Navigation – Plan du site

Le prix du « retour » chez les agriculteurs « néo-ruraux »

Travail en couple et travail invisible des femmes
The Price of “Return” among “Neo-Rural” Farmers. Working Couple and Women’s Invisible Work
Madlyne Samak
p. 53-78

Résumés

L’article interroge les logiques sociales qui conduisent des agricultrices « néo-rurales », à savoir non issues de familles d’agriculteurs, à devenir maraîchères aux côtés de leur conjoint et à travailler dans l’ombre de celui-ci, sans statut professionnel. Il montre d’abord en quoi l’entrée en indépendance de ces femmes obéit parfois à des logiques familiales plus que professionnelles. Il expose ensuite les ressorts de leur invisibilité statutaire : au-delà des faibles ressources économiques qui contraignent ces petit·e·s exploitant·e·s et limitent leur capacité à payer les cotisations sociales, on note une méconnaissance des dispositifs et des risques encourus, mais aussi une certaine défiance à l’égard des formes instituées de protection sociale qui les conduit à privilégier la solidarité de couple et à élaborer des stratégies individuelles compensatoires.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Devenir agricultrice « néo-rurale » : entre rupture professionnelle et projet familial
Agriculteurs « néo-ruraux » : de la communauté rurale à la reconversion professionnelle
Les mécanismes genrés de la convergence des aspirations professionnelles
Vers une résurgence du travail invisible des femmes ?
L’absence de statut comme contrainte et comme ressource
Le poids de la méconnaissance des dispositifs et des risques

Aperçu du texte

« En agriculture, les travailleurs entretiennent entre eux des rapports d’alliance et de parenté et les rapports de travail sont en même temps des rapports entre les sexes et entre catégories d’âge » (Barthez, 1982, p. 124). Cette analyse, produite par Alice Barthez au début des années 1980, s’avère toujours pertinente aujourd’hui. En France, le secteur agricole demeure marqué par une emprise forte du travail familial. En 2010, 71 % du travail était effectué par des actifs familiaux (chefs d’exploitation, coexploitants, conjoints d’exploitant, aides familiaux, salariés familiaux), tandis que les salariés permanents sans lien familial avec le chef d’exploitation ou le coexploitant y contribuaient à hauteur de 17 % et les saisonniers à hauteur de 10 % (Laisney, Lerbourg, 2012). Les exploitations comme le métier d’agriculteur se transmettent le plus souvent au sein de la famille, ce qui fait de l’agriculture un secteur singulier, caractérisé par la persistance d’entreprises familiales ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Madlyne Samak, « Le prix du « retour » chez les agriculteurs « néo-ruraux » », Travail et Emploi, 150 | 2017, 53-78.

Référence électronique

Madlyne Samak, « Le prix du « retour » chez les agriculteurs « néo-ruraux » », Travail et Emploi [En ligne], 150 | avril-juin 2017, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/travailemploi/7523 ; DOI : 10.4000/travailemploi.7523

Haut de page

Auteur

Madlyne Samak

Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales (Irisso), CNRS, université Paris-Dauphine ; madlynesamak@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • OpenEdition Journals