Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16L’Académie des Sciences de Russie...

L’Académie des Sciences de Russie : quelles libertés académiques ?

Academic Freedom at the Russian Academy of Sciences
Boris Vinogradov

Résumés

L’Académie des sciences de l’URSS était le plus grand centre scientifique de recherche fondamentale du pays. Avec l’effondrement de l’Union soviétique, la libéralisation a touché tous les secteurs de la vie en Russie, y compris la science. La censure a été abolie, plus personne n’empêchait les scientifiques russes de contacter des collègues étrangers et de participer à des projets communs. L’auteur se propose d’analyser la question de la liberté académique au sein de l’Académie sous l’angle de l’interaction de facteurs externes et internes. Les facteurs externes comprennent les changements dans la situation politique du pays. Les facteurs internes sont les aspects organisationnels et la situation économique de l’Académie. Dans cet article, l’auteur propose une analyse des problèmes des libertés académiques en Russie pendant la période de transition, 1990-2000, et offre aux lecteurs un bref aperçu de la situation actuelle dans le domaine des libertés académiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ekaterina Zharova, “Sistema obucheniya v universitetakh Rossiyskoy imperii: mezhdu akademicheskoy s (...)
  • 2 Viktoria Smirnova, “Administrativnyy kontrol’ nad sovetskoy istoricheskoy naukoy v 1945-1953 gg” [L (...)
  • 3 Statuts de l'Académie des sciences de Russie, 2007, Chapitres 1, 2.
  • 4 Valentina Matviyenko, “Nauka i tekhnologii – klyuchevyye faktory razvitiya Rossii” [La science et l (...)
  • 5 Zhores Alferov, « Rol’ i mesto Rossiyskoy Akademii nauk v razvitii nauki v sovremennoy Rossii » [Rô (...)

1La question des libertés académiques en Russie a été au centre des débats internationaux tout au long du XXe siècle. Avant la révolution d’Octobre, le niveau de liberté académique des scientifiques russes était à l’ordre du jour du fait des efforts déployés pour réformer les universités russes dans l’esprit de la liberté académique. Les universités allemandes, avec leur système d’études axé sur les matières, étaient considérées comme l’idéal.1 L’arrivée au pouvoir des communistes et l’idéologisation constante de toutes les sphères de la société soviétique ont également affecté la vie scientifique du pays. La science soviétique a néanmoins acquis une renommée mondiale grâce à de nombreuses réalisations d’envergure internationale : le lancement du premier satellite artificiel, le premier humain envoyé dans l’espace pour un vol orbital, les découvertes fondamentales dans le domaine de la physique atomique et bien d’autres réalisations ont fait la fierté des scientifiques soviétiques. Mais en même temps, un trait distinctif du système soviétique consistait en l’existence de la pression idéologique et de la censure sévère. Les résultats des recherches des scientifiques dans certains domaines de la connaissance (par exemple, les sciences humaines) étaient sévèrement censurés, de sorte qu’il était parfois impossible pour un chercheur de publier.2 Cet article s’intéresse à l’Académie des sciences de l’URSS / de la Russie, la plus grande organisation scientifique supérieure du pays, un centre de recherche fondamentale dans le domaine des sciences naturelles et sociales. Selon ses statuts, « l’objectif principal de l’Académie des sciences est d’organiser et de réaliser des recherches fondamentales visant à obtenir de nouvelles connaissances sur les lois de la nature, de la société et du développement humain et à contribuer au développement technologique, économique, social et spirituel du pays ».3 La place de l’Académie dans le monde des sciences en Russie est celle d’un « état-major » assurant l’anticipation et la planification de la recherche scientifique, et surtout dans le domaine des sciences fondamentales.4 Cette organisation est le reflet de la politique de l’État et traite des problèmes scientifiques définis par l’État. Cela signifie que l’État choisit l’éventail des tâches scientifiques en fonction de ses besoins, et les institutions scientifiques de l’Académie sont appelées à les résoudre. Plus précisément, l’Académie a contribué de manière décisive à de grands projets tels que la création d’un bouclier nucléaire et la flotte nucléaire, l’exploration de l’espace et la route maritime du Nord, la radiolocalisation et la "révolution" des semi-conducteurs, le développement de la Sibérie et de l’Extrême-Orient et la création de nouveaux centres de recherche dans ces régions.5

2Avec l’effondrement de l’Union soviétique, la libéralisation a touché tous les secteurs de la vie du pays, y compris la science. La censure a été abolie, plus personne n’empêchait les scientifiques russes de prendre contact avec des collègues occidentaux et de participer à des projets communs. Dans cet article, l’auteur analyse la position de l’Académie des sciences avant l’effondrement de l’Union soviétique, après son effondrement et dans les décennies suivantes, dans le but de présenter l’évolution de cet organisme en matière de libertés académiques. La définition la plus précise des libertés académiques appartient à l’Association américaine pour l’avancement des sciences (AAAS). Selon eux, « la liberté scientifique est la liberté de s’engager dans la recherche scientifique, de poursuivre et d’appliquer les connaissances, ainsi que de communiquer ouvertement ».6 L’auteur cherche à analyser la question des libertés académiques dans l’Académie sous l’angle des interactions des facteurs externes et internes. Les facteurs externes comprennent les changements dans la situation politique du pays. Les facteurs internes sont les aspects organisationnels et la situation économique de l’Académie. La partie finale de l’article donne en outre un aperçu de la réalité des libertés académiques dans la Russie contemporaine en général. Ces informations sont nécessaires pour connaître les tendances actuelles du monde universitaire russe et pour évaluer la place de l’Académie des sciences dans ce milieu.

L’Académie à l’heure soviétique : libertés académiques dans un cadre idéologique rigoureux

  • 7 Loren Graham R., Estestvoznaniye, filosofiya i nauki o chelovecheskom povedenii v Sovetskom Soyuze (...)
  • 8 Loren Graham R., The Soviet Academy of Sciences and the Communist Party, 1927-1932, Princeton, 1967
  • 9 Aleksey Kozhevnikov, “Igry stalinskoy demokratii i ideologicheskiye diskussii v sovetskoy nauke: 19 (...)
  • 10 Sigizmund Mironin, Delo genetikov [L'affaire des généticiens], Moscou, Algoritm, 2011, p. 51.

3L’Académie russe des sciences fondée en 1724 par l’Empereur Pierre le Grand poursuit son existence et subit de nombreuses transformations tout au long du XXe siècle. Pendant la période soviétique, l’Académie des sciences, parallèlement à la recherche fondamentale, participait activement à la résolution des problèmes pratiques rencontrés par le pays. La période de 1921 à 1926 a été caractérisée par une liberté relative dans le domaine de la vie intellectuelle. Tant que les scientifiques et les artistes évitaient toute activité politique contre le Parti, ils ne pouvaient craindre ni les autorités ni l’ingérence des idéologues.7 Les universités, l’Académie des sciences, les archives et les bibliothèques ont servi de refuge relativement sûr aux professionnels et aux scientifiques de l’ancien régime, qui, pour la plupart, souhaitaient simplement vivre leur vie en paix. Entre 1929 et 1932, l’Académie des sciences est remaniée et placée sous le contrôle du parti communiste.8 Le développement dynamique de la recherche scientifique à l’Académie des sciences dans les années 1940-1950 était de temps en temps perturbé par l’ingérence grossière des autorités du Parti qui cherchaient à renforcer leur influence dans l’environnement scientifique. Au cours de cette période, des débats idéologiques ont été organisés dans de nombreuses institutions scientifiques en URSS, dont l’objectif principal était la soumission complète de tous les scientifiques soviétiques au contrôle du parti et de l’administration.9 Sous le slogan de la lutte active contre le « cosmopolitisme », le « culte » de la science étrangère, le formalisme et la « pseudo-science bourgeoise idéaliste », des écoles scientifiques entières ont été éradiquées. La génétique en a subi les conséquences les plus graves. Ainsi, en 1948, lors de la réunion élargie de l’Académie Lénine des sciences agricoles de l’URSS, la génétique classique a été déclarée « discréditée » et « bourgeoise », et les scientifiques engagés dans la recherche génétique ont été renvoyés des institutions éducatives et scientifiques ou transférés dans d’autres domaines. On estime que le nombre de généticiens faisant l’objet de persécutions administratives est actuellement de l’ordre de 300.10 Un scénario similaire a rapidement conduit à la destruction de la physiologie, de la cytologie, de la virologie et d’autres sciences en URSS.

  • 11 Semen Ekshtut, Predvestiye svobody, ili 1000 dney posle Pobedy [Le présage de la liberté, ou 1000 j (...)
  • 12 Damir Vakhitov, “The educational systems of the USSR and the West: comparative analysis of advantag (...)
  • 13 About the Siberian Branch SB RAS, url: http://www.sbras.ru/en , dernière consultation le 11 janvier (...)

4En 1946, sous prétexte de faire des économies de devises, le nombre d’organisations autorisées à acheter des livres, des magazines et des journaux scientifiques et techniques étrangers sans contrôle préalable de la censure a été considérablement réduit.11 Cette décision interdit de manière générale les achats individuels de littérature étrangère. Seuls les membres titulaires de l’Académie des sciences de l’URSS se voyaient accorder le droit de commander individuellement de la littérature étrangère, et uniquement en lien avec leur domaine de la recherche. Cependant, parallèlement à ce diktat idéologique brutal, la structure de l’Académie et le système de ses institutions continuaient de connaître des améliorations, ce qui était d’une importance non négligeable dans l’organisation des programmes de recherche.12 À partir du milieu des années 1950, le renforcement des départements de l’Académie et l’accroissement de leur rôle dans la gestion de la recherche scientifique ont commencé. Au cours de cette période, une attention particulière a été accordée au développement de la science dans les zones périphériques, à l’organisation de nouveaux instituts et centres scientifiques. À la fin des années 1950, l’Académie des sciences comptait 12 branches. En 1957, la branche sibérienne de l’Académie des sciences a été créée. La progression de l’extraction minière dans la région a conduit à un renforcement de la recherche théorique et expérimentale, ce qui a conduit à la création de cette nouvelle branche de l’Académie.13 Les branches académiques situées à l’est de l’Oural lui ont été transférées.

  • 14 Article 47 de la Constitution de l'URSS du 7 octobre 1977.
  • 15 Aleksandr Chetverikov, “Freedom of science as the basic human and citizen right in the modern const (...)

5La Constitution de l’URSS de 1977 plaçait la liberté de la créativité scientifique et d’autres types de créativité dans un cadre idéologique rigide (la nécessité de correspondre aux « objectifs de la construction communiste »).14 D’autre part, la Constitution de l’URSS de 1977 a accordé une grande attention à la nécessité pour l’État de soutenir le développement de la science, de la littérature et de l’art.15

  • 16 Elizaveta Potapova, Making Sense of Academic Freedom, Budapest, Hungary, 2021, p. 19.

6Les réalités de la vie scientifique en Union soviétique ont été réellement éloignées de l’idéal de liberté académique. La liberté de production et de diffusion de la recherche était limitée. Le système de censure scientifique comprenait diverses formes et méthodes de contrôle idéologique et politique : l’interdiction de publication, le rejet de manuscrits ainsi que diverses méthodes indirectes liées à la gestion du personnel, à la distribution de la rémunération. L’enseignement a été soumis aux standards (programmes scolaires, encadrement idéologique obligatoire) et a été contrôlé de manière systématique. Selon Donald Kennedy, administrateur public et universitaire américain, le devoir académique était « un ensemble d’obligations que les professeurs doivent aux autres », y compris les étudiants, les collègues, l’État et la société en général, et un revers de la liberté académique.16

  • 17 Ibid.

7Pour certains, la liberté académique était un moyen de protester contre l’idéologie étatique. Le cadre institutionnel du système d’enseignement supérieur considérait les universitaires principalement comme des unités fonctionnelles avec des fonctions spécifiques pour lesquelles ils étaient payés et promus. Leur capacité créative à contribuer au bien commun n’était appréciée qu’en second lieu. Selon Elizaveta Potapova « être un universitaire en Union soviétique signifiait quelque chose entre le travail en entreprise et le service de l’État. L’héritage de cette approche est visible chez ceux qui ont continué à travailler dans les universités après l’éclatement de l’Union soviétique ».17 L’Académie des sciences de l’URSS était en fait le reflet de la politique de l’État et s’occupait des questions qui revêtaient une importance primordiale aux différentes étapes du développement du pays. Les ressources financières, matérielles et humaines nécessaires ont été allouées pour résoudre ces problèmes.

8En examinant la période soviétique, nous constatons que les chercheurs qui faisaient partie des instituts scientifiques de l’Académie des sciences de l’URSS étaient engagés dans la recherche de solutions aux problèmes fondamentaux fixés par le gouvernement du pays. La sélection soigneuse des scientifiques membres de l’Académie (y compris selon des critères idéologiques) a conduit à un niveau très bas de mouvements de protestation dans la science soviétique. Cette situation était favorisée par la position privilégiée dans la société et les salaires élevés perçus par le personnel scientifique des instituts de l’Académie.

  • 18 William May, “Academic Duty”, Issues in Science and Technology, vol. 14, No. 3, 1998, p. 84.
  • 19 Nécrologique d'Andrey Sakharov, par Alain Jacob et Amber Bousoglou, Le Monde, 16 décembre 1989.

9La censure et le manque de liberté académique étaient également des marques distinctives du monde universitaire soviétique. L’exemple le plus manifeste d’opposition ouverte au système est celui d’Andreï Sakharov, physicien nucléaire soviétique d’origine russe, père de la bombe H soviétique, militant pour les droits de l’homme, les libertés civiles et la réforme dans son pays. Membre de l’Académie des sciences, il s’est publiquement opposé, en 1979-1980, à l’introduction des troupes soviétiques en Afghanistan, ce qui lui a coûté d’être détenu et exilé sans procès à Gorki, une ville alors fermée aux étrangers.18 Après avoir passé plus de cinq ans en exil, privé de tous les honneurs d’État mais pas de son statut de membre de l’Académie des sciences, il s’est vu octroyer par Gorbatchev la permission de rentrer à Moscou en décembre 1986.. Après son retour, Sakharov a continué à travailler à l’Institut physique Lebedev en tant que chercheur en chef. L’arrêt de la persécution de Sakharov a été considéré au niveau international comme une étape importante dans la fin de la lutte contre la dissidence en URSS.19

La chute de l’Union soviétique : la science libéralisée face aux limites budgétaires

10Après l’effondrement de l’URSS, l’Académie des sciences a acquis un nouveau statut et a été rebaptisée Académie des sciences de Russie. Dans les années 1990, le contrôle de l’État sur l’Académie des sciences s’est considérablement affaibli. Un organe d’État a été supprimé – le Comité d’État pour la science et la technologie de l’URSS (GKNT). Cet organisme commandait au nom de l’État la résolution de tel ou tel problème, et l’Académie des sciences de l’URSS, après avoir fait l’expertise, déterminait le montant du financement nécessaire, les délais nécessaires, les étapes de mise en œuvre des projets et les responsables de la réalisation. Cependant, l’acquisition des libertés académiques n’a pas servi de catalyseur pour accroître le niveau de la recherche scientifique de l’Académie. Tout d’abord, parce qu’au moment de l’effondrement de l’URSS, l’Académie représentait une structure exclusivement orientée vers les besoins de l’État. L’Académie a été conçue de manière à assurer la compétitivité du pays dans la compétition scientifique et technologique avec l’Occident – principalement dans les secteurs liés à la production militaire. Malgré la chute de l’URSS, l’Académie des sciences est restée essentiellement inchangée jusqu’en 2013 avec ses spécificités telles qu’une structure organisationnelle soviétique lourde et un appareil administratif bureaucratisé.

11L’État russe s’est de facto retiré, pendant un certain temps, de la vie scientifique, n’ayant pas de politique clairement définie dans ce domaine. Les chercheurs n’étant plus sollicités par l’État, le déclin de l’autorité de la science en général et de l’Académie des sciences en particulier était prédéterminé. Dans les tourbillons des années 1990, les scientifiques n’étaient plus impliqués dans les activités publiques et politiques. Les années 1990 ont vu l’émergence en Russie de nombreux nouveaux établissements d’enseignement et organisations publiques se faisant appeler « académies ». En conséquence, les notions de la « vraie » Académie des sciences sont objectivement érodées et la notion même de « scientifique » ou d’ « académicien » est dévaluée.

  • 20 Denis Eckert, Dmitri Gouzévitch, Irina Gouzévitch, Marie-Noëlle Pane, « La Russie : construction et (...)
  • 21 Elena Bodrova, “Academy of sciences in the conditions of the decay of the USSR”, Rossiyskiy tekhnol (...)
  • 22 Galina Solovyeva, “Perspektivy razvitiya tsentrov kollektivnogo pol’zovaniya nauchnym oborudovaniye (...)

12Le contrôle de l’État a disparu, mais parallèlement, le financement de l’Académie des sciences a été réduit de façon considérable. « Pendant plusieurs années, les crédits sont consacrés presque entièrement au paiement des salaires, sans que cela permette de maintenir le niveau de vie des chercheurs (il est divisé par 6) confrontés, comme le reste de la population, à l’hyperinflation qui démarre à 1992 ».20 Dans les conditions de l’économie de marché, les instituts inclus dans l’Académie ont été contraints de se concentrer sur la réalisation de contrats avec des structures commerciales. Dans le même temps, les barrières idéologiques ont été levées, l’Académie des sciences s’est ouverte à la communauté mondiale et les chercheurs russes ont eu pleinement accès aux voyages à l’étranger et aux échanges scientifiques avec leurs collègues d’autres pays. La situation dramatique de l’Académie post-soviétique tient au fait que les questions de la liberté académique n’ont tout simplement pas été débattues dans un contexte de problèmes structurels graves. Le manque de financement menace la réalisation des projets scientifiques en cours. Dans un certain nombre de domaines prioritaires de la science et de la technologie, le retard par rapport aux États développés est considérable. Malgré le fait que l’Académie employait d’éminents scientifiques et disposait de laboratoires de qualité, l’Académie ne possède pas de l’équipement nécessaire, ce qui ne lui permettait pas de mener des recherches de pointe.21 Entre 1992 et 1998, les institutions scientifiques de l’Académie « ont été pratiquement privées de la possibilité d’acquérir des équipements scientifiques modernes. A cet égard, il convient de noter que jusqu’en 2002, les entités scientifiques ne réalisaient pas de démarches suffisantes pour déterminer ses propres besoins en équipements ».22

13L’ouverture de l’Académie à l’international signifie, entre autres, les possibilités d’accès à des financements internationaux et la possibilité de développer des projets communs avec des collègues étrangers. Plus tard, le financement étranger sera une source de controverse avec l’État, qui a progressivement repris le contrôle de la science russe dans les années 2000.

L’Académie au XXIe siècle : la reprise progressive du contrôle étatique

14Lorsque la situation économique de la Russie s’est améliorée au début des années 2000, l’État a augmenté le financement de l’Académie. En ce qui concerne les libertés académiques, leur niveau diminue proportionnellement à la réduction du financement que les institutions de l’Académie reçoivent de l’étranger. Alors que dans les années 1990, les financements étrangers étaient nécessaires à la survie de l’Académie, dans les années 2000 et 2010, les subventions publiques russes ont progressivement augmenté. Dans le même temps, le contrôle des fonds reçus par le personnel et institutions de l’Académie dans le cadre de projets internationaux a été renforcé. Outre le renforcement des contrôles sur la réception de fonds étrangers, les accusations de divulgation de secrets d’État sont également devenues courantes. Par exemple, en 2006, le Service fédéral de sécurité (FSB) a accusé Oleg Korobeinichev, chef du laboratoire de cinétique des processus de combustion à l’Institut de cinétique chimique de Novossibirsk, branche sibérienne de l’Académie des sciences russe, d’avoir divulgué des secrets d’État. Les enquêteurs du FSB ont allégué que le scientifique avait divulgué des secrets d’État dans l’un des documents préparés dans le cadre d’une recherche en commun avec les États-Unis. Selon l’enquête, le scientifique a transmis au centre de recherche du ministère américain de la Défense des informations secrètes sur les nouveaux types de combustible solide pour fusée mis au point en Russie. Selon les médias, en décembre 2006, l’affaire contre le scientifique a été portée devant les tribunaux. Les académiciens de l’Académie des sciences russe Yury Tsvetkov et Yury Molin, ainsi que le chef de la branche sibérienne de l’Académie des sciences russe de l’époque, Sergey Dzyuba, ont envoyé une pétition de soutien de Korobeinichev. Ils ont précisé la nature et le caractère public des recherches de l’accusé. Le 25 mai 2007, le département d’enquête du FSB a mis fin à l’affaire criminelle contre Korobeinichev parce que le fait du transfert de données secrètes aux Américains n’a pas été confirmé.

  • 23 Igor Ovsyannikov, “Rossiya: bol’shinstvo uchenykh nedovol’ny itogami reformy RAN” [Russie : la majo (...)

15En 2013, une importante réforme de l’Académie a été menée. Elle a été perçue de manière critique par la majorité des chercheurs et des académiciens. Il était envisagé de supprimer la forme d’organisation de la science sous la forme d’un réseau d’institutions de recherche spécialisées et financées par des fonds publics, dont la gestion jouit d’une certaine autonomie en matière de planification, de financement et d’établissement de rapports. L’un des traits distinctifs de l’Académie est le financement public très important. L’un des objectifs de la réforme était l’intégration de la science et de la pratique, la mise en place d’un cycle d’innovation fermé allant de la recherche fondamentale au lancement sur le marché de biens et de services avancés à forte intensité scientifique. Un indicateur important de cette intégration est la part du financement non étatique de la science, qui est nettement plus élevée aux États-Unis et en Europe occidentale qu’en Russie. La réforme a entraîné des changements importants dans la gestion des instituts scientifiques de l’Académie.23 Les instituts universitaires ont été placés sous la juridiction du nouveau ministère des Sciences et de l’enseignement supérieur.

  • 24 Anna Smolentseva, “Universal higher education and positional advantage: Soviet legacies and neolibe (...)

16Le contrôle de 1007 instituts et établissements de l’Académie a été transmis au ministère des Sciences et de l’enseignement supérieur. L’Académie s’est vu confier le droit de planifier les activités scientifiques de ces institutions, d’évaluer les résultats de leurs travaux et de participer à l’élaboration des demandes de l’État en matière de recherche. Ainsi, nous assistons à une tendance à la transition du contrôle de l’Académie vers l’État, comme ce fut le cas pendant la période de l’URSS. Il convient également de noter que la structure de l’Académie d’avant la réforme ne répondait pas aux exigences d’efficacité du monde moderne et, selon les spécialistes, elle est restée pratiquement inchangée depuis la chute de l’URSS. L’Académie des Sciences de Russie n’a pas su tirer pleinement parti de la période de libéralisation des sciences qui a suivi l’effondrement de l’URSS. La réforme de l’Académie était une suite logique de la politique de l’État russe visant à revenir à une gestion centralisée de la recherche scientifique dans le pays.24

17Compte tenu de la croissance du financement de l’Académie, les autorités souhaitaient accroître son efficacité, ce qui ne pouvait être réalisé sans réformer sa structure, qui était restée inchangée depuis l’époque soviétique.

Aperçu des libertés académiques en Russie en 2010-2020

18Depuis les années 2000 et 2010, la communauté scientifique en Russie fait l’objet d’une attention croissante de la part de l’État sous la forme d’un nombre croissant de restrictions, de l’introduction de nouvelles réglementations obligatoires et d’une focalisation de plus en plus nette sur les questions idéologiques. La forme la plus courante de restrictions dans la vie scientifique stipulées par les lois fédérales de la Russie est l’établissement d’un régime d’autorisation, c’est-à-dire la nécessité d’obtenir au préalable des autorités compétentes des permis (licences) pour mener certains types d’activités scientifiques. Le régime de permission s’accompagne de l’établissement d’exigences obligatoires pour le contenu des recherches et pour les sujets qui les effectuent. Une liste générale des activités soumises à licence est établie par la loi fédérale No. 99-FZ du 4 mai 2011 « Sur l’octroi de licences pour certains types d’activités ». Des autorisations sont requises pour la recherche dans les domaines de l’aviation et de l’espace, ainsi que de l’énergie nucléaire. La recherche scientifique dans certaines parties du territoire national russe est également soumise à un régime de permission.

  • 25 Aleksandr Chetverikov, “Freedom of science as the basic human and citizen right in the modern const (...)

19La nécessité d’une autorisation préalable peut également s’appliquer à l’accès aux informations scientifiques qui constituent un secret d’État, notamment les informations « sur les réalisations de la science et de la technologie, sur la recherche et le développement, sur les travaux d’expérimentation et de conception et sur les technologies importantes pour la défense ou l’économie qui touchent à la sécurité de l’État ».25

  • 26 Baltic State Technical University, Université technique russe située à Saint-Pétersbourg.
  • 27 Institut de recherches scientifiques no 88 est un organisme de recherches soviétique créé en 1946 p (...)

20Dans les années 2000, on assiste à un accroissement de la présence de l’État dans le secteur scientifique. Parallèlement à l’augmentation du financement des organismes de recherche, l’État renforce son contrôle sur la vie scientifique. Une libre interprétation de la notion de « secrets d’État » par les autorités chargées de l’application des lois rend très vulnérable la position des scientifiques impliqués dans des projets de recherche à participation internationale. Au cours des dix dernières années, plusieurs procès hautement médiatisés ont été ouverts, accusant des scientifiques d’espionnage. Ainsi, deux professeurs de Université technique baltique de l’État (à Saint-Pétersbourg) – Evgeny Afanasyev et Svyatoslav Bobyshev – ont été condamnés pour espionnage en faveur de la Chine.26 À l’heure actuelle, Viktor Kudryavtsev, chercheur à l’Institut de recherches scientifiques No 88, âgé de 75 ans, fait l’objet d’une enquête, soupçonné d’avoir transféré des données secrètes à l’institut belge The Von Karman Institute for Fluid Dynamics.27

La liberté d’expression académique en Russie28

  • 28 L'indice « Academic Freedom Index » est réalisé par V-Dem Institute. Ce document est constitué à l’ (...)
  • 29 Kseniya Mironova, Aleksandr Chernykh, “Torzhestvo nauchnogo kontrolizma” [Le triomphe du contrôlism (...)

21Ces dernières années, des tentatives ont eu lieu pour remettre au goût du jour les pratiques soviétiques de contrôle des étrangers. Il s’agit notamment des contacts entre les employés des organisations scientifiques et les collègues venant de l’étranger. En février 2019, le ministre russe des Sciences et de l’Enseignement supérieur, Mikhaïl Kotyukov, a signé des recommandations renforçant les règles de communication avec les collègues étrangers. Ces recommandations ont introduit de nombreuses interdictions archaïques – comme l’interdiction pour les étrangers « d’avoir sur eux des moyens techniques de traitement et d’accumulation d’informations ».29 Cet ordre a provoqué une vague d’indignation et de protestations parmi les scientifiques. Un an plus tard en février 2020, le nouveau ministre des Sciences Valery Falkov a annulé cette mesure aberrante. Cependant, le fait même de son apparition est un exemple frappant d’un retour aux pratiques de contrôle soviétiques.

  • 30 Laurence Habay, “Des législatives en Russie sous le règne de la loi contre les agents de l’étranger (...)
  • 31 Dmitriy Dubrovskiy, “Akademicheskiye prava i svobody: konservativnyy povorot kak antizapadnyy proye (...)

22Dans les années 2012-2015, des lois « sur les agents étrangers » et « sur les organisations indésirables » ont été adoptées.30 Ces textes législatifs constituent une menace directe pour les droits et libertés académiques dans le domaine des sciences sociales. Ils touchent principalement les organisations scientifiques non gouvernementales engagées dans la recherche empirique. Bien que la clause directe de la loi sur les « agents étrangers » exclue la recherche scientifique du champ d’application de cette loi, dans les faits, cela va à l’encontre de la pratique. Il convient de noter de façon distincte la politisation croissante de l’histoire et l’introduction généralisée d’une politique historique officielle. La science historique devient à nouveau un outil de propagande d’État. En 2009, une commission placée sous l’autorité du président de la Fédération de Russie est créée pour contrer les « tentatives de falsification de l’histoire » au détriment des intérêts de la Russie. En 2014, une loi fédérale est adoptée, visant à « contrer les tentatives d’empiéter sur la mémoire historique des événements qui ont eu lieu pendant la Seconde Guerre mondiale ».31 Dans le nouveau contexte juridique, toute tentative de remise en question de la version officielle des événements de la Seconde Guerre mondiale peut devenir un motif de sanction pour un universitaire – pouvant aller jusqu’à des poursuites pénales. Parmi les exemples les plus marquants de ces sanctions figure la démission de Sergei Mironenko, directeur des archives d’État, qui a démystifié le mythe des 28 Panfilovites. C’est l’une des histoires les plus glorieuses de l’Armée rouge pendant la Seconde Guerre mondiale, celle du sacrifice d’un groupe de soldats face aux nazis. Cependant, il ne s’agit que d’un « mythe », a résumé Sergei Mironenko, directeur des Archives nationales, qui a révélé les résultats de l’enquête, s’attirant immédiatement les foudres du ministre de la Culture Vladimir Medinsky. Une telle attention portée par les autorités à l’étude de pages controversées de l’histoire soviétique affecte sérieusement le climat dans la communauté universitaire, rendant difficile le travail sur certains sujets.

Conclusion

23Au cours des trente dernières années, la science a traversé une période difficile en Russie. La conquête des libertés scientifiques à la suite de l’effondrement de l’Union soviétique a été accompagnée d’une grave crise financière, dont l’une des caractéristiques a été la réduction drastique du financement public de l’Académie des sciences et des instituts scientifiques en Russie. L’État n’avait pas de politique de recherche clairement définie et, en fait, jusqu’au début des années 2000, il s’est de facto retiré. La situation a commencé à changer au milieu des années 2000, lorsqu’il est devenu évident que la science russe était en retard sur le niveau des pays occidentaux dans certains secteurs (hautes technologies, etc.). L’amélioration de la situation économique a permis d’augmenter sensiblement le financement des branches scientifiques les plus importantes, et de procéder à l’achat d’équipements coûteux, sans lesquels le développement des branches modernes de la science est impossible. Dans le même temps, apparaît la nécessité de réformer la structure de gestion de l’Académie des sciences, qui est restée pratiquement inchangée depuis l’époque soviétique et ne répond pas aux exigences d’efficacité modernes. En 2013, une réforme à grande échelle de la principale organisation scientifique du pays a été engagée. L’un des principaux résultats de cette réforme a été la centralisation de la gestion de l’Académie et ses instituts scientifiques. Désormais, la gestion est assurée directement par le ministère d’État.

24Aujourd’hui, l’Académie des sciences de Russie est une institution qui œuvre principalement à l’accomplissement des tâches scientifiques fixées par l’État. La principale source de financement est constituée par les fonds budgétaires. Une telle situation place l’Académie dans une relation de dépendance vis-à-vis de l’État, ce qui rapproche le modèle de fonctionnement actuel du modèle soviétique.

Haut de page

Notes

1 Ekaterina Zharova, “Sistema obucheniya v universitetakh Rossiyskoy imperii: mezhdu akademicheskoy svobodoy i gosudarstvennoy reglamentatsiyey” [Le système universitaire dans l'Empire russe : entre liberté académique et réglementation étatique], Genesis: istoricheskiye issledovaniya, 2017, № 12, pp. 25-34.

2 Viktoria Smirnova, “Administrativnyy kontrol’ nad sovetskoy istoricheskoy naukoy v 1945-1953 gg” [Le contrôle administratif de la science historique soviétique en 1945-1953], Vestnik Taganrogskogo instituta imeni A.P. Chekhova, 2011, No. 2.

3 Statuts de l'Académie des sciences de Russie, 2007, Chapitres 1, 2.

4 Valentina Matviyenko, “Nauka i tekhnologii – klyuchevyye faktory razvitiya Rossii” [La science et la technologie : des facteurs clés pour le développement de la Russie], blog du sénateur, sur le site du Conseil de la fédération, url : http://council.gov.ru/services/discussions/blogs/85599/

5 Zhores Alferov, « Rol’ i mesto Rossiyskoy Akademii nauk v razvitii nauki v sovremennoy Rossii » [Rôle et place de l'Académie des sciences de Russie dans le développement de la science dans la Russie contemporaine], BEREGINYA.SOVA, 2013, No. 2, p. 7.

6 AAAS Statement on Scientific Freedom & Responsibility, url : https://www.aaas.org/programs/scientific-responsibility-human-rights-law/aaas-statement-scientific-freedom

7 Loren Graham R., Estestvoznaniye, filosofiya i nauki o chelovecheskom povedenii v Sovetskom Soyuze [Sciences naturelles, philosophie et sciences du comportement humain en Union soviétique], Moscou, Politizdat, 1991, 480 p.

8 Loren Graham R., The Soviet Academy of Sciences and the Communist Party, 1927-1932, Princeton, 1967.

9 Aleksey Kozhevnikov, “Igry stalinskoy demokratii i ideologicheskiye diskussii v sovetskoy nauke: 1947-1952 gg.” [Jeux démocratiques staliniens et débat idéologique dans la science soviétique : 1947-1952], Voprosy istorii estestvoznaniya i tekhniki, 1997, № 4., p. 26-58.

10 Sigizmund Mironin, Delo genetikov [L'affaire des généticiens], Moscou, Algoritm, 2011, p. 51.

11 Semen Ekshtut, Predvestiye svobody, ili 1000 dney posle Pobedy [Le présage de la liberté, ou 1000 jours après la victoire], Moscou, Drofa-Plyus, 2006, p. 198-200.

12 Damir Vakhitov, “The educational systems of the USSR and the West: comparative analysis of advantages and disadvantages”, TISBI Bulletin, 2014, No. 4.

13 About the Siberian Branch SB RAS, url: http://www.sbras.ru/en , dernière consultation le 11 janvier 2022.

14 Article 47 de la Constitution de l'URSS du 7 octobre 1977.

15 Aleksandr Chetverikov, “Freedom of science as the basic human and citizen right in the modern constitutional, international and european law: comparative legal study”, Courrier juridique international, février 2020, p. 28-37.

16 Elizaveta Potapova, Making Sense of Academic Freedom, Budapest, Hungary, 2021, p. 19.

17 Ibid.

18 William May, “Academic Duty”, Issues in Science and Technology, vol. 14, No. 3, 1998, p. 84.

19 Nécrologique d'Andrey Sakharov, par Alain Jacob et Amber Bousoglou, Le Monde, 16 décembre 1989.

20 Denis Eckert, Dmitri Gouzévitch, Irina Gouzévitch, Marie-Noëlle Pane, « La Russie : construction et crise d’un système scientifique. Les ancrages nationaux de la science mondiale XVIIIe-XXIe siècles », 2018, p. 339.

21 Elena Bodrova, “Academy of sciences in the conditions of the decay of the USSR”, Rossiyskiy tekhnologicheskiy zhurnal, 2018, Vol 6, No. 5, p. 61.

22 Galina Solovyeva, “Perspektivy razvitiya tsentrov kollektivnogo pol’zovaniya nauchnym oborudovaniyem” [Perspectives de développement des centres collectifs d'équipements scientifiques], Upravleniye naukoy i naukometriya, 2007, No. 2, p. 119.

23 Igor Ovsyannikov, “Rossiya: bol’shinstvo uchenykh nedovol’ny itogami reformy RAN” [Russie : la majorité des scientifiques ne sont pas satisfaits des résultats de la réforme de la RAS], Eurasianet, 16 octobre 2019.

24 Anna Smolentseva, “Universal higher education and positional advantage: Soviet legacies and neoliberal transformations in Russia”, Higher education, 2017, No. 73, p. 209-226.

25 Aleksandr Chetverikov, “Freedom of science as the basic human and citizen right in the modern constitutional, international and european law: comparative legal study”, Courrier juridique international, février 2020, p. 28-37.

26 Baltic State Technical University, Université technique russe située à Saint-Pétersbourg.

27 Institut de recherches scientifiques no 88 est un organisme de recherches soviétique créé en 1946 par Staline pour mettre au point les missiles balistiques et les missiles de croisière en partant des travaux réalisés par les Allemands durant la Seconde Guerre mondiale.

28 L'indice « Academic Freedom Index » est réalisé par V-Dem Institute. Ce document est constitué à l’aide des estimations ponctuelles tirées d'un modèle d'analyse factorielle bayésienne comprenant les indicateurs suivants : liberté de recherche et d'enseignement, liberté d'échange et de diffusion académiques, autonomie institutionnelle, liberté d'expression académique et culturelle.

29 Kseniya Mironova, Aleksandr Chernykh, “Torzhestvo nauchnogo kontrolizma” [Le triomphe du contrôlisme scientifique], Kommersant, 14 août 2019.

30 Laurence Habay, “Des législatives en Russie sous le règne de la loi contre les agents de l’étranger”, Courrier international, 19 septembre 2021.

31 Dmitriy Dubrovskiy, “Akademicheskiye prava i svobody: konservativnyy povorot kak antizapadnyy proyekt” [Droits et libertés académiques : le tournant conservateur comme projet anti-occidental], Eurasianet, 13 février 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Vinogradov, « L’Académie des Sciences de Russie : quelles libertés académiques ? »Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化 [En ligne], 16 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/transtexts/1601 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transtexts.1601

Haut de page

Auteur

Boris Vinogradov

 Boris Vinogradov est docteur en Histoire (Sorbonne Université). Ses travaux de recherche portent sur l’étude des relations entre la Russie, la France et les pays européens, en particulier dans le domaine économique et industriel. Chercheur postdoctoral à l’Université de Nantes (UMR 6025 CENS). Il est également secrétaire de la rédaction adjoint de la Revue Française d’Histoire Économique.

Boris Vinogradov, PhD in History (Sorbonne History). His research work focuses on the study of relations between Russia, France and European countries, particularly in the economic and industrial field. Postdoctoral researcher at the University of Nantes (UMR 6025 CENS). He is also assistant editorial secretary of the French Economic History Review.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search