Navigation – Plan du site
Traductions vers le français

Une affaire de famille

Expressions de l’intimité dans le rite funéraire grec ancien
Angelos Chaniotis
Traduction de Anne-Laure Vignaux
Édition originale :
« Familiensache: Demonstration von Zusammengehörigkeit im altgriechischen Grabritual », in : Richman, R. (éd.) : « Der Odem des Menschen ist eine Leuchte des Herrn ». Aharon Agus zum Gedenken, Heidelberg : Universitätsverlag Winter, 2006, p. 205-209.

Entrées d’index

Note de la rédaction

Nous remercions M. Angelos Chaniotis ainsi que la maison d’édition Winter de nous avoir accordé l’autorisation de traduire ce texte pour le présent numéro.

Wir danken Herrn Angelos Chaniotis sowie dem Universitätsverlag Winter für die freundliche Genehmigung, diesen Artikel in französischer Übersetzung zu publizieren.

Texte intégral

  • 1 Abréviations utilisées : SEG = Supplementum Epigraphicum Graecum ; SGO = Merkelbach / Stauber (1998 (...)

1Trois thèmes ont dominé mes rencontres et ma collaboration avec Aharon Agus : le souvenir, le rituel et les normes qui régissent le rituel. Ces trois thèmes interviennent dans cet hommage à un homme qui a enrichi les échanges académiques à Heidelberg1.

  • 2 Voir dernièrement Engels (1998) ; Frisone (2000) ; Stavrianopoulou (2005).

2En raison de leur composante émotionnelle prévisible et facilement compréhensible, mais aussi d’une tendance certaine à une exacerbation théâtrale, les rituels funéraires grecs ont souvent fait l’objet d’approches normatives2. Les documents à ce sujet nous informent de la façon dont un enterrement devait se dérouler. Si nous voulons savoir comment les choses se passaient effectivement lors d’un tel événement, nous devons nous tourner avant tout vers les inscriptions funéraires anciennes. Elles nous apprennent parfois, par des références explicites à des gestes et à des détails spécifiques, quels éléments étaient considérés comme particulièrement importants dans l’exécution du rituel funéraire. Dans ces textes, il n’est pas question de la norme générale, mais du souvenir d’un événement singulier.

  • 3 Par ex. SGO I 01/12/17 : « Cette tombe qui est la tienne, ton père l’a préparée avec peine, de ses (...)

3Dans de nombreuses épigrammes funéraires, l’auteur souligne la participation personnelle de parents ou d’amis proches à la cérémonie d’inhumation (par exemple au rassemblement des ossements et des cendres) ou à la préparation de la tombe3. Les épigrammes impériales (Ier-IIIe siècle ap. J.-C.) rappelant explicitement que le défunt a été enterré des mains d’un proche sont un peu plus rares. Ces allusions à un contact physique entre le défunt et la personne en deuil attestent une relation personnelle intime et l’appartenance au cercle familial le plus proche.

4On trouve un premier exemple de rappel d’un contact corporel entre un proche et le défunt dans l’inscription funéraire d’une femme à Iouliopolis (SGO II 09/12/04). C’est Apphé, la défunte, qui parle : « Ma mère Catulla, qui m’a mise au monde, m’a (également) embaumée. » L’épigramme funéraire d’un soldat de Tieion (SGO II 10/01/01) renferme également une mention du dernier service : « Après m’avoir rendu l’apparence que j’avais lorsque je vivais encore et m’avoir mis dans l’hadès (au tombeau), un homme portant le même nom que moi m’a honoré. » Du reste de l’inscription, seul le dernier mot, « adelph(..) » (frère), a été conservé. Le lien du défunt avec cet homme qui l’a enterré n’est pas établi, mais il ne s’agissait certainement pas de son frère. Ce dernier mot peut être compris comme une référence au fait que le service donné lors de l’inhumation a fait du « prestataire » un frère.

  • 4 Cela apparaît moins clairement dans SGO II 09/12/06 (Iouliopolis) : « Ses enfants et petits-enfants (...)

5On trouve une autre référence explicite à l’utilisation des mains dans l’épigramme funéraire de Deidas à Miletopolis (SGO II 08/05/06) : « Moi, l’heureux vieillard Deidas, qui ai vécu dans la crainte de Dieu, j’ai été enterré des mains (en palamais) de mon fils adoptif Salbanas suivant l’usage pieux4 ». Ici, c’est le défunt qui parle, proclamant avec satisfaction que ce sont les mains de son propre fils adoptif qui l’ont enterré. À travers la voix éternelle que lui offre sa pierre tombale, il rappelle non seulement l’exécution conforme du rituel, mais aussi l’implication des mains de l’enfant adopté. Dans une autre épigramme de Nicée (SGO II 09/05/14), on lit : « Ici se trouve ma demeure, moi le noble Secundus, enterré des mains de mon père (chersi kedeutheis). » Kriton, à Smyrne, (SGO I 05/01/46, IIIe siècle av. J.-C.) a été « mis en terre des mains de ses enfants, comme le veut l’usage ». Halmyrion, à Pompéiopolis (SGO II 10/05/02), fait savoir depuis sa tombe : « J’ai été enterré des mains de mes chers enfants. » On peut lire sur un sarcophage d’Aphrodisias (SGO I 02/09/34, IVe siècle ap. J.-C.) : « Loin de ses ennemis, (enterré) des mains de ses amis. »

  • 5 Par ex. SGO IV 17/03/03 ; 20/03/06 ; 21/01/92.

6Il n’est pas rare, d’une manière tout à fait générale, que les inscriptions funéraires attestent que ce sont les membres de la famille qui ont enterré un défunt (ethapsen/ethapsan entre autres)5. La référence, sans aucun doute consciente, de ces textes à l’usage des mains et par là même au contact physique n’en est que plus frappante. Le phénomène est significatif à deux égards. D’abord, il s’agit du dernier contact physique entre deux personnes, de la dernière possibilité de concrétiser le lien émotionnel étroit par le toucher avant que le mort parte pour le royaume des ombres et que sa forme matérielle ne soit plus conservée que dans les représentations et dans les rêves de ses proches encore en vie. C’est ce qu’exprime l’épigramme du juriste Conon de Colybrassos, mort à Thèbes en Égypte (SGO IV 18/18/01, IIIe-IVe siècle ap. J.-C.), dont le père se rend sur place pour ramener le corps en terre natale : « Là est venu mon père de bien loin qui, me voyant reposer, mort, en terre étrangère, m’a caressé de la main. »

  • 6 Parker (1983), p. 32-73 (religion grecque ancienne) ; Chaniotis (1997a) (survivance et développemen (...)
  • 7 Engels (1998), p. 49-119, en particulier p. 50-51 et 99.

7La seconde raison est selon moi plus importante encore. Le contact physique avec le mort rend impur, et l’idée de miasme émanant des cadavres, d’une souillure rituelle, s’est imposée jusqu’au Bas-Empire6. Les approches normatives n’ont cessé de limiter le cercle des porteurs du deuil – avant tout celui des femmes –, c’est-à-dire de ceux qui se rendent impurs à travers le défunt (voir plus haut note 2). Souvent, seuls les parents les plus proches étaient autorisés à procéder à l’enterrement7. Le contact physique avec le mort représente d’une part une victoire sur la peur de l’impureté, d’autre part – comme il ressort des témoignages cités précédemment –, une confirmation de l’appartenance au cercle familial le plus intime. Un exemple illustrant cette conception de l’enterrement comme un devoir très personnel incombant au plus proche parent nous est offert dans l’inscription funéraire d’Eusébie et de Philippos, morts loin de chez eux et inhumés dans des lieux distincts. Leur neveu Diomède a ramené leurs restes au pays (Namara, SGO IV 22/37/01) : « De son oncle et de sa tante qui l’avaient élevé, décédés de longue date, Diomède a réuni les reliques, les unes de là-bas, les autres d’ici, et les a installées auprès de celles de leurs ancêtres sous la voûte de cette dernière demeure. » Ce n’est pas le lien de parenté de Diomède qui prévaut ici, mais le fait que son oncle et sa tante l’aient élevé et traité comme leur propre enfant. Le service personnel de Diomède est assimilé à celui qu’un fils rend à ses parents.

  • 8 Jones (1999).
  • 9 Herrmann (1971), p. 36-39 ; Jones (1999), p. 589-590, 594-596 (SEG L 1109).

8Ces observations nous permettent de mieux resituer dans leur contexte historico-culturel un petit groupe de témoignages liés à des enterrements auxquels prend part le peuple tout entier. Ces sources, récemment rassemblées et commentées par Christopher Jones8, font état d’une cérémonie funèbre privée interrompue par une manifestation de masse et changée en un rituel public à travers la participation du peuple. Dans l’un des cas, cela se produit contre la volonté de la famille9.. Le contact avec la dépouille continue à jouer un grand rôle. On insiste toujours sur le fait que la foule rassemblée dérobe le cadavre de ses mains (harpazein). Je pense que cet arrachement ostentatoire du corps au cercle familial poursuit un objectif précis : il vise à montrer que la communauté tout entière représente en fait la famille du défunt.

  • 10 Blümel (1992), n° 71.
  • 11 Chaniotis (1997b), p. 224-225.

9Le témoignage le plus ancien concerne l’enterrement d’une femme anonyme à Cnide (Ier-IIe siècle ap. J.-C.)10. Elle descendait de Théopompe, bienfaiteur qui avait obtenu pour la ville la liberté et l’exonération de taxes. À l’annonce de sa mort, « le peuple fut immensément bouleversé eu égard à sa vertu et à la considération dont elle jouissait ». Un décret, qui fut selon moi rédigé pendant la cérémonie funèbre, traduisant directement l’émotion qui s’était emparée de l’assistance, raconte que le peuple « s’était rassemblé au théâtre […] en toute diligence tandis que le corps était transporté ». Le théâtre était dans la plupart des cités le lieu où le peuple se rassemblait spontanément11 et le cortège funèbre y passait probablement. « Et après avoir dérobé la dépouille, le peuple a exigé d’une seule voix qu’elle soit enterrée avec la participation de la population tout entière et a rappelé sa vertu par des acclamations afin qu’elle reçoive les honneurs appropriés même après sa mort. »

  • 12 Reynolds / Rouechö (1996 [1992]), p. 153-160 ; SEG XLV1502.

10Le deuxième témoignage date du début du IIe siècle. Il concerne l’enterrement de Tatia Attalis à Aphrodisias12. Après avoir rendu hommage à cette femme et à ses ancêtres pour leurs mérites, le décret stipule, dans une dernière partie malheureusement conservée de manière fragmentaire : « Comme elle avait atteint la fin de sa vie prématurément (promoiros, c’est-à-dire avant l’heure que lui avaient assignée les divinités du destin), pour cette raison, la cité a publiquement […] et tous ont dérobé son corps d’un commun accord… » Ici aussi, la foule interrompt l’inhumation pour se saisir du corps et l’enterrer lors d’une cérémonie publique.

  • 13 Philostrate, Vitae sophist. XV 20.

11Le troisième témoignage est transmis par Philostrate. Il évoque la mort du grand rhéteur et évergète d’Athènes, Hérode Atticus13. La cérémonie funèbre organisée à Marathon par ses affranchis – sa familia – est interrompue par les éphèbes d’Athènes, qui « dérobent le cadavre de leurs mains » (chersin harpasantes), l’emportent en procession jusqu’à Athènes et l’enterrent à proximité du stade qu’il y avait fait construire. Philostrate rapporte que tous les Athéniens prennent part à l’enterrement et pleurent le bienfaiteur « comme des enfants, qui ont perdu un père vertueux (hosa paides chrestou patros chereusantes) ».

  • 14 Strubbe (2001), p. 36-38.

12Christopher Jones a émis l’hypothèse, plausible, que ces démonstrations populaires n’exprimaient pas seulement le deuil face à la perte d’un bienfaiteur, mais étaient aussi une tentative délibérée d’exhorter l’élite à de plus grandes réalisations. À mon avis, il faut également voir dans la volonté de changer un rituel familial en un rituel public un trait essentiel de la réaction spontanée : à travers la participation du peuple à l’enterrement, autrement dit son implication dans un rituel familial, on construit la fiction d’un peuple orphelin ; Philostrate (voir plus haut) le confirme de façon directe. Cette fiction d’une relation intime, familiale même, entre le peuple et l’élite est exprimée, précisément à cette époque (Ier et IIe siècles ap. J.-C.), par le titre honorifique de « fils du peuple », « fille du peuple », notamment dans des inscriptions honorifiques, ainsi que dans les « décrets de consolation » dédiés aux bienfaiteurs décédés14. Cet usage permet d’instaurer une relation d’assistance mutuelle.

13La mise par écrit des décisions relatives à la participation du peuple entier à la mise en terre de ces personnes garantit que la conduite du rituel ne tombera dans l’oubli. L’inscription commémore à jamais l’événement unique qui a réuni le peuple tout entier en une seule et même famille.

Haut de page

Bibliographie

Blümel, W. (1992) : Die Inschriften von Knidos I., Inschriften griechischer Städte aus Kleinasien, vol. 41, Bonn.

Chaniotis, A. (1997a) : « Reinheit des Körpers – Reinheit der Seele in den griechischen Kultgesetzen », in : Assmann, J. / Sundermeier, T. (éd.) : Schuld, Gewissen und Person, Gütersloh, p. 142-179.

Chaniotis, A. (1997b): « Theatricality Beyond the Theater: Staging Public Life in the Hellenistic World », in : Le Guen, B. (éd.) : De la scène aux gradins. Théâtre et représentations dramatiques après Alexandre le Grand dans les cités hellénistiques, Actes du Colloque, Toulouse (Pallas, 41), p. 219-259.

Engels, J. (1998) : Funerum sepulcrorumque magnincentia. Begräbnis- und Grabluxusgesetze in der griechisch-römischen Welt, Stuttgart.

Frisone, F. (2000) : Leggi e regolamenti funerari nel mondo greco, 1. Le fonti epigrafiche, Galatina.

Herrmann, P. (1971) : « Zwei Inschriften von Kaunos und Baba Dag », Opuscula Atheniensia, 10, p. 36-40.

Jones, C. (1999) : « Interrupted Funerals », Proceedings of the American Philosophical Association, 143 (4), p. 588-600.

Merkelbach, R. / Stauber, J. (1998-2002) : Steinepigramme aus dem griechischen Osten, 4 vol., Stuttgart / Munich / Leipzig (=SGO).

Parker, R. (1983) : Miasma. Pollution and Purification in Early Greek Religion, Oxford.

Reynolds, J. / Rouechö, C. (1992) : « The Funeral of Tatia Attalis at Aphrodisias », Ktema, 17, p. 153-160.

Stavrianopoulou, E. (2005) : « Die “gefahrvolle” Bestattung von Gambreion », in : Ambos, C. / Hotz, S. / Schwedler, G. / Weifurter, S. (éd.) : Die Welt der Rituale von der Antike bis heute, Darmstadt, p. 24-37.

Strubbe, J. H. (2001) : « Bürger, Nichtbürger und Polis-Ideologie », in : Demoe, K. (éd.) : The Greek City front Antiquity to the Present. Historical Reality, Ideological Construction, Literary Representation, Louvain / Paris / Sterling, p. 27-39.

Haut de page

Notes

1 Abréviations utilisées : SEG = Supplementum Epigraphicum Graecum ; SGO = Merkelbach / Stauber (1998-2002).

2 Voir dernièrement Engels (1998) ; Frisone (2000) ; Stavrianopoulou (2005).

3 Par ex. SGO I 01/12/17 : « Cette tombe qui est la tienne, ton père l’a préparée avec peine, de ses propres mains » ; I 02/03/01 : « Mon père, mon frère et ma vieille mère ont rassemblé mes os et mes cendres à l’intérieur (d’une urne) » ; IV 17/16/01 : « Zosimos ... a construit la tombe de ses propres mains » ; IV 18/01/23 : « Le fils a rassemblé les os de ses tendres parents » ; IV 22/37/01 : « De son oncle et de sa tante qui l’avaient élevé, décédés de longue date, Diomède a réuni les reliques, les unes de là-bas, les autres d’ici, et les a installées auprès de celles de leurs ancêtres sous la voûte de cette dernière demeure. » ; cf. I 01/01/07 : « J’ai souhaité recevoir la terre par ta main. »

4 Cela apparaît moins clairement dans SGO II 09/12/06 (Iouliopolis) : « Ses enfants et petits-enfants l’ont, comme il le souhaitait, placé dans la tombe. »

5 Par ex. SGO IV 17/03/03 ; 20/03/06 ; 21/01/92.

6 Parker (1983), p. 32-73 (religion grecque ancienne) ; Chaniotis (1997a) (survivance et développement de cette idée).

7 Engels (1998), p. 49-119, en particulier p. 50-51 et 99.

8 Jones (1999).

9 Herrmann (1971), p. 36-39 ; Jones (1999), p. 589-590, 594-596 (SEG L 1109).

10 Blümel (1992), n° 71.

11 Chaniotis (1997b), p. 224-225.

12 Reynolds / Rouechö (1996 [1992]), p. 153-160 ; SEG XLV1502.

13 Philostrate, Vitae sophist. XV 20.

14 Strubbe (2001), p. 36-38.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Familiensache: Demonstration von Zusammengehörigkeit im altgriechischen Grabritual », in : Richman, R. (éd.) : « Der Odem des Menschen ist eine Leuchte des Herrn ». Aharon Agus zum Gedenken, Heidelberg : Universitätsverlag Winter, 2006, p. 205-209.

Référence électronique

Angelos Chaniotis, « Une affaire de famille », Trivium [En ligne], 27 | 2017, mis en ligne le 19 décembre 2017, consulté le 25 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/trivium/5625

Haut de page

Auteur

Angelos Chaniotis

Angelos Chaniotis est professeur d’histoire ancienne à la School of Historical Studies de l’Institute for Advanced Study à Princeton (New Jersey). Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des la revue Trivium sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
  • Logo DVA-Stiftung
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Agence universitaire de la Francophonie (AUF)
  • OpenEdition Journals