Navigation – Plan du site

Le genre encadré

Ethnographie d’une formation au leadership pour aspirant·e·s cadres
Framed Gender. Ethnography of an Organization Aiming at Developing Relational Skills for Aspiring Managers
Hugo Wainsztok
p. 53-73

Résumés

Dans les débats sur la transformation du groupe des cadres, de nombreuses études de la littérature de gestion indiquent qu’un « nouveau capitalisme » enjoindrait à passer d’un mode de management fondé sur l’autorité et la hiérarchie à un management centré sur la coopération interindividuelle et l’animation de réseaux. L’article se propose de confronter ce corpus gestionnaire à l’évolution des savoir-faire relationnels maitrisés par les cadres, à partir de l’ethnographie d’une association parisienne promouvant l’apprentissage de compétences au leadership. En croisant les dimensions de genre et de classe, l’enquête montre que ces compétences n’aboutissent pas à une meilleure promotion des femmes, comme l’écrivent les théoriciens du management. Les pratiques promues par l’association se trouvent réappropriées par les membres, qui développent ainsi des pratiques diversifiées. Elles contribuent, comme nos observations le mettent en évidence, à asseoir la domination de certains profils d’hommes.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Un lieu d’ajustement pour salarié·e·s non manuel·le·s et aspirant·e·s cadre
Le dispositif
Les membres réguliers du club : souhait d’une promotion sociale et déficit de capital culturel
Un apprentissage de pratiques socialement sélectives
Être leader : vers une figure renouvelée du chef
Épanouissement personnel pour les femmes, formation au leadership pour les hommes
« Que fait Hillary Clinton pour s’amuser ? » : le travail d’interaction capté par les hommes
Juger la communication : de la différence de classe dans la différence de genre
Évaluations des compétences en communication et durcissement des identités de genre
Le jugement du langage et de l’hexis comme renforcement des rapports de classe

Aperçu du texte

Le modèle de l’autorité paternaliste connaît une profonde remise en cause dans les écrits managériaux depuis les années d’après-guerre en France. Dans l’univers des sciences de la gestion, qui a été repris par le syndicalisme patronal plus tardivement, de nombreux chercheurs constatent l’arrivée en force d’une série de discours volontaristes pour une plus grande autonomie des salarié·e·s et d’une transformation des relations hiérarchiques en faveur d’une « cité par projet », combinant la construction de « réseaux » et une structure de travail en projet (Boltanski, Chiapello, 1999). Ces discours visent à transformer les pratiques d’encadrement par la valorisation de compétences dites relationnelles et par la délégation des tâches de coordination et de contrôle à des dispositifs automatisés. Dans le monde du travail, nous voyons donc apparaître un aggiornamento des techniques du pouvoir, qui invite les managers à modifier leurs subjectivités, à se montrer en entreprise plus attentifs ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hugo Wainsztok, « Le genre encadré », Travail et Emploi, 151 | 2017, 53-73.

Référence électronique

Hugo Wainsztok, « Le genre encadré », Travail et Emploi [En ligne], 151 | juillet-septembre 2017, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/travailemploi/7700 ; DOI : 10.4000/travailemploi.7700

Haut de page

Auteur

Hugo Wainsztok

Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (Iris), École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et CNRS ; hugo.wainsztok@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • OpenEdition Journals