Navigation – Plan du site
Introduction

Introduction

Hinnerk Bruhns et Patrick Fridenson

Entrées d’index

Note de la rédaction

Les responsables de ce numéro remercient Agnès Labrousse (Université de Picardie – Jules Verne, Amiens) et Hans-Peter Müller (Humboldt-Universität Berlin) pour leurs conseils concernant la sélection des textes. Anthony Andurand et Gisela Naegle ont traduit des parties de l’introduction.

Texte intégral

Le capitalisme vu d’Allemagne

  • 1 Piketty (2013) ; Boltanski / Chiapello (1999). Voir aussi le dossier « Lire Le Capital de Thomas Pi (...)
  • 2 Naumann (1911), p. 579.

1Le capitalisme est un phénomène universel, et son caractère global est peut-être même l’un de ses traits spécifiques actuels. Toutefois, de même que le capitalisme revêt des formes régionales ou nationales assez différentes, de même les perspectives scientifiques à partir desquelles il est appréhendé sont fortement marquées, malgré les liens croissants tissés au niveau international, par des discours proprement nationaux et des traditions académiques distinctes. Ce constat est également valable, en dépit de la proximité géographique, pour la manière d’aborder le capitalisme en France et en Allemagne. Même les allusions présentes d’une rive à l’autre du Rhin dans certains titres d’ouvrages, comme Le capital au XXIe siècle ou encore Le nouvel esprit du capitalisme1, ne sauraient faire oublier cette situation. Le contraste qui sépare la France et l’Allemagne à cet égard s’inscrit dans une tradition. Friedrich Naumann écrivait ainsi il y a plus d’un siècle : « Un peu comme le Français s’interroge immédiatement sur ce qu’est la grande Révolution, nous avons [nous autres Allemands] hérité pour longtemps, en raison du destin de notre nation, du questionnement suivant : qu’est-ce que le capitalisme ?2 » En France, où est apparu le terme, le capitalisme se maintient encore, selon lui, dans sa première période : il y a certes quantité de capital et de capitalistes, mais peu de capitalisme, et il est encore empreint d’individualisme : ce sont ainsi des « capitalistes travaillant séparément » que l’on observe. L’Allemagne, elle, se situe déjà dans la deuxième période du capitalisme, qui se caractérise par une « organisation des capitalistes ». Le capitalisme reçoit une « forme sociale, devient un nouvel ordre social ». La différence qu’observait Naumann a depuis longtemps cessé d’être vraie. Néanmoins les sciences sociales semblent aujourd’hui encore, en Allemagne, manifester un intérêt plus marqué pour le capitalisme en tant qu’ordre social que leurs partenaires de l’autre côté du Rhin. Plus fréquemment qu’en France, on s’interroge en Allemagne sur le problème de la nature et du développement du capitalisme, mais aussi sur la question du système économique capitaliste. Cette tendance s’inscrit dans une tradition, et les noms de Karl Marx, Werner Sombart, Max Weber ou Joseph Schumpeter apparaissent alors souvent en toile de fond.

  • 3 Voir aussi WestEnd. Neue Zeitschrift für Sozialforschung, 2012 : « Freundschaft im gegenwärtigen Ka (...)
  • 4 Des versions légèrement différentes sont proposées dans Archiv für Sozialgeschichte, 56, 2016, p. 3 (...)

2Naturellement, le choix des contributions réunies dans le présent dossier n’est aucunement le reflet fidèle du paysage scientifique actuel. Parmi les nombreuses publications récentes d’historiens allemands consacrées au capitalisme et à son histoire, seuls quelques travaux sont présentés dans une traduction française dans ce numéro de Trivium. Ces trois dernières années, la parution presque simultanée de plusieurs dossiers thématiques montre combien le capitalisme est d’actualité en Allemagne en histoire et dans les autres sciences sociales : « Histoire sociale du capitalisme » (« Sozialgeschichte des Kapitalismus », Archiv für Sozialgeschichte, 2016), « Pratiques du capitalisme » (« Praktiken des Kapitalismus », Mittelweg 36, 2017), « Théories du capitalisme » (« Theorien des Kapitalismus », Mittelweg 36, 2018), « Comment écrire l’histoire du capitalisme ? », (« How to write the History of Capitalism? », Journal of Modern European History / Zeitschrift für moderne europäische Geschichte / Revue d’histoire contemporaine, 2017)3. Parallèlement, il conviendrait de citer une série d’ouvrages, à l’instar de l’Histoire du capitalisme (Geschichte des Kapitalismus) de Jürgen Kocka, traduite en plusieurs langues (dont le français), du volume de Friedrich Lenger intitulé Penser le capitalisme global. Études sur l’histoire et la théorie du capitalisme I (Globalen Kapitalismus denken. Studien zur Geschichte und Theorie des Kapitalismus I), qui inaugure toute une collection, ou encore du livre de Werner Plumpe, Le cœur froid. Histoire et avenir du capitalisme (Das kalte Herz. Geschichte und Zukunft des Kapitalismus), annoncé pour décembre 2018, ou de l’importante étude de Jens Beckert, publiée d’abord en anglais (Imagined Futures. Fictional Expectations and Capitalist Dynamics, Harvard University Press 2016) et maintenant dans une version allemande : Imaginäre Zukunft. Fiktonale Erwartungen und die Dynamik des Kapitalismus, Berlin : Suhrkamp 2018. Friedrich Lenger propose une recension de la littérature au niveau international : « La nouvelle histoire du capitalisme : un état de la recherche4 » (« Die neue Kapitalismusgeschichte: ein Forschungsbericht »).

3Deux études issues des dossiers thématiques de revues allemandes mentionnés plus haut ont été reprises par Trivium dans le présent numéro : celles de Jürgen Kocka et de Thomas Welskopp.

4La contribution de Thomas Welskopp (« Gérer le futur. Réflexions pour une historicisation du capitalisme à la lumière de la praxéologie » / « Zukunft bewirtschaften. Überlegungen zu einer praxistheoretisch informierten Historisierung des Kapitalismus ») illustre de manière très éloquente les réserves des historiens de la jeune génération vis-à-vis de la tendance consistant à analyser le capitalisme en termes de système économique ou de formation sociale qui a dominé jusqu’ici. Dans l’esprit de la praxéologie, il s’agit, à partir d’une perspective centrée sur les acteurs, de « décrire historiquement [le capitalisme] comme un ensemble de pratiques concrètes, afin de le reconstituer sur le plan systémique, au final, comme l’interdépendance récursive de pratiques humaines5 ». Jürgen Kocka utilise l’histoire de la critique du capitalisme – d’hier et d’aujourd’hui – comme une clé de l’histoire du capitalisme. Il souligne que la critique du capitalisme, manifestation essentiellement européenne, n’a pas du tout été seulement un phénomène intellectuel. Son importance pour le développement du capitalisme en Europe depuis le XIXe siècle consiste selon lui dans ce qu’elle a conduit, « dans la mesure où elle a pu se traduire en énergie sociale et politique6 », à des réformes touchant avant tout l’État social, qui – du moins jusqu’à ce jour – ont permis au capitalisme d’être accepté, en dépit de toutes les critiques. La portée de la critique – du capitalisme et du socialisme – est éclairée dans une perspective historique et politique plus large dans l’étude de Maurice Aymard, parue durant les premières années qui suivirent la fin du système communiste en Europe centrale et en Europe de l’Est : « Passé et avenir de deux illusions » (« Vergangenheit und Zukunft zweier Illusionen »). Il est intéressant de noter que l’on trouve dans le dossier thématique du Journal of Modern European History, dont est issue la contribution de Jürgen Kocka, un autre point de vue sur la critique du capitalisme. Dans une contribution sur le capitalisme comme problème historiographique parue dans ce numéro, l’historien des entreprises Werner Plumpe, écrit : « Malgré son caractère supposé d’évidence historique et un impact politique indéniable, la critique du capitalisme occulte la genèse et le fonctionnement de celui-ci7. » Pour Plumpe, le cœur du capitalisme, qu’il s’agit d’éclairer historiquement, est « la production de masse à forte intensité capitalistique établie comme règle générale » (p. 458). Parmi les facteurs centraux, il identifie notamment, en premier lieu, l’existence d’une multitude d’opportunités d’échanges, résultant des évolutions techniques, de l’ouverture des mers et de la croissance démographique (p. 460 et suiv.), mais aussi, en second lieu, l’importance de l’urbanisation et de la production de masse (p. 463 et suiv.). Selon lui, toutefois, le capitalisme ne peut être saisi à partir de moments isolés : il doit davantage être compris comme un ensemble de règles évoluant au cours du temps.

  • 8 Müller / Sigmund (2014).

5Les interprétations classiques du capitalisme formulées en Allemagne entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle – Karl Marx, Werner Sombart, Max Weber, Joseph Schumpeter – sont accueillies, rejetées ou ignorées de diverses manières dans les débats allemands et français actuels. Parmi les quatre « classiques » cités, c’est surtout l’analyse du capitalisme proposée par Max Weber qui est très partiellement reprise, de manière plus marquée en France qu’en Allemagne – « partiellement », dans la mesure où la contribution de Weber à l’analyse du capitalisme est principalement réduite à ce qu’on appelle la « thèse du protestantisme » (Protestantismusthese). Dans la contribution originale qu’il propose pour Trivium – élaborée à partir de deux articles issus du Max Weber-Handbuch8 paru en 2014 –, Johannes Berger élargit l’horizon bien au-delà de « L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme » de Weber. Au centre de l’analyse wébérienne du capitalisme se tient selon lui l’« organisation rationnelle du travail sur le terrain de la technique rationnelle », autrement dit l’entreprise capitaliste. Berger formule la question de savoir si l’analyse du capitalisme développée par Weber peut encore prétendre à une certaine validité pour aborder le capitalisme présent. Le thème de la critique du capitalisme entre également en ligne de compte. Berger reprend la perspective wébérienne de la question civilisationnelle du capitalisme occidental : le développement d’un nouvel esprit économique et, en lien avec celui-ci, d’un nouvel éthos de la conduite de vie.

  • 9 Voir par exemple Albert (1991).
  • 10 Cf. entre autre Lenger (2018), p. 127.
  • 11 Voir Abelshauser (2004), (1995).
  • 12 Voir Bruhns (2009), (1998).
  • 13 Puhle (1984), p. 163.

6Du point de vue français, le capitalisme a toujours possédé en Allemagne des caractéristiques particulières, qui ont été mises en relation avec les formes de son organisation et son imbrication dans les structures sociales, et consignées sous le mot-clé de « capitalisme rhénan9 ». Nombre de ses spécificités remontent au temps de la Première Guerre mondiale (ou d’avant celle-ci). La critique du capitalisme, les réformes sociales, l’idée de la Gemeinwirtschaft, au sens d’une assimilation entre direction étatique de l’économie (concentration de toutes les forces productives) et socialisme10, en lien également avec les « idées de 1914 » – une première forme de la thèse d’une « voie particulière » (Sonderweg) –, l’organisation de l’économie de guerre et bien d’autres éléments convergeaient dans cette vision du capitalisme. Le concept de capitalisme organisé date du début du XXe siècle. Durant la période qui suivit la Seconde Guerre mondiale, la notion-clé, dans les débats de la République fédérale d’Allemagne, était moins celle de « capitalisme » – cette accusation venait de l’autre Allemagne, l’Allemagne socialiste, la République démocratique allemande –, que celle d’« économie sociale de marché ». Celle-ci plonge ses racines dans l’Allemagne nationale-socialiste et au-delà, dans le premier tiers du XXe siècle11. La nouvelle orientation de la science historique allemande depuis le mitan des années 1960, sous la bannière de la « science sociale historique », conduisit également à un changement de perspective dans l’histoire économique et sociale12, ainsi qu’à une collaboration renforcée entre historiens, sociologues et économistes. L’organe de cette tendance, la revue Geschichte und Gesellschaft, a publié en 1984, sous la direction de Hans-Jürgen Puhle, un dossier intitulé « Capitalisme, corporatisme, keynésianisme » (« Kapitalismus, Korporatismus, Keynesianismus »). La contribution de Puhle traduite ici, consacrée aux « Concepts historiques du capitalisme industriel développé » (« Konzepte des entwickelten Industriekapitalismus »), se concentre particulièrement sur les liens et les différences entre « capitalisme organisé », d’une part, et « corporatisme », d’autre part. Le premier de ces concepts, qui fait écho aux thèses social-démocrates de Rudolf Hilferding, a surtout été repris par des historiens ; le second, issu des idées « néo-corporatistes » de Mihail Manoilescu dans les années 1930, a été essentiellement repris par des spécialistes de science politique. Les deux concepts, selon Hans-Jürgen Puhle, « renvoient au fond à la même réalité : les interactions économiques, sociales et politiques dans les systèmes et les sociétés de capitalisme industriel, durant une période au cours de laquelle les mécanismes d’une organisation en expansion se superposèrent et/ou se substituèrent de plus en plus à ceux du marché13 ». Le capitalisme des marchés financiers d’aujourd’hui, qu’analyse Paul Windolf dans sa contribution, révèle une tout autre forme d’organisation (ou de désorganisation ?). Il y est question des interactions entre marchés des actions, fonds d’investissement, analystes financiers et agences de notation, dont le contrôle sur – et les interventions dans – les marchés financiers apparaissent comme dictant les forces anonymes et globales du marché. L’éclairage empiriquement documenté qu’apporte Windolf sur le capitalisme des marchés financiers renoue dans ses réflexions théoriques avec Max Weber et Karl Marx.

Le capitalisme vu de France 

  • 14 Van der Wee (2006).
  • 15 Mager (1988).
  • 16 Joly (2008).

7Les contributions d’auteurs français traduites en allemand que nous publions ici ont un certain nombre de convergences avec les auteurs allemands. Ces convergences sont théoriques, historiographiques, méthodologiques. Sur le plan théorique, on sait que le premier historien français à avoir parlé de capitalisme, Henri Hauser, était lui-même un grand lecteur des travaux des historiens et sociologues allemands, et de l’école historique allemande14. De même, Fernand Braudel a reconnu à mainte reprise sa dette envers les sciences sociales allemandes, en particulier Werner Sombart, qu’il a lu en captivité pendant la dernière guerre15. Comme ce dernier, il relève que tant les entreprises que les marchés sont antérieurs au capitalisme Sa célèbre distinction entre la civilisation matérielle, l’économie de marché et le champ d’action spécifique des capitalistes doit beaucoup à Sombart. Le thème des économies-mondes, lui, est emprunté à un historien allemand, Fritz Rörig. Sur le plan historiographique, il y a actuellement en France, comme en Allemagne, un tournant vers l’étude des acteurs et des pratiques plutôt que des systèmes. Sur le plan méthodologique, des sociologues allemands se sont livrés eux aussi à des études quantitatives sur les dirigeants d’entreprise, en particulier Michael Hartmann à partir du milieu des années 199016.

  • 17 Van der Wee (2006).
  • 18 Mager (1988).

8Cependant il est juste de marquer aussi les divergences entre Français et Allemands. Alors que l’école historique allemande considère l’émergence du capitalisme comme une rupture, Hauser n’est pas d’accord et y voit seulement une accélération17. De même, Braudel voit l’industrialisation comme « endémique » et le capitalisme comme « l’accumulation de puissance » des marchands et banquiers dans les économies-mondes. L’accent mis par Sombart sur l’entreprise (unité juridique, unité comptable, unité de crédit) émancipée de son ou ses propriétaires n’intéresse pas Braudel. Il critique l’idée d’ « esprit du capitalisme » chère à Sombart et la juge « idéaliste », faisant « la part du lion […] aux innovations des entrepreneurs18 ».

9Grand disciple de Braudel, Maurice Aymard (dont on signalera ici qu’il a codirigé avec Jacques Revel et Immanuel Wallerstein la collection « Studies in modern capitalism » co-éditée par Cambridge University Press et la Maison des Sciences de l’Homme à l’initiative de Clemens Heller) considère dans son étude de 1999 reprise ici les régimes socialistes d’Europe et d’Asie comme « une simple variante, périphérique, du capitalisme ». Il rejette l’idée d’une « hypothétique unité conceptuelle ou théorique du capitalisme » et insiste sur « la multiplicité de ses formes historiques successives » et sur « sa capacité d’expansion », sur ses « marges très importantes de croissance », bref sur un dynamisme que ses contradictions elles-mêmes peuvent alimenter et qui « échappe à toute identification durable ».

  • 19 Fourquet (2018).

10Un autre disciple de Braudel est allé beaucoup plus loin dans cette direction. Dans son livre posthume qui vient de paraître19, l’économiste François Fourquet se démarque ainsi radicalement des économistes et des politistes qui voient le monde comme une agrégation de nations. Pour lui, les nations ne sont que des parties, échouant souvent à maîtriser des flux qui les traversent. Il considère enfin, dans une vision très optimiste, que si les hommes « accumulent la richesse et la puissance pour eux-mêmes ou pour leur nation, c’est le monde qui s’enrichit et devient puissant, dense, unifié et mondialisé. L’humanité semble poursuivre un but commun à travers ses divisions et ses guerres : son unification, la mondialisation du monde ». Et de souligner : « Le rapport international est toujours dominant ».

11Les autres articles que nous publions mettent l’accent sur trois éléments différents à cette même charnière du passé et du futur.

12Le texte de Patrick Fridenson est consacré à l’émergence de l’histoire des entreprises en tant que discipline et à ses apports. Il établit que cette discipline est pour l’essentiel née aux Etats-Unis, à l’initiative des sciences de gestion (ce qui ne l’a pas empêché, en Europe occidentale, d’être partiellement marquée par Marx, notamment dans l’étude du profit). Elle a employé d’emblée le terme de capitalisme mais en faisant un système et une culture qui diffèrent des époques précédentes. Outre la distinction (fondamentale) entre économie de marché et capitalisme, cette discipline montre que les marchés réellement existants n'ont rien à voir (ou très peu) avec leur conceptualisation dans la théorie économique néoclassique. Comme celui de Maurice Aymard, cet article ne limite pas le capitalisme aux grands monopoles et à la production et fait le lien avec l’État. Il montre que les petites et moyennes entreprises, notamment familiales, sont un pan essentiel du capitalisme. Il voit dans la spécialisation flexible une des formes récurrentes de son organisation. Il évoque l’extension de la continuité industrie-services à l’agriculture. Il estime que les banques et les marchés financiers ne font pas à eux seuls le capitalisme.

13Les articles d’Hervé Joly et de Pierre François, Claire Lemercier et Thomas Reverdy reposent sur des analyses quantitatives et portent sur les dirigeants et les administrateurs des grandes entreprises capitalistes françaises. Ils s’inscrivent dans une lignée de recherche qui a ses homologues en Allemagne et qui en France a été inaugurée par les sociologues Nicole Delefortrie-Soubeyroux, Pierre Bourdieu et Monique de Saint Martin, ainsi que, pour les historiens, notamment par Maurice-Lévy-Leboyer.

14L’historien Hervé Joly se centre sur l’évolution de la formation, du recrutement et des carrières des dirigeants industriels20. S’appuyant sur un corpus des dirigeants de 21 grandes entreprises privées entre 1914 et 1966, il souligne le contraste entre le XIXe siècle où le grand patron est un notable, souvent un cumulard à la tête de plusieurs entreprises, et le XXe siècle où il est un professionnel. À la différence de l’Allemagne, les grandes écoles ont un rôle décisif, ainsi que la voie royale constituée par le passage par les grands corps et un cabinet ministériel. En revanche, les changements sont nombreux dans la période récente : l’École polytechnique est de plus en plus concurrencée par l’École nationale d’administration (ENA) et même l’École des hautes études commerciales (HEC), de moins en moins d’entreprises sont des fiefs réservés à un grand corps, et sous l’effet de la financiarisation et de l’internationalisation les carrières des dirigeants sont plus précaires.

15Le sociologue Pierre François et l’historienne Claire Lemercier ajoutent à la prosopographie l’analyse des réseaux de membres de conseils d’administration de grandes entreprises cotées21. Ils mettent en évidence non seulement l’emprise croissante des investisseurs étrangers sur la composition du capital et la population des administrateurs mais encore la « conversion des élites » qu’entraîne la nouvelle conception du contrôle de l’activité axée sur les performances financières. Ils montrent aussi comment les dirigeants familiaux font face à ce nouveau contexte. Leurs travaux permettent un dialogue avec les recherches allemandes de Paul Windolf publiées dans ce numéro.

  • 22 Veltz / Weil (2015).

16Enfin les articles d’une part de Blanche Segrestin et Armand Hatchuel, d’autre part de Pierre Veltz portent sur les tendances et options qui se dessinent dans le capitalisme mondial dans lesquels, à leurs yeux, « la norme industrielle se généralise à un niveau sans précédent »22.

17Blanche Segrestin et Armand Hatchuel, professeurs de sciences de gestion très avertis des recherches historiennes internationales, montrent la montée en compétences et en capacités créatives des dirigeants, de leurs équipes et du personnel salarié (tendance longue que l’on retrouve chez Hervé Joly et chez Pierre Veltz), ainsi que leur connexion renforcée aux sciences et aux savoirs, mais soulignent d’autant plus que l’ampleur récente de la financiarisation peut faire obstacle à la prise en compte des intérêts des parties prenantes internes et externes dont dépend la croissance de l’entreprise, ainsi qu’à l’exigence croissante en termes de responsabilité sociale de l’entreprise à l’échelle du monde. Ils considèrent que les solutions passent par une évolution du droit, afin que les entreprises puissent concilier compétitivité économique avec progrès social et respect de l’environnement. Le statut proposé pour la France de « société à objet social étendu » correspondrait à des évolutions commencées dans d’autres pays et permettrait d’inscrire dans les statuts que l’entreprise se donne des objectifs qui, tout en incluant le profit, intègrent d’autres buts.

  • 23 Voir aussi Veltz (2017).

18Pierre Veltz, sociologue lui aussi très sensible à la longue durée et aux multiples configurations de l’histoire lorsqu’il s’agit de penser l’avenir du capitalisme, dialoguant aussi avec Marx et Weber, montre comment la sortie du monde façonné par l'industrie de masse du XXe siècle, la nouvelle phase de la globalisation et la révolution numérique ébranlent les sociétés européennes. Il prend le contrepied des analyses les plus répandues – désindustrialisation, passage à une société de services –, et met l’accent sur l’émergence d’un nouveau capitalisme productif où les services, l'industrie et le numérique convergent à l'échelle mondiale vers une configuration inédite qu’il appelle le capitalisme « hyper-industriel23 ». Comme en écho aux vues de Fernand Braudel et au texte de Maurice Aymard que nous publions, il voit se dessiner un nouveau grand partage de la géographie, entre un archipel de pôles ultra-connectés et des mondes périphériques résiduels. Articulant trois champs souvent disjoints : les transformations des stratégies et des organisations des firmes engagées dans l’internationalisation, les dynamiques des territoires à différentes échelles, les processus d’individualisation à l’œuvre dans la société, il souligne « la menace écologique » et les défis que ce nouveau capitalisme pose aux formes instituées du travail, de l’entreprise, des territoires et de la démocratie. 

Conclusion provisoire

  • 24 Pour des synthèses récentes : Bruggemeier (2014) ; Jarrige / Le Roux (2017).
  • 25 Schmidt / Conrad (2016) ; Illouz (2006).
  • 26 Boyer (2015).

19Les articles publiés dans ce numéro de Trivium ne recouvrent qu’une partie des multiples directions de recherche qui en particulier depuis la crise financière de 2007-2009 et dans le monde entier se centrent sur le capitalisme ou sur ses critiques ou sur ses refus. La place nous a manqué pour en dire plus sur les rapports entre capitalisme et environnement, domaine où les historiens allemands puis français sont très actifs24, dans le moment même où certaines entreprises capitalistes et des organisations internationales comme l’OCDE intègrent une partie des critiques à la poursuite de leurs objectifs. De même, les relations entre capitalisme et inégalités ne se limitent pas aux patrimoines et à leur taxation : la recherche explore aujourd’hui les mécanismes de crédit, les processus d’endettement, les enjeux de la question salariale, la protection sociale et la redistribution, autant d’entrées qui peuvent éclairer les formes de dislocation sociale, de rejet ou de légitimation des inégalités dans les sociétés capitalistes au cours de l’histoire. Enfin le capitalisme dans tous les pays ne se réduit pas à la rationalité économique ou à la prise de risque des hommes et des femmes : d’autres travaux invitent à y faire la part des sentiments et des émotions qui soit sont des acteurs du capitalisme soit en deviennent des marchandises25. En Allemagne et en France, l’histoire et les autres sciences sociales ne se limitent donc pas à l’étude de l’industrialisation, de la globalisation et de la financiarisation. Elles sont plus que jamais confrontées au défi des multiples transformations silencieuses qui débouchent sur les basculements de l’histoire internationale du capitalisme26.

Haut de page

Bibliographie

Abelshauser, W. (1995) : « Erhard ou Bismarck? L’orientation de la politique sociale allemande à la lumière de la réforme de l’assurance sociale des années 1950 », Revue française de science politique, 45, p. 610-631 ;
version allemande : « Erhard oder Bismarck? Die Richtungsentscheidung der deutschen Sozialpolitik am Beispiel der Reform der Sozialversicherung in den fünfziger Jahren », Geschichte und Gesellschaft, 22 (3), 1996, p. 376-392.

Abelshauser, W. (2004) : « L’école historique et les problèmes d’aujourd’hui«, in : Bruhns, H. : Histoire et économie politique en Allemagne de Gustav Schmoller à Max Weber. Nouvelles perspectives sur l’école historique de l’économie, préface de J.-Y. Grenier, textes traduits par F. Laroche, Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 19-38.

Albert, M. (1991) : Capitalisme contre capitalisme, Paris : Éditions du Seuil.

Boltanski, L. / Chiapello, È. (1999) : Le nouvel esprit du capitalisme, Paris : Gallimard.

Boyer, R. (2015) : Économie politique des capitalismes. Théorie de la régulation et des crises, Paris : La Découverte, p. 311-315.

Bruggemeier, F.-J. (2014) : Schranken der Natur. Umwelt, Gesellschaft, Experiment, 1750 bis heute, Essen : Klartext.

Bruhns, H. (1998 [1999]) : « La storia economica : nascita della disciplina e situazione attuale. Il caso della Germania«, in : Storica (Donzelli Editore), vol. 12, p. 103-117.

Bruhns, H. (2009) : « L’histoire des économistes et l’économie des historiens : à propos de l’école historique allemande de l’économie nationale et de son héritage », in : Alcouffe, A. / Diebolt, C. (dir.) : Histoire de la pensée économique allemande, Paris : Economica, p. 91-111.

Dudouet, F.-X. / Grémont, É. / Joly, H. / Vion, A. (2014) : « Retour sur le champ du pouvoir économique en France. L'espace social des dirigeants du CAC 40 », Revue Française de Socio-Économie, n° 13, 2e semestre, p. 23-48.

Dudouet, F.-X. / Joly, H. (2015) : « ›Patrons d’État‹ : la permanence d’une voie royale », in : Zielinski, B. / Raviot, J.-R. (dir.) : Les élites en question : trajectoires, réseaux et enjeux de gouvernance : France, UE, Russie, Bruxelles : Peter Lang, p. 61-89.

Dudouet, F.-X. / Joly, H. / Vion, A. (2015) : « Les grands patrons et la politique », in : Cohen, A. / Lacroix, B. / Riutort, Ph. (dir.) : Nouveau manuel de science politique, 2e éd. revue et augmentée, Paris : La Découverte, p. 281-291.

Fourquet, F. (2018) : Penser la longue durée. Contribution à une histoire de la mondialisation, Paris : La Découverte.

François, P. / Lemercier, C. (2014) : « Ebbs and Flows of French Capitalism », in : David, T. / Westerhuis, G. (dir.) : The Power of Corporate Networks. A Comparative and Historical Perspective, London : Routledge, p. 149-168.

François, P. / Lemercier, C. (2016) : « Une financiarisation à la française (1979-2009). Mutations des grandes entreprises et conversion des élites », Revue française de sociologie, 57 (2), p. 269-320.

François, P. / Lemercier, C. (2017a) : « Elites économiques : à qui profite la financiarisation? », Pouvoirs, n° 161, avril, p. 85-95.

François, P. / Lemercier, C. (2017b) : « Entreprises et dirigeants familiaux. Quelles spécificités parmi les plus grandes entreprises françaises cotées? (années 1950-années 2000) », in : Barrière, J.-P. / Boulat, R. / Chatriot, A. / Lamard, P. / Minovez, J.-M. (dir.) : Les trames de l'histoire. Mélanges en l'honneur de Jean-Claude Daumas, Besançon : Presses universitaires de Franche-Comté, p. 55-63.

François, P. / Lemercier, C. (2017c) : « The second financialization in France – or how executives and directors with unchanged financial careers promoted a new conception of control », in : Boussard, V. (dir.) : Finance at work, London : Routledge, p. 142-155.

François, P. / Lemercier, C. / Reverdy, T. (2015) : « L’entreprise et ses actionnaires », Revue française de sociologie, 56 (3), p. 501-524.

Illouz, E. (2006) : Les sentiments du capitalisme, Paris : Éditions du Seuil.

Jarrige, F. / Le Roux, T. (2017) : La contamination du monde. Une histoire des pollutions à l’âge industriel, Paris : Éditions du Seuil.

Joly, H. (2008) : De la sociologie à la prosopographie historique des élites : regards croisés sur la France et l'Allemagne, mémoire de synthèse d’habilitation à diriger des recherches en histoire, EHESS.

Joly, H. (2012) : « Les dirigeants des grandes entreprises industrielles françaises au 20e siècle. Des notables aux gestionnaires », Vingtième siècle, 114, April-Juni, p. 17-32.

Joly, H. (2013) : Diriger une grande entreprise au XXe siècle. L'élite industrielle française, Tours : Presses Universitaires François Rabelais.

Kocka, J. (2017) : « Durch die Brille der Kritik : wie man Kapitalismusgeschichte auch schreiben kann », Journal of Modern European History, 15 (4), p. 480-488 ;
trad. fr. : « À travers les lunettes de la critique : une autre façon d’écrire l’histoire du capitalisme », trad. par G. Campagnolo, in : Trivium 28|2018.

Lenger, F. (2018) : Globalen Kapitalismus denken. Historiographie-, theorie- und wissenschaftsgeschichtliche Studien, Tübingen : Mohr Siebeck.

Mager, W. (1988) : « La conception du capitalisme chez Braudel et Sombart. Convergences et divergences », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, Nr. 3 b, p. 63-72.

Müller, H.-P. / Sigmund, S. (dir.) (2014) : Max Weber-Handbuch. Leben – Werk – Wirkung, Stuttgart / Weimar : Verlag J.B. Metzler.

Naumann, F. (1911) : « Das Suchen nach dem Wesen des Kapitalismus », Die Hilfe, 178 (37), p. 578-579.

Piketty, T. (2013) : Le capital au XXIe siècle, Paris : Éditions du Seuil.

Plumpe, W. (2017) : « Der Kapitalismus als Problem der Geschichtsschreibung », Journal of Modern European History, 15 (4), p. 457-469.

Puhle, H.-J. (1984) : « Vorbemerkung » zum Themenheft « Kapitalismus, Korporatismus, Keynesianismus », Geschichte und Gesellschaft, 10, p. 163-164.

Schmidt, A. / Conrad, C. (dir.) (2016) : Bodies and Affects in Market Societies, Tübingen : Mohr Siebeck.

Van der Wee, H. (2006) : « Henri Hauser et l’histoire du capitalisme du XVIe au XVIIIe siècle », in : Soutou, G.-H. / Marin, S.-A. (dir.) : Henri Hauser (1866-1946). Humaniste, historien, républicain, Paris : Presses de l’Université Paris-Sorbonne, p. 119-127.

Veltz, P. (2017) : La société hyper-industrielle. Le nouveau capitalisme productif, Paris : Éditions du Seuil.

Veltz, P. / Weil, T. (dir.) (2015) : L’industrie, notre avenir, Paris : Eyrolles.

Welskopp, T. (2017) : « Zukunft bewirtschaften. Überlegungen zu einer praxistheoretisch informierten Historisierung des Kapitalismus », Mittelweg 36, p. 81-97 ;
trad. fr. : « 
Gérer le futur. Réflexions pour une historicisation du capitalisme à la lumière de la praxéologie », trad. par A. Andurand, in : Trivium 28|2018.

Haut de page

Notes

1 Piketty (2013) ; Boltanski / Chiapello (1999). Voir aussi le dossier « Lire Le Capital de Thomas Piketty », Annales HSS, janvier-mars 2015.

2 Naumann (1911), p. 579.

3 Voir aussi WestEnd. Neue Zeitschrift für Sozialforschung, 2012 : « Freundschaft im gegenwärtigen Kapitalismus ».

4 Des versions légèrement différentes sont proposées dans Archiv für Sozialgeschichte, 56, 2016, p. 3-37 et dans Lenger (2018), p. 1-48.

5 Welskopp (2017), p. 86. Traduction française dans ce numéro de Trivium.

6 Kocka (2017), p. 488. Traduction française dans ce numéro de Trivium.

7 Plumpe (2017), p. 459.

8 Müller / Sigmund (2014).

9 Voir par exemple Albert (1991).

10 Cf. entre autre Lenger (2018), p. 127.

11 Voir Abelshauser (2004), (1995).

12 Voir Bruhns (2009), (1998).

13 Puhle (1984), p. 163.

14 Van der Wee (2006).

15 Mager (1988).

16 Joly (2008).

17 Van der Wee (2006).

18 Mager (1988).

19 Fourquet (2018).

20 Joly (2013) ; Joly (2012) (traduction allemande dans ce numéro de Trivium). Dudouet et al. (2014) ; Dudouet et al. (2015) ; Dudouet / Joly (2015).

21 François / Lemercier (2014); François / Lemercier / Reverdy (2015) (traduction allemande dans ce numéro de Trivium); François / Lemercier (2016); François / Lemercier (2017a), (2017b), (2017c) .

22 Veltz / Weil (2015).

23 Voir aussi Veltz (2017).

24 Pour des synthèses récentes : Bruggemeier (2014) ; Jarrige / Le Roux (2017).

25 Schmidt / Conrad (2016) ; Illouz (2006).

26 Boyer (2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hinnerk Bruhns et Patrick Fridenson, « Introduction », Trivium [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 30 juillet 2018, consulté le 24 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/trivium/6032

Haut de page

Auteurs

Hinnerk Bruhns

Hinnerk Bruhns directeur de recherche émérité au CNRS. Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Articles du même auteur

Patrick Fridenson

Patrick Fridenson est directeur d’études à l‘École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des la revue Trivium sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
  • Logo DVA-Stiftung
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Agence universitaire de la Francophonie (AUF)
  • OpenEdition Journals