Navigation – Plan du site

Les Mompreneurs

Entre entreprise économique, identitaire et parentale
Mompreneurs. In-between Economic Initiative, Identity Quest and Parenting Crusade
Julie Landour
p. 79-100

Résumés

Apparues en France à la fin des années 2000, les Mompreneurs se définissent comme des femmes qui créent leur entreprise à l’arrivée d’un enfant, quittant le salariat pour une indépendance qui favoriserait la « conciliation » entre travail et vie de famille. Ce mouvement peut sembler réduit s’il est circonscrit aux seules membres des réseaux « estampillés », mais s’inscrit à la fois dans des processus profonds et transversaux d’individuation, de valorisation publique accrue ces dernières années de l’initiative économique individuelle, et d’accentuation du travail parental, en particulier au sein des classes moyennes et supérieures. S’appuyant sur une enquête de trois ans conduite au sein de l’un des collectifs français de Mompreneurs, cet article propose de restituer les discours de ces femmes en s’intéressant au sens qu’elles donnent à leur entrée dans le non-salariat et en le confrontant aux conditions objectives dans lesquelles elles poursuivent une activité professionnelle indépendante. Après avoir présenté les contours identitaires d’une aventure entrepreneuriale qui se pare des habits de la mère accomplie, on verra comment le cadre familial, et ses éventuelles fluctuations, peut agir sur le parcours de ces femmes initialement bien dotées, révélant la part de fragilité qui se cache sous l’exaltation promise par cette entreprise globale de soi.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

S’accomplir dans l’indépendance
Une critique féminine du salariat
Le travail indépendant comme épanouissement du soi
Des engagements professionnels, parentaux et domestiques en concurrence
Une conception exigeante de la parentalité
Une assignation globale à la sphère domestique
L’indépendance maternelle, entre risque économique et risque de déclassement
Des engagements concurrents qui grèvent les perspectives économiques des entreprises
Quand la famille ne fait plus « cause commune »

Aperçu du texte

En 1979 sont mis en place les centres de formalités pour les entreprises (CFE), l’aide aux chômeurs créateurs et repreneurs d’entreprise (Accre) et l’Agence nationale pour la création d’entreprise (Ance), autant de mesures et d’institutions destinées à valoriser l’entrepreneuriat pour dynamiser l’emploi et la croissance. Depuis, la volonté des différents gouvernements de promouvoir ces dispositifs d’activation de l’emploi ne s’est pas démentie. Elle s’est même considérablement accélérée au cours des années 2000, avec la promulgation d’une série de lois visant à rendre l’entrepreneuriat plus accessible (Darbus, 2008 ; Abdelnour, 2013). Sans être directement visées par ces mesures, les femmes en forment une cible à part entière puisqu’elles représentent environ 30 % des travailleur·euse·s non-salarié·e·s. Acteur·rice·s institutionnel·le·s et professionnel·le·s multiplient ainsi les initiatives – chartes, rapports et collectifs – pour favoriser l’entrepreneuriat féminin.

Le collectif de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Landour, « Les Mompreneurs », Travail et Emploi, 150 | 2017, 79-100.

Référence électronique

Julie Landour, « Les Mompreneurs », Travail et Emploi [En ligne], 150 | avril-juin 2017, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/travailemploi/7536 ; DOI : 10.4000/travailemploi.7536

Haut de page

Auteur

Julie Landour

Centre d’études de l’emploi et du travail (CEET)/Centre Georg Simmel (UMR 8131), École des hautes études en sciences sociales (EHESS) ; julielandour@msn.com

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • OpenEdition Journals