Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Textes traduits en françaisLes pères et la vie quotidienne f...

Textes traduits en français

Les pères et la vie quotidienne familiale : éléments déterminants d’une paternité active

Claudia Zerle-Elsäßer et Xuan Li
Traduction de Laurent Cantagrel

Note de la rédaction

Édition originale | Originalausgabe
« Väter im Familienalltag – Determinanten einer aktiven Vaterschaft », in : Zeitschrift für Familienforschung 29 (1), 2017, p. 11-31 ;
htpps://doi.org/10.3224/zff.v29i1.01.

Nous remercions Claudia Zerle-Elsäßer et Xuan Li ainsi que la Zeitschrift für Familienforschung de nous avoir accordé l’autorisation de traduire ce texte pour le présent numéro.

Wir danken Claudia Elsäßer und Xuan Li sowie der Zeitschrift für Familienforschung für die freundliche Genehmigung, diesen Artikel in französischer Übersetzung zu publizieren.

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Voir Cyprian (2007) ; Lamb (2000).
  • 2 Voir LaRossa (1988), p. 451.
  • 3 Beck / Beck-Gernsheim (1990), p. 31.

1Depuis quelques dizaines d’années, l’apparition des « nouveaux pères » a fait de l’implication paternelle dans les tâches familiales un objet important des études sur la famille. Jusque dans les années 1970, les attentes à l’égard d’un « bon père » se limitaient pour l’essentiel à ce qu’il assure la sécurité économique de la famille1. Les obligations quotidiennes familiales étaient du ressort de la mère. Depuis les années 1980, les attentes à l’égard des pères ont commencé à se modifier et à évoluer, se démarquant notamment de l’image du soutien de famille et des pratiques des générations précédentes. Dès cette époque toutefois, la « conduite de la paternité », ou le comportement effectif des pères, ne correspondait pas toujours à la « culture de la paternité2 », c’est-à-dire aux opinions, aux normes et aux valeurs communes qui entourent la paternité. En Allemagne, Beck et Beck-Gernsheim ont ainsi relevé chez les hommes une « ouverture d’esprit dans les propos allant de pair avec une grande rigidité comportementale3 », et ce diagnostic est encore régulièrement invoqué aujourd’hui. Ce fort décalage entre les aspirations et les réalités explique en partie que les définitions de ce qui caractérise véritablement les nouveaux pères actifs soient extrêmement diverses. Et il est tout aussi difficile de savoir de quels facteurs dépend au fond l’exercice d’une paternité active. C’est là ce qui constitue le point de départ de cet article, qui porte sur les activités concrètes des pères, sur les occupations quotidiennes concernant leurs enfants dont ils se chargent dans le cadre de la vie familiale. Dans cette perspective, nous commencerons par discuter différentes définitions et conceptions de la paternité en nous appuyant sur l’état actuel de la recherche et par dégager les éléments constitutifs d’une paternité active. Ceux-ci seront ensuite analysés empiriquement à l’aide de données d’enquête actuelles. Nous utiliserons à cet effet l’enquête réalisée par le Deutsches Jugendinstitut (DJI), AID:A II (« Aufwachsen in Deutschland : Alltagswelten », « Grandir en Allemagne : les univers du quotidien », 2013-2014), particulièrement adaptée à notre problématique en raison de son actualité, du large éventail de questions posées concernant les pratiques quotidiennes familiales et surtout du fait que les pères font également partie des personnes interrogées. Cette enquête concerne plus précisément les pères d’enfants de moins de 9 ans – une tranche d’âge au cours de laquelle les tâches familiales sont particulièrement exigeantes.

2. Références théoriques, état de la recherche et questions fondamentales

2.1. Références théoriques et état de la recherche

2Nos réflexions s’inscrivent dans le cadre théorique des discussions classiques et plus récentes de la recherche tant allemande qu’internationale sur la conceptualisation de l’implication paternelle et la mesure de ses éléments déterminants. Nous recourons à des approches provenant aussi bien des études sur la famille en sociologie et en psychologie du développement qu’à des travaux sur le genre.

2.1.1. Définitions et conceptions de l’implication paternelle

  • 4 LaRossa (1988) ; Rotundo (1985).
  • 5 Nave-Herz (1988) ; Schneider (1989).
  • 6 Rotundo (1985), p. 17.
  • 7 Voir Bereswill et al. (2006) ; Eickhorst et al. (2010).
  • 8 Voir Lamb (1975).
  • 9 Voir Lamb (2000).
  • 10 Voir Lamb et al. (1985), (1987).
  • 11 Voir Lamb et al. (1985).
  • 12 Voir par exemple Dermott (2008) ; Palkovitz (1997) ; Pleck (2010).
  • 13 Voir Christiansen / Palkovitz (2001) ; Dermott (2008).
  • 14 Voir Dermott (2008).

3La notion de « nouveau père » a été adoptée par les études internationales4 et allemandes5 sur la famille dans les années 1980. Dans son ouvrage historique sur la paternité, Rotundo a énuméré quelques-uns des traits fondamentaux caractérisant un nouveau type de père américain : « Un bon père participe activement et en détail aux soins quotidiens concernant les enfants. Il s’exprime davantage et s’implique de manière plus intime auprès de ses enfants, et il joue un rôle plus important dans le processus de socialisation que ses ancêtres masculins avaient depuis longtemps abandonné à leurs épouses6. » On a en outre développé plusieurs approches pour distinguer plus nettement différents aspects de l’implication paternelle. Le point de départ a été la psychologie du développement américaine, qui, dans un premier temps, s’est surtout intéressée aux effets de l’implication paternelle sur le développement de l’enfant et sur la formation d’un lien entre le père et son enfant7. Jusqu’aux années 1970-1980, on supposait que l’influence des pères sur le développement de l’enfant était très faible et au mieux indirecte8 : la plupart des études se concentraient sur les effets de la simple présence ou absence d’un père dans la famille9. Les travaux de Michael Lamb et de ses collègues10 ont néanmoins montré que, même si les pères interagissent avec leurs enfants différemment des mères et les élèvent autrement qu’elles, ils réagissent avec autant de sensibilité aux besoins de leur progéniture et peuvent développer des liens parent-enfants tout aussi forts. La reconnaissance croissante du rôle et de la compétence du père a conduit les psychologues à adopter une approche plus différenciée qu’il n’était d’usage jusqu’alors pour mesurer l’implication paternelle : tandis qu’on la mesurait auparavant essentiellement par le simple temps consacré aux enfants (en minutes et/ou en heures), le modèle actuel le plus influent, celui qu’ont élaboré Lamb et son équipe, distingue plusieurs sous-catégories dans l’« implication paternelle11 » : il convient de mesurer non seulement l’implication directe des pères (au sens d’« interaction réelle » : s’occuper des enfants, entreprendre des activités avec eux), mais aussi leur disponibilité, entendue comme présence physique mais aussi comme simple réceptivité en tant que parent aux demandes des enfants, ainsi que leur responsabilité pour les « tâches effectuées en coulisses » (prendre un rendez-vous chez le médecin ou régler des questions de planification ou d’organisation) : Depuis sa publication, ce modèle de base a été largement adopté et développé12. Il reste toutefois incontestable que le rôle de soutien de famille et donc l’entretien de la famille continuent de former une composante majeure de l’identité paternelle13. Mais la question de savoir si le fait de subvenir aux besoins de la famille constitue un des facteurs de l’implication paternelle ou si ce rôle de soutien de famille se révèle plutôt un obstacle à l’implication réelle du père fait l’objet de vifs débats14.

  • 15 Voir Tölke / Hank (2005).
  • 16 Voir Fthenakis / Minsel (2002).
  • 17 Ibid., p. 37.
  • 18 Döge / Volz (2004a, 2004b).
  • 19 Voir Kassner / Rüling (2005).
  • 20 Ibid., p. 237.
  • 21 Voir Werneck et al. (2006).
  • 22 Matzner (2004).
  • 23 Bambey / Gumbinger (2006).
  • 24 Voir Buschmeyer / Lengersdorf (2017) ; Lengersdorf / Meuser (2016) ; Meuser (2016).
  • 25 Matzner (2004), p. 17.
  • 26 Voir Dermott (2008).

4De nombreux travaux de recherche sur cette problématique des pères et de leur contribution aux tâches familiales ont été réalisés en Allemagne au milieu des années 1970, et davantage encore depuis les années 200015. Fthenakis et Minsel ont examiné par exemple le rôle des pères au sein de la famille en différentes phases de la vie16. Ils ont dégagé l’importance respective de différents aspects de l’implication paternelle (« fonction de soutien de famille », « fonction sociale », « fonction instrumentale », « renoncement à la carrière »17) et les ont mis en relation avec différentes conceptions de la paternité. Döge et Volz ont étudié le temps que les hommes et les pères consacrent aux soins des enfants, au travail domestique, aux tâches familiales et à leur emploi rémunéré en s’appuyant sur l’enquête de 2001-2002 sur l’utilisation du temps et ont montré que, s’il est vrai que les pères continuent à se concentrer sur leur travail rémunéré, ils participent également davantage aux tâches familiales18. Kassner et Rüling se sont explicitement intéressés aux pères (actifs) vivant dans des relations de couple égalitaires et ont dégagé différents aspects dans lesquels se révèle un changement de l’implication paternelle19 : 1. évolution dans les opinions, 2. changements dans la pratique de la paternité, 3. relativisation du rôle de l’homme comme soutien de famille par la modification des formes et des horaires de travail, 4. changements dans la répartition des tâches au sein de la famille et 5. connotation sexuée des tâches domestiques et familiales20. Abordant la question de la conciliation de la vie familiale et de la vie professionnelle, Werneck et ses collaboratrices ont montré qu’il s’agit d’un problème qui concerne aujourd’hui les hommes également21. D’autres études, comme celles de Matzner22 et de Bambey et Gumbinger23, chacune à partir d’une typologie spécifique des pères, ont relevé les décalages temporels entre différentes (re)conceptualisations de l’implication paternelle et ont mis en évidence la multiplicité des formes de paternité vécues aujourd’hui entre le modèle traditionnel et le modèle égalitaire. Dans les études qualitatives sur le genre, certaines démarches actuelles abordent l’implication paternelle et tout particulièrement son évolution dans le contexte plus large de la reconfiguration de la masculinité et du repositionnement de l’homme dans la société et la famille, mettant ces phénomènes en relation étroite avec les changements structurels du travail rémunéré24. En résumé, on peut dire qu’« il n’existe pas de conception dominante de la paternité dans la société actuelle25 » et que le grand nombre de tentatives pour définir l’implication paternelle est surtout révélateur de la diversité des formes de paternité vécues26.

2.1.2. Les facteurs influençant l’implication paternelle

  • 27 Belsky (1984).
  • 28 Bronfenbrenner (1994).

5La (re)conceptualisation de la paternité fait donc l’objet de fréquentes discussions et l’on constate aujourd’hui, dans le cadre des évolutions dégagées par les études empiriques, une plus grande diversité de la participation des pères aux tâches familiales. Les textes de plus en plus nombreux sur ce sujet, qu’ils soient d’ordre conceptuel ou empirique, suggèrent que la nature et l’ampleur de l’implication paternelle sont influencées par un large éventail de facteurs, individuels et contextuels, que l’on peut regrouper pour l’essentiel en trois domaines fondamentaux. Suivant le modèle du processus de parentalité (« process of parenting ») de Belsky27 aussi bien que d’après le modèle systémique d’écologie du développement humain de Bronfenbrenner28, on peut concevoir les multiples facteurs qui déterminent la pratique paternelle comme des domaines disposés en cercles concentriques autour du père : au centre se trouve le père en tant qu’individu, le deuxième niveau est le domaine de la famille ou, plus concrètement, de la relation de couple en tant qu’indicateur du microsystème, puis vient, en troisième lieu, le niveau du travail rémunéré en tant qu’indicateur du macrosystème.

  • 29 Voir Barnett et al. (2008).
  • 30 Voir Cowan / Cowan (1987) ; Fthenakis et al. (2002) ; Leyendecker / Agache (2016).
  • 31 Voir Fthenakis et al. (2002).
  • 32 Voir Bulanda (2004) ; Evertsson (2014).
  • 33 Voir West / Zimmermann (1987).
  • 34 Voir Buschmeyer / Lengersdorf (2017) ; Lengersdorf / Meuser (2016).

6Au sujet des caractéristiques des pères en tant qu’individus, plusieurs éléments semblent jouer un rôle déterminant pour l’implication paternelle : la relation père-enfant en elle-même29, la confiance en soi du père en tant que père ou son expérience de sa compétence paternelle30 et les idées qu’il se fait de la paternité31. Il faut en particulier prendre en considération les conceptions des rôles de genre32, qui peuvent à leur tour influencer l’expérience de la compétence paternelle et les idées de la paternité. Les approches en termes de théorie du genre partent de certains stéréotypes de genre socialement dominants qu’il importe de reproduire continuellement dans la vie quotidienne (« doing gender33 ») : En l’occurrence, le rôle qui revient traditionnellement aux hommes est en général celui du soutien de famille et aux femmes celui de la personne qui assume les activités de soins, même si les recherches actuelles sur le genre se concentrent plutôt sur le repositionnement des hommes au sein de la société et de la famille. On y discute notamment du fait qu’aujourd’hui, les trajectoires professionnelles masculines s’écartent elles aussi de plus en plus des relations de travail habituelles, ouvrant ainsi un espace pour un nouvel ordre des sexes34.

  • 35 Voir Belsky (1984).
  • 36 Voir Cowan / Cowan (1987).
  • 37 Voir Allen / Hawkins (1999).
  • 38 Voir Carlson et al. (2011) ; Cowan / Cowan (1987) ; Fthenakis / Minsel (2002) ; Possinger (2013).

7Dans son modèle du processus de parentalité, Belsky propose d’étudier également les caractéristiques de la relation de couple et leurs effets sur le comportement parental en matière d’éducation35. Dans leur modèle de structure familiale, Cowan et Cowan partent aussi de l’idée que la qualité de la relation de couple a un effet sur l’implication des pères36. Selon l’analyse du « maternal gatekeeping37 », une attitude de soutien bienveillant des mères envers les pères est une condition préalable à l’implication paternelle, car les mères peuvent encourager aussi bien qu’entraver l’implication de leur partenaire. De nombreuses études ont conduit à des résultats confirmant l’existence d’un lien positif entre la qualité de la relation de couple et un niveau d’implication plus élevé des pères38. Une coparentalité (coparenting) positive, c’est-à-dire une bonne coopération des parents dans l’éducation des enfants, ainsi que la satisfaction ressentie à l’égard de la relation de couple sont en particulier des paramètres pertinents pour mesurer la qualité de la relation de couple dans le cadre de notre étude.

  • 39 Voir Becker (1991).
  • 40 Voir Bonney et al. (1999) ; Hoffman (1989) ; Norman et al. (2014) ; Norman (2015).
  • 41 Voir Hofferth (2003) ; Volling / Belsky (1991) ; Yeung (2001).
  • 42 Mühling (2007) p. 144 et suiv.
  • 43 Voir Trappe (2013).
  • 44 Voir Geisler / Kreyenfeld (2012).
  • 45 Voir Leyendecker / Agache (2016).
  • 46 Voir Norman et al. (2014).

8Selon les approches en termes d’économie familiale, la spécialisation (en fonction du sexe) dans le travail domestique ou familial ou dans le travail rémunéré s’explique par la maximisation de l’utilité au niveau du ménage39. Les hommes ont généralement un niveau de formation plus élevé et ont donc de meilleures chances d’avoir un bon revenu. Après avoir fondé une famille, ils se concentrent sur leur emploi rémunéré pour gagner de quoi assurer la subsistance de la famille, tandis que les femmes se chargent plutôt des soins des enfants. Selon ce type d’analyse, les aspects économiques et le travail rémunéré joueraient donc un rôle dans le fait de se charger ou non des tâches liées à la famille et aux enfants. Les données disponibles à ce jour confirment dans une large mesure ces hypothèses : la nature et l’ampleur de la participation du père et de la mère au revenu du ménage semblent faire partie des facteurs les plus décisifs de l’implication paternelle. Les pères qui travaillent un grand nombre d’heures par semaine ne jouent qu’un rôle plutôt secondaire dans les soins aux enfants ; à l’inverse, l’implication paternelle s’accroît à mesure que les mères s’investissent davantage dans un emploi rémunéré40. De même, plus les pères ont un revenu important, moins ils s’impliquent dans les soins des enfants41. En revanche, les constats concernant le niveau de formation du père en tant que facteur déterminant de son implication varient selon l’enquête et selon l’opérationnalisation de l’implication paternelle : Mühling observe par exemple que les pères ayant un niveau de diplôme plus élevé passent plus de temps (mesuré en minutes) avec leurs enfants42. Trappe relève une probabilité plus élevée d’assumer le congé parental chez les pères plus diplômés43, alors que, pour Geisler et Kreyenfeld, la participation au congé parental ne s’accroît pas avec le niveau d’étude du père, mais c’est le cas quand on examine ce niveau par rapport à celui de la partenaire (les pères ayant un niveau d’études supérieur à celui de la mère prennent moins souvent un congé parental, les pères ayant un niveau de diplôme inférieur à celui de la mère ainsi que les couples dans lesquels les deux partenaires ont un diplôme universitaire prennent plus souvent un congé parental)44. Leyendecker et Agache ne relèvent quant à eux aucune corrélation entre le niveau d’éducation et l’implication paternelle dans leur échantillon d’origine (majoritairement) turque45, tandis que Norman et ses collaborateurs observent l’effet inverse, à savoir que les pères ayant un faible niveau de qualification font plus souvent partie des pères impliqués que ceux ayant un diplôme plus élevé46. L’une des raisons des contradictions entre ces différents constats pourrait être l’effet ambivalent du niveau de formation du père selon qu’on le considère du point de vue de la théorie du genre ou de celui de l’économie familiale : d’une part, les hommes plus diplômés ont souvent des idées plus égalitaires sur les rôles de genre ; mais d’autre part, ce sont justement les hommes très diplômés qui ont de meilleures perspectives de carrière, ce qui rend plus vraisemblable qu’ils se consacrent entièrement à leur activité lucrative.

  • 47 Voir Kreyenfeld / Geisler (2006) ; Tölke / Wirth (2013).
  • 48 Voir Behnke (2012) ; Behnke et al. (2013).
  • 49 Voir Belsky (1984) ; Collins / Russell (1991) ; Mühling (2007).
  • 50 Voir Norman et al. (2014) et Dermott (2008).
  • 51 Voir Mühling (2007).
  • 52 Voir Flouri / Buchanen (2003) ; Lamb (2000).
  • 53 Voir Norman et al. (2014).

9Parmi les autres éléments déterminants figurent les différences régionales entre l’Allemagne de l’Est et l’Allemagne de l’Ouest, où l’on relève encore des divergences significatives dans la répartition des tâches familiales47 et donc aussi dans la pratique paternelle48. Certaines études indiquent par ailleurs que la constellation familiale, c’est-à-dire l’âge et le nombre mais aussi le sexe des enfants, a un effet sur l’implication paternelle49. Norman et ses collaborateurs ainsi que Dermott ont montré que les pères s’impliquent davantage dans l’éducation des enfants à mesure qu’ils grandissent50. Mühling constate en revanche, à partir de l’enquête de 2001-2002 sur l’utilisation du temps, que les pères d’enfants plus jeunes consacrent plus de temps aux soins des enfants et aux tâches ménagères51. Certaines études suggèrent que l’implication paternelle est plus importante avec des fils qu’avec des filles52. Il existe peu d’études portant sur l’âge des pères et son influence sur l’implication paternelle, même si l’on peut supposer que les pères plus jeunes ont des conceptions plus modernes de la paternité et sont en conséquence plus impliqués dans leur famille53.

10En résumé, les éléments déterminants de l’implication paternelle peuvent pour l’essentiel être regroupés en trois ensembles : en premier lieu les facteurs individuels, parmi lesquels nous prenons surtout en considération dans nos analyses les conceptions des rôles de genre qu’ont les pères interrogés, car on peut supposer que l’exercice d’une paternité active est étroitement liée aux idées qui orientent la pratique, donc en l’occurrence aux opinions sur les différents rôles de l’homme et de la femme : plus les pères sont ouverts d’esprit dans leurs idées sur les rôles de genre, plus il est probable qu’ils seront également actifs dans leur pratique. Deuxièmement, il faut tenir compte des aspects liés à la relation de couple, notamment ceux qui se rapportent à sa qualité. On peut supposer que l’exercice d’une paternité active est plus probable lorsque la qualité de la relation de couple est positive. Troisièmement, il faut prendre en considération les facteurs économiques ou liés à l’emploi rémunéré, à partir de l’hypothèse que les pères ayant des perspectives d’emploi très prometteuses font preuve d’une moindre implication envers leurs enfants. Il faut en outre faire intervenir un certain nombre d’indicateurs comme variables de contrôle. La plupart des études n’intègrent généralement dans leurs analyses qu’une petite partie des variables présentées jusqu’ici – souvent choisies en fonction de la discipline concernée – et ne tiennent pas compte du contexte plus large de l’implication paternelle. C’est là ce qu’entend faire notre étude, qui prend systématiquement en compte dans ses analyses les facteurs présentés ici – les facteurs individuels, les facteurs liés à la relation de couple et les facteurs économiques ou liés au travail rémunéré – afin d’en évaluer l’importance respective.

3. Les données et les principales variables

3.1. Les données

  • 54 AID:A II est une enquête longitudinale qui comprend aussi une part d’enquête transversale. Elle inc (...)
  • 55 Voir Jürgens (2001) ; Jurczyk et al. (2009).

11Pour analyser les tendances actuelles des pratiques familiales, nous nous sommes servi de l’ensemble des données fournies par AID:A II, une enquête menée par l’Institut allemand de la jeunesse (DJI, Munich) : Une première enquête AID:A, réalisée en 2009, concernait environ 25 000 personnes âgées de 0 à 55 ans, la deuxième (en 2013-2014 et 2015), environ 22 000 personnes âgées de 0 à 32 ans54. Cette enquête a été effectuée selon une conception multi-acteurs (« multi-actor-design »), c’est-à-dire que l’on a interrogé non seulement les personnes concernées (âgées de neuf ans et plus), mais aussi leurs mères et, quand c’était possible, les pères vivant dans le ménage. L’étude se concentre sur la vie quotidienne des enfants, des adolescents et des jeunes adultes ainsi que de leurs familles. Le module relatif à la famille a été élaboré en se servant de l’approche du mode de vie familial ou du « doing family55 » comme référence théorique essentielle. Ce module comprend notamment des questions sur la manière dont les mères et les pères organisent leurs obligations familiales et professionnelles et sur leur degré de satisfaction à l’égard de l’utilisation de leur temps. Pour nos analyses, nous avons sélectionné un sous-échantillon d’enfants de moins de 9 ans pour lesquels la mère et le père biologique vivant dans le ménage avaient pu être interrogés suivant le module « doing family » dans son intégralité. Nos analyses ont ainsi porté sur un total de 1 658 cas. Cet ensemble de données s’est révélé particulièrement approprié pour fournir des réponses à notre problématique pour deux raisons : premièrement, parce que des données avaient été collectées auprès des pères eux-mêmes et deuxièmement, parce que l’instrument d’enquête était fortement axé sur les activités familiales quotidiennes des mères et des pères. Il faut toutefois tenir compte du fait que AID:A, en tant qu’enquête empirique transversale, présente les caractéristiques et les aspects sélectifs typiques des enquêtes, légèrement renforcés encore par la part d’enquête de panel que comprend AID:A II. Les mères et pères interrogés ont ainsi un niveau d’éducation plutôt supérieur à la moyenne par rapport à l’ensemble de la population (voir le tableau 1 en annexe) : Au moment où nous avons fait nos analyses, aucune estimation de la stratification a posteriori n’était disponible. Dans les analyses multivariées présentées ici, on a donc toujours contrôlé le facteur « niveau d’éducation », afin de ne pas compromettre davantage la validité des résultats présentés.

3.2. Opérationnalisation des variables dépendantes : l’implication paternelle

  • 56 Voir Döge / Volz (2004a, 2004b) ; Grunow (2007) ; Mühling (2007).
  • 57 Norman et al. (2014), p. 168.
  • 58 Leyendecker / Agache (2016), p. 62 et suivantes.
  • 59 Social Integration of Migrant Children – Uncovering Family and School Factors Promoting Resilience (...)
  • 60 Bonney et al. (1999), p. 404.
  • 61 Voir Craig / Mullen (2011) ; Ishii-Kuntz (1994) ; Lamb (2000).

12Les données fournies par AID:A II devaient servir à élaborer un indicateur, en tant que variable dépendante, qui pût mesurer l’ampleur de l’activité paternelle et déterminer le groupe des « pères actifs » parmi tous les pères interrogés afin qu’ils puissent faire l’objet d’analyses ultérieures. Depuis la réforme de l’allocation parentale de 2007, on considère souvent dans les analyses empiriques que le fait de prendre un congé parental constitue une variable de substitution de l’implication paternelle. Les recherches menées à partir d’études sur le budget-temps mesurent généralement l’implication paternelle par le temps passé à s’occuper des enfants ou de tâches relatives aux enfants56. Dans leur étude réalisée sur la base de l’enquête britannique Millennium Cohort Study, Norman et son équipe ont qualifié de « pères impliqués » ceux qui sont les principaux responsables, ou au moins responsables à égalité avec leur partenaire, des soins des enfants57. Leyendecker et Agache utilisent une échelle de huit éléments concernant différentes tâches de soins des enfants (préparer le petit-déjeuner, aller chercher les enfants au jardin d’enfants, jouer avec eux, les aider à s’habiller, etc.) pour mesurer la « répartition parentale des tâches de soins des enfants et l’implication paternelle58 » sur la base des données de l’enquête SIMCUR59. Bonney et ses collègues opérationnalisent l’implication paternelle en premier lieu par le temps pendant lequel le père est le « primary caregiver60 », c’est-à-dire le principal responsable de l’enfant, et en deuxième lieu par le choix des tâches de soins des enfants dont il se charge. La question a été également soulevée de savoir si l’opérationnalisation et la mesure de l’implication paternelle devaient reposer sur la quantité de temps absolue que le père consacre à s’occuper des enfants ou sur la quantité de temps relative qu’il y consacre par rapport à la mère61.

  • 62 Voir Jurczyk et al. (2009).
  • 63 Voir Lamb et al. (1985).

13Notre étude est fondée sur le concept de mode de vie familial (familiale Lebensführung)62, qui se concentre sur la pratique quotidienne, donc sur les activités des pères liées à leurs enfants. Nous avons pris comme autre référence les concepts servant à la description et la mesure de l’implication paternelle formulés par Lamb63 ainsi que leurs développements ultérieurs (voir plus haut, point 2.1.1) : L’objectif de l’opérationnalisation choisie ici était donc d’élaborer un objet multidimensionnel permettant de représenter un certain éventail d’activités liées aux enfants, c’est-à-dire de choses qu’il faut faire pour les enfants au quotidien. Les données de l’enquête fournissent beaucoup d’informations à ce sujet, même si l’analyse secondaire de ces données entraîne naturellement des limitations. Les réflexions théoriques ainsi que les analyses exploratoires des différents facteurs ont dégagé les variables suivantes comme étant les plus pertinentes pour la création d’un indicateur de « paternité active » (voir le tableau 1 en annexe) :

  1. le fait de s’occuper activement des enfants pendant les jours ouvrables (mesure temporelle)

  2. le nombre d’heures ou la fréquence des moments consacrés à s’occuper des enfants pendant les jours ouvrables (mesure temporelle)

  3. la participation des pères aux soins et à l’encadrement des enfants

  4. la participation des pères aux jeux et aux activités entreprises avec les enfants

  5. la participation des pères aux trajets des enfants (les emmener et aller les chercher)

  6. les contacts des pères avec les écoles, les crèches et autres institutions.

  • 64 Voir Lamb et al. (1985).
  • 65 Le coefficient alpha de Cronbach de l’indicateur « paternité active » étant de 0,630, la cohérence (...)
  • 66 Voir Craig (2006) ; Eickhorst et al. (2010) ; Grossmann et al. (2002) ; Lamb et al. (1987).

14Les items 1, 2, 3 et 4 correspondent assez bien à l’aspect de l’« implication directe » de Lamb64. Les items 5 et 6 peuvent être compris comme des indicateurs de l’aspect de la « responsabilité » au sens de Lamb. Aucun critère approprié n’a pu être trouvé pour mesurer l’aspect de la « disponibilité » de Lamb. Les indicateurs de l’implication des parents que nous avons retenus ont d’abord été standardisés, car certaines des questions étaient évaluées selon des échelles différentes. À cette fin, nous avons choisi « moyennement actif » comme valeur dominante de répartition pour chaque item. Les pères interrogés qui faisaient preuve de plus d’implication dans ces domaines que les autres pères ont été regroupés comme « plus actifs que la moyenne », ceux qui montraient moins d’implication que la valeur dominante, comme « moins actifs que la moyenne ». Après quoi, nous avons établi un score de « paternité active » à partir de tous les éléments et les pères interrogés ont été répartis en trois catégories : « peu actifs », « moyennement actifs » et « actifs »65. Le but de cette démarche était de rendre le comportement paternel au sein de l’échantillon comparable à celui des autres pères afin de pouvoir déterminer plus précisément ceux qui sont plus actifs que les autres. La valeur-seuil pour déterminer une paternité active est donc ici la déviation par rapport à la norme. Ce procédé permet de déterminer plus précisément le groupe des pères actifs, même s’il soulève en même temps quelques problèmes. Par exemple, cette façon de mesurer l’implication paternelle ne permet pas de transférer facilement la proportion de pères actifs à d’autres échantillons ou d’autres groupes voire à la population dans son ensemble. Mais cela ne pose pas de problème pour notre étude puisque son objectif n’est pas de déterminer la proportion des pères actifs, mais d’examiner les éléments déterminants de la paternité active. Par contre, il aurait paru beaucoup plus problématique de définir d’autres critères pour déterminer les pères « actifs », comme de fixer un niveau d’implication à partir duquel on peut être considéré un père actif, ou encore de comparer l’implication paternelle avec celle des mères, car une telle comparaison fait apparaître les pères souvent moins actifs, même s’ils sont en fait très impliqués par rapport à d’autres pères. On sait d’ailleurs que le comportement envers les enfants diffère selon qu’il s’agit de garçons ou de filles, ce qui rend les comparaisons directes difficiles66.

3.3. Opérationnalisation des variables indépendantes

  • 67 L’échelle des réponses va de 1 = je suis entièrement d’accord à 6 = je ne suis absolument pas d’acc (...)

15Les principaux facteurs de l’implication paternelle qui ressortent de l’état de la recherche présenté ci-dessus ont été testés comme variables indépendantes. Nous avons enregistré suivant des valeurs métriques les facteurs « âge du père », « nombre d’enfants dans le ménage » et « âge du plus jeune enfant dans le ménage » qui entrent dans le modèle comme variables de contrôle. Au niveau géographique, une distinction a été faite entre l’Allemagne de l’Est et l’Allemagne de l’Ouest comme lieu de résidence actuel. La conception du genre repose sur cinq questions portant sur les rôles de genre, qui ont été regroupées en un unique indicateur : 1. Même si une femme travaille, l’homme doit être « celui qui a le revenu principal » et la femme doit être responsable des tâches ménagères. 2. Il devrait y avoir beaucoup plus de femmes nommées aux postes à responsabilité politiques et publics. 3. Un père doit être tout aussi fortement impliqué qu’une mère dans l’éducation et les soins de son enfant. 4. Lorsque les enfants sont jeunes, l’homme doit lui aussi travailler à temps partiel, et pas seulement la femme. 5. Lorsqu’il y a des enfants, l’homme doit aller travailler et la femme doit rester à la maison et s’occuper des enfants67. Un indicateur global a été élaboré à partir de tous ces éléments, comportant quatre types : 1 = traditionnel, 2 = assez traditionnel, 3 = assez égalitaire et 4 = égalitaire.

  • 68 Voir Li et al. (2015) : Les items pour l’évaluation de la coparentalité proviennent de la première (...)
  • 69 La question était la suivante : Dans quelle mesure êtes-vous satisfait/satisfaite de manière généra (...)

16Les conceptions des rôles de genre qu’ont les mères ont été enregistrées de manière analogue à celles des pères. En ce qui concerne la qualité de la relation de couple, certaines questions de l’enquête AID:A II portaient sur la coparentalité du père et de la mère ainsi que sur la satisfaction globale à l’égard du couple. La coparentalité a été examinée à partir de deux aspects : premièrement, l’entente dans l’éducation des enfants (par exemple : « nous formons une bonne équipe en tant que parents »), introduite métriquement dans les analyses sous forme d’un score (de 2 = peu d’entente à 6 = très bonne entente), et deuxièmement, les problèmes perçus dans la coparentalité (quand, par exemple, un parent est indulgent et l’autre plutôt strict), également introduits métriquement sous forme d’un score (1 = aucun problème à 6 = problèmes graves)68. La satisfaction à l’égard de la relation de couple a été mesurée du point de vue des pères aussi bien que des mères69 et recodée par ordre croissant (de 1 = absolument pas satisfait/satisfaite à 6 = très satisfait/satisfaite).

17Les facteurs économiques et liés à l’emploi rémunéré comprennent les heures de travail des parents ainsi que le revenu du ménage et la contribution de la mère à celui-ci. Les questions portaient expressément sur les heures réellement travaillées par le père ou la mère (y compris toutes les heures supplémentaires), et non sur le nombre d’heures fixé par contrat. Les réponses ont été regroupées selon les catégories indiquées dans le tableau 2 (en annexe) : Cette variable est incluse comme catégorie dans les modèles d’analyse, car on ne peut supposer qu’il y a ici une corrélation linéaire. À partir du revenu net du ménage, on a calculé et regroupé le revenu équivalent d’après la nouvelle échelle de l’OCDE (voir le tableau 2 en annexe) : Il tient compte des effets d’économie en équilibrant les membres du ménage. On a calculé en outre la part du revenu personnel des mères dans le revenu net total du ménage. Les catégories se trouvent également dans le tableau 2 (en annexe).

3.4. Modèles calculés

18Afin de pouvoir décrire plus en détail le groupe des pères actifs, nous avons procédé à quatre régressions logistiques binaires avec les deux groupes 0 = pères peu ou moyennement actifs et 1 = pères actifs comme variable dépendante. Le modèle de base ne comprend que les variables de contrôle (âge du père, âge et nombre d’enfants, région d’Allemagne de l’Est ou de l’Ouest) comme variables indépendantes. Le premier modèle a été complété par la conception qu’a le père des rôles de genre comme indicateur de ses valeurs personnelles. Le deuxième modèle tient compte du contexte familial plus large en intégrant les aspects relatifs au couple, en plus de la conception qu’a la mère des rôles de genre et des indicateurs de qualité de la relation de couple. La coopération des parents dans l’éducation des enfants (coparentalité) et la satisfaction ressentie à l’égard de la relation de couple sont en particulier des paramètres pertinents pour mesurer la qualité de la relation de couple. Et le troisième modèle s’étend au contexte extra-familial en se concentrant sur les aspects économiques et la sphère du travail rémunéré.

4. Résultats empiriques

19Suivant l’indicateur que nous avons établi comme variable dépendante pour mesurer la « paternité active », 16 % de tous les pères interrogés (n=341) assument comparativement plus de tâches parentales que les autres pères. Nous les nommerons dans la suite les « pères actifs ». 21 % (n=265) appartiennent au groupe des pères moins actifs que la moyenne en matière d’implication parentale (« pères peu actifs ») et 63 % (n=1 052) appartiennent au groupe des « pères moyennement actifs », parce qu’ils ne s’impliquent ni plus ni moins que la majorité des pères.

20Tous les modèles calculés sont significatifs. La variation expliquée est encore extrêmement faible dans le modèle de base, avec un coefficient R2 de Nagelkerke de 0,013. Elle augmente légèrement à 0,065 dans le premier modèle avec l’inclusion de la conception des rôles de genre des pères et à 0,106 dans le deuxième modèle (incluant la qualité de la relation de couple) : Elle est enfin de 0,266 dans le troisième modèle qui fait intervenir les facteurs économiques et liés à l’emploi rémunéré. On peut ainsi expliquer dans le modèle final 26,6 % de la variance de la variable dépendante. Le test de Hosmer-Lemeshow n’est significatif dans aucun modèle, ce qui signifie que les modèles sont tous valides.

21Dans tous les modèles calculés, les idées qu’a le père sur les rôles de genre a un effet clair et important sur la probabilité d’être un père actif : plus ses conceptions sont égalitaires, plus la pratique paternelle semble active. Toutefois, les conceptions qu’ont les mères des rôles de genre ont un effet encore plus fort : plus elles sont égalitaires, plus il est probable que leur partenaire sera un père actif. Il est significatif que ces effets persistent dans le modèle trois, où l’on fait intervenir les variables économiques et liées à l’emploi rémunéré, mais qu’ils y perdent sensiblement de leur importance.

22Parmi les variables sur la qualité de la relation de couple, seule s’avère importante l’entente dans l’éducation des enfants (coparenting) telle que la perçoivent les intéressés : les pères qui coopèrent particulièrement bien avec leur partenaire pour l’éducation des enfants sont davantage susceptibles d’être des pères actifs. Toutefois, les problèmes évoqués dans le coparenting n’ont pas d’incidence notable sur l’implication des pères, et la satisfaction des pères à l’égard de leur relation de couple n’en a pas non plus dans les modèles présentés ici. La satisfaction des mères à l’égard de leur relation de couple a un effet positif dans le deuxième modèle (plus elles sont satisfaites de leur couple, plus les pères s’impliquent), mais cet effet perd de son importance (à concurrence de 5 %) lorsque l’on prend en compte les facteurs économiques dans le troisième modèle.

23Dans les modèles présentés, le pouvoir explicatif le plus fort – comme le montrent la forte augmentation du pouvoir explicatif du modèle global (R2 de Nagelkerke) dans le troisième modèle et la taille d’effet des rapports des chances relatives (odds ratios) –revient aux variables liées à l’emploi rémunéré : la probabilité d’être un père actif augmente de manière claire et significative si un père travaille moins de 26 heures par semaine, et diminue de manière tout aussi claire et significative s’il travaille plus que le temps plein normal (entre 36 et 40 heures par semaine) : Quant aux pères qui font de longues heures supplémentaires et travaillent 51 heures ou plus par semaine, il est très peu probable qu’ils soient des pères actifs. Un rapport inverse s’observe à propos du nombre d’heures effectives travaillées par les mères dans un emploi rémunéré : on ne constate d’effet positif sur la probabilité que le père soit actif que si les mères travaillent 26 heures ou plus par semaine, mais cet effet ne devient vraiment significatif qu’à partir de 36 à 40 heures par semaine, c’est-à-dire à partir d’un emploi à temps plein. Et l’on observe également un effet positif de la participation maternelle au revenu du ménage : plus la part du revenu de la mère dans le revenu total du ménage est élevée, plus il est probable que le père appartienne au groupe des pères actifs.

24Dans tous les modèles, l’âge du père, l’âge du plus jeune enfant du ménage, le diplôme de fin de scolarité le plus élevé du père, le niveau du revenu équivalent net du ménage pondéré par les besoins, les problèmes de coparentalité signalés par les personnes interrogées ainsi que la satisfaction du père à l’égard de sa relation de couple n’ont pas d’effet significatif. Le nombre d’enfants dans le ménage n’est significatif que dans le modèle de base, où il a un effet négatif sur l’exercice d’une paternité active (plus il y a d’enfants, moins il est probable que le père fasse partie du groupe des pères actifs) : Cet effet s’estompe néanmoins dès le premier modèle, où l’on prend en compte les conceptions qu’ont les pères des rôles de genre. Le fait que les pères vivent en Allemagne de l’Est ou de l’Ouest n’a d’effet significatif que dans les deux premiers modèles, où l’on constate qu’il est plus probable que les pères d’Allemagne de l’Est soient des pères actifs. Cet effet régional se trouve un peu réduit quand on passe du modèle de base au premier modèle, prenant en compte les conceptions des rôles de genre des pères (les odds ratios passent de 1,654 à 1,538), mais il reste significatif. Dans le deuxième modèle, en revanche, la différence est-ouest n’a plus d’effet significatif dès lors que l’on fait intervenir les caractéristiques de la relation de couple, en particulier les conceptions des rôles de genre qu’ont les mères, comme le montre une introduction progressive des variables. Les (fortes) différences dans l’implication paternelle entre l’Allemagne de l’Est et de l’Ouest s’expliquent donc en premier lieu par les différentes conceptions des rôles de genre qu’ont les mères.

5. Synthèse et discussion des constats

  • 70 Voir Lamb et al. (1985).
  • 71 Cyprian (2007), p. 32.
  • 72 Voir Behnke (2012).

25Dans les études ayant pour objet la « paternité active », on utilise des définitions et des variables de substitution différentes en fonction de la problématique choisie et des données à partir desquelles elle est abordée. Dans notre cas, nous avons adopté une approche portant sur les activités concrètes des pères dans la vie quotidienne familiale. Dans le cadre d’une analyse secondaire des données de l’enquête actuelle AID:A II, nous avons élaboré un indicateur de « paternité active » qui correspond d’assez près à deux aspects du concept défini par Lamb et son équipe (implication directe et responsabilité)70 et enregistre à la fois l’implication personnelle (le temps passé avec l’enfant et le temps consacré aux soins le concernant chaque jour ouvrable) et l’implication relationnelle (par rapport aux mères – par exemple : qui assume habituellement quelles tâches ?) : Cet indicateur a permis d’identifier 16 % des personnes interrogées de l’échantillon comme des pères actifs et d’examiner en détail les facteurs déterminants pour l’exercice d’une paternité active. L’implication paternelle ayant été mesurée par rapport à la moyenne de tous les pères interrogés, cette proportion n’est pas transférable telle quelle à l’ensemble de la population, mais ce chiffre semble relativement réaliste. Ainsi, selon Cyprian, la proportion de pères qui diffèrent significativement des autres hommes en termes d’opinions et/ou de comportements reste de manière relativement stable autour de 20 %71. La prise en compte systématique des opinions individuelles, d’aspects concernant la qualité de la relation de couple ainsi que des facteurs économiques et relatifs au travail rémunéré permet d’évaluer l’importance respective des principaux facteurs de l’implication paternelle. Ce que l’on observe conduit à conclure que l’implication paternelle dans la famille dépend pour l’essentiel de trois éléments. Premièrement, l’investissement des pères et des mères dans un emploi rémunéré semble constituer le facteur principal permettant d’expliquer l’implication paternelle, conformément aux hypothèses des approches en termes d’économie familiale : plus le père se concentre sur l’obtention d’un revenu, c’est-à-dire plus il travaille d’heures par semaine, notamment d’heures supplémentaires, moins il est probable qu’il puisse s’engager dans l’exercice d’une paternité active. Inversement, une réduction du temps de travail hebdomadaire en deçà de la semaine normale de travail à temps plein (36 à 40 heures par semaine) rend son implication plus probable. Ce phénomène concerne les pères qui réduisent volontairement leur temps de travail pour s’occuper de leurs enfants, mais aussi ceux qui étaient au chômage au moment de l’enquête ou qui ne travaillent qu’un nombre d’heures réduit pour d’autres raisons. En ce cas, il se peut que leur paternité active soit motivée par des raisons pragmatiques plutôt que par des raisons normatives72. Pour les mères, c’est l’inverse : plus la mère passe d’heures par semaine dans un emploi rémunéré, plus il est probable que le père sera actif, bien que les effets positifs significatifs sur la paternité active n’apparaissent qu’à partir de 36 à 40 heures de travail rémunéré hebdomadaire. Le travail à temps partiel dit « long » ou approchant d’un plein temps ne semble donc pas être une garantie pour les mères que leur partenaire les soutiendra activement. Cela vaut non seulement pour les familles ayant des conceptions égalitaires, mais aussi pour toutes celles dans lesquelles les deux parents doivent travailler à plein temps en raison de contraintes économiques. La grande importance de l’emploi rémunéré des mères est soulignée par la forte incidence qu’a la part du revenu maternel dans le revenu total du ménage : plus cette part est importante, plus il est probable que le père exerce une paternité active. Donc plus les mères déchargent les pères de leurs obligations économiques, plus ces derniers peuvent s’impliquer auprès de leurs enfants.

  • 73 Voir Allen / Hawkins (1999) ; Belsky (1984).

26Deuxièmement, même si, sur la base des données disponibles, la qualité de la relation de couple semble avoir moins d’effet sur l’exercice d’une paternité active que ce que l’on pourrait supposer au vu de l’état actuel de la recherche, l’entente dans l’éducation (coparentalité) favorise l’implication des pères de manière claire et significative. Cela correspond aux hypothèses d’Allen et Hawkins et à celles de Belsky, qui supposent qu’une attitude négative de la mère ou une situation de tension dans le couple peuvent affaiblir l’implication paternelle73. Cette absence d’incidence de la satisfaction à l’égard de la relation de couple et des problèmes de coparentalité pourrait être liée à la faible variance des variables dans les données disponibles : les pères et mères interrogés sont en majorité très satisfaits de leur relation de couple et ne mentionnent que quelques problèmes de coparentalité.

  • 74 Voir Li / Zerle-Elsäßer (2015).

27Troisièmement, il ressort clairement que les opinions sur les rôles de genre ont une grande importance : plus les idées qu’ont à ce sujet les pères et mères interrogés sont égalitaires, plus la probabilité est grande que les pères deviennent réellement actifs. Il est intéressant de noter ici que la conception des rôles de genre qu’a la mère exerce une influence plus forte sur l’implication paternelle que celle qu’a le père. Cela peut s’expliquer par le fait que l’emploi rémunéré varie peu chez les hommes ayant une vision égalitaire : presque tous sont employés à plein temps. Dans l’ensemble, on observe que les conceptions des rôles de genre ont un effet nettement plus faible que le nombre d’heures hebdomadaires travaillées, et que, compte tenu de la pratique réelle, cet effet des idées sur le genre perd dans l’ensemble de son importance en particulier par rapport à l’entente dans la relation (coparentalité) : Dans leur pratique effective, de nombreux pères et mères restent donc en deçà de leur conception des rôles de genre. Il est également intéressant de noter que, quand on fait intervenir ces idées sur les rôles de genre, quelques autres facteurs importants perdent leurs effets significatifs. La différence régionale entre l’Allemagne de l’Est et l’Allemagne de l’Ouest se trouve par exemple relativisée : elle peut en effet s’expliquer par des différences dans les conceptions des rôles de genre ou dans la contribution des mères au revenu familial et le temps de travail rémunéré de la mère, plutôt que par l’idée que les pères est-allemands seraient fondamentalement plus fortement impliqués dans la vie familiale. Le niveau de formation scolaire n’a pas non plus d’effet significatif sur l’exercice d’une paternité active dès lors que l’on prend en compte les conceptions des rôles de genre. Car même si les pères plus instruits ont souvent des conceptions plus égalitaires en la matière74, ils ne semblent malgré tout pas toujours en mesure de les mettre en pratique dans la réalité. Leurs idées égalitaires peuvent en effet entrer en concurrence avec des considérations économiques et avec les perspectives d’emploi généralement associées à un niveau de formation supérieur, ce qui les empêche d’exercer une paternité active.

28Pour résumer, on peut dire que l’indicateur choisi ici, fortement axé sur l’activité pratique quotidienne des pères, a permis d’étudier un large éventail d’éléments déterminants d’une paternité active. Ces analyses complètent les recherches sur les pères menées jusqu’à présent grâce à des données empiriques actuelles concernant l’Allemagne, société dotée d’un système de protection sociale pour les familles relativement bien développé et où, depuis peu, la politique familiale concerne expressément les pères. Les résultats de notre étude indiquent néanmoins que les pères ont besoin de soutiens supplémentaires, notamment en ce qui concerne la charge des heures supplémentaires qui les empêche de s’impliquer dans la vie familiale. Comme le montrent ces résultats, les mères jouent également un rôle important pour l’implication des pères dans les soins des enfants. Les actions futures devraient donc avoir en vue non seulement les pères, mais aussi les mères, notamment en ce qui concerne le coparentalité.

  • 75 Voir Lamb et al. (1985).

29Comme toujours, certaines questions sont restées sans réponse, suscitant de nouveaux sujets de recherche. Il est apparu par exemple clairement que les définitions de l’implication paternelle sont très variées et qu’il est donc difficile, en l’absence de normes, de fixer des valeurs-seuils pour mesurer la « paternité active ». La méthode choisie ici, qui consiste à mesurer le degré d’activité par rapport à la moyenne de tous les pères, est un moyen qui a fait ses preuves, mais qui rend difficile toute comparaison avec d’autres échantillons. Il serait donc particulièrement souhaitable de continuer à développer des instruments standardisés appropriés afin de permettre des comparaisons dans le temps et entre groupes. Celles-ci devraient pouvoir dégager d’autres aspects de la paternité active, comme par exemple des critères supplémentaires pour les aspects définis par Lamb de la « responsabilité » et de la « disponibilité », tant au sens d’une présence physique que d’une réceptivité fondamentale des pères aux demandes de leurs enfants (même indépendamment du temps et du lieu)75. D’autres problématiques pourraient venir s’articuler ici, concernant par exemple les questions relatives à la nature et à l’ampleur de l’implication chez les pères d’enfants plus âgés, de 9 ans et plus, en particulier au début de l’adolescence.

6. Annexe : Tableaux

Tableau 1 : Distribution univariée des variables indépendantes

Source : Enquête AID:A II pour 2013-2014 réalisée par le DJI ; parents d’enfants âgés de 0 à 8 ans.

Tableau 2 : Aspects de l’indicateur « paternité active »

Tableau 3 : Régression logistique, variable dépendante : 0=pères peu ou moyennement actifs ; 1=pères actifs

*p<0,05 ; **p<0,01 ; ***p<0,001. Les modèles sont tous significatifs.
Source : Enquête AID:A II 2013-2014 réalisée par le DJI ; parents d’enfants de âgés de 0 à 8 ans.

Haut de page

Bibliographie

Allen, S. M. / Hawkins, A. J. (1999) : « Maternal gatekeeping. Mothers beliefs and behaviors that inhibit greater father involvement in family work », Journal of Marriage and the Family, 61, 1, p. 199-212.

Bambey, A. / Gumbinger, H.-W. (2006) : « Der randständige Vater. Sozialwissenschaftliche Erkundung einer prekären Familienkonstellation », in : Dammasch, F. / Metzger, H.-G. (éd.) : Die Bedeutung des Vaters. Psychoanalytische Perspektiven, Francfort-sur-le-Main, Brandes / Apsel Verlag, p. 218-254.

Barnett, M. / Deng, M. / Mills-Koonce, R. et al. (2008) : « Interdependence of parenting of mothers and fathers of infants », Journal of Family Psychology, 22, 3, p. 561-573.

Beck, U. / Beck-Gernsheim, E. (1990) : Das ganz normale Chaos der Liebe, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp.

Becker, G. (1991) : A treatise on the family, Cambridge, Harvard University Press.

Behnke, C. (2012) : Partnerschaftliche Arrangements und väterliche Praxis in Ost- und Westdeutschland, Opladen, Berlin / Farmington Hills, MI, Verlag Barbara Budrich.

Behnke, C., Lengersdorf, D. / Meuser, M. (2013) : « Egalitätsansprüche vs. Selbstverständlichkeiten: Unterschiedliche Rahmungen väterlichen Engagements bei Paaren aus den westlichen und den östlichen Bundesländern », Gender – Zeitschrift für Geschlecht, Kultur und Gesellschaft. Sonderheft Nr. 2, Opladen / Farmington Hills, MI, Verlag Barbara Budrich, p. 192-209.

Belsky, J. (1984) : « The determinants of parenting: A process model », Child Development, 55, 1, p. 83-96.

Bereswill, M. / Scheiwe, K. / Wolde, A. (2006) : Vaterschaft im Wandel. Multidisziplinäre Analysen und Perspektiven aus geschlechtertheoretischer Sicht, Weinheim / Munich, Juventa Verlag.

Bien, W. / Pötter, U. / Quellenberg, H. (2015) : « Methodische Grundlagen von AID:A II. Stichprobe und Fallzahlen », in : Walper, S. / Bien, W. / Rauschenbach, T. (éd.) : Aufwachsen in Deutschland heute. Erste Befunde aus dem DJI-Survey AID:A 2015, Munich, Deutsches Jugendinstitut, p. 63-68.

Bonney, J. F. / Kelley, M. L. / Levant, R. F. (1999) : « A model of fathers’ behavioral involvement in childcare in dual-earner families », Journal of Family Psychology, 13, 3, p. 401-415.

Bouchard, G. (2012) : I »ntergenerational transmission and transition to fatherhood: A mediated-moderation model of paternal engagement », Journal of Family Psychology, 26, 5, p. 747-755.

Bulanda, R. (2004) : « Paternal involvement with children: The influence of gender ideologies », Journal of Marriage and Family, 66, 1, p. 40-45.

Buschmeyer, A. / Lengersdorf, D. (2017) : « Sphärentrennung und die Neukonfiguration von Männlichkeiten. Theoretische Erörterungen und empirische Befunde », Gender ‒ Zeitschrift für Geschlecht, Kultur und Gesellschaft, Sonderheft Nr.  3, Opladen, Berlin / Toronto, Verlag Barbara Budrich, p. 92-107.

Carlson, M. / Pilkauskas, N. V. / McLanahan S. S. et al. (2011) : « Couples as partners and parents over children’s early years », Journal of Marriage and Family, 73, 2, p. 317-334.

Christiansen, S. / Palkovitz, R. (2001) : « Why the “good provider” role still matters. Providing as a form of paternal involvement », Journal of Family Issues, 22, 1, p. 84-106.

Collins, A. / Russell, G. (1991) : « Mother-child and father-child relationships in middle childhood and adolescence: A developmental analysis », Developmental Review, 11, 2, p. 99-136.

Cowan, C. P. / Cowan, P. A. (1987) : « Men’s involvement in parenthood », in : Berman, P. W. / Pedersen, F. A. (éd.) : Men’s transitions to parenthood longitudinal studies of early family experience, New York, Psychology Press, p. 145-174.

Craig, L. (2006) : « Does fathers care mean fathers share? A comparison of how mothers and fathers in intact families spend time with children », Gender / Society, 20, 2, p. 259-281.

Craig, L. / Mullan, K. (2011) : « How mothers and fathers share childcare: A cross-national time-use comparison », American Sociological Review, 76, 2, p. 834-861.

Cyprian, G. (2007) : « Väterforschung im deutschsprachigen Raum – ein Überblick über Methoden, Ergebnisse und offene Fragen », in : Mühling, T. / Rost, H. (éd.) : Väter im Blickpunkt. Perspektiven der Familienforschung, Opladen / Farmington Hills, MI, Verlag Barbara Budrich, p. 23-48.

Dadds, M. R. / Powell, M. B. (1991) : « The relationship of interparental conflict and global marital adjustment to aggression, anxiety, and immaturity in aggressive and nonclinic children », Journal of Abnormal Child Psychology, 19, 5, p. 553-567.

DeLuccie, M. (1995) : « Mothers as gatekeepers: A model of maternal mediators of father involvement », Journal of Genetic Psychology, 15, 1, p. 115-131.

Dermott, E. (2008) : Intimate fatherhood. A sociological analysis, Londres, Routledge.

Döge, P. / Volz, R. (2004a) : « Was machen Männer mit ihrer Zeit? – Zeitverwendung deutscher Männer nach den Ergebnissen der Zeitbudgetstudie 2001/2002 », in : Statistisches Bundesamt (éd.) : Forum der Bundesstatistik, 43, p. 194-215.

Döge, P. / Volz, R. (2004b) : « Männer – weder Paschas noch Nestflüchter. Aspekte der Zeitverwendung von Männern nach den Daten der Zeitbudgetstudie 2001/2002 des Statistischen Bundesamtes », Aus Politik und Zeitgeschichte, 46, p. 13-23.

Eickhorst, A. / Benz, M. / Scholtes, K. et al. (2010) : « Väterliche Präsenz – Ein Rahmenmodell mit vier Ebenen », Praxis der Kinderpsychologie und Kinderpsychiatrie, 59, 8, p. 613-628.

Evertsson, M. (2014) : « Gender ideology and the sharing of housework and child care in Sweden », Journal of Family Issues, 35, 7, p. 927-949.

Fthenakis, W. / Minsel, B. (2002) : Die Rolle des Vaters in der Familie, Stuttgart / Berlin / Köln, Kohlhammer.

Fthenakis, W. / Kalicki, B. / Peitz, G. (2002) : Paare werden Eltern. Die Ergebnisse der LBS-Familien-Studie. Opladen, Leske + Budrich

Flouri, E. / Buchanen, A. (2003) : « What predicts fathers’ involvement with their children? A prospective study of intact families », British Journal of Developmental Psychology, 21, 1, p. 81-97.

Geisler, E. / Kreyenfeld, M. (2012) : How policy matters: Germany’s parental leave benefit reform and fathers’ behavior 1999-2009, Rostock, Max Planck Institute for Demographic Research (Working Paper 2012-021).

Grossmann, K. / Grossmann, K. / Fremmer-Bombik, E. et al. (2002) : « The uniqueness of the father-childattachment relationship: Father’s sensitive and challenging play as a pivotal variable in a 16-year longitudinal study », Social Development, 11, 3, p. 307-331.

Grunow, D. (2007) : « Wandel der Geschlechterrollen und Väterhandeln im Alltag », in : Mühling, T. / Rost, H. (éd.) : Väter im Blickpunkt. Perspektiven der Familienforschung, Opladen / Farmington Hills, MI, Verlag Barbara Budrich, p. 49-76.

Hofferth, S. (2003) : « Race/ethnic differences in father involvement in two-parent families. Culture, context, or economy? », Journal of Family Issues, 24, 2, p. 185-216.

Hoffman, L. W. (1989) : « Effects of maternal employment in the two-parent family », American Psychologist, 44, 2, p. 283-292.

Ishii-Kuntz, M. (1994) : « Paternal involvement and perception toward fathers’ roles: A comparison between Japan and the United States », Journal of Family Issues, 15, 1, p. 30-48.

Jürgens, K. (2001) : « Familiale Lebensführung », in : Voß, G. / Weihrich, M. (éd.) : tagaus – tagein: Neue Beiträge zur Soziologie alltäglicher Lebensführung, Munich / Mering, Rainer Hampp Verlag, p. 33-60.

Jurczyk, K. / Schier, M. / Szymenderski, P. et al. (2009) : Entgrenzte Arbeit – Entgrenzte Familie, Berlin: Edition Sigma.

Kassner, K. / Rüling, A. (2005) : « “Nicht nur am Samstag gehört Papa mir!” Väter in egalitären Arrangements von Arbeit und Leben », in : Tölke, A. / Hank, K. (éd.) : Männer – das « vernachlässigte » Geschlecht in der Familienforschung, Wiesbaden, VS Verlag (Zeitschrift für Familienforschung, Sonderheft 4), p. 235-264.

Kreyenfeld, M. / Geisler, E. (2006) : « Müttererwerbstätigkeit in Ost- und Westdeutschland », Zeitschrift für Familienforschung, 18, 3, p. 333-360.

Lamb, M. (1975) : « Fathers: Forgotten contributors to child development », Human Development, 18, 4, p. 245-266.

Lamb, M. / Pleck, J. / Charnov, E. et al. (1985) : « Paternal behavior in humans », American Zoologist, 25, 3, p. 883-894.

Lamb, M. / Pleck, J. / Charnov, E. et al. (1987) : « A biosocial perspective on paternal behavior and involvement », in : Lancaster, J. / Altmann, J. / Rossi, A. et al. (éd.) : Parenting across the lifespan: Biosocial dimensions, New York, Aldine de Gruyter, p. 111-142.

Lamb, M. (2000) : « The history of research on father involvement », Marriage / Family Review, 29, 2-3, p. 23-43.

LaRossa, R. (1988) : « Fatherhood and social change », Family Relations, 37, 4, p. 451-457.

Lengersdorf, D. / Meuser, M. (2016) : Männlichkeiten und der Strukturwandel von Erwerbsarbeit in globalisierten Gesellschaften, Weinheim / Bâle, Beltz Juventa.

Lewis, C. / Lamb, M. (2007) : Understanding fatherhood: A review of recent research, Lancaster University.

Li, X. / Zerle-Elsäßer, C. / Entleitner-Phleps, C. et al. (2015) : Väter 2015. Wie aktiv sind sie, wie geht es ihnen und was brauchen sie?, Munich, Deutsches Jugendinstitut.

Li, X. / Zerle-Elsäßer, C. (2015) : « Können Väter heute alles unter einen Hut bringen? Das Vereinbarkeitsdilemma engagierter Väter », in : Walper, S. / Bien, W. / Rauschenbach, T. (éd.) : Aufwachsen in Deutschland heute. Erste Befunde aus dem DJI-Survey AID:A 2015, Munich, Deutsches Jugendinstitut, p. 16-20.

Leyendecker, B. / Agache, A. (2016) : « Engagement türkischstämmiger Väter im Familien- und Erziehungsalltag fördert das subjektive Wohlbefinden von Kindern », Praxis der Kinderpsychologie und Kinderpsychiatrie, 65, 1, p. 57-74.

Matzner, M. (2004) : Vaterschaft aus der Sicht von Vätern, Wiesbaden, VS Verlag.

Meuser, M. (2016) : « Entgrenzung von Erwerbsarbeit und Familie. Neubestimmung der Position des Mannes in der Familie? », in : Lengersdorf, D. / Meuser, M. (éd.) : Männlichkeiten und der Strukturwandel von Erwerbsarbeit in globalisierten Gesellschaften. Diagnosen und Perspektiven, Weinheim, Beltz Verlagsgruppe, p. 159-179.

Mühling, T. (2007) : « Wie verbringen Väter ihre Zeit? Männer zwischen “Zeitnot” und “Qualitätszeit” », in : Mühling, T. / Rost, H. (éd.) : Väter im Blickpunkt. Perspektiven der Familienforschung, Opladen / Farmington Hills, MI, Verlag Barbara Budrich, p. 115-160.

Nave-Herz, R. (1988) : « Zum Wandel der Vaterrolle », Zeitschrift für Sozialisationsforschung und Erziehungssoziologie, 8, 4, p. 242-245.

Norman, H. / Elliot, M. / Fagan, C. (2014) : « Which fathers are the most involved in taking care of their toddlers in the UK? An investigation of the predictors of paternal involvement », Community, Work & Family, 17, 2, p. 163-180.

Norman, H. (2015) : « Paternal involvement in childcare: How can it be classified and what are the key influences? », Families, Relationships and Societies.

Palkovitz, R. (1997) : « Reconstructing “involvement”: Expanding conceptualizations of men’s caring in contemporary families », in : Hawkins, A. / Dollahite, D. (éd.) : Generative fathering: Beyond deficit perspectives, Thousand Oaks, Sage Publications, p. 200-216.

Possinger, J. (2013) : Vaterschaft im Spannungsfeld von Erwerbs- und Familienleben. « Neuen Vätern » auf der Spur, Wiesbaden, Springer VS.

Rotundo, R. (1985) : « American fatherhood. A historical perspective », American Behavioral Scientist, 29, 1, p. 7-25.

Schneider, N. (1989) : Die neuen Väter – Chancen und Risiken, Augsburg, AV Verlag.

Trappe, H. (2013) : « Väter mit Elterngeldbezug: Nichts als ökonomisches Kalkül? », Zeitschrift für Soziologie, 42, 1, p. 28-51.

Tölke, A. / Wirth, H. (2013) : « Der Wandel partnerschaftlicher Erwerbsarrangements und das Wohlbefinden von Müttern und Vätern in Ost- und Westdeutschland », Zeitschrift für Sozialisation und Erziehung, 33, 4, p. 365-383.

Tölke, A. / Hank, K. (2005) : « Männer – das “vernachlässigte” Geschlecht in der Familienforschung », Zeitschrift für Familienforschung, Sonderheft 4, Wiesbaden, VS Verlag.

Volling, B. / Belsky, J. (1991) : « Multiple determinants of father involvement during infancy in dualearner and single-earner families », Journal of Marriage and the Family, 53, 2, p. 461-474.

Werneck, H. / Beham, M. / Palz, D. (2006) : Aktive Vaterschaft. Männer zwischen Familie und Beruf, Gießen, Psychosozial-Verlag.

West, C. / Zimmerman, D. (1987) : « Doing gender », Gender and Society, 1, 2, p. 125-151.

Yeung, J. W. / Sandberg, J. F. / Davis-Kean, P. E. et al. (2001) : « Children’s time with fathers in intact families », Journal of Marriage and Family, 63, 1, p. 136-154.

Haut de page

Notes

1 Voir Cyprian (2007) ; Lamb (2000).

2 Voir LaRossa (1988), p. 451.

3 Beck / Beck-Gernsheim (1990), p. 31.

4 LaRossa (1988) ; Rotundo (1985).

5 Nave-Herz (1988) ; Schneider (1989).

6 Rotundo (1985), p. 17.

7 Voir Bereswill et al. (2006) ; Eickhorst et al. (2010).

8 Voir Lamb (1975).

9 Voir Lamb (2000).

10 Voir Lamb et al. (1985), (1987).

11 Voir Lamb et al. (1985).

12 Voir par exemple Dermott (2008) ; Palkovitz (1997) ; Pleck (2010).

13 Voir Christiansen / Palkovitz (2001) ; Dermott (2008).

14 Voir Dermott (2008).

15 Voir Tölke / Hank (2005).

16 Voir Fthenakis / Minsel (2002).

17 Ibid., p. 37.

18 Döge / Volz (2004a, 2004b).

19 Voir Kassner / Rüling (2005).

20 Ibid., p. 237.

21 Voir Werneck et al. (2006).

22 Matzner (2004).

23 Bambey / Gumbinger (2006).

24 Voir Buschmeyer / Lengersdorf (2017) ; Lengersdorf / Meuser (2016) ; Meuser (2016).

25 Matzner (2004), p. 17.

26 Voir Dermott (2008).

27 Belsky (1984).

28 Bronfenbrenner (1994).

29 Voir Barnett et al. (2008).

30 Voir Cowan / Cowan (1987) ; Fthenakis et al. (2002) ; Leyendecker / Agache (2016).

31 Voir Fthenakis et al. (2002).

32 Voir Bulanda (2004) ; Evertsson (2014).

33 Voir West / Zimmermann (1987).

34 Voir Buschmeyer / Lengersdorf (2017) ; Lengersdorf / Meuser (2016).

35 Voir Belsky (1984).

36 Voir Cowan / Cowan (1987).

37 Voir Allen / Hawkins (1999).

38 Voir Carlson et al. (2011) ; Cowan / Cowan (1987) ; Fthenakis / Minsel (2002) ; Possinger (2013).

39 Voir Becker (1991).

40 Voir Bonney et al. (1999) ; Hoffman (1989) ; Norman et al. (2014) ; Norman (2015).

41 Voir Hofferth (2003) ; Volling / Belsky (1991) ; Yeung (2001).

42 Mühling (2007) p. 144 et suiv.

43 Voir Trappe (2013).

44 Voir Geisler / Kreyenfeld (2012).

45 Voir Leyendecker / Agache (2016).

46 Voir Norman et al. (2014).

47 Voir Kreyenfeld / Geisler (2006) ; Tölke / Wirth (2013).

48 Voir Behnke (2012) ; Behnke et al. (2013).

49 Voir Belsky (1984) ; Collins / Russell (1991) ; Mühling (2007).

50 Voir Norman et al. (2014) et Dermott (2008).

51 Voir Mühling (2007).

52 Voir Flouri / Buchanen (2003) ; Lamb (2000).

53 Voir Norman et al. (2014).

54 AID:A II est une enquête longitudinale qui comprend aussi une part d’enquête transversale. Elle inclut les personnes qui avaient déjà participé à AID:A I (2009), mais ajoute également un nouvel échantillon représentatif pour les années 2013 à 2015 (pour plus d’informations sur l’échantillon, voir Bien et al. 2015).

55 Voir Jürgens (2001) ; Jurczyk et al. (2009).

56 Voir Döge / Volz (2004a, 2004b) ; Grunow (2007) ; Mühling (2007).

57 Norman et al. (2014), p. 168.

58 Leyendecker / Agache (2016), p. 62 et suivantes.

59 Social Integration of Migrant Children – Uncovering Family and School Factors Promoting Resilience (voir Leyendecker / Agache 2016) :

60 Bonney et al. (1999), p. 404.

61 Voir Craig / Mullen (2011) ; Ishii-Kuntz (1994) ; Lamb (2000).

62 Voir Jurczyk et al. (2009).

63 Voir Lamb et al. (1985).

64 Voir Lamb et al. (1985).

65 Le coefficient alpha de Cronbach de l’indicateur « paternité active » étant de 0,630, la cohérence interne de l’échelle est satisfaisante.

66 Voir Craig (2006) ; Eickhorst et al. (2010) ; Grossmann et al. (2002) ; Lamb et al. (1987).

67 L’échelle des réponses va de 1 = je suis entièrement d’accord à 6 = je ne suis absolument pas d’accord.

68 Voir Li et al. (2015) : Les items pour l’évaluation de la coparentalité proviennent de la première enquête AID:A et ont été repris pour des raisons de continuité et conformément à la traduction allemande de la parent problem checklist (voir Dadds / Powell 1991).

69 La question était la suivante : Dans quelle mesure êtes-vous satisfait/satisfaite de manière générale de votre relation de couple ? Évaluez votre degré de satisfaction sur une échelle allant de 1 = très satisfait/satisfaite à 6 = absolument pas satisfait/satisfaite.

70 Voir Lamb et al. (1985).

71 Cyprian (2007), p. 32.

72 Voir Behnke (2012).

73 Voir Allen / Hawkins (1999) ; Belsky (1984).

74 Voir Li / Zerle-Elsäßer (2015).

75 Voir Lamb et al. (1985).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Source : Enquête AID:A II pour 2013-2014 réalisée par le DJI ; parents d’enfants âgés de 0 à 8 ans.
URL http://journals.openedition.org/trivium/docannexe/image/7839/img-2.png
Fichier image/png, 100k
URL http://journals.openedition.org/trivium/docannexe/image/7839/img-4.png
Fichier image/png, 84k
Crédits *p<0,05 ; **p<0,01 ; ***p<0,001. Les modèles sont tous significatifs.Source : Enquête AID:A II 2013-2014 réalisée par le DJI ; parents d’enfants de âgés de 0 à 8 ans.
URL http://journals.openedition.org/trivium/docannexe/image/7839/img-6.png
Fichier image/png, 86k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudia Zerle-Elsäßer et Xuan Li, « Les pères et la vie quotidienne familiale : éléments déterminants d’une paternité active », Trivium [En ligne], 34 | 2022, mis en ligne le 25 mars 2022, consulté le 28 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/trivium/7839 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trivium.7839

Haut de page

Auteurs

Claudia Zerle-Elsäßer

Claudia Zerle-Elsäßer dirige le groupe de travail « Lebenslagen und Lebensführung von Familien » à l’Institut allemand de la jeunesse à Munich (DJI). Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Xuan Li

Xuan Li enseigne la psychologie à la New York University de Shanghai. Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des la revue Trivium sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
  • Logo Fritz Thyssen Stiftung
  • Logo DGLFLF (Ministère de la Culture)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search