Navigation – Plan du site
Textes traduits en français

Le capitalisme rationnel – une nouveauté dans l’histoire universelle et un défi culturel

Johannes Berger
Traduction de Isabelle Kalinowski
Édition originale :
Cet article s’appuie directement sur deux contributions ultérieures : « Kapitalismus », in : Müller, H.-P. / Sigmund, S. (éd.) : Max Weber-Handbuch. Leben, Werk, Wirkung, Stuttgart : Verlag J. B. Metzler, 2014, p. 71-74 et « Abendländischer Kapitalismus ? Zur Vergangenheit und Gegenwart eines Weberschen Grundbegriffs », ibid., p. 375-382. Sa version originale allemande « Rationaler Kapitalismus – welthistorische Neuerung und kulturelle Zumutung » est publiée dans ce numéro thématique dans la rubrique « textes originaux ».

Entrées d’index

Note de la rédaction

Nous remercions M. Johannes Berger de nous avoir accordé l’autorisation de traduire ce texte pour le présent numéro ainsi que d’y publier le texte original.

Wir danken Herrn Johannes Berger für die freundliche Genehmigung, diesen Artikel in französischer Übersetzung und in der deutschen Originalfassung zu publizieren.

Texte intégral

I.

1Peu de temps avant sa mort, en tête de l’édition de ses écrits de sociologie religieuse qu’il avait lui-même préparée, Max Weber a placé une remarque préliminaire qui est un texte très percutant.

  • 1 Weber (1986 [1920]a), p. 1 ; trad. fr. p. 49 (trad. révisée).

« En traitant des problèmes de l’histoire universelle, ceux qui ont grandi dans le monde culturel européen moderne ne peuvent manquer de se demander, et à juste titre, quel enchaînement de circonstances a conduit à ce que ce soit précisément sur le sol de l’Occident, et là seulement [c’est moi qui souligne], qu’aient fait leur apparition des phénomènes culturels qui se situent pourtant dans une direction d’évolution dont l’importance et la validité ont été universelles [c’est Weber qui souligne]1. »

2Pour beaucoup de disciplines de sciences humaines, dans les universités européennes et américaines, mais aussi pour le journalisme culturel, cette vision de l’histoire universelle est à l’évidence une provocation. Elle n’en est pas moins « inévitable » pour « qui a grandi dans le monde culturel européen moderne » et de surcroît défendue « à juste titre ». Weber résume dans cette seule phrase le leitmotiv de ses recherches sur l’histoire de la culture : l’Occident est le lieu où sont survenues, « là seulement » et donc « nulle part ailleurs », certaines innovations qui n’ont pas seulement possédé une importance universelle mais aussi une validité universelle. Weber a beau ajouter en tempérant son propos : « C’est du moins ainsi que nous aimons nous représenter les choses » : on a affaire ici à la formulation de principe, d’une position aujourd’hui rejetée comme « eurocentriste » aussi bien par la science, dans la perspective d’une histoire globale, que par un journalisme culturel d’esprit cosmopolite.

  • 2 Le concept wébérien de « culture » recoupe à peu près notre concept actuel de « civilisation ». Sel (...)
  • 3 Weber (1986 [1920]a), p. 1 ; trad. fr. p. 49.

3Pour conforter la thèse associée à la problématique ainsi formulée, Weber énumère les phénomènes culturels qu’il a en tête. Il débute son inventaire en mentionnant des aires culturelles2 très différentes qui ont connu des innovations fondamentales dans le domaine intellectuel, avec la science moderne. « Ce n’est qu’en Occident », note Weber, « qu’existe la science dans le stade de développement que nous reconnaissons aujourd’hui comme valide3 ». On est frappé par le caractère affirmatif et tranché de cet énoncé. On ne saurait articuler plus nettement la spécificité de la culture occidentale par comparaison avec d’autres cultures. Des « sagesses » philosophiques et théologiques « d’une très grande profondeur, un savoir et des formes d’observation atteignant un degré de sublimation extraordinaire », concède Weber, ont évidemment « aussi existé ailleurs ». Mais ce type de savoirs n’est justement pas la spécificité de l’Occident. Ce qui est typique de ce dernier, c’est bien plutôt une « révolution de la manière de penser » (Kant) : la science moderne de la nature, fondée sur une base mathématique, sur des procédures de production de preuves et sur l’expérimentation, telle qu’elle a été exemplairement élaborée par Newton.

4Une nouveauté d’un ordre de grandeur comparable est paradoxalement décelée par Weber dans l’art moderne, autrement dit dans un domaine qui, plus que tout autre, est considéré comme un terrain d’expérimentation de l’idée absolue d’une égalité de valeur de tous les moyens d’expression. À partir de l’exemple de la musique, il explicite cette idée comme suit :

  • 4 Weber (1986 [1920]a), p. 2 ; trad. fr. p. 50-51.

« L’écoute musicale a connu chez d’autres peuples des développements plutôt plus raffinés […]. Mais la musique harmonique rationnelle, […] notre orchestre, […] notre écriture musicale (qui a seule rendu possible la composition et l’exécution des œuvres modernes, et leur a donc seule assuré une existence durable [ !], nos sonates, symphonies, opéras […] et tous les grands instruments qui sont au service de cette musique, l’orgue, le piano, le violon –tout cela n’a existé qu’en Occident4. »

Dans le domaine artistique aussi – où l’on aurait peut-être le moins attendu une telle primauté – l’Occident est parvenu, à en croire Weber, à des innovations « dont l’importance et la validité ont été universelles ». L’art devient un « champ d’expérimentation de la modernité » dans lequel le processus universel de rationalisation qui constitue pour Weber le noyau des sociétés occidentales peut facilement être observé.

5Il est un domaine où la différence entre les avancées du développement occidental et l’absence d’un développement comparable dans d’autres aires culturelles, liée selon Weber au critère central de la rationalisation, est particulièrement évidente : celui de la domination politique.

  • 5 Weber (1986 [1920]a), p. 3 sq. ; trad. fr. p. 53.

« Seul l’Occident connaît ‘l’État’ tout court, au sens d’une institution politique fondée sur une ‘constitution’ rationnellement établie, sur un droit rationnellement établi et sur une administration régie par des règles rationnelles établies, les ‘lois’, et confiée à des fonctionnaires spécialisés : on ne rencontre nulle part ailleurs, même si les prémisses en sont parfois présentes dans d’autres lieux, cette combinaison de facteurs décisifs essentielle pour lui5. »

L’État moderne est rationnel parce que des procédures de prises de décision acceptées comme légales placent le fondement de leur légitimité dans des lois formelles et non dans des contenus hypothétiques, quels qu’ils soient, parce que l’exercice du pouvoir est rattaché au droit par le biais d’une constitution et parce que l’administration de l’État est régie en fonction de règles par des fonctionnaires. Cela laisse peu de place aux décisions arbitraires.

  • 6 Weber (1986 [1920]a), p. 11 ; trad. fr. p. 62.
  • 7 Weber (1968), p. 517 ; trad. fr. p. 403 (trad. modifiée).
  • 8 Weber (1986 [1920]a), p. 3 ; trad. fr. p. 52.
  • 9 Weber (1986 [1920]a), p. 4 ; trad. fr. p. 52.

6L’usage répété de l’attribut « rationnel » dans l’énoncé qui vient d’être cité indique où Weber veut en venir. Dans tous les « cas de spécificité » évoqués jusqu’ici, il en va manifestement d’un « ‘rationalisme de la culture occidentale’ d’un type particulier6 ». Celui-ci ne s’étend pas seulement à la vie culturelle de la société (la science moderne comme système d’hypothèses hautement spécifique) et à l’organisation de la société (l’administration bureaucratique) mais touche aussi les personnes qui vivent au sein d’une telle société. « Tout ordre de relations sociales sans exception, quelle qu’en soit la nature », écrit Weber, « doit en fin de compte aussi être examiné pour savoir à quel type humain il donne des chances optimales de devenir dominant, par la voie de la sélection extérieure ou intérieure (motivation)7 ». Weber identifie ce type d’homme dans celui qui est centré sur la profession spécialisée (Berufsmenschentum), ou dans le spécialiste : « Seul l’Occident a accordé au type du professionnel formé et spécialisé une signification comparable à celle, dominante, qui lui revient aujourd’hui dans notre culture8. » Il est vrai que le fonctionnaire est apparu à des dates très anciennes dans les cultures les plus diverses. Mais le fait que « toute notre existence […] soit prise de façon absolument contraignante dans le carcan d’une organisation de fonctionnaires dotés d’une formation spécialisée, voilà ce qu’aucun pays et aucune autre époque n’ont connu au même titre que l’Occident moderne9 ». La question de savoir si et dans quelle mesure cette hypothèse relative à l’importance du type d’homme spécialisé et à sa prédominance dans notre culture est encore valable aujourd’hui est une pierre angulaire de la théorie wébérienne.

  • 10 Weber (1986 [1920]a), p. 4 ; trad. fr. p. 53.

7Enfin – pour en venir au thème de cet article – « il en va aussi de même de la puissance qui, dans notre vie moderne, marque le plus notre destin : le capitalisme10 ». Pour Weber, le capitalisme aussi est une innovation européenne d’une portée universelle et – thèse plus provocante encore – d’une validité universelle. Comme d’autres domaines sectoriels de la société, l’économie connaît justement au seuil de l’époque moderne un mouvement de rationalisation qui fait date. Dans ce qui va suivre, je voudrais dans un premier temps expliquer cette hypothèse fondamentale de Max Weber, puis la conforter (II). Dans un deuxième temps, je m’intéresserai à la question de savoir si l’analyse du capitalisme de Weber peut encore revendiquer une validité pour le capitalisme actuel et s’il faut introduire d’importants correctifs dans sa conception (III). Pour finir, je voudrais insister sur les changements profonds de mentalité qui vont de pair avec l’imposition de l’organisation économique capitaliste (IV). Weber pensait qu’avec le capitalisme, une mentalité économique diamétralement opposée à l’ancienne éthique européenne de l’activité économique s’était imposée. Aujourd’hui encore, le rejet de principe que suscite la diffusion du capitalisme à l’échelle mondiale, poussant à la recherche d’alternatives, se nourrit de profondes réserves à l’encontre de cette mentalité économique.

II.

  • 11 Voir par exemple Weber (1986 [1920]a), p. 6 sq. ; trad. fr. p. 55 sq. ; Weber (1981 [1923]), p. 239 (...)
  • 12 Weber (1988 [1924]a), p. 13 ; trad. fr. : p. 99.
  • 13 Weber (1981 [1923]), p. 239 ; trad. fr. p. 296.

8Il n’existe sans doute pas de phénomène qui a davantage fasciné Weber que le capitalisme moderne. Même lorsqu’il étudiait des objets apparemment lointains comme le confucianisme, par exemple, son intérêt était en partie aussi motivé par la question de savoir pourquoi le capitalisme moderne était né dans l’aire culturelle européano-américaine et non, par exemple, en Asie orientale. Weber concevait le capitalisme moderne comme l’exemple d’une nouvelle étape de rationalisation qui, dans l’Europe de l’époque moderne, n’était en aucune manière limitée au sous-système économique, mais s’imposait également dans tous les autres systèmes partiels. De même que le droit formel, l’administration bureaucratique régie par des règlements et l’État moderne institutionnalisé, le capitalisme moderne est le résultat d’un essor de rationalisation global, qui a débuté à la fin du Moyen Âge et a été typique de « l’Occident ». Pour donner corps, dans le domaine de l’économie, à cette idée très générale d’un progrès de la rationalisation de tous les domaines de la société, Weber a plusieurs fois dans son œuvre répertorié les innovations qui ont, selon lui, reflété cette rationalisation des activités économiques. Il est vrai que ces énumérations11, dans le détail, diffèrent les unes des autres, mais l’entreprise moderne capitaliste y occupe toujours une place centrale. Ce qui est nouveau, ce n’est pas l’existence de marchés sur lesquels des marchandises sont offertes en échange de sommes d’argent ; ce n’est pas non plus l’usage de la monnaie. L’une et l’autre sont des phénomènes qui ont existé de longue date dans pratiquement toutes les aires culturelles. Le capitalisme moderne (« rationnel ») présuppose l’économie d’échanges (produits et moyens de production sont des « objets d’échange12 ») mais ne se confond pas avec elle. L’élément nouveau par rapport à l’économie d’échanges est que l’offre de marchandises provient principalement, sinon entièrement, d’entreprises organisées sur un mode capitaliste. La « couverture des besoins quotidiens par la voie capitaliste » est, selon Weber, « propre à l’Occident seul13 ». La question est de savoir en quoi réside exactement la « voie capitaliste ».

  • 14 Voir par exemple Wallerstein (2000 [1974]).
  • 15 Weber (1986 [1920]a), p. 4 ; trad. fr. p. 53.
  • 16 Weber (1986 [1920]a), p. 4 ; trad. fr. p. 53.
  • 17 Weber (1986 [1920]a), p. 7 ; trad. fr. p. 57.
  • 18 Selon Marx, le capital « n’apparaît que lorsque le détenteur des moyens de production et de subsist (...)
  • 19 Weber (1988 [1924]a), p. 13 ; trad. fr. p. 99.
  • 20 Weber (1988 [1924]a), p. 13 ; trad. fr. p. 99.

9Une réponse évidente, que l’on rencontre aujourd’hui encore souvent dans la discussion scientifique de cette question, est la suivante : dans l’aspiration des entreprises au profit14. Weber met en garde contre la « définition naïve du concept » qui voit dans l’aspiration au profit l’essence de l’action économique capitaliste. L’aspiration à « gagner le plus d’argent possible » a bien plutôt existé « à toutes les époques et dans tous les pays du monde15 ». Si l’on n’entend par capitalisme qu’un type d’action d’orientation économique dont l’objectif est l’aspiration au profit illimité, quelle que soit la base sur laquelle il se fonde, cette forme d’activité économique n’est ni spécifiquement occidentale ni spécifique à l’époque moderne. Comparée au « désir de profit le plus immodéré16 » au cours d’époques antérieures, le capitalisme moderne se distingue bien plutôt justement par une limitation et un contrôle de ce désir. Weber et Marx s’accordent sur ce point. Ce qui est vraiment nouveau en revanche dans l’action économique capitaliste, c’est l’organisation rationnelle du travail formellement libre17. Weber s’accorde également avec Marx pour penser que tout type d’exploitation du capital, quelle que soit la base sur laquelle elle est fondée, ne constitue pas une forme de capitalisme au sens moderne du terme18. De la même façon que Marx, Weber restreint l’extension du concept à un « mode particulier de valorisation du capital : l’exploitation du travail d’autrui par le biais d’un contrat avec le travailleur ‘libre’19 ». Si l’on abandonne ce critère, « il est parfaitement établi que des époques entières de l’histoire de l’Antiquité portent la marque d’un ‘capitalisme’ très poussé20 ».

  • 21 Weber (1972 [1922]), p. 71.
  • 22 Weber (1988 [1924]a), p. 13 ; trad. fr. p. 99.

10Deux concepts sont fondus en un seul dans la définition de l’action économique capitaliste qui vient d’être citée : (a) « le travail en vertu d’un contrat librement consenti de part et d’autre sur le plan formel21 » et (b) l’organisation rationnelle du travail contractuel. L’entreprise capitaliste moderne est fondée sur l’emploi exclusif de forces de travail formellement libres. Le contrat de travail est un élément essentiel de ce dispositif. Il est conclu avec des personnes qui, en tant que citoyens d’un État, jouissent de droits subjectifs, en tout premier lieu celui de disposer d’eux-mêmes. Elles se présentent sur le marché du travail parce qu’elles n’ont pas d’autre possibilité d’assurer leur existence. Les formes de travail non libre comme le travail des esclaves et les corvées (« l’exploitation par un seigneur foncier, à des fins de profit, des individus dominés du point de vue d’un droit personnel22 ») sont incompatibles par principe avec l’organisation d’une entreprise capitaliste fondée sur des contrats. Au demeurant, le travail dans une entreprise capitaliste n’est libre que d’un point de vue formel et non matériel. Le travail dans l’entreprise est entièrement soumis à l’autorité du capital. Il ne serait matériellement libre que s’il était autogéré, c’est-à-dire si le contenu de l’activité de travail était entièrement déterminé soit par les travailleurs eux-mêmes (comme c’est le cas pour les artisans indépendants) soit par le collectif de travail.

11Dans l’entreprise capitaliste, ce travail formellement libre est organisé sur un mode rationnel – c’est là la deuxième composante de la définition de l’entreprise capitaliste. Pourquoi l’organisation du travail se voit-elle adjoindre le prédicat « rationnel » et pourquoi Weber ne voit-il pas au contraire en elle une forme extrêmement irrationnelle d’organisation du travail ?

  • 23 Weber (1986 [1920]a), p. 8 ; trad. fr. p. 58.
  • 24 Weber (1972 [1922]), p. 94.
  • 25 Weber (1986 [1920]a), p. 8 ; trad. fr. p. 58.

12Pour répondre à cette question tout à fait décisive, Weber fait référence à cinq facteurs corrélés entre eux. Premièrement, l’entreprise capitaliste est rationnelle parce qu’elle est organisée sur un mode bureaucratique. La conquête que représente l’organisation bureaucratique de l’administration n’est donc aucunement limitée aux institutions publiques, elle se rencontre également dans les organismes privés. Eux aussi ont recours à des « fonctionnaires privés » (Beamte) qui travaillent dans un bureau en se conformant à des règlements préalablement établis et à une division des tâches bien définie. L’entreprise capitaliste fait dériver pour ainsi dire sa rationalité de celle de l’organisation bureaucratique. Un autre facteur qui explique pourquoi l’action économique capitaliste est « rationnelle » est la « séparation de la gestion domestique et de l’entreprise23 ». Celle-ci est rationnelle dans la mesure où elle rend plus difficile l’imbrication des intérêts domestiques avec ceux de l’entreprise. Cette séparation est pleinement réalisée dans la grande entreprise, qui opère la « séparation la plus complète possible entre l’entreprise et sa destinée, d’une part, et, de l’autre, le budget domestique et les réserves de fortune […] des propriétaires24 », mais on en rencontre déjà les prémisses dans n’importe quelle petite entreprise artisanale. À la séparation du budget domestique et de l’entreprise est étroitement associée, troisièmement, la comptabilité25. Le système aujourd’hui dominant de la double comptabilité, issu d’un écrit du moine franciscain Luca Pacioli, dresse la liste de toutes les transactions au point de jonction entre l’entreprise et son environnement, selon deux entrées : la colonne des avoirs et celle des dépenses. Développé au début de l’époque moderne, ce système est resté en grande partie inchangé depuis. Il offre au chef d’entreprise une source d’information sur l’état de ses affaires, mais pas seulement à lui : les investisseurs potentiels et les autorités étatiques peuvent également en prendre connaissance. La double comptabilité se voit attribuer le prédicat « rationnel » en raison de la possibilité de principe, aussi bien pour le chef d’entreprise que pour ses créanciers, de prendre connaissance de la situation de l’entreprise.

  • 26 Weber (1972 [1922]), p. 48.
  • 27 Weber (1972 [1922]), p. 50.

13Une quatrième raison expliquant pourquoi l’entreprise capitaliste est une organisation rationnelle est le calcul du capital. Une entreprise capitaliste agit rationnellement lorsque les décisions relatives à son expansion, à ses champs d’action et à ses choix techniques ne sont pas aveugles ou « émotionnelles » mais sont prises sur la base d’informations concernant les évolutions et les perspectives économiques attendues. L’objectif du calcul du capital est le contrôle des chances de profit et des profits effectivement obtenus26. Tous les manuels de calcul d’investissement, auxquels Weber lui-même se réfère déjà27, exposent les principes de la prise de décision rationnelle. La décision d’investir est rationnelle quand 1) elle se fonde sur un calcul des coûts et profits d’un investissement et 2) elle réalise celui dont la valeur attendue est au moins aussi élevée que celle des décisions d’investissement alternatives.

  • 28 Weber (1972 [1922]), p. 48.

14En raison de l’incertitude qui pèse sur l’évolution des prix à l’avenir, Keynes a contesté dans un article célèbre (1937) la pertinence d’un calcul des chances de réussite. Weber est au contraire convaincu que l’avenir de l’économie dans les conditions de l’économie de marché n’est pas entièrement incertain mais peut être calculé. À ces conditions sont associées des chances de débouchés calculables et, de la même façon, les coûts générés par l’acquisition des moyens de production et des forces de travail peuvent être calculés de façon « suffisamment assurée » ; il en va de même des coûts qui interviennent jusqu’à ce que les marchandises soient prêtes à être écoulées28.

  • 29 Weber (1972 [1922]), p. 94.
  • 30 Weber (1972 [1922]), p. 95.
  • 31 Weber (1972 [1922]), p. 95.
  • 32 Weber (1986 [1920]a), p. 9 ; trad. fr. p. 59.

15Un dernier facteur de rationalité de l’entreprise capitaliste est le recours au travail salarié, plus rationnel que l’usage de toute autre forme de travail imaginable. Dans le § 30 de sa Sociologie de l’économie, Weber discute de la rationalité du recours au travail salarié par comparaison avec le travail des esclaves. Même si le travail non libre autorise « la possibilité de disposer des travailleurs sur un mode beaucoup moins limité, d’un point de vue formel » que dans le cas où ceux-ci sont « loués en échange d’un salaire29 », cela ne lui confère pour autant aucune supériorité par rapport au travail salarié du point de vue de la valorisation. Cinq données parlent bien plutôt en faveur d’un choix du travail formellement libre comme base de l’entreprise capitaliste :
a) avec le travail salarié, les risques encourus par le capital et la dépense en capital sont moindres ;
b) sous le régime du travail salarié, la reproduction et l’élevage des enfants sont entièrement laissés à la charge du travailleur. Le travail des esclaves, observe Weber, était « grevé par les coûts de nourriture des femmes et d’élevage des enfants30 ». L’entrepreneur capitaliste qui paie un salaire est immédiatement déchargé de ces frais. La rationalité de la forme salariée réside précisément dans la rupture avec toutes les relations personnelles entre maître et serviteur.
c) La menace de licenciement permet d’obtenir des performances optimales des travailleurs salariés. Le recours au travail des esclaves ne permet pas de disposer de l’instrument disciplinaire que constitue cette menace de licenciement.
d) Seul le travail formellement libre permet d’opérer une sélection parmi les travailleurs en fonction des capacités de rendement et de la volonté de rendement. L’acheteur d’esclaves peut tout à fait, il est vrai, faire son choix sur un marché d’esclaves, mais, pour reprendre la formule crue et sans ambages de Weber, « il n’était pas possible d’engager l’ouvrier après l’avoir testé sur la machine ni de le licencier en fonction des variations de la conjoncture ou une fois qu’il était usé31 ». Le lien entre l’activité économique rationnelle et le travail salarié trouve enfin son point culminant dans le fait que
e) « un calcul exact – le fondement de tout le reste – n’est possible que sur la base d’un travail libre32 ». Ce constat est évident, dans la mesure où, sans un chiffrage du coût de tous les facteurs de production, les rendements ne peuvent pas vraiment être calculés. Mais Weber laisse de côté le problème de savoir comment, en cas de fluctuation des prix sur les marchés des facteurs de production et des produits, il est réaliste d’envisager qu’un tel calcul puisse être à peu près fiable.

  • 33 Weber (1972 [1922]), p. 439 ; trad. fr. Weber (1986), p. 112.
  • 34 Weber (1981 [1923]), p. 240 ; trad. fr. p. 297 (trad. modifiée).
  • 35 Weber (1981 [1923]), p. 239 ; trad. fr. p. 297.
  • 36 Weber (1981 [1923]), p. 270 ; trad. fr. p. 333.
  • 37 Weber (1981 [1923]), p. 239 ; trad. fr. p. 297.
  • 38 Weber (1986 [1920]a), p. 3 ; trad. fr. p. 52.

16On aura compris que le capitalisme de la rentabilité basé sur le calcul exact – le fondement de tout le reste ! – n’est en aucun cas une forme d’économie « naturelle », mais plutôt une forme hautement invraisemblable. Weber s’intéressait aux conditions rendant vraisemblable une telle forme économique, ainsi que l’entreprise capitaliste qui en constitue le noyau. Les présupposés de l’imposition de la forme capitaliste de l’activité économique énumérés par Weber dans différents passages de son œuvre sont les suivants :
- premièrement, l’affranchissement des moyens de production, en particulier du sol et des terres, par rapport aux attaches féodales et, en principe, la possibilité de leur transformation en propriété privée ;
- deuxièmement, la « réduction des contraintes et l’augmentation de la liberté individualiste33 » ;
- troisièmement, un ordre juridique qui impose les droits de propriété privée et garantit « une justice et une administration calculables34 » ;
- quatrièmement, le libre marché, c’est-à-dire des échanges de marchandises affranchis des limitations irrationnelles liées au groupe de statut ou à la communauté35. Le libre marché et l’ordre juridique de la propriété privée sont les deux grands piliers d’un ordre de l’économie d’échanges dans lequel l’échange de marchandises sur des marchés coordonne les actions économiques de producteurs et de consommateurs.
- cinquièmement, il faut un État « au sens moderne », avec « une constitution instituée, une fonction publique spécialisée et des droits civiques36 » ;
- sixièmement, une « technique rationnelle » de production et de circulation des marchandises, « c’est-à-dire calculable au plus haut degré et donc mécanisée37 » favorise la conversion des entreprises artisanales travaillant selon des techniques traditionnelles à la production de marchandises capitaliste ;
- il en va de même, septièmement, des sciences de la nature modernes avec la formulation mathématiquement exacte des principes et le contrôle empirique des hypothèses par l’expérience. Sans « l’exercice spécialisé de la science, rationnel et systématique38 », il n’existerait pas de « technique calculable au plus haut degré ». Et sans l’afflux constant d’un savoir techniquement exploitable, la dynamique économique marquerait le pas. Enfin, elle tient au fait que les luttes de concurrence contraignent les entreprises capitalistes à rechercher leur « salut » dans des innovations au niveau des processus et des produits.

III.

  • 39 Weber (1980 [1921]), p. 323 ; trad. fr. p. 326.
  • 40 Weber (1980 [1921]), p. 322 ; trad. fr. p. 325.
  • 41 Weber (1972 [1922]), p. 128.
  • 42 János Kornai a forgé le terme de « soft budget constraint » (Kornai [1992]) pour caractériser la si (...)

17Nous l’avons vu, « l’organisation strictement rationnelle du travail fondée sur la technique rationnelle39 » est au centre de l’analyse wébérienne du capitalisme. C’est l’élément qui distingue le capitalisme moderne des « formes extrêmement anciennes » du capitalisme des aventuriers et du capitalisme de la rapine. Non seulement cette forme de capitalisme a besoin d’une « justice et d’une administration dont le fonctionnement […] puisse […] être calculé rationnellement40 », mais les « formes d’entreprise modernes » sont bien plutôt elles-mêmes des organisations bureaucratiques dont la survie est aux mains de fonctionnaires privés (l’expression préférée de Weber pour désigner les employés) dotés d’une formation spécialisée. L’hypothèse centrale de la théorie de la bureaucratie de Weber selon laquelle « tout le travail continu est exécuté par des fonctionnaires dans des bureaux41 » s’applique aussi aux entreprises économiques. Dans cette perspective, il ne semble guère possible d’accorder beaucoup de place à l’action de l’entrepreneur. Mais cette impression est trompeuse. D’une part, l’entrepreneur joue un rôle important dans l’analyse de Weber comme ultime refuge face au développement extensif de la bureaucratisation. D’autre part, en dépit de la donnée que constitue l’organisation bureaucratique, l’entreprise capitaliste ne fait pas partie de l’administration étatique mais est soumise à une restriction budgétaire qui la contraint. Elle doit couvrir toutes ses dépenses avec ses revenus et ne peut pas compter sur l’État pour compenser ses pertes42. Cela représente une forte incitation à ne pas opérer « au petit bonheur la chance » mais à soumettre plutôt les chances de profit à un contrôle bureaucratique. Marx voyait les choses de la même façon. Quel que soit le degré d’anomie du marché, la production dans l’entreprise est organisée sur un mode bureaucratique.

  • 43 Schumpeter (1911), p. 121.
  • 44 Schumpeter (1911), p. 140.
  • 45 Schumpeter (1911), p. 148.
  • 46 Schumpeter (1911), p. 149.
  • 47 Schumpeter (1911), p. 149.
  • 48 Weber (1972 [1922]), p. 52.
  • 49 Bader et al. (1976), chap. 26.
  • 50 Weber (1972 [1922]), p. 52.

18Cette conception orientée vers l’organisation rationnelle du travail contractuel dans l’entreprise a soulevé des objections importantes, qui ont remis en cause aussi bien le rôle central du contrat de travail que la rationalité de l’institution fondée sur ce dernier. Par comparaison avec l’insistance de Weber sur l’organisation rationnelle du travail, on observe notamment un déplacement d’accent dans l’analyse de l’entrepreneuriat proposée par Schumpeter. La tâche de l’entrepreneur est de « transformer le cours du processus43 » ou « d’imposer de nouvelles combinaisons en soustrayant l’exploitation du travail et du sol à ses usages habituels44 ». Ce qui distingue l’entreprise moderne n’est pas l’administration de stocks mais la transformation continuelle des techniques de production et l’invention de nouveaux produits. C’est le contrat de crédit, et non le contrat de travail, qui est typique de l’entreprise capitaliste et de sa quête continuelle de nouveaux produits et de nouvelles méthodes de production, imposée par la concurrence. Pour promouvoir ses innovations, note Schumpeter, « l’entrepreneur a besoin de pouvoir d’achat. […] Il ne peut devenir entrepreneur qu’en devenant préalablement débiteur45 ». Il n’est pas d’autre sujet économique qui soit fondamentalement un débiteur dans un sens analogue. Ainsi, ce n’est plus le rapport entre capital et travail qui focalise l’attention mais celui qui s’établit entre l’entrepreneur comme souscripteur de crédit et le « capitaliste » comme pourvoyeur de crédit. L’élément essentiel du processus économique est l’octroi de crédit aux entrepreneurs et donc leur endettement et non l’organisation rationnelle du travail46. Il a pour seul et unique « objectif les innovations47 ». L’entrepreneur est contraint de mener à bien celles-ci afin de pouvoir honorer ses dettes. Ce sont ces innovations et non le « pouvoir48 » ou l’exploitation49 qui expliquent en fin de compte le « phénomène fondamental de l’économie capitaliste » qui veut que « des sommes compensatoires soient constamment payées pour les capitaux prêtés50 » et puissent tout simplement être acquittées.

19Une réflexion qui s’appuie sur les idées de fond de la Théorie générale de Keynes (1936) suggère d’importantes restrictions à apporter à l’idée de calculabilité de la réussite. Le présupposé de tout plan d’investissement est que les bénéfices prévisionnels puissent être calculés et quantifiés, qu’il soit possible d’énoncer des hypothèses sur la vraisemblance de ces calculs et que le taux d’intérêt susceptible d’être prélevé sur les futurs bénéfices soit connu. Un projet d’investissement est rentable quand les bénéfices ainsi calculés sont au total au moins aussi importants que les coûts. (Pour plus de simplicité, on peut admettre que les coûts sont connus).

20La question décisive est dès lors de savoir si l’entreprise dispose de suffisamment d’informations pour effectuer cette comparaison entre coûts et bénéfices. Pour l’ensemble de la période dans laquelle l’investissement n’est pas encore complètement engagé, il faudrait connaître le degré de vraisemblance d’obtention d’un bénéfice, savoir à combien s’élève le bénéfice qui dépend des débouchés, et connaître en outre le taux d’intérêt prélevé sur les bénéfices. Ces variables ne sont certes pas aléatoires et leurs modifications entièrement contingentes, mais leur spectre de variation est suffisamment large pour que la rationalité d’un calcul soit problématique. Une grande entreprise peut avoir à son service des équipes chargées de réaliser des études de marché et les calculs correspondants. Mais chacun des paramètres de la décision est affecté d’une telle marge d’incertitude qu’on peut se demander si les calculs présentés ne servent pas davantage à justifier a posteriori les décisions arbitraires de l’entreprise qu’à permettre un choix entre des options alternatives. Ceux qui croient pouvoir calculer le rendement d’un investissement présupposent la possibilité de principe d’un calcul des événements futurs susceptibles de survenir.

  • 51 Keynes (1937), p. 216.
  • 52 Keynes (1937), p. 216.

21À l’encontre cette croyance, Keynes a fait valoir que, dans le calcul des probabilités, les facteurs d’incertitude incalculables et les risques calculables s’équilibrent. « By uncertain knowledge », note-t-il, « I do not mean merely to distinguish what is known for certain from what is only probable51 ». Les chances de gagner à la roulette, poursuit-il, ne sont pas incertaines au sens strict et même le temps qu’il fait n’est que « modérément incertain ». Sont en revanche incertains au sens strict du terme le prix du cuivre ou les taux d’intérêt dans vingt ans, par exemple. Dans la plupart de nos actions, ajoute-t-il, nous ne nous intéressons qu’aux conséquences immédiates. Il en va autrement avec l’accumulation de richesse. Le succès de la constitution d’une fortune se décidera dans un avenir lointain. « The whole object of the accumulation of wealth is to produce results […] at a comparatively distant and sometimes at an indefinitely distant, date. Thus the fact that our knowledge of the future is fluctuating, vague and uncertain, renders wealth a peculiarly unsuitable subject for the methods of classical economic theory52. »

  • 53 Weber (1904), p. III.

22Les arguments de Schumpeter et de Keynes apportent à n’en pas douter des correctifs explicites à l’image du capitalisme moderne tracée par Weber, mais ils n’induisent pas un rejet complet des conceptions de ce dernier. L’argent et le crédit sont des phénomènes économiques beaucoup plus anciens que le capitalisme moderne. Il en va de même évidemment de la dépense de travail humain dans la production ainsi que de l’échange de travail contre de l’argent. Mais le fait que les capitalistes trouvent sur les marchés du travail des agents vendant librement leur force de travail inaugure une nouvelle époque de l’histoire économique. Même si ce modèle a déjà existé ici et là, il n’a jamais constitué la base de l’organisation économique avant l’apparition du capitalisme moderne. Une fois qu’elle a vu le jour, cette forme d’activité économique, telle est la conviction de Weber, « ne peut plus être éradiquée, c’est un résultat de l’évolution historique qu’il faut tout simplement accepter53 ».

23Cette conception est combattue par la recherche d’alternatives au capitalisme – aussi ancienne que le capitalisme lui-même. Cette quête n’a cependant guère tiré au clair les raisons pour lesquelles le capitalisme ne peut plus être éradiqué. Weber a cherché une réponse à cette question en affirmant l’existence d’une forme de rationalité supérieure établie par la comparaison historique avec toutes les autres formes économiques possibles. C’est cette rationalité – et non la répression des solutions alternatives par le recours au pouvoir étatique – qui explique en dernière instance que cette forme d’organisation économique ait rendu obsolète la critique théorique formulée à son encontre et condamné à l’échec la mise en pratique des critiques du capitalisme.

  • 54 Huntington (1996).
  • 55 Cf. Maddison (2001), p. 126.

24Quoi qu’il en soit : le constat wébérien selon lequel le capitalisme est un « fait auquel on ne peut rien changer » a été confirmé de façon éclatante par l’évolution de l’économie mondiale après la mort du sociologue. Les deux changements économiques peut-être les plus importants depuis sa disparition ont été d’une part l’expansion mondiale du capitalisme et, de l’autre, l’élévation du niveau de vie moyen dans toutes les économies nationales conquises par le capitalisme – au sens de Weber ! Autour de 1900, l’économie mondiale offrait l’image d’un monde scindé en deux : d’un côté un petit nombre de pays européens déjà économiquement développés (Angleterre, France et Allemagne surtout) et l’Amérique du Nord, de l’autre des territoires coloniaux immenses qui servaient de débouchés et de sphère d’influence politique aux puissances mondiales. Sans appartenir à l’aire culturelle occidentale, définie par la Renaissance, la Réforme et les Lumières54, Russie et Japon étaient eux aussi déjà entrés dans la phase de développement capitaliste industriel, avec une réglementation de la propriété privée, une prolétarisation de couches de la paysannerie et la mise en place d’une industrie lourde. Ces deux pays étaient au demeurant très en retard par rapport au développement occidental. Cent ans plus tard, ce tableau a complètement changé (après l’intermède du socialisme). Il n’existe plus un unique centre de développement économique (l’aire culturelle occidentale) mais, depuis les années 1980, un second a vu le jour : l’Extrême-Orient. L’Europe de l’Est, l’Amérique du Sud et l’Asie du Sud connaissent aujourd’hui une modernisation à marche forcée de leurs économies inspirée du modèle occidental et les pays d’Afrique sont également sur le point de s’intégrer comme pays autonomes dans l’économie mondiale tournée vers l’économie de marché. Si l’on compare le degré de développement des pays d’Europe à l’époque de Weber et celui qui est le leur actuellement, on est frappé de voir que les avancées majeures de leur développement étaient en réalité encore à venir. Le produit social par habitant en Europe s’élevait en 1913 à 3 473 dollars internationaux (sur la base de 1990). En 1998, il atteignait 17 921 dollars, soit plus de cinq fois plus55. Cette hausse considérable du produit social dans un laps de temps si court s’est accompagnée d’un bouleversement de toutes les conditions de vie habituelles que personne, en 1900, ne pouvait prévoir.

  • 56 Weber (1972 [1922]), p. 60.
  • 57 Weber (1972 [1922]), p. 56.

25Bien que ces changements aient été profonds et d’une grande ampleur, ils n’impliquent justement pas une révision des hypothèses de Weber. Ils fournissent bien plutôt la meilleure preuve de la réussite d’un modèle économique dont Weber avait cherché à analyser les traits fondamentaux. La condition préalable de la réussite économique est partout « l’orientation autonome en fonction de chances de profit au sein de l’économie de profit56 » ; sans calcul du capital et, par là, sans « prix effectifs57 », elle ne serait tout simplement pas possible.

IV.

26Les lecteurs qui m’ont suivi jusqu’ici pourraient facilement avoir l’impression que Weber voyait dans la diffusion du capitalisme à l’échelle planétaire l’histoire d’une réussite totale. Pourtant, le sociologue était très réfractaire à tout optimisme du progrès. Ses analyses de l’économie et de la société de son temps sont au contraire marquées par un profond pessimisme. En ce qui concerne l’économie, ses doutes ne portaient pas sur les capacités de rendement des systèmes capitalistes, mais sur leurs conséquences d’un point de vue culturel. Cela signifie deux choses : au sens étroit, la « question ouvrière » mais, dans un sens plus large, l’apparition d’une mentalité économique qui, historiquement, est d’un genre nouveau, et à laquelle doivent se soumettre tous ceux qui participent à la vie économique, sous peine de perdre leurs moyens d’existence matériels.

  • 58 Weber (1988 [1918]), p. 506 ; trad. fr. p. 475.
  • 59 Weber (1988 [1918]), p. 506 ; trad. fr. p. 475.
  • 60 Weber (1904), p. IV.
  • 61 Weber (1904), p. I.

27Commençons par le problème qu’on a désigné sous le nom de « question ouvrière ». Il ne se confond pas avec le paupérisme ni, plus radicalement encore, avec l’idée que la « bourgeoisie moderne », à la différence de l’esclavage, ne peut même pas « garantir la survie de la classe asservie58 ». « Sous cette forme », « la théorie dite de la paupérisation », Weber en fait le constat, a été « aujourd’hui expressément abandonnée comme non valable par toutes les couches de la social-démocratie sans exception59 ». Selon lui, « l’intégration du prolétariat […] dans la communauté culturelle des États modernes » pose « incontestablement un problème pour toute politique étatique60 », mais, compte tenu de la productivité croissante des économies capitalistes, cette difficulté peut parfaitement trouver une solution. Le vrai problème soulevé par la question ouvrière se situe sur un autre plan. La « question ouvrière dans sa signification culturelle » n’est d’abord que « l’expression la plus clairement perceptible d’un complexe de phénomènes beaucoup plus vaste : le processus de transformation et les bouleversements qui, avec l’imposition du capitalisme, ont affecté notre vie économique et, avec elle, la vie de notre culture en général61 ». Des années plus tard, Weber ajoutera que ce processus de transformation et ces bouleversements ne sont qu’une des composantes d’un complexe de phénomènes beaucoup plus vaste encore, à savoir la rationalisation croissante de tous les domaines de la « culture » occidentale (au sens wébérien).

  • 62 Weber (1988 [1924]b), p. 59.

28Le problème réside dans la « structure de ‘l’appareil’ singulier » avec lequel « l’organisation de la production de la grande industrie » a « ‘coiffé’ la population ». « Dans sa signification destinale », elle dépasse « même la portée de la question du choix entre l’organisation ‘capitaliste’ ou ‘socialiste’ de la production », parce que la « perpétuation de cet ‘appareil’ en tant que tel est indépendante de cette alternative62 ». Weber était fermement convaincu que la socialisation des moyens de production ne pouvait rien changer à cet état de fait. Plus grave encore : dans les entreprises socialistes, les ouvriers sont toujours soumis à la discipline d’entreprise, mais dans la mesure où la rationalité de cette forme économique est moindre, leurs conditions de vie sont notoirement pires qu’en contexte capitaliste.

  • 63 Weber (1988 [1924]b), p. 59.
  • 64 Weber (1986 [1920]b), p. 203 ; trad. fr., p. 300.

29Pour dépeindre concrètement les conditions de travail et de vie, Weber décrit le travail d’usine en ayant recours à des concepts qui renvoient à une organisation du travail entièrement tayloriste : « l’atelier moderne avec sa hiérarchie des fonctions, sa discipline, ses ouvriers enchaînés aux machines, […] son appareil de calculs gigantesque, qui englobe même le geste le plus simple de l’ouvrier63 », détermine et soumet à une « contrainte écrasante », comme il le note ailleurs64, l’existence de tous ceux qui sont condamnés à devoir gagner leur vie en travaillant à l’usine.

  • 65 Weber (1988 [1918]), p. 505 ; trad. fr. p. 474.

30La question de savoir dans quelle mesure le taylorisme a été prédominant dans le travail d’usine au cours du passé est une question empirique très débattue. Son degré d’emprise sur la production a varié selon les pays et les époques. Aujourd’hui, il n’est plus la forme d’activité dominante caractéristique de tout travail salarié dépendant, du moins en Allemagne et dans toutes les sociétés industrielles occidentales avancées. Non seulement parce que la production industrielle ne contribue plus, en Allemagne, qu’à un tiers de la production du produit social, mais surtout parce que l’organisation du travail tayloriste est mal adaptée au travail du savoir qui se diffuse dans toutes les branches de la production. Weber avait certes entièrement raison de postuler que le socialisme n’abolirait pas mais cimenterait la « domination de l’homme par l’homme65 », mais il était trop impressionné par cette forme d’organisation du travail pour voir qu’elle ne déterminerait pas nécessairement l’avenir du travail dans les sociétés occidentales avancées.

  • 66 Weber (1986 [1920]b), p. 35 sq. ; trad. fr. p. 92.
  • 67 Weber (1986 [1920]b), p. 35 sq. ; trad. fr. p. 92.
  • 68 Weber (1986 [1920]b), p. 198 ; trad. fr. p. 294.
  • 69 Weber (1986 [1920]b), p. 36 ; trad. fr. p. 96.

31Le problème culturel soulevé par le capitalisme n’est pas réglé pour autant. Le cœur du problème ne réside pas dans la question ouvrière mais dans une mentalité économique entièrement nouvelle et, en lien avec elle, dans un ethos de conduite de vie qui va à l’encontre de tout ce qui, dans l’Europe ancienne, possédait une valeur du point de vue de l’éthique économique. Avec le capitalisme s’impose une nouvelle éthique dans laquelle « l’homme est tributaire du profit comme finalité de sa vie : ce n’est plus le profit qui est subordonné à l’homme, comme un moyen destiné à satisfaire ses besoins66 ». « Tout bonnement impensable d’un point de vue naïf, ce renversement de l’ordre qu’on pourrait dire ‘naturel’ », commente Weber, « est manifestement un leitmotiv du capitalisme : ceux qui n’ont pas été touchés par son souffle ne peuvent le saisir67 ». Cette nouvelle mentalité économique trouve son expression la plus visible dans « l’ethos professionnel bourgeois68 », dans la mesure où, « au sein de l’ordre économique moderne », le profit financier est « le résultat et l’expression de l’assiduité au métier69 ».

  • 70 Weber (1986 [1920]b), p. 203 ; trad. fr. p. 300-301.

32Le rôle historique de l’éthique protestante, qui a élevé l’aspiration au profit à la hauteur d’un devoir moral, est d’avoir contribué à imposer ce bouleversement de la mentalité économique. Weber établit une distinction stricte entre la forme et l’esprit du capitalisme. L’éthique protestante a été un facteur causal pour l’esprit du capitalisme, sinon pour sa forme. Mais mesurer quelles chances de réalisation la nouvelle forme d’économie aurait pu avoir sans cet esprit est un problème en soi. Quoi qu’il en soit, souligne expressément Weber, cet esprit à contribué à « construire le puissant cosmos de l’ordre économique moderne, dont les contraintes écrasantes déterminent aujourd’hui le style de vie de tous les individus nés dans ses rouages – et pas seulement de ceux qui exercent directement une activité économique70 ».

  • 71 Weber (1986 [1920]b), p. 37 ; trad. fr. p. 94.
  • 72 Weber (1988 [1924]b), p. 60.
  • 73 Weber (1986 [1920]b), p. 37 ; trad. fr. p. 94.

33Weber dépeint aussi bien le nouvel ordre économique que le style de vie qui s’y conforme sous un jour qui n’est en rien optimiste et confiant dans l’avenir ; l’ensemble de notions auxquelles il a recours présente une tonalité ouvertement pessimiste. Pour lui, il n’est pas question d’affirmer, par exemple (en tout cas dans L’Éthique protestante), que le capitalisme a amélioré les possibilités de consommation et les chances de vie de toutes les couches de la population et contribuera à les améliorer, selon toute vraisemblance, au fur et à mesure de ses avancées. Weber le décrit comme un « gigantesque cosmos dans lequel l’individu » doit vivre, « un carcan qui, de fait, ne peut être transformé71 ». Certes, il spécule sur l’idée qu’une « forme quelconque de solidarité dans une économie communautaire » pourrait « transformer de fond en comble l’esprit qui vit dans ce gigantesque carcan72 » mais il ne compte pas sur une telle évolution. Ce « carcan qui, de fait, ne peut être transformé » impose bien plutôt « à l’individu pris dans les rets du marché les normes de son activité économique73 ».

  • 74 Weber (1986 [1920]b), p. 36 ; trad. fr. p. 94.
  • 75 Cette affirmation n’est valable qu’en moyenne et pas nécessairement pour toutes les professions. Da (...)

34Dans le passage qui vient d’être cité, Weber rattache au demeurant la contrainte exercée par le système à la condition que l’individu soit pris dans les rets du marché. D’un point de vue contemporain, on doit se demander si cette contrainte a augmenté ou diminué. Un argument qui parle en faveur de l’hypothèse d’une augmentation est que le « devoir professionnel74 » ne concerne plus seulement, comme au temps de Weber, une moitié de l’humanité, mais aussi bien les femmes que les hommes. Cependant, ce changement n’a pas été imposé à l’autre sexe, il a été voulu par ce dernier. À lui seul, ce constat parle en défaveur de la thèse d’une contrainte imposée de l’extérieur. Mais surtout, avec l’extension de l’obligation d’exercer une profession, qui a quasiment fait de l’activité professionnelle la forme exclusive de garantie de l’existence, la part du temps de vie consacrée à l’exercice du métier a connu une réduction drastique75.

  • 76 Weber (1986 [1920]b), p. 203 ; trad. fr. p. 300.
  • a Il s’agit du chapitre II du recueil posthume Économie et société [N.d.T.].
  • 77 Weber (1972 [1922]), p. 86.

35La description du travail professionnel dans L’Éthique protestante présente des traits qui ne sont compréhensibles que sur l’arrière-plan de l’image inversée d’un monde perdu, aux accents romantiques. L’exercice d’une profession ne se résume pas à une forme concrète de ce renversement entre fins et moyens, qui fait du profit monétaire recherché pour lui-même le mot d’ordre suprême. L’exercice du métier ne se confond pas avec la quête du profit comme fin en soi, même si beaucoup de professions peuvent en donner l’impression. L’étroitesse et l’horizon réduit associés à l’exercice d’une profession spécialisée ne sont pas non plus la marque d’un « type d’homme » déficient par rapport à « un temps de plénitude et de beauté de l’humanité76 ». Toutes les activités qui comptent dans le quotidien, de l’école aux soins des malades en passant par la sécurité publique, sont aujourd’hui réalisées dans le cadre d’un travail professionnel, et il n’y a là ni fausseté ni déficience. Weber lui-même en convenait. En tout cas, le portrait qu’il dresse du travail professionnel dans le § 24 de sa Sociologie de l’économiea est exempt des connotations pessimistes perceptibles dans L’Éthique protestante. La dimension de contrainte du travail professionnel n’a pas disparu, certes, mais dans l’économie privée moderne, elle découle seulement des « probabilités de ne pas obtenir d’emploi en cas de rendement insuffisant77 ». Dans le secteur public, cette contrainte est nettement plus faible. Existe-t-il un monde meilleur par delà la société de la rentabilité ? La question reste ouverte. L’affranchissement par rapport aux contraintes du travail professionnel devrait en tout cas être compensé, selon toute probabilité, par une réduction du niveau de vie.

  • 78 Weber (1988 [1918]), p. 501 ; trad. fr. p. 469.
  • 79 Weber (1986 [1920]b), p. 37 ; trad. fr. p. 94.
  • 80 Weber (1986 [1920]b), p. 198 ; trad. fr. p. 295.
  • 81 Weber (1981 [1923]), p. 314 ; trad. fr. p. 386.
  • 82 Weber (1981 [1923]), p. 314 ; trad. fr. p. 386.
  • 83 Cf. Streeck (2011).

36Quel que soit le problème culturel soulevé par le capitalisme, ce n’est pas le socialisme qui est en mesure de le résoudre. Il n’a rien changé à la séparation entre le travailleur et les moyens de production, ni à sa soumission à la discipline de l’usine78. Bien entendu, avec le socialisme, la contrainte de travail serait peut-être moins forte, mais le niveau de vie serait aussi nettement plus faible. On peut spéculer sur le fait qu’un nouvel esprit communautaire soit en mesure de saper de l’intérieur l’édifice de l’ordre économique capitaliste. Mais d’où pourrait venir cet esprit et, surtout, comment pourrait-il s’imposer ? Sa diffusion est tout simplement bloquée, observe Weber, par le fait que le capitalisme éduque et crée, « par la voie de la sélection », les « sujets économiques dont il a besoin79 ». Au demeurant, il n’est pas exclu que la poursuite de la voie capitaliste soit rendue plus difficile par une évolution du professionnalisme du travail à laquelle Weber lui-même fait allusion et qui est une conséquence directe de sa thèse sur le protestantisme. « La puissance de l’ascèse religieuse mettait à la disposition [de l’entrepreneur] […] des ouvriers pragmatiques, consciencieux, extraordinairement travailleurs et attachés au travail comme à la finalité de leur vie, voulue par Dieu80. » Qu’adviendra-t-il, se demande Weber, si la racine religieuse du type d’homme moderne se perd et si la notion de vocation à la profession ne reste plus dans le monde que comme un caput mortuum81 ? Il se livre à des spéculations : « La classe ouvrière s’est contentée de son sort pesant aussi longtemps qu’on a pu lui promettre la félicité éternelle. À partir du moment où cette consolation est perdue, il en résulte, pour cette seule raison, des tensions au sein de la société qui n’ont fait que s’aggraver constamment depuis82. » L’hypothèse de Weber selon laquelle les tensions intérieures de la société se renforcent si les revendications matérielles ne sont pas bridées par la religion peut encore se révéler fructueuse pour une interprétation de l’histoire récente du capitalisme de l’après-guerre. Aussi longtemps que le progrès technique a connu des avancées suffisamment rapides, les revendications salariales ont pu être couvertes par les profits que ces avancées permettaient de réaliser. Cependant, à partir de la fin des « Trente Glorieuses », au milieu des années 1970, le progrès technique s’est ralenti. La politique a eu recours à trois expédients pour réconcilier les revendications du travail et celles du capital : hausse des salaires, augmentation de la dépense publique et dérégulation des marchés financiers83. Tous trois ont été efficaces, mais ils ne l’ont été que temporairement. Les hausses de salaire qui ont outrepassé les hausses de la productivité, comme dans les années 1970, ont accentué l’inflation. Il a fallu mettre un terme à cette politique dès que la Banque Fédérale allemande a cessé de la soutenir par sa politique monétaire. L’augmentation de la dépense publique, notamment pour financer les assurances sociales des salariés, se heurte naturellement à une limite lorsque la dette publique cesse à un moment ou à un autre d’être viable. Et, aux États-Unis surtout, les tentatives pour faciliter l’endettement privé (à travers les crédits immobiliers, par exemple) par le biais de la dérégulation des marchés financiers a directement conduit à la crise financière de 2007.

37De tels problèmes attestent peut-être de façon incontestable que les tentatives pour préserver le compromis de classe du capitalisme de l’État providence après la fin des « Trente Glorieuses » se heurtent rapidement à une limite. Mais celle-ci n’induit pas que le capitalisme occidental ait lui-même atteint sa limite. Aussi longtemps que, sur la base d’une croissance du produit social, il parvient mieux que tout autre régime de production à assurer un équilibre entre les revendications des groupes sociaux les plus différents à prélever une part du produit social et les incitations à prendre part à son fonctionnement, il a de beaux jours devant lui.

Haut de page

Bibliographie

Bader, V. / Berger, J. / Ganssmann, H. / von dem Knesebeck, J. (1976) : Einführung in die Gesellschaftstheorie. Gesellschaft, Wirtschaft und Staat bei Marx und Weber, Francfort-sur-le-Main.

Huntington, S. P. (1996) : The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order, New York ;
trad. all. : id. : Der Kampf der Kulturen. Die Neugestaltung der Weltpolitik im 21. Jahrhundert, trad. par H. Fließbach, Munich ;
trad. fr. : Le Choc des civilisations, trad. par J.-L. Fidel, G. Joublain, P. Jorland, J.-J. Pédussaud, Paris, 1997.

Keynes, J. M. (1936) : Allgemeine Theorie der Beschäftigung, des Zinses und des Geldes, Berlin.

Keynes, J. M. (1937) : « The General Theory of Employment », Quarterly Journal of Economics, 51, p. 209-223.

Kornai, J. (1992) : The Socialist System. The Political Economy of Communism, Oxford.

Maddison, A. (2001) : The World Economy: A Millenial Perspective, Paris.

Marx, K. (1968 [1867]) : Das Kapital. Kritik der politischen Ökonomie (MEW t. 23), Berlin
trad. fr. : id. : Le Capital, livre I, Paris, 1967.

Schumpeter, J. (1911) : Theorie der wirtschaftlichen Entwicklung, Berlin.

Streeck, W. (2011) : « The Crises of Democratic Capitalism », New Left Review, 71, p. 5-29.

Wallerstein, I. (2000 [1974]) : « The Rise and Future Demise of the World Capitalist System: Concepts for Comparative Analysis », in : id. : The Essential Wallerstein, New York, p. 71-105.

Weber, M. (1904) : « Geleitwort », Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, XIX, p. I-VII.

Weber, M. (1980 [1921]) : « Parlament und Regierung im neugeordneten Deutschland », in : id. : Gesammelte politische Schriften, 4e éd., Munich, p. 306-446 ;
trad. fr. : « Parlement et gouvernement dans l’Allemagne réorganisée », in : id. : Œuvres politiques 1895-1919, trad. par E. Kauffmann, J.-P. Mathieu et M.-A. Roy, prés. d’E. Kauffmann, intr. de C. Colliot-Thélène, Paris, 2004, p. 307-455.

Weber, M. (1968) : »Der Sinn der ›Wertfreiheit‹ der soziologischen und ökonomischen Wissenschaften«, in : id. : Gesammelte Aufsätze zur Wissenschaftslehre, 3e éd., Tübingen, p. 489-540 ;
trad. fr. : « Essai sur le sens de la “neutralité axiologique” dans les sciences sociologiques et économiques », in : id. : Essais sur la théorie de la science, trad. par J. Freund, Paris, 1965, p. 399-478.

Weber, M. (1972 [1922]) : Wirtschaft und Gesellschaft. Grundriß der verstehenden Soziologie, 5e éd. rev., Tübingen.

Weber, M. (1981 [1923]) : Wirtschaftsgeschichte: Abriss der universalen Sozial- und Wirtschaftsgeschichte, Berlin
trad fr. : id. : Histoire économique, trad. par C. Bouchindhomme, Paris, 1991, p. 295-333.

Weber, M. (1986) : Sociologie du droit, trad. par J. Grosclaude, Paris, 1986.

Weber, M. (1986 [1920]a) : « Vorbemerkung », in : id. : Gesammelte Aufsätze zur Religionssoziologie, t. 1, Tübingen, p. 1-16 ;
trad. fr. : L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, trad. par I. Kalinowski, 4e éd., Paris, 2017.

Weber, M. (1986 [1920]b) : « Die protestantische Ethik und der Geist des Kapitalismus », in : id. : Gesammelte Aufsätze zur Religionssoziologie, t. 1, Tübingen, p. 17-206 ;
trad. fr. : L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, trad. par I. Kalinowski, 4e éd., Paris, 2017.

Weber, M. (1988 [1918]) : « Der Sozialismus », in : id. : Gesammelte Aufsätze zur Soziologie

und Sozialpolitik, 2e éd., Tübingen, p. 492-518 ;
trad. fr. : « Le socialisme », in: id. : Œuvres politiques 1895-1919, trad. par E. Kauffmann, J.-P. Mathieu et M.-A. Roy, prés. d’E. Kauffmann, intr. de C. Colliot-Thélène, Paris, 2004, p. 457-491.

Weber, M. (1988 [1924]a) : »Agrarverhältnisse im Altertum«, in : id. : Gesammelte Aufsätze zur Sozial- und Wirtschaftsgeschichte, Tübingen, p. 1-288.
trad. fr. : id. : Économie et société dans l’antiquité, précédé de « Les causes sociales du déclin de la civilisation antique », trad. par C. Colliot-Thélène et F. Laroche, Paris, 1998.

Weber, M. (1988 [1924]b) : »Methodologische Einleitung für die Erhebung des Vereins für Sozialpolitik über die Auslese und Anpassung (Berufswahl und Berufsschicksal) der Arbeiterschaft der geschlossenen Großindustrie«, in : id. : Gesammelte Aufsätze zur Soziologie und Sozialpolitik, 2e éd., Tübingen, p. 1-60.

Haut de page

Notes

1 Weber (1986 [1920]a), p. 1 ; trad. fr. p. 49 (trad. révisée).

2 Le concept wébérien de « culture » recoupe à peu près notre concept actuel de « civilisation ». Selon cet usage du mot, la culture (on peut s’appuyer ici sur Talcott Parsons) est le domaine du savoir et des valeurs. La traduction allemande de l’ouvrage de Huntington (1996) rend d’ailleurs civilizations par « Kulturen ».

3 Weber (1986 [1920]a), p. 1 ; trad. fr. p. 49.

4 Weber (1986 [1920]a), p. 2 ; trad. fr. p. 50-51.

5 Weber (1986 [1920]a), p. 3 sq. ; trad. fr. p. 53.

6 Weber (1986 [1920]a), p. 11 ; trad. fr. p. 62.

7 Weber (1968), p. 517 ; trad. fr. p. 403 (trad. modifiée).

8 Weber (1986 [1920]a), p. 3 ; trad. fr. p. 52.

9 Weber (1986 [1920]a), p. 4 ; trad. fr. p. 52.

10 Weber (1986 [1920]a), p. 4 ; trad. fr. p. 53.

11 Voir par exemple Weber (1986 [1920]a), p. 6 sq. ; trad. fr. p. 55 sq. ; Weber (1981 [1923]), p. 239-270 ; Weber (1972 [1922]), p. 94.

12 Weber (1988 [1924]a), p. 13 ; trad. fr. : p. 99.

13 Weber (1981 [1923]), p. 239 ; trad. fr. p. 296.

14 Voir par exemple Wallerstein (2000 [1974]).

15 Weber (1986 [1920]a), p. 4 ; trad. fr. p. 53.

16 Weber (1986 [1920]a), p. 4 ; trad. fr. p. 53.

17 Weber (1986 [1920]a), p. 7 ; trad. fr. p. 57.

18 Selon Marx, le capital « n’apparaît que lorsque le détenteur des moyens de production et de subsistance rencontre sur le marché le travailleur libre qui vient y vendre sa force de travail et cette unique condition historique recèle tout un monde nouveau », Marx (1968 [1867]), p. 184 ; trad. fr. p. 719).

19 Weber (1988 [1924]a), p. 13 ; trad. fr. p. 99.

20 Weber (1988 [1924]a), p. 13 ; trad. fr. p. 99.

21 Weber (1972 [1922]), p. 71.

22 Weber (1988 [1924]a), p. 13 ; trad. fr. p. 99.

23 Weber (1986 [1920]a), p. 8 ; trad. fr. p. 58.

24 Weber (1972 [1922]), p. 94.

25 Weber (1986 [1920]a), p. 8 ; trad. fr. p. 58.

26 Weber (1972 [1922]), p. 48.

27 Weber (1972 [1922]), p. 50.

28 Weber (1972 [1922]), p. 48.

29 Weber (1972 [1922]), p. 94.

30 Weber (1972 [1922]), p. 95.

31 Weber (1972 [1922]), p. 95.

32 Weber (1986 [1920]a), p. 9 ; trad. fr. p. 59.

33 Weber (1972 [1922]), p. 439 ; trad. fr. Weber (1986), p. 112.

34 Weber (1981 [1923]), p. 240 ; trad. fr. p. 297 (trad. modifiée).

35 Weber (1981 [1923]), p. 239 ; trad. fr. p. 297.

36 Weber (1981 [1923]), p. 270 ; trad. fr. p. 333.

37 Weber (1981 [1923]), p. 239 ; trad. fr. p. 297.

38 Weber (1986 [1920]a), p. 3 ; trad. fr. p. 52.

39 Weber (1980 [1921]), p. 323 ; trad. fr. p. 326.

40 Weber (1980 [1921]), p. 322 ; trad. fr. p. 325.

41 Weber (1972 [1922]), p. 128.

42 János Kornai a forgé le terme de « soft budget constraint » (Kornai [1992]) pour caractériser la situation complètement différente des firmes dans les économies socialiste et capitaliste. Les firmes en régime socialiste n’étaient pas soumises à des contraintes budgétaires sévères parce qu’elles pouvaient compter sur l’État pour couvrir leurs pertes. Dans quelle mesure les restrictions sévères de budget sont encore à l’ordre du jour en contexte capitaliste, c’est là une question qui se pose à un niveau empirique. L’octroi excessif de crédits par les banques, qui a conduit à la crise financière de 2008, suggère que celles-ci comptaient être sauvées par des fonds publics en cas de difficulté.

43 Schumpeter (1911), p. 121.

44 Schumpeter (1911), p. 140.

45 Schumpeter (1911), p. 148.

46 Schumpeter (1911), p. 149.

47 Schumpeter (1911), p. 149.

48 Weber (1972 [1922]), p. 52.

49 Bader et al. (1976), chap. 26.

50 Weber (1972 [1922]), p. 52.

51 Keynes (1937), p. 216.

52 Keynes (1937), p. 216.

53 Weber (1904), p. III.

54 Huntington (1996).

55 Cf. Maddison (2001), p. 126.

56 Weber (1972 [1922]), p. 60.

57 Weber (1972 [1922]), p. 56.

58 Weber (1988 [1918]), p. 506 ; trad. fr. p. 475.

59 Weber (1988 [1918]), p. 506 ; trad. fr. p. 475.

60 Weber (1904), p. IV.

61 Weber (1904), p. I.

62 Weber (1988 [1924]b), p. 59.

63 Weber (1988 [1924]b), p. 59.

64 Weber (1986 [1920]b), p. 203 ; trad. fr., p. 300.

65 Weber (1988 [1918]), p. 505 ; trad. fr. p. 474.

66 Weber (1986 [1920]b), p. 35 sq. ; trad. fr. p. 92.

67 Weber (1986 [1920]b), p. 35 sq. ; trad. fr. p. 92.

68 Weber (1986 [1920]b), p. 198 ; trad. fr. p. 294.

69 Weber (1986 [1920]b), p. 36 ; trad. fr. p. 96.

70 Weber (1986 [1920]b), p. 203 ; trad. fr. p. 300-301.

71 Weber (1986 [1920]b), p. 37 ; trad. fr. p. 94.

72 Weber (1988 [1924]b), p. 60.

73 Weber (1986 [1920]b), p. 37 ; trad. fr. p. 94.

74 Weber (1986 [1920]b), p. 36 ; trad. fr. p. 94.

75 Cette affirmation n’est valable qu’en moyenne et pas nécessairement pour toutes les professions. Dans tous les cas, cependant, l’augmentation de l’espérance de vie a prolongé considérablement la durée de vie après la retraite.

76 Weber (1986 [1920]b), p. 203 ; trad. fr. p. 300.

a Il s’agit du chapitre II du recueil posthume Économie et société [N.d.T.].

77 Weber (1972 [1922]), p. 86.

78 Weber (1988 [1918]), p. 501 ; trad. fr. p. 469.

79 Weber (1986 [1920]b), p. 37 ; trad. fr. p. 94.

80 Weber (1986 [1920]b), p. 198 ; trad. fr. p. 295.

81 Weber (1981 [1923]), p. 314 ; trad. fr. p. 386.

82 Weber (1981 [1923]), p. 314 ; trad. fr. p. 386.

83 Cf. Streeck (2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cet article s’appuie directement sur deux contributions ultérieures : « Kapitalismus », in : Müller, H.-P. / Sigmund, S. (éd.) : Max Weber-Handbuch. Leben, Werk, Wirkung, Stuttgart : Verlag J. B. Metzler, 2014, p. 71-74 et « Abendländischer Kapitalismus ? Zur Vergangenheit und Gegenwart eines Weberschen Grundbegriffs », ibid., p. 375-382. Sa version originale allemande « Rationaler Kapitalismus – welthistorische Neuerung und kulturelle Zumutung » est publiée dans ce numéro thématique dans la rubrique « textes originaux ».

Référence électronique

Johannes Berger, « Le capitalisme rationnel – une nouveauté dans l’histoire universelle et un défi culturel », Trivium [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 30 juillet 2018, consulté le 09 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/trivium/5714

Haut de page

Auteur

Johannes Berger

Johannes Berger est professeur émérite à l’université de Mannheim (Mannheimer Zentrum für europäische Sozialforschung). Pour plus d’informations voir la notice suivante.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des la revue Trivium sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
  • Logo DVA-Stiftung
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Agence universitaire de la Francophonie (AUF)
  • OpenEdition Journals