Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursInnovations en lecture et en écri...

Innovations en lecture et en écriture littéraires. Questions et perspectives pour la recherche en didactique du français

Jean-Louis Dufays et Magali Brunel

Argumentaire

Interroger l’histoire et l’actualité des recherches en didactique de la lecture et de l’écriture littéraires à la lumière de la notion d’innovation et identifier quelques voies ouvertes par la recherche pour contribuer à faire évoluer les pratiques d’enseignement dans ce domaine, tel est le projet de ce numéro de Tréma.

L’innovation, qui a notamment été définie par Cros (1997) puis par Beacco (2007), se distingue des notions de changement ou de nouveauté en ce qu’elle implique une réflexion, un projet, un processus situé dans l’espace et dans le temps. Elle implique également une forme d’objectivation, de dimension partageable, de reconnaissance par autrui, qui la distingue de la créativité ou du bricolage, lesquels peuvent être individuels et intuitifs (Capron Puezzo, 2016). Enfin, elle se caractérise également par sa finalité, qui, en éducation, concerne l’amélioration des pratiques enseignantes et surtout, in fine, l’amélioration des apprentissages des élèves.

La notion a sans conteste joué un rôle moteur dans le développement originel de la didactique du français. Au cours des années 1970, dans la foulée de l’effervescence qui animait les sciences humaines, les pionniers de cette discipline émergente (Romian, Petitjean, Halté, Garcia-Debanc, Laurent...) se voulaient avant tout des explorateurs de voies nouvelles. La fécondité de cette dynamique s’est manifestée par une floraison de nouveaux dispositifs et de nouveaux outils mais a également fait apparaitre certaines limites, comme la tendance à naturaliser certaines postures ou manières de faire. Trente ans plus tard, le paysage s’est radicalement inversé. D’une part, à partir des années 2000, les recherches en didactique du français se sont résolument tournées vers une orientation descriptive visant avant tout à mieux connaitre les pratiques effectives des acteurs de l’enseignement et depuis 2010, elles sont marquées par des travaux d’envergure (Dolz et Schneuwly, 2009 ; Goigoux, 2016 ; Ronveaux & Schneuwly, 2018 ; Brunel, Dufays & al., 2018 ; Louichon, 2020). D’autre part, plusieurs travaux s’attachent aujourd’hui, souvent dans une perspective collaborative, à expérimenter des pratiques nouvelles et à en évaluer l’efficacité sur les élèves (Falardeau & Gagné, 2012 ; Tailhandier, 2018 ; Guay, Marcoux, Boulet & Falardeau, 2020 ; Brunel, 2021).

Dans ce contexte, la notion d’innovation est parfois abordée comme une variable parmi d’autres, qui permet de construire des designs de recherches expérimentales. Mais à l’ère du numérique et de la mondialisation et face aux enjeux que représente le creusement des inégalités scolaires, elle constitue aussi un enjeu social et stratégique qui ne peut pas constituer l’apanage des institutions politiques et du monde industriel ou entrepreneurial, ni des concepteurs et des diffuseurs d’outils économiquement rentables. C’est un objectif pour la recherche, par ailleurs, de s’interroger sur les innovations d’hier et d’aujourd’hui pour tenter d’en cerner les motivations, les conditions d’émergence, les effets et les perspectives (Simard, Dufays, Dolz & Garcia-Debanc, 2019) ainsi que les processus par lesquels certaines sont abandonnées ou au contraire sont institutionnalisées ou deviennent des pratiques habituelles. C’est à ce regard sur la place de l’innovation dans les recherches en didactique de la lecture et de l’écriture littéraire que ce numéro entend se consacrer.

A l’heure où, dans certains discours institutionnels, l’innovation peut apparaitre comme une injonction, il y a un enjeu à questionner la diversité de ses dimensions et de ses objets du point de vue de la recherche. Quels sont les axes de recherche innovants en didactique du français portant sur la lecture et l’écriture littéraires ? Dans quelle mesure sont-ils influencés par les innovations issues d’autres champs, notamment des pratiques artistiques littéraires, des pratiques sociales culturelles, des avancées de la recherche issues d’autres champs ?

Les enjeux de ce questionnement sont centraux à plusieurs titres. Ils doivent tout d’abord être pensés en lien avec les visées de formation de l’élève : dans quelle mesure les recherches visant à promouvoir l’innovation en didactique de la lecture et de l’écriture littéraires sont-elles articulées à une vision de l’élève du XXIe siècle (OCDE, 2016) ou à de nouveaux enjeux de l’école ?

En second lieu, il semble essentiel de s’interroger sur l’efficacité des tentatives d’innovation et sur leur réception par les enseignants. Jusqu’à quel point les résultats de recherches sur l’innovation influencent-elles les pratiques effectives d’enseignement de la lecture et de l’écriture littéraires ? Enfin, ces enjeux concernent particulièrement la formation initiale et continuée des enseignants car, lorsqu’elles ont été validées, les recherches qui explorent les potentialités de nouvelles pratiques ont pour vocation de constituer une source de l’amélioration des pratiques. Ne seraient-elles pas un moyen de « réduire l’écart qui existe entre le monde du chercheur et celui des professionnels de terrain pour que les savoirs issus de la recherche soient utiles aux praticiens, et que les préoccupations de ces derniers soient saisies par la recherche » (Colognesi, 2017, p. 21) ?

Dans le cadre de ce numéro, ces différents questionnements seront déclinés à travers quatre axes de réflexion :

  1. Du côté des objets : sur quoi portent les innovations observées ? Sur des objets littéraires nouveaux ? Sur de nouveaux corpus ? Sur des objets d’enseignement jusqu’alors peu investigués par la recherche ou peu enseignés par les enseignants (comme la lecture et l’écriture multimodale),? Comment ces objets d’enseignement s’intègrent-ils la discipline et la reconfigurent-ils (Reuter, Condette & Boulanger, 2006) ?

  2. Du côté des dispositifs : quels sont les démarches didactiques considérées comme innovantes dans les domaines de la lecture et de l’écriture littéraire ? Sur quels outils ou supports spécifiques  s’appuient-elles ? Dans des dispositifs à visée innovante comme les journaux ou les carnets de lecture, les cercles de lecture, les débats interprétatifs, l’écriture en collaboration, les lectures créatives, quelle est la part effective de l’innovation et de la tradition ?

  3. Du côté des pratiques : au-delà du constat général de la sédimentation des pratiques enseignantes (Ronveaux & Schneuwly, 2018), l’un des enjeux de la recherche sur l’innovation didactique concerne l’appropriation par les enseignants des ingénieries issues des recherches, comme en témoigne par exemple le projet AMPIRIC lié à l’Université Marseille Provence. Quelle documentation sur les processus d’innovation ce type de recherche nous fournit-il ? Et qu’en est-il de la diversité des points de vue sur l’innovation que posent les chercheurs, les enseignants ou même les élèves ? Entre volonté de changement et pratiques habituelles, entre variation et permanence, comment ces différents acteurs s’approprient-ils les innovations ?

  4. Enfin, une autre voie d’étude peut être explorée du côté des méthodes de recherche : comment se construisent les différentes recherches « développement » qui visent à expérimenter ou à promouvoir des innovations (Dolz & Lacelle, 2017) ? Notamment, comment associent-elles des enseignants de terrain ? Et à quelles conditions valident-elles leurs expérimentations ? Enfin, identifie-t-on des méthodes innovantes de recherche ?

Ce numéro de Tréma devrait permettre ainsi de poser un regard original sur les travaux qui sont menés actuellement autour des innovations didactiques et de dégager une vision des choix qui semblent se dessiner à ce propos. A travers le prisme de la question de l’innovation, il permettra à la fois de s’interroger sur la situation actuelle de l’enseignement-apprentissage de la lecture et de l’écriture littéraires et d’explorer les transformations qui y sont à l’œuvre, à travers leurs objets, leurs visées et leurs pratiques.

Echéancier

  • 30 septembre 2022 : envoi aux coordinateurs (magali.brunel@univ-cotedazur.fr et jean-louis.dufays@uclouvain.be) des résumés des articles envisagés (2000 à 2500 signes tout compris + de 4 à 10 références bibliographiques)

  • 31 octobre 2022 : envoi aux auteurs des évaluations (acceptation ou refus) de leur projet

  • 31 décembre 2022 : envoi aux coordinateurs des premiers jets des articles (30 à 45 000 signes tout compris)

  • 15 février 2023 : envoi aux auteurs et autrices des évaluations des articles

  • 28 février 2023 : envoi par les auteurs et autrices de la version revue de leur texte

Beacco, J.-Cl. (2017). De l’innovation en didactique du français et des langues. Méthodal 1, Réflexions sur la nature, le rôle et les origines de l'innovation (ou de ce qui est tenu pour tel) en didactique du FLE (10 p.), http://methodal.net/spip.php?article6.

Brunel, M. (2021). L’enseignement de la littérature à l’ère du numérique. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Brunel, M., Dufays, J.-L., Capt, V., Florey, S. & émery-Bruneau, J. (2018). Le discours des élèves sur les valeurs du texte littéraire et leur exploitation didactique par les enseignants : quelles variations selon les classes d’âge et selon les pays ? In Rouvière, N. (dir.), Enseigner la littérature en questionnant les valeurs. Berlin : Peter Lang, p. 279-302.

Capron Puozzo, I. (Ed.). (2016). La créativité en éducation et en formation. Perspectives théoriques et pratiques. Louvain-La-Neuve : De Boeck.

Colognesi, S. (2017). Un dispositif de recherche-formation sur l’enseignement/apprentissage de l’oral en milieu scolaire : le cas de DIDAC’TIC. La Lettre de l'AIRDF, 62, pp. 21-26.

Cros, F. (1997). L'innovation en éducation et en formation. Revue française de pédagogie, 118,  pp. 127-156.

Dolz, J. & Lacelle, N. (2017). L’innovation en didactique : de la conception à l’évaluation des dispositifs. La Lettre de l'AIRDF, 62, pp. 5-9.

Falardeau, É. & GagnÉ, J.-C. (2012). L’enseignement explicite des stratégies de lecture : des pratiques fondées par la recherche. Enjeux, 83, pp. 91-120.

Goigoux, R. (dir.) (2016). Étude de l’influence des pratiques d’enseignement de la lecture et de l’écriture sur la qualité des premiers apprentissages. Rapport de recherche. Lyon : Université de Lyon / Institut français de l’Éducation [en ligne : http://ife.ens-lyon.fr/ife/recherche/lire-ecrire].

Guay, F., Marcoux, M.-M., Boulet, J. & Falardeau, É. (2020). L'approche CASIS en écriture: cinq pratiques pédagogiques pour favoriser la motivation des élèves. Montréal : Chenelière éducation.

Louichon, B. (2020). Un texte dans la classe. Pratiques d’enseignement de la littérature au cycle 3 en France. Bruxelles : Peter Lang.

OCDE (2016). Les compétences au service du progrès social : le pouvoir des compétences socio-affectives. Paris : OCDE.

Reuter, Y.,  Condette, S. & Boulanger, L. (2016). Les expérimentations « article 34 de la loi de 2005 ». Bilan et discussion d'une recherche sur des pratiques scolaires « innovantes ». Les Sciences de l'éducation - Pour l'Ère nouvelle, 46.

Ronveaux, Chr. & Schneuwly, B. (dir.) (2018). Lire des textes réputés littéraires : disciplination et sédimentation. Enquête au fil des degrés scolaires en Suisse romande. Bruxelles : Peter Lang.

Schneuwly, B. & Dolz, J. (dir.). (2010). Des objets enseignés en classe de français. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Simard, C., DUFAYS, J.-L., Dolz, J. & Garcia-Debanc, C. (2019). Didactique du français langue première. Bruxelles : De Boeck.

Tailhandier, S. (2018). Pour un enseignement explicite de la lecture interprétative… Oui, mais comment ? Le français aujourd'hui, 202.

  • Logo Centre d’Etudes, de Documentation et de Recherches en Histoire de l’Education
  • Logo Faculté d’Éducation de l’Université Montpellier 2
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search