Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34IntroductionPaternité et Société. Métamorphos...

Introduction

Paternité et Société. Métamorphoses d’une figure genrée

Introduction
Anne-Laure Garcia, Emmanuel Gratton et Karl Lenz
Traduction(s) :
Vaterschaft und Gesellschaft. Metamorphosen einer Genderfigur.

Texte intégral

  • 1 Héritier (2010).

1Les oppositions entre paternité et maternité ont longtemps été appréhendées à travers les questions de filiation et de parenté. Les normes et usages en la matière montrent une plus grande diversité anthropologique du côté des pères que du côté des mères. Françoise Héritier tient de la capacité spécifique des femmes à enfanter les différentes formes de solutions patriarcales trouvées par les sociétés pour asseoir la domination masculine qu’elle désigne par « la valence différentielle des sexes1 ». En lien avec la désinstitutionnalisation du mariage, la diversification des configurations familiales et l’avènement des modes de procréations médicalement assistées, il semble possible de penser le parent indépendamment de son genre. Pourtant, les réalités sociales témoignent encore d’une distribution inégalitaire des tâches parentales entre les mères et les pères.

  • 2 Lenz / Adler (2011).
  • 3 Brugeilles / Sebille (2013) ; Champagne et al. (2015) ; Adler / Lenz (2016).

2De nombreuses études mettent en lumière que, malgré les métamorphoses de la famille dans les pays occidentaux, ce sont aujourd’hui encore les femmes qui après la naissance d’un enfant réduisent le plus leurs activités professionnelles et leurs loisirs, afin de pouvoir consacrer du temps à leur famille ainsi qu’à l’exécution de tâches de care envers leur progéniture2. Fonder une famille implique généralement une retraditionalisation de la division du travail au sein des couples hétérosexuels qui dépasse largement la sphère des actions liées directement aux enfants. Les arrangements plus ou moins égalitaires qui régnaient jusqu’alors en ce qui concerne les tâches ménagères perdent de leur force. Les jeunes pères tendent à réduire le temps passé au sein de leur foyer et à accroître celui dédié à leurs fonctions professionnelles3.

  • 4 Knibiehler (1987).
  • 5 Münchow (2007).
  • 6 Münchow (2007), p. 136.
  • 7 Adler / Lenz / Stübel-Richter (2016).

3Les pères ont – tout comme les mères – « une histoire4 » qui, sur les deux rives du Rhin, se recoupent et diffèrent. Les mutations des idéaux et vécus paternels sont à analyser à l’aune des arrangements de genre et des gouvernements de la famille. Les guides parentaux parus en France et en Allemagne autour des années 2000 mettent en évidence le maintien d’une prévalence de la mère5. Dans les deux pays, les pères y sont représentés comme de possibles assistants pour des mères qui ont le devoir de s’occuper des enfants dont elles ont la responsabilité. La mise en regard montre néanmoins une différence notable : le faible investissement des pères est expliqué par « l’absence de vouloir » des hommes côté allemand, il est mis en relation avec « un pouvoir sur l’accès à la paternité » exercé par les mères côté français6. Ici, une nuance germano-allemande doit être apportée. Suite à la Réunification, l’idéal ouest-allemand de Monsieur-Gagnepain et Madame-Aufoyer a été confronté au modèle est-allemand du double pourvoyeur de revenu au sein duquel les deux parents ont accès à un mode de garde en collectivité ainsi qu’à une activité professionnelle à temps plein ce qui induit un engagement paternel plus important – même s’il reste moins élevé que celui des mères7.

  • 8 Drinck (2005).
  • 9 Goody (2001), p. 88.
  • 10 Voir par ex. Singly (2010) ; Rosenbaum (1996).

4Héritée du judéo-christianisme, de l’antiquité grecque et du droit romain, la paternité médiévale assure une transition entre le pater familias (le père de famille), la patria potesta (la puissance paternelle) et la monarchie paternelle du souverain (père du Peuple)8. Chez les peuples germaniques aussi, selon Goody, « les grandes transformations sont dues à l’avènement de l’Église chrétienne et à ses tentatives ambitieuses, mais pas toujours acceptées de bon gré, de fixer de nouvelles règles pour la conduite de la vie familiale9 ». Des deux côtés du Rhin, l’idéal de la famille bourgeoise, qui apparaît au XVIIIe siècle et continue de prospérer jusque dans la première moitié du XXe siècle10, induit de nouvelles représentations et pratiques en matière de division du travail entre les genres qui impliquent des mutations profondes de la figure paternelle. Pourtant, le père quitte désormais le foyer pour aller travailler à l’extérieur afin de « nourrir » sa famille. De ce fait, ses relations à ses enfants deviennent plus ponctuelles et plus distantes. Apporter des soins corporels et faire preuve d’affection deviennent des vocations exclusivement maternelles. Ceci va de pair avec une forte revalorisation du rôle maternel au sein de son foyer : il ne s’agit plus pour elle de garder un œil sur ses enfants pendant qu’elle exécute d’autres tâches, mais elle doit se consacrer à leur bien-être et leur éducation. Le père devient l’incarnation de la Raison et de la discipline, et ce tout particulièrement pour les fils qui, en tant que futurs hommes et pères, doivent voir en lui un modèle. Devenu avant tout une figure d’autorité pour son épouse et ses enfants, le père de famille voit ses possibilités de tisser des liens affectifs teintés de douceur se réduire à peau de chagrin.

  • 11 Hurstel (1996).
  • 12 Fthenakis (1999).
  • 13 Brannen / Nilsen (2006).
  • 14 Bambey / Gumberger (2009).
  • 15 Voir par ex. Oberndorfer / Rost (2005) ; Kassner (2008) ; Meuser (2011).
  • 16 Voir par ex. Castelain Meunier (2019).

5Une certaine « déchirure paternelle11 » et l’expression croissante d’une affectivité des pères envers leur(s) enfant(s) sont observées en France depuis un siècle, en Allemagne depuis le dernier tiers du XXe siècle. La remise en cause de la place du père dans sa fonction autoritaire, qui suivit 1968, accéléra ce phénomène. Dans les sociétés contemporaines française et allemande, devenir père ne résulte plus principalement d’une obligation sociale ou d’un devoir moral, mais d’un désir de paternité impliquant le développement de liens affectifs intenses avec son ou ses enfants. Les travaux sociologiques récents ont conduit à éclairer sous un jour nouveau les attentes des hommes devenant pères, les significations attribuées à l’engagement paternel et la division du travail genré entre les parents selon les configurations familiales. Au vu des métamorphoses de l’identité paternelle, Wassilos E. Fthenakis parle d’une « douce révolution dans la famille12 ». On assiste, en effet, depuis deux générations à un éclatement de la paternité en différents modèles ou types allant du plus traditionnel et dissymétrique au plus moderne et égalitaire. Le curseur semble être la référence explicite ou latente à la virilité dans son rapport à l’expression masculine et particulièrement paternelle. Les « nouveaux pères » dont de nombreuses études font état depuis les années 1980 ont pris leur place dans les différentes typologies des phénomènes paternels, par exemple comme les « Hands on fathers13 » ou les « pères égalitaires14 ». En Allemagne, la diversité des formes prises par l’engagement paternel et le fossé entre les représentations et les pratiques quotidiennes sont soulignés : les hommes interrogés affirment ou bien souhaitent prodiguer plus de soins et passer plus de temps avec leurs enfants que cela n’est le cas dans la configuration actuelle15. En France, on considère que, du fait d’un basculement d’une paternité institutionnelle à une paternité relationnelle, les pères contemporains se situent sur un continuum qui va du « père traditionnel » au « père moderne »16.

  • 17 Moss (2016), p. 103 et suiv.
  • 18 Garcia (2016), (2019).

6Les indicateurs tendanciels des « nouveaux pères » se traduisent, des deux côtés de la frontière, par l’augmentation de la proportion des hommes qui prennent des congés de paternité ou d’éducation, de celle de ceux qui sont à la tête d’une famille monoparentale, ou bien encore, de celle des demandes de résidences alternées réalisées par les pères. Les différences entre pères et mères apparaissent en matière de congé liés à la parentalité à l’échelle de l’Europe17. En Allemagne comme en France, un congé de maternité a été institué respectivement à partir de 1878 et de 1909 afin de protéger les employées et leur(s) enfant(s) au cours des semaines précédant et suivant leur naissance. L’interdiction d’exercer une activité rémunérée va actuellement de pair avec une rétribution complète de la femme soumise à cette protection obligatoire18 pendant 14 semaines en Allemagne, 16 semaines en France ; 20 et 34 en cas de naissance de jumeaux. Un congé de paternité facultatif et rémunéré à hauteur du salaire destiné aux hommes devenant pères a été, en France, mis en place en 2002. En 2021, sa durée a été doublée si bien qu’elle est actuellement de 28 jours ; 32 en cas de naissance multiple. Le père peut librement choisir quand il prend ses congés au cours des six premiers mois de vie de son enfant. Cependant, cette possibilité de se consacrer aux tâches de care suite à l’arrivée d’un nouvel enfant n’est utilisée que par une minorité des potentiels bénéficiaires. Un congé lié aux couches de leur conjointe n’existe pas en Allemagne comme dans le tiers des pays européens. À l’est du Rhin, c’est le congé parental d’éducation rémunéré à 67 % du salaire net – avec un maximum de 1800 euros par mois – qui tend à permettre la mise sur un pied d’égalité entre les jeunes pères et mères. Si de plus en plus de pères prennent ce congé, ils se limitent bien souvent aux deux mois supplémentaires qui sont indemnisés si le deuxième parent se retire momentanément du marché du travail – bien souvent en même temps que la mère afin de partir en vacances. La rémunération de l’engagement paternel semble être une clef à l’investissement des hommes dans les tâches de care. En effet, suite à la réforme de l’Elterngeld, la proportion des pères prenant un congé d’éducation est passé d’environ 3 % à 25 % en 2020. En France, où le dédommagement n’atteint pas les 400 euros par mois, ce taux plafonne à 4 % des potentiels bénéficiaires. Néanmoins, il semble nécessaire de prendre en considération d’autres aspects de l’arrangement parental, tels la différence de revenus entre les deux parents, la sphère d’activité, le niveau de responsabilités professionnelles, l’accès à des modes de garde ou bien l’aide de proches, afin de concevoir une véritable équité parentale entre hommes et femmes.

  • 19 Garcia (2013a), (2013b), (2015).
  • 20 Gratton (2012).
  • 21 Régnier-Loinier (2013), p. 72.

7Les différentes configurations familiales mettent en jeu des problématiques différentes en matière d’égalité parentale. Les familles monoparentales sont très majoritairement maternelles. Cette situation est liée à la fois à l’idéal de la dyade mère-enfant, à l’héritage d’une représentation de la figure paternelle bourgeoise et aux dispositions législatives prises en matière de divorce et de séparation. La figure des mères seules ancrées dans les textes juridiques et les actions publiques varie grandement d’un contexte étatique à l’autre. Alors qu’en RDA, la femme émancipée devait pouvoir s’appuyer sur les différentes dispositions et structures publiques afin de construire avec son enfant un foyer autonome, en Allemagne fédérale, la mère « délaissée » par le géniteur de son enfant bénéficiait du soutien par les pouvoirs publics. En France, la figure de la fille-mère « assistée » rimait avec un isolement porteur de dangers pour la cellule familiale à taille réduite19. Actuellement, le fait que les deux parents ne partagent pas une vie conjugale ne signifie plus en soi qu’un couple parental n’existe pas. Les dispositions visant le maintien d’une coparentalité ont mené à une plus grande égalité de genre, notamment en matière de partage de l’autorité parentale et de résidence alternée. Si les pères séparés expriment une volonté d’égalité parentale et de reconnaissance paternelle20, une part non négligeable d’entre eux perdent le contact avec eux. Ces pères désengagés, parfois qualifiés de « déserteurs » ou « décrocheurs21 », peuvent tant en France qu’en Allemagne bénéficier de dispositifs individuels et/ou collectifs d’accompagnement du lien parent-enfant afin de les aider à remédier aux difficultés relationnelles ou conflits rencontrés avec leurs enfants.

  • 22 Gratton (2017).

8Les disparités légales entre pères et mères existent également dans le domaine de l’homoparentalité. Côté allemand, la procréation médicalement assistée est accessible aux femmes célibataires ou en couple lesbien seulement dans deux des seize États (Berlin et Hambourg) sous réserve qu’elles paient l’ensemble des frais engendrés par la procédure. Suite à une réforme adoptée à l’été 2021, l’accès à la PMA a été élargie à toutes les femmes affiliées à la sécurité sociale française qui n’auront désormais plus à prouver une indication médicale afin de bénéficier d’un remboursement des coûts induits. La gestation pour autrui reste interdite des deux côtés du Rhin, si bien que les personnes seules ou les couples voulant y avoir recours sont dans l’obligation de le faire en dehors du territoire où ils résident. Là où une plus grande égalité entre sexualités – homo ou hétéro – apparaît, elle marque paradoxalement des inégalités entre sexes car les individus n’ayant pas d’utérus restent exclues des PMA. Les arrangements de co-homoparentalité22 entre lesbiennes et gays sont devenus plus rares du fait de l’accès à la PMA des femmes. Les hommes homosexuels souhaitant avoir un ou des enfants biologiques doivent, de ce fait, avoir recours à une GPA à l’étranger, qui pour des raisons financières, n’est accessible qu’à une faible part d’entre eux.

  • 23 Castelain Meunier (2005).
  • 24 Connell (1995).
  • 25 Voir par ex. Matzner (1998) ; Gratton (2008) ; Jurczyk / Lange (2009) ; Martial (2016).

9Étant donné que la paternité suit Les métamorphoses du masculin23 et s’inscrit dans la redéfinition des hiérarchies dans le champ des masculinités24, les enjeux contemporains de la paternité tiennent tout à la fois aux transitions intergénérationnelles qu’aux arrangements genrés hétéro- et homosociaux. Les hommes éprouvent actuellement des difficultés à prendre pour modèle leur propre père dans le développement d’une relation avec leur(s) enfant(s). Ils négocient le plus souvent avec les attentes de leur partenaire parental et ajustent leurs stratégies à celles des autres hommes de leur génération et de leur environnement. Qui plus est, la place attribuée aux pères varie au gré des configurations familiales ce qui les amène parfois à repenser leur identité paternelle25. La paternité doit, de ce fait, être pensée dans son rapport à la masculinité ainsi qu’au vu des relations complexes à la maternité. Dans une perspective franco-allemande, trois thématiques nous ont semblé particulièrement adéquates afin d’interroger les rapports entre paternité(s) et société(s).

10Les textes du premier axe interrogent l’origine des modèles paternels contemporains et leur héritage différencié d’un côté et de l’autre du Rhin. Leurs deux auteurs – des figures de proue de la sociologie de la masculinité et de la paternité – y dressent un bilan des métamorphoses de la paternité sur le long terme et réfléchissent aux transformations à venir. Christine Castelain Meunier situe l’émergence d’un nouveau père dans le contexte des années 1970 en miroir des mouvements féministes. La remise en cause du modèle viril se traduit par un droit d’expression des émotions, une attention nouvelle au corps et une plus grande affirmation identitaire. Elle passe par des mouvements entre pairs, par la mode, par les loisirs, etc. La répartition des tâches dans l’espace domestique est négociée et le père devient davantage relationnel dans le domaine parental, ce qui invite à une redéfinition culturelle et théorique des attributions et des fonctions genrées. Michael Meuser reconstruit l’émergence de la représentation de la paternité opposée à celle de la famille bourgeoise, où il se devait avant tout d’incarner l’autorité et de pourvoir aux besoins matériels du foyer. Si l’engagement de certains hommes au niveau des soins et de l’éducation donnés à leurs enfants n’est en rien un phénomène aussi nouveau que bien souvent insinué, sa thématisation dans l’espace public et la reconnaissance sociale dont il bénéficie ont émergé au cours des cinquante dernières années. Cette métamorphose de la figure paternelle peut être mise au regard de l’état de la recherche dans les domaines des gender studies et des men’s studies afin de penser les discrépances existant entre les conceptions dominantes de la masculinité et les idéaux d’une parentalité engagée quel que soit le genre des ascendants.

11Les articles de la seconde thématique explorent la manière subjective dont les acteurs allemands et français s’impliquent dans les soins et l’éducation de leur(s) enfant(s). Ici, la question des métamorphoses des attentes et stratégies de pères dans leurs relations à leur(s) enfant(s) est abordée sous l’aune de l’équilibre entre care et work pour les hommes ainsi que de la division du travail au sein des couples parentaux. S’appuyant sur l’enquête Erfi-GRS de l’INED Étude des relations familiales et intergénérationelles, Carole Brugeilles et Pascal Sebille étudient les rapports sociaux de sexe entre parents ainsi qu’entre parent(s) et enfant(s), à travers les tâches quotidiennes telles que l’habillage, les devoirs, l’accompagnement des trajet scolaires, le coucher ou les loisirs. Bien qu’il soit convenu d’appeler les soins et l’éducation des enfants des « pratiques de parentalité », les auteurs constatent le maintien des inégalités entre mères et pères quant à la répartition du care. Brugeilles et Sebille relèvent des variations d’implication des pères selon les tâches, les caractéristiques du couple (modèle de légitimation des différences et distribution des capitaux) ainsi que selon la configuration de la fratrie (sexe, âge, taille). Les activités relatives aux devoirs et aux loisirs sont mieux partagées que les activités plus domestiques ou plus intimes qui restent généralement réalisées par les mères. Globalement les pères s’impliquent davantage en direction des garçons que des filles et moins dans le cas d’une fratrie nombreuse. Malgré un discours égalitaire, ils se situent davantage comme « aidant » qu’acteur, et ceci d’autant plus s’il existe des variations quant à leur in/disponibilité. S’appuyant sur les données statistiques du DJI-Survey AID:A II récoltées en 2013 et 2014, Claudia Zerle-Elsäßer et Xuan Li analysent les déterminants de l’engagement des pères d’enfants de moins de 9 ans vivant en couple avec la mère de ces derniers. Elles mettent en exergue qu’un des principaux facteurs influençant le temps passé quotidiennement par les pères auprès de leur progéniture est le nombre d’heures travaillées et le revenu apporté par chacun des deux parents. Une corrélation existe aussi entre les représentations plus ou moins égalitaires quant à la division du travail au sein du couple. Bien plus que l’adhésion du père à l’idéal d’une équité entre les genres, c’est l’absence de comportement de gate-keeping maternel de la part de leur conjointe qui semble ici être primordiale.

12Les textes du dernier axe se concentrent sur les congés parentaux accessibles aux pères car ceux-ci constituent un analyseur sociologique pertinent pour étudier les paternités et mettre en exergue les dissemblances entre la France et l’Allemagne. Les retraits partiels ou momentanés de l’activité professionnelle afin de prendre soin d’enfants en bas âge peuvent, en effet, être statistiquement appréhendés, ce qui facilite les comparaisons entre pays mais aussi entre genres. La mise en place de ces congés et les manières dont les parents de jeunes enfants les utilisent sont des indices de la frilosité supposée ou réelle des politiques familiales égalitaristes, de l’évolution des représentations en matière de parentalité ainsi que de l’implication des pères auprès de leur progéniture. Autrement dit, il fait nœud entre le niveau macrosociologique du gouvernement des familles et le niveau microsociologique des décisions et stratégies des acteurs qui sont plus ou moins enclins à se retirer du marché du travail afin de s’occuper de leur(s) enfants. En ce qui concerne le cas français, Danielle Boyer étudie les discours et pratiques de 25 hommes ayant choisi un congé parental à temps partiel, lesquels représentent une toute petite minorité parmi les pères. L’auteure insiste particulièrement sur la conciliation entre les temps professionnel et familial, et la répartition égalitaire ou non entre parents. Sur le plan méthodologique, l’auteure s’appuie sur les caractéristiques socio-professionnelles et familiales des hommes qui prennent un congé de libre choix d’activités ainsi que sur des entretiens réalisés auprès de pères et de mères. Elle met en avant que ces exceptions concernent souvent des pères déjà engagés dans un modèle égalitaire ayant l’intention de garder, par la suite, cet équilibre entre travail et famille. Ces hommes s’inscrivent dans des parcours définis et tendent à présenter leur situation comme ordinaire bien qu’elle s’écarte des normes masculines habituelles. Pour ce qui est de l’Allemagne, Karin Jurczyk et Thomas Rauschenbach proposent de mesurer l’évolution de l’engagement des pères dans les soins et l’éducation de leur(s) enfant(s) afin de voir si de nouveaux comportements ont émergé et/ou si les comportements attribués aux « nouveaux pères » se sont accélérés. Pour ce faire, les auteurs s’appuient sur l’évolution de la proportion des mères et pères travaillant à temps partiel, des pères seuls, des pères ayant un droit de garde ainsi que sur le temps passé par les deux parents chaque semaine pour s’occuper du foyer et de leur(s) enfant(s). Ils font ensuite le lien entre ces évolutions et le gouvernement des familles en mettant en lumière l’influence de l’introduction de congés d’éducation rémunérés à hauteur de 67 % du revenu net pendant quatorze mois si les deux parents les demandent, au lieu de douze si un seul parent en bénéficie.

Haut de page

Bibliographie

Adler, Marina / Lenz, Karl (éd.) (2016) : Father involvement in the early years. An international comparison of policy and practice, Chicago : Bristol University Press.

Adler, Marina / Lenz, Karl / Stübel-Richter, Yve (2016) : « Germany », in : Adler, Marina / Lenz, Karl (éd.) : Father involvement in the early years. An international comparison of policy and practice, Chicago : Bristol University Press, p. 61-96.

Bambey, Andrea / Gumberger, Hans-Walter (2009) : « Zwischen “traditionellen” und “neuen” Vätern. Zur Vielgestaltigkeit eines Wandlungsprozesses », in : Jurczyk, Karin / Lange, Andreas (éd.) : Vaterwerden und Vatersein heute. Neue Wege – neue Chancen!, Gütersloh : Verlag Bertelsmann-Stiftung, p. 195-216.

Boyer, Danielle (2016) : « Les pères en congé parental à temps partiel en France : vers un modèle égalitaire ? », Revue des politiques sociales et familiales, 122, p. 63-76.

Brannen, Julia / Nilsen, Ann (2006) : « From Fatherhood to Fathering: Transmission and Change Among British Fathers in Four-Generation Families », Sociology, 40 (2), p. 335-352.

Brugeilles, Carole / Sebille, Pascal (2009) : « La participation de pères aux soins et à l’éducation des enfants. L’influence des rapports sociaux de sexe entre les parents et entre les générations », Revue des politiques sociales et familiales, 95, p. 19-32.

Brugeilles, Carole / Sebille, Pascal (2013) : « Le partage des tâches parentales : les pères, acteurs secondaires », Informations sociales, 176, p. 24-30.

Castelain Meunier, Christine (1988) : Les hommes aujourd’hui, virilité et identité, Paris : Belfond/Acropole.

Castelain Meunier, Christine (1997) : La paternité, Paris : PUF.

Castelain Meunier, Christine (2001) : « Paternité, virilité et identité », in : Zaouche Gaudron, Chantale (éd.) : La problématique paternelle, Toulouse : ERES, p. 169-176.

Castelain Meunier, Christine (2005) : Les métamorphoses du masculin, Paris : PUF.

Castelain Meunier, Christine (2019) : L’instinct paternel, plaidoyer en faveur des nouveaux pères, Paris : Larousse.

Champagne, Clara / Pailhé, Ariane / Solaz, Anne (2015) : « Le temps domestique et parental des hommes et des femmes : quels facteurs d’évolutions en 25 ans ? », Économie et statistique, 478-480, p. 209-242.

Connell, Raewyn (1995) : Masculinities, Cambridge : Polity Press.

Delumeau, Jean / Roche, Daniel (2000) : Histoire des pères et de la paternité, Paris : Larousse.

Drinck, Barbara (2005) : Vatertheorien. Geschichte und Perspektive, Opladen : Barbara Budrich.

Fthenakis, Wassilos E. (1999) : Engagierte Vaterschaft. Die sanfte Revolution in der Familie, Opladen : Leske & Budrich.

Garcia, Anne-Laure (2013a) : Mères seules. Action publique et identité familiale, Rennes : PUR.

Garcia, Anne-Laure (2013b) : « Staatliche Ordnung und familiale Identität. Eine Untersuchung über den Zusammenhang zwischen familienpolitischer Rahmung und individuellen Deutungsmustern », Sozialer Sinn, 2, p. 253-276.

Garcia, Anne-Laure (2015) : « Solitudes maternelles, solidarités publiques et entraides privées. Les mères célibataires dans la France de la fin du vingtième siècle », Modern and Contemporary France, 23, p. 475-490 (https://www.tandfonline.com/eprint/KEgmVeQseJRVb4qi3h5E/full).

Garcia, Anne-Laure (2016) : « La protection maternelle. Catégorisations et hiérarchisations du féminin dans les discours juridiques d’après-guerre », GLAD! Revue sur le langage, le genre et les sexualités, 1 (https://journals.openedition.org/glad/236).

Garcia, Anne-Laure (2019) : « Kategorisierung und Hierarchisierung in Rechtstexten. Ein Bourdieuscher Blick auf familiale Identitäten am Beispiel von Mutterfiguren », in : Kretschmann, A. (éd.) : Das Rechtsdenken Pierre Bourdieus, Weilerwist : Velbrück Wissenschaft, p. 186-202.

Goody, Jack (2001) : La famille en Europe, Paris : Seuil.

Gratton, Emmanuel (2008) : L’homoparentalité au masculin, le désir d’enfant contre l’ordre social, Paris : PUF.

Gratton, Emmanuel (2012) : « Un groupe de paroles de pères divorcés et séparés : Entre égalité parentale et solidarité masculine », Recherche familiale, 9, p. 173-186.

Gratton, Emmanuel (2017) : « L’invention du “faire famille” en situation de co-homoparentalité », Dialogue, p. 21-35.

Héritier, Françoise (2010) : La différence des sexes, Paris : Bayard.

Hurstel, Françoise (1996) : La déchirure paternelle, Paris : PUF.

Jurczyk, Karin / Lange, Andreas (2009) (éd.) : Vaterwerden und Vatersein heute. Neue Wege – Neu Chancen!, Gütersloh : Bertelsmann.

Jurczyk, Karin / Rauschenbach, Thomas (2009) : « Elternzeit als Impuls für väterliches Engagement. Ein Vorreiter der Väterpolitik? », in : Jurczyk, Karin / Lange, Andreas (éd.) : Vaterwerden und Vatersein heute. Neue Wege – Neu Chancen!, Gütersloh : Bertelsmann, p. 354-368.

Kassner, Karsten (2008) : « Männlichkeitskonstruktionen von “neuen Vätern” », In : Baur, Nina / Luedtke, Jens (éd.) : Die soziale Konstruktion von Männlichkeit : hegemoniale und marginalisierte Männlichkeiten in Deutschland, Opladen : Budrich, p. 141-163.

Knibiehler, Yvonne (1987) : Les pères aussi ont une histoire, Paris : Hachette.

Lenz, Karl / Adler, Marina (2011) : Geschlechterbeziehungen. Einführung in die sozialwissenschaftliche Geschlechterforschung, Weinheim : Juventa.

Martial, Agnès (2016) : Des pères « en solitaire » ? Ruptures conjugales et paternité contemporaine, Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence.

Matzner, Michael (1998) : Vaterschaft heute. Klischees und soziale Wirklichkeit, Francfort-sur-le-Main / New York : Campus.

Meuser, Michael (2007) : Herausforderungen: Männlichkeit im Wandel der Geschlechterverhältnisse, Cologne : Rüdiger Köppe Verlag.

Meuser, Michael (2010) : Geschlecht und Männlichkeit. Soziologische Theorie und kulturelle Deutungsmuster, 3e réédition, Wiesbaden : VS Verlag.

Meuser, Michael (2011) : « Die Entdeckung der “neuen Väter”. Vaterschaftspraktiken, Geschlechtsnormen und Geschlechterkonflikte », in : Hahn, Kornelia / Koppetsch, Cornelia (éd.) : Soziologie des Privaten, Wiesbaden : VS Verlag, p. 71-82.

Meuser, Michael (2012) : « Vaterschaft im Wandel. Herausforderungen, Optionen, Ambivalenzen », in : Böllert, Karin / Peter, Corinna (éd.) : Mutter + Vater = Eltern? Sozialer Wandel, Elternrollen und soziale Arbeit, Wiesbaden : VS Verlag, p. 63-80.

Moss, Peter (2016) : « Les pères dans les politiques de congés parentaux, retour sur les données européennes de l’International Network on Leave Policies an Research », Revue des Politiques Sociales et Familiales, 122, p. 103-110.

Münchow (von), Patricia (2007) : « Les représentations du père dans les guides parentaux français et allemands », in : Sellenet Catherine (éd.) : Les pères en débat, Ramonville-Saint-Agne : Eres, p. 125-136.

Oberndorfer, Rotraut / Rost, Harald (2005) : « Neue Väter – Anspruch und Realität », Zeitschrift für Familienforschung, 17 (1), p. 50-65.

Régnier-Loilier, Arnaud (2013) : « Focus – Séparation et rupture des relations entre le père et l'enfant », Informations sociales, 176, p. 70-74.

Rosenbaum, Heidi (1996) : Formen der Familie. Untersuchungen zum Zusammenhang von Familienverhältnissen, Sozialstruktur und sozialem Wandel in der deutschen Gesellschaft des 19. Jahrhunderts, Francfort-sur-le-Main : Suhrkamp.

Singly, François de (2010) : Sociologie de la famille contemporaine, 4e éd., Paris : Armand Colin.

Zerle-Elsäßer, Claudia / Li, Xuan (2017) : « Väter im Familienalltag – Determinanten einer aktiven Vaterschaft », Zeitschrift für Familienforschung, 1, p. 11-31.

Haut de page

Notes

1 Héritier (2010).

2 Lenz / Adler (2011).

3 Brugeilles / Sebille (2013) ; Champagne et al. (2015) ; Adler / Lenz (2016).

4 Knibiehler (1987).

5 Münchow (2007).

6 Münchow (2007), p. 136.

7 Adler / Lenz / Stübel-Richter (2016).

8 Drinck (2005).

9 Goody (2001), p. 88.

10 Voir par ex. Singly (2010) ; Rosenbaum (1996).

11 Hurstel (1996).

12 Fthenakis (1999).

13 Brannen / Nilsen (2006).

14 Bambey / Gumberger (2009).

15 Voir par ex. Oberndorfer / Rost (2005) ; Kassner (2008) ; Meuser (2011).

16 Voir par ex. Castelain Meunier (2019).

17 Moss (2016), p. 103 et suiv.

18 Garcia (2016), (2019).

19 Garcia (2013a), (2013b), (2015).

20 Gratton (2012).

21 Régnier-Loinier (2013), p. 72.

22 Gratton (2017).

23 Castelain Meunier (2005).

24 Connell (1995).

25 Voir par ex. Matzner (1998) ; Gratton (2008) ; Jurczyk / Lange (2009) ; Martial (2016).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Laure Garcia, Emmanuel Gratton et Karl Lenz, « Paternité et Société. Métamorphoses d’une figure genrée », Trivium [En ligne], 34 | 2022, mis en ligne le 25 mars 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/trivium/7778 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trivium.7778

Haut de page

Auteurs

Anne-Laure Garcia

Anne-Laure Garcia est professeur de microsociologie à l’Université Technique de Dresde. Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Emmanuel Gratton

Emmanuel Gratton est maître de conférences en psychologie à l’Université d’Angers. Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Karl Lenz

Karl Lenz est professeur émérite de microsociologie à l’Université Technique de Dresde. Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des la revue Trivium sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
  • Logo Fritz Thyssen Stiftung
  • Logo DGLFLF (Ministère de la Culture)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search