Navigation – Plan du site
Traductions vers le français

Quand l’histoire passe par le corps. Sens, signification et sensorialité au service d’une anthropologie historique

Jan-Friedrich Missfelder
Traduction de Anne-Laure Vignaux
Édition originale :
« Ganzkörpergeschichte. Sinne, Sinn und Sinnlichkeit für eine Historische Anthropologie », Internationales Archiv für Sozialgeschichte der deutschen Literatur, 39 (2), 2014, p. 457-475.

Note de la rédaction

Nous remercions M. Jan-Friedrich Missfelder ainsi que la maison d’édition de Gruyter de nous avoir accordé l’autorisation de traduire ce texte pour le présent numéro.

Wir danken Herrn Jan-Friedrich Missfelder sowie dem Verlag de Gruyter für die freundliche Genehmigung, diesen Artikel in französischer Übersetzung zu publizieren.

Texte intégral

L’histoire est une résurrection de la vie intégrale non pas dans ses surfaces, mais dans ses organismes intérieurs et profonds.
Jules Michelet

Hey you! With your ear against the wall, waiting for someone to call out, would you touch me?
Pink Floyd

1. Expériences sensorielles

1C’est le rêve que les historiens ne cessent jamais complètement de faire, en dépit de toute critique des sources, de notre conscience de la dimension constructive du savoir historique ou du scepticisme poststructuraliste qui touche le domaine de la connaissance. Il s’agit du rêve non seulement de savoir, mais d’éprouver, de percevoir, de ressentir la façon dont les choses se sont réellement passées. Le rêve d’une science synesthétique, d’une historiographie qui ne se contente pas d’analyser le passé, mais qui l’évoque. C’est le rêve de trouver la bonne madeleine méthodique et de concevoir les sources comme une tasse d’infusion de tilleul, puis de laisser la totalité du passé s’en dégager. Le rêve d’une historiographie comme nécromancie – comme résurrection contrôlée des morts dans le présent du texte.

2On peut domestiquer ce rêve de plusieurs façons, le tourner en dérision au titre d’illusion romantique, l’écarter sous le prétexte qu’il est académiquement inopportun et généralement nuisible à une carrière, ou encore le tolérer dans certaines limites en tant que préalable heuristique nécessaire sur la voie d’une fusion d’horizons herméneutiques. On peut aussi développer des stratégies narratives capables de produire un écho du rêve dans le cadre des écrits académiques. Cela peut alors résonner comme suit :

  • 1 Huizinga (1961), p. 10 et 11.

« Il était un son qui dominait tous les bruits de la vie active et enveloppait toute chose d’ordre et de sérénité : le son des cloches. Celles-ci étaient les bons esprits qui, de leurs voix connues, annonçaient la joie, le deuil, le calme ou le danger. […] Qu’on se représente l’espèce de griserie causée par les cloches de toutes les églises et de tous les couvents de Paris, lorsqu’elles tintaient du matin au soir, et même toute la nuit, pour annoncer qu’un pape était élu qui mettrait fin au schisme, ou qu’une paix était conclue entre Bourguignons et Armagnacs1. »

  • 2 Huizinga (1961), p. 33.

Dans cette évocation impressionniste du paysage sonore de la ville médiévale par l’historien néerlandais Johan Huizinga se cache un désir jamais totalement éteint de l’historiographie : le souhait de parler avec les morts (pour emprunter les mots de Stephen Greenblatt) ou, comme dans le présent article, la tentative d’entendre leurs voix et de faire revivre au moyen de l’écriture la ville qui s’est progressivement tue. Le ton est mélancolique et résigné : « Qu’on se représente l’espèce de griserie … ». Par le son du XVe siècle flamand s’exprime « l’âpre saveur de la vie » (selon le titre du premier chapitre de l’ouvrage, dont est issue la citation faite plus haut), face à laquelle notre présent diffus sonne creux. Chez Huizinga, ce diagnostic du temps va au-delà de la pure acoustique et est précisé de manière synesthétique : « La vie était si violente et si contrastée qu’elle répandait en un même souffle l’odeur du sang et des roses2. »

  • 3 Voir au sujet d’Huizinga Strupp (2000).
  • 4 Voir concernant le programme de toutes ces directions de recherche van Dülmen (2001) ; Tanner (2005 (...)
  • 5 Weber (1988), p. 171.
  • 6 Phillips (2008), p. 54.
  • 7 Voir par exemple la description des artisans pré-industriels par E. P. Thompson : « Their crafts an (...)

3Rien n’est plus facile que de critiquer et de déconstruire de fond en comble ce fantasme, en le faisant apparaître comme le raisonnement fondamentalement conservateur, préthéorique de ce romantique, réticent à la modernité, qu’était Johan Huizinga3. On trouve pourtant chez lui l’expression d’un dilemme spécifique à une forme particulière d’historiographie, vouée à l’historicisation des expériences humaines, et non pas seulement à leurs restes matériels ou symboliques – un élément essentiel de toute forme d’anthropologie historique. Cette prétention de ne pas analyser uniquement les conjonctures économiques, les rapports de pouvoir politiques et les structures sociales d’une époque passée, mais d’explorer la multiplicité des expériences des acteurs historiques dans toute leur étrangeté, Huizinga la partage avec les nombreuses variantes de l’anthropologie historique, de la social and cultural history, de la microstoria ou de l’histoire des mentalités depuis les années 19604. Et, dans cette perspective, on s’étonne déjà moins de trouver certains liens épistémologiques entre le défenseur néerlandais d’une histoire culturelle « traditionnelle » et l’internationale de la « nouvelle » histoire de la culture et de la vie quotidienne – qui a elle-même vieilli entre-temps. Tous deux ont tendance à préférer la narration à l’analyse de structures, l’exploration statique en profondeur à l’histoire dynamique d’évolutions, et la question du ressenti lors de tel ou tel événement au « So-und-nicht-anders-geworden-sein5 » de Max Weber. Finalement, le regard nostalgique d’Huizinga sur une époque figée dans le passé (diamétralement opposé, par exemple, au regard modernisant de Burckhardt sur la même époque) offre des parallèles avec une « redemptive history6 » du quotidien, une micro-histoire, voire une histoire globale des subalternes. Dans les deux cas, il s’agit du sauvetage historiographique des voix de ces acteurs qui n’ont pas été entendus dans une histoire des vainqueurs, portée par une théorie de la modernisation à sens unique7. Le rêve de parler avec les morts se heurte donc, avec la demande également politique d’un empowerment rétrospectif des vaincus, des sans droits et des rebelles, à un paradoxe : celui de la création narrative d’une proximité à travers la reconnaissance simultanée d’une altérité maximale.

4Le passage cité du Déclin du Moyen-Âge l’illustre particulièrement bien. L’objet réel de l’évocation appartient à la perception sensorielle, en l’occurrence acoustique : le son des cloches. Parallèlement, Huizinga montre sans équivoque que la sonorité elle-même est, dans le spectre de significations qu’elle pouvait revêtir pour ses contemporains, irrémédiablement perdue. L’altérité du XVe siècle flamand devenant reconnaissable dans sa structure sensorielle spécifique, l’expérience historique se laisse appréhender ici comme une expérience sensorielle différente. L’expérience, peut-on affirmer de manière plus générale, est toujours avant tout sensorielle et transmise par le corps et ses organes sensoriels : l’œil, l’oreille, le nez, la bouche et la main. Qui s’intéresse, comme en anthropologie historique, à l’historicisation de l’expérience, ne peut éviter le concept consistant d’ « histoire des sens ». Dans la suite de mon propos, il s’agira d’esquisser un tel concept en vue d’une anthropologie historique renouvelée, en m’appuyant notamment sur les discussions francophones et anglophones. Ce projet, dans le même temps – comme le montre également la nostalgie des cloches de Huizinga –, est toujours lié à un problème fondamental de représentation. Comment l’historicité des perceptions sensorielles, doit-on en effet se demander, peut-elle être transformée en expérience historiographique ? 

J’ai rendez-vous avec Andres devant le « Tor zur Hölle ». Devant le Musée des Beaux-Arts de Zurich, on trouve un relief monumental de Rodin appelé la « Porte de l’enfer », cerné par quatre lignes de tram, trois rues, deux lignes de bus – et les émissions sonores correspondantes. Un bon point de départ pour un voyage acoustique dans le temps. Andres, Andres Bosshard, est artiste du son et consultant spécialisé dans le domaine de la protection contre le bruit et de l’aménagement acoustique. Depuis la « Porte de l’enfer », il m’emmène par la Kirchgasse vers la vieille ville, en direction de la cathédrale et des rives de la Limmat. Là, à mi-hauteur, il me dit : « Tu as remarqué ? Il a fallu venir jusqu’ici pour que tu puisses entendre pour la première fois le bruit de tes propres pas. »

2. Sens et signification

  • 8 Marx (1969), p. 94.
  • 9 Martin (2006).
  • 10 Voir à ce sujet Jütte (2000) ; Naumann-Beyer (2003) ; Macpherson (2011) ; ainsi que pour la période (...)
  • 11 Febvre (1992 [1938]), (1992 [1941]).
  • 12 Voir Febvre (1968), p. 393-403.
  • 13 Febvre (1992 [1941]), p. 229.
  • 14 Mandrou (1998), p. 76.

5« La formation des cinq sens est le travail de toute l’histoire passée », a écrit Karl Marx8. Mais comment se déroule exactement cette construction historique du sens (de la signification) ? Qu’y a-t-il de proprement historique à la perception humaine ? De ce côté-ci de la grande histoire de l’évolution, on peut se mettre d’accord assez rapidement sur le fait que la possession biologique d’organes sensoriels peut difficilement faire l’objet d’une évolution historique digne de description. L’histoire des sens peut donc sous un certain angle être comprise comme l’analyse de l’« évolution du permanent9 ». Cependant, s’il existe un « substrat biologique » de la perception humaine, il ne peut guère être l’objet de l’histoire des sens, mais tout au plus reconnu comme une sorte de régulateur de contexte. En même temps, l’appareil sensoriel n’est pas exclusivement réalité physiologique, mais, d’office, également objet historique. Car ce qui peut être considéré comme sens est lui aussi soumis à une évolution historique, de même que les rapports qu’entretiennent les sens, leurs hiérarchies, leurs relations et leurs superpositions. Ce constat concerne par exemple la hiérarchie aristotélicienne traditionnelle qui va, en descendant, de la vue au toucher en passant par l’audition, ou encore le fait que les sens soient au nombre de cinq : ces deux questions font elles-mêmes déjà l’objet de débats et révisions historiques10. Sur le plan historiographique, cette perspective sur les sens se retrouve dans ces mêmes approches qu’une anthropologie historique classique peut également revendiquer à titre d’ancêtre. L’école des Annales a joué un rôle décisif dans ce domaine, en particulier Lucien Febvre, dans sa tentative hésitante de franchir la frontière avec la psychologie et l’analyse littéraire11. Febvre n’a adopté systématiquement une perspective d’histoire des sens qu’à partir du dernier chapitre de son Problème de l’incroyance, dans lequel il esquisse une économie des sens complète du XVIe siècle, étayée par des sources très fluctuantes, constate l’importance accrue de l’audition pour la perception du monde au début de la période moderne et attribue à ses principaux témoins, Ronsard et Rabelais, une éducation des sens de proximité – odorat, goût et toucher – manifestement supérieure à celle de l’homme visuellement aliéné de l’époque moderne12. Que Febvre livre justement son panorama d’histoire des sens dans le chapitre consacré à l’occultisme, à la superstition et à la magie naturelle est révélateur. D’un point de vue épistémologique, ce paradigme de l’altérité qui caractérise dès ses débuts la perspective de l’anthropologie historique est fondamental. Febvre souligne non seulement l’étrangeté du monde de la croyance propre au XVIe siècle français, mais il y associe de manière directe le monde sensoriel de cette époque et du même coup, l’ « altérise ». Son idée maîtresse est qu’au début de l’époque moderne, l’homme non seulement croit autrement, mais voit, entend, sent, hume et goûte aussi tout autrement que notre contemporain du XXe siècle, équipé de lunettes, acoustiquement abruti, distancié, désodorisé et gustativement distingué. Plus encore : cette époque pré-moderne représente pour Febvre un monde sensoriel aujourd’hui perdu, caractérisé par un vécu plus intense. Comme en écho à l’âpre saveur de la vie d’Huizinga, il atteste ici d’une « vie affective particulièrement développée13 ». Febvre conçoit méthodiquement son modèle différencié d’histoire des sens comme un système hiérarchique articulé en cinq parties, dans lequel certains dominent tandis que d’autres sont quelque peu marginalisés. Cette logique mercantile, en vertu de laquelle le sens qui domine une époque ne peut conquérir sa position dominante qu’aux dépens des autres, a fait école parmi les historiens. On trouve par exemple chez Robert Mandrou, une génération plus tard dans les Annales, des descriptions à la fois accrocheuses et risquées des débuts de la période moderne, présentés comme un « siècle qui préfère écouter14 ». Par contre, l’époque moderne se présente comme un âge purement visuel, dont la façon de regarder reflète parfaitement les structures fondamentales axées sur la rationalisation, la distanciation et la réification. Cette histoire des sens traditionnelle se fonde sur une certaine présomption méthodique. On y cherche des modèles de classification discursifs et des hiérarchies des sens implicites ou explicites, que l’on trouve, comme le montre l’Histoire des sens, aussi érudite qu’irréfutable, publiée en 2000 par Robert Jütte, dans l’histoire des idées, de la science et de la médecine. Les pratiques et médias sensoriels avec lesquels les hommes du début des temps modernes (notamment) s’appropriaient leur monde demeurent systématiquement des sujets sous-éclairés.

  • 15 Cf. Corbin (1978), (1994).
  • 16 Corbin (1991), p. 233. Voir aussi, concernant la méthode de Corbin, Godfrey (2002), ainsi que le vo (...)

6Il est donc assez logique, d’une certaine manière, que la génération suivante des Annales ait déplacé son attention de la classification symbolique (et de ce fait souvent hiérarchique d’un point de vue historique) des sens vers des pratiques sensorielles concrètes. Les recherches, longtemps isolées, d’Alain Corbin, sur l’histoire de l’odorat ou la sémantique acoustique du son des cloches15 – ici non plus, la dimension sémantique n’est pas délaissée – combinent des analyses du cadre de référence culturel et de l’organisation fonctionnelle des systèmes affectifs avec celles des « modalités d’apprentissage et d’usage des sens16 ».

  • 17 Comme introduction à cette histoire des sens récente, post-Corbin, voir avant tout Smith (2007b), ( (...)
  • 18 Outre les travaux d’Alain Corbin, voir, en tant qu’exemple instructif, Cockayne (2007).
  • 19 Cf. Smith (2001), (2012).
  • 20 Voir par ex. Missfelder (2012a). 
  • 21 Voir par ex. Crary (2016 [1994]) ; Vogl (2001) ; Hansen (2005) ; ainsi que les articles dans Jones (...)
  • 22 Bijsterveld (2008), p. 30.
  • 23 Voir aussi, dans la même direction mais avec des accents théoriques différents : Chau (2008).
  • 24 Cf. Bijsterveld (2013).

7Depuis lors, la signification des sens ne se trouve plus, au niveau de leur étude historique, dans leurs taxonomies implicites ou explicites, mais dans leur usage social : doing things with eyes, ears, noses, tongues and skin, etc.17. À partir de ce glissement, de nouvelles questions se posent : comment les seuils de sensibilité sensorielle peuvent-ils être historicisés18 ? Comment les frontières politiques et sociales sont-elles fixées par des marquages sensoriels19 ? Comment les tournants sociaux, politiques, culturels ou religieux de l’histoire peuvent-ils être perçus du point de vue sensible20 ? Quel est le rôle des innovations dans le domaine des moyens de communication et des mutations intervenues dans l’ajustement et l’amélioration de la perception humaine21 ? Autant de questions, qui ne peuvent plus seulement être examinées à travers une compréhension des hiérarchies sensorielles issue de l’histoire des idées, mais qui utilisent celle-ci pour traiter de véritables problèmes d’anthropologie historique. Le phénomène est centré sur l’expérience sensorielle passée comme processus de création sémantique, de production de sens social à travers la communication intersubjective de mises en scènes d’expériences sensibles, autrement dit à travers ce que l’historienne du son et de la technique néerlandaise Karin Bijsterveld nomme « conventions of persuasive speaking about sound22 », mais qui peut être transposé à toutes les impressions visuelles, tactiles ou olfactives23. La conventionnalisation discursive des expériences sensorielles représente la communication sociale interpersonnelle dans un domaine où la réussite de la communication est plus improbable que dans tout autre (ou presque). Elle permet en même temps l’exécution de pratiques et de routines chargées de sens. Loin de se confondre entièrement avec leur médiatisation (par exemple dans le langage), les expériences sensorielles ne deviennent des faits sociaux qu’à travers leur « mise en scène24 ».

  • 25 Voir aussi Roodenburg (2012) ; voir pour un exposé instructif, récemment, Reckwitz (2015) ; au suje (...)
  • 26 Voir Classen (1993) ; (1997) ; Howes (2003), (2005), (2006), (2008), (2009), (2013) ; Taussig (1993 (...)
  • 27 Voir Feld (2012) ; concernant sa méthode, voir aussi l’entretien instructif de l’auteur dans Feld / (...)
  • 28 Feld (1996), p. 97 ; voir aussi Feld (2003).
  • 29 De façon analogue, l’historien du son Richard Cullen Rath a travaillé avec le concept des « soundwa (...)

8La mise en avant de la transposition d’expériences sensorielles non seulement dans le domaine verbal, mais aussi dans des pratiques et des performances sociales, fait de l’anthropologie historique des sens une praxéologie des sens25. Celle-ci est orientée sur le plan méthodologique par une anthropologie et une ethnologie des sens générales, non (obligatoirement) historiques, qui testent depuis bien longtemps déjà les possibilités et les frontières d’une représentation ethnographique ou historiographique des pratiques sensorielles26. Les concepts anthropologiques intègrent la dimension discursive et praxéologique dans un modèle complexe de l’expérience sensorielle. Expliquons-le à partir du sens de l’ouïe. L’ethnologue américain Steven Feld a créé à partir du cas des Kaluli de Papouasie Nouvelle-Guinée le concept d’« acoustémologie » pour décrire l’ensemble du rapport acoustique au monde de cette peuplade27. Le terme, composé à partir des mots acoustique et épistémologie, renvoie au champ du « potential of acoustic knowing, of sonic presence and awareness of sounding as potent shaping forces in how people make sense of experiences28 ». Savoir, présence et pouvoir d’action : ces catégories peuvent structurer une anthropologie historique des expériences sensorielles susceptible de démontrer la signification sociale des pratiques sensorielles à travers la relation avec les mises en discours des sens, historiquement variables29.

  • 30 Ce problème se pose également de manière aigüe dans un débat plus récent de l’anthropologie des sen (...)
  • 31 Cf. Milner (2011) ; Karant-Nunn (2010) ; Kaufmann (2012) ; Baum (2013).
  • 32 Cf. déjà dans ce sens, Corbin (1991), p. 234.

9Les rapports exacts existant entre la connaissance des sens et la façon d’agir avec les organes sensoriels ne doivent pas être déterminés à l’avance. S’agit-il ici de l’action sensorielle de classifications de sens culturelles, ou de la mise en place de telles structures par le biais des perceptions du monde et des pratiques sensorielles ? Ou des deux, étroitement imbriquées30 ? Il est clair que l’on ne peut ni favoriser un absolutisme culturel post-geertzien, ni considérer que les pratiques concrètes et les performances toujours reconfigurées déterminent à elles seules la culture sensorielle d’une situation historique. Celle-ci se révèle bien davantage dans la spécificité de chaque situation. Même la reconstitution la plus fine des systèmes sensoriels philosophiques, médicaux et théologiques ne suffit pas à offrir une image satisfaisante des « shaping forces » (Steven Feld) des différents sens dans le cadre d’un faisceau d’événements comme, par exemple, la Réforme en Europe31. L’attention accordée aux pratiques sensorielles ne doit ainsi nullement ignorer les formations discursives relatives aux sens propres à une époque, mais montrer de surcroît comment les structures et les processus politiques, sociaux et culturels se condensent d’abord en des expériences perceptibles par les sens32.

  • 33 Sterne (2003) ; voir aussi Sterne (2011).

10Une telle perspective aurait pour avantage supplémentaire de mettre fin aux discussions stériles à la Febvre et à la Mandrou sur le « sens dominant » à travers l’histoire, qui distinguent trop grossièrement modernité visuelle et prémodernité auditive / tactile / olfactive. Il conviendrait de renoncer à cette « litanie audiovisuelle33 », au profit d’une histoire complexe des relations entre les sens et de leurs entrelacements, qui redéfinissent, dans chaque situation historique, les rapports entre des pratiques sensorielles particulières.

  • 34 Cf. déjà Smith (2007b), p. 125-128 ainsi que Smith (2012) ; voir aussi Le Breton (2006a).
  • 35 Voir les synthèses de recherche de Daniel Morat (2010b), (2011), (2013) ; Müller (2011) ;critique e (...)
  • 36 Voir cependant Classen (2012), (2005) ; Harvey (2011), (2003) ; Assaf (2005) ; Cahill (2012) ; K. S (...)
  • 37 Voir cependant Dugan (2011) ; S. A. Harvey (2006) ; Classen et al. (1994) ; Drobnick (2006) ; Jenne (...)
  • 38 Voir à ce sujet, en général, Dugan / Farina (2012).
  • 39 Voir par ex. Jenner (2010) ; Grosvenor (2012) ; Boutin (2012) ; Wrigley (2012) ; Reinarz (2012) ; R (...)
  • 40 Ingold (2011b), p. 325.

11Cela s’accompagne de l’exigence, apparue récemment, d’un dépassement des frontières entre les sens, y compris sur le plan historique, au profit d’une étude renforcée de l’« intersensorialité34 ». Mais autant celle-ci est plausible comme idée directrice de recherche, autant les conditions préalables d’une anthropologie historique intersensorielle à part entière sont réparties de manière inégale. Après des décennies d’hégémonie du iconic / pictorial / visual turn, nous disposons désormais pour l’histoire du son et de l’audition de quelques recherches substantielles qui atteignent une certaine masse critique et proposent une réflexion méthodique convenable35. Quant à la recherche historique sur les sens dits « de proximité » du toucher36 et de l’odorat37, elle apparaît encore largement comme un tâtonnement prudent dans l’obscurité du matériel historique38. L’histoire des sens se trouve ici confrontée à un certain dilemme. D’une part, la nécessité d’une recherche sur ces sens autrefois « mineurs » est difficilement contestable ; d’autre part, on risque, en se focalisant trop fortement sur un sens spécifique, de retomber ex negativo dans la litanie audiovisuelle, en présentant unilatéralement des cultures auditives ou tactiles plutôt que visuelles. Nous sommes donc obligés d’accepter, comme fil conducteur heuristique, d’aborder séparément chaque sens, de manière contrôlée, sans pour autant perdre de vue, dans chaque cas, les connexions et les relations spécifiques qu’entretiennent tous les sens impliqués. Dans cette démarche, toutefois, ce ne sont pas tant les vues d’ensemble de la culture sensorielle d’une époque déterminée (comme le « déclin du Moyen Âge » chez Huizinga) qui semblent prometteuses, que des recherches intersensorielles approfondies, portant sur des objets particuliers clairement délimités39. De telles analyses seraient à même de répondre de façon méthodique et réfléchie à la complexité sensorielle en tant que fondement de l’existence humaine dans des situations historiques à chaque fois spécifiques. En même temps, les tenants de l’histoire historique se voient offrir l’opportunité d’un tournant réflexif. « I am, at once, my tasting, my listening, and the rest40 » – cela vaut tant pour les acteurs de l’histoire que pour les historiens. Comment exploiter au mieux ce double ancrage sensoriel ?

Andres et moi montons vers la vieille ville. En chemin, nous passons devant une fontaine monumentale dont le bruissement couvre le bruit de la rue. Selon Andres, les fontaines sont la basse continue secrète de Zürich. On pourrait se promener dans la ville en allant de l’une à l’autre, sans jamais devoir se passer du bruit de l’eau. À peine le son de la première se serait-il estompé que l’on commencerait déjà à entendre la suivante. Entre-temps, nous sommes arrivés à une petite place, proche de la cathédrale. Ici aussi une fontaine jaillit au centre de l’espace et l’eau clapote et murmure inlassablement. « C’est l’un de mes endroits préférés », dit Andres. « Dans le silence, on n’entend que la fontaine et les milliers d’échos que lui renvoient les maisons entourant la place. » Il s’agenouille, colle son oreille à la pierre froide et sourit.

3. Signification et sensorialité

  • 41 Voir, comme essais très divers avec une direction commune : Jones (2000) ; Phillips (2004) ; Fitzpa (...)
  • 42 Jones (2008), p. 54 avec référence à Corbin (1978). Le programme de Jones pour une « histoire vive  (...)
  • 43 Cf. pour une théorie historique spécifique de la présence Runia (2006) ; voir aussi la critique à c (...)
  • 44 Cité d’après Schlieben / Schneider / Schulmeyer (2004), p. 9.

12Une anthropologie historique réclame-t-elle une autre forme de pratique de recherche et d’historiographie ? La question nous ramène au rêve, évoqué au début de cet article, d’une science historique évocatrice : le fait qu’il existe aussi au-delà de textes d’évocation nostalgique comme le Déclin du Moyen-Âge et qu’il s’exprime principalement dans l’histoire des sens incite à une réflexion sur le rôle et la position épistémologique des sens comme outils de l’historien. Dans les débats récents sur la théorie de l’histoire et la culture historique académique au sens plus large, les procédés visant à rendre présent et à surmonter complètement la distance entre le passé et le présent semblent avoir le vent en poupe. Dans ce processus qui rappelle les fantasmes de Huizinga, les expériences sensorielles et les affects sont au centre de la réflexion, tant du côté des acteurs historiques que – et ceci est un point décisif – de celui des historiens41. Quelques brefs exemples pour illustrer mon propos : dans son plaidoyer en faveur d’une « histoire vive » « de ce côté-ci de l’herméneutique » (Hans Ulrich Gumbrecht), le théoricien de l’histoire australien Adrian Jones décrie à la fois la tradition d’une science de l’histoire analytique et celle du linguistic turn dans les sciences de la culture. Nourri de la phénoménologie de Husserl et de la philosophie de l’existence de Heidegger, il identifie des bases d’une telle présentification de l’histoire non seulement chez Tacite, Goethe et E. P. Thompson, mais aussi et selon lui de la façon la plus frappante, dans la « phénoménale recherche phénoménologique42 » de l’historien des sens Alain Corbin. L’historicisation des expériences sensorielles, semble-t-il, se prête particulièrement bien à la production de présence historique43. La proposition de Jones permet toutefois de constater que l’idée de présentification comme accomplissement de l’historiographie n’a rien de très neuf en soi et n’est pas non plus limitée à l’histoire des sens. Outre les références à Husserl et à Heidegger faites par l’auteur, on peut aussi mentionner ici Ernst Kantorowicz, dont l’image du Moyen-Âge, créée dans l’esprit du cercle réuni autour du poète Stefan Georges, visait à « rendre présent l’ensemble du passé44 ».

  • 45 Cf. Hoffer (2003), p. 13.
  • 46 Voir, pour les critiques adressées à Hoffer, Smith (2007a), p. 844-847.
  • 47 Au sujet de la théorie du Re-Enactment, voir surtout les articles publiés dans McCalman / Pickering (...)
  • 48 Cf. Agnew (2007), (2010) ; au sujet des fondements théoriques, voir Hemmings (2005) ainsi que les a (...)
  • 49 Phillips (2008), p. 56. De nombreux théoriciens du Re-Enactment et du « tournant affectif » font de (...)

13Mais comment peut-on concevoir une pratique de la recherche qui implique la génération d’un effet de présence, et ce, dans une même mesure chez les producteurs et chez les récipiendaires de la recherche en anthropologie historique ? L’historien américain Peter Charles Hoffer se transporte à l’entrée de son livre sur l’histoire des sens en Amérique du Nord au début des temps modernes, dans la situation sensorielle d’une personne croyant aux sorcières dans la Nouvelle Angleterre de la fin du XVIIe siècle. À travers un tel « exercice mental45 », le fossé qui nous sépare du monde sensoriel des protagonistes du passé deviendrait à la fois perceptible et partiellement franchissable46. Hoffer associe sa conversion ponctuelle et contrôlée à la croyance en la sorcellerie à la tendance du Re-Enactment propre à la culture historique contemporaine. Ici aussi, il s’agit de rendre la totalité de l’histoire perceptible dans le médium corporel des historiens – y compris avec et à travers leurs sens47. Le « tournant affectif » réalisé dans le Re-Enactment théorise justement le rêve, cultivé par Huizinga, d’une absence de distance dans le cas d’une altérité la plus grande possible48. Ici, il ne s’agit pas seulement d’une analyse structurelle de processus historiques, mais de la création par la narration d’un lien affectif de l’historien et de son public avec les acteurs historiques : la question n’est pas tant « Que s’est-il passé ? » que « Quel effet cela faisait-il d’être là ? »49.

14D’une part, pareille production d’évidence a tendance à réduire l’avantage de l’historien sur ses lecteurs en matière d’expertise, mais celui-ci se déplace sur le terrain des compétences narratives et se renforce au passage. S’agissant des sens comme objet d’historiographie, l’« affective history » présuppose, du côté de l’historien, une sensibilité formée de manière particulière, qui lui permet de générer un effet de présence particulièrement efficace et le place ainsi à nouveau dans une position épistémologique privilégiée.

  • 50 Cf. Vannini / Waskul / Gottschalk (2012). Leur définition de « somatic work » suit, du moins stylis (...)
  • 51 Voir Vannini / Waskul / Gottschalk (2012), p. 103-125. La méthode montre une certaine proximité ave (...)

15Un dernier exemple : dans leur sociologie des sens, Philip Vannini, Dennis Waskul et Simon Gottschalk introduisent le concept de « somatic work » pour faire intervenir, à la lumière de la phénoménologie de Maurice Merleau-Ponty et de la philosophie de la culture de John Dewey, le corps du ou de la sociologue en tant que moyen sensoriel d’analyse50. Quant à la façon d’accomplir sur le plan de la narration, nous trouvons un éclaircissement dans un chapitre de l’ouvrage sur l’appropriation sensorielle de l’espace urbain consacré à l’exemple d’Haïfa, qui mêle constamment les traductions discursives de leurs propres expériences sensorielles aux réflexions théoriques sur le contexte culturel et social de ces dernières51. Le problème crucial de la validation intersubjective d’expériences sensorielles individuelles dans la narration historique est ainsi formulé. Cette expérience du « somatic work », qui se nourrit largement de la simultanéité de l’objet et de l’analyse, est-elle transposable à l’historiographie ?

  • 52 Ankersmit (2005), p. 129.
  • 53 Ankersmit (2005), p. 129.
  • 54 Huizinga (1930), p. 50 sq. Concernant la notion de sensation historique, voir aussi Strupp (2000), (...)

16Il est utile, dans ce contexte, de revenir une fois encore au passage d’Huizinga cité au début de l’article. La tentative d’évoquer le Bas Moyen-Âge bourguignon dans sa forme synesthétique connaît ici aussi un étayage théorique, même si il est plutôt implicite. Il ne s’agit pas tant de la description de ce qu’il y avait à voir, à entendre ou à sentir, mais de l’ambition d’une transmission directe des qualités sensorielles du passé au langage. Cette « tension de la vie » que la conjonction de sang, de roses et de cloches permet de conceptualiser, est appelée en néerlandais « felheit », ou âpreté, mordant de la vie. Le théoricien de l’histoire néerlandais Frank Ankersmit a fait remarquer qu’en tant qu’indo-germaniste de formation, Huizinga associait au mot « fel » une éminente force synesthétique. Pour lui, « fel » était lié au son rouge d’une trompette52. Une telle expérience historique fondée sur la synesthésie exerce en elle-même une énorme influence sur le statut du langage historiographique : « Hence the word fiercefel, J.-F.M. has a more direct relationship with sensory experience than words giving us literal descriptions of what we either see or hear53. » Pareille évocation du passé ne passant pas par les structures sémantiques mais par des associations sonores, dans le langage de l’historien Huizinga lui-même, est fondée sur sa conception de l’expérience historique comme expérience du fait historique transmise par les sens. L’expérience historique (« sensation » historique) permettrait un « contact historique », une « soudaine confrontation de l’esprit » avec le passé lui-même54. Prises dans ce sens emphatique, les expériences historiques ne sont pas programmables, mais elles émergent :

  • 55 Huizinga (1930), p. 50.

« Ce contact avec le passé, qu’accompagne une conviction inconditionnelle de l’authenticité, de la vérité, peut être déclenché par une ligne lue dans un document ou une chronique, une gravure, quelques sons ou une vieille chanson. Ce n’est pas un élément que l’auteur introduit dans son ouvrage au moyen de mots précis. Il se trouve non pas dans le livre d’histoire, mais derrière55. »

Par les mots « ouvrage et « livre d’histoire », l’auteur évoque selon moi la source qui sert de support à un récit historique. Frank Ankersmit en tire des conséquences pour la médiatisation de la présentification historique, notamment pour le statut de l’écrit en tant que médium privilégié de l’historiographie. Il conteste l’hypothèse selon laquelle l’émergence des expériences historiques serait irrationnelle et mystique. Car ici aussi, le sens comme objet du récit et le sens comme médium de l’expérience historique sont indissociablement liés :

  • 56 Ankersmit (2005), p. 123.

« Intuitions like these originate from our unreflected conviction that the past is there for us only to be “seen” and that it is not something that can be “heard” or “smelled” […] And since it is believed that this is all there is to historical writing, both our hearing or smelling of the past is automatically excluded with the past objects that we hear or smell56. »

En opposant ainsi l’accès visuel, c’est-à-dire lié à l’écrit et distanciateur, à l’histoire, à un accès auditif et tactile, Ankersmit risque très certainement de tomber à nouveau dans cette « litanie audiovisuelle » qui assigne à la vue un rapport aliénant au monde, tandis que l’ouïe et le toucher permettraient en revanche un rapport direct, immédiat :

  • 57 Ankersmit (2005), p. 124.

« [S]eeing always places us at a distance from the object we see, whereas in the case of hearing and smelling we have a direct contact with the object of experience. There is no clear separation here between subject and object of experience. [] The sound we hear is in our ears. And much the same is true of the sense if smell and of the sense of touch.57 »

  • 58 Voir, concernant la critique adressée à Ankersmit, dans une perspective différente, plutôt poststru (...)
  • 59 Voir à ce sujet les écrits instructifs de Robinson (2010) ; Farge (1989) ; voir à ce propos Wimmer (...)

Cela revient à retomber dans les clichés de la « great divide theory », un pas qu’au vu de sa sympathie manifeste pour la célébration nostalgique d’une pré-modernité perdue par Huizinga, Ankersmit franchit en toute connaissance de cause. Cependant, sa tentative de concevoir, à l’instar de Johan Huizinga, au moins la possibilité d’une sensuous historiography mérite que l’on si attache de plus près58. Car il invite non seulement à faire des sens l’objet d’une anthropologie historique, mais aussi à y relier les conditions sensorielles du travail historique. Cette célébration du « goût de l’archive » (Arlette Farge) comme preuve d’un lien affectif à l’histoire et aux acteurs historiques – un thème de plus en plus actuel en réaction à la numérisation forcenée des matières premières historiques – n’est qu’un signe parmi bien d’autres de la nécessité d’une sensibilisation et d’une sensualisation de la pratique historique59. Une telle démarche, en abordant justement les sens comme objets historiques, rend surtout possible un tournant réflexif au sein de l’anthropologie historique, mais également au-delà. En ne minimisant pas, de manière rhétorique, l’attachement sensoriel du sujet chercheur à un lieu donné, mais en le reconnaissant comme une condition de possibilité de la recherche, le paradoxe, propre à Huizinga, de la plus grande proximité possible face à un degré maximal d’altérité apparaît comme le paradigme de la formation du savoir anthropologique et historique. La pratique historiographique aurait ainsi pour tâche, non de célébrer ce paradoxe, mais – en suivant Huizinga et Ankersmit – de le maintenir toujours transparent et réversible. La connaissance, quant à elle, se présenterait non pas comme l’établissement d’un fait historique, mais comme la tentative de vivre des expériences historiques comme des expériences présentes, sans pour autant retomber dans les phantasmes naïfs de l’évocation. Ce rêve ne s’est pas encore dissipé.

À présent, je suis avec Andres sous la Seebrücke de Zurich. Au-dessus de nous, le grondement des voitures et des trams, plus près de nous, le clapotis de l’eau de la Limmat contre le chemin longeant la rive. L’étroit chemin piétonnier qui passe sous le pont fait office de chambre d’écho, renforçant et diffusant tous les sons. Le bruit du trafic, le clapotement de l’eau et nos voix se fondent en une sonorité impressionnante qui nous entoure et nous pénètre. Andres me parle d’un projet artistique qu’il vient d’entreprendre avec l’artiste du son Matthias Moos à la Bucheggplatz de Zurich. À ce carrefour particulièrement bruyant (deux voies à quatre bandes, quatre à deux bandes, quatre lignes de bus, trois lignes de tram), ils ont enregistré tous les sons produits pendant un certain temps donné et les ont soumis au programme de reconnaissance vocale Dragon Dictate. À partir des bruits de la rue, celui-ci a filtré et refiltré des structures sémantiques, jusqu’à ce que l’on entende la Bucheggplatz dire distinctement : « Faster and he is. » Selon Andres, ce n’est déjà pas mal, mais on pourrait certainement être encore plus précis.

Haut de page

Bibliographie

Agnew, V. (2004) : « What is Re-Enactment ? », Criticism, 46, p. 327-339.

Agnew, V. (2007) : « History’s Affective Turn : Historical Reenactment and its Work in the Present », Rethinking History, 11, p. 299-312.

Agnew, V. (2010) : « History’s Pure Serene. On Reenacting Cook’s First Voyage, September 2001 », in : Schleie, J. et al. (éd.) : Staging the Past. Themed Environments in Transcultural Perspective, Bielefeld, p. 205-218.

Ankersmit, F. (2005) : Sublime Historical Experience, Stanford.

Assaf, Sh. (2005) : « The Ambivalence of the Sense of Touch in Early Modern Prints », Renaissance and Reformation, 29, p. 75-98.

Baum, J. M. (2013) : « From Incense to Idolatry. The Reformation of Olfaction in Late Medieval German Ritual », Sixteenth Century Journal, 44, p. 323-344.

Bijsterveld, K. (2008) : Mechanical Sound. Technology, Culture, and Public Problems of Noise in the Twentieth Century, Cambridge, MA / Londres.

Bijsterveld, K. (2013) : « Introduction », in : id. (éd.) : Soundscapes of the Urban Past. Staged Sound as Mediated Cultural Heritage, Bielefeld, p. 11-28.

Boutin, A. (2012) : « Rethinking the Flâneur. Flânerie and the Senses », Dix-Neuf, 16, p. 124-132.

Burke, P. (2005) : Was ist Kulturgeschichte ?, Francfort-sur-le-Main.

Burschel, P. (2012) : « Wie Menschen möglich sind. 20 Jahrgänge “Historische Anthropologie” », Historische Anthropologie, 20, p. 152-161.

Cahill, P. (2012) : « The Play of Skin in The Changeling », Postmedieval. A journal of medieval cultural studies, 3, p. 391-406.

Chau, A. Y. (2008) : « The Sensorial Production of the Social », Ethnos, 74, p. 485-504.

Classen, C. (1993) : Worlds of Sense. Exploring the Senses in History and across Cultures, Londres.

Classen, C. (1997) : « Foundations for an Anthropology of the Senses », International Social Science Journal, 153, p. 401-412.

Classen, C. (éd.) (2005) : The Book of Touch, Oxford / New York.

Classen, C. (2007) : « Museum Manners. The Sensory Life of the Early Museum », Journal of Social History, 41, p. 895-914.

Classen, C. (2012) : The Deepest Sense. A Cultural History of Touch, Urbana, IL et al.

Classen, C. et al. (éd.) (1994) : Aroma. The Cultural History of Smell, Londres.

Clough P. T. (éd. (2007) : The Affective Turn. Theorizing the Social, Durham, NC.

Cockayne, E. (2007) : Hubbub. Filth, Noise and Stench in England, 1600-1770, New Haven / Londres.

Corbin, A. (1978) : Le Miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, XVIIIe-XIXe siècles, Paris.

Corbin, A. (1991) : « Histoire et anthropologie sensorielle », in : id. : Le Temps, le désir et l’horreur, Paris, p. 227-240.

Corbin, A. (1994) : Les cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle, Paris.

Corbin, A. (2000): Historien du sensible. Entretiens avec Gilles Heuré, Paris.

Crary, J. (2016 [1994]) : Techniques de l’observateur. Vision et modernité au XIXe siècle, nouvelle éd. revue et augmentée, trad. par F. Maurin, Bellevaux.

Cullen Rath, R. (2003) : How Early America Sounded, Ithaca / Londres.

de Groot, J. (2011) : « Affect and Empathy. Re-Enactment and Performance as/in History », Rethinking History, 15, p. 587-599.

Denney, P. (2011) : « Looking Backward, Groping Forward : Rethinking Sensory History », Rethinking History 15, p. 601-616.

Domanska, E. (2009) : « Frank Ankersmit : From Narrative to Experience », Rethinking History, 13, p. 175-195.

Drobnick, J. (2006) : The Smell Culture Reader, Oxford / New York.

Dugan, H. (2011) : The Ephemeral History of Perfume. Scent and Sense in Early Modern England, Baltimore.

Dugan, H. / Farina, L. (2012) : « Intimate Senses, Sensing Intimacy », Postmedieval. a journal of medieval cultural studies, 3, p. 373-379.

Farge, A. (1989) : Le Goût de l’archive, Paris.

Febvre, L. (1968) : Le problème de l’incroyance au XVIe siècle. La religion de Rabelais, Paris.

Febvre, L. (1992 [1938]) : « Une vue d’ensemble. Histoire et psychologie », in : id. : Combats pour l’histoire, Paris, p. 207-220.

Febvre, L. (1992 [1941]) : « Comment reconstituer la vie affective d’autrefois ? La sensibilité et l’histoire », in : id. : Combats pour l’histoire, Paris, p. 221-238.

Feld, S. (1996) : « Waterfalls of Song. An Acoustemology of Place Resounding in Bosavi, Papua New Guinea », in : Feld, S. / Basso, K. H. (éd.) : Senses of Place, Santa Fe, NM, p. 91-135.

Feld, S. (2003) : « A Rainforest Acoustemology », in : Bull, M. / Back, L. (éd.) : The Auditory Culture Reader, Oxford / New York, p. 223-239.

Feld, S. (2012) : Sound and Sentiment. Birds, Weeping, Poetics, and Song in Kaluli Expression, 3e éd. avec une nouvelle introduction par l’auteur, Durham NC.

Feld, S. / Brenneis, D. (2004) : « Doing Anthropology in Sound », American Ethnologist, 31, p. 461-474.

Fitzpatrick, Sh. (2010) :« Getting Personal. On Subjectivity in Historical Practice », in : Jobs, S. / Lüdtke, A. (éd.) : Unsettling History. Archiving and Narrating in Historiography, Francfort-sur-le-Main, p. 183-197.

Froeyman, A. (2012) : « Frank Ankersmit and Eelco Runia : the presence and the otherness of the past », Rethinking History, 16, p. 393-415.

Godfrey, S. (2002) : « Alain Corbin. Making Sense of French History », French Historical Studies, 25, p. 381-398.

Grosvenor, I. (2012) : « Back to the Future or Towards a Sensory History of Schooling », History of Education, 41, p. 675-687.

Gumbrecht, H. U. (2010) : Éloge de la presence. Ce qui échappe à la signification, trad. Par F. Jaouën, Paris.

Gumbrecht, H. U. (2012) : Präsenz, éd. et épilogue de Jürgen Klein, Francfort-sur-le-Main.

Hansen, M. N. B. (2005) : Bodies in Code. Interfaces with Digital Media, Londres.

Harvey, E. D. (éd.) (2003) : Sensible Flesh. On Touch in Early Modern Culture, Philadelphie.

Harvey, E. D. (2011) : « The Portal of Touch », American Historical Review, 116, p. 385-400.

Harvey, S. A. (2006) : Scenting salvation : Ancient christianity and the olfactory imagination. Berkeley.

Hemmings, C. (2005) : « Invocing Affect », Cultural Studies, 19, p. 548-567.

Hoffer, P. Ch. (2003) : The Sensory Worlds of Early America, Baltimore.

Howes, D. (2003) : Sensual Relations. Engaging the Senses in Culture and Social Theory, Ann Arbor, MI.

Howes, D. (2005) : Empire of the Senses. The Sensual Culture Reader, Oxford / New York.

Howes, D. (2006) : « Charting the Sensual Revolution », The Senses & Society, 6, p. 113-128.

Howes, D. (2008) : « Can these dry Bones Live ? An Anthropological Approach to the History of the Senses », in : Journal of American History, 95, p. 442-451.

Howes, D. (2009) : « Introduction : The Revolving Sensorium », in : id. (éd.) : The Sixth Sense Reader, Oxford / New York, p. 1-52.

Howes, D. (2011) : « Reply to Tim Ingold », Social Anthropology, 19, p. 318-322 et 328-331.

Howes, D. (2013) : The Expanding Field of Sensory Studies [version 1.0, août 2013], URL : http://www.sensorystudies.org/sensorial-investigations/the-expanding-field-of-sensory-studies/, consulté le 9/11/2017.

Huizinga, J. (1930) : « Aufgaben der Kulturgeschichte », in : id. : Wege zur Kulturgeschichte, Munich, p. 7-77.

Huizinga, J. (1961) : Le Déclin du Moyen-Âge, trad. par J. Bastin, Paris.

Icke, P. (2011) : Frank Ankersmit’s Lost Historical Cause. A Journey from Language to Experience, Londres.

Ingold, T. (2000) : The Perception of the Environment. Essays in Livelihood, Dwelling and Skill, Londres.

Ingold, T. (2004) : « Culture on the Ground. The World Perceived through the Feet », Journal of Material Culture, 9, p. 315-340.

Ingold, T. (2011a) : « A World of Sense and Sensing the World. A Response to Sarah Pink and David Howes », Social Anthropology, 19, p. 313-317.

Ingold, T. (2011b) : « Reply to David Howes », Social Anthropology, 19, p. 323-327.

Jay, M. (2005) : Songs of Experience. Modern American and European Variations on a Universal Theme, Berkeley / Los Angeles.

Jay, M. (2011) : « In the Realm of the Senses. An Introduction », American Historical Review, 116, p. 307-315.

Jenner, M. S. R. (2010) : « Tasting Lichfield, Touching China. Sir John Floyer’s Senses », The Historical Journal, 53, p. 647-670.

Jenner, M. S. R. (2011) : « Follow your Nose ? Smell, Smelling and Their Histories », American Historical Review, 116, p. 335-351.

Jones, A. (2000) : « Word and Deed : why a Post-Poststructural History is needed and how it might look », The Historical Journal, 43, p. 517-541.

Jones, A. (2008) : « Vivid History. Existentialist Phenomenology as a New Way to Understand and as an Old Way of Writing History, and as a Source of Renewal for the Writing of History », Storia della Storiografia, 54, p. 21-55.

Jones, C. A. (éd.) (2006) : Sensorium. Embodied Experience, Technology, and Contemporary Art, Cambridge, MA.

Jütte, R. (2000) : Geschichte der Sinne. Von der Antike bis zum Cyberspace, Munich.

Kamper, D. / Wulf, Chr. (éd.) (1984) : Das Schwinden der Sinne, Francfort sur-le-Main.

Karant-Nunn, S. (2010): The Reformation of Feeling. Shaping Religious Emotions in Early Modern Germany, Oxford.

Kaufmann, T. (2012) : « Die Sinn- und Leiblichkeit der Heilsaneignung im späten Mittelalter und in der Reformation », in : Haberer, J. / Hamm, B. (éd.) : Medialität, Unmittelbarkeit und Präsent. Die Nähe des Heils im Verständnis der Reformation, Tübingen, p. 11-44.

Lamb, J. (2008) : « Historical Re-Enactment. Extremity and Passion », The Eighteenth Century, 49, p. 239-250.

Le Breton, D. (2006a) : « La conjugaison des sens : essai », Anthropologie et sociétés, 30, p. 19-28.

Le Breton, D. (2006b) : La saveur du monde. Une anthropologie des sens, Paris.

Loredo-Narciandi, J. C. / Castro-Tejerina, J. (2012) : « The Noise of the Time-Machine. The “History of Sound” as Mediated Experience », Culture & Psychology, 18, p. 484-493.

Macpherson, F. (2011) : « Taxonomising the Senses », Philosophical Studies, 153, p. 123-142.

Mandrou, R. (1998) : Introduction à la France moderne 1500-1640. Essai de psychologie historique, Paris.

Martin, J. (2006) : « Der Wandel des Beständigen. Überlegungen zu einer historischen Anthropologie [1994] », in : Winterling, A. (éd.) : Historische Anthropologie, Stuttgart, p. 143-157.

Marx, K. (1969) : Manuscrits de 1844, Paris, p. 79-124.

McCalman, I. / Pickering, P. (éd.) (2010) : Historical Reenactment. From Realism to the Affective Turn, Basingstoke.

Michaels, A. / Wulf, Chr. (éd.) (2013) : Exploring the Senses. South Asian and European Perspectives on Emotions, Performativity and Ritual, Londres / New Delhi.

Milner, M. (2011) : The Senses and the English Reformation, Aldershot.

Missfelder, J.-F. (2012a) : « Akustische Reformation : Lübeck 1529 », Historische Anthropologie, 20, p. 107-121.

Missfelder, J.-F. (2012b) : « Period Ear. Perspektiven einer Klanggeschichte der Neuzeit », Geschichte & Gesellschaft, 38, p. 21-47.

Morat, D. (2010a) : « Sinne », in : Kwaschik, A. / Wimmer, M. (éd.) : Von der Arbeit des Historikers. Ein Wörterbuch zur Theorie und Praxis des Historikers, Bielefeld, p. 183-186.

Morat, D. (2010b) : « Sound Studies – Sound Histories. Zur Frage nach dem Klang in der Geschichtswissenschaft und der Geschichte in der Klangwissenschaft », kunsttexte.de/Auditive Perspektiven, 4, URL : http://edoc.hu-berlin.de/kunsttexte/2010-4/morat-daniel-3/PDF/morat.pdf, consulté le 10/11/2017.

Morat, D. (2011) : « Zur Geschichte des Hörens. Ein Forschungsbericht », Archiv für Sozialgeschichte, 51, p. 695-716.

Morat, D. (2013) : « Zur Historizität des Hörens. Ansätze für eine Geschichte auditiver Kulturen », in : Schröter, J. / Volmar, A. (éd.) : Auditive Medienkulturen. Techniken des Hörens und Praktiken der Klanggestaltung, Bielefeld, p. 131-144.

Müller, J. (2011) : « The Sound of Silence. Von der Unhörbarkeit der Vergangenheit zur Geschichte des Hörens », Historische Zeitschrift, 292, p. 1-29.

Naumann-Beyer, W. (2003) : Anatomie der Sinne im Spiegel von Philosophie, Ästhetik, Literatur, Cologne.

Newhauser, R. / Schleif, C. (éd.) (2010) : The Senses in Medieval and Renaissance Intellectual History, Oxford (= The Senses and Society, 5[2]).

Nichols, S. G. et al. (éd.) (2008) : Rethinking the Medieval Senses. Heritage, Fascinations, Frames, Baltimore.

Phillips, M. S. (2004) : « Distance and Historical Representation », History Workshop Journal, 57, p. 123-141.

Phillips, M. S. (2008) : « On the Advantage and Disadvantage of Sentimental History for Life », History Workshop Journal, 65, p. 49-64.

Pink, S. (2006) : The Future of Visual Anthropology: Engaging the Senses, Londres.

Pink, S. (2009) : Doing Sensory Ethnography, Los Angeles.

Pink, S. (2010) : « The Future of Sensory Anthropology/the Anthropology of the Senses », Social Anthropology, 18, p. 331-340.

Porcello, T. et al. (2010) : « The Re-Organization of the Sensory World », Annual Review of Anthropology, 39, p. 51-66.

Reckwitz, A. (2003) : « Grundelemente einer Theorie sozialer Praktiken. Eine sozialtheoretische Perspektive », Zeitschrift für Soziologie, 32, p. 282-301.

Reckwitz, A. (2015) : « Sinne und Praktiken. Die sinnliche Organisation des Sozialen », in : Göbel, H. / Prinz, S. (éd.) : Die Sinnlichkeit des Sozialen. Zum Verhältnis von Wahrnehmung und Materialität, Bielefeld, p. 441-456.

Reinarz, J. (2012) : « Learning to Use their Senses. Visitors to Voluntary Hospitals in Eighteenth-Century England », Journal for Eighteenth-Century Studies, 35, p. 505-520.

Robinson, E. (2010) : « Touching the Void. Affective History and the Impossible », Rethinking History, 14, p. 503-520.

Roodenburg, H. (2012) : « A New Historical Anthropology ? A Plea to Take a Fresh Look at Practice Theory », in : H-Soz-u-Kult, 04.07.2012, URL : http://hsozkult.geschichte.hu-berlin.de/forum/id=1826&type=diskussionen, consulté le 9/11/2017.

Rosenfeld, S. (2011) : « On Being Heard. A Case for Paying Attention to the Historical Ear », American Historical Review, 116, p. 316-334.

Rotter, A. J. (2011) : « Empires of the Senses. How Seeing, Hearing, Smelling, Tasting, and Touching Shaped Imperial Encounters », Diplomatic History, 35, p. 3-19.

Runia, E. (2006) : « Presence », History & Theory, 45, p. 1-29.

Schlieben, B. / Schneider, O. / Schulmeyer, K. (2004) : « Geschichtsbilder im George-Kreis. Wege zur Wissenschaft », in : id. (éd.) : Geschichtsbilder im George-Kreis. Wege zur Wissenschaft, Göttingen, p. 7-15.

Smith, K. (2012) : « Sensing Design and Workmanship. The Haptic Skills of Shoppers in Eighteenth-Century London », Journal of Design History, 25, p. 1-10.

Smith, M. M. (2001) : Listening to 19th-Century America, Chapel Hill.

Smith, M. M. (2002) : « Echoes in Print. Method and Causation in Aural History », The Journal of the Historical Society, 2, p. 317-336.

Smith, M. M. (2012) : « Transcending, Othering, Detecting. Smell, Premodernity, Modernity », Postmedieval. A journal of medieval cultural studies, 3, p. 380-390.

Smith, M. M. (2007a) : « Producing Sense, Consuming Sense, Making Sense. Perils and Prospects for Sensory History », Journal of Social History, 40, p. 841-858.

Smith, M. M. (2007b) : Sensing the Past. Seeing, Hearing, Smelling, Tasting, and Touching in History, Berkeley.

Smith, M. M. (2012) : « Styling Sensory History », Journal for Eighteenth-Century Studies, 35, p. 469-472.

Stanev, H. A. (2012) : « The City out of Breath. Jacobean City Comedy and the Odors of Restraint », Postmedieval. A journal of medieval cultural studies, 3, p. 423-435.

Steedman, C. (2002) : Dust. The Archive and Cultural History, New Brunswick et al.

Sterne, J. (2003) : The Audible Past. Cultural Origins of Sound Reproduction, Durham, NC.

Sterne, J. (2011) : « The Theology of Sound. A Critique of Orality », Canadian Journal of Communication, 36, p. 207-225.

Stoller, P. (1989) : The Taste of Ethnographic Things. The Senses in Anthropology, Philadelphie.

Stoller, P. (1997) : Sensuous Scholarship, Philadelphie.

Strupp, Chr. (2000) : Johan Huizinga. Geschichtswissenschaft als Kulturgeschichte, Göttingen.

Synnott, A. (1991) : « Puzzling over the Senses : From Plato to Marx », in : Howes, D. (éd.) : The Varieties of Sensory Experience. A Sourcebook in the Anthropology of the Senses, Toronto, p. 61-76.

Tanner, J. (2005) : Historische Anthropologie zur Einführung, Hambourg.

Tanner, J. (2012) : « Historische Anthropologie, Version : 1.0 », in : Docupedia-Zeitgeschichte, 3.1.2012, URL : http://docupedia.de/zg/Historische_Anthropologie?oldid=84622, consulté le 9/11/2017.

Taussig, M. (1993) : Mimesis and Alterity. A Particular History of the Senses, New York et al.

van Dülmen, R. (2001) : Historische Anthropologie. Entwicklung, Probleme, Aufgaben, Cologne.

van Ede, Y. (2009) : « Sensuous Anthropology. Sense and Sensibility and the Rehabilitation of Skills », Anthropological Notebooks, 15, p. 61-75.

Vannini, Ph. / Waskul, D. / Gottschalk, S. (2012) : The Senses in Self, Society and Culture. A Sociology of the Senses, Londres et al.

Vogl, J. (2001) : « Medien-Werden : Galileis Fernrohr », Archiv für Mediengeschichte, 1, p. 115-123.

Walraven, M. (2013) : « History and its Acoustic Context : Silence, Resonance, Echo and Where to Find them in the Archive », Journal of Sonic Studies, 4 (1), URL : http://journal.sonicstudies.org/vol04/nr01/a07, consulté le 10/11/2017.

Weber, M. (1988) : « Die “Objektivität” sozialwissenschaftlicher und sozialpolitischer Erkenntnis (1904) », in : id. : Gesammelte Aufsätze zur Wissenschaftslehre, Tübingen, p. 146-214.

Wimmer, M. (2012a) : Archivkörper. Eine Geschichte historischer Einbildungskraft, Constance.

Wimmer, M. (2012b) : « Der Geschmack des Archivs und der historische Sinn », Historische Anthropologie, 20, p. 90-107.

Woolgar, C. M. (2006) : The Senses in Late Medieval England, New Haven, CT.

Wrigley, R. (2012) : « Making Sense of Rome », Journal for Eighteenth-Century Studies, 35, p. 551-564.

Haut de page

Notes

1 Huizinga (1961), p. 10 et 11.

2 Huizinga (1961), p. 33.

3 Voir au sujet d’Huizinga Strupp (2000).

4 Voir concernant le programme de toutes ces directions de recherche van Dülmen (2001) ; Tanner (2005), (2012) ; Burke (2005) ainsi que sur le contexte allemand, en résumé, Burschel (2012). Herman Roodenburg a brièvement fait référence à cette perméabilité méthodique entre les directions de recherche citées dans le contexte international. Voir Roodenburg (2012).

5 Weber (1988), p. 171.

6 Phillips (2008), p. 54.

7 Voir par exemple la description des artisans pré-industriels par E. P. Thompson : « Their crafts and traditions may have been dying. Their hostility to the new industrialism may have been backward-looking. Their communitarian ideas may have been foolhardy. But they lived through these times of acute social disturbances, and we did not. » (cité d’après Phillips [2008], p. 55).

8 Marx (1969), p. 94.

9 Martin (2006).

10 Voir à ce sujet Jütte (2000) ; Naumann-Beyer (2003) ; Macpherson (2011) ; ainsi que pour la période pré-moderne Newhauser / Schleif (2010) ; Nichols et al. (2008) ; Woolgar (2006) ; Synnott (1991).

11 Febvre (1992 [1938]), (1992 [1941]).

12 Voir Febvre (1968), p. 393-403.

13 Febvre (1992 [1941]), p. 229.

14 Mandrou (1998), p. 76.

15 Cf. Corbin (1978), (1994).

16 Corbin (1991), p. 233. Voir aussi, concernant la méthode de Corbin, Godfrey (2002), ainsi que le volume d’entretiens Corbin (2000).

17 Comme introduction à cette histoire des sens récente, post-Corbin, voir avant tout Smith (2007b), (2007a) ; cf. aussi Morat (2010a) ; Denney (2011) ; Jay (2011) ; intéressant aussi, d’un point de vue sociologique, Vannini / Waskul / Gottschalk (2012).

18 Outre les travaux d’Alain Corbin, voir, en tant qu’exemple instructif, Cockayne (2007).

19 Cf. Smith (2001), (2012).

20 Voir par ex. Missfelder (2012a). 

21 Voir par ex. Crary (2016 [1994]) ; Vogl (2001) ; Hansen (2005) ; ainsi que les articles dans Jones (2006).

22 Bijsterveld (2008), p. 30.

23 Voir aussi, dans la même direction mais avec des accents théoriques différents : Chau (2008).

24 Cf. Bijsterveld (2013).

25 Voir aussi Roodenburg (2012) ; voir pour un exposé instructif, récemment, Reckwitz (2015) ; au sujet des fondements théoriques de la praxéologie et de la théorie de la performance, voir Reckwitz (2003), en part. p. 283 et 290.

26 Voir Classen (1993) ; (1997) ; Howes (2003), (2005), (2006), (2008), (2009), (2013) ; Taussig (1993) ; Porcello et al. (2010) ; Ingold (2000) ; Pink (2006) ; Le Breton (2006b) ; Michaels / Wulf (2013) ; et aussi déjà Kamper / Wulf (1984).

27 Voir Feld (2012) ; concernant sa méthode, voir aussi l’entretien instructif de l’auteur dans Feld / Brenneis (2004).

28 Feld (1996), p. 97 ; voir aussi Feld (2003).

29 De façon analogue, l’historien du son Richard Cullen Rath a travaillé avec le concept des « soundways », c’est-à-dire des « paths, trajectories, transformations, mediations, practices and techniques – in short, the ways – that people employed to interpret and express their attitudes and beliefs about sound » (Cullen Rath [2003], p. 2).

30 Ce problème se pose également de manière aigüe dans un débat plus récent de l’anthropologie des sens. Voir Pink (2010) et le débat connexe avec David Howes et Tim Ingold (Ingold [2011a] ainsi que la discussion qui s’ensuit, entre Ingold et Howes [2011]).

31 Cf. Milner (2011) ; Karant-Nunn (2010) ; Kaufmann (2012) ; Baum (2013).

32 Cf. déjà dans ce sens, Corbin (1991), p. 234.

33 Sterne (2003) ; voir aussi Sterne (2011).

34 Cf. déjà Smith (2007b), p. 125-128 ainsi que Smith (2012) ; voir aussi Le Breton (2006a).

35 Voir les synthèses de recherche de Daniel Morat (2010b), (2011), (2013) ; Müller (2011) ;critique envers ce dernier : Loredo-Narciandi / Castro-Tejerina (2012) ; Rosenfeld (2011) ainsi que l’aperçu publié par Smith (2007b), p. 41-58 ; cf. au sujet de la méthodologie Smith (2002) ; Missfelder (2012b) ; Walraven (2013).

36 Voir cependant Classen (2012), (2005) ; Harvey (2011), (2003) ; Assaf (2005) ; Cahill (2012) ; K. Smith (2012) ainsi que l’aperçu de Smith (2007b), p. 93-116.

37 Voir cependant Dugan (2011) ; S. A. Harvey (2006) ; Classen et al. (1994) ; Drobnick (2006) ; Jenner (2011) ; Stanev (2012) ; Corbin (1978) ainsi que l’aperçu de Smith (2007b), p. 59-74.

38 Voir à ce sujet, en général, Dugan / Farina (2012).

39 Voir par ex. Jenner (2010) ; Grosvenor (2012) ; Boutin (2012) ; Wrigley (2012) ; Reinarz (2012) ; Rotter (2011) ; Classen (2007).

40 Ingold (2011b), p. 325.

41 Voir, comme essais très divers avec une direction commune : Jones (2000) ; Phillips (2004) ; Fitzpatrick, (2010). Ces essais ont, et c’est un fait intéressant, de nombreux points communs avec les débats contemporains de l’ethnologie et de l’anthropologie sur la fonction des sens comme outils ethnographiques. Voir Stoller (1989), (1997) ; Ingold (2004) ; Pink (2009) ; van Ede (2009).

42 Jones (2008), p. 54 avec référence à Corbin (1978). Le programme de Jones pour une « histoire vive » peut être résumé comme suit : « Vivid history re-presents its past. It shows it so that it seems present again, truer to its “lived-over” everyday. » (Jones [2008], p. 51).

43 Cf. pour une théorie historique spécifique de la présence Runia (2006) ; voir aussi la critique à ce sujet de Froeyman (2012) ; concernant les fondements théoriques, voir Gumbrecht (2010) ainsi que les articles publiés dans Gumbrecht (2012).

44 Cité d’après Schlieben / Schneider / Schulmeyer (2004), p. 9.

45 Cf. Hoffer (2003), p. 13.

46 Voir, pour les critiques adressées à Hoffer, Smith (2007a), p. 844-847.

47 Au sujet de la théorie du Re-Enactment, voir surtout les articles publiés dans McCalman / Pickering (2010) ; de Groot (2011) ; Agnew (2004).

48 Cf. Agnew (2007), (2010) ; au sujet des fondements théoriques, voir Hemmings (2005) ainsi que les articles publiés dans Clough (2007).

49 Phillips (2008), p. 56. De nombreux théoriciens du Re-Enactment et du « tournant affectif » font de l’idée, propre à Adam Smith, d’une « sympathie pour les morts » la motivation de l’historiographie affective. Cf. Robinson (2010) ; Lamb (2008).

50 Cf. Vannini / Waskul / Gottschalk (2012). Leur définition de « somatic work » suit, du moins stylistiquement, les standards de la théorie sociologique : « Somatic work refers to the range of linguistic and a-linguistic reflexive experiences and activities by which individuals interpret, create, extinguish, maintain, interrupt and/or communicate somatic sensations that are congruent with personal, interpersonal and/or cultural notions of moral, aesthetic and/or logical desirability. » (Vannini / Waskul / Gottschalk [2012], p. 19).

51 Voir Vannini / Waskul / Gottschalk (2012), p. 103-125. La méthode montre une certaine proximité avec le principe de la « fictocritique », que l’ethnologue australien Michael Taussig, a défini, non sans raison, dans sa « particular history of the senses ». Cf. Taussig (1993).

52 Ankersmit (2005), p. 129.

53 Ankersmit (2005), p. 129.

54 Huizinga (1930), p. 50 sq. Concernant la notion de sensation historique, voir aussi Strupp (2000), p. 67-74.

55 Huizinga (1930), p. 50.

56 Ankersmit (2005), p. 123.

57 Ankersmit (2005), p. 124.

58 Voir, concernant la critique adressée à Ankersmit, dans une perspective différente, plutôt poststructuraliste, Froeyman (2012) ainsi que, surtout, Domanska (2009) et Icke (2011) ; voir également les remarques de Jay (2005), p. 255-260.

59 Voir à ce sujet les écrits instructifs de Robinson (2010) ; Farge (1989) ; voir à ce propos Wimmer (2012b), (2012a) ; voir aussi Steedman (2002).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Ganzkörpergeschichte. Sinne, Sinn und Sinnlichkeit für eine Historische Anthropologie », Internationales Archiv für Sozialgeschichte der deutschen Literatur, 39 (2), 2014, p. 457-475.

Référence électronique

Jan-Friedrich Missfelder, « Quand l’histoire passe par le corps. Sens, signification et sensorialité au service d’une anthropologie historique », Trivium [En ligne], 27 | 2017, mis en ligne le 19 décembre 2017, consulté le 23 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/trivium/5617

Haut de page

Auteur

Jan-Friedrich Missfelder

Jan-Friedrich Missfelder est collaborateur scientifique à la faculté d’histoire de l’Université de Zurich. Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des la revue Trivium sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
  • Logo DVA-Stiftung
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Agence universitaire de la Francophonie (AUF)
  • OpenEdition Journals