Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7Comptes-rendus de lectureStephen Graham, Sounds of the Und...

Comptes-rendus de lecture

Stephen Graham, Sounds of the Underground: A Cultural, Political and Aesthetic Mapping of Underground and Fringe Music

Chicago, University of Michigan Press, 2016.
Jean-Marie Seca
Référence(s) :

Stephen Graham, Sounds of the Underground: A Cultural, Political and Aesthetic Mapping of Underground and Fringe Music, Chicago, University of Michigan Press, 2016.

Texte intégral

1Stephen Graham est un musicologue, assistant à l’université Goldsmiths de Londres où il a obtenu sa thèse de doctorat, en 2012. Il a publié ce livre très probablement dans le cheminement d’écriture de son travail doctoral, réalisé sous la direction de Keith Potter et Keith Negus, tous deux professeurs dans cette même institution. L’ouvrage, densément référencé et ambitieux dans sa composition et son objectif, se propose, comme le titre l’indique, de construire une cartographie contemporaine des musiques innovantes que l’auteur entreprend, dès l’introduction, de qualifier d’« underground ». Ce dernier terme, certes très galvaudé, permet de caractériser une exigence de création musicale et de positionnement des producteurs aux marges des deux références majeures des publics du xxie siècle : le mainstream et les musiques populaires, d’une part, et les musiques savantes, de l’autre. L’idée d’underground se rapporte aussi à une certaine opposition de type politique au conformisme culturel. Elle revendique une diffusion à un public qui peut éventuellement être minoritaire. Elle renvoie à des modes de vie articulés à des revenus limités ou inexistants (p. VII : préface). Par « fringe », il faut comprendre « périphéries ou lisières de l’underground », c’est-à-dire ses extensions à la fois vers les institutions de musiques savantes et les formes plus commercialisées et diffuses.

2L’ouvrage est découpé en trois parties et en douze chapitres équilibrés. La première partie, de type introductif et épistémologique, la plus courte (51 pages), s’intitule « Qu’est-ce-que l’underground ? » et est déclinée en trois chapitres (« 1. Introduction à l’underground et à ses marges » ; « 2. La musique et les musiciens » ; « 3. Scènes underground et alternatives globales et locales »). La seconde, bien plus fournie (116 pages) : « L’underground politique et culturel », inclut cinq chapitres (« 4. Politique et musiques underground et ses périphéries » ; « 5. Politiques culturelles et musiques underground et ses périphéries » ; « 6. Artistes, musiques, improvisation et noise » ; « 7. L’économie numérique et les labels » ; « 8. Festivals et espaces de concerts »). L’ouvrage se termine sur une troisième partie de 75 pages : « Écouter l’underground », en quatre chapitres (« 9. La noise, comme concept, histoire et scène » ; « 10. La politique de l’underground et la noise music » ; « 11. Les sons de la noise » ; « 12. Le metal extrême »). Cette dernière partie exemplifie l’existence d’une sorte de type idéal de l’underground contemporain. Ajoutons aussi que ce travail d’analyse qu’on pourrait qualifier de « musicosociologique », de type empirique, est fondé probablement sur la théorie ancrée, chère à Barney Glaser et Anselm Strauss, et donc sur la synthèse structurée d’une trentaine d’entretiens approfondis (14 artistes, entre 2010 et 2014 : Gavin Prior ayant été interviewé trois fois ; 7 professionnels de labels indépendants, de 2011 à 2014 ; 7 représentants d’organisations festivals, de concerts ou de financements culturels, de 2011 à 2014).

3L’auteur possède une culture musicale remarquable, en illustrant son analyse de nombreux exemples. Il décrit des pratiques artistiques horizontales incluant des tendances musicales contemporaines et « savantes ». La démarche des artistes étudiés est, le plus souvent, intellectualiste, fidèle aux principes des arts contemporains où certes la maîtrise technique compte beaucoup, mais dans le cadre desquels l’intention communicationnelle et l’état d’esprit de composition forment des appuis constants, philosophiques et politiques, à la défense des esthétiques diffusées.

4Un point de bonne intelligence des pratiques chez l’auteur est à constater. L’émergence de la création et de la diffusion sur l’internet a, depuis les années 2000, conduit de nombreux analystes à imaginer que l’innovation underground et tout ce qui tournait, jusqu’à nos jours, autour des émergences associées aux formes « rock » et « expérimentales » était en train de disparaître. Selon Graham, au contraire, le contexte de la numérisation et d’émergence du web 2.0 permet un plein épanouissement de ces courants et de l’innovation esthétique. On assiste donc à tout le contraire des prophéties « antitechnologistes » et pessimistes concernant la créativité sociale et culturelle.

5Dans la première partie, par exemple, p. 30, l’auteur insiste sur ce qui est essentiel dans la survivance de l’underground : d’une part, un degré de permissivité (démocratie et tolérance), de l’autre, des individualités enthousiastes et mobilisées. Pourquoi ne dit-il pas tout simplement que l’underground est composé de minorités actives ? C’est un élément qui aurait permis d’avancer sur le plan structural. Par ailleurs, il rappelle, toujours dans sa courte première partie, que les grandes villes et le capitalisme sont les terreaux du développement des réseaux DIY. Les États-Unis sont le pays où ces microstructures économico-artistiques ont pullulé. Mais dans la suite de son propos, les exemples sont pris en Irlande, en Angleterre (scène londonienne), en Chine (Pékin), en Allemagne (Berlin) ou au Japon (Tokyo, Osaka). Les artistes et créateurs que Graham passe en revue sont des expérimentateurs qui forment des réseaux centrés principalement sur la musique bruitiste (« Noise music ») et sur l’approche expérimentale. Tout en s’appuyant sur une définition élargie de l’underground (incluant tous les styles et tous les métissages jusqu’aux jazz contemporains), l’auteur est régulièrement magnétisé par le paradigme bruitiste.

  • 1 Seca Jean-Marie, Vocations rock. L'état acide et l'esprit des minorités rock, Paris, Klincksieck, 1 (...)
  • 2 Seca Jean-Marie, L’État acide. Analyse psychosociale des minorités rock, Thèse pour le Doctorat de (...)
  • 3 Ewen Stuart, Consciences sous influences, Publicité et genèse de la société de consommation, trad. (...)
  • 4 Marcus Greil, Lipstick Traces. Une Histoire secrète du vingtième siècle, Paris, Gallimard (1re éd. (...)
  • 5 Hebdige Dick, Subculture: the Meaning of Style, New York/Londres, Terence Hawkes, 1979.

6La lecture de ce livre, très intéressant et informatif, nous conforte dans une interrogation. Graham indique par exemple, p. 61, que les musiques underground forment des esthétiques de contre-envoûtement (« Aesthetic counter-magic ») par rapport à l’emprise des systèmes d’exploitation capitaliste et d’extractions de bénéfices et de normalisation par la consommation. C’est une expression pertinente et heureuse. Elle suppose que cette lutte contre une emprise passerait par une « contre-emprise ». On regrettera cependant que ce genre d’analyse ignore des démarches déjà entreprises, par exemple, il y a trente ans sur les minorités rock et sur les conduites de pensée divergente centrées sur la recherche d’alternatives cognitives par rapport à l’anomie des consommations de masse1. La notion de « mutation sensible », employée aussi, il a trente ans2, était du même ordre que « reconfiguration of sensible » décrite par Graham (p. 62). Parler c’est créer, et écrire c’est oublier (les auteurs de notions et d’interprétations). Pourquoi l’auteur si bien informé ne cite-t-il pas les recherches de Stuart Ewen3 qui décrivait, dès 1976, un processus de « consommatisation » dans les sociétés contemporaines. Ce néologisme a une définition assez proche de ce qui est décrit et nommé « subsumption », chez Graham, contre quoi les tendances underground s’opposeraient. Ceci dit, la lutte contre la « consommatisation » est un poncif des analyses de ce domaine. Greil Marcus4, les cultural studies anglaises ou Dick Hebdige5 avaient déjà insisté aussi sur les postures de résistance, situationnistes ou postmodernes et postcolonialistes des punks. Les discussions théoriques dans une telle recension fatigueraient le lecteur. Mais la mode actuelle est à la surinterprétation des nouveautés liées à l’internet et au capitalisme communicationnel, comme si l’efflorescence des initiatives signifiait une réelle mutation des paradigmes esthétiques. Divers auteurs dont M. Castell sont convoqués à l’appui de cette vision de la dimension politique des pratiques underground.

  • 6 Beaud Paul et Willener Alfred, Musique et vie quotidienne. Essai de sociologie d’une nouvelle cultu (...)
  • 7 Tassin Damien, Rock et production de soi. Une sociologie de l’ordinaire des groupes et des musicien (...)
  • 8 Bloch Ernst, L’Esprit de l’utopie, Paris, Gallimard, 1977 ; Bloch Ernst, Le Principe Espérance, tom (...)

7Au-delà de ces remarques qui se veulent critiques, mais constructives, il faut souligner la très bonne tenue du livre, son fort étayage documentaire et son articulation à une authentique culture mondiale des productions alternatives. La rigueur de l’écrit, à travers notamment de la connaissance de l’auteur concernant les politiques publiques et privées (fondations) des musiques underground, est impressionnante. Le chapitre « 5. Politiques culturelles et musiques underground et ses périphéries », permet de construire une typologie des engagements créateurs mixant différentes conceptions de la pluri-activité, des ressources privées (fondations, dons), publiques, ou salariales qui est une norme générale d’engagement dans ces milieux. Graham insiste beaucoup pour dire que la créativité des milieux underground et de ses lisières est une sorte de bénéfice, de « couronnement » du bon fonctionnement des sociétés capitalistes avancées, cumulant tous les avantages du développement (social, technologique, urbain, démocratique, éducationnel, artistique). De même, le chapitre « 6. Artistes, musiques, improvisation et noise » permet d’entrer dans cinq études de cas approfondies et dans les assertions idéologiques de ces producteurs (exemple : Mattin et ses pratiques d’improvisation participative, teinté de conceptions communistes et situationnistes). Ces exemples rappellent les analyses de Paul Beaud et Alfred Willener, développées il y a très longtemps6. L’idéologie de ces créateurs a-t-elle tant évolué ? Peut-on parler d’utopie concrète, comme le propose Damien Tassin7 ou Ernst Bloch8 ? Il est évident que oui et que les formes DIY prolifèrent de nos jours dans les pratiques culturelles, comme sur internet : « These case studies have, in sum, shown that underground artists are as entangled in the political contexts of post-Fordist flexible accumulation, precarity, and digital age real subsumption – late capitalism – as much as more mainstream cultural practitioners are » (p. 114.)

8La méthode d’étude de cas est aussi appliquée dans le cadre des chapitres « 7. L’économie numérique et les labels » et « 8. Festivals et espaces de concerts ». Elle permet ainsi de disposer d’un tableau précis et global des différentes solutions trouvées, en contexte, par les producteurs et les organisateurs d’événement. Par exemple, pour le chapitre 7, la question centrale posée est de savoir si l’émergence de la propagation numérique des cultures ne conduit pas à une sorte d’engagement superficiel des publics, en forme de multiplicité de visites de sites, tous plus engagés et tous également « consommés », sans implication forte des visiteurs. La perte de ressources engendrée par la mise en ligne des contenus underground accentue l’effet de simulacre ou cette « participation molle » à ce type d’activité (p. 115-116). D’autres arguments sont évoqués en faveur de ce que Graham qualifie de « libérationnisme numérique » (John Maus, Scanner/Robin Rimbaud, Vicki Bennett, Kennett Goldsmith, Marcus Boon) qui consisterait dans une tendance constante à la « libération des potentiels créatifs », favorisée par le réseau (p. 121). Le débat oppose alors souvent le souci de trouver des ressources (position « antinumérique ») et l’éloge des potentiels créatifs. D’autres aspects très signifiants sont discutés comme la sémiotique de l’attachement aux formes d’archivages physiques (du vinyle aux compact-disques et aux bandes enregistrées) : l’importance des visuels et des extensions paysagères ou matérielles des créations musicales : p. 134-135). Cependant, des approches mixtes de diffusion (matérialisées et numériques) sont aussi mises à l’honneur. Les animateurs de ces instances de production imaginent diverses options. « So in the spectrum of underground labels we have labels focusing exclusively on physical releases such as Fort Evil Fruit and Trensmat on one side, with mixed-media labels such as Discrepant and Southern Lord somewhere around the middle, and then download-only labels on the other side » (p. 139). Impossible de résumer les observations, souvent pertinentes et fines, de l’auteur dans cette recension qui est déjà bien longue.

  • 9 Frith Simon et Le Guern Philippe (éd.), Sociologie des musiques populaires, numéro spécial de la re (...)

9Il faut cependant souligner la qualité globale de l’écrit, appuyé sur de nombreuses études de cas et sur une vraie expertise des milieux des producteurs de musiques populaires électro-amplifiées en Grande Bretagne et un peu partout dans le monde (particulièrement en France et au Japon). De ce point de vue, ce livre marquera l’histoire des cultural studies, au même titre que les premiers écrits de Simon Frith9 ou de Dick Hebdige. Il faut donc en recommander la lecture à tout chercheur ou étudiant voulant travailler sur ce domaine dont l’étude est en expansion constante sur les trente dernières années, en Europe et dans le monde.

Haut de page

Notes

1 Seca Jean-Marie, Vocations rock. L'état acide et l'esprit des minorités rock, Paris, Klincksieck, 1988 ; Seca Jean-Marie, Les Musiciens underground, Paris, PUF, 2001 [traduction en Castillan : 2004 (mai), Los mùsicos underground, Barcelone / Buenos Aires / Mexico, Ediciones Paidos, coll. « De mùsica »] ; Seca Jean-Marie (ed.), Musiques populaires underground et représentations du politique, Cortil-Wodon, InterCommunications éditeur, 2007.

2 Seca Jean-Marie, L’État acide. Analyse psychosociale des minorités rock, Thèse pour le Doctorat de Psychologie sociale (dir. : Serge Moscovici), Nanterre, Université de Paris-X, 1987.

3 Ewen Stuart, Consciences sous influences, Publicité et genèse de la société de consommation, trad. fr., Paris, Aubier-Montaigne (1re édition en langue anglaise : 1976), 1983.

4 Marcus Greil, Lipstick Traces. Une Histoire secrète du vingtième siècle, Paris, Gallimard (1re éd. en langue anglaise : 1989), 1998.

5 Hebdige Dick, Subculture: the Meaning of Style, New York/Londres, Terence Hawkes, 1979.

6 Beaud Paul et Willener Alfred, Musique et vie quotidienne. Essai de sociologie d’une nouvelle culture, Paris/Ligugé, Name, 1973.

7 Tassin Damien, Rock et production de soi. Une sociologie de l’ordinaire des groupes et des musiciens, Paris, L’Harmattan, 2004.

8 Bloch Ernst, L’Esprit de l’utopie, Paris, Gallimard, 1977 ; Bloch Ernst, Le Principe Espérance, tome II, Paris, Gallimard, 1982. Voir aussi : Münster Arno, L'utopie concrète d'Ernst Bloch. Une biographie, Paris, Kimé, 2001.

9 Frith Simon et Le Guern Philippe (éd.), Sociologie des musiques populaires, numéro spécial de la revue Réseaux, vol. 25, 2007, n° 142-142 ; Frith Simon, Sound Effects. Youth, Leisure and the Politics of Rock'n roll, New York, Pantheon Book, 1981.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Seca, « Stephen Graham, Sounds of the Underground: A Cultural, Political and Aesthetic Mapping of Underground and Fringe Music »Transposition [En ligne], 7 | 2018, mis en ligne le 15 septembre 2018, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/transposition/2699 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transposition.2699

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Seca

Jean-Marie Seca est professeur de sociologie au Laboratoire Lorrain de Sciences sociales, à l’Université de Lorraine, depuis 2010. Il a été auparavant maître de conférences en psychologie sociale, à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et à l’Université de Reims-Champagne-Ardennes. Il est membre de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF). Il a réalisé ses principales recherches dans le domaine de la sociologie des pratiques culturelles (musiques masses électro-amplifiées). Il travaille aussi dans les champs d’étude des représentations sociales et des idéologies associées à la pauvreté notamment. Il a publié trois ouvrages sur la sociologie des musiques de masse et ses praticiens, cités en note de bas de page de cette recension. Il s’intéresse tout particulièrement à la question du sens des recherches d’états modifiés de consciences et du corps dans les cultures de masse contemporaines.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Transposition est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search