Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Pièces artistiquesEuroflop

Pièces artistiques

Euroflop

Lydie Jean-Dit-Pannel et Gauthier Tassart
Traduction(s) :
Euroflop [en]

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Nous sommes en 1979 à Jérusalem. Le vingt-quatrième concours Eurovision de la chanson vient de se terminer et la chanteuse belge Micha Marah est furieuse. Sa chanson « Hey Nana » s’est classée dix-huitième et finit donc dernière à égalité avec l’Autriche. Pourtant Micha avait bien mis en garde le comité belge : elle aurait préféré chanter une autre chanson intitulée « Comment ça va », mais autant faire pisser le petit Manneken dans un violon.

2Une polémique sur le choix de la chanson à laquelle s’ajoute une dernière place : toute la Belgique est en émoi. Il faudra monter en pression l’année suivante.

3Un grand concours est lancé, des vedettes nationales s’empressent de candidater pour avoir l’honneur de représenter le royaume. En tête le fringant Bruno Brel, neveu du grand Jacques, et détenteur d’un titre de champion de moto-cross. Finalement ce sera un trio de jeunes gens modernes qui sera choisi par les experts : Telex.

4Michel Moers, Dan Lacksman et Marc Moulin se rendent donc à la Haye (Hollande) en 1980 afin de délivrer leur chanson sobrement intitulée « Euro-vision ».

5À la fin de leur prestation, il y a un petit temps d’arrêt avant que le public ne se mette à applaudir poliment et brièvement. C’est un bide.

6Il faut dire que c’est la première fois que l’on entend une chanson parlant de la compétition, mais aussi la première fois que l’on voit sur une scène populaire un groupe jouant une ritournelle synthétique avec, notamment, l’énorme synthétiseur modulaire Moog à la place d’un orchestre.

7Avec cette chanson un peu moqueuse, les trois sacripants ont un but secret : terminer derniers. Hélas, suite à une erreur de manipulation, le jury portugais leur attribue dix points, ten points ! Cette erreur fera remonter le trio d’outre-Quiévrain à la dix-septième place sur dix-neuf. Là aussi c’est raté, nos Kraftwerk belges, comme on les appelle, ont même réussi à faire mieux que la pauvre Micha l’année précédente, qui a dû se consoler ce soir-là devant une bonne pinte de Jup’.

8

Euroflop

« Euro-vision » par Gauthier Tassart et Lydie Jean-Dit-Pannel, 3’40, 2021.

« Euro-vision » est un morceau des artistes Lydie Jean-Dit-Pannel et Gauthier Tassart, qui accompagne le dossier scientifique du numéro 10 de la revue Transposition, Musique et sciences sociales intitulé « Les flops en musique », coordonné par Sarah Benhaïm et Lambert Dousson.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lydie Jean-Dit-Pannel et Gauthier Tassart, « Euroflop »Transposition [En ligne], 10 | 2022, mis en ligne le 29 juin 2022, consulté le 30 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/transposition/7769 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transposition.7769

Haut de page

Auteurs

Lydie Jean-Dit-Pannel

Lydie Jean-Dit-Pannel questionne l’image depuis plus de 25 ans au travers de projets au long cours. Aventurière solitaire, amoureuse blessée et guerrière survivante, Psyché s’est imposée comme l’alter-égo artistique de Lydie. Par le biais de cette héroïne antique pensive, dans le sillon de la figure du papillon Monarque dont l’artiste se pare le corps par un tatouage lors de chacun de ses voyages, Lydie déclame par ses œuvres – photographies, vidéos, performances, installations et textes – sa déception face à une humanité qui court à sa perte. Elle parcourt le monde pour dresser le constat des blessures infligées à la Terre. Les pérégrinations de cette héroïne bafouée, qui réalise la synthèse de l’idéal romantique et de la désillusion punk, sensibilisent ainsi à la précarité d’un monde désormais en sursis. Ces dernières années elle concentre son travail autour de la marche. Elle vit et travaille à Malakoff et enseigne à l’École nationale supérieure d’art de Dijon.

Gauthier Tassart

Gauthier Tassart travaille le son et l’image. Il préfère les expositions de groupe et les projets collaboratifs. Depuis 10 ans, il mène un projet unique de musiques improvisées avec des étudiants de la Villa Arson, L’Orchestre Inharmonique de Nice, et a travaillé notamment avec Lee Ranaldo, Etienne Jaumet, Lionel Fernandez et Charlemagne Palestine. Il fait partie du groupe I Apologize avec Jean-Luc Verna et collabore au Culte des Bannis avec Arnaud Labelle-Rojoux. Il vit et travaille entre Malakoff et Nice où il enseigne à la Villa Arson.
Depuis un « Mix atomique » réalisé en duo en 2016, Lydie et Gauthier ne cessent de développer des projets communs, dont le « Mix des oiseaux » durant lequel, à l’instar de l’oiseau lyre qui chante la déforestation de son habitat naturel en imitant le bruit des tronçonneuses, ils tentent de ré enchanter le monde, armés d’un set-up electro et de leur phonographie de chants d’oiseaux.

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-SA 4.0

Creative Commons - Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search