Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Introduction (français)

Introduction (français)

Vanessa Frangville et Gwennaël Gaffric
Traduction de Helena B.

Texte intégral

  • 1 John Villasenor, “Why I won’t let my classes be recorded”, The Chronicle of Higher Education, 20 (...)

1La crise sanitaire que nous traversons a poussé les universités à se tourner vers l’enseignement à distance et soulevé des inquiétudes : les cours en ligne compromettent la possibilité pour les étudiants et les professeurs de s’exprimer « hors de l’emprise du panoptique numérique » et les débats interactifs en cours font place à des leçons préenregistrées où le savoir est assimilé sans remise en question.1 Les plateformes en ligne font également l’objet de critiques, elles ouvrent la voie à une surveillance du temps d’activité en ligne des membres de la communauté académique et à du harcèlement ciblé s’appuyant sur la dissémination d’une sélection partiale de textes et de vidéos utilisés en classe. Ces préoccupations sont partagées tant par les individus que par les institutions.

  • 2 Joyce Lau, “Academic freedom and covid-19 in China”, Inside Higher Ed, 2020, https://www.insideh (...)
  • 3 Humboldt Foundation, “Academic freedom: Russia tightens state control over education”, 26 mai 20 (...)

2Dans les régimes autoritaires, la pandémie a intensifié les pressions sur la liberté académique, comme le montrent de récents exemples en Chine : l’historien Sun Peidong de l’université Fudan a été victime de harcèlement grave après s’être exprimé publiquement sur la crise, tandis que le professeur de droit Xu Zhangrun de l’université Tsinghua a été suspendu et assigné à résidence pour avoir ouvertement critiqué le gouvernement. De nombreux autres chercheurs ont fait l’objet d’une enquête après avoir parlé du confinement et des mesures politiques associées.2 Dans d’autres régimes non démocratiques, la pandémie a servi d’excuse pour isoler les chercheurs vis-à-vis de la communauté internationale et placer les institutions académiques sous la férule de l’État. En Russie, par exemple, le Kremlin resserre son emprise sur les universités : les amendements à la législation sur l’éducation en vigueur depuis 2021 ont renforcé le rôle des autorités gouvernementales dans l’internationalisation des universités et leur influence sur le contenu des activités scientifiques afin de « protéger la jeunesse » des « influences étrangères ».3 De manière plus générale, les restrictions à la mobilité ont des conséquences sur les projets de recherche à long terme, surtout pour les chercheurs de terrain. La Chine est le meilleur exemple de ce phénomène, Beijing a profité de la pandémie pour imposer des restrictions sur les visas et limiter l’accès des chercheurs à Wuhan et au Xinjiang.

  • 4 Lors de discours publics et d’évènements universitaires, le ministre de l'Éducation nationale et (...)

3Aux États-Unis, les voix des chercheurs ont également été étouffées et la recherche scientifique décrédibilisée. Le président Donald Trump a instauré un climat de méfiance vis-à-vis des scientifiques en minimisant constamment la gravité du virus et en ne faisant aucun cas des avis d’Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et maladies infectieuses et conseiller de la Maison-Blanche sur la crise sanitaire. Ces polarisations politiques ont été observées dans la plupart des sociétés démocratiques. Les chercheurs sont de plus en plus souvent victimes de harcèlement public, tandis que les interventions politiques radicales contre la liberté académique se multiplient. La pandémie a suscité des vagues d’hostilité publique ancrées dans le scepticisme et le dénialisme, et parfois soutenues par des représentants de l’État, comme l’illustre l’affaire des accusations de « wokisme » et d’« islamo-gauchisme » en France.4 Dans de nombreux pays, parmi lesquels le Liban, la pandémie couplée à la crise économique prolongée aura de lourdes conséquences, telles que la suppression des programmes universitaires les moins lucratifs et la disparition d’emplois.

4Ce numéro spécial a pour thème central la liberté académique, partant du principe que la pandémie a dans la plupart des cas servi de catalyseur aux dysfonctionnements systémiques latents et renforcé les menaces sur la liberté académique. Nous avons choisi de mettre l’accent sur la diversité des menaces (et des réponses à ces dernières) qui pèsent sur la liberté académique dans différents contextes, plutôt que sur les conséquences de la crise sanitaire mondiale en elles-mêmes. Notre objectif est de rappeler que le maintien de la liberté académique est essentiel, même en temps de crise.

5Les menaces prennent plusieurs formes et leurs conséquences varient selon des facteurs historiques, linguistiques et géopolitiques. Chacune des contributions à ce numéro spécial montre l’ampleur des bouleversements du monde académique entraînés par les histoires sociopolitiques locales et internationales. En Chine, l’exercice de la liberté académique ou les restrictions qui lui sont imposées se manifestent non seulement sur la scène locale/nationale (censure, autocensure, programmes idéologiques, renvoi et emprisonnement de chercheurs, d’enseignants et d’étudiants), mais également sur la scène internationale, comme l’illustre la création des instituts Confucius, organismes éducatifs officiels implantés hors de la Chine, ou encore les tentatives de pression sur les éditeurs scientifiques et l’entrisme dans les universités étrangères.5 Au cours des deux dernières décennies, la pression exercée par le régime chinois sur la liberté académique est devenue une question transnationale. La censure et les mesures répressives ne touchent pas uniquement les chercheurs chinois, elles affectent tout chercheur dont le discours contredit celui du Parti communiste chinois. Par exemple, au début de l’année 2021, un chercheur français qui avait ouvertement soutenu la visite officielle de parlementaires français à Taïwan a été durement critiqué par Beijing et publiquement insulté par l’ambassadeur de Chine à Paris, qui l’a notamment traité de « petite frappe » et de « hyène folle » sur Twitter.6 Quelques semaines plus tard, la situation a dégénéré de manière imprévue à la suite des sanctions prises par l’Union européenne contre de hauts fonctionnaires chinois impliqués dans la répression extrême des peuples turcs du nord-ouest de la Chine. En guise de représailles, Beijing a émis des sanctions officielles, interdisant de séjour trois sinologues européens et un institut de recherche pour « avoir répandu des mensonges » et « propagé la désinformation » sur la situation en région ouïghoure et sur d’autres sujets d’actualité en Chine.7

  • 8 Eva Pils, “China and the Threat to Global Academic Freedom”, dans V. Frangville et al. La libert (...)
  • 9 « La liberté académique ne se décide pas “à sens unique”, les classes universitaires ne sont pas (...)

6La mondialisation de l’enseignement supérieur, dans laquelle la Chine est un acteur important, a permis de normaliser un régime de plus en plus répressif qui promeut l’excellence et obtient des scores élevés dans les classements internationaux. Ce phénomène a permis au Parti-État d’exporter ses formes de répression dans les environnements universitaires mondiaux plutôt que d’accroître la liberté académique.8 En réponse à un débat sur la « liberté académique » en Chine, l’ancien ministre de l’Éducation Yuan Guiren 袁贵仁 a déclaré au sujet des universités chinoises qu’il ne fallait « autoriser en aucun cas les supports d’enseignement diffusant les valeurs occidentales à entrer dans nos classes », affirmant que la conception occidentale de la liberté académique ne correspondait pas à la définition chinoise.9 Cette accusation est monnaie courante dans la rhétorique officielle chinoise sur la liberté, mais elle soulève tout de même la question de l’universalité de la liberté académique (occidentale) comme valeur cardinale. L’ambition transnationale et transculturelle de ce numéro spécial se heurte forcément à une difficulté rhétorique : existe-t-il une définition normative et universelle de la « liberté académique » ou ce principe doit-il systématiquement être compris dans son contexte géoculturel spécifique ?

  • 10 Simon Marginson, “Academic Freedom: A Global Comparative Approach”, Frontiers of Education in Ch (...)
  • 11 Simon Marginson, “Academic Freedom: A Global Comparative Approach”, p.36.

7Simon Marginson, professeur spécialiste de l’éducation supérieure à l’université d’Oxford et directeur du ESRC/OFSRE Centre for Global Higher Education suggère que « les principales sources de divergences dans les conceptions de la liberté académique sont : (1) les variations dans les traditions étatiques et cultures politiques, (2) les variations dans les traditions spécifiques à l’enseignement supérieur et (3) les variations dans les relations universités-État et universités-société. Pourtant, lorsque la liberté académique est abordée, ces différences sont le plus souvent ignorées, comme si les conditions contextuelles entourant la liberté académique et ses pratiques spécifiques étaient identiques partout dans le monde ».10 Pour justifier l’idée que la liberté académique dépend des spécificités culturelles, Simon Marginson tente de s’appuyer sur les « traditions » et « l’histoire ». Selon lui, les origines de la situation académique des sociétés dites « postconfucéennes » remontent à la période des Royaumes combattants (IVe av. J.-C.).11

8Bien que l’argument de Simon Marginson semble plus sophistiqué et convaincant que l’affirmation du ministre Yuan Guiren, nous sommes d’avis que les deux se heurtent au même écueil culturaliste. Tout d’abord, sur le plan historique, il est évidemment inepte d’imaginer une linéarité constante et inchangée entre la Chine prémoderne et la Chine contemporaine, les bouleversements politiques du pays ont incontestablement contribué à façonner les relations de la société civile et de la sphère politique avec l’enseignement (supérieur). Selon nous, il est impossible de nier ou d’écarter l’expérience moderne de la Chine dans les débats internationaux sur la liberté académique. De plus, selon Marginson, aucun pays n’a atteint un consensus « national » sur la liberté académique, elle n’est donc pas toujours vécue et acceptée par l’entièreté des acteurs d’une même nation. Malgré les limites de ces arguments, la question mérite d’être posée : la liberté académique est-elle une émanation « occidentale » et si c’est le cas, est-elle invalide (ou incomplète) dans d’autres contextes ? Il nous semble — et c’est ce que tous les articles de ce numéro spécial illustrent — qu’à l’époque contemporaine, la quête de la liberté académique (ou la volonté de la restreindre) s’inscrit toujours dans un mouvement sociohistorique, quel que soit l’espace, la liberté académique n’est pas un cadre culturel intangible.

  • 12 Judith Butler, “Academic Freedom and the Critical Task of the University”, Globalization, Vol. 1 (...)

9Nous définissons ce concept comme la liberté de produire et de partager du savoir sans obstacle politique, économique ou social, afin de faire lumière sur des situations et des problèmes complexes. La liberté académique concerne les membres d’institutions d’enseignement et de recherche dont l’objectif est de créer du savoir « pour lui-même » et non pour satisfaire des intérêts politiques, industriels ou commerciaux.12 Elle est distincte de la liberté d’expression et des autres droits humains élémentaires, ce n’est pas un droit inhérent à chaque être humain, mais plutôt une liberté attachée à une communauté restreinte de personnes dont le rôle est de faire avancer le savoir dans différents domaines. En ce sens, la liberté académique jouit d’une dimension collective, mais est exercée par une « communauté de compétents » qui s’assurent que la science ne dévie pas de sa principale raison d’être : produire, partager et enrichir le savoir.

10Ce numéro spécial vise à documenter et analyser l’inquiétante montée et diversification des menaces qui pèsent sur la liberté académique mondiale au XXIe siècle. Il comprend six articles suivis d’un entretien, et inclut des textes théoriques ainsi que des études de cas menées en Europe, au Liban, en Chine, en Russie et dans l’espace postsoviétique. Nous aurions également aimé couvrir d’autres zones au centre des préoccupations de ces dernières années : le Brésil, par exemple, où les droits constitutionnels sont menacés dans le climat politique extrêmement polarisé du pays depuis l’arrivée au pouvoir en 2019 du gouvernement de Bolsonaro. Ce dernier s’est servi de la pandémie comme prétexte pour prendre le contrôle des administrations universitaires et interférer dans les élections des recteurs afin de réduire l’autonomie des universités.13 De même, en Pologne, les violations de l’autonomie des établissements d’enseignement supérieur se multiplient depuis 2015 sous l’influence du parti de droite populiste au pouvoir. Les études de genre, en particulier, ont fait l’objet d’attaques en Pologne et ont même été interdites en Hongrie, considérées comme « une idéologie plutôt qu’une science ».14 Nous pourrions inclure de nombreuses autres zones géographiques ou domaines de recherche dans ce numéro spécial, mais il nous est impossible d’être exhaustifs dans cet espace restreint. Notre entretien avec Scholars at Risk tente de pallier cette limite : il aborde la possibilité de surveiller la liberté académique à l’échelle mondiale en s’appuyant sur de vastes réseaux d’organisations dans lesquelles les universités et autres acteurs de l’enseignement supérieur sont activement engagés. Chaque contribution soutient un effort crucial pour préserver la liberté académique.

11Dans le premier article, Alain-Marc Rieu souligne l’incapacité de la recherche académique à répondre aux enjeux majeurs de notre époque (« le changement climatique, la transition énergétique, la montée des régimes néo-autoritaires et totalitaires, les mouvements nationalistes et les politiques identitaires, les institutions politiques affaiblies, l’immigration de masse, la hausse des violences sociales et le retour de la guerre, la reconfiguration du monde »). Cependant, selon Rieu, cette impasse ne s’explique pas par une paralysie de la conscience ou par une incapacité cognitive à appréhender ces enjeux, mais plutôt par un manque d’autonomie institutionnelle et scientifique des universités, soumises à différentes sources de pressions : gouvernements, intérêts économiques et croyances religieuses. L’étude de Rieu couvre trois périodes clés : les chocs pétroliers des années 1970, la période qui a suivi la crise financière systémique de 2008, et la transition environnementale actuelle. L’auteur adopte une approche transnationale et comparative qui fait ressortir, sinon la similarité, du moins la complicité des systèmes autoritaires et néolibéraux dans les menaces qui pèsent sur la liberté académique partout dans le monde. Rieu nous invite à (re)faire de l’université un « instrument de la démocratie » qui, tout comme les transitions sociales et économiques, contribuerait à une réforme épistémologique apte à mieux affronter les dangers du monde de demain.

12L’article de Jihane Sfeir s’interroge sur la manière de mener des recherches et produire du savoir en pleine crise sanitaire et économique. Dans le contexte libanais, la crise financière actuelle couplée à la pandémie et à une longue impasse politique affecte directement l’enseignement supérieur et pousse les universités à mettre en place de nouvelles stratégies pour éviter la fuite des cerveaux. Les étudiants sont confrontés à une pression économique inédite et les universités privées, par exemple, tentent de maintenir leur attractivité en offrant des bourses à travers des initiatives internationales, tandis que les universités publiques ajustent leurs horaires et mettent en place des cours du soir pour permettre aux étudiants de travailler en journée et couvrir leurs frais de scolarité. Le personnel universitaire, lui, doit de plus en plus souvent se contenter de postes à mi-temps non permanents et cumuler plusieurs emplois pour joindre les deux bouts. Ceux qui occupent un poste permanent voient leur salaire gelé depuis plusieurs années. La collaboration internationale augmente depuis 2007, mais les efforts restent timides et se résument à la création de programmes conjoints et d’échanges à court terme, par peur que les étudiants ou les chercheurs libanais quittent définitivement leur pays s’ils trouvent de meilleures perspectives à l’étranger. Depuis 2020, la crise sanitaire mondiale creuse encore les inégalités en matière d’accès à l’enseignement, puisque les conditions matérielles ne permettent pas d’assurer les cours à distance. Le cas du Liban montre que l’instabilité économique peut complètement paralyser les universités qui peinent à accomplir leur mission tout en se battant pour survivre à une triple crise. Les universités publiques sont particulièrement touchées, car elles cumulent déjà des conséquences de décennies de mauvaise gestion et de sous-financement.

13Le processus d’évolution historique des universités est également au centre des recherches de Dmitry Dubrovsky et Katarzyna Kaczmarska. Les auteurs s’intéressent à l’enseignement supérieur en Russie et exposent la manière dont l’incorporation « sur papier » des universités russes dans le système international de l’enseignement supérieur a affecté les droits et la liberté académique, débouchant sur ce qu’ils appellent des « poches d’efficacité ». En détaillant le concept central de la modernisation autoritaire, qu’ils relient à l’internationalisation ambiguë de la Russie contemporaine, Dubrovniksky et Kaczmarska exposent les conséquences directes et indirectes des politiques étrangères sur la recherche académique. Ils s’appuient sur quatre études de cas différentes, mais complémentaires (la Faculté des arts libéraux et des sciences de l’Université d’État de Saint-Pétersbourg, l’École des hautes études de Tioumen, l’École des hautes études en sciences économiques et l’Université européenne de Saint-Pétersbourg) pour analyser les tendances non académiques sous-jacentes qui œuvrent à réduire l’autonomie des individus travaillant dans les établissements universitaires. Comme Rieu et Sfeir le montrent dans leurs articles respectifs, la menace sur la liberté académique résulte autant des dysfonctionnements institutionnels que de la coercition idéologique.

14Boris Vinogradov a quant à lui choisi de se concentrer sur l’Académie des sciences de Russie, une institution fondée en 1724 qui a subi de nombreuses transformations au cours de l’histoire russe. Vinogradov étudie l’évolution de l’Académie au XXe siècle et analyse ses liens avec le pouvoir étatique. Il explique notamment comment l’Académie des sciences a acquis un nouveau statut après l’effondrement du bloc soviétique et a bénéficié d’une autonomie relative jusqu’aux années 2000, où elle a de nouveau fait l’objet de la mainmise de l’État, attestée par l’augmentation des financements publics et la diminution marquée des financements étrangers. Les réformes initiées dans les années 2010 ont centralisé la gestion de l’Académie, désormais sous le contrôle direct d’un ministère. La situation n’a rien d’exceptionnel, elle est comparable à celle d’autres institutions académiques dans de nombreux pays. Vinogradov montre qu’en Russie, l’engagement accru des autorités en faveur de la modernisation du modèle académique s’accompagne d’un contrôle idéologique accru. Le cas de l’Académie des sciences de Russie est un marqueur symbolique qui permet non seulement d’aborder la liberté académique, mais également de comprendre l’histoire politique de la Russie et de l’appareil idéologique d’État pendant les XXe et XXIe siècles.

15Après ces deux articles sur la liberté académique dans la Russie postsoviétique, Maxime Corron aborde le cas du Kazakhstan, la plus grande des anciennes républiques soviétiques d’Asie centrale. Il partage son expérience de jeune ethnographe effectuant des recherches dans une école internationale où il occupait également le poste de professeur étranger. Les trois décennies au pouvoir du président Nazarbayev suivies d’une transition politique partielle en 2019 ont conduit la plupart des citoyens kazakhs à élaborer des stratégies passives de retenue et de prudence. Corron se penche sur la manière dont un contexte restrictif envers les pratiques des sciences sociales peut entraver le travail d’un ethnographe et l’accès à l’information sur le terrain, devenant un obstacle à la liberté académique. En étudiant les pratiques linguistiques dans un environnement officiellement trilingue (russe, kazakh et anglais), cet article détaille le rôle de l’anglais comme compromis entre l’ethnographe et les informateurs locaux, permettant au premier de collecter des informations pour ses recherches académiques et aux seconds d’améliorer leurs compétences dans une langue stratégique sur le plan économique. Ces stratégies de communication fondées sur le compromis ou motivées par l’intérêt se heurtent néanmoins à des limites méthodologiques et éthiques. L’article aborde la question de l’intégrité de la recherche et du compromis dans un régime autoritaire.

16La contribution suivante se concentre sur Hong Kong, où les menaces sur toutes les libertés se déploient depuis la « rétrocession » de l’île à la République populaire de Chine en 1997. Patrick Kar-wai Poon se penche sur la figure de Benny Tai Yiu-ting pour son rôle clé dans les mouvements sociaux qui secouent la région depuis 2013. Poon détaille la manière dont, ces dernières années, Benny Tai à transformé sa recherche et son expertise dans le domaine juridique en action publique. Ce professeur d’université a mis à profit ses recherches académiques sur la société civile, les mouvements sociaux et le constitutionnalisme pour agir et encourager ses concitoyens à exercer, en tant que citoyens, leur droit à la liberté d’expression et de réunion. Comme expliqué au début de cette introduction, les menaces à la liberté académique et aux autres types de liberté peuvent émerger d’un même contexte, mais les pressions sur la liberté académique n’affectent qu’un groupe restreint d’individus. L’implication directe et active de Benny Tai dans les mouvements sociaux de ces dernières années à Hong Kong est un bel exemple d’interconnexion entre une liberté académique exclusivement exercée par la communauté académique, et d’autres formes de liberté dont jouit la population entière. Poon montre également que Benny Tai s’est toujours présenté publiquement comme un membre de la communauté académique et a fondé ses arguments sur des recherches rigoureuses, profitant de sa position d’autorité pour devenir le porte-parole de nombreux hongkongais. Comme l’ont fait remarquer à juste titre la plupart des commentateurs, le licenciement de Benny Tai de l’université de Hong Kong et son arrestation en 2020 ont marqué la fin de la liberté académique. Pourtant, les autorités hongkongaises ont engagé des poursuites contre lui pour son rôle de leader dans les manifestations, il a été inculpé pour « incitation à commettre des nuisances publiques » et « subversion », des accusations qui auraient pu concerner n’importe quel citoyen. Le cas de Benny Tai nous permet d’engager la réflexion sur le lien étroit entre monde académique et activisme.

17Notre numéro spécial se conclut par un entretien mené par les éditeurs avec le cofondateur et directeur général de Scholars at Risk, un réseau d’universités consacré à la défense de la liberté académique. La solidarité dans cette lutte est devenue un enjeu fondamental dans notre monde à l’interdépendance croissante. Il est évident que lorsqu’un État est incapable de préserver la liberté académique pour des raisons politiques, économiques ou idéologiques, les acteurs non étatiques tels que les collectifs, les organisations et les réseaux universitaires doivent intervenir et défendre cette liberté pour le bien commun. Les actions se sont multipliées à l’échelle internationale et locale : bourses pour les chercheurs menacés, campagnes de sensibilisation, rapports de suivi et déclarations publiques de soutien sont autant d’éléments qui contribuent à défendre la liberté académique comme valeur universelle et inconditionnelle.

18

Haut de page

Notes

1 John Villasenor, “Why I won’t let my classes be recorded”, The Chronicle of Higher Education, 2020, https://www.chronicle.com/article/why-i-wont-let-my-classes-be-recorded/, consulté le 31 septembre 2021.

2 Joyce Lau, “Academic freedom and covid-19 in China”, Inside Higher Ed, 2020, https://www.insidehighered.com/news/2020/05/28/china-concerns-grow-about-academic-freedom-and-covid-19, consulté le 31 septembre 2021 ; traduction de Geremie Barmé de l’essai du Prof. Xu, Viral Alarm : https://chinaheritage.net/journal/cyclopes-on-my-doorstep-by-xu-zhangrun/, consulté le 31 septembre 2021

3 Humboldt Foundation, “Academic freedom: Russia tightens state control over education”, 26 mai 2021, https://www.humboldt-foundation.de/en/explore/newsroom/news/wissenschaftsfreiheit-russland-verschaerft-staatliche-kontrolle-von-bildungsaktivitaeten, consulté le 31 septembre 2021.

4 Lors de discours publics et d’évènements universitaires, le ministre de l'Éducation nationale et la ministre de l'Enseignement supérieur ont officiellement attaqué les chercheurs dont le travail rentrait selon eux dans la catégorie des études « postcoloniales » et « décoloniales ». Voir : Lucie Delaporte et Mathilde Goanec, “Un vrai-faux colloque à la Sorbonne pour mener le procès du ‘wokisme’”, Mediapart, 2022, https://www.mediapart.fr/journal/france/080122/un-vrai-faux-colloque-la-sorbonne-pour-mener-le-proces-du-wokisme” (consulté le 31 septembre 2021) et Lucie Delaporte, “‘Islamo-gauchisme’ : Vidal provoque la consternation chez les chercheurs”, Mediapart, 2021, https://www.mediapart.fr/journal/france/170221/islamo-gauchisme-vidal-provoque-la-consternation-chez-les-chercheurs?page_article=2, consulté le 31 septembre 2021.

5 Holly Else, “Cambridge University Press removes journal articles under Chinese pressure”, Times Higher Education, 2017, https://www.timeshighereducation.com/news/cup-removes-journal-articles-after-chinese-pressure, consulté le 31 septembre 2021.

6 Voir l’article de France 24 sur l’incident : https://www.france24.com/en/europe/20210323-wolf-warriors-and-a-crazed-hyena-french-researcher-not-intimidated-after-clash-with-china-envoy, consulté le 31 septembre 2021.

7 Voir, par exemple, Yojana Sharma, “China fights back sanctions on academics, institute”, University World News, 25 mars 2021 : https://www.universityworldnews.com/post.php?story=20210325144041486, consulté le 31 septembre 2021.

8 Eva Pils, “China and the Threat to Global Academic Freedom”, dans V. Frangville et al. La liberté académique : enjeux et menaces, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2021, pp.155-163; Vanessa Frangville, “Constraints on Academic Freedom in the People’s Republic of China: A Transnational Issue”, dans Laborier, Dakhli and Wolff (éds.), Scholars at Risk, Rescue Politics and Institutional Opportunities in Comparative and Longterm Perspectives, Wiesbaden, Springer, Migrations Societies (ouvrage à paraître en 2022).

9 « La liberté académique ne se décide pas “à sens unique”, les classes universitaires ne sont pas des “vitrines” » (学术自由并不等于任性 大学课堂不是秀场”) , Chinese Communist Party News (中国共产党新闻网), 2015, http://theory.people.com.cn/n/2015/0204/c148980-26506107.html, consulté le 31 septembre 2021.

10 Simon Marginson, “Academic Freedom: A Global Comparative Approach”, Frontiers of Education in China, vol.9, n°1, 2014, p.25.

11 Simon Marginson, “Academic Freedom: A Global Comparative Approach”, p.36.

12 Judith Butler, “Academic Freedom and the Critical Task of the University”, Globalization, Vol. 14, No. 6, 2017, p.858.

13 Voir : https://www.universityworldnews.com/post.php?story=20201113063532958, consulté le 31 septembre 2021.

14 Teodora Miljojkovic, “Academic Freedom in Hungary: A Fundamental Principle or Just a Pipe Dream”, 11 décembre 2018, https://www.jurist.org/commentary/2018/12/teodora-miljojkovic-freedom-hungary/, consulté le 31 septembre 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vanessa Frangville et Gwennaël Gaffric, « Introduction (français) »Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化 [En ligne], 16 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/transtexts/1620 ; DOI : https://doi.org/10.4000/transtexts.1620

Haut de page

Auteurs

Vanessa Frangville

Vanessa Frangville is Senior Lecturer in China Studies at the Université libre de Bruxelles (ULB); director of EASt, ULB’s research centre on East Asia; and co-director of Routledge’s “Contemporary Asian Societies” series. Her research deals with discourses on ethnicity and nation building in modern and contemporary China, with a special focus on cinema and “ethnic minority” film. Her current projects deal with cultural and artistic expressions of trauma and nostalgia in the Uyghur diaspora since 2018, with a focus on performative and audio-visual arts.

Vanessa Frangville est professeure en études chinoises à l'Université libre de Bruxelles (ULB), directrice du centre de recherche sur l'Asie de l'est à l'ULB, EASt, et co-directrice de la collection « Contemporary Asian Society » chez Routledge. Ses recherches portent sur les rapports entre politique culturelle et production audiovisuelle en République populaire de Chine. Elle a publié de nombreux articles sur le cinéma en lien avec les ethnies « minoritaires » ou « non-Han », notamment sur le cinéma tibétain. Ses projets actuels portent sur le cinéma ouïghour et les productions artistiques, en particulier audiovisuelles, qui témoignent de la crise ouïghoure depuis 2016.

Articles du même auteur

Gwennaël Gaffric

Gwennaël Gaffric is Assistant Professor in Chinese language and literature at Jean Moulin University Lyon 3. His current research focuses on environmental issues in contemporary literature in China, Hong Kong and Taiwan, particularly in science fiction. He has recently published a book entitled La littérature à l’ère de l’Anthropocène : Une étude écocritique autour des œuvres de l’écrivain taïwanais Wu Ming-Yi (Literature in the Anthropocene Era: an Ecocritical Study of Taiwanese Writer Wu Ming-Yi’s Works) (coll. “Études formosanes”, L’Asiathèque, 2019) and co-edited with Vanessa Frangville China’s Youth Cultures and Collective Spaces: Creativity, Sociality, Identity and Resistance (Routledge, 2019).

Gwennaël Gaffric est Maître de conférences en langues et littératures chinoises à l’Université Jean Moulin Lyon 3. Ses recherches actuelles portent sur les questions environnementales dans la littérature sinophone (Chine, Hong Kong, Taïwan), et en particulier la science-fiction. Il a récemment publié La littérature à l’ère de l’Anthropocène : Une étude écocritique autour des œuvres de l’écrivain taïwanais Wu Ming-Yi (L’Asiathèque, 2019) et co-dirigé avec Vanessa Frangville China’s Youth Cultures and Collective Spaces: Creativity, Sociality, Identity and Resistance (Routledge, 2019).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search