Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16L’enseignement supérieur au cœur ...

L’enseignement supérieur au cœur de la tourmente libanaise

Higher Education at the Heart of the Lebanese Turmoil
Jihane Sfeir

Résumés

Si le système universitaire libanais – un des plus anciens du monde arabe et des plus réputés – a survécu au conflit civil qui a déchiré le pays entre 1975-1989, il est aujourd’hui plus que jamais menacé d’effondrement. La crise économique et politique de 2019, la dévaluation de la livre libanaise, l’explosion du 4 août 2020 et la crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid 19, fragilisent les fondements de l’enseignement supérieur. Comment mesurer l’impact de ces crises sur les institutions académiques ? Quelles conséquences sur l’avenir de l’enseignement supérieur et la recherche dans un Liban en faillite ? Quelles adaptations et contournements les universités mettent en place pour endiguer l’effondrement ? Tel est le propos de cet article qui se base sur deux enquêtes de terrain effectuées en octobre 2020 et avril 2021 à Beyrouth.

Haut de page

Texte intégral

1L’enseignement supérieur au Liban a longtemps joui d’une excellente réputation, mais depuis la guerre civile (1975-1989), la renommée des universités libanaises est en baisse progressive, en raison d’une crise économique endémique, d’une instabilité sécuritaire, de l’immobilisme politique et bien sûr de la pandémie de la COVID 19.

  • 1 Le présent article est le fruit de deux terrains effectués en novembre 2020 et en avril 2021 au Lib (...)
  • 2 Nous nous inspirons des interrogations et réflexions soulevés lors du colloque sur les « Libertés a (...)

2Cet article porte sur les menaces et les défis de l’université dans un Liban en faillite.1 Il s’agit d’examiner de quelle manière l’enseignement supérieur s’adapte à des contextes contraignants qui le menacent ; comment enseigner et produire un savoir libre et critique, continuer à faire de la recherche en temps de crises et faire face aux pressions économiques et sanitaires ? Quelles sont les actions menées par les différentes universités pour contourner les difficultés ?2 Pour y répondre, nous reviendrons dans un premier temps sur l’histoire de l’enseignement libanais et son héritage, dans un deuxième temps nous parlerons de la situation critique actuelle et de son impact sur les universités, et nous terminerons par les conséquences et les stratégies d’adaptation mises en place pour éviter l’effondrement.

L’université au Liban, une histoire particulière au Moyen-Orient

  • 3 Voir à ce propos Ussama Makdissi, Artillery of Heaven: American Missionaries and the Failed Convers (...)
  • 4 Chantal Verdeil, La mission jésuite du Mont-Liban et de Syrie (1830-1864), Paris, Les Indes Savante (...)
  • 5 Jean-François Legrain, Transformations sociales et revendications nationales dans le Proche-Orient (...)

3L’histoire de l’enseignement supérieur est liée à celle de la formation de l’État libanais marquée par l’empreinte religieuse des missions anglaises et françaises à l’origine de son développement. Les premières universités voient le jour au XIXe siècle à Beyrouth. En 1866, le Syrian protestant college (future université américaine de Beyrouth) est fondé, suivi quelques années plus tard par l’université Saint Joseph créée en 1875 par l’Ordre des jésuites.3 4Ces deux établissements fondés par des missionnaires dominent depuis le paysage de l’enseignement supérieur. Ils ont formé une grande partie de l’élite libanaise et arabe, et ont contribué avec la diffusion d’une presse prolifique au développement de la pensée politique et du nationalisme arabe. Par ailleurs, l’enseignement supérieur en langues anglaise et française a pavé la voie à la domination de la France et de la Grande-Bretagne dans la région suite au démantèlement de l’empire ottoman et à l’établissement des mandats au Liban en Syrie et en Palestine.5

  • 6 Charbel Nahhas, “Financing and political economy of higher education: The case of Lebanon”, Prospec (...)
  • 7 Candice Raymond, « Les Annales à Beyrouth », Revue d’histoire des sciences humaines, vol. 34, 2019, (...)

4Jusque dans les années 1950, les universités privées religieuses dominent l’enseignement supérieur. En 1951, l’Université libanaise publique est créée ainsi qu’une école normale supérieure pour la formation des enseignants et des instituteurs. Progressivement l’enseignement supérieur public va élargir son offre avec l’ouverture des facultés des sciences humaines et sociales, de droit, des sciences, de médecine et un institut des beaux-arts.6 Dix ans plus tard, deux universités privées voient le jour : l’université arabe de Beyrouth (UAB) fondée par une association sunnite beyrouthine affiliée à l’université d’Alexandrie et l’université Saint-Esprit de Kaslik (USEK) fondée par un ordre missionnaire maronite.7 Si l’UAB rassemble les militants nasséristes en faveur du panarabisme, les universitaires de l’USEK sont plutôt partisans d’un Liban phénicien détaché de son entourage arabe.

  • 8 Agnès Favier, Logiques de l’engagement et modes de contestations au Liban. Genèse et éclatement d’u (...)
  • 9 François Zabbal, « Vie et mort du panarabisme », Qantara, n°89, octobre 1989, pp. 38-45.
  • 10 Samih Farsoun, “Student Protests and the Coming Crisis in Lebanon”, MERIP Reports, Aug., no. 19, 19 (...)

5Malgré les divisions idéologiques et communautaires, le Liban durant les années 1960 et 1970 jouit d’une réputation d’excellence en matière d’enseignement et attire des étudiants de l’ensemble du monde arabe. En parallèle le mouvement étudiant se forme et se mobilise pour revendiquer l’abolition du système confessionnel libanais, l’égalité économique et sociale et la libération de la Palestine. Des grèves et des manifestations sont organisées régulièrement sur les campus et dans la ville, témoignant d’une vie universitaire bouillonnante et d’une liberté de pensée qui se distingue de l’environnement répressif de la région.8 En effet, la période des indépendances est celle de l’échec du nationalisme arabe et de l’installation des régimes autoritaires en Égypte (avec le nassérisme), en Syrie (avec l’arrivée de Hafez el Assad en 1970) ou au Maroc avec la répression des étudiants le 23 mars 1965.9 Les étudiants des universités libanaises échappent à cette atmosphère de censure, ils sont davantage occupés à organiser les manifestations et les grèves pour soutenir (ou condamner dans certaines universités) l’action de la guérilla palestinienne au Liban, pour abolir le système confessionnel ou pour revendiquer le droit à une société plus égalitaire. A la veille du déclenchement de la guerre civile, les mobilisations étudiantes hautement politisées, rejoignent souvent le mouvement ouvrier et participent aux grèves nationales contre la cherté de vie ou la hausse du chômage. Dans un article de 1973 le sociologue Samih Farsoun analyse le mouvement des étudiants dans le cadre de la crise sociale et économique que traverse le pays. Il dit à ce propos : « Student action by itself is not sufficient to bring about fundamental social change in Lebanon or other Arab countries, it is a political force which can contribute to a revolutionary movement only in conjunction with mass-based movements of the working class in Lebanon and the Arab world.”10

L’université dans la guerre

  • 11 Yvette Gharib et Nisrine Hamdan Saadé, « L’enseignement supérieur au Liban : un paysage complexe », (...)

6Le 14 avril 1975, la guerre civile éclate, plongeant le pays du Cèdre dans plus de quinze années de conflit armé. Une des conséquences de cette guerre est la reconfiguration de la cartographie des universités. L’université libanaise publique se délocalise et se divise en plusieurs sections, principalement pour des raisons sécuritaires qui poussent à s’éloigner des zones dangereuses entraînant une homogénéisation communautaire des institutions. Les facultés se dédoublent pour assurer l’éducation aux musulmans et aux chrétiens séparés pendant la guerre et le caractère multiconfessionnel de l’université publique se perd. En 2015, on dénombre 60 branches des différentes sections réparties dans toutes les régions libanaises et qui au fil des années deviennent des unités autonomes.11 De plus, l’université publique est fragilisée par la nature politique du système confessionnel. En effet, les décrets de nominations ministériels aux postes d’enseignant-chercheur, de doyen ou de président sont décidés suivant la distribution communautaire, ce processus favorisant le clientélisme politique aux dépens du mérite. Le factionnalisme règne désormais dans les campus de toutes les universités privées et publiques ; les seigneurs de la guerre, chefs des partis-milices, imposent leurs candidats aux postes académiques même si ces derniers n’ont pas les qualifications requises, les fraudes aux examens et lors des élections estudiantines deviennent habituelles.

  • 12 Voir notamment la nécrologie accompagnant le dernier article d’Antoine Abdel Nour, « Le réseau rout (...)
  • 13 “More Murder in Beirut: EDITORIAL.” The New York Times 19/01/1984. https://www.nytimes.com/1984/01/ (...)
  • 14 Franck Mermier, « Présence de Michel Seurat » ; Bulletin de l'AFAS [En ligne], HS2 | 2020, mis en l (...)
  • 15 Akram Belkaïd, « Samir Kassir, la promesse foudroyée », Le Monde Diplomatique, Manière de voir, no. (...)
  • 16 Sarah Dadouch and Nader Durgham. “Prominent Hezbollah Critic Fatally Shot in Lebanon”, The Washingt (...)

7La période de la guerre est aussi celle des assassinats des universitaires étrangers et locaux comme Antoine Abdel Nour, historien et professeur à l’université libanaise tué lors de l’invasion israélienne en 198212, Malcolm Kerr, professeur en science politique à l’université américaine de Beyrouth, assassiné en 198413 ou encore Michel Seurat, sociologue, chercheur au CNRS, otage du Hezbollah qui décède des suites d’une maladie lors de son enlèvement en 1986. Auteur de L’État de barbarie, Seurat milite pour rompre le silence des massacres perpétrés par Assad sur la ville de Hama en 1982, ses écrits offrent une analyse lucide et toujours d’actualité des régimes nationalistes autoritaires.14 La pratique d’assassinat et d’intimidation d’universitaires se poursuit au-delà du conflit libanais et la liberté de pensée reste toujours menacée avec notamment l’attentat qui va coûter la vie en 2005 à Samir Kassir15, historien professeur à l’université Saint-Joseph de Beyrouth, journaliste et militant pour le départ de la Syrie du Liban et dernièrement l’assassinat du chercheur, documentariste, fondateur du centre UMAM et éditeur Lokman Slim en février 2021, connu pour ses positions profondément anti-Hezbollah, pour ne citer qu’eux.16

  • 17 Candice Raymond, « Une autonomie à négocier… ou pas. Travailler pour un institut de recherches liby (...)
  • 18 http://www.estime.ird.fr, consulté le 31 décembre 2021.
  • 19 Sari Hanafi, « Jacques Kabbanji, Rechercher au Liban : communautés scientifiques, chercheurs et inn (...)
  • 20 Hanafi, « Jacques Kabbanji, Rechercher au Liban».

8Toutefois, la période de la guerre civile – et de celle qui suit – est aussi marquée par le développement des centres et instituts de recherche financés par les partis politiques et par les pays arabes, faisant du Liban une plaque tournante des maisons d’édition et du développement de la recherche en sciences humaines, économiques et sociales.17 De nouveaux établissements de l’enseignement supérieur affiliés aux communautés religieuses voient le jour comme par exemple, l’université Balamand fondée en 1988 par le Patriarche Ignatius IV de la communauté grecque orthodoxe ; ou encore l’université Islamique du Liban créée par le cheikh Mehdi Chamseddine, président du Conseil Islamique supérieur chiite en 1995. En parallèle, de petites universités naissent et sont accréditées souvent grâce à l’entremise des anciens chefs de guerre devenus ministres et députés – on dénombre actuellement plus de 40 universités et instituts de l’enseignement supérieur. L’université libanaise publique sort divisée par la guerre civile et voit ses effectifs diminuer au profit des universités privées. Et selon une enquête menée par le programme européen ESTIME entre 2004 et 200718 sur les universités libanaises, il apparaît que « malgré cette abondance de structures de recherche, la production scientifique reste insuffisante en volume et en qualité ».19 L’enquête justifie ce manque « par le mode clientéliste de recrutement dans l’Université Libanaise (UL) et par le recours au critère confessionnel, mais surtout par la fonctionnarisation du personnel, qui bloquerait le processus de professionnalisation de la recherche ». Un autre élément à prendre en compte est le taux élevé de temps partiels dans les universités privées et le manque de titularisation ce qui créent une « armée de réserve » qui enseigne sans faire de la recherche.20

Menaces et défis de l’université dans le Liban post-conflit

  • 21 Nous empruntons ce concept à Samir Amin, Mémoires, L’éveil du Sud, « Égypte : Capitalisme de conniv (...)
  • 22 Concernant le système néolibéral économique mis en place par l’administration Hariri, voir Reinoud (...)

9L’ère post-conflit est celle de la reconstruction menée par le gouvernement du Premier ministre et homme d’affaire libano saoudien Rafic Hariri. Cette période est marquée par le capitalisme de connivence21 et le néolibéralisme qui fragilisent les institutions publiques et instaurent une économie de corruption.22

  • 23 Danielle Skaff, Innovation et réforme de l’enseignement supérieur au Liban, Thèse de doctorat en Sc (...)
  • 24 Skaff, Innovation et réforme de l’enseignement supérieur au Liban.

10Au lendemain de la guerre, l’enseignement supérieur nécessite d’être réformé, renouvelé, mais les acteurs du conflit civil sont bien installés et leurs pratiques de captation des postes et des richesses, de cooptation, de fraudes et de corruption sont monnaie courante. Malgré ce climat de troubles, une réforme en 2007 pour une nouvelle gouvernance de l’université et pour son internationalisation est lancée.23 L’application de cette réforme reste néanmoins partielle avec quelques améliorations comme : la réforme des programmes selon le processus de Bologne pour les universités libanaises publiques et francophones privées, la réévaluation à la hausse des salaires des enseignants chercheurs de l’université publique et le renforcement du rôle du CNRS libanais.24 Cette réforme partielle s’inscrit dans un contexte encore fragile marqué par une instabilité sécuritaire et un dysfonctionnement politique et économique.

  • 25 À la suite de l’attentat contre le Premier ministre Rafic Hariri, deux mouvements populaires et pol (...)
  • 26 Le Liban va subir plusieurs attaques et attentats ciblés durant la période qui suit l’assassinat de (...)

11Le Liban, depuis l’assassinat du Premier ministre Rafic Hariri le 14 février 2005, souffre d’une division profonde autant politique que sociale opposant les partisans du parti chiite Hezbollah (« mouvement du 8 mars ») à ceux du courant sunnite du Futur (le « mouvement du 14 mars »).25 Cette polarisation politique et sociale déstabilise le pays et le replonge dans un climat de guerre. Une guerre que l’on croyait finie mais qui est toujours là, et ses seigneurs devenus hommes politiques, ministres ou députés, en sont ses acteurs majeurs. Les universités sont aussi divisées et menacées tant dans le secteur privé que public.26

  • 27 La crise des ordures au Liban se déclenche en juillet 2015 à la suite de la fermeture de la décharg (...)
  • 28 Marwan M. Kraidy “Trashing the sectarian system ? Lebanon’s “You Stink” movement and the making of (...)
  • 29 https ://beirutmadinati.com/, consulté le 05 juillet 2021.
  • 30 Alexandre Khouri, « Beirut Madinati se restructure et se prépare pour les législatives », L’Orient- (...)
  • 31 Sur la vision du mouvement lire Chady Jabbour, « Le projet de Charbel Nahas : un combat contre les (...)

12Cependant face à ses tensions et à la déficience de l’État, les académiques s’organisent et prennent part aux actions citoyennes et politiques surtout après le scandale de la « crise des ordures » de 2015-2016.27 Cette crise va être le point de départ d’une mobilisation sociale qui rassemble les Libanais en colère de tous bords. Les manifestations contre l’incurie de l’État sont appuyées par de nouvelles formations politiques contestataires émanant des universités. Ces mouvements voient le jour principalement à l’université américaine de Beyrouth (AUB) et se structurent autour de problématiques socio-politiques et écologiques pour revendiquer le changement, la démission du régime corrompu pour une meilleure gestion de l’État. La campagne « You Stink » portée en grande partie par les universitaires contre la crise des ordures et la corruption des hommes politiques lance officiellement la contestation populaire et le soulèvement de la société civile.28 Le mouvement Beirut Madinati en est le fer de lance ; fondé par des militants politiques et écologiques professeurs de l’AUB, il a pour objectif de lutter contre la corruption, de se réapproprier l’espace public, de préserver l’environnement, de réformer le système électoral, d’abolir le confessionnalisme et d’œuvrer pour une égalité entre hommes et femmes pour une meilleure justice sociale.29 Unique dans son mode de financement, Beirut Madinati fait appel aux dons via des campagnes participatives. Les membres de ce parti s’engagent dans la politique et participent aux élections municipales de Beyrouth en 2016 où ils menacent pour une fois les partis traditionnels.30 D’autres initiatives politiques voient le jour, comme le parti « Citoyens et citoyennes dans un État », fondé en 2016 par l’économiste Charbel Nahas, universitaire et ancien ministre des télécommunications et du travail. Les revendications de ce mouvement recoupent celles de Beirut Madinati avec une insistance sur la mise en place d’un État laïc et une économie plus équitable qui garantirait une plus grande justice sociale.31 Progressivement ces mouvements devenus partis politiques s’imposent sur la place contestataire qui explose avec la révolution du 17 octobre 2019.

13Ces nouvelles formations politiques issues du monde académique et celui plus large de la société civile posent les bases d’un nouveau débat et remettent en question les idéologies (ou l’absence d’idéologie) des partis politiques traditionnels à caractère religieux. Outre leur engagement dans la reconstruction des villages détruits pendant la guerre de 2006, celle du camp palestinien de Nahr el Bared en 200832 ou encore l’accueil d’étudiants réfugiés syriens depuis leur arrivée en 201233, les universitaires militent pour la réappropriation des espaces publics et la réforme politique.34 Ces formations issues de l’université ont conduit à l'émergence de nouveaux partis politiques poussés en avant par les protestations populaires dépassant les clivages sectaires. Ainsi les universitaires seront aux premières loges des manifestations de la révolution du 17 octobre 2019, organisant les espaces de débats dans la ville et sur les réseaux sociaux.

Les défis de l’université dans un Liban au bord du gouffre

  • 35 Jihane Sfeir, « Les Libanais entre exaltation et angoisse, vent debout contre la corruption des éli (...)

14La révolution de 2019 est déclenchée avec l’annonce du projet de taxe sur les appels WhatsApp lancé le 17 octobre. Ce fut la taxe de trop pour les Libanais qui sont descendus en masse manifester leur colère contre le système corrompu de la classe dirigeante. « Tous ! Ça veut dire tous ! » (Kellon ya’ni kellon), fut le slogan lancé dès le début des mobilisations, appelant au départ de tous les dirigeants de toutes tendances politiques et appartenances religieuses. Le gouvernement accusé de corruption est contesté et aucune des figures connues de la classe politique libanaise n’est épargnée. Les manifestants réclament la réforme politique et économique mais aussi celle du système d’éducation et de santé, ils demandent l’accès à l’électricité et à l’eau potable rationnées depuis des années.35

L’université dans la révolution

  • 36 Diala Lteif, « Revolution takes on the media: a resource on alternative news outlet”, Jadaliyya 1st(...)
  • 37 https://megaphone.news ; « Le guide de la révolution », https://www.daleelthawra.com ; « Les nouvel (...)
  • 38 Emmanuel Khoury, « Dans le centre-ville de Beyrouth l’université hors les murs », L’Orient-Le Jour, (...)

15Très vite des plateformes de discussions citoyennes menées en grande partie par des enseignants et des étudiants se mettent en place en ligne et sur les places publiques. Les débats, cours, slogans et nouvelles des manifestations circulent sur les réseaux sociaux qui remplacent les médias télévisuels et radiophoniques aux mains des partis traditionnels.36 Des médias indépendants naissent comme « Megaphone », « Daleel al Thawra » ou encore « Akhbar al saha », la plupart dirigés par des journalistes indépendants et des enseignants chercheurs, comme le média Megaphone créé par Jean Kassir chercheur militant et Samer Frangié professeur de Science politique à l’AUB.37 Une université populaire prend naissance dans les tentes sur les places de contestation à Beyrouth, Tripoli ou Sayda. Les professeurs d’universités viennent donner des cours ou débattre aux côtés d’activistes de la société civile, d’avocats, de syndicalistes et d’étudiants. On prend possession des espaces publics privatisés, on discute de la nécessité d’un État laïc, de la réforme des institutions, des droits des femmes et des LGBT, des questions d’environnement. Tous les jours, un programme est posté sur les réseaux sociaux et circule, invitant les citoyens à occuper la place et à réfléchir collectivement pour un avenir meilleur. Les enseignants venus de toutes les universités privées et publiques s’organisent sous les tentes pour donner des cours, animer des débats, communiquer via les réseaux sociaux autour des sujets en rapport avec la révolte. Nizar Hariri, professeur d’économie de l’Université Saint-Joseph dit à ce propos que « l’idée principale était de constituer un groupement d’enseignants universitaires indépendants en créant une tribune qui permette à ces enseignants de pouvoir s’exprimer ».38

  • 39 Emmanuel Khoury, « L’incertain, ou quand l’art s’improvise au gré de la révolte », L’Orient-Le Jour (...)

16Les symboles, chants et slogans de la révolution sont inventés par les étudiants qui investissent les places de la révolution, comme la construction en novembre 2019 d’une structure en bois par les étudiants en beaux-arts de l’université Libanaise pour symboliser la contestation.39 Désillusionnés par un régime corrompu et privés d’un débat politique constructif, les étudiants prennent conscience des maux de leur pays et participent activement à la fabrication d’une nouvelle nation comme en témoigne cette étudiante en architecture :

  • 40 Roula Azar Douglas, « Les étudiants contestataires ont la parole », L’Orient-Le Jour, 26 octobre 20 (...)

Nous sommes descendus dans la rue pour clamer : assez, c’est assez. Nés dans les années 90, nous n’avons pas eu notre mot à dire dans l’élection de ces politiciens corrompus qui ont mis en place les politiques économiques et financières. Pourtant, nous subissons les effets de leur sectarisme et de leur incompétence, et nous souffrons de la répression continue de nos contestations. Nous sommes descendus dans la rue parce que nous voulons récupérer notre avenir, un avenir qu’ils nous ont volé.40

17Ce témoignage éclaire sur la volonté des jeunes à reprendre leur destin en main pour un Liban nouveau, débarrassé des oripeaux de la guerre civile. Il révèle aussi les tentatives répétées des hommes du régime à intimider et à réprimer les manifestants.

  • 41 Jihane Sfeir, « Liban : et demain on fait quoi ? », The Conversation, 05 novembre 2019, https://the (...)
  • 42 Leïla Seurat, « La gestion de la « crise des ordures » à Beyrouth durant l’été 2015 : quelle police (...)

18Les premiers jours de la révolution l’ambiance est festive et euphorique, les manifestants s’organisent, occupent les places de jour comme de nuit afin d’obliger le régime à répondre à leurs revendications. Leurs vœux sont exaucés en partie avec la démission du Premier ministre Saad Hariri le 29 octobre.41 Mais très vite les contestataires doivent faire face à la répression violente de l’État. Les techniques de contre-insurrection menées à la fois par les Forces de Sécurité Intérieures, les voyous, les casseurs et infiltrés des hommes politiques, instaurent un climat de peur et vident les places progressivement de la contestation.42

19Les crises économique et sanitaire qui s’en suivent ont pour conséquence de délocaliser la contestation des places publiques vers les réseaux sociaux en ligne. Les agoras animées par les universitaires sont en ligne et des cours/conférences sont postés sur YouTube ou Facebook. L’esprit de révolte résiste à la répression mais les différentes crises menacent la survie des universités.

L’impact de la crise économique et sanitaire

  • 43 Céline Antonin, “Liban: sortir de la spirale de l’endettement », ofce, Science-Po, 0 septembre 2019 (...)

20Depuis le défaut de paiement de la dette publique libanaise en mars 202043, on assiste à une forte dévaluation de la monnaie locale qui a perdu plus de 90% de sa valeur. L’économie libanaise étant fortement dollarisée, les frais d’inscriptions dans les universités privées sont indexés à la monnaie américaine alors que les salaires des professeurs sont payés en grande partie en livres libanaises. Certains étudiants inscrits dans les universités privées ne pouvant plus assurer le paiement de leurs frais sont obligés soit de s’inscrire à l’université libanaise publique qui manque de moyens et qui est saturée par les demandes, soit de travailler pour payer leurs études ou d’arrêter leur formation universitaire. Les enseignants de leur côté qui avaient un salaire mensuel équivalant à 3000 € avant la crise, perçoivent en 2021 l’équivalent de 300 €, beaucoup cherchent à partir à l’étranger pour un avenir plus assuré où ils pourront exercer plus sereinement leur métier.

  • 44 Hana Addam El-Ghali, “Crystal Ball Predictions? Higher Education in “Crises” in Lebanon”, Issam Far (...)

21Récemment, et en réponse à la crise financière, les universités libanaises ont pris des mesures d’austérité en opérant des coupes budgétaires sur les abonnements en ligne des revues scientifiques, en réduisant l’équipement des laboratoires et le parc informatique, en diminuant les heures et procédant dans certains cas au licenciement ou au non-renouvellement des contrats des enseignants/chercheurs vacataires (qui représentent une grande partie des enseignants) et parfois au gel des salaires.44 Cette précarité du milieu universitaire est aggravée par la pandémie du COVID-19.

  • 45 Bilal Saïd, « Après le Covid-19 l’université n’existera plus : tout sera en ligne », INFOX no. 11, (...)

22Désormais les institutions académiques doivent faire face à un triple défi : la dévaluation financière, l’incurie de l’État et la carence des services publics (électricité, eau, essence, médicaments…) et la propagation de l’épidémie de COVID-19. Dès l’annonce de la pandémie, les universités libanaises – comme toutes les autres universités dans le monde – ferment leur porte et adoptent l’enseignement à distance en ligne. L’accès à internet au Liban est acceptable – malgré un débit par ADSL variant de 2 à 5 MB – , mais il est menacé par les coupures de courant incessantes. L’abonnement aux générateurs d’électricité de quartier ne suffit plus, il faut également acheter des batteries autonomes qu’on relie aux routeurs ADSL afin de ne pas être coupé lors des cours. Tous ces frais additionnels combinés à la cherté de vie rendent l’accès à l’enseignement inégal.45

  • 46 Entretien téléphonique avec Betty Sleiman 8 mai 2021.

23En effet, dans les universités privées, l’adaptation des cursus universitaires à l’enseignement en ligne se fait plus facilement qu’à l’université libanaise publique. Selon une enseignante de l’Université libanaise, la plupart des étudiants inscrits à l’université publique n’ont pas suffisamment de ressources, et le moyen le plus utilisé pour assister aux cours en ligne reste le téléphone, ce qui rend difficile la tâche de l’enseignant qui ne peut plus accompagner son cours par des présentations.46 Depuis la levée du couvre-feu, beaucoup d’étudiants travaillent, et dans certaines universités on adapte l’horaire des cours aux horaires de travail.

  • 47 Karim Merhej, « Is the Neoliberal Era in Lebanon Coming to an End? », IFI Op-ed, 22 avril 2020, AUB (...)
  • 48 Zeina Antonios, « Nous voulons que l’université nous écoute, pas qu’elle demande aux FSI de nous at (...)
  • 49 En juillet 2021 ,1 dollar américain équivaut à 17500 Livres Libanaises en décembre de la même année (...)
  • 50 Doha Chams, « Élections universitaires. Les étudiants libanais fer de lance de la révolte », Orient (...)
  • 51 Les frais pour une année en moyenne à l’université américaine sont estimés à 24 000 $

24La classe moyenne libanaise – catégorie la plus concernée par l’enseignement supérieur privé – est sévèrement atteinte ; les ménages qui ont vu leurs revenus fondre et leurs comptes bancaires gelés, ne peuvent plus assurer les frais d’éducation de leurs enfants. Les étudiants en réaction à la hausse des frais manifestent malgré la mise en place d’un état d’urgence dans le but de faire face à l'épidémie pour le « bien-être » de la population.47 En dépit donc des interdictions des rassemblements imposées par le régime, des manifestations sont organisées pour protester contre l’indexation des frais d’inscription au dollar américain. C’est le cas à l’université américaine en décembre 2020, où des étudiants se rassemblent sur le campus pour exprimer leur colère contre la hausse significative des frais universitaires. Lors de ces manifestations certains étudiants sont attaqués et arrêtés par les Forces de Sécurité Intérieure présents sur le campus suite à la demande des autorités académiques. Les conseils d’étudiants dénoncent la connivence entre l’administration de l’université et la politique répressive de l’État.48 Leur action est appuyée par quelques enseignants qui prennent leur défense et des solutions sont progressivement trouvées comme l’indexation du dollar à 3900 livres libanaises et l’augmentation des aides financières.49 L’action des étudiants sur le campus et leur implication dans la révolution du 17 octobre va avoir un impact positif sur la liberté politique dans l’université, puisque pour la première fois des formations laïques et indépendantes gagnent les élections dans plusieurs universités.50 Mais cela reste insuffisant et la crise économique est d’une telle ampleur que beaucoup préfèrent s’inscrire dans des universités moins chères51, ou partir à l’étranger pour accomplir leur cursus.

L’explosion du 4 août 2020

  • 52 Concernant l’explosion du port à lire l’ouvrage de Lamia Ziadé, Mon port de Beyrouth, P.O.L., Paris (...)
  • 53 Entretien avec Mme Lara Boustani à Beyourth, 24 avril 2021.
  • 54 Entretien avec Mme Carla Eddé à Beyrouth 4 novembre 2020.
  • 55 Entretien avec M. Jospeh Rustom à Beyrouth, 20 novembre 2020.

25L’exil des étudiants va s’accélérer après la double explosion du port de Beyrouth le 4 août 2020, contribuant à vider les rangs des universités. Ce jour-là 2750 tonnes de Nitrate d’Ammonium stockés depuis 2014 dans un hangar du port explosent et soufflent la capitale libanaise provoquant des dégâts matériels et humains considérables. On dénombre près de 207 morts et plus de 6500 blessés.52 Des quartiers entiers de la capitale sont dévastés et les universités ne sont pas épargnées. Selon la rectrice Lara Boustani de l’université La Sagesse, le campus situé à Achrafieh (un des quartiers les plus touchés par l’explosion) a été très endommagé et il a fallu attendre plusieurs mois avant de pouvoir le réparer partiellement, les aides promises n’arrivant pas à temps.53 Les locaux de l’Université Saint-Joseph sont également atteints et les vitres du campus des facultés de Droit et de Science politique et de la faculté des Sciences Humaines et Sociales ont volé en éclat. La vice-rectrice aux affaires internationales Mme Carla Eddé lance un appel aux dons pour la reconstruction des locaux mais aussi pour l’amélioration des conditions d’enseignement. Elle sollicite les collaborations interuniversitaires pour des cours en ligne, pour l’achat de matériel et pour le renouvellement des abonnements des revues en ligne. Elle reste toutefois prudente concernant les bourses données aux étudiants pour partir accomplir leurs études à l’étranger qui risquent de ne plus revenir au Liban et préfèrent des bourses de mobilité à court terme.54 C’est également l’avis du vice-recteur de l’Académie Libanaise de Beaux-Arts, Joseph Rustom qui craint l’exil massif des étudiants et constate une baisse dans les inscriptions pour la rentrée 2020-2021. Les universités privées vivant en grande partie grâce au frais d’inscriptions des étudiants, elles ne bénéficient d’aucune aide de l’État. L’exil d’une partie des étudiants, issus de la classe moyenne appauvrie, en Europe pour des formations dans des établissements universitaires publics leur permet un temps de respirer. Mais le blocage des comptes des Libanais, la dévaluation de la livre libanaise, rendent la vie en Europe difficile et entraîne parfois une précarité extrême. Pour Joseph Rustom, il est indispensable afin de garder les étudiants, d’obtenir des aides pour des formations co-diplômantes avec une mobilité des enseignants et des étudiants et une exigence de retour vers le Liban.55

26La double explosion du port de Beyrouth a également atteint les hôpitaux universitaires débordés par la crise sanitaire. Ainsi, l’Hôtel Dieu de France de l’université Saint-Joseph a dû fermer certaines ailes endommagées et le centre hospitalier universitaire Geitaoui est ravagé par le souffle de l’explosion.56 Les images apocalyptiques de la capitale libanaise secouent le monde entier et des initiatives pour aider les universités libanaises sont lancées. La France débloque une aide pour soutenir les établissements scolaires et universitaires. Emmanuel Macron lance le programme Maa’kum (avec vous) Campus France pour venir en aide aux étudiants libanais qui arrivent en France suite à l’explosion.57 En Belgique, le FOSFOM (Fonds de Soutien à la Formation Médicale) de l’Université libre de Bruxelles soutient l’Hôpital Libanais de l’université Libanaise et l’Hôpital Saint-Georges de la Faculté de médecine de l’Université de Balamand.58 Les étudiants libanais arrivant en France ou en Belgique sont exonérés des frais d’inscriptions. Enfin le programme d’aide pour les chercheurs en danger PAUSE a ouvert les candidatures pour les enseignants/chercheurs Libanais en 2020.

Conclusion

27Noyées par la crise économique, paralysées par la pandémie et otages d’une classe politique corrompue, les universités libanaises menacées ont perdu le prestige et l’excellence de leur enseignement qui faisaient leur renommée. Cette menace est aggravée par la concurrence des établissements des pays du Golfe (Arabie Saoudite, Qatar et Émirats Arabes Unis) qui ont développé depuis les années 2000 des pôles d’excellence en matière d’enseignement supérieur. Désormais les étudiants de la région MENA (et d’ailleurs) préfèrent les campus des monarchies golfiennes aux établissements universitaires libanais. Dernièrement un scandale de vente de diplômes à l’Irak est venu entacher la fragile réputation de l’enseignement supérieur libanais. Trois universités privées seraient impliquées dans la vente de centaines de faux diplômes à des Irakiens en quête de reconnaissance universitaire pour une revalorisation de leur poste et de leur salaire.59

28Dans ce contexte de crises, les autorités universitaires réfléchissent à des stratégies d’adaptation pour garder leurs étudiants. Les universités privées calculent les frais d’inscriptions sur la base d’un dollar bas et offrent des bourses, grâce notamment aux aides internationales.60 Certaines pensent délocaliser une partie de leur campus à Chypre ou dans les pays du Golfe à l’instar de l’université américaine de Beyrouth.61 L’université publique met en place des programmes d’étude avec des horaires décalés pour les étudiants travailleurs. La demande pour les collaborations à l’international et les programmes d’échange augmente, mais certains responsables universitaires préfèrent les accords qui débouchent vers une collaboration co-diplômante afin de prévenir de la fuite des cerveaux. Cependant les salaires des professeurs ne sont pas toujours réévalués et une grande majorité des enseignants non titularisés sont obligés d’avoir un emploi (parfois plusieurs) en parallèle.

29Les menaces et les défis de l’université sont à l’échelle d’un pays qui se noie. Beaucoup songent à partir s’exiler pour un avenir meilleur. Pour la majorité des étudiants et des enseignants, l’horizon est bloqué, une situation de « mort » pire que la violence de la guerre civile. En définitive, si certaines universités privées arrivent à maintenir leur enseignement et trouvent des moyens de financement et d’adaptation, l’université libanaise publique est la principale victime de la crise à l’image de l’État libanais failli.

30En dépit de cette atmosphère sombre, et pour ne pas conclure sur une note négative, les dernières élections des étudiants révèlent un profond dynamisme et un réel engagement des partis indépendants dans la vie publique et politique. Issue de la révolution du 17 octobre 2019, la génération actuelle des étudiants ne cesse de militer pour un changement du système confessionnel, une réforme des institutions et un assainissement politique et économique. Cette lueur d’espoir venue du monde universitaire pourrait-elle cependant relever un pays rongé par le communautarisme et hanté par le spectre de la guerre civile ?

Haut de page

Notes

1 Le présent article est le fruit de deux terrains effectués en novembre 2020 et en avril 2021 au Liban.

2 Nous nous inspirons des interrogations et réflexions soulevés lors du colloque sur les « Libertés académiques » qui a eu lieu à l’université libre de Bruxelles en décembre 2019 et de l’ouvrage collectif que nous avons co-dirigé avec Vanessa Frangville, Aude Merlin et Pierre-Etienne Vandamme, La Liberté académique. Enjeux et menace, Éditions de l’Université de Bruxelles, Bruxelles, 2021

3 Voir à ce propos Ussama Makdissi, Artillery of Heaven: American Missionaries and the Failed Conversion of the Middle East, Cornell University Press, 2007.

4 Chantal Verdeil, La mission jésuite du Mont-Liban et de Syrie (1830-1864), Paris, Les Indes Savantes, 2011.

5 Jean-François Legrain, Transformations sociales et revendications nationales dans le Proche-Orient (1876-1945), 2016, p. 108.

6 Charbel Nahhas, “Financing and political economy of higher education: The case of Lebanon”, Prospects, vol. 41, no. 1, 2011, pp. 69-95.

7 Candice Raymond, « Les Annales à Beyrouth », Revue d’histoire des sciences humaines, vol. 34, 2019, pp. 17-34.

8 Agnès Favier, Logiques de l’engagement et modes de contestations au Liban. Genèse et éclatement d’une génération de militants intellectuels (1958-1975), Thèse de doctorat en Science politique sous la direction d’Yves Schemeil, Université Paul Cézanne-Aix Marseille III, 2004, p. 575.

9 François Zabbal, « Vie et mort du panarabisme », Qantara, n°89, octobre 1989, pp. 38-45.

10 Samih Farsoun, “Student Protests and the Coming Crisis in Lebanon”, MERIP Reports, Aug., no. 19, 1973, p. 14

11 Yvette Gharib et Nisrine Hamdan Saadé, « L’enseignement supérieur au Liban : un paysage complexe », Revue internationale d’éducation de Sèvres, no. 17, décembre 2017, pp. 18-23.

12 Voir notamment la nécrologie accompagnant le dernier article d’Antoine Abdel Nour, « Le réseau routier de la Syrie Ottomane (XVIe-XVIIIe siècles) », Arabica, no. 30, 1983, pp. 169-189.

13 “More Murder in Beirut: EDITORIAL.” The New York Times 19/01/1984. https://www.nytimes.com/1984/01/19/opinion/more-murder-in-beirut.html, consulté le 26 juin 2021.

14 Franck Mermier, « Présence de Michel Seurat » ; Bulletin de l'AFAS [En ligne], HS2 | 2020, mis en ligne le 22 mars 2020, consulté le 04 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/afas/4747

15 Akram Belkaïd, « Samir Kassir, la promesse foudroyée », Le Monde Diplomatique, Manière de voir, no. 174, Décembre 2020-Janvier 2021, pp. 64-65.

16 Sarah Dadouch and Nader Durgham. “Prominent Hezbollah Critic Fatally Shot in Lebanon”, The Washington post, 4 février 2021, https://www.washingtonpost.com/world/lebanon-assassination-activist-hezbollah/2021/02/04/a8be1dee-66de-11eb-bab8-707f8769d785_story.html, consulté le 13 décembre 2021.

17 Candice Raymond, « Une autonomie à négocier… ou pas. Travailler pour un institut de recherches libyen dans le Liban en guerre (1975-1990) », in V. Frangville, A. Merlin, J. Sfeir et P-E Vandamme, La Liberté académique. Enjeux et menace, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2021, pp. 77-84.

18 http://www.estime.ird.fr, consulté le 31 décembre 2021.

19 Sari Hanafi, « Jacques Kabbanji, Rechercher au Liban : communautés scientifiques, chercheurs et innovation. État des lieux en sciences sociales », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 5, no. 3, 2011, http://journals.openedition.org/rac/13881, consulté le 31 décembre 2021.

20 Hanafi, « Jacques Kabbanji, Rechercher au Liban».

21 Nous empruntons ce concept à Samir Amin, Mémoires, L’éveil du Sud, « Égypte : Capitalisme de connivences, État compradore et lumpen développement », Paris, Les Indes savantes, 2015, pp. 288-289.

22 Concernant le système néolibéral économique mis en place par l’administration Hariri, voir Reinoud Leenders, Spoils of Truce, Cornell University Press, New-York, 2012.

23 Danielle Skaff, Innovation et réforme de l’enseignement supérieur au Liban, Thèse de doctorat en Science de gestion sous la direction de Thierry Côme, Université de Reims, Champagne-Ardenne, pp. 247-252.

24 Skaff, Innovation et réforme de l’enseignement supérieur au Liban.

25 À la suite de l’attentat contre le Premier ministre Rafic Hariri, deux mouvements populaires et politiques se forment au lendemain de grandes manifestations organisées le 8 et le 14 mars 2005. Le mouvement du 8 mars rassemble les sympathisants des partis chiites Hezbollah et Amal (plus tard ils seront rejoints par le Courant Patriotique Libre chrétien de Michel Aoun) proches du régime syrien de Assad. Le mouvement du 14 mars, est guidé par le parti du Futur (parti de Hariri à tendance sunnite) et rassemble les libéraux de toutes confessions et les sympathisants des Forces Libanaises chrétiennes qui accusent la Syrie et son allié le Hezbollah d’avoir commandité l’attentat et demandent le retrait des troupes syriennes et la démilitarisation du Hezbollah.

26 Le Liban va subir plusieurs attaques et attentats ciblés durant la période qui suit l’assassinat de Hariri. Une guerre avec Israël en juillet 2006. Un an plus tard, c’est la bataille du camp palestinien de Nahr el Bared opposant l’armée libanaise au groupe terroriste de « Fath al Islam » de juin à septembre 2007. En mai 2008 on frôle le conflit civil avec les combats de rue opposant les partisans du courant du Futur et ceux du Hezbollah. Enfin une guerre régionale avec le débordement des confrontations avec la Syrie sur le territoire libanais depuis 2012 et l’arrivée de plus d’un million de réfugiés sur le territoire libanais. Sans oublier bien sûr l’explosion de 4 aout 2020.

27 La crise des ordures au Liban se déclenche en juillet 2015 à la suite de la fermeture de la décharge de Beyrouth. Surnommée « Tala’at Rihatkum » (You Stink), la crise s’accompagne d’une série de mobilisations et cristallise toutes les revendications accumulées par la population contre la corruption politique et la faillite des institutions. Elle annonce la révolution de la révolution du 17 octobre 2019.

28 Marwan M. Kraidy “Trashing the sectarian system ? Lebanon’s “You Stink” movement and the making of affective publics”, Communication and the Public, vol. 1, no. 1, 2016, pp. 19-26.

29 https ://beirutmadinati.com/, consulté le 05 juillet 2021.

30 Alexandre Khouri, « Beirut Madinati se restructure et se prépare pour les législatives », L’Orient-Le Jour, 8 janvier 2021, https ://www.lorientlejour.com/article/1247394/beirut-madinati-se-restructure-et-se-prepare-pour-les-legislatives.html, consulté le 05 juillet 2021.

31 Sur la vision du mouvement lire Chady Jabbour, « Le projet de Charbel Nahas : un combat contre les inégalités sociale au Liban » disponible en ligne https ://mmfidawla.com/fr/2021/03/15/cj-mmfd/, consulté le 05 juillet 2021.

32 Mona Harb, « Beirut Madinati exemple d’activisme urbain », Afkar/Idées, Printemps 2017, p. 17.

33 https ://www.auf.org/nouvelles/actualites/accueil-des-etudiants-refugies-luniversite-saint-joseph-de-beyrouth/ consulté le 31 décembre 2021.

34 Harb, « Beirut Madinati », pp. 17-19.

35 Jihane Sfeir, « Les Libanais entre exaltation et angoisse, vent debout contre la corruption des élites », The Conversation, 21 octobre 2019, https ://theconversation.com/les-libanais-entre-exaltation-et-angoisse-vent-debout-contre-la-corruption-des-elites-125610, consulté le 21 juin 2021.

36 Diala Lteif, « Revolution takes on the media: a resource on alternative news outlet”, Jadaliyya 1st July 2020, https://www.jadaliyya.com/Details/40379, consulté le 21 juin 2021.

37 https://megaphone.news ; « Le guide de la révolution », https://www.daleelthawra.com ; « Les nouvelles de la place », https://www.facebook.com/akhbaralsahaEN/, dernières consultations le 22 juin 2021.

38 Emmanuel Khoury, « Dans le centre-ville de Beyrouth l’université hors les murs », L’Orient-Le Jour, 02/11/2019, https://www.lorientlejour.com/article/1193615/dans-le-centre-ville-de-beyrouth-luniversite-hors-les-murs.html, consulté le 22 juin 2021.

39 Emmanuel Khoury, « L’incertain, ou quand l’art s’improvise au gré de la révolte », L’Orient-Le Jour, 22 décembre 2019, https://www.lorientlejour.com/article/1195959/lincertain-ou-quand-lart-simprovise-au-gre-de-la-revolte.html, consulté le 22 juin 2021.

40 Roula Azar Douglas, « Les étudiants contestataires ont la parole », L’Orient-Le Jour, 26 octobre 2019, https://www.lorientlejour.com/article/1192658/les-etudiants-contestataires-ont-la-parole.html, consulté le 24 juin 2021.

41 Jihane Sfeir, « Liban : et demain on fait quoi ? », The Conversation, 05 novembre 2019, https://theconversation.com/liban-et-demain-on-fait-quoi-126332, consulté le 24 juin 2021.

42 Leïla Seurat, « La gestion de la « crise des ordures » à Beyrouth durant l’été 2015 : quelle police des foules ? », Critique internationale, vol. 79, no. 2, 2018, pp. 181-202.

43 Céline Antonin, “Liban: sortir de la spirale de l’endettement », ofce, Science-Po, 0 septembre 2019, https://www.ofce.sciences-po.fr/blog/liban-sortir-de-la-spirale-de-lendettement/, consulté le 24 juin 2021.

44 Hana Addam El-Ghali, “Crystal Ball Predictions? Higher Education in “Crises” in Lebanon”, Issam Fares Institute, OpEd, 19 mars 2020, https://aub.benchurl.com/, consulté le 25 juin 2021.

45 Bilal Saïd, « Après le Covid-19 l’université n’existera plus : tout sera en ligne », INFOX no. 11, 06 avril 220, https://www.lip-unige.ch/2020/04/06/infox11-apres-le-covid-19-luniversite-nexistera-plus-tout-sera-en-ligne/, consulté le 25 juin 2021.

46 Entretien téléphonique avec Betty Sleiman 8 mai 2021.

47 Karim Merhej, « Is the Neoliberal Era in Lebanon Coming to an End? », IFI Op-ed, 22 avril 2020, AUB Issam Fares Institute (IFI), https://ifiaub.wordpress.com/2020/04/22/2020-ifi-op-ed-20 consulté le 25 juin 2021.

48 Zeina Antonios, « Nous voulons que l’université nous écoute, pas qu’elle demande aux FSI de nous attaquer », L’Orient-Le Jour, 30 décembre 2020, https://www.lorientlejour.com/article/1246489/-nous-voulons-que-luniversite-nous-ecoute-pas-quelle-demande-aux-fsi-de-nous-attaquer-.html, consulté le 05 juillet 2021.

49 En juillet 2021 ,1 dollar américain équivaut à 17500 Livres Libanaises en décembre de la même année, il atteint 27500 LL.

50 Doha Chams, « Élections universitaires. Les étudiants libanais fer de lance de la révolte », Orient XXI, 15 décembre 2020, https://orientxxi.info/magazine/elections-universitaires-les-etudiants-libanais-fer-de-lance-de-la-revolte,4369, consulté le 05 juillet 2021.

51 Les frais pour une année en moyenne à l’université américaine sont estimés à 24 000 $

52 Concernant l’explosion du port à lire l’ouvrage de Lamia Ziadé, Mon port de Beyrouth, P.O.L., Paris, 2021.

53 Entretien avec Mme Lara Boustani à Beyourth, 24 avril 2021.

54 Entretien avec Mme Carla Eddé à Beyrouth 4 novembre 2020.

55 Entretien avec M. Jospeh Rustom à Beyrouth, 20 novembre 2020.

56 https://www.hopital-libanais.com/events/view_events/24/Lebanese-Hospital-Geitaoui---UMC-severely-damaged-by-Beirut-Port-Explosion, consulté le 31 décembre 2021.

57 https://www.campusfrance.org/fr/programme-maa-kum-avec-vous-la-france-se-mobilise-pour-les-etudiants-libanais, consulté le 31 décembre 2021.

58 https://medecine.ulb.be/version-francaise/international/fosfom, consulté le 31 décembre 2021.

59 https://www.lorientlejour.com/article/1282018/des-centaines-de-faux-diplomes-vendus-par-des-universites-libanaises-a-des-irakiens.html, consulté le 31 décembre 2021.

60 https://www.al-fanarmedia.org/2021/06/foreign-support-helps-lebanese-students-complete-degrees-amid-crises/, consulté le 31 décembre 2021.

61 http://www.businessnews.com.lb/cms/Story/StoryDetails/11030/AUB-branching-to-Cyprus-and-Dubai, consulté le 31 décembre 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jihane Sfeir, « L’enseignement supérieur au cœur de la tourmente libanaise »Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化 [En ligne], 16 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/transtexts/1608 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transtexts.1608

Haut de page

Auteur

Jihane Sfeir

Jihane Sfeir est professeur associée d’Histoire contemporaine du monde arabe à l'Université libre de Bruxelles (ULB). Ses recherches et enseignements portent sur l'histoire et la politique du Moyen-Orient en général et sur la Palestine et le Liban en particulier. Elle dirige l'Observatoire des mondes arabe et musulman à la Maison des Sciences Humaines de l'ULB. Ses dernières publications : Leila Seurat et Jihane Sfeir, Intertextualités. Une anthologie des idées politiques au Machreq et au Maghreb au XXe siècle, CNRS éditions, Paris, 2022 (à paraître) ; Vanessa Frangville, Aude Merlin, Jihane Sfeir et Pierre-Etienne Vandamme, La Liberté académique. Enjeux et menace, Éditions de l’Université de Bruxelles, Bruxelles, 2021 ; Christine Jungen, Jihane Sfeir, Archiver au Moyen-Orient, Ifpo/Karthala, Paris, 2020.

Jihane Sfeir is an associate professor in Modern History of the Arab world at the Université libre de Bruxelles (ULB). Her research interests and teaching focus on Middle East history and politics generally and Palestine and Lebanon in particular. She is the director of the Observatory of the Arab and Muslim World at the Maison des Sciences Humaines at the ULB. Her latest publications: Leila Seurat et Jihane Sfeir, Intertextualités. Une anthologie des idées politiques au Machreq et au Maghreb au XXe siècle, CNRS éditions, Paris, 2022 (forthcoming); Vanessa Frangville, Aude Merlin, Jihane Sfeir et Pierre-Etienne Vandamme, La Liberté académique. Enjeux et menace, Éditions de l’Université de Bruxelles, Bruxelles, 2021; Christine Jungen, Jihane Sfeir, Archiver au Moyen-Orient, Ifpo/Karthala, Paris, 2020.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search