Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Andrea Cohen, Les Compositeurs et l’art radiophonique

Paris, L’Harmattan, 2015
Pierre Albert Castanet
Référence(s) :

Andrea Cohen, Les Compositeurs et l’art radiophonique, Paris, L’Harmattan, 2015.

Texte intégral

1Musicienne et musicologue, Andrea Cohen est productrice à la radio française. Elle a écrit un ouvrage très intéressant issu d’une thèse de doctorat soutenue à la Sorbonne en 2005. Intitulée Les Compositeurs et l’art radiophonique, cette somme de 230 pages va, dans la première partie, des tentatives pionnières initiées par les Futuristes italiens (Luigi Russolo, Filippo Tommaso Marinetti) et russes (Dziga Vertov…) du début du xxe siècle aux premiers centres d’essais élaborés et visités par Paul Hindemith ou Kurt Weill en Allemagne, par Pierre Schaeffer en France et John Cage aux États-Unis. À ce parcours historique correctement balisé s’ajoute la production de compositeurs en quête d’un art pleinement voué à la « diffusion radiophonique » : en dehors de réels opus ad hoc (La Coquille à planètes de Pierre Schaeffer, Roaratorio de John Cage, Laborintus II de Luciano Berio, Der Tribun de Mauricio Kagel…), il est question, entre autres, de la notion de « documentaire » proposée par Luciano Berio dans le studio de phonologie de Milan ou des productions de hörspiel signées par Mauricio Kagel dans les locaux de la WDR3 de Cologne.

2Focalisée sur la particularité du « son radiophonique », la deuxième partie porte un regard avisé au niveau de la nature, de l’organisation des matériaux et de leurs contraintes (voix, bruit, musique… sons concrets, archétypes sonores… montage et mixage…), mais également au plan de l’élaboration formelle (mise en espace du son, narration et dramaturgie… fiction et pièces expérimentales…). Se préoccupant ensuite des conditions de production et de diffusion, le volet central (plus « poïétique » dans son essence) traite grâce à des sources bien informées des différentes typologies d’écoute radiophonique (d’ordre acousmatique, d’accompagnement, de contexte privé et communautaire…). Entre démarches et méthodes, entre motivation et esthétisation, entre sens et son, le dernier chapitre n’oublie ni le contexte narratif (parole, texte…), ni le statut de l’opus à connotation plurielle (partition, improvisation, inter-art…). À bon droit, l’épilogue positionne la recherche à l’ère de la technologie numérique et à l’heure d’internet.

3Claires et limpides, les analyses, les typologies et les études comparatives sont bien menées. Le ton général de l’ouvrage d’Andrea Cohen est en fait celui d’une spécialiste (elle a créé bon nombre de pièces de l’Atelier de Création Radiophonique dirigé par René Farabet pour le compte de France Culture). Ainsi, elle a pu réfléchir in situ sur l’intérêt que pouvaient porter les compositeurs de musique savante sur un art relativement nouveau et prometteur. À ce titre, un des intérêts des sources mises en œuvre provient d’une série d’entretiens privés (inédits jusqu’alors), interviews que l’auteure a réalisées avec Michel Fano, Luc Ferrari, Nicolas Frize, Vinko Globokar, Tom Johnson, François-Bernard Mâche, Pierre Mariétan, Yann Paranthoën, Christian Rosset, Christian Zanesi et d’autres… Cosmopolite, la bibliographie convoque les penseurs les plus pertinents tant en matière de musicologie générale (Jean-Yves Bosseur, Laurent Feneyrou, Peter Szendy…) que sur le plan de l’acousmatique (François Bayle, Michel Chion, Pierre Henry, Klaus Schoening…) et de la radio (Rudolf Arnheim, Mark Cory, Reinhard Döhl, Rudolf Frisius, Jean-Noël Jeanneney, Robert Prot…).

4Face à cette somme très documentée, je ne peux que recommander très vivement ce livre d’Andrea Cohen, le premier, à ma connaissance, consacré au genre singulier de l’« art radiophonique ». Ce dernier est présenté comme « le dernier exemple de l’élargissement de la notion du musical, qui se manifeste à travers d’autres formes d’expression »… Cet ouvrage est pour les âmes curieuses, amatrices d’histoire et de modernité, d’objets sonores et d’expériences radio

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Albert Castanet, « Andrea Cohen, Les Compositeurs et l’art radiophonique », Transposition [En ligne], 8 | 2019, mis en ligne le 23 août 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/transposition/2884

Haut de page

Auteur

Pierre Albert Castanet

Compositeur et musicologue, clarinettiste et performeur, Pierre Albert Castanet est professeur à l’université de Rouen (Département de musicologie) et professeur associé au CNSMDP de Paris. Directeur du département des Métiers de la Culture (université de Rouen), il est directeur de collection musicologique pour les éditions Michel de Maule, Basalte, Ina-GRM, Millénaire III, Les Cahiers du CIREM. Spécialiste de musique contemporaine, il a publié des centaines d’articles à travers l’Europe et a signé une douzaine de livres. Parmi ses publications : son ouvrage Tout est bruit pour qui a peur – Pour une histoire sociale du son sale a reçu le Prix des Muses en 2000. Quand le sonore cherche noise – Pour une philosophie du bruit a obtenu un coup de cœur de l’Académie Charles Cros en 2009 (deux livres publiés aux Éditions Michel de Maule à Paris). En dehors de pages de musique de chambre ou pour orchestre, son catalogue musical se fonde volontiers sur l’improvisation (partitions pédagogiques, graphiques, verbales…).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Transposition est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche sur les arts et le langage - CRAL
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales - EHESS
  • Logo Philharmonie de Paris
  • Logo DOAJ
  • Logo CC BY-SA
  • OpenEdition Journals