Navigation – Plan du site

Transposition no 9 – Sexualités

Appel à contribution

Transposition. Musique et sciences sociales

N° 9 (2020) – Sexualités

Coordination : Esteban Buch et Violeta Nigro Giunta

Le dossier du 9e numéro de la revue Transposition. Musique et sciences sociales vise à explorer les multiples formes que prend, depuis l’Antiquité et dans la plupart des cultures, le lien entre la musique et la sexualité des êtres humains. Il entend rassembler des recherches récentes traitant de la manière dont la musique est présente dans la vie sexuelle des personnes, et de la façon dont elle met en forme des représentations partagées de la sexualité. Ces deux aspects en font un phénomène éminemment politique car indissociable des rôles genrés et des rapports de pouvoir entre les hommes et les femmes. Au-delà de la musique et ses dispositifs technologiques, cet appel est également ouvert à des propositions qui, dans la perspective des sound studies, s’intéressent à la dimension sonore de la vie sexuelle et des représentations de la sexualité. De manière générale, son ambition est de constituer une publication de référence sur le son et la musique saisis dans leur rapport au sexe et au désir, soit un vaste ensemble de phénomènes qui, travaillés ou non par le langage oral ou écrit et intégrés dans des dynamiques émotionnelles complexes, font partie de la « vie réelle » des gens ainsi que de la production artistique, y compris la musique live ou enregistrée, mais aussi le théâtre, la danse, l’art contemporain, ou encore le cinéma.

L’importance majeure de la sexualité dans l’histoire de la musique a été jusqu’à présent très peu thématisée. Le mythe des Sirènes dans l’Odyssée, constamment revisité comme dans la Dialectique de la raison d’Adorno et Horkheimer et jusqu’à nos jours, ou la catégorisation des modes selon leurs effets moraux et somatiques dans La République de Platon, sans doute la première théorie politique de la musique d’État, sont des jalons inauguraux de ce long parcours historique. Dans le répertoire classique occidental, les œuvres de Monteverdi, Mozart, Wagner, Debussy, Berg, Britten ou encore Chostakovich, pour ne citer que quelques compositeurs canoniques, réélaborent selon des styles variés une sémantique du désir travaillée dans des temporalités complexes, mobilisant au niveau cognitif des analogies entre les processus formels et les rythmes des émotions humaines. Le fait que ce panthéon de compositeurs soit constitué d’hommes, et pour la plupart d’hommes hétérosexuels, montre l’emprise du patriarcat sur toute cette production, dont les musicologies féministe et queer ont amorcé la nécessaire critique, sans que toutes les conséquences en aient été tirées. Dans ce sens, et afin de contribuer à combler une inégalité historique des études musicales, nous encourageons les travaux portant sur des musiciennes (compositrices, interprètes, théoriciennes). Les genres dramaturgiques que sont l’opéra, le théâtre musical et le film musical mobilisent à leur tour ces principes formels dans des espaces de représentation définis par le timbre de la voix humaine et la figure du personnage chantant. Ils donnent ainsi à l’ancrage corporel de l’expérience d’écoute, prégnant même dans la plus ascétique des musiques instrumentales, une forme d’incarnation réaliste où spectateurs et spectatrices peuvent projeter leurs propres vécus et leurs propres désirs.

Ce qui est vrai de la musique classique l’est tout autant de la plupart des genres musicaux, qu’ils soient ou non identifiés comme tels par les industries culturelles de l’Occident globalisé. Le jazz, le folk, la pop, le rap, la musique électro ou encore le rock, dont le slogan historique sex, drugs & rock’roll résume en quelque sorte le programme hédoniste, sont autant de domaines traversés par la sexualité. À certains égards, ils participent à une organisation des interactions et des représentations, en particulier lorsque celles-ci incluent une dimension visuelle prééminente, comme avec le vidéoclip. Le rôle des vedettes hypersexualisées des industries culturelles dans l’érotisation de la vie quotidienne de leurs admirateurs et admiratrices relève du sens commun et du fantasme, mais rarement d’enquêtes conduites avec la rigueur requise. Par ailleurs, les danses de couple, indissociables d’un vaste ensemble de scènes et de genres musicaux, ont joué un rôle central dans les rituels de séduction et les plaisirs des corps de la modernité, tout en constituant un terrain privilégié d’hybridation des cultures. S’ajoutant aux musiques liées aux rituels de mariage dans de très nombreuses cultures, ou aux vecteurs musicaux de la transe rejoignant le climax dans le spectre des expériences intenses, c’est là un immense champ de recherches dont l’ethnomusicologie n’a jusqu’ici défriché qu’une partie.

Il y va non seulement d’une meilleure compréhension des innombrables manières qu’ont l’art et la culture de représenter la vie, mais également du rôle de l’art et de la culture dans la vie elle-même. Un intérêt particulier sera donc porté aux propositions qui intègrent la musique dans des enquêtes sociologiques sur la vie sexuelle des personnes, un champ où la théorie des « scripts sexuels » de John Gagnon s’avère particulièrement fertile. Comment la musique est-elle présente dans le vécu et dans l’imaginaire des individus ? Comment joue-t-elle un rôle dans leurs scènes de séduction et dans leurs expériences intimes, ainsi que dans la construction rétrospective de leurs récits biographiques ? Voilà un domaine qui, pointé voici plus de vingt ans par les premiers travaux de Tia DeNora sur la musique in everyday life, n’a pas été suivi d’études à la hauteur de son importance sociologique. Ces dernières années, le virage numérique a reconfiguré l’aspect sonore de la sexualité comme il l’a fait de tant d’autres activités humaines, soit un ensemble de nouvelles pratiques liées au son et à la musique (les recommandations et échanges de fichiers son et d’expériences vécues sur les réseaux sociaux, les mutations de la pornographie, les évolutions techniques et idéologiques de la censure) dont on sait peu de choses. Et ce, alors même que la réalité virtuelle et l’intelligence artificielle pointent à l’horizon comme autant de défis théoriques et méthodologiques pour les études sonores de demain.

Sur toutes ces questions, dont la liste n’est pas exhaustive, Transposition accueille des propositions, en français et en anglais (~1500-2500 caractères espaces compris hors bibliographie), jusqu’à la date du 1er juillet 2019. Les propositions devront être envoyées aux adresses suivantes : buch@ehess.fr ; violeta.nigro.giunta@gmail.com. Les articles seront à produire pour janvier 2020.

Outre les contributions scientifiques au dossier thématique, qui seront soumises à l’approbation du comité scientifique, la revue Transposition est ouverte à d’autres formats, qu’ils soient originaux ou déjà éprouvés dans la revue, dont celui de l’entretien (cf. https://transposition.revues.org). Le cas échéant, l’auteur-e prendra le soin de préciser qu’il/elle prétend à cette catégorie Varia.

  • Logo Centre de recherche sur les arts et le langage - CRAL
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales - EHESS
  • Logo Philharmonie de Paris
  • Logo DOAJ
  • Logo CC BY-SA
  • OpenEdition Journals