Navigation – Plan du site

L’extension du travail dominical dans le commerce

Vers une redéfinition sous tensions de la qualification des emplois
The Growth of Sunday Working in the Retail Sector. A Key Issue That Redefines Employees’ Qualification
Pauline Grimaud
p. 141-164

Résumés

S’appuyant sur les nombreuses négociations autour du travail dominical dans le secteur du commerce, cet article a pour objectif d’observer comment les logiques de qualification des salariés s’y renouvellent. La qualification est le produit d’un rapport de forces qui s’actualise constamment au cours des conflits et des négociations au sein des entreprises. Or le travail dominical est une exigence grandissante de la part des employeurs dans le commerce : il devient un enjeu de négociations et de luttes dans un secteur où la qualification des emplois est rarement reconnue. Les accords conclus en 2016 dans les entreprises sur le travail dominical instaurent non seulement un statut d’emploi d’appoint pour les travailleurs du week-end mais participent aussi à la redéfinition de la qualification de l’ensemble des employés du commerce. En reposant sur une individualisation accrue des pratiques temporelles et de la rémunération, le recours croissant au travail dominical fragilise le collectif de travail et renforce les inégalités entre les salariés.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

La construction de la non-qualification et de la disponibilité temporelle dans le commerce
L’absence de reconnaissance de la qualification des employés
Une faible différenciation salariale entre employés
L’extension actuelle du travail dominical : un enjeu de conflits et de négociations
Les enjeux des accords signés à la suite de la loi Macron
La constitution d’emplois d’appoint
Un sentiment de déqualification
Les majorations salariales : de nouvelles logiques de la qualification
La fragilisation du collectif de travail
Des attitudes diverses face à l’extension du travail dominical
Une reconnaissance incertaine et dépendante du contexte de l’établissement
Le risque de division des employés

Aperçu du texte

Le travail non qualifié est très souvent appréhendé comme le simple négatif du travail qualifié et défini avant tout par l’absence de qualités socialement reconnues. La faiblesse de cette définition invite à réinterroger le débat historiquement fondateur de la notion de qualification entre, d’une part, une vision substantialiste qui cherche à voir dans le contenu du travail un niveau de qualification présent dans les pratiques (Friedmann, 1950 ; Freyssenet, 1978) et, d’autre part, une vision relativiste qui inscrit la qualification avant tout comme le produit d’un rapport de forces, de conflits et de négociations. Dans cette seconde conception, la qualification est surtout un équivalent stabilisé entre la valeur d’échange et la valeur d’usage de la force de travail (Naville 1956 ; Rolle, Tripier, 1978). La mise à distance de la vision substantialiste de la qualification y est d’autant plus importante qu’il est inimaginable qu’un travail sans aucune qualité soit mobilisé dans les ent...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Grimaud, « L’extension du travail dominical dans le commerce », Travail et Emploi, 155-156 | 2018, 141-164.

Référence électronique

Pauline Grimaud, « L’extension du travail dominical dans le commerce », Travail et Emploi [En ligne], 155-156 | Juillet-décembre 2018, mis en ligne le 11 juillet 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/travailemploi/8707 ; DOI : 10.4000/travailemploi.8707

Haut de page

Auteur

Pauline Grimaud

Centre de sociologie des organisations (CSO), Sciences Po, CNRS ; pauline.grimaud@sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© La documentation française

Haut de page
  • OpenEdition Journals