Navigation – Plan du site
Traductions vers le français

La couleur rouge dans la symbolique, l’art et le langage du monde égéen de l’âge du Bronze

Fritz Blakolmer
Traduction de Anne-Laure Vignaux
Édition originale :
« Die Farbe Rot in Symbolik, Bildkunst und Sprache der bronzezeitlichen Ägäis », in : Meller, H. / Wunderlich, C.-H. / Knoll, F. (éd.) : Rot – Die Archäologie bekennt Farbe, 5. Mitteldeutscher Archäologentag vom 4. bis 6. Oktober 2012 in Halle (Saale), Tagungen des Landesmuseums für Vorgeschichte, Halle, 2013, p. 275-286.

Entrées d’index

Note de la rédaction

Nous remercions M. Fritz Blakolmer ainsi que le Landesamt für Denkmalpflege und Archäologie Sachsen-Anhalt / Landesmuseum für Vorgeschichte de nous avoir accordé l’autorisation de traduire ce texte pour le présent numéro.

Wir danken Herrn Fritz Blakolmer sowie dem Landesamt für Denkmalpflege und Archäologie Sachsen-Anhalt / Landesmuseum für Vorgeschichte für die freundliche Genehmigung, diesen Artikel in französischer Übersetzung zu publizieren.

Texte intégral

  • 1 Sur les coloris et la conception de la couleur dans l’Égée ancienne, voir en particulier Schäfer (1 (...)

1Notre image de la Grèce minoenne et mycénienne se caractérise par une variété et une richesse chromatiques qui la distinguent à première vue des autres aires culturelles contemporaines. Cela tient, d’une part, à la nature des cultures palatiales égéennes, mais aussi, d’autre part, à l’état spécifique de la documentation, qui permet difficilement de parler de « culture préhistorique ». Une architecture dans laquelle des pierres de différentes nuances sont intentionnellement employées, une iconographie qui se déploie sur les murs des palais dans une diversité de couleurs illimitée et des sources écrites qui nous ont transmis pas moins de 39 termes liés à la couleur : tout cela devrait a priori permettre d’approfondir la conception de la couleur au sein d’une société complexe1.

La symbolique du rouge

2Si le rouge a toujours fait partie de la palette dont disposait le monde égéen à l’âge du Bronze, il a, dès le début, incontestablement constitué un cas à part. Non seulement il apparaît alors comme la couleur favorite, mais il représente aussi, pendant l’ensemble de la préhistoire minoenne et mycénienne, un support de sens aux formes et aux contenus variables.

3Au début de l’âge du Bronze, au IIIe millénaire avant notre ère, le rouge apparaît dans le monde égéen comme une couleur signal, une « couleur du particulier », sous des modes multiples et pour des fonctions diverses : comme substance colorante, comme pigment employé sur les surfaces architecturales, les objets, les figures et vraisemblablement aussi sur le corps humain. Les témoignages sur ce point sont particulièrement nombreux dans les Cyclades à cette époque, en particulier dans les ensembles funéraires.

Fig. 1 : Idole cycladique portant des traces de peinture, dessin.

D’après Getz-Preziosi (1985), p. 55, fig. 42.

  • 2 Preziosi / Weinberg (1970), p. 11 ; Doumas (1977), p. 61, fig. 48 ; p. 95, n° 7, pl. XXXIII e ; p.  (...)
  • 3 Preziosi / Weinberg (1970) ; Papaevthymiou-Papanthimou (1997), p. 66-75 ; Hendrix (1998), p. 6, 14  (...)
  • 4 Hendrix (1998) ; (2000) ; (2003a) ; Birtacha (2003) ; Blakolmer (2004/2005) ; (2012), p. 326-330.
  • 5 Voir, concernant les possibilités d’interprétation, Blakolmer (2004/2005) ; (2012), p. 326-330.

Des morceaux d’ocre, parfois associés à des coupes et à des palettes de marbre, se rencontrent dans différentes nécropoles, preuves évidentes de la fonction symbolique du rouge dans le cadre du rituel funéraire2. La présence de pigments peut, au moins pour une part, être mise en rapport avec la couleur des figurines de marbre, qui apparaissent presque exclusivement dans des contextes funéraires (Fig. 1). Les recherches récentes sur les « marques corporelles » des idoles cycladiques ont montré que l’on détectait aujourd’hui des traces de peinture sur pas moins de la moitié des figurines3. Ces vestiges peuvent être répartis en décor primaire et décor secondaire, ce qui permet de constater que la couleur rouge n’est pas tant utilisée pour rendre les détails anatomiques que pour figurer des signes symboliques comme des séries de points ou de traits, mais aussi des zigzags, des lentilles et des motifs en forme d’yeux sur le visage et d’autres parties du corps4. Les ornements corporels sur la peau humaine (Fig. 1-2) – tatoués de manière réversible, c’est-à-dire arborés dans certaines circonstances, ou irréversible – comptent parmi les nombreuses possibilités d’interprétation5.

Fig. 2 : Reconstitution de marques sur le visage à l’époque proto-cycladique à partir des idoles cycladiques peintes.

D’après Blakolmer (2004/05), p. 67, fig. 14.

  • 6 Par exemple dans un sanctuaire d’Achilleion en Thessalie (vers 6250 av. J.-C.) : Gimbutas et. al. ( (...)

4Sur le continent grec, des dépôts d’ocre sont attestés dès le début du néolithique6. On les rencontre encore sporadiquement par la suite, au Bronze moyen (Sakellariou [1980], p. 105 ; [1989], p. 16-18), et un récipient en or contenant de la poudre d’ocre avait même été déposé dans une riche tombe du cercle B de Mycènes (Sakellariou [1989] ; Makkay [2000], p. 25).

5Dans la Crète minoenne, la fonction de signal du rouge au début de l’âge du Bronze apparaît surtout dans le chaulage à grande échelle de l’enduit des murs et des sols en contexte proto-urbain. Ces enduits peints en rouge apparaissent généralement à l’intérieur des plus riches maisons des établissements de Crète pré-palatiale, et cela, indépendamment de la fonction concrète de l’espace concerné (Blakolmer [1995], p. 469 ; [2000b], p. 396). Même si des pigments, des revêtements intérieurs et bien entendu des décors de céramique sont connus dans d’autres couleurs, on pourrait être tenté de décrire le début de l’âge du Bronze égéen, du point de vue des couleurs, comme « une période de monochromie », durant laquelle le rouge tient lieu de couleur par excellence pour signaler ce qui est extraordinaire (Blakolmer [2004], p. 61).

6La fonction sémiotique ostentatoire du rouge dans le décor intérieur minoen pour signaler un statut élevé dans la hiérarchie sociale, le plus souvent sans tenir compte de la fonction de la pièce, se transforme dans la Crète paléo-palatiale (vers 1930-1760 av. J.-C.), au cours du Bronze moyen, pour faire place à un phénomène qui sera dominant dans le monde égéen pendant tout le Bronze tardif : désormais, le rouge n’est plus simplement « signifiant », il devient, au niveau symbolique, déterminant pour le large spectre sémantique du rite, du culte et de la religion (Blakolmer [2000b], p. 396-399 ; [2004], p. 62 sq.).

Fig. 3 : Peinture murale de la Maison Ouest à Akrotiri, Théra-Santorin.

D’après Doumas (1992), p. 57, fig. 25.

  • 7 Soles (1979), p. 154. Voir aussi Xanthoudidis (1906), p. 123, 143, pl. 8.6 ; van Effenterre (1963), (...)

L’usage qui est à présent fait de l’ocre broyée pourrait être illustré sur une peinture murale de la « Maison Ouest » d’Akrotiri à Théra (Fig. 3), qui est probablement liée aux pratiques cérémonielles ayant lieu dans ce sanctuaire. Le panneau mural montre une jeune fille en tenue rituelle, qui tient dans la main gauche une coupe remplie d’une substance rouge, qu’elle touche avec un ustensile jaune tenu dans l’autre main (Doumas [1992], p. 56 sq., fig. 24-25). Il est pour le moins tentant d’y voir un usage de la couleur rouge à l’aide d’un pinceau (Marinatos [1983], p. 5 ; [1984], p. 49), même si on ignore ce qui doit être peint ici, les lèvres, l’oreille ou autre chose. Dans la Crête palatiale, les objets peints en rouge sont principalement des objets à fonction cérémonielle et religieuse, comme les ex-votos retrouvés dans les sanctuaires minoens, qui prennent la forme de miniatures en argile de souliers, de chaises et d’autels ainsi que de récipients (Alexiou [1955], p. 313, pl. 117 a ; Marinatos |1983], p. 13 ; Gesell [1985], p. 82). L’enduit peint en rouge se rencontre aussi sur les autels portatifs7. Une découverte passionnante a aussi été faite à Akrotiri, sur l’île de Théra (Santorin) : dans un amoncellement de cornes de moutons et de chèvres lié au contexte rituel, plusieurs exemplaires présentent un décor rayé rouge (Boulotis [2005], p. 73, fig. 63). Cela nous rappelle, non sans raison, la description homérique du sacrifice des bœufs aux cornes plaquées d’or offert par Nestor à Pylos (Hom., Od. 3, 384 ; 436-438).

Fig. 4 : Reconstitution de la salle du trône dans le palais de Cnossos d’après E. Gilliéron.

D’après Evans (1935), p. 2, pl. XXXIII, frontispice.

7Mais revenons-en à l’architecture néo-palatiale crétoise. Le rouge revêt une fonction essentielle dans le décor intérieur, en particulier dans l’aménagement des espaces cultuels et de leur cadre architectonique (Hirsch [1977], p. 8, 18-22 ; [1980] ; Blakolmer [1995], p. 464-470 ; [2000b], p. 397 sq.). Il constitue l’exemple parfait de ce que Marc Cameron ([1978], p. 580) désigne comme « sign-post » et Colin Renfrew ([1985], p. 18 sq.) comme « attention-focusing devices », une « couleur signal » au sens propre, qui distingue ce qui est « signifiant » (Fig. 4). Et au Bronze tardif égéen, ce signifiant était déjà lié au domaine du culte et du rituel – si simplificateur ce modèle explicatif puisse-t-il être. Le rouge comme couleur du sang et de la vie, du domaine divin et du rituel humain sert probablement aussi d’expression chromatique de la prétention sociale, ce qui tend également à être le cas sur le continent grec mycénien à la même époque.

  • 8 Pour une analyse des pigments rouges dans la peinture égéenne, voir Cameron et. al. (1977), en part (...)

8À examiner cet ensemble de témoignages, il nous revient à l’esprit un passage souvent cité de Vitruve (Ier siècle av. J.-C.), dans lequel l’écrivain se plaint de l’usage excessif du cinabre par les « jeunes » de son temps : « Les anciens n’employaient le minium, comme pigment, qu’en très petite quantité ; à présent, on en voit presque partout peintes des murailles tout entières » (Vitruve, De l’architecture, 7, V, 8 ; trad. Ch. L. Maufras légèrement modifiée). Les témoignages archéologiques attestant l’élargissement de l’usage du rouge et de ses différentes fonctions sont tout aussi nombreux, en particulier durant l’apogée néo-palatiale du monde minoen, entre la fin du XVIIIe siècle et le XVe siècle. Le rouge des enduits peints égéens est parfois appelé « rouge minoen », dénomination qui renvoie à un rouge ocre saturé, puissant et assez foncé8, d’une intensité similaire à ce que l’on nommera plus tard le « rouge pompéien ».

  • 9 Evans (1935), p. 975 ; Alexiou (1967), p. 35 sq. ; Gesell (1985), p. 29 ; Peters (2008), p. 200 sq. (...)
  • 10 Stefani (1930/1931), p. 154 ; Demargne (1945), p. 31 ; Sakellarakis (1968), p. 178 ; (1969), p. 154 (...)
  • 11 Stengel (1910), p. 135 ; Wunderlich (1925), p. 46-49 ; Kübler (1976), p. 197 ; Eitrem (1977), p. 45 (...)

9On pourrait toutefois objecter qu’à force de nous focaliser sur la « couleur de la vie » universelle, nous risquons d’oublier l’importance des autres couleurs alors que, dans ce domaine, le monde égéen avait toute une palette à offrir. Toutefois, même en soumettant les « contextes chromatiques » des sites archéologiques et des témoignages iconographiques à une enquête approfondie, on n’est pas parvenu jusqu’ici à dégager des indices probants en faveur d’une conception symbolique d’une seule autre couleur. Une signification funéraire a parfois été imaginée pour le bleu9, mais les preuves ne suffisent selon moi pas à étayer l’hypothèse. Le rouge reste sans concurrence en tant que couleur signal et pour indiquer une particularité. Autrement dit, le rouge, avec la charge sémantique qu’il assume dans l’univers mental du monde égéen ancien, est sans doute, en fin de compte la seule couleur dotée d’une dimension symbolique et, en l’occurrence, d’une dimension extrêmement large, pour ne pas dire universelle. Cela inclut aussi, selon toute vraisemblance, le domaine funéraire : non seulement le rouge est utilisé dans la préhistoire minoenne et mycénienne pour la décoration des sanctuaires, mais il gagne aussi très tôt de l’importance dans les chambres mortuaires ainsi que dans les espaces liés aux soins prodigués aux défunts10. Le fait que la « couleur de la vie » ait une connotation funéraire, comme la symbolique des couleurs de l’Antiquité l’illustre de manière particulièrement convaincante11, n’a rien de contradictoire. Le rouge émotif, comme substitut chromatique du sang indispensable à la vie, pourrait avoir représenté l’un des besoins primaires du mort (Berkusky [1913], p. 250-254 ; Wunderlich [1925], en particulier p. 8-22), de même que dans la représentation eschatologique, la couleur du deuil serait non pas le noir mais plutôt le rouge, en tant que signe de « survie dans un au-delà élyséen », ainsi que l’a formulé Friedrich von Duhn ([1906], p. 14).

Le rouge dans l’art pictural

10Quand on observe l’iconographie minoenne et mycénienne, en particulier celle de la période néo-palatiale crétoise, une particularité saute aux yeux : le choix des formes et des couleurs nous apparaît, dans le langage iconographique égéen ancien, comme dépourvu de règles, déconcertant et étrange, plus étrange même que la polychromie de l’Égypte, du Proche-Orient ou de l’Antiquité classique. Spontanément, nous risquons de nous fourvoyer à leur sujet et, par exemple, d’interpréter les formes de l’arrière-plan comme des nuages multicolores, des couchers de soleil rouges et des cavernes sombres, comme des enfants nus avec des bonnets de peau turquoise ou des singes peints en bleu. Ce n’est évidemment pas le cas, et le corpus des peintures murales et des reliefs minoens et mycéniens est aujourd’hui suffisamment étoffé pour que nous puissions mettre un peu d’ordre dans le chaos chromatique de l’iconographie égéenne. Selon moi, on y distingue essentiellement trois tendances dans l’utilisation de la couleur.

11La catégorie de coloration égéenne qui nous paraît sans doute la plus compréhensible aujourd’hui – avec notre perception de monde déterminée par la reproduction photographique et notre confiance absolue dans la science et le positivisme –, est le réalisme chromatique. Les troncs, les branches et les éléments en bois de l’architecture sont le plus souvent rendus dans la peinture égéenne en rouge ou en brun-rouge, occasionnellement aussi dans d’autres nuances.

Fig. 5 : Frise murale de la Maison des fresques à Cnossos, extrait.

D’après Evans (1928), pl. X, en regard de la p. 447.

  • 12 Marinatos (1987) ; Damiani Indelicato (1988) ; Blakolmer (1993) ; Alberti (2002).

12La deuxième catégorie d’utilisation de la couleur dans la peinture égéenne est celle de la « couleur idéelle ». En tant que couleur de la clarification et de l’explication, le rouge sert en quelque sorte à différencier chromatiquement les carnations12 : un rouge qui tend souvent vers le brunâtre sert, dans la peinture égéenne, à identifier les corps des hommes et généralement aussi des enfants des deux sexes. Le blanc, pour sa part, représente le particulier et incarne – très certainement selon la convention égyptienne et proche-orientale – la couleur de peau de la femme idéalisée, de condition supérieure. L’idée du rouge comme symbole de la couleur du sang (Gesell [1985], p. 35 ; en général Wunderlich [1925], p. 8-22 ; Schenkel [1962], p. 140) est, en ce qui concerne l’Égée ancienne, illustrée dans une peinture murale de Xeste 3 à Akrotiri (Gesell [2000] ; Vlachopoulos [2008], p. 451, 456, fig. 41.10-11 ; Alexopoulos [2008]). Les gouttes de sang que l’on voit couler sur la maçonnerie en pierre de taille claire de la façade du sanctuaire peuvent probablement être mises en rapport avec l’abattage d’un animal sacrificiel.

Fig. 6 : « Fresque du printemps » de la Chambre Delta 2 à Akrotiri, Théra-Santorin.

D’après Marinatos (1971), pl. couleur A.

  • 13 Schäfer (1977), p. 15-18 ; Iliakis (1978), p. 626-628 ; Blakolmer (2000a), p. 234-239 ; (2004), p. (...)

13Enfin, comme troisième mode de coloration dans la peinture minoenne et mycénienne, nous pouvons retenir la couleur abstraite, que nous qualifierions aujourd’hui de fausse, irréelle, contraire à la nature, fantastique, impressionniste ou expressionniste, couleur à première vue « libre » – et cela vaut pour le rouge comme pour le reste du spectre chromatique13. Les motifs liés au site et au terrain (Fig. 5-6) permettent de découvrir la totalité de la palette du monde égéen, dans une sélection arbitraire, interchangeable, exclusivement orientée vers les contrastes chromatiques, quoique indépendante de la nature du terrain. Les hypothèses modernes selon lesquelles les représentations de terre rouge dans l’art minoen reflètent la couleur réelle de la pierre volcanique de l’île de Théra-Santorin (par ex. Marinatos [1970], p. 64) ne reposent donc sur aucune base. Lorsque par exemple, la veinure des plaques de gypse sciées revêtant les soubassements de murs (Fig. 7) et le sol est imitée en peinture, toutes les nuances de la palette égéenne sont mises à contribution (Rodenwaldt [1919] ; Hirsch [1977], en part. p. 25-27 ; Niemeier [1996]). Quant aux feuilles et aux couronnes des arbres, elles sont loin d’être toujours rendues en vert puisqu’elles se présentent aussi, dans les fresques, en bleu, en noir ou en rouge.

Fig. 7 : Peinture murale de la Maison Ouest à Akrotiri, Théra-Santorin.

D’après Doumas (1992), p. 97, fig. 64.

Dans l’iconographie minoenne et mycénienne, les peaux d’animaux apparaissent souvent dans un coloris ostensiblement artificiel, qu’il s’agisse des corps d’animaux vivants (Fig. 8-9) ou des cuirs jaunes, bleus, gris ou rouges recouvrant les boucliers. Dans le cas de la polychromie visible sur les représentations de façades d’édifices, il est également légitime de se demander si elles étaient réellement peintes en rouge, bleu, jaune ou noir, ou si ces couleurs ne reflètent pas plutôt, sous le couvert de l’abstraction chromatique, les différentes apparences de surfaces et de matériaux hétérogènes.

Fig. 8 : Fragments de peinture murale représentant des cerfs, provenant de Tirynthe.

D’après Rodenwaldt (1912), pl. XV.

14Le phénomène historique de l’abstraction chromatique ne se limite nullement au monde égéen de l’âge du Bronze, puisqu’on le rencontre dans de nombreuses autres cultures antiques, à la fois dans l’image et dans les mots. Ceci nous amène au dernier type de sources se rapportant à la couleur rouge dans le monde égéen, à savoir les textes.

Le lexique du rouge dans les textes en linéaire B

  • 14 Sur les concepts de couleur dans les textes en linéaire B, voir en particulier Gallavotti (1957) ; (...)

15Dans le grec mycénien des textes en linéaire B des XIVe et XIIIe siècles, on peut aujourd’hui identifier jusqu’à neuf termes distincts utilisés pour désigner le rouge14. Quantitativement, nous sommes sans doute encore loin des 38 notions désignant le rouge comme « couleur de la guerre et des morts » (Straube [1960], p. 404 sq.) en latin (André [1949] ; Vallier [1979], p. 12), mais s’agissant d’un ensemble de 5000 textes administratifs généralement courts, lisibles depuis 60 ans seulement, le fait mérite d’être signalé. Sans entrer ici dans les détails, les mots mycéniens désignant le rouge sont notamment e-ru-to-ro, l’erythrós du grec classique, pu-wo, le futur pýrrhos, mi-to-we-sa, qui donnera míltos, et d’autres termes utilisés sur les tablettes, avant tout pour qualifier des tissages, pour décrire des plantes ou des peaux de bœufs, ou encore comme noms de personnes. On peut déduire des textes en linéaire B qui traitent de la production textile que ces mots désignent pour partie différentes nuances de rouge. En ce qui concerne le contenu sémantique des notions de couleur, les noms de personnes sont, en lien avec la profession et le statut de leurs porteurs, également riches en enseignements ; contrairement aux noms formés d’après d’autres couleurs, les termes e-ru-to-ro et pu-wo sont rencontrés en tant qu’anthroponymes pour des fonctionnaires, un guerrier et une servante du culte, autrement dit pour des positions sociales très élevées, bien qu’ils puissent également être portés par des bergers (Blakolmer [2000a], p. 235 sq.).

  • 15 Avery (1940) ; Haupt (1941), p. 44 sq., 86-91 ; Jensen (1963), en particulier p. 113-118 ; Reinhold (...)
  • 16 Cf. à ce sujet Palaima (1991), en particulier p. 291 ; (1997), en particulier p. 407, 411 ; Carlier (...)

16Si répandues et si précoces soient les attestations archéologiques de teinture pourpre dans le monde égéen ancien (Reese [1987] ; Faure [1991] ; Brogan et. al. [2012]), rien ne nous autorise à formuler l’hypothèse d’une utilisation exclusive de textiles de couleur rouge se rapprochant de celle, attestée dans les sources ultérieures, de la « pourpre royale » en tant que signe de reconnaissance régalien15. S’il est question d’ouvriers de la pourpre des services royaux dans les textes en linéaire B de Cnossos (wa-na-ka-te-ro)16, ce genre de statut professionnel exclusif existe aussi à la période mycénienne tardive pour les foulons, les potiers et les faïenciers (Carlier [1996] ; Palaima [1997] ; Nosch [2004], p. 34). La recherche d’un usage exclusif de textiles et de vêtements rouges, rouge foncé ou violets, pour une catégorie sociale ou politique supérieure dans l’univers iconographique du monde égéen ancien s’avère également décevante.

  • 17 Gallavotti (1957), p. 7 ; Petruševski (1968), p. 680 ; Heubeck (1974) ; Aura Jorro / Adrados (1993) (...)
  • 18 Gallavotti (1957), p. 7 ; Petruševski (1968), p. 680 ; Aura Jorro / Adrados (1993), p. 444. Cf. Pla (...)
  • 19 Heubeck (1974), p. 40. Voir aussi Pokorny (1949-1959), en part. p. 64 sq. ; Reiter (1962), p. 45-52
  • 20 Concernant oinopós, voir Dürbeck (1977), p. 188-191. Sur la sémantique des couleurs en rapport avec (...)
  • 21 Gallavotti (1957), p. 6 sq. ; Landau (1958), p. 198 ; Lejeune (1963), p. 6 sq. ; Petruševski (1968) (...)
  • 22 Voir en général Platnauer 1921 ; Riemschneider-Hoerner 1941 ; Irwin 1974 ; Bremer 1976 ; Dürbeck 19 (...)
  • 23 Hom., Od. 9, 426 ; Platnauer 1921, 160 ; Kober 1932, 101-103 ; Handschur 1970, 158 sq.

17Les textes mycéniens tardifs nous permettent cependant d’identifier un autre phénomène. Dans la liste de descriptions de bœufs figurant dans une série de textes de Cnossos, on rencontre le terme to-ma-ko, le futur stómargos, qui peut être traduit par « à la bouche blanche brillante », mais aussi par « à la bouche rapide » 17. Un autre bœuf est décrit comme wo-no-qo-so (oínops-órsos), c’est-à-dire « au dos couleur de vin »18. Alfred Heubeck constatait déjà que dans des termes comme ceux-ci la « juxtaposition des éléments sémantiques de l’éclat et de la rapidité est significative »19. De manière analogue, la formule oínopa pónton, « mer de couleur de vin »20, dans l’épopée homérique devait non pas décrire la couleur d’une « surface d’eau brillant dans le rouge du soir », mais bien désigner une mer agitée, menaçante, au moyen d’un terme chromatique polysémique (Handschur [1970], p. 132 sq., 219 sq. ; Irwin [1974], p. 197 sq. ; Stulz [1990], p. 154-180). L’adjectif, également cnossien, désignant le taureau, a3-wo-ro21, futur ai(w)ólos, renferme il est vrai plutôt une possibilité d’interprétation comme « brillant », « enflammé » (Müller-Boré [1922], p. 66 sq. ; Dyer [1964], p. 127-129 ; Handschur [1970], p. 111 sq.). Mais étant donné que, dans l’Iliade, plusieurs armes sont encore désignées par le mot aiólos (Lejeune [1963], p. 7), la signification première, qui réunit les deux aspects de l’éclat et du mouvement, est sans doute également valable dans le cas de la dénomination de l’âge du Bronze, véhiculant l’idée du flamboiement initial du taureau vivant (Irwin [1974], p. 214 sq.). Autrement dit, nous avons semble-t-il, dès le grec mycénien, affaire à une approche synesthétique de la couleur et des notions de couleur, qui véhiculent bien plus que de simples valeurs chromatiques : la surface brillante ou rugueuse, le scintillement impétueux et les phénomènes similaires relevant d’une terminologie psycho-associative sont liés aux couleurs et désignés par des termes allant bien plus loin que la simple désignation chromatique et pouvant traduire des événements sensibles22. Les « cheveux bleus » (Hom., Il. 13, 563 ; 22, 401-403 ; cf. Irwin [1974], p. 89-91), l’« arc-en-ciel rouge » (Xénophon, Fr. 32 ; Kranz [1912], p. 132 sq. ; Irwin [1974], p. 76), la « laine violette » des béliers du cyclope dans l’Odyssée23 et de nombreuses autres désignations chromatiques non naturalistes dans l’épopée, la poésie lyrique et le langage quotidien du grec classique reflètent ce rapport à la couleur qui, un peu comme « voir rouge », « pain noir » ou « pain blanc » dans le langage contemporain, sont à comprendre d’une manière tout autre que littérale.

Fig. 9 : Frise miniature de la Maison Ouest à Akrotiri, Théra-Santorin, extrait.

D’après Doumas (1992), p. 82, fig. 42.

18Il est possible que nous soyons confortés dans cette hypothèse d’une conception synesthétique de la couleur dans le monde égéen par l’abstraction chromatique, déjà mentionnée, qui caractérise la peinture. Le rouge, le bleu et l’ocre des cerfs sur les peintures murales (Fig. 8), le rouge, le bleu et les autres couleurs dans lesquelles sont représentés les taureaux et les dauphins (Fig. 9) ne sont bien entendu pas à comprendre comme des coloris réalistes. Cet usage libre des couleurs pour les « surfaces » des animaux, des plantes et des matériaux témoigne d’un modèle de comportement, d’une sensibilité et d’une affectivité fondamentalement psycho-associatives face au monde de la couleur (Blakolmer [2000a], p. 233-238 ; [2004], p. 63). Si l’on accepte cette façon de voir, l’« étrange » conception de la couleur qui ressort de l’iconographie et du lexique durant l’âge du Bronze égéen et l’Antiquité classique perd un peu de cette singularité, si manifestement incompatible avec notre vision du monde actuelle reposant sur la rationalisation, la neutralisation et l’objectivation d’une soi-disant réalité.

Conclusions

19La puissance optique et psychique incontestée de la couleur rouge a sans aucun doute également subjugué l’esprit des Égéens, à tel point que cette couleur se voit associer sémantiquement les composantes vitales les plus significatives de l’époque, à savoir le culte, le rite et le cérémonial, mais aussi le statut hiérarchique et la mort. Cela signifie que, dans le monde égéen de l’âge du Bronze, le rouge assume d’emblée un rôle dominant et particulier dans la « pensée chromatique ». En termes de suprématie et de pluralité d’usage, la couleur possède dans le monde minoen et mycénien cette valeur, chargée de tradition, qui a imprégné pratiquement toutes les cultures, les anciennes comme les plus récentes. Le rouge ne représente jamais le banal, mais toujours le particulier, le saillant, que ce soit dans le culte, le rite funéraire ou les coutumes plus modestes, qui interrompent le rythme de la vie quotidienne et ont la capacité d’attirer l’attention.

20Tant dans les témoignages picturaux que dans les principes et la sémantique du lexique des couleurs mycénien et proto-grec transmis par les sources écrites, on reconnaît une tendance métaphorique expressive ainsi qu’une conception des couleurs (tel le rouge) comme vecteurs de significations affectives. Autrement dit, cette approche du rouge nous en apprend également beaucoup sur une façon d’envisager la couleur qui est, dans ses aspects essentiels, diamétralement opposée à notre approche moderne, froide, du monde de la couleur, modelée à l’école des Lumières et des sciences naturelles.

Haut de page

Bibliographie

Alberti, B. (2002) : « Gender and the figurative art of Late Bronze Age Knossos », in : Hamilakis, Y. (éd.) : Labyrinth Revisited. Rethinking ‚Minoan’ Archaeology, Oxford, p. 98-117.

Alexiou, S. (1955) : « Anaskaphai en Lykasto kai Vathypetro Kritis », Praktika Athenais Arch., p. 306-320.

Alexiou, S. (1967) : Ysterominoikoi taphoi limenos Knossou (Katsamba), Athènes.

Alexopoulos, G. (2008) : « To iero kai to miaro. Symvoliki kai leitourgiki epivevaiosi mias koinotitas », in : Doumas, Ch. G. (éd.) : Akrotiri Thiras. Trianda chronia erevnes, 1967-1997, Epistimoniki synantisi, 19-20 Dekemvriou 1997, Athènes, p. 367-422.

André, J. (1949) : Études sur les termes de couleur dans la langue latine, Paris.

Aura Jorro, F. / Adrados, F. R. (éd.) (1985) : Diccionario griego–español I, Diccionario Micénico I, Madrid.

Aura Jorro, F. / Adrados, F. R. (éd.) (1993) : Diccionario griego–español I, Diccionario Micénico II, Madrid.

Avery, W. T. (1940) : « The adoratio purpurae and the importance of the imperial purple in the fourth century of the Christian era », Mem. Am. Acad. Rome, 17, p. 66-80.

Berkusky, H. (1913) : « Zur Symbolik der Farben », Zeitschrift des Vereins für Volkskunde, 23, p. 250-265.

Birtacha, K. (2003) : « Chromata kai chromatismos kata tin Proimi Epochi tou Chalkou stis Kyklades », in : Vlachopoulos, A. / Birtacha, K. (éd.) : Argonavtis. Timitikos Tomos gia ton Kathigiti Christo G. Douma apo tous mathites tou sto Panepistimio Athinon, Athènes, p. 263-276.

Blakolmer, F. (1993) : « Überlegungen zur Inkarnatsfarbe in der frühägäischen Malerei », Jahresh. Österr. Arch. Inst., 62, Hauptbl., p. 5-18.

Blakolmer, F. (1995) : « Komparative Funktionsanalyse des malerischen Raumdekors in minoischen Palästen und Villen », in : Laffineur, R. / Niemeier, W.-D. (éd.) : POLITEIA. Society and State in the Aegean Bronze Age, Proceedings of the 5th International Aegean Conference, University of Heidelberg, Archäologisches Institut, 10.-13. April 1994, II (Aegaeum, 12), Liège / Austin, p. 463-474.

Blakolmer, F. (2000a) : « Zum Charakter der frühägäischen Farben: Linear B und Homer », in : Blakolmer, F. (éd.) : Österreichische Forschungen zur Ägäischen Bronzezeit 1998, Akten der Tagung am Institut für Klassische Archäologie der Universität Wien, 2.-3. Mai 1998 (Wiener Forschungen zur Archäologie, 3), Vienne, p. 225-239.

Blakolmer, F. (2000b) : « The functions of wall painting and other forms of architectural decoration in the Aegean Bronze Age », in : Sherratt, S. (éd.) : Proceedings of the First International Symposium ‘The Wall Paintings of Thera’, Petros M. Nomikos Conference Centre, Thera, Hellas, 30 August – 4 September 1997, I, 2000, p. 393-412.

Blakolmer, F. (2004) : « Colour in the Aegean Bronze Age: From monochromy to polychromy », in : Cleland, L. / Stears, K. / Davies, G. (éd.) : Colour in the Ancient Mediterranean World, Conference, University of Edinburgh, 10th–13th September 2001, BAR Int. Ser. 1267, Oxford, p. 61-67.

Blakolmer, F. (2004/2005) : « Körperzeichen in der ägäischen Frühzeit: Ästhetik, Stigma und Ritual », in : Körperschmuck, Mitt. Anthr. Ges. Wien, 134/135, Vienne, p. 55-71.

Blakolmer, F. (2012) : « Body marks and textile ornaments in Aegean iconography: their meaning and symbolism », in : Nosch, M.-L. / Laffineur, R. (éd.) : KOSMOS. Jewellery, Adornment and Textiles in the Aegean Bronze Age. Proceedings of the 13th International Aegean Conference, University of Copenhagen, Danish National Research Foundation’s Centre for Textile Research, 21-26 April 2010 (Aegaeum, 33), Leuven / Liège, p. 325-333.

Blum, H. (1998) : Purpur als Statussymbol in der griechischen Welt (Abhandlungen zur Alten Geschichte, 47), Bonn.

Boulotis, Ch. (2005) : « Aspects of religious expression at Akrotiri », ALS, 3, p. 20-75.

Bremer, D. (1976) : Licht und Dunkel in der frühgriechischen Dichtung (Archiv für Begriffsgeschichte, Suppl.-Heft 1), Bonn.

Brogan, Th. M. et al. (2012) : « The purple dye industry of Eastern Crete », in : Nosch, M.-L. / Laffineur, R. (éd.) : KOSMOS. Jewellery, Adornment and Textiles in the Aegean Bronze Age, Proceedings of the 13th International Aegean Conference, University of Copenhagen, Danish National Research Foundation’s Centre for Textile Research, 21-26 April 2010 (Aegaeum, 33), Leuven / Liège, p. 187-192.

Burke, B. (1999) : « Purple and Aegean textile trade in the early second Millennium B.C. », in : Betancourt, Ph. P. / Karageorghis, V. / Laffineur, R. / Niemeier, W.-D. (éd.) : Meletemata. Studies in Aegean Archaeology Presented to Malcolm H. Wiener as he enters his 65th Year (Aegaeum, 20), I, Liège / Austin, p. 75-82.

Cameron, M. (1978) : « Theoretical Interrelations among Theran, Cretan and Mainland Frescoes », in : Doumas, Ch. (éd.) : Thera and the Aegean World, Papers Presented at the Second International Scientific Congress, Santorini, Greece, I, Londres, p. 579-592.

Cameron, M. A. S. et al. (1977) : « Scientific analyses of Minoan fresco samples from Knossos », Annu. British School Athens, 72, p. 121-184.

Carlier, P. (1996) « À propos des artisans wa-na-ka-te-ro », in : De Miro, E. / Godart, L. / Sacconi, A. (éd.) : Atti e Memorie del Secondo Congresso Internazionale di Micenologia, Roma – Napoli, 14–20 ottobre 1991 (Incunabula Graeca, XCVIII, vol. II), Rome, p. 569-580.

Damiani Indelicato, S. (1988) : « Were Cretan girls playing at bull-leaping? », Cretan Studies, 1, p. 39-47.

Dandrau, A. (1999) : « La peinture murale minoenne, I. La palette du peintre égéen et égyptien à l’Âge du Bronze. Nouvelles données analytiques », Bull. Corr. Hellénique, 123, p. 1-41.

Demargne, P. (1945) : Fouilles exécutées à Mallia, Nécropoles I, (Études Crétoises, VII), Paris.

Doumas, Ch. (1977) : Early Bronze Age Burial Habits in the Cyclades (Studies in Mediterranean Archaeology, 48), Göteborg.

Doumas, Ch. (1992) : The Wall-paintings of Thera, Athènes,

Dürbeck, H. (1977) : Zur Charakteristik der griechischen Farbenbezeichnungen, Bonn.

Dyer, R. R. (1964) : « On describing some Homeric glosses », Glotta, 42, p. 121-129.

Eitrem, S. (1977) : Opferritus und Voropfer der Griechen und Römer, réimpression, Hildesheim / New York.

Evans, A. (1928) : The Palace of Minos at Knossos II, Londres.

Evans, A. (1935) : The Palace of Minos at Knossos IV, Londres.

Faure, P. (1989) : « La pourpre, couleur des héros et des dieux », L’histoire, 119, février, p. 92-95.

Faure, P. (1991) : « La pourpre, invention égéenne », in : Laffineur, R. / Basch, L. (éd.) : THALASSA. L’Égée préhistorique et la mer, Actes de la troisième Rencontre égéenne internationale de l’Université de Liège, Station de recherches sous-marines et océanographiques (StaReSO), Calvi, Corse (23–25 avril 1990) (Aegaeum, 7), Liège, p. 311-313.

Gallavotti, C. (1957) : « Nomi di colori in miceneo », La parola del passato, 52, p. 5-22.

Gesell, G. C. (1985) : Town, Palace and House Cult in Minoan Crete (Studies in Mediterranean Archaeology, 67), Göteborg.

Gesell, G. C. (2000) : « Blood on the Horns of consecration? », in : Sherratt, S. (éd.) : Proceedings of the First International Symposium ‘The Wall Paintings of Thera’, 30 August – 4 September 1997, I, Athènes, p. 947-957.

Getz-Preziosi, P. (1985) : Early Cycladic Sculpture. An Introduction, Malibu.

Getz-Gentle, P. (1996) : Stone Vessels of the Cyclades in the Early Bronze Age, University Park, Penn.

Gillis, C. (2012) : « Color for the dead, status for the living », in : Nosch, M.-L. / Laffineur, R. (éd.) : KOSMOS. Jewellery, Adornment and Textiles in the Aegean Bronze Age. Proceedings of the 13th International Aegean Conference, University of Copenhagen, Danish National Research Foundation’s Centre for Textile Research, 21-26 April 2010 (Aegaeum, 33), Leuven / Liège, p. 579-588.

Gimbutas, M. et al. (1989) : « A Neolithic Settlement in Thessaly, Greece, 6400-5600 BC », Monumenta Archaeologica, 14, Los Angeles.

Handschur, E. (1970) : Die Farb- und Glanzwörter bei Homer und Hesiod, in den homerischen Hymnen und den Fragmenten des epischen Kyklos, Vienne.

Haupt, G. (1941) : Die Farbensymbolik in der sakralen Kunst des abendländischen Mittelalters (Ein Beitrag zur mittelalterlichen Form- und Geistesgeschichte), Dresde.

Hendrix, E. A. (1998) : « Painted ladies of the Early Bronze Age », The Metropolitan Museum of Art Bulletin, 55, p. 4-15.

Hendrix, E. A. (2000) : The Paint Motifs on Early Cycladic Figures, Ann Arbor.

Hendrix, E. A. (2003a) : « Painted Early Cycladic figures. An exploration of context and meaning », Hesperia, 72, p. 405-446.

Hendrix, E. A. (2003b) : « Some methods for revealing paint on Early Cycladic figures », in : Foster, K. P. / Laffineur, R. (éd.) : METRON. Measuring the Aegean Bronze Age. Proceedings of the 9th International Aegean Conference, New Haven, Yale University, 18–21 April 2002 (Aegaeum, 24), Liège / Austin, p. 139-145.

Heubeck, A. (1974) : « Mykenisch PO-DA-KO und TO-MA-KO », Kadmos, 13, p. 39-43.

Heurtley, W. A. (1939) : Prehistoric Macedonia, Cambridge.

Hirsch, E. S. (1977) : « Painted Decoration of the Floors of the Bronze Age Structures on Crete and the Greek Mainland », Studies in Mediterranean Archaeology, 53, Göteborg.

Hirsch, E. S. (1980) : « Another look at Minoan and Mycenaean interrelationships in floor decoration », Am. Journal Arch., 84, p. 452-462.

Hoffman, G. L. (2002) : « Painted Ladies: Early Cycladic II mourning figures », Am. Journal Arch., 106, p. 525-550.

Iliakis, K. (1978) : « Morphological analysis of the Akrotiri wall-paintings of Santorini », in : Doumas, Ch. (éd.) : Thera and the Aegean World. Papers presented at the Second International Scientific Congress, I, Londres, p. 617-628.

Irwin, E. (1974) : Colour Terms in Greek Poetry, Toronto.

Jensen, L. B. (1963) : « Royal Purple of Tyre », Journal Near Eastern Stud., 22, p. 104-118.

Kober, A. E. (1932) : The Use of Color Terms in the Greek Poets, Genève / New York.

Kranz, W. (1912) : « Die ältesten Farbenlehren der Griechen », Hermes, 47, p. 126-140.

Kübler, K. (1976) : « Die Nekropole der Mitte des 6. bis Ende des 5. Jhs. », Kerameikos, VII, Berlin.

Landau, O. (1958) : Mykenisch-griechische Personennamen, Göteborg.

Lejeune, M. (1963) : « Noms propres de bœufs à Cnossos », Revue des études grecques, 76, p. 1-9.

Longo, O. (éd.) (1998) : La porpora. Realtà e immaginario di un colore simbolico, Atti del convegno di studio, Venezia, 24 e 25 ottobre 1996, Venice.

Makkay, J. (2000) : The Early Mycenaean Rulers and the Contemporary Early Iranians of the Northeast, Budapest.

Marinatos, S. (1970) : Excavations at Thera, III, Athènes.

Marinatos, S. (1971) : Excavations at Thera, IV, Athènes.

Marinatos, N. (1983) : « The West House at Akrotiri as a Cult Centre », Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts Athenische Abteilung, 98, p. 1-19.

Marinatos, N. (1984) : Art and Religion in Thera. Reconstructing a Bronze Age Society, Athènes.

Marinatos, N. (1987) : « Role and sex division in ritual scenes of Aegean art », Journal Prehist. Religion, 1, p. 23-34.

Moonwomon, B. (1994) : « Color categorization in early Greek », Journal Indo-European Stud., 22, p. 3-65.

Müller-Boré, K. (1922) : « Stilistische Untersuchungen zum Farbwort und zur Verwendung der Farbe in der älteren griechischen Poesie », Klassisch-Philologische Studien, 3, Berlin.

Niemeier, W.-D. (1996) : « On the origin of the Mycenaean painted plaster floors », in : De Miro, E. / Godart, L. / Sacconi, A. (éd.) : Atti e Memorie del Secondo Congresso Internazionale di Micenologia, Roma – Napoli, 14–20 ottobre 1991 (Incunabula Graeca XCVIII, vol. III), Rome, p. 1249-1253.

Nosch, M.-L. (2004) : « Red-coloured textiles in the Linear B inscriptions », in : Cleland, L. / Stears, K. / Davies, G. (éd.) : Colour in the Ancient Mediterranean World, Conference, University of Edinburgh, 10th–13th September 2001 (BAR Int. Ser., 1267), Oxford, p. 32-37.

Palaima, Th. G. (1991) : « Maritime matters in the Linear B tablets », in : Laffineur, R. / Basch, L. (éd.) : THALASSA. L’Égée préhistorique et la mer, Actes de la troisième Rencontre égéenne internationale de l’Université de Liège, Station de recherches sous-marines et océanographiques (StaReSO), Calvi, Corse (23–25 avril 1990) (Aegaeum, 7), Liège, p. 273-310.

Palaima, Th. G. (1997) : « Potter and fuller: The royal craftsmen », in : Laffineur, R. / Betancourt, Ph. P. (éd.) : TEXNH. Craftsmen, Craftswomen and Craftsmanship in the Aegean Bronze Age. Proceedings of the 6th International Aegean Conference, Philadelphia, Temple University, 18-21 April 1996 (Aegaeum, 16), Liège / Austin, p. 407-412.

Papaevthymiou-Papanthimou, A. (1997) : Teletourgikos kallopismos sto proistoriko Aigaio, Thessaloniki, 1997.

Perdikatsis, V. et al. (2000) : « Physicochemical characterisation of pigments from Theran wall paintings », in : Sherratt, S. (éd.) : Proceedings of the First International Symposium ‘The Wall Paintings of Thera’, 30 August – 4 September 1997, I, Athènes, p. 103-108.

Peters, M. (2008) : « Colour use and symbolism in Bronze Age Crete: exploring social and technological relationships », in : Jackson, C. M. / Wager, E. C. (éd.) : Vitreous Materials in the Late Bronze Age Aegean (Sheffield Studies in Aegean Archaeology, 9), Oxford, p. 187-208.

Petruševski, M. D. (1968) : « Les désignations de couleur en grec mycénien », in : Atti e Memorie del 1° Congresso Internazionale di Micenologia, Rome, p. 680-685.

Platnauer, M. (1921) : « Greek colour-perception », Classical Quarterly, 15, p. 153-162.

Pokorny, J. (1949-1959) : Indogermanisches etymologisches Wörterbuch, Berne.

Preziosi, P. G. / Weinberg, S. S. (1970) : « Evidence for painted details in Early Cycladic sculpture », Antike Kunst, 13, p. 4-12.

Reese, D. (1987) : « Palaikastro shells and Bronze Age purple dye production in the Mediterranean basin », Annu. British School Athens, 82, p. 201-206.

Reinhold, M. (1968/1969) : « On status symbols in the Ancient World », The Classical Journal, 64, p. 300-304.

Reiter, G. (1962) : Die griechischen Bezeichnungen der Farben Weiß, Grau und Braun. Eine Bedeutungsuntersuchung (Commentationes Aenipontanae, XVI), Innsbruck.

Renfrew, C. (1985) : « The Archaeology of Cult. The Sanctuary at Phylakopi », Annu. British School Athens, Suppl. 18, Londres.

Riemschneider-Hoerner, M. (1941) : « Farbe und Licht bei Homer », Zeitschrift für Ästhetik und allgemeine Kunstwissenschaft, 35, p. 81-109.

Rodenwaldt, G. (1912) : Die Fresken des Palastes, Tiryns II, Mayence.

Rodenwaldt, G. (1919) : « Mykenische Studien I. Die Fußböden des Megarons von Mykenai », Jahrb. DAI, 34, p. 87-106.

Sakellarakis, I. A. (1968) : « Anaskaphi Archanon », Praktika Athenais Arch., 1966, p. 174-184.

Sakellarakis, I. A. (1969) : « Anaskaphi Archanon », Praktika Athenais Arch., 1967, p. 151-161.

Sakellariou, M. B. (1980) : Les Proto-Grecs, Athènes.

Sakellariou, M. B. (1989) : « De l’ocre dans la tombe Γ du cercle B de Mycènes », in : Philia Epi eis Georgion E. Mylonan, III, Athènes, p. 1-18.

Schäfer, J. (1977) : « Zur kunstgeschichtlichen Interpretation altägäischer Wandmalerei », Jahrb. DAI, 92, p. 1-23.

Schenkel, W. (1962) : « Die Farben in ägyptischer Kunst und Sprache », Zeitschrift für ägyptische Sprache und Altertumskunde, 88, p. 131-147.

Sinclair, A. (2012) : « The “International Style”: colour and polychrome faience », Ancient Near Eastern Studies, 49, p. 118-149.

Soles, J. S. (1979) : « The early Gournia town », Am. Journal Arch., 83, p. 149-167.

Stefani, E. (1930/1931) : « La grande tomba a tholos di Haghia Triada », Annuario della Scuola archeologica di Atene, 13/14, p. 146-154.

Steigerwald, G. (1990) : « Das kaiserliche Purpurprivileg in spätrömischer und frühbyzantinischer Zeit », Jahrb. Ant. u. Christentum, 33, p. 209-239.

Stein-Hölkeskamp, E. (1989) : Adelskultur und Polisgesellschaft. Studien zum griechischen Adel in archaischer und klassischer Zeit, Stuttgart.

Stengel, P. (1910) : Opferbräuche der Griechen, Leipzig.

Straube, H. (1960) : « Gedanken zur Farbsymbolik in afrikanischen Eingeborenenkulturen », Studium Generale, 13, 7, p. 392-418.

Stulz, H. (1990) : Die Farbe Purpur im frühen Griechentum, Stuttgart.

Vallier, D. (1979) : « Le problème du vert dans le système perceptif », Semiotica, 26, p. 1-14.

van Effenterre H. / van Effenterre M. (1963) : « Fouilles exécutées à Mallia. Étude du site et exploration des nécropoles II », Études Crétoises, XIII, Paris.

Vlachopoulos, A. (2008) : « The wall paintings from the Xeste 3 building at Akrotiri. Towards an interpretation of its iconographic programme », in : Brodie, N. / Doole, J. / Gavalas, G. / Renfrew, C. (éd.) : Horizon. A Colloquium on the Prehistory of the Cyclades, McDonald Institute for Archaeological Research, University of Cambridge, 25-28 March 2004, Cambridge, p. 451-465.

von Duhn, F. (1906) : « Rot und Tot », Archiv Religionswiss., 9, p. 1-24.

Wunderlich, E. (1925) : Die Bedeutung der roten Farbe im Kultus der Griechen und Römer, Gießen.

Xanthoudidis, S. (1906) : « Ek Kritis », Arch. Ephemeris, p. 117-156.

Haut de page

Notes

1 Sur les coloris et la conception de la couleur dans l’Égée ancienne, voir en particulier Schäfer (1977), p. 15-18 ; Blakolmer (2000a), (2004) ; Peters (2008) ; Sinclair (2012), en part. p. 134-136.

2 Preziosi / Weinberg (1970), p. 11 ; Doumas (1977), p. 61, fig. 48 ; p. 95, n° 7, pl. XXXIII e ; p. 58, 106, 119, n° 50, pl. XLVI d ; p. 124, 126 ; Getz-Gentle (1996), p. 79, 177-179 ; Birtacha (2003), en part. p. 263-269 ; Hendrix (2003a), p. 437-439.

3 Preziosi / Weinberg (1970) ; Papaevthymiou-Papanthimou (1997), p. 66-75 ; Hendrix (1998), p. 6, 14 ; (2003a) ; (2003b) ; Hoffman (2002).

4 Hendrix (1998) ; (2000) ; (2003a) ; Birtacha (2003) ; Blakolmer (2004/2005) ; (2012), p. 326-330.

5 Voir, concernant les possibilités d’interprétation, Blakolmer (2004/2005) ; (2012), p. 326-330.

6 Par exemple dans un sanctuaire d’Achilleion en Thessalie (vers 6250 av. J.-C.) : Gimbutas et. al. (1989), p. 257 sq., fig. 8, 17 ; p. 272, fig. 9, 12.1-3, pl. 9.4.1 ; voir aussi une tombe de la fin du néolithique à Servia, dans le nord de la Grèce : Heurtley (1980), p. 105.

7 Soles (1979), p. 154. Voir aussi Xanthoudidis (1906), p. 123, 143, pl. 8.6 ; van Effenterre (1963), p. 95, n° 8516, pl. XI, XXXV.

8 Pour une analyse des pigments rouges dans la peinture égéenne, voir Cameron et. al. (1977), en part. p. 170 sq. ; Dandrau (1999) ; Perdikatsis et. al. (2000).

9 Evans (1935), p. 975 ; Alexiou (1967), p. 35 sq. ; Gesell (1985), p. 29 ; Peters (2008), p. 200 sq. ; Gillis (2012).

10 Stefani (1930/1931), p. 154 ; Demargne (1945), p. 31 ; Sakellarakis (1968), p. 178 ; (1969), p. 154 ; Hirsch (1977), p. 11 (C5-C6).

11 Stengel (1910), p. 135 ; Wunderlich (1925), p. 46-49 ; Kübler (1976), p. 197 ; Eitrem (1977), p. 458 sq.

12 Marinatos (1987) ; Damiani Indelicato (1988) ; Blakolmer (1993) ; Alberti (2002).

13 Schäfer (1977), p. 15-18 ; Iliakis (1978), p. 626-628 ; Blakolmer (2000a), p. 234-239 ; (2004), p. 62 sq.

14 Sur les concepts de couleur dans les textes en linéaire B, voir en particulier Gallavotti (1957) ; Petruševski (1968) ; Heubeck (1974) ; Moonwomon (1994) ; Blakolmer (2000a) ; (2004), p. 63 sq., pl. 1 ; Nosch 2004.

15 Avery (1940) ; Haupt (1941), p. 44 sq., 86-91 ; Jensen (1963), en particulier p. 113-118 ; Reinhold (1968/1969) ; Faure (1989) ; Stein-Hölkeskamp (1989), en particulier p. 104-110 ; Steigerwald (1990) ; Stulz (1990) ; Blum (1998) ; Longo (1998).

16 Cf. à ce sujet Palaima (1991), en particulier p. 291 ; (1997), en particulier p. 407, 411 ; Carlier (1996), en particulier p. 572 ; Burke (1999).

17 Gallavotti (1957), p. 7 ; Petruševski (1968), p. 680 ; Heubeck (1974) ; Aura Jorro / Adrados (1993), p. 360.

18 Gallavotti (1957), p. 7 ; Petruševski (1968), p. 680 ; Aura Jorro / Adrados (1993), p. 444. Cf. Platnauer (1921), p. 159 ; Müller-Boré (1922), p. 65 sq. ; Handschur (1970), p. 133.

19 Heubeck (1974), p. 40. Voir aussi Pokorny (1949-1959), en part. p. 64 sq. ; Reiter (1962), p. 45-52.

20 Concernant oinopós, voir Dürbeck (1977), p. 188-191. Sur la sémantique des couleurs en rapport avec l’eau et la mer, voir l’apport fondamental d’Irwin (1974), p. 196-198.

21 Gallavotti (1957), p. 6 sq. ; Landau (1958), p. 198 ; Lejeune (1963), p. 6 sq. ; Petruševski (1968), p. 680 ; Heubeck (1974), 40 ; Aura Jorro / Adrados (1985), p. 142.

22 Voir en général Platnauer 1921 ; Riemschneider-Hoerner 1941 ; Irwin 1974 ; Bremer 1976 ; Dürbeck 1977.

23 Hom., Od. 9, 426 ; Platnauer 1921, 160 ; Kober 1932, 101-103 ; Handschur 1970, 158 sq.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Idole cycladique portant des traces de peinture, dessin.
Crédits D’après Getz-Preziosi (1985), p. 55, fig. 42.
URL http://journals.openedition.org/trivium/docannexe/image/5572/img-1.png
Fichier image/png, 131k
Légende Fig. 2 : Reconstitution de marques sur le visage à l’époque proto-cycladique à partir des idoles cycladiques peintes.
Crédits D’après Blakolmer (2004/05), p. 67, fig. 14.
URL http://journals.openedition.org/trivium/docannexe/image/5572/img-2.png
Fichier image/png, 75k
Légende Fig. 3 : Peinture murale de la Maison Ouest à Akrotiri, Théra-Santorin.
Crédits D’après Doumas (1992), p. 57, fig. 25.
URL http://journals.openedition.org/trivium/docannexe/image/5572/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5M
Légende Fig. 4 : Reconstitution de la salle du trône dans le palais de Cnossos d’après E. Gilliéron.
Crédits D’après Evans (1935), p. 2, pl. XXXIII, frontispice.
URL http://journals.openedition.org/trivium/docannexe/image/5572/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende Fig. 5 : Frise murale de la Maison des fresques à Cnossos, extrait.
Crédits D’après Evans (1928), pl. X, en regard de la p. 447.
URL http://journals.openedition.org/trivium/docannexe/image/5572/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 6 : « Fresque du printemps » de la Chambre Delta 2 à Akrotiri, Théra-Santorin.
Crédits D’après Marinatos (1971), pl. couleur A.
URL http://journals.openedition.org/trivium/docannexe/image/5572/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Légende Fig. 7 : Peinture murale de la Maison Ouest à Akrotiri, Théra-Santorin.
Crédits D’après Doumas (1992), p. 97, fig. 64.
URL http://journals.openedition.org/trivium/docannexe/image/5572/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Fig. 8 : Fragments de peinture murale représentant des cerfs, provenant de Tirynthe.
Crédits D’après Rodenwaldt (1912), pl. XV.
URL http://journals.openedition.org/trivium/docannexe/image/5572/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Légende Fig. 9 : Frise miniature de la Maison Ouest à Akrotiri, Théra-Santorin, extrait.
Crédits D’après Doumas (1992), p. 82, fig. 42.
URL http://journals.openedition.org/trivium/docannexe/image/5572/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Die Farbe Rot in Symbolik, Bildkunst und Sprache der bronzezeitlichen Ägäis », in : Meller, H. / Wunderlich, C.-H. / Knoll, F. (éd.) : Rot – Die Archäologie bekennt Farbe, 5. Mitteldeutscher Archäologentag vom 4. bis 6. Oktober 2012 in Halle (Saale), Tagungen des Landesmuseums für Vorgeschichte, Halle, 2013, p. 275-286.

Référence électronique

Fritz Blakolmer, « La couleur rouge dans la symbolique, l’art et le langage du monde égéen de l’âge du Bronze  », Trivium [En ligne], 27 | 2017, mis en ligne le 19 décembre 2017, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/trivium/5572

Haut de page

Auteur

Fritz Blakolmer

Fritz Blakolmer est professeur associé à l’Institut d’archéologie classique à l’Université de Vienne. Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des la revue Trivium sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
  • Logo DVA-Stiftung
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Agence universitaire de la Francophonie (AUF)
  • OpenEdition Journals