Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursTransposition no 13 (2025) - La m...

Transposition no 13 (2025) - La musique et les droites

Appel à contributions - délai prolongé

Transposition. Musique et sciences sociales

Transposition est une revue scientifique interdisciplinaire à comité de lecture en libre accès, soutenue et coéditée par l’École des hautes études en sciences sociales et la Cité de la musique-Philharmonie de Paris. Envisageant l’importance de la musique et des pratiques musicales dans l’organisation des sociétés, Transposition entend questionner la manière dont celles-ci les pensent, les instituent et les mettent en scène. Elle veut ainsi se faire l’écho de l’ouverture de la musicologie aux autres disciplines des sciences humaines et sociales, tout en encourageant ces dernières à s’intéresser à l’objet musical. Transposition est indexée au Répertoire International de Littérature Musicale (RILM) et au Directory of Open Access Journals (DOAJ). Son contenu est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons CC BY-NC-ND 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/).

Appel à contributions n° 13 (2025) : « La musique et les droites »

Coordination : Júlia Donley, Lambert Dousson et Jason Julliot

Le numéro 13 de Transposition vise à dresser un panorama des relations entre la musique et les mouvements politiques de droite dans le monde contemporain.

Comprendre et catégoriser un monde qui change

De la défense de la libre compétition économique à la protection de l’exception culturelle et de l’identité nationale, de la demande d’autorité et de sécurité à la préservation de l’ordre, des hiérarchies sociales et des valeurs traditionnelles ou religieuses (Camus 2001 ; Faria Carvalho et Andrade De Oliveira Paiva 2022), la catégorie politique de « droite » renvoie à un large répertoire de pratiques et d'idées dont la définition des frontières est de plus en plus problématique. Phénomène polymorphe, la droite manifeste notamment sa plasticité par la normalisation de l’extrême droite, qui, quand elle n’est pas au pouvoir, voit ses thématiques intégrer l’agenda des gouvernements de droite dite modérée, voire les programmes de certains partis de gauche, brouillant les frontières et les définitions de ces catégories politiques. Face à ce constat, les chercheur·euses œuvrent à saisir l’hétérogénéité des mouvements qui s’identifient ou qu’ils·elles identifient comme étant de droite, et préfèrent la pluralité à l’unification de celle-ci (Bob 2012 ; Rydgen 2018 ; François 2022).

Outre cette difficulté de classification, on a pu observer ces dernières années un important dynamisme des mouvements politiques de droite à travers le monde. Dans de nombreux pays (Brésil, Argentine, Inde, Israël, Pologne, Italie, États-Unis…), les victoires électorales et les expériences gouvernementales de l’extrême droite se sont concrétisées par un ensemble de mesures législatives et administratives touchant autant aux services publics (éducation, justice, santé, recherche, emploi) et aux politiques redistributives qu’aux droits et libertés des femmes et des personnes LGBT+, des immigré·es et des étranger·es (Bob 2012).

En tant que fait social, la musique n’est pas simple spectatrice de ces fluctuations politiques, mais participe activement au tissu social en reflétant et en influençant les dynamiques du monde social. Dans le champ des études sur les rapports entre musique et pouvoirs politiques, l’histoire de la musique et la musicologie ont constitué une somme importante de connaissances sur la musique soumise aux régimes politiques dits de droite. Ces recherches ont plus particulièrement été consacrées aux effets des régimes autoritaires, nationalistes et fascistes sur les mondes musicaux tout au long du xxe siècle. Qu’il s’agisse de la vie musicale française sous l’Occupation allemande (Simon 2009 ; Chimènes et Simon 2013 ; Brohm et Petit 2019) ou dans l’Italie fasciste (Ginot-Slacik 2019), des musiciens juifs soumis à la machine de mort nazie (Gilbert 2005 ; Giner 2011 ; Petit 2018), de la création musicale sous le régime de Franco en Espagne (Contreras Zubillaga 2021) ou encore de la condition des artistes dans les régimes autoritaires et/ou dictatoriaux au Chili (Aedo 2015), en Argentine (Buch 2016) ou au Brésil (Chernavsky 2019), les chercheur·euses ont analysé les processus de mainmise idéologique et administrative du pouvoir dans les lieux de formation et de diffusion (organismes et institutions musicales, sociétés discographiques et radiophoniques), les processus de mise au pas de la production musicale via des mécanismes divers (orientation plus ou moins directe de la programmation, censure voire torture), ainsi que les parcours des actrices et des acteurs (bourreaux et collaborateur·rices, victimes et témoins, résistant·es et opportunistes).

Des publications importantes ont par ailleurs porté sur les pratiques socio-musicales des mouvements minoritaires d’extrême droite (Collectif 2004 ; Chevarin 2013 ; Thomas 2020), ou encore sur les effets collatéraux sur la création musicale de la « guerre culturelle » livrée par les mouvements conservateurs dès les années 1980 dans les États-Unis de Ronald Reagan, invoquant des motifs tant économiques que religieux et moraux pour réduire ou supprimer les subventions publiques à la culture (Robin 2012). Cette réaction conservatrice à certaines « sous-cultures » comme le reggae, le heavy metal et le punk et à leurs effets « contre-culturels » a par ailleurs été analysée à travers la notion de « panique morale » (Hebdige 1979 ; Janisse et Corupe 2015).

De nos jours, déjà fragilisés par les politiques néolibérales ayant conduit les États à mobiliser de plus en plus des opérateurs privés au détriment des soutiens publics directs (Robin 2012 ; OECD 2022), les mondes de la culture et de la création artistique sont régulièrement confrontés soit à la délégitimation de leurs productions taxées d’élitisme au nom d’une certaine conception de la démocratisation de la culture (Métais-Chastanier 2015), soit à des formes de censure et de préjudices au motif de porter atteinte à la religion, à la morale, ou de s'inscrire dans une idéologie dite « wokiste » (Mahoudeau 2022) concentrée sur les thématiques liées aux identités sexuelles ou de genre et à la critique sociale de la race : dégradation d’œuvres, retraits d’ouvrages ou d’enregistrements discographiques des bibliothèques, librairies et disquaires, annulation ou interruption d’expositions, de spectacles théâtraux et de concerts (Dupuis-Déri 2022 ; Murat 2022).

Or, si certain·es actrices et acteurs ou si certaines structures du monde de la musique peuvent être confrontées aux actions de militant·es de droite ou subir des politiques publiques mises en œuvre par ce champ politique, d’autres participent à les soutenir activement. Les exemples abondent : dans certains cas, des musicien·nes centrent leur production artistique autour de multiples valeurs et thématiques chères à l’extrême droite, tels que les groupes de rock identitaire In memoriam, Fraction ou Les Brigandes ; parfois, ils renvoient à un imaginaire nationaliste en mobilisant un ensemble de symboles ou d’allusions littéraires dans les paroles de leurs chansons, comme l’a fait Jason Aldean aux États-Unis ou de nombreux groupes de black metal norvégien depuis les années 1990 ; dans d’autres situations, c’est le parti politique de droite qui utilise et instrumentalise des productions d’amateurs, à l’instar d’Olivier Anthony, fermier dans l’État de Virginie qui a vu sa musique être diffusée en ouverture au premier débat de la primaire républicaine sur Fox News. Enfin, lorsque l’on considère le rapport entre droites et religion, d’autres exemples émergent, tel que celui de la compositrice et organiste Kali Malone, empêchée en France de tenir son concert dans une église par des catholiques intégristes issus du mouvement d’extrême droite Civitas, ou le soutien avéré du groupe néo pentecôtiste Renascer Praise à l’alors président brésilien, Jair Bolsonaro.

Dans ce contexte, comment et dans quelle mesure le fait musical peut-il contribuer à éclairer une catégorie politique qui se caractérise par sa mutabilité ? Si la musique est un phénomène tout à la fois esthétique et social susceptible de concourir à la compréhension du monde, existe-t-il une manière spécifiquement musicale de réfléchir à la catégorie politique de droite et à sa définition ?

Un regard multidimensionnel sur les musiques et les droites

Ce numéro de Transposition vise à déplacer un regard encore trop souvent occidentalocentré sur les droites dans le monde. Par conséquent, aucune limite géographique n’est imposée au terrain de recherche, l’ambition de ce dossier étant de diagnostiquer la « droitisation » de la musique aussi bien au Japon qu’au Brésil, en Italie ou en Inde, au Mali ou en Russie, en Nouvelle-Zélande ou en Suisse… sans oublier les phénomènes d’échanges et de circulations internationaux et transnationaux (Cowan 2021). Dans le même sens, aucune restriction n’est imposée concernant les genres musicaux qui pourront être proposés dans les articles. Cependant, considérant le nombre et la diversité des phénomènes musicaux liés à la droite depuis le début du xxie siècle, encore peu étudiés, les contributions devront porter sur des événements contemporains et sur les éventuelles mutations dont ils témoignent dans la généalogie des relations entre les musiques et les droites.

Dans la perspective d’interroger la contribution des musiques à l’évolution des modes de penser et d’agir des droites et réciproquement, les propositions pourront porter autant sur des actrices et acteurs que sur des institutions, ainsi que sur des portées esthétiques des productions artistiques. Plus spécifiquement, nous attendons des articles qui discuteront :

  • des artistes elles/eux-mêmes, auteur·rices, compositeur·rices, interprètes ;
  • de leurs publics ;
  • des intermédiaires engagé·es dans la production, l’enregistrement, la programmation, la diffusion, live ou discographique, de la musique ;
  • des institutions publiques ou privées qui forment les musicien·nes, produisent, accueillent ou financent des activités artistiques ;
  • des implications esthétiques d’un engagement pour ou contre les droites : peut-on parler d’une musique « de droite » ?

Modalités de soumission

Les propositions, en français, en anglais ou en espagnol (~1500-2500 caractères espaces compris hors bibliographie), devront être soumises avant la date du 15 juin 2024 à l’adresse suivante : transposition.submission@gmail.com. Les auteur·ices dont les propositions auront été acceptées seront notifié·es avant le 1er juillet 2024.

Les articles seront à produire pour le 15 octobre 2024. Outre les contributions scientifiques au dossier thématique, soumises à l’approbation du comité scientifique, la revue Transposition est ouverte à d’autres thématiques pour sa section Varia (voir https://journals.openedition.org/transposition).

Bibliographie

Aedo Javier Rodríguez, « Exil, dénonciation et exotisme : la musique populaire chilienne et sa réception en Europe (1968-1989) », Monde(s). Histoire, espaces, relations, Presses universitaires de Rennes, vol. 2, no 8, 2015, p. 141-160.

Bob Clifford, The Global Right Wing and the Clash of World Politics, Cambridge, Cambridge University Press, 2012.

Brohm Jean-Marie et Laetitia Petit, « La musique, un appareil idéologique d’État. L’Occupation nazie en France », Topique, vol. 2, no 146, 2019, p. 45-58.

Buch Esteban, Trauermarsch. L’Orchestre de Paris dans l’Argentine de la dictature, Paris, Éditions du Seuil, 2016.

Buch Esteban, Igor Contreras Zubillaga et Manuel Deniz Silva (dir.), Composing for the State: Music in Twentieth-Century Dictatorships, Londres, Routledge/Fondazione Cini, 2016.

Camus Jean-Yves, « Une extrême droite sans filiation fasciste : les populismes xénophobes en Europe », Recherches Internationales, vol. 65, no 3, 2001, p. 15‑30.

Chernavsky Analía, « The “Dança da Terra Issue” (1943) : Heitor Villa-Lobos and the Vargas Dictatorship », dans Buch Esteban, Igor Contreras Zubillaga et Manuel Deniz Silva (dir.), Composing for the State: Music in Twentieth-Century Dictatorships, Londres, Routledge/Fondazione Cini, 2016, p. 32-50.

Chevarin Alain, Fascinant/Fascisant. Une esthétique d’extrême droite, Paris, L’Harmattan, 2013.

Chimènes Myriam et Yannick Simon (dir.), La musique à Paris sous l’Occupation, Paris, Fayard/Cité de la Musique, 2013.

Collectif, Rock Haine Roll. Origines, histoires et acteurs du Rock Identitaire Français (RIF), Paris, No Pasaran, 2004.

Contreras Zubillaga Igor (dir.), « Tant que les révolutions ressemblent à cela », l’avant-garde musicale sous Franco, Éditions Horizons d’attente, 2021.

Cowan Benjamin A. (éd.), « IV. Preach the word, reach the world. Authoritarian Brazil and the Organization(s) of a Transnational Right », dans Moral Majorities across the Americas: Brazil, the United States, and the Creation of the Religious Right, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2021.

Dupuis-Déri Francis, Panique à l’université : rectitude politique, wokes et autres menaces imaginaires, Montréal, Lux, 2022.

Oecd, The Culture Fix: Creative People, Places and Industries, Local Economic and Employment Development (Leed), OECD publishing, Paris, 2022, https://doi.org/10.1787/991bb520-en.

Faria Carvalho Flaviane et Andrade De Oliveira Paiva Beatriz, « Brasil acima de tudo, Deus acima de todos: uma análise do discurso de posse do presidente Bolsonaro », Revista da Anpoll, 30 avril 2022, vol. 53, no 1, p. 215‑235.

François Stéphane (dir.), Géopolitique des extrêmes droites. Logiques identitaires et monde multipolaire, Paris, Le Cavalier Bleu, 2022.

Gilbert Shirli, Music in the Holocaust: confronting life in the nazi ghettos and camps, Oxford, Clarendon, 2005.

Giner Bruno, Survivre et mourir en musique dans les camps nazis, Paris, Berg international, 2011.

Ginot-Slacik Charlotte, Musiques dans l’Italie fasciste (1922-1943), Paris, Fayard, 2019.

Hebdige Dick, Sous-culture. Le sens du style, 1979, trad. fr. Paris, Zones, 2008.

Janisse Kier-La et Corupe Paul (dir.), Satanic Panic: Pop-Cultural Paranoia in the 1980s, Toronto, Spectacular Optical, 2015.

Mahoudeau Alex, La Panique woke : Anatomie d’une offensive réactionnaire, Paris, Textuel, 2022.

Metais-Chastanier Barbara, « Nouveau fascisme et Pop Contestation », Agôn [En ligne], 27 février 2015. URL : http://journals.openedition.org/agon/3142.

Murat Laure, Qui annule quoi ? Paris, Éditions du Seuil, 2022.

Petit Élise, Musique et politique en Allemagne, du IIIe Reich à l’aube de la guerre froide, Paris, Presses Universitaires Paris Sorbonne, 2018.

‎Robin William, Industry: Bang on a Can and New Music in the Marketplace, Oxford, Oxford University Press, 2021.

Rydgren Jens (éd.), The Oxford handbook of the radical right. New York: Oxford University Press, 2018.

Simon Yannick, Composer sous Vichy, Lyon, Symétrie, 2009.

Thomas Jonathan, La propagande par le disque : Jean-Marie Le Pen, éditeur phonographique, Paris, Éditions de l’EHESS, 2020.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search