indélicatesses répétées des grands du pays et à se concilier les périphéries nationales, l’ODM plaidait tout à la fois pour l’application des recommandations brûlantes du rapport Ndung’u et pour l’implémentation d’une réforme constitutionnelle dans le sens du majimbo. Le pouvoir Kibaki freine évidemment des quatre fers.

Le sentiment anti-kikuyu

  • 46 Pour une analyse du sentiment anti-kikuyu, voir entre autres, H.Maupeu, «Kikuyu capitalistes. (...)

20Outre les tensions foncières, la violence s’est construite sur le sentiment anti-kikuyu46. Celui-ci est largement partagé par les Kenyans non originaires de la province centrale, appuyé sur le mot d’ordre «41 contre 1», alimenté par des représentations de l’inégalité de richesse et de détention foncière dont bénéficieraient les Kikuyu et dont pâtiraient les 41autres ethnies.

  • 47 MOPED (Ministry of Planning and Economic Development)-CBS (Central Bureau of Statistics), «Keny (...)
  • 48 African Research Institute, Kenya: a Nation Fragmented, février 2008, p.2.

21Des éléments factuels concourent à ces représentations aux sources de la xénophobie anti-kikuyu. D’abord, le niveau de développement de la province centrale est incontestablement plus avancé que celui des autres provinces. La province centrale et les districts mitoyens de Laikipia et de Nakuru – peuplés en majorité de Kikuyu – sont les seuls où le pourcentage de pauvres ruraux est inférieur à 40%47. Partout ailleurs, à la campagne, la proportion dépasse 60%. Le district de Migori, le district le moins pauvre des deux provinces de Western et de Nyanza, est une fois et demie plus pauvre que le plus pauvre des districts de la province centrale. Les chiffres du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) sur l’insuffisance pondérale des enfants de moins de 5ans, l’analphabétisme des adultes, l’accès à l’eau potable et à des soins de qualité convergent en faveur de Nairobi et de la province centrale48.

  • 49 Y.Droz, Migrations kykuyus…, op. cit.
  • 50 Les recommandations du plan Swynnerton de1954 et de l’East African Royal Commission de1953-195 (...)
  • 51 C.Leys, Underdevelopment in Kenya. The Political Economy of Neo-colonialism, Berkeley-LA, UCLA (...)
  • 52 Une de ces coopératives aurait acquis 51539acres sur le plateau Laikipia, 21050à Njoro et Na (...)
  • 53 J.O.Oucho, Undercurrents of Ethnic Conflict in Kenya, op. cit., p.152.
  • 54 La question foncière est également au centre des conflits politiques internes qui travaillent la (...)
  • 55 C.Leys, Underdevelopment in Kenya…, op. cit.
  • 56 J.O.Oucho, Undercurrents of Ethnic Conflict in Kenya, op. cit., p.166.
  • 57 L’ère Nyayo est l’ère Moi. Nyayo signifie «suivre les pas»: par là Daniel Arp Moi signifiait (...)
  • 58 J.O.Oucho, Undercurrents of Ethnic Conflict in Kenya,op. cit, p.152.

22Outre le ressentiment dû à ces inégalités, le sentiment anti-kikuyu trouve sa source dans la peur d’un expansionnisme kikuyu bel et bien revendiqué. Celui-ci constitue le cœur de l’identité de l’homme kikuyu achevé. Yvan Droz a démontré combien la conquête foncière compte pour l’ethos kikuyu49. La colonisation a alimenté un premier mouvement d’émigration hors de la province centrale. En effet, les grands domaines des White Highlands de la vallée du Rift avaient besoin d’une main-d’œuvre qui fut fournie en majorité par les populations à fortes densités de la province centrale. L’Indépendance a ensuite donné aux Kikuyu l’opportunité d’acquérir des terres dans le cadre des opérations de settlement schemes. Grâce à l’éducation missionnaire, aux emplois salariés, aux effets induits précoces du plan Swynnerton50, les Kikuyu ont pu fournir les garanties hypothécaires nécessaires aux prêts bancaires pour acheter sur les lotissements des grands domaines blancs, notamment le Lotissement d’un million d’acres (Million-Acre Scheme)51, ou participer aux coopératives foncières (land-buying companies), principaux investisseurs dans les lotissements fonciers des terres blanches52. Ils ont donc bénéficié d’un accès privilégié aux prêts bancaires et aux lotissements fonciers. «Pendant la période Kenyatta (1963-1978), les Kikuyu ont été les principaux bénéficiaires des lotissements fonciers. Ils ont colonisé de grands morceaux de la province de la vallée du Rift au grand dam des Kalenjin dont les autorités locales n’avaient aucun contrôle sur ces transferts fonciers53.» Les transferts fonciers qui ont accompagné l’Indépendance ont profité davantage aux Kikuyu qu’aux autres groupes ethniques, alimentant la rancœur des frustrés. Par exemple, les Kikuyu représentent 45% des bénéficiaires du Million-Acre Scheme54. En1975, Leys rapporte que sur un échantillon de 162coopératives foncières, 120rassemblaient exclusivement des Kikuyu55. «Ce processus favorisa les Kikuyu plus qu’aucun autre groupe ethnique et amputa les terres des Kalenjin qui devinrent irrédentistes et déterminés à reconquérir leur territoire occupé56.» «Les Kalenjin se tinrent calmes jusqu’à l’époque Nyayo57, quand ils jurèrent de remédier à l’accaparement de leur terre par les Kikuyu. Les conflits ethniques qui en résultèrent auraient été suffisants pour allumer une guerre civile au Kenya si de puissantes organisations non gouvernementales locales (le Conseil national des églises du Kenya), le Programme de développement des Nations unies et d’autres agences n’avaient pas insisté pour que le gouvernement du Kenya arrête l’ouragan58.»

  • 59 D.W.Throup, Economic and Social Origins of Mau Mau 1945-1953, Nairobi, Heinemann-Kenya, 1988, (...)

23Par ailleurs, à Nairobi, les néo-migrants originaires des provinces de Nyanza, de la côte ou de l’Ouest se sont retrouvés confrontés à la rapacité des propriétaires, le plus souvent des Kikuyu, si bien que «dès1952, les Kikuyu s’étaient rendus presque aussi impopulaires que l’administration coloniale59».

Pourquoi la récurrence des violences à Kuresoi?

  • 60 Human Rights Watch, Ballots to Bullets…, op. cit., p.56.

24Mais pourquoi ces tensions foncières et ethniques relativement partagées au Kenya dégénèrent-elles en violences plus souvent à Kuresoi qu’ailleurs? En effet, il est attesté que la violence frappe Kuresoi depuis des années. Human Rights Watch parle «d’un cycle sans fin de la violence60». Depuis1991, le nettoyage ethnique y est une pratique récurrente. Avant chaque élection générale (1992, 1997, 2002) et avant le référendum de2005, la circonscription avait déjà fait la une des journaux.

Un héritage de la période coloniale

  • 61 «In Kuresoi, the tension can be traced back to the colonial time», Daily Nation, 3janvier 200 (...)
  • 62 KNCHR, On the Brink of the Precipice…, op. cit., p.70.
  • 63 Le kipande était le passeport urbain qui était délivré par l’administration aux seuls noirs déte (...)
  • 64 Republic of Kenya, Report of the Judicial Commission Appointed to Inquire into Tribal Clashes in (...)
  • 65 Annual Report for Nakuru de1961, cité par le rapport Akiwunmi, op. cit., p.116.

25À Kuresoi, la situation est compliquée par les héritages actuels de l’histoire de la circonscription.«À Kuresoi, la tension remonte à l’époque coloniale61.» En effet,sous la colonisation, le terroir de Kuresoi dépendait du district de Nakuru qui appartenait aux White Highlands mais avait la particularité d’être le seul district de cet ensemble foncier à ne pas avoir de Natives Reserves peuplées d’Africains62. Le district de Nakuru n’était donc peuplé que de blancs, les seuls noirs résidents étant alors des travailleurs urbains dotés du kipande63 ou bien des ouvriers ou squatters agricoles sur les grands domaines des Européens64. Aussi, à partir de1961, ce district a-t-il été progressivement peuplé d’Africains, tous venus d’autres districts, tous allochtones stricto sensu. Même si, dès cette période, 50% des habitants du district de Nakuru étaient Kikuyu, cette convergence de mouvements migratoires d’origines différentes, porteurs d’ethos contradictoires, était source de tensions, surtout dans la partie occidentale du district sur l’escarpement Mau (Mau escarpment) et son revers. C’est pourquoi les rapports faisant état de tensions dans cette région étaient alors légion. «Les Kalenjin ne cachaient pas qu’ils entreposaient des armes traditionnelles en vue du jour inéluctable, probablement après l’indépendance, quand ils auraient à combattre les Kikuyu et peut-être les Luo pour le contrôle de leur propre terre, notamment dans la moyenne et haute vallée du Rift65.»

  • 66 Pour une mise en contexte de cette portion du terroir de Kuresoi, voir D.Throup, Economic and S (...)
  • 67 Throup, op. cit., p.412.
  • 68 Ibid.

26Throup rappelle cependant que les troubles de la guerre mau-mau (1954-1957) n’ont pas débuté dans la province centrale mais dans la vallée du Rift, et plus particulièrement à Olenguruone – division du district de Kuresoi66. «Olenguruone joua un rôle crucial dans la mobilisation dans la vallée du Rift, notamment dans la région de Njoro-Molo. […] Olenguruone fut le premier endroit où en1944 un nouveau serment fut prêté pour assurer l’unité kikuyu. Il s’agit là du moment fondateur des premiers serments mau-mau. Entre1941 et1950, la longue lutte menée à Olenguruone inspira bien des communautés kikuyu tout à la fois dans la vallée du Rift et la province centrale67.» Ces Kikuyu d’Olenguruone avaient été installés sur ce lotissement (settlement scheme) par l’administration coloniale dès1941; la même administration les en expulsa entre 1949 et 1950 au prétexte que les règles de culture n’étaient pas respectées, alors que les Kikuyu assuraient avoir reçu d’elle des githaka land rights. Elle plantait les germes d’un ressentiment foncier très fort des Kikuyu sur un terroir forestier de l’escarpement Mau. Throup souligne ainsi l’ancienneté de l’installation de Kikuyu à cet endroit, l’intrication des -revendications foncières, nationalistes et ethniques puisque l’installation à Olenguruone était clairement interprétée comme une conquête aux dépens des Masaï ou des Kipsigis. De même la référence fréquente à des hauts lieux de mémoire inscrit-elle dans le sol les stratégies des uns et des autres. La référence au premier settlement scheme d’Olenguruone – haut lieu de la résistance kikuyu au colonialisme britannique68– ancre l’ethno-nationalisme kikuyu. A contrario, la référence à la Chepakundi Farm habitée par des Kikuyu et des Kisii jusqu’en1992, puis «nettoyée» et aujourd’hui (re)peuplée de Kalenjin, nourrit l’imaginaire «tribal» des Kalenjin de Kuresoi.

  • 69 F.Grignon, M.Rutten et A.Mazrui (dir.), Out of the Count. The 1997 General Elections and Pros (...)
  • 70 Voir à ce sujet, C.Médard, Les territoires de l’ethnicité, thèse de doctorat de géographie, Par (...)

27En1996, le pouvoir a séparé la circonscription de Kuresoi de celle de Molo. Celle-ci était alors une des plus grandes et des plus disputées du Kenya. Cette scission69 entre les deux circonscriptions de Molo et de Kuresoi avait été justifiée à l’époque par le souci de rétablir l’équité avec d’autres circonscriptions plus petites et moins peuplées. Elle visait aussi à séparer les territoires acquis à l’opposition et dominés par les Kikuyu entre Molo et Nakuru, des secteurs situés entre Molo et la forêt du Western Mau, au peuplement plutôt kalenjin, acquis au pouvoir Moi et à la KANU70. De fait et jusqu’aux élections de 2007, la circonscription de Kuresoi a été un des bastions de la KANU.

28En2004, le pouvoir NARC (National Alliance Rainbow Coalition), dans la même logique que le gouvernement Moi, institua le district administratif de Molo, comprenant les deux circonscriptions électorales de Kuresoi et Molo prises sur le district de Nakuru. Les justifications avancées étaient que les violences inter-ethniques qui y avaient déjà eu lieu depuis1991 résultaient en partie de l’éloignement de l’administration et de la police de district, et que les institutions de l’ordre et de la sécurité se rapprocheraient du terrain avec la création d’un nouveau district.

29Le souvenir d’épisodes sanglants joue également dans la résurgence localisée de la violence. En effet, la géographie et les modalités des affrontements de2007-2008 n’ont pas changé depuis la fin de l’année2006 et l’année2005. Le 9novembre 2006, c’étaient déjà des attaquants venus d’Ogilge qui avaient brulé des maisons à Mwaragania, non loin de Kuresoi, et y avaient tué un commerçant. La violence de2007 est  directement liée à celle de2006. Dès après le référendum de2005,  des conflits ont opposé les partisans du gouvernement de coalition et ceux de l’opposition: l’ODM. Ces conflits visaient déjà à expulser les Kikuyu et les Kisii. La prévisibilité de l’explosion de violence était donc grande.

Une région attractive

  • 71 M.J.Kinyanjui, Entertaining Weeds in Peasant Farms. The Case of Kuresoi Division in Kenya, Mol (...)
  • 72 D.W.Throup, Economic and Social Origins of Mau Mau 1945-1953, Nairobi, Heinemann-Kenya, 1988, (...)

30Classiquement, le différentiel de densités constitue un des arguments du géographe pour expliquer l’attractivité des zones relativement peu peuplées sur les populations des zones à fortes densités. Or, les densités des circonscriptions de l’escarpement Mau, dont Kuresoi, sont sensiblement inférieures à celles de la province centrale, du pays kisii, et des districts kipsigis et nandi voisins. De fait, la taille moyenne des exploitations est plus grande sur l’escarpement Mau que dans les districts de départ. Par contre, la qualité des sols sur les hautes terres de Kuresoi reste sujette à caution. Pour certains, elle renforcerait le caractère attractif de l’escarpement Mau pour des agriculteurs. Regardant vers l’ouest-sud-ouest, exposé aux vents d’ouest chargés d’une humidité venue du lac Victoria, le terroir reçoit plus de 2000mm d’eau par an et bénéficie de plus de 200jours de précipitations qui assurent à ses sols une humectation favorable à des rendements élevés, d’autant plus que les sols d’origine volcanique y sont très fertiles71. À l’inverse, Throup déplore des conditions climatiques difficiles, peu favorables à l’agriculture72. Quoi qu’il en soit, le différentiel de densités fait de cet espace interstitiel entre deux bastions ethniques un véritable front pionnier, tant pour les Kikuyu, recrutés par le biais des églises et des sectes, que pour les Kalenjin, installés jusqu’en2002 à l’instigation du pouvoir sur des lotissements – légaux, irréguliers ou illégaux – aux dépens de la forêt. Cette convergence vers le même espace de mobilités d’origines différentes, dotées d’ethos contradictoires, ouvre la potentialité d’un affrontement. Cependant, ni le différentiel de densités ni la convergence des mouvements migratoires sur un espace ne sont en eux-mêmes porteurs de conflits. Ce sont les stratégies des acteurs et leurs représentations qui activent cette potentialité et transforment les tensions en violences.

  • 73 Standard, 6mai 2008
  • 74 «For Mary Nyambura Mwaura, life has been hell for the past 15years » et « Mr Isaac Nyagetiri s (...)

31Les recensements et les listes électorales enregistrent une croissance démographique de la circonscription ou des locations qui la composent largement supérieure à la moyenne nationale. Grosso modo, mesurée à partir des inscriptions sur les listes électorales de1997, 2002 et 2007, la croissance démographique de Kuresoi atteint 5% par an alors qu’elle ne dépasse pas 2,5% par an pour l’ensemble du Kenya. Les recensements de1989 et1999 montrent l’attractivité de la location de Kerisoi dont la population a été multipliée par1,8. Certes, pour les locations de Langwenda, Muriginyi/Ikumbi et Keringet, la croissance démographique a été moindre puisque la population n’a été multipliée que par1,3. Plus au sud-ouest de la circonscription, dans la location très conflictuelle d’Olenguruone, la population est passée pendant la période intercensitaire de 23000 à 33000personnes, soit un accroissement bien supérieur au seul bilan naturel, révélant un bilan migratoire positif. Cette circonscription violente ne manque donc pas d’attractivité, contrairement aux régions violentes du nord de l’Ouganda. Ici la violence n’est pas synonyme de répulsivité migratoire, paradoxe durable qu’il faut tenter d’expliquer. En effet, les mêmes personnes qui dénoncent leur vie à Kuresoi comme un enfer, décrivent le jour de leur retour sur leurs fermes comme «le plus beau jour de leur vie73»! Ce qui frappe à la lecture des témoignages rapportés des zones de conflits et plus précisément de Kuresoi, c’est le paradoxe qui consiste à constater tout à la fois la récurrence des violences et l’entêtement des gens à continuer à y vivre, voire à venir y vivre. «Pour Mary Nyambura Mwaura, pendant les quinze dernière années, la vie a été un enfer» et «Monsieur Isaac Nyagetiri installé à Sundu en1961, a fui sa maison en1992 […] mais s’est réinstallé sur sa ferme en1994»74.  Paradoxe difficile à expliquer donc que l’attractivité non démentie de cet espace violent sur des populations pourtant tout à fait informées des tensions qui le travaillent et des risques encourus par ceux qui s’y installent.

Faiblesse structurelle de l’appareil d’État

32Cherchant les causes et les responsabilités des violences interethniques, bien des analyses accusent la faiblesse structurelle de l’appareil d’État, voire son incapacité à remplir ses fonctions.

  • 75  – Daily Nation, 18 mai 2008

33La faiblesse de l’État concerne d’abord le monopole de la violence légitime. Il est vrai que la discrétion de la police au moment des conflits, des violences et des nettoyages ethniques a ouvert des espaces de nuisance aux milices, aux pilleurs. Elle est en partie due à un manque de moyens patent. Le poste de police de Kuresoi ne dispose d’aucun véhicule et le détachement le plus proche des zones de plus fortes tensions de Kamwaura ne compte que trois policiers! Il n’y aurait soi-disant pas non plus d’officiers de renseignement généraux à Kuresoi. De plus, le district de Molo, dont dépend la circonscription, n’a pas eu depréfet de district (district commissioner) pendant les semaines qui précédèrent les élections. L’insécurité et la violence se nourrissent indubitablement de ce vide d’État. La question est de savoir si cette absence ne résulte pas d’une intention délibérée de la part des autorités. D’autant qu’il est avéré que les tensions, la violence et l’insécurité se nourrissent également de la partialité de la police qui détourne parfois le regard plutôt que de s’interposer entre les belligérants, entre les gangs et leurs victimes. Le rapport de la Commission nationale kenyane des droits de l’homme affirme qu’à Olenguruone, une des divisions de Kuresoi, des miliciens kalenjin ont pu piller et incendier des boutiques appartenant à des commerçants kikuyu à moins de 100mètres du poste de police! On peut dès lors se demander si l’explosion de la violence ne faisait pas partie du scénario du pouvoir, dans la mesure où les témoignages concordent pour dire que le gouvernement avait été mis au courant – notamment par ses organismes policiers – des possibilités d’explosion de violences avant les élections75.

34L’une des faiblesses des institutions tient à leur partialité. Le précédent préfet de district de Kuresoi s’appelait Jan Ireri et était originaire de la province centrale, l’actuel a pour nom Salim et est originaire de la province du Nord-Est; il appartient donc à une ethnie neutre. Sur le terrain, les gens s’accordent à trouver à monsieur Salim des qualités qui manquaient à son prédécesseur. La question de la partialité ou de l’impartialité des encadrements est centrale pour comprendre le recours à la violence. Or à Kuresoi, 80% des chefs sont kipsigis.

Un déficit de justice

35De même, l’un des facteurs qui expliquent la récurrence des crises dans la vallée du Rift en général et à Kuresoi en particulier est l’absence de justice. La culture de l’impunité mise en avant par de nombreux analystes pour expliquer, à l’échelle nationale, la déréliction d’une culture politique démocratique joue également à l’échelle locale. Kuresoi ne remet pas en cause cette analyse puisque ce sont les mêmes no-tables qui sont responsables des mêmes exactions depuis2005, voire pour certains depuis2002. La faillite de la justice contribue à maintenir un niveau de tensions très élevé. Malgré de multiples rapports bien documentés et explicites quant aux responsabilités des uns et des autres, les coupables n’ont pas été inquiétés.

36C’est pourquoi, malgré les séances de pacification rituellement organisées par une myriade d’ONG des droits de l’homme, le déficit de cérémonies coutumières de repentance et l’absence de poursuites à l’encontre des coupables expliquent la maturation des ressentiments. Sans cérémonie coutumière, sans pardon, les coupables ne sont ni blanchis, ni pardonnés, et les victimes ne sont pas reconnues. Aussi d’après les représentations communes, ces coupables mourront-ils dans d’atroces souffrances et leurs âmes ne connaissant pas repos, elles feront souffrir la communauté dans son ensemble. En l’absence d’une justice réelle, coutumière aussi bien que technocratique, le pardon ne peut être mené à bien, situation qui contribue au maintien des tensions.

Le pire n’est jamais sûr

  • 76  – M. S. Kimenyi et N. S. Ndung’u, « Sporadic ethnic violence… », art. cit., p. 123-156.

37«Pourtant, le Kenya n’est pas un autre cauchemar africain76», soulignent M.S.Kimenyi et N.S.Ndung’u.Et c’est la vérité car, quoique répétitives, ces violences ne dégénèrent pas en guerre civile. Pourquoi?

38Il faudrait une plus grande pauvreté et l’effondrement de l’État de droit pour que des conflits dégénèrent en guerre civile. Or, si le Kenya connaît tout à la fois une grande pauvreté (puisque près de 53% de la population vit avec moins de 1dollar par jour) et une situation politique très conflictuelle, il est parvenu jusqu’à présent à éviter le pire. Certes,le pourrissement de la situation et le spectre de la guerre civile atteignaient en janvier un point tel, que les références, si ce n’est au Rwanda, mais tout au moins à la Côte d’Ivoire ou au Libéria, ne paraissaient pas déplacées. Des milices ont bien été habillées, équipées, arméeset entraînées. Le 25mars, le Daily Nation révélait qu’un ancien député de la circonscription de Saboti (sur les pentes du mont Elgon) – D.Nakitare – entraînait 205jeunes gens sur sa propriété. Les discours xénophobes et ethnonationalistes se sont démultipliés. En avril, les adeptes de la secte Mungiki défiaient le pouvoir en défilant dans les rues de Nairobi et en orchestrant une nouvelle vague de violence urbaine. Pourtant, une fois encore, par-delà les horreurs perpétrées, le pire fut évité. Plusieurs arguments viennent expliquer cette résilience du statu quo.

39D’abord, la relative diversité ethnique du Kenya – quarante-deux ethnies au total, dont aucune ne représente plus de 20% des habitants – contribue à cette stabilité imparfaite dans le conflit de basse intensité. Aucune des communautés n’est suffisamment hégémonique pour nourrir l’espoir de s’imposer seule, électoralement ou militairement. La politique kenyane est l’histoire d’une quête sans fin d’alliances autant que de conflits interethniques. Si les tensions foncières sont relativement partagées à l’échelle nationale, leur instrumentalisation et les conflits qui s’ensuivent restent circonscrits à des espaces très localisés, souvent des espaces de cohabitation interethnique, certainement des espaces d’affrontement d’ambitions politiciennes contradictoires. Cela se vérifie surtout dans certaines parties du pays, aux marges des bastions ethniques situés sur les anciennes White Highlands, ou sur les domaines du gouvernement lotis de manière plus ou moins obscure.

40Le poids des bailleurs de fonds internationaux est aussi souvent avancé comme argument. Cela demande à être nuancé car l’aide au développement se situe désormais au-dessous des 10% du budget de l’État, notamment grâce aux performances des services fiscaux. Même si l’aide représente 50% du budget du développement, l’État kenyan n’a plus besoin de bailleurs pour son fonction-nement courant. Il reste que la diplomatie d’influence des bailleurs continue de jouer: c’est la pression morale de l’ensemble de la communauté internationale qui est parvenue à faire plier les deux éléphants kenyans – Mwai Kibaki et Raila Odinga–, démontrant, si besoin était, que les hommes politiques kenyans -demeurent bien plus sensibles qu’on ne le dit souvent aux regards de la communauté inter-nationale, sensibilité qui constituerait la face vertueuse du nationalisme. À cela il faut également ajouter le poids des milieux d’affaires proprement kenyans qui ont su se faire entendre des hommes politiques.

41La classe moyenne urbaine, dont l’horizon d’espérance s’est légèrement élargi avec la croissance économique retrouvée du premier mandat Kibaki (2002-2007) n’a aucun intérêt à verser dans des attitudes belliqueuses. Au cours du premier trimestre2008, si les urbains ont nettement cédé aux réflexes du repli identitaire (les allusions aux appartenances et aux caractères supposés des uns et des autres se faisaient plus fréquentes, même entre amis d’origines variées, les analyses sur les césures régionales ou claniques intra-ethniques afin de séparer le bon grain et de l’ivraie se répandaient), ils étaient loin de tous s’armer et de financer les milices. J’avais plutôt l’impression d’une masse de gens pris au piège d’une situation qu’ils ne maîtrisaient, ni intellectuellement, ni matériellement.

42Par ailleurs, les conflits ethniques, qui constituent l’essentiel de la violence, ont un objectif à court terme, défini en matière demandat politique, de foncier, ou encore d’accumulation de cheptel. Dans tous les cas, à moyen terme, une fois leur objectif atteint, l’intérêt des assaillants est que l’ordre règne à nouveau pour qu’on en revienne rapidement à un fonctionnement normal des affaires (business as usual). Ces  mêmes acteurs qui ont activé la violence ont donc intérêt à ce qu’elle s’arrête rapidement. Il semble que les troubles qui agitent périodiquement le Kenya ne soient pas assez rémunérateurs pour qu’une économie de guerre lucrative se mette en place. L’appel régulier et paradoxal aux chefs, aux nouveaux élus, à la police et à l’État pour calmer les fauteurs de troubles emportés par leur élan (jeunes désœuvrés, milices constituées, paysans sans terre, gangs,etc.) en témoigne alors même que, soit par incitation, soit par omission, ces mêmes encadrements politiques peuvent souvent  être tenus pour responsables du déclenchement des troubles.

43Enfin, il ne faut pas négliger l’impact des appels au calme venus de tous les horizons de la société – leaders religieux, milieux d’affaires, ONG et activistes des droits de l’homme,etc. La référence fréquente, publique, explicite, aux hauts lieux du continent les plus sinistres (Sierra Leone, Liberia, Angola, Rwanda, République démocratique du Congo, Darfour,etc.) a probablement contribué à calmer les esprits. C’est ainsi que sur la côte, au nord de Mombasa (il est vrai bien loin de Kuresoi), à l’initiative conjointe de collectifs résidentiels et d’ONG pour la paix et le développement, probablement aidés par les entrepreneurs touristiques, une campagne de conscientisation, relayée par des panneaux publicitaires, interpellait dès le début février 2008 les passants par la question «Est-ce le Kenya que nous voulons?» surimposée à une photographie de crânes empilés sortie du Cambodge ou du Rwanda. Ces messages sont-ils arrivés jusqu’à Kuresoi? Sûrement, d’autant plus qu’il paraît difficile de négliger les efforts de conciliation et de réconciliation menés par les ONG, les églises – notamment le Conseil national des Églises du Kenya (National Council of Churches of Kenya, NCCK) –, l’administration des personnes déplacées,etc.

  • 77  – E. Hegre, E. Tanja, S. Gates et N. P. Gledisch, « Toward a democratic civil peace ? Democracy, p (...)

44En conclusion, les recherches comparatistes77 suggèrent le lien entre émergence démocratique et déchaînements de la violence. Partout, les semi-démocraties, les «democrazies», les démocraties émergentes, sont sujettes aux manipulations politiciennes et identitaires génératrices de violences. Les entrepreneurs politiques saisissent l’occasion de l’affaiblissement de gouvernements autoritaires pour s’emparer de positions dominantes, tentatives violentes qui accélèrent l’affaiblissement de l’État tout en le délégitimant. Au Kenya, durant la seconde partie du régime Moi (1991-2002), la réponse du pouvoir à la démocratisation a été de cibler les ethnies censées soutenir l’opposition, au premier rang desquelles les Kikuyu, en utilisant le prétexte de la question foncière et en usant de poncifs ethniques afin

  • 78  – Voir à ce sujet les travaux de Claire Médard.
  • 79  – P. Collier et A. Hoeffler, « On economic causes of civil wars », Oxford Economic Papers, 50, 199 (...)

45Les conflits ethniques sont-ils causés par les griefs ou par l’avidité (greeds and greavance)? Ce débat qui agite les ethnic studies n’a plus lieu d’être à propos de Kuresoi dans la mesure où, après plus de quinze ans de conflits, les deux facteurs s’interpénètrent désormais totalement. Qu’ils soient économiques ou identitaires, tous les facteurs politiques sont mélangés. De même qu’au mont Elgon les principaux protagonistes sont deux dirigeants politiques nés du même clan78, à Kuresoi les principaux protagonistes sont Cheboi et Cheruiyot, tous deux Kalenjin. Ce constat souligne la responsabilité des puissants et des notables dans le passage d’une situation tendue à une situation violente, il corrobore l’affirmation de S.Wolff sur l’importance des activistes ethniques et des entrepreneurs politiques dans l’émergence des conflits ethniques. Même si tous les actes violents ne sont pas de leur responsabilité, c’est en relançant périodiquement les milices qu’ils entretiennent un climat volatile propice à l’entretien d’une paranoïa croisée, du dilemme sécuritaire et à l’anticipation violente. Cette présentation s’inscrit donc dans le contexte des études sur les conflits ethniques et au total elle met en évidence la relative artificialité et l’aspect réductionniste de l’approche dualiste en termes de griefs et d’avidité matérielle développée par les chercheurs de la Banque mondiale79.

Haut de page

Notes

1 Raila Odinga, candidat de l’Orange Democratic Movement (ODM), parti d’opposition formé pour porter le non au référendum constitutionnel de2005, est battu aux élections présidentielles du 27décembre, grâce à des fraudes, par le président sortant Mwai Kibaki, leader d’une coalition emmenée par le Party for National Unity (PNU). Cependant, aux législatives qui ont eu lieu le même jour, l’ODM l’emporte devant la coalition présidentielle. Au terme de la crise, Raila Odinga est désormais Premier ministre et Mwai Kibaki reste le président de la République, si bien que, de fait, l’opposition disparaît formellement: on assiste depuis à une recomposition des positions politiques, recomposition largement influencée par la perspective des élections de2012.

2 Kenya National Commission on Human Rights (KNCHR), On the Brink of the Precipice: a Human Rights Account of Kenya’s post 2007 Election Violence, Nairobi, août2008, 156pages.

3 La grande dispersion des camps de déplacés kenyans illustre la dispersion et le caractère localisé des tensions. Rien à voir avec les masses rwandaises, rassemblées en1994-1996 dans les camps de Tanzanie et du Zaïre. Rien à voir non plus avec les volumes concentrés dans les bourgades du nord de l’Ouganda à cause de la guerre civile qui y oppose l’armée aux rebelles de la Lord Reform Army.

4 Pour approfondir les pistes lancées par cet article, le lecteur se référera au dossier réalisé sous la direction de Jérôme Lafargue, pensionnaire scientifique de l’IFRA, par les chercheurs de l’IFRA: Cahiers d’Afrique de l’Est, n°37, janvier-avril 2008, 304pages. Ce numéro spécial consacré aux élections générales de 2007 peut-être complété par le mini-dossier «Élections kenyanes» paru dans Politique africaine, n°109, mars2008, ainsi que par «Election fever: Kenya’s Crisis», Journal of Eastern African Studies, vol.2, n°2, Nairobi, British Institute in Eastern Africa (BIEA)-Routledge, juillet 2008.

5 L’architecture administrative du Kenya emboîte huit provinces dont celle de la vallée du Rift, des districts (équivalents de nos départements dont ceux de Molo et de Nakuru), des locations (cantons), des sub-locations. L’architecture électorale ne coïncide que grossièrement avec cette carte administrative puisque les 210circonscriptions électorales sont dessinées à l’intérieur des districts mais ne correspondent que rarement aux locations administratives. Le district de Molo comporte deux circonscriptions électorales: celle de Kuresoi et celle de Molo elle-même.

6 L’indépendance avait été accordée sous les auspices du multipartisme, opposant notamment la Kenya African National Union (KANU) centralisatrice à la Kenya African Democratic Union (KADU) fédéraliste. Au Kenya comme dans la plupart des pays africains, la période postcoloniale a vu le recul de la démocratie multipartiste. La KANU est devenu de facto parti unique en1969, de jure à partir du changement constitutionnel de1982. Cependant, en décembre1991, sous la pression des mouvements étudiants, de la société civile et des bailleurs, le régime Moi (Daniel Arap Moi a été le 2e président de la République du Kenya de 1978 à 2002) fut obligé d’accepter le retour du multipartisme et d’organiser les premières élections multipartistes en1992.

7 Voir à ce propos l’article de Claire Médard, «Quelques clés pour démêler la crise kényane: spoliation, autochtonie et privatisation foncière», Les Cahiers d’Afrique de l’Est, n°37 «Les élections générales de 2007 au Kenya», janvier-avril2008, p.81-98.

8 Institute For Education in Democracy, Understanding elections in Kenya A Constituency Profile Approach, Nairobi, 1998, p.245-246.

9 Daily Nation, 30décembre 2007.

10 À partir de l’introduction du multipartisme en1991, au cours de la seconde partie du régime Moi, la KANU soutenait le gouvernement. Elle est considérée comme le parti KaMaTuSa, du nom des ethnies de la vallée du Rift, Kalenjin, Masaï, Turkana et Samburu. Au contraire, le Safina est un parti kikuyu, l’ethnie de la province centrale, parti d’opposition jusqu’en2002, puis participant à la coalition gouvernementale du président Kibaki, lui-même un Kikuyu. Le Safina est financé par certains millionnaires kikuyu dont Paul Muite, Charles Njonjo et sans doute Uhuru Kenyatta, le fils du premier président Jomo Kenyatta. Le passage de la KANU au Safina de Cheboi – véritable virage à 180degrés – est révélateur du cynisme des hommes politiques kenyans et de l’instrumentalisation tactique des partis politiques.

11 Saturday Standard, 29décembre 2007, p.10

12 Ces deux circonscriptions rappellent que, au-delà du hold-up électoral opéré par Kibaki sur la présidentielle, les législatives de décembre2007 ont vu un certain renouvellement du personnel politique. Jamais autant de députés sortants n’avaient été battus depuis l’Indépendance, que ce soit dans les secteurs acquis à l’opposition ou dans les bastions du pouvoir; jamais la chambre n’avait été renouvelée à ce point, ce qu’illustrent l’élection d’un novice en politique à Molo et l’échec du sortant à Kuresoi. L’ampleur de ce renouvellement de personnel politique est cependant à nuancer car il est difficile de soutenir que Cheruiyot débute en politique, dans la mesure où il s’agit d’un ancien permanent secretary de la sécurité intérieure au Bureau du président du dernier gouvernement Moi.

13 Les Kalenjin forment une confédération lâche de plusieurs groupes ethniques: Nandi, Tugen, Kipsigis, Pokot, Sabaot, Keyio, Marakwet. La proximité linguistique et coutumière entre ces groupes a été instrumentalisée par le régime Moi (lui-même tugen) pour former une base sociale volumineuse destinée à contrecarrer le poids des autres ethnies dont les Kikuyu (20%), les Luo (11%), les Luhya (14%) et les Kamba (10,3%). En1999, les Kalenjin représentaient 12,1% de la population. Cependant, à l’intérieur de cet ensemble kalenjin, les relations sont loin d’être idylliques comme l’attestent les voisinages parfois violents entre Pokot et Marakwet ou entre Keyio et Nandi.

14 Cité par IRIN (Integrated Regional Information Networks), septembre 2007. Toutes les traductions sont de l’auteur de l’article.

15 KNCHR,On the Brink of the Precipice…, op. cit., p.72.

16 Kinyanjui Kombani, The Last Villains of Molo, Nairobi, Acacia Publishers, 2004, 186pages.

17 Human Rights Watch, Ballots to Bullets. Organized Political Violence and Kenya’s Crisis of Governance, New York, mars 2008, p.72

18 KNCHR, On the Brink of the Precipice…, op. cit., p.79.

19 Standard, 6décembre 2007. L’hypothèse d’une provocation des milices kikuyu n’est pas à exclure.

20 Le GSU est l’équivalent kenyan des CRS français.

21 Les partis politiques organisent, sans aucune aide financière de l’État, ni aucun garde-fou légal, des primaires – les nominations des candidats – destinées à nommer leur candidat.

22 Plantations qui appartiennent à la famille Moi elle-même.

23 Standard, 5décembre 2007.

24 Daily Nation, 3janvier 2008.

25 Human Rights Watch, Ballots to Bullets…, op. cit.

26 Cheboi avait déjà été montré du doigt par le rapport de Human Rights Watch sur les élections de 2002.

27 KNCHR, On the Brink of the Precipice…, op. cit., p.78.

28 Celui-ci est aujourd’hui le seul bâtiment intact du petit centre commercial, centre de gravité du triangle de la violence, où se séparent les routes de Kericho, Eldoret et Nakuru.

29 Y.Droz, Migrations kykuyus. Des pratiques sociales de l’imaginaire, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999, et J.Lonsdale, «Le cas kenyan: un débat moral et politique», Politique africaine, n°90, juin2003, p.17-36. Voir également: J.Lonsdale «Soil, work, civilization and citizenship in Kenya», Journal of Eastern African Studies, vol.2, n°2, 2008, p.305-314.

30 Republic of Kenya, Report of the Commission of Inquiry into the Land Law System of Kenya on principles of a National Land Policy Framework Constitutional Position of Land and New Institutional Framework for Land Administration [Chairman C.M. Njonjo], Nairobi, Government Printer, 2002. Ce rapport clôt la commission d’enquête sur le système juridique foncier du Kenya instituée en 1999 et confiée à Charles Njonjo; il est resté sans suite.

31 Pour une analyse des représentations littéraires de la ville, voir R.J.Kurtz, Urban Obsessions, Urban Fears. The Postcolonial Kenyan Novel, Asmara, Africa World Press, 1998, 228pages.

32 J.O.Oucho, Undercurrents of Ethnic Conflict in Kenya, Leyde, Brill, 2002, p.155.

33 M.S.Kimenyi et N.S.Ndung’u, «Sporadic ethnic violence. Why has Kenya not experienced a full-blown civil war?», in P.Collier et N.Sambanis (dir.), Understanding Civil War Evidence and Analysis, World Bank, 2005, p.123-156, p.155.

34 Ibid., p.141.

35 Pour une analyse des tensions qui travaillent le domaine forestier kenyan, voir D.Ruysschaert, «Gouvernance forestière au Kenya: le cas de la forêt du Maasaï Mau», Cahiers d’Afrique de l’Est, n°34, janvier-mars2007, IFRA-Nairobi, p.1-55.

36 Les Ogiek sont une ethnie de chasseurs-cueilleurs en cours de sédentarisation. Voir K.A.Kratz, «Are the Ogiek really Maasaï? Or Kipsigis? Or Kikuyu?”, Cahiers d’études africaines, 1980, n°79, p.355-368. Et aussi la somme de ses travaux: C.A.Kratz, Affecting Performance. Meaning, Movement and Experience in Okiek Women’s Initiation, Washington-Londres, Smithsonian Institution Press, 1994, 469pages.

37 Les permanent secretaries, tout à la fois chefs de cabinet et secrétaires exécutifs des ministres, sont les plus élevés des hauts fonctionnaires alors que les ministres sont nécessairement des parlementaires et donc avant tout des hommes politiques. Néanmoins, la distinction entre fonctionnaires et hommes politiques est ténue, les premiers étant souvent au courant des secrets des seconds et des alliés précieux dans la vie politique agitée du pays.

38 Republic of Kenya, Report of the Commission of Inquiry into the Illegal/Irregular Allocation of Public Land, Nairobi, Government Printer, juin 2004, 241pages + 2volumes d’annexes.

39 P.M.Syagga, «Land ownership and use in Kenya: policy presciptions from an inequality perspective», in Readings on Inequality in Kenya Sectoral Dynamics and Perspectives, Society for International Development, Nairobi, 2006, p.307.

40 J.-F.Bayart, L’État en Afrique:la politique du ventre, Paris, Fayard, 1989.

41 L’Agricultural Development Corporation (ADC) est une entreprise parapublique, constituée d’un certain nombre de grands domaines blancs rachetés par l’État après l’Indépendance. Voir D.Foeken et N.Tellegen, Tied to the Land Living Conditions of Labourers on Large Farms in Trans Nzoia District, Kenya, Aldershot, Avebury (Research Series / African Studies Centre, 1), 1994, 157pages. La plupart des fermes de l’ADC ont été subdivisées, et les lots vendus à des soi-disant paysans sans terre, posant là encore les questions de l’accaparement foncier et de l’allochtonie, mais aussi de la précarité de la tenure puisque souvent ces subdivisions ne se sont pas accompagnées de l’édition des titres fonciers idoines.

42 Les historiens ont montré le lien entre la résistance anti-coloniale et le rejet des politiques anti-érosives qui manifestaient très concrètement l’ingérence des colonisateurs au cœur des parcelles et des pratiques culturales. Voir entre autres D.Anderson, Eroding the Commons. The Politics of Ecology in Baringo, Kenya 1890-1963, Oxford, James Currey (Eastern African Studies), 2002, 336pages.   

43 Au Kenya, on ne peut être nommé ministre si on n’est pas d’abord élu député.

44 Voir D.Bourmaud, Histoire politique du Kenya: État et pouvoir local, Paris, Karthala, 1988.

45 C.Médard, «Quelques clés pour démêler la crise kenyane…», art. cit.

46 Pour une analyse du sentiment anti-kikuyu, voir entre autres, H.Maupeu, «Kikuyu capitalistes. Réflexions sur un cliché kenyan», Outre-Terre, n°11, 2005, p.493-506.

47 MOPED (Ministry of Planning and Economic Development)-CBS (Central Bureau of Statistics), «Kenya poverty incidence district level», Carte 41A, Geographic Dimensions of Well-Being in Kenya Where are the Poors? Nairobi, CBS, 2003 p.20sqq.

48 African Research Institute, Kenya: a Nation Fragmented, février 2008, p.2.

49 Y.Droz, Migrations kykuyus…, op. cit.

50 Les recommandations du plan Swynnerton de1954 et de l’East African Royal Commission de1953-1955 – réponses développementalistes à la révolte mau-mau qui secouait alors le Kenya– concourent à mettre en place une politique foncière d’inspiration libérale dans les zones de fortes densités ie les Natives Reserves, à commencer par celles de la province centrale. Cette politique était destinée à répondre à la revendication foncière des Africains et à les impliquer dans l’agriculture de rente, considérée comme la colonne vertébrale du futur développement kenyan. Privatisation foncière, cadastration, bornage favorisent l’embocagement du paysage et la diffusion des cultures de rente: thé, café, pyrèthre. Ils constituent le sésame  pour l’accès au crédit hypothécaire et indirectement l’accès aux lotissements fonciers entrepris sur les White Highlands. Débutée dès la fin des années1950 dans la province centrale, cette politique constitue une des clés pour comprendre le Kenya d’aujourd’hui.

51 C.Leys, Underdevelopment in Kenya. The Political Economy of Neo-colonialism, Berkeley-LA, UCLA Press, 1975.

52 Une de ces coopératives aurait acquis 51539acres sur le plateau Laikipia, 21050à Njoro et Nakuru, 1200à Molo, plus de 400acres à Bahati et 1400acres à Mau Narok.

53 J.O.Oucho, Undercurrents of Ethnic Conflict in Kenya, op. cit., p.152.

54 La question foncière est également au centre des conflits politiques internes qui travaillent la société kikuyu. En effet, la révolte mau-mau, qui débute comme une lutte des Africains contre l’occupation européenne, a ensuite dégénéré en guerre civile opposant dans la province centrale les propriétaires aux paysans sans terre et les loyalistes aux révoltés. En1959, la Land Registration (special areas) Ordinance a redistribué les terres confisquées aux rebelles aux loyalistes, dont les 100000home guards recrutés par les Britanniques pour mater la révolte. Aussi celle-ci s’est-elle soldée par un vaste transfert de terres au profit des loyalistes qui ont gagné le droit à une tenure, bornée, cadastrée, immatriculée et susceptible de servir de garantie hypothécaire auprès des banques et aux dépens des rebelles.

55 C.Leys, Underdevelopment in Kenya…, op. cit.

56 J.O.Oucho, Undercurrents of Ethnic Conflict in Kenya, op. cit., p.166.

57 L’ère Nyayo est l’ère Moi. Nyayo signifie «suivre les pas»: par là Daniel Arp Moi signifiait qu’il suivait les traces prestigieuses de Jomo Kenyatta.

58 J.O.Oucho, Undercurrents of Ethnic Conflict in Kenya,op. cit, p.152.

59 D.W.Throup, Economic and Social Origins of Mau Mau 1945-1953, Nairobi, Heinemann-Kenya, 1988, p.421.

60 Human Rights Watch, Ballots to Bullets…, op. cit., p.56.

61 «In Kuresoi, the tension can be traced back to the colonial time», Daily Nation, 3janvier 2008.

62 KNCHR, On the Brink of the Precipice…, op. cit., p.70.

63 Le kipande était le passeport urbain qui était délivré par l’administration aux seuls noirs détenteurs d’un emploi. Faute de ce titre, les Africains présents en ville étaient dans l’illégalité.

64 Republic of Kenya, Report of the Judicial Commission Appointed to Inquire into Tribal Clashes in Kenya (Akiwumi report), Nairobi, Government Printer, 1999, p.116 et 119.

65 Annual Report for Nakuru de1961, cité par le rapport Akiwunmi, op. cit., p.116.

66 Pour une mise en contexte de cette portion du terroir de Kuresoi, voir D.Throup, Economic and Social Origins of Mau Mau 1945-1953, Londres, James Currey, 1987, p.120-138 et H.Maupeu, «Retour sur les violences», Cahiers d’Afrique de l’Est, n°37, janvier-avril 2008, p.11-49.

67 Throup, op. cit., p.412.

68 Ibid.

69 F.Grignon, M.Rutten et A.Mazrui (dir.), Out of the Count. The 1997 General Elections and Prospects for Democraty in Kenya, Kampala, Fountain publishers, 2001, 652p., et H.Maupeu, M.Katumanga et W.Mitullah (dir.), The Moi Succession. The 2002 Elections in Kenya, Nairobi, Transafrica Press, 2005, 434pages.

70 Voir à ce sujet, C.Médard, Les territoires de l’ethnicité, thèse de doctorat de géographie, Paris, université Paris-I, 1999.

71 M.J.Kinyanjui, Entertaining Weeds in Peasant Farms. The Case of Kuresoi Division in Kenya, Molo, COFEG, 2002, 4pages. On appréciera l’ironie (involontaire?) d’un tel article, au demeurant apparemment très sérieux, écrit par un Kikuyu, quand on sait que les notables kalenjin appelaient à l’arrachage des mauvaises herbes (weeds), entendant par là à opérer un nettoyage (ethnique) radical de la terre kalenjin, aux dépens évidemment des Kikuyu.

72 D.W.Throup, Economic and Social Origins of Mau Mau 1945-1953, Nairobi, Heinemann-Kenya, 1988, p.120-138.

73 Standard, 6mai 2008

74 «For Mary Nyambura Mwaura, life has been hell for the past 15years » et « Mr Isaac Nyagetiri settled in Sundu in 1961 and first fled his home in 1992 […] but return to his farm in 1994 » (Sunday Nation, 9 décembre 2007).

75  – Daily Nation, 18 mai 2008

76  – M. S. Kimenyi et N. S. Ndung’u, « Sporadic ethnic violence… », art. cit., p. 123-156.

77  – E. Hegre, E. Tanja, S. Gates et N. P. Gledisch, « Toward a democratic civil peace ? Democracy, political change and civil war, 1816-1992 », American Political Science Review, 95 (1), 2001, p. 33-48 et N. Sambanis, « Do ethnic and non ethnic civil wars have the same causes ? A theoretical and empirical inquiry (part 1) », Journal of Conflict Resolution, 45 (3), 2001, p. 259-282.

78  – Voir à ce sujet les travaux de Claire Médard.

79  – P. Collier et A. Hoeffler, « On economic causes of civil wars », Oxford Economic Papers, 50, 1998, p. 563-573 et surtout des mêmes auteurs, Greed and Grievance in Civil War, Washington DC, World Bank Research Paper, 2001. À la demande de la Banque mondiale qui, impliquée dans le financement et la mise sur pied de politiques de reconstruction (Palestine et Bosnie), souhaitait comprendre les causes des guerres civiles, ces deux auteurs ont créé un modèle d’analyse des guerres civiles. P. Collier et N. Sambanis (dir.), Understanding Civil War Evidence and Analysis, op. cit. Ils ont été à l’origine du débat « griefs et avidité » parce qu’ils ont insisté sur les causes économiques des conflits civils, modélisant les liens entre pauvreté et violences civiles et minorant, selon certains autres auteurs, le rôle des griefs purement politiques dans la maturation de ces conflits. Il est vrai que le présupposé de départ est que les rébellions constituent des activités, voire des industries, génératrices de profits, transformant ainsi les rebelles en pirates et liant leurs motivations à l’avidité plus qu’à une territorialité identitaire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://journals.openedition.org/transcontinentales/docannexe/image/350/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Calas, « La crise kenyane de 2008 », Transcontinentales [En ligne], 7 | 2009, document 1, mis en ligne le 24 mars 2010, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/transcontinentales/350

Haut de page

Auteur

Bernard Calas

Professeur de géographie à l’université Bordeaux-3 - Michel-de-Montaigne, Bernard Calas est spécialiste de l’Afrique orientale. Il dirige depuis septembre2007 l’Institut français de recherche en Afrique (IFRA UMIFRE24 MAEE-CNRS) à Nairobi, où il avait été pensionnaire scientifique entre1990 et1994. Il est l’auteur d’une quarantaine d’articles concernant au premier chef l’Afrique orientale et ses dynamiques urbaines et politiques. Il a récemment élargi ses horizons aux dynamiques urbaines canadiennes.

bcalas@ifra-nairobi.net

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page