Navigation – Plan du site

Transposition n°10 (2021) - “Les flops en musique”

Appel à contribution

Transposition. Musique et sciences sociales

Transposition est une revue scientifique interdisciplinaire à comité de lecture en libre accès, soutenue et coéditée par l’École des hautes études en sciences sociales et la Cité de la musique-Philharmonie de Paris. Envisageant l’importance de la musique et des pratiques musicales dans l’organisation des sociétés, Transposition entend questionner la manière dont celles-ci les pensent, les instituent et les mettent en scène. Elle veut ainsi se faire l’écho de l’ouverture de la musicologie aux autres disciplines des sciences humaines et sociales, tout en encourageant ces dernières à s’intéresser à l’objet musical. Transposition est indexée au Répertoire International de Littérature Musicale (RILM) et au Directory of Open Access Journals (DOAJ). Son contenu est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International (CC-BY-SA 4.0). Pour son dixième numéro, Transposition propose d’explorer la thématique du « flop » en musique.

Appel à contributions n°10 (2021) :
“Les flops en musique”

Coordination : Sarah Benhaïm et Lambert Dousson

  • 1 D’après les résultats d’une recherche des occurrences du mot « flop » sur l’application linguistiqu (...)

Si une étude approfondie des usages linguistiques du terme « flop » serait aujourd’hui bienvenue pour faire la lumière sur l’évolution historique de cette expression populaire, les corpus d’ouvrages numérisés permettent d’ores et déjà d’observer un usage croissant de celui-ci tout au long du XXe siècle et en particulier à partir des années 1960, et ce aussi bien dans les sphères anglophones que dans les domaines francophones et germanophones1. Si le flop est abondamment employé au sein de secteurs artistiques tels que le cinéma, le spectacle vivant et la littérature, il s’agit ici de questionner spécifiquement l’ensemble de ses significations dans le domaine musical.

  • 2 Jean-Yves Jouannais rappelle dans les premières pages de L’Idiotie que le terme « fiasco » a été im (...)
  • 3 Parmi les rares références existantes, comptons : Altenmüller Eckart, Schürmann Kristian, Klim Vane (...)
  • 4 Seabrook John, Hits ! Enquête sur la fabrique des tubes planétaires, Paris, La découverte/Philharmo (...)

Anglicisme qui renvoie à la « chute » et à l’« effondrement », le terme « flop » est couramment utilisé, en particulier dans le monde de la pop, pour désigner un échec, un « fiasco2 », un « bide » ou un non-événement, comme la sortie passée inaperçue (et pourtant attendue) du dernier album d’un ou une artiste reconnu‧e mais « en panne d’inspiration ». La faible occurrence de cette expression dans les dictionnaires et encyclopédies contraste pourtant avec son caractère populaire, en particulier dans l’univers journalistique. De même, il semble curieusement que les études sur la musique ne se soient jusqu’à maintenant que peu emparées de cette thématique3. Peut-on penser, à l’image de la « fabrique des tubes planétaires » analysée par le journaliste états-unien John Seabrook dans Hits !4, une « fabrique des flops », dont les ressorts esthétiques, sociaux et économiques en seraient comme l’envers, le négatif ou la négation ?

Axes et thématiques proposés :

1.   Un vaste panorama historique, qui prendrait en considération les traditions musicales les plus institutionnelles comme les pratiques les plus singulières ou amateures, ne ferait pas surprise des effets de cycles ayant eu pour rythme la critique tantôt enthousiaste, tantôt cinglante des productions musicales, qu’il s’agisse de pièces, de concerts, de performances et d’opus. Ainsi, s’intéresser au flop en musique suggère d’interroger les tenants du jugement esthétique : qui sont les décisionnaires du flop et sur quels critères reposent leurs critiques ?

2.   Porter attention à ces échecs musicaux implique par ailleurs d’accorder une importance particulière aux trajectoires artistiques des musiciens et musiciennes. Le rythme (régularité, fréquence) de production apparaît-il comme un critère ? Quel regard poser sur des trajectoires musicales en dents de scie ou avortées à la suite d’un flop ? Outre d’éventuels épisodes troubles mêlant vie privée et vie publique, il serait notamment intéressant de mettre en perspective ces trajectoires personnelles avec le contexte historique, politique et social, mais aussi avec les évolutions et transitions technologiques. Par exemple, le recours à des instrumentations ou des modes de production spécifiques a-t-il pu constituer pour des artistes le motif d’une réception négative par le public ? D’autre part, l’étude de ces trajectoires rend-elle visibles des récurrences permettant de faire émerger des dynamiques générationnelles ou discriminatoires (apparence physique, attitude, genre, âge, race) parmi les critères du flop ?

3.   S’intéresser au flop sous toutes ses facettes nécessite aussi de s’attacher à la nature et aux conséquences de ces échecs critiques et commerciaux, tant sur les groupes et les artistes concernés que sur les intermédiaires artistiques et l’industrie phonographique. Le label apparaît par exemple en première ligne au sein de ce phénomène : le flop, résultant le plus souvent d’un classement élaboré selon des critères de popularité mesurés principalement à partir du nombre de ventes et d’écoutes, est aussi la conséquence d’un échec de la stratégie commerciale de production. Peut-on mesurer l’influence des flops dans l’histoire des labels et des agents ? Quelles sont les stratégies mobilisées pour revenir au-devant de la scène ? Quel est, plus largement, le degré d’implication de ces agents dans les instances décisionnaires du flop, en particulier leur relation avec les médias ? Outre les conséquences de ces échecs commerciaux pour l’industrie musicale, les sanctions institutionnelles constituent un autre thème de choix pour étudier l’« après-flop » dans la carrière d’un groupe.

4.   Si le flop résonne le plus souvent comme un couperet dans la trajectoire de certains musiciens et musiciennes, il peut cependant constituer une voie de réhabilitation artistique dans certaines communautés. Envisagé en tant que jugement esthétique et commercial, le flop est le lieu de vives polémiques et contestations qui peuvent se manifester, par exemple, par des tribunes de fans visant à critiquer la nature ou le résultat de ces classements. Plus encore, le flop est à l’origine de processus de réhabilitation tardive particulièrement intéressants à étudier, comme l’exhumation d’œuvres jugées incomprises à l’époque de leur production. À quel moment le flop est-il réhabilité comme pionnier d’un genre ou d’une mouvance stylistique ? Révéler les phénomènes qui accompagnent ces effets de réhabilitation ou de nouvelle légitimité à l’endroit des artistes victimes de flops, à l’image des légendes et des mythes, sera particulièrement apprécié pour penser plus globalement les représentations sociales et culturelles associées à ces figures et modèles artistiques revendiqués.

5.   Si l’on considère par ailleurs qu’une rupture ou une expérimentation avec les codes stylistiques dominants a souvent impliqué par le passé une forme de singularisation – l’esthétique d’une œuvre est souvent évaluée, parmi d’autres critères, au regard des autres productions d’une époque donnée –, comment alors penser le flop stylistique ? Y a-t-il des esthétiques condamnées à « faire flop » ? Au-delà des enjeux esthétiques, les propositions questionnant l’usage de certaines musiques et motifs mélodiques pour signifier l’échec et la poisse susciteront un intérêt tout particulier — une esthétique ou une poétique de la lose et/ou (par, avec, pour) des losers.

6.   Enfin, le flop ne peut être seulement envisagé comme une conséquence malheureuse. Il semblerait que dans certains cas, à l’image des avant-gardes musicales et des cultures underground, une « esthétique du flop » puisse être revendiquée selon une configuration de ressources et de motivations qui repose sur des enjeux de confidentialité et d’ironie vis-à-vis d’un succès pensé comme fondamentalement « mainstream », tandis qu’elle mobilise des sonorités atypiques souvent associées par le public au « mauvais goût » et au kitsch. En outre, le flop musical peut être une source d’inspiration pour les productions parodiques : par quels mécanismes les « fautes » de goût sont-elles réappropriées et parfois adulées après coup ? Quel est le degré d’ironie mobilisé ? Ces questions ouvrent la voie à des réflexions intéressantes pour penser les modes musicales, voire dans certains cas les processus de légitimation qui sous-tendent ces nouveaux succès de large audience.

De l’histoire de la tomate lancée sur les interprètes de musique classique aux concerts produits sur un parking de supermarché désert en périphérie d’une ville moyenne française, ce numéro de Transposition souhaite convoquer le récit et l’analyse des œuvres, des enregistrements, des concerts et même des come-back « ratés », amenant à distinguer le flop d’autres phénomènes plus étudiés, tels que le scandale. Il tient ainsi à ouvrir de nouvelles perspectives sur la manière dont l’échec offre des clés de compréhension de la musique et de ses dynamiques esthétiques, tout en étant à la fois vecteur et résultat d’enjeux commerciaux et de représentations sociales et culturelles.

Les propositions, en français ou en anglais (~1500-2500 caractères espaces compris hors bibliographie), devront être soumises avant la date du 15 mars 2020 à l’adresse suivante : transposition.submission@gmail.com

Les articles seront à produire pour le 1er novembre 2020. Outre les contributions scientifiques au dossier thématique, soumises à l’approbation du comité scientifique, la revue Transposition est ouverte à d’autres thématiques pour sa section Varia (voir https://journals.openedition.org/transposition).

Notes

1 D’après les résultats d’une recherche des occurrences du mot « flop » sur l’application linguistique Ngram Viewer.

2 Jean-Yves Jouannais rappelle dans les premières pages de L’Idiotie que le terme « fiasco » a été importé d’Italie par Stendhal dans un chapitre figurant parmi les Compléments posthumes ajoutés à l’édition de 1853 de De l’amour, pour désigner non pas tant la débandade, mais d’abord et surtout l’éjaculation précoce (Jouannais Jean-Yves, L’Idiotie, Paris, Flammarion, 2017 [2003], p. 6-7). Voir également Chevrier Jean-François, Jouannais Jean-Yves, Labaume Vincent, Fiasco : exposition, Nice, galerie Art : Concept, 1992, avec Michel Blazy, Erik Dietman, Mike Kelley, Philippe Mayaux, Jean-Luc Moulène, Guillaume Paris, Gilles Touyard.

3 Parmi les rares références existantes, comptons : Altenmüller Eckart, Schürmann Kristian, Klim Vanessa, Parlitz Dietrich, “Hits to the Left, Flops to the Right: Different Emotions during Listening to Music are Reflected in Cortical Lateralisation Patterns”, Neuropsychologia, Vol. 40, no. 13, 2002, p. 2242-2256, https://doi.org/10.1016/S0028-3932(02)00107-0 ; Priest Eldritch, Boring Formless Nonsense: Experimental Music and the Aesthetics of Failure, New York, Bloomsbury Academic, 2013,  http://public.eblib.com/choice/publicfullrecord.aspx?p=1115365 ; Wright Adrian, Must Close Saturday: The Decline and Fall of the British Musical Flop, Woodbridge UK, Boydell Press, 2017 ; Brittan Francesca, “Cultures of Musical Failures”, Crangle Sara and Nicholls Peter, On Bathos: Literature, Art, Music, London, Continuum, 2010 ; Mandelbaum Ken, Not Since Carrie: Forty Years of Broadway Musical Flops, New York, St Martin’s Press, 1998 ; Salem Joseph, “The Integrity of Boulez’s Integral Serialism: Polyphonie X and Musical Failure as Compositional Success”, Contemporary Music Review, vol. 36, no. 5, 2017 p. 337-361, DOI: 10.1080/07494467.2017.1401366.

4 Seabrook John, Hits ! Enquête sur la fabrique des tubes planétaires, Paris, La découverte/Philharmonie de Paris, 2016 [2015].

Haut de page
  • Logo Centre de recherche sur les arts et le langage - CRAL
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales - EHESS
  • Logo Philharmonie de Paris
  • Logo DOAJ
  • Logo CC BY-SA
  • OpenEdition Journals