Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Textes traduits en françaisPaternité en mutation. Défis, opt...

Textes traduits en français

Paternité en mutation. Défis, options, ambivalences

Michael Meuser
Traduction de Aude-Marie Certin

Entrées d’index

Mots-clés :

paternité, famille, genre

Schlüsselwörter :

Vaterschaft, Familie, Geschlecht

Note de la rédaction

Édition originale | Originalausgabe
« Vaterschaft im Wandel. Herausforderungen, Optionen, Ambivalenzen », in : Bollert, K. / Peter, C. (éd.) (2012) : Mutter+Vater=Eltern?, Wiesbaden, Verlag für Sozialwissenschaften, Springer Fachmedien, p. 63-80.

Nous remercions M. Michael Meuser de nous avoir accordé l’autorisation de traduire ce texte pour le présent numéro.

Wir danken Herrn Michael Meuser für die freundliche Genehmigung, diesen Artikel in französischer Übersetzung zu publizieren.

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Cité par Trepp (1996), p. 31.
  • 2 Hofäcker (2007), p. 161 et suivantes.
  • 3 Nickel (2002) ; Seiffge-Krenke (2009).

1« Vous avez des obligations professionnelles, vous ne pouvez pas vous consacrer à vos enfants à toute heure de la journée. Et pourtant celui qui veut élever des enfants doit renoncer à faire autre chose à côté ». Aujourd’hui, personne parmi les femmes et les hommes prônant une plus forte implication du père dans la famille ne définirait le devoir éducatif des pères de façon aussi radicale qu’Adolph Freiherr von Knigge1 en 1784. Le leitmotiv qui détermine le discours actuel sur la paternité – à la fois sur un plan politique et scientifique – repose sur le refus d’une orientation unilatérale de la paternité vers le modèle du père comme pourvoyeur unique aux besoins de la famille. Au niveau de l’union européenne, la participation active des pères à la vie de famille est encouragée depuis le début du XXIe siècle2. En Allemagne, c’est depuis 2005, quand Ursula von der Leyen a été nommée ministre de la famille, que la politique familiale a fait non plus seulement des mères mais aussi des pères les destinataires des programmes de politique familiale visant à encourager les pères à s’impliquer davantage dans la famille. L’expression la plus visible en est l’amendement à la loi sur le congé parental et l’allocation parentale adopté au début de 2007, qui prolonge la période d’ouverture des droits de douze à quatorze mois, à condition que les deux parents prennent un congé parental et que l’un des conjoints (concrètement le père en règle générale) prenne au moins deux mois. Les recherches menées sur la paternité dans le champ de la psychologie mettent l’accent sur l’importance du père dans le développement de l’enfant3 et fournit ainsi un cadre scientifique de légitimation pour une plus grande implication des pères. Elle contribue ainsi, peut-être de façon involontaire, à accroître la pression normative sur les pères qui, suivant la conception traditionnelle de la paternité, se définissent exclusivement ou principalement par le rôle de père pourvoyant aux besoins du foyer.

2Quand on parle de « nouveaux pères » à l’heure actuelle, ce qui est nouveau, c’est que ces pères développent (et parfois aussi pratiquent) une compréhension de la paternité qui se distingue plus ou moins radicalement de la définition du père existant dans le cadre du modèle de la famille nucléaire dite bourgeoise. Comme on le sait, celui-ci repose sur une séparation nette des sphères de la production et de la reproduction, ou respectivement du travail et de la famille. Ce modèle destine la première sphère aux hommes, la seconde, aux femmes, cet ordre devant être compris comme une hiérarchie. Entre production et reproduction, il existe un écart hiérarchique qui attribue aux hommes la position dominante dans les relations de genre. Comme le montre la mise en garde du baron von Knigge citée au début, cette nette séparation tout comme la définition, fondée sur elle, du rôle du père comme celui qui entretient la famille, ne semblent pas avoir été des données incontestables dans les premiers temps de la société bourgeoise, comme cela est souvent supposé, et comme cela a été de plus en plus le cas dans l’évolution ultérieure de celle-ci. Dans une perspective historique plus vaste, il apparaît que la figure du père qui se soucie du bien-être des enfants, non seulement en prenant soin d’eux mais aussi en s’impliquant activement dans leur éducation, n’est pas aussi nouvelle que le discours actuel sur la paternité l’insinue.

3Dans ce qui suit, je commencerai par esquisser les grandes lignes des évolutions historiques, au cours desquelles la compréhension de la paternité s’est de plus en plus réduite à la fonction instrumentale du père (2). J’expliquerai ensuite comment, dans le contexte de deux évolutions imbriquées, à savoir l’évolution des rapports de genre depuis les années 1970 et la fin de la société industrielle qui se dessine depuis les années 1980, la paternité commence à devenir contingente, d’une manière qui correspond à la logique de l’individualisation sociale : la simultanéité de nouveaux défis et de nouvelles options (3). Puis, je me pencherai sur la difficile relation entre le discours sur la paternité, au sein duquel s’ouvrent d’abord les nouvelles options, et la pratique de la paternité, qui reste largement prise dans des schémas traditionnels (4). Je porterai ensuite mon attention sur la minorité de pères qui déploient une nouvelle compréhension de la paternité centrée sur les activités éducatives dans la pratique quotidienne, et je montrerai les ambiguïtés de ce modèle (5). En conclusion, ces résultats seront resitués dans un cadre théorique sur le genre et la masculinité (6).

2. Du père présent et engagé au père subvenant aux besoins du foyer – À propos d’une restriction du rôle du père dans la société bourgeoise

  • 4 Martschukat / Stieglitz (2005), p. 107.

4La recherche historique portant sur le genre et la famille a montré que la famille nucléaire bourgeoise, caractérisée par une séparation des fonctions clairement différenciée selon des critères de genre, « n’a pratiquement jamais existé dans la réalité historique4 ». Même dans la bourgeoisie, elle n’est devenue une réalité concrète qu’à partir du milieu du XIXe siècle. Dans la classe ouvrière, les conditions économiques difficiles n’ont pas permis aux femmes de se retirer dans la sphère du foyer. Sauf pendant la très brève période de prospérité économique à la suite de ce qu’on a appelé le « miracle économique » entre la fin des années 1950 jusqu’au début des années 1970, le revenu de la femme était nécessaire pour assurer la base économique d’un ménage d’ouvriers – et c’est à nouveau le cas. Néanmoins, le modèle de la famille nucléaire bourgeoise, dans lequel le père subvient aux besoins de la famille et la mère s’occupe du foyer et des enfants, a pu s’imposer comme un modèle de normalité, par rapport auquel les changements actuels dans la compréhension de la paternité sont envisagés. Il est facile de perdre de vue que même dans le milieu bourgeois, la paternité a autrefois été comprise différemment.

  • 5 Trepp (1996), p. 31 et suivante.
  • 6 Trepp (1996), p. 33.
  • 7 Trepp (1996), p. 38.
  • 8 Trepp (1996), p. 38.
  • 9 Trepp (1996), p. 42.
  • 10 Martschukat / Stieglitz (2005), p. 115.

5Trepp5 a souligné que dans les concepts éducatifs des Lumières, le père, et non la mère, dominait : il était le premier destinataire des recommandations pédagogiques. Partant d’écrits personnels contemporains, elle montre « à quel point vers 1800 les hommes étaient conscients de se faire réellement pères6 ». Elle les décrit comme des « pères accessibles » et comme des « pères tendres7 ». Un père note que sa fille, qui n’a pas encore un mois, semble avoir à son égard une « inclination instinctive particulière. Quand personne n’arrive à calmer la petite qui crie, j’ai juste besoin de la prendre dans les bras pour lui chanter quelque chose. Alors elle se calme, pleinement réconfortée8 ». Une illustration de la cinquième édition du livre Über die Ehe de Theodor Gottlieb von Hippel, très populaire à son époque, montre le père et la mère assis l’un à côté de l’autre sur le canapé, s’occupant autant l’un que l’autre des quatre enfants. Cette image est ainsi totalement différente de l’ordre familial bourgeois « classique », dans lequel le père se tient dans une position de supériorité debout derrière les autres membres de la famille, dominant ainsi certes la communauté, tout en étant en même temps dans une position éloignée. Au début du XIXe siècle, l’orientation de l’homme vers sa carrière et sa réussite ne l’emportait pas encore sur son intérêt pour le « bonheur domestique9 ». Jusqu’au milieu de ce siècle, les pères étaient présents dans la famille, « investis émotionnellement » lorsqu’ils étaient avec leurs enfants, « intéressés par le développement de la petite enfance et impliqués dans l’éducation10 ».

  • 11 Trepp (1996), p. 47.
  • 12 Trepp (1996), p. 42.

6La polarisation des sphères du féminin et du masculin n’a commencé à se déployer dans les familles de la classe moyenne qu’au milieu du XIXe siècle – et avec elle une focalisation croissante des hommes sur le travail. « Ce n’est qu’à partir de ce moment-là que l’homme a commencé à se définir d’abord à travers sa profession : les marges de manœuvre des hommes sont devenues plus étroites et d’autres modèles de comportement masculin, nécessaires. En conséquence, les pères de la fin du XIXe siècle ont fait preuve d’un détachement émotionnel, de sérieux et de sévérité11 ». Leur position dans la famille s’est déplacée de son centre vers sa périphérie : ils sont devenus des « figures d’autorités strictes et inaccessibles, en arrière-plan de la famille12 », ainsi qu’ils ont été dépeints de façon de plus en plus critique depuis les années soixante du siècle dernier.

  • 13 Drinck (2005) ; Habermas (2000) ; Martschukat / Stieglitz (2005).
  • 14 Drinck (2005), p. 31 ; souligné dans le texte original.
  • 15 Rerrich (1988).
  • 16 Bourdieu (1990), p. 21.
  • 17 Liebold (2001).

7Trepp décrit l’évolution de la position du père (bourgeois) au XIXe siècle comme un processus d’anéantissement de la contingence : la paternité est de plus en plus restreinte à la fonction instrumentale du père subvenant aux besoins du foyer, qui ne peut être remplie que par la réussite professionnelle13. Dans le discours contemporain, cet élément est d’abord envisagé de manière critique comme le « déclin de l’autorité paternelle en matière d’éducation14 ». Rerrich fait remarquer qu’avec la séparation et l’attribution genrée des sphères de la production et de la reproduction, les hommes se sont vu retirer des responsabilités et des compétences au sein de la famille. La mise en place du modèle familial bourgeois fondé sur la polarité masculin-féminin depuis le milieu du XIXe siècle s’avère être un processus ambivalent, « un renforcement et affaiblissement du père à la fois15 ». Dans son essai sur la domination masculine, Bourdieu a aussi caractérisé les hommes comme « prisonniers et sournoisement victimes de la représentation dominante pourtant si parfaitement conforme à leurs intérêts16 ». Le père exclu ou s’excluant des affaires intérieures de la famille, en se concentrant sur son travail et sur son rôle d’homme subvenant aux besoins du foyer, renforce la domination masculine. Mais il en paie en retour le prix en quelque sorte, en se retrouvant dans une position marginale au sein de celle-ci17. Le père s’engage – au travail – pour la famille, mais presque pas en revanche dans la famille.

  • 18 Bowlby (1951).

8Au XXe siècle, la restriction du rôle du père au fait de subvenir aux besoins du foyer et son retrait de la vie interne de la famille semblent avoir pris pour longtemps le caractère d’une réalité incontestable. Encore au milieu du XXe siècle, le psychologue Bowlby18, alors extrêmement influent, postulait que seule la mère pouvait être la première personne de référence pour les enfants. Dans le même temps, des représentants influents de la sociologie familiale tendaient à faire de l’ordre familial courant dans la classe moyenne (américaine) de l’époque une constante supra-historique.

  • 19 Parsons / Bales (1955), p. 22 et suivante.
  • 20 Parsons (1968), p. 58.
  • 21 Parsons / Bales (1955), p. 13.
  • 22 Parsons / Bales (1955), p. 14 et suivante.

9Parsons, en référence aux « variables de modèle » qu’il a formulées dans sa théorie générale de l’action, a défini les rôles du père et de la mère comme complémentaires le long de l’axe instrumental-adaptatif-expressif-intégratif. Cette distinction suit un schéma général et élémentaire de différenciation fonctionnelle des systèmes sociaux19. Les rôles instrumentaux sont principalement orientés vers la réalisation des objectifs du système, tandis que ceux qui sont considérés comme expressifs visent à l’intégration du groupe. Parsons voit ici « l’axe principal dans la différenciation des rôles entre homme et femme dans toutes les sociétés20 ». Au père revient la fonction de « leader instrumental » (« instrumental leader ») dans la famille. Ceci est ancré dans le fait que dans la société moderne, le rôle professionnel de l’homme est une partie centrale de son rôle familial21. Tandis que selon les représentations de genre, le rôle de la femme adulte, défini par les caractéristiques « épouse, mère et gestionnaire du foyer », repose avant tout sur les affaires internes de la famille, le rôle de l’homme adulte est ancré dans le monde professionnel : « dans son travail et à travers lui, par ses fonctions statutaires et génératrices de revenus pour la famille22 ». Le père acquiert de l’importance dans la famille en premier lieu parce qu’il représente (symboliquement) le monde extérieur, moins par le « fathering », la manière concrète de s’occuper de l’enfant. Selon Parsons, il est possible au père de symboliser le monde extérieur, car le rôle masculin – contrairement au rôle féminin – dépasse les frontières de la famille.

3. Défis et nouvelles options : la paternité contingente

  • 23 Pour les mariage conclus en 1970 et 1980, la part des pères déclarant n’avoir jamais joué avec leur (...)
  • 24 Meuser (2007), p. 49 et suivantes.
  • 25 Ici Meuser (2010), p. 141 et suivantes.
  • 26 Bullinger (1983).
  • 27 Fthenakis (1985).

10La paternité centrée sur la sphère du travail, telle qu’elle a été conceptualisée – et généralisée de façon inadéquate – par Parsons a été une réalité vécue quotidienne pendant un peu plus d’un siècle, et ce uniquement dans les classes bourgeoises, au sein desquelles les revenus du père suffisaient à assurer les besoins économiques de la famille. Certes, dans une enquête menée au début des années 1980, 64 % des pères mariés en 1950 ont déclaré n’avoir jamais joué avec leurs enfants après le travail. Cependant se déployaient au même moment les premières initiatives de pères qui ne voulaient plus se contenter du rôle de père qui entretient la famille23. À cette époque, paraissaient aussi les premiers « livres pour les pères » sur le marché des livres spécialisés24. La redéfinition de la paternité faisait alors partie d’un discours plus général sur la masculinité25. Celui-ci visait à élargir le champ d’expériences des hommes à des dimensions qui, selon les façons traditionnelles de comprendre les rôles masculin et féminin, avait des connotations féminines. Bullinger, dans un livre sur la paternité très populaire à l’époque, a distingué les nouveaux pères des anciens26. Le nouveau père abandonne les évidences relatives à l’ancien rôle du père et conçoit son rôle de façon beaucoup plus active et consciente. Les années 1980 marquent aussi le début des études sur la paternité dans la recherche germanophone sur la famille relevant de la psychologie27.

11L’intérêt nouvellement porté aux pères et à une redéfinition du rôle du père doit être resitué dans le contexte de deux processus de changement social. Le premier constitue les mutations des relations de genre, portée par le mouvement féministe, au cours desquelles les positions traditionnelles de la masculinité ont été et sont remises en cause. Le second est le passage d’une société industrielle à une société de services et de la connaissance, qui s’accompagne d’une transformation fondamentale des structures de l’emploi salarié. Les deux processus rendent de plus en plus obsolète une compréhension de la paternité limitée à la fonction de père qui entretient la famille.

  • 28 En Allemagne, le taux d’emploi des femmes est passé au cours du siècle dernier d’environ 58 % à env (...)
  • 29 Klenner / Klammer (2009), p. 73. Il continue d’y avoir de nettes différences entre les Länder de l’ (...)
  • 30 Il ne faut cependant pas négliger le fait qu’en dépit de l’effondrement de la base économique, les (...)

12Un point clé de la critique du mouvement féministe est la division genrée du travail avec l’établissement des sphères distinctes esquissées ci-dessus. Cette critique s’étend inévitablement à la position du père subvenant aux besoins du foyer. En dehors du mouvement féministe, dans la société normale, « mainstream » pour ainsi dire, elle a conduit à des demandes croissantes de la part des femmes pour que les hommes s’impliquent dans le travail familial, ainsi qu’à une pression croissante sur les pères qui restent attachés au modèle traditionnel. Un autre aspect du changement dans les relations de genre pourrait être structurellement plus important encore. La participation croissante des femmes, et aussi des mères, aux revenus du foyer retire au modèle masculin du père qui entretient sa famille au moins une partie de son fondement (économique)28. Certes l’homme demeure celui qui subvient principalement aux besoins du foyer dans la majorité des ménages, dans la mesure où il apporte la plus grande part des revenus. Cependant il est de moins en moins le seul à entretenir la famille. En 2006, l’homme était le seul ou le principal soutien financier de la famille dans 56,5 % des ménages. Dans 31,9 % d’entre eux on trouvait un apport de revenus égalitaire entre l’homme et la femme et dans 11,6 % des cas la femme était le seul ou le principal soutien financier de la famille29. En somme, le modèle bourgeois de la famille et de la paternité n’a plus de fondement économique que dans un peu plus de la moitié des familles30.

  • 31 Lengersdorf / Meuser (2010).
  • 32 Herzog-Stein (2011).
  • 33 Krüger (2006), p. 196.

13Cette base est aussi ébranlée par les transformations du travail rémunéré, telles qu’on les observe y compris sur le marché du travail allemand depuis les années 1990. La fin de la société industrielle s’accompagne d’une érosion de la relation d’emploi considérée comme normale, c’est-à-dire un travail généralement à temps plein, stable, sûr socialement et salarié. La discontinuité et la précarité de l’emploi ne touchent plus seulement les femmes, mais aussi de plus en plus les hommes31. Un contrat de travail sur deux nouvellement conclu est actuellement à durée déterminée. La proportion des formes de travail atypiques qui ne correspondent pas à des relations d’emploi normales a fortement augmenté ces dernières années. Certes ce sont clairement plus les femmes que les hommes qui occupent un emploi atypique, s’écartant de la norme en termes de contrat ou de temps de travail. Mais l’augmentation entre 2005 et 2009 de ce type d’emploi est plus prononcée chez les hommes que chez les femmes. Dans le segment des employés à faibles revenus, le nombre de femmes a augmenté de 9,5 % entre 2003 et 2009, celui des hommes de 19,8 %32. Or un travail sûr constitue la base du modèle où une seule personne subvient aux besoins du foyer. Il s’agit d’un modèle familial de « prospérité économique [...], dont l’armature du curriculum vitae masculin, à savoir une carrière rémunératrice, basée sur la sécurité de l’emploi et sur un métier qualifié, se détache depuis les années 199033 ». Au vu de ces évolutions, on constate que la position du père dans la famille change indépendamment des interventions politiques dans le domaine de la famille, tout comme des intentions de ces « nouveaux pères » soucieux de développer une nouvelle compréhension de la paternité. Avec la fin de la société industrielle, ce sont non seulement les conditions de l’emploi rémunéré et de l’activité professionnelle qui changent, mais ce sont aussi les fondements institutionnels de l’ordre bourgeois qui sont ébranlés.

  • 34 Halford (2006).
  • 35 Halford (2006).

14Ceci est aussi favorisé par une autre caractéristique de la transformation du travail rémunéré, qui remet en question la séparation des sphères de production et de reproduction. Les relations professionnelles sont de plus en plus décloisonnées avec des lieux et des horaires de travail flexibles. Les frontières autrefois clairement définies entre le travail et la famille s’effondrent. Un nombre croissant d’employés effectuent une partie de leur travail à domicile. Les frontières deviennent contingentes et doivent être (à nouveau constamment) négociées à l’intérieur de la famille entre père, mère et enfants. Une étude britannique réalisée par Halford34 montre que les pères qui travaillent partiellement à la maison modifient leurs pratiques en matière de paternité. La proximité physique avec les enfants les implique au moins partiellement dans la garde quotidienne de ces derniers. Ils passent plus de temps avec leurs enfants que la moyenne des pères britanniques. Les frontières entre travail et famille deviennent perméables, mais sans se dissoudre. Toutefois, les frontières ne sont plus ancrées institutionnellement dans la séparation des sphères de la production et de la reproduction ; elles doivent être activement et constamment délimitées et imposées à nouveau – par le père lui-même et avec le soutien de la mère. L’étude de Halford35 montre qu’une plus grande implication du père dans les affaires familiales internes ne s’instaure pas seulement du fait d’un changement d’attitude, mais peut également être causée par un changement structurel dans le travail rémunéré, indépendamment des intentions des pères.

  • 36 Cyprian (2007), p. 31.
  • 37 Matzner (2004), p. 339 et suivantes.
  • 38 Helfferich (2006) ; Schulz / Blossfeld (2006).
  • 39 Matzner (2004), p. 352 et suivantes.

15Le discours sur la paternité, dont les débuts remontent aux années 1980 et qui s’est traduit par un nombre croissant de publications scientifiques depuis une dizaine d’années, se déploie à un moment où disparaissent les fondements économiques et institutionnels de la conception traditionnelle de la paternité centrée sur la fonction du père subvenant aux besoins du foyer. Les nouvelles orientations de ce discours, qui mettent l’accent sur l’implication des pères dans la famille, s’accompagnent de défis par rapport aux conceptions traditionnelles de la masculinité centrées sur l’emploi, auxquels un nombre croissant d’hommes et de pères ne peuvent plus échapper. Les mutations de la paternité ainsi initiées se présentent comme un entrecroisement de nouveaux besoins et de nouvelles contraintes. Ceci n’est pas seulement lié à une transformation des intérêts ponctuels des pères. La pression sociale grandit aussi pour qu’à la fonction de père nourricier s’ajoute celle de père éducateur. Un « rôle passif dans la vie familiale quotidienne (n’est) plus un concept attrayant dans la façon d’être père36 ». Néanmoins, plusieurs études montrent que la conception bourgeoise traditionnelle de la paternité fait preuve d’une persistance considérable. Selon une étude qualitative de Matzner37, on peut distinguer quatre types d’image de soi paternelles concomitants : le « père pourvoyeur de revenus traditionnel », le « père pourvoyeur de revenus moderne », le « père global » et le « père centré sur la famille ». D’autres études suggèrent que le « père pourvoyeur de revenus moderne » est actuellement le concept de paternité le plus répandu38. Comme le père bourgeois traditionnel, il se considère comme celui qui subvient aux besoins du foyer, tandis que la mère est responsable des tâches ménagères et de la garde des enfants. Toutefois, la division du travail s’applique de manière moins stricte que dans l’ordre familial bourgeois traditionnel. Le père moderne qui pourvoit aux besoins sa famille assiste sa femme dans les tâches ménagères. La conception de son identité comprend le travail et la famille. Pendant la grossesse et après la naissance de l’enfant, sa présence dans la famille est relativement élevée, mais diminue cependant ensuite. Par rapport à ses enfants, il joue avant tout le rôle de camarade de jeu, mais il peut aussi être une personne de confiance pour eux39. Ce type paternel a une ambivalence fondamentale. Le père moderne veut être à la fois un père qui entretient sa famille et un père attentionné.

  • 40 Zerle / Krok (2009), p. 130.
  • 41 Gubinger et Bambay (2009) ont identifié six types de père dans une étude associant des méthodes qua (...)

16Dans une étude récente sur les conceptions de paternité chez les jeunes hommes, près de 95 % des hommes interrogés ont déclaré que la tâche du père était de subvenir aux besoins de la famille mais aussi de prendre du temps pour son enfant. 80 % considéraient qu’il incombait au père de s’occuper et de surveiller l’enfant. Les données de cette étude révèlent la manière dont cette tension entre différents intérêts pouvait généralement être résolue. Moins de la moitié des personnes interrogées (43 %) étaient prêtes à « faire passer leur propre carrière professionnelle après l’enfant40 ». Aujourd’hui, de nombreux pères, en particulier les plus jeunes, connaissent cette divergence d’intérêts, et le modèle du « père moderne subvenant aux besoins du foyer » est la solution la plus courante pour y répondre. 43 % des hommes interrogés ont exprimé le fait qu’ils étaient disposés à différer leurs ambitions de carrière. De façon empirique, deux autres concepts de paternité peuvent être définis à côté des modèles du père traditionnel et moderne. Ceci indique que le modèle du père subvenant aux besoins du foyer perd de son importance en tant que modèle d’orientation. La paternité devient contingente au moins dans le sens où des alternatives au modèle traditionnel du père qui entretient sa famille se dessinent41.

4. Tout est nouveau ou rien ne change ? Sur la difficile relation entre discours et pratique

  • 42 Rost (2007).
  • 43 BMFSFJ (2003), p. 114.

17Néanmoins, le modèle du père subvenant aux besoins du foyer n’a pas fait son temps. De cela, il existe des indicateurs clairs. Contrairement aux femmes, les hommes ne font généralement la transition vers la parentalité qu’une fois qu’ils ont réussi leur entrée sur le marché du travail42. Les pères augmentent leur temps de travail après la naissance du premier enfant et à nouveau après la naissance du deuxième. Alors que 56 % des hommes sans enfant travaillent 36 heures ou plus par semaine, le chiffre s’élève à 75 % pour ceux qui ont un enfant et à 82 % pour ceux qui ont deux enfants ou plus43. L’augmentation du temps de travail rémunéré est vraisemblablement due aux besoins financiers accrus liés à la fondation de la famille. En outre, comme dans la grande majorité des familles, la mère prend un congé parental ou réduit son temps de travail rémunéré, ceci vient compenser une perte ou une baisse de revenus. Quels que soient les éléments qui justifient le fait que le père travaille plus, cette situation renforce en réalité le modèle traditionnel du père qui entretient la famille.

  • 44 Bien (2006), p. 270 et suivante.
  • 45 Gonzales / Jurado-Guerrero / Naldini (2009).
  • 46 Döge (2006), p. 31.
  • 47 Hofäcker (2007).

18Il y a un net décalage entre les attitudes exprimées dans les enquêtes, qui révèlent un grand besoin des pères de participer à l’éducation et aux soins des enfants, et les données qui ressortent des études sur le budget-temps ou d’autres enquêtes sur la participation effective des hommes et des pères aux activités de la famille. Bien que 95 % des pères se disent favorables au fait de participer aux soins quotidiens des enfants, seule la moitié des pères environ assume cette tâche44. Selon les données de l’European Social Survey, l’Allemagne est l’un des pays européens où le taux de participation des hommes aux activités ménagères est le plus faible. Dans seulement 17 % des ménages allemands, on constate une division coopérative du travail entre les femmes et les hommes. Il n’y a qu’au Portugal, en Pologne, en Grèce et en Turquie que le taux de participation masculine est encore plus bas45. Les pères participent moins aux tâches ménagères que les hommes mariés sans enfants. Le temps moyen que les hommes en couple sans enfants consacrent quotidiennement aux travaux ménagers et familiaux s’élève à 211 minutes. Il se réduit à 187 minutes quand il y a des enfants46. Cependant, les pères sont plus impliqués dans le soin des enfants que dans les autres tâches ménagères et familiales47.

  • 48 LaRossa (1988).
  • 49 Voir en général Koppetsch / Burkart (1999) ; Hofäcker (2007), p. 198.
  • 50 Hofäcker (2007), p. 198 ; souligné dans le texte original.
  • 51 Cyprian (2007), p. 43.

19Ces données montrent que la distinction de LaRossa48 entre « culture de la paternité et pratique de la paternité » est toujours valable. Il est à noter que l’écart entre ces dimensions semble être le plus important dans la classe moyenne éduquée. On suppose souvent que les porteurs des processus de modernisation sont dans ce milieu. Mais cela vaut, du moins en ce qui concerne les changements dans les relations de genre, à l’évidence seulement sur le plan de la culture ou du discours49. Hofäcker fait observer, mobilisant ce faisant les résultats d’une comparaison internationale, « que dans aucun des groupes de pays considérés, des caractéristiques individuelles telles que l’éducation, la religiosité ou les attitudes à l’égard du modèle du père entretenant la famille qui leur sont étroitement liées, ne semblent avoir d’influence systématique sur la participation des hommes eux-mêmes aux tâches domestiques ». Les influences du milieu social « qui avaient encore sur le plan des attitudes une importance hautement structurante sont comparativement moins importantes sur le plan des comportements50 ». Selon Cyprien, « les nouveaux pères » sont plus susceptibles de se trouver dans des emplois spécialisés que dans le milieu académique, et par conséquent dans « des professions qui combinent une relative sécurité économique et de faibles possibilités d’avancement51 ».

  • 52 Le projet de recherches « Profits et Pertes. Ambivalences de l’implication plus forte des pères dan (...)
  • 53 Behnke / Meuser (2011).
  • 54 Hochschild / Machung (1993) ; Koppetsch / Burkart (1999).

20Les premiers résultats de notre propre projet de recherche en cours vont dans le même sens52. Dans la classe ouvrière, dans laquelle une carrière professionnelle joue plutôt un faible rôle, puisque, structurellement, elle ne fait pas partie des attentes, un mode de vie qui n’est pas centré sur la carrière semble davantage possible. Encore une fois, ceci est une condition préalable favorable à une conception de la masculinité non centrée sur la carrière, dans laquelle la paternité active peut s’intégrer53. Le concept de carrière caractérise typiquement les professions bourgeoises. Dans le milieu bourgeois, on peut d’un côté observer une forte insistance sur l’importance de l’implication du père dans les tâches familiales. D’un autre côté, on observe un schéma connu de la recherche sur le genre54. Homme et femme trouvent – tant pour le père que pour la mère – des explications crédibles pour expliquer le fait que l’engagement du père ne correspond pas au niveau qui serait approprié selon les représentations que le couple a de lui-même. Il est typique que ce soit généralement la femme qui propose ces explications.

  • 55 Bien (2006), p. 273.

21On peut retenir de l’enquête sur les familles de l’Institut allemand de la jeunesse (Deutsches Jugendinstitut) que non seulement la majorité des hommes, mais aussi la plupart des femmes actives sont satisfaites de la division familiale du travail : même celles « qui font elles-mêmes une large part de l’activité ne (veulent) rien changer à la division du travail55 ». Pour comprendre l’écart significatif entre les attitudes qui prônent une plus grande implication du père dans les affaires intérieures de la famille et une pratique paternelle qui suit largement les modèles traditionnels de division du travail entre homme et femme, il faut prendre en compte le fait que les connotations symboliques traditionnelles relatives aux normes de genre et transmises tant dans le domaine du travail rémunéré que dans la famille, persistent de façon tenace. Le travail rémunéré et la masculinité vont étroitement de pair. La même chose vaut pour la relation entre travail familial et féminité. Ces relations s’affirment aussi – comme une structure plus ou moins latente – là où les pères (jusqu’à présent encore peu nombreux) tentent de s’y soustraire.

5. Ambivalences de la paternité active

  • 56 Born / Krüger (2002), p. 117.
  • 57 Born / Krüger (2002), p. 138.
  • 58 Voir en résumé Meuser (2007), p. 62 et suivante.

22Les pères qui souhaitent réduire leur engagement professionnel au profit de leur engagement familial continuent de rencontrer beaucoup de résistances dans le monde professionnel. Selon Born et Krüger, ce vœu se brise « aux frontières de l’institution du marché du travail56 ». Les nouvelles formes de paternité « doivent non seulement être souhaitées sur le plan des normes, mais elles doivent être imposées pour réellement prendre forme – contre une structure existante qui n’accepte les nouvelles formes de paternité que dans la mesure où elle n’affecte pas la disponibilité de l’homme sur le marché du travail57 ». La recherche récente l’a démontré de façon satisfaisante58. On porte en revanche moins d’attention au fait que la paternité active doit également être imposée contre les routines établies et les zones d’influence dans la famille.

  • 59 Allen / Hawkins (1999) ; Fagan / Barnett (2003) ; Gaunt (2008).
  • 60 Allen / Hawkins (1999), p. 200.
  • 61 [N.d.T. : nous gardons ici le terme anglo-saxon « gatekeeping » qui renvoie à l’action du gardien. (...)
  • 62 Gaunt (2008), p. 375.
  • 63 Lupton / Barclay (1997), p. 147.
  • 64 Schütze (1986) ; Vinken (2001).

23La part d’implication des pères dans les affaires internes de la famille dépend de façon non négligeable de la façon dont les femmes sont disposées à passer la main pour les tâches familiales – et donc à perdre des zones d’influence traditionnelles. Dans la recherche américaine, cette question a pendant longtemps été envisagée sous le concept de « maternal gatekeeping59 ». Allen et Hawkins définissent celui-ci comme une accumulation de croyances et de comportements qui compliquent la coopération entre femmes et hommes dans le travail familial en limitant les opportunités pour les hommes d’apprendre en participant au travail familial60. Le gatekeeping61 ne doit pas être compris comme un acte intentionnel de pouvoir. En règle générale, les mères sont aussi peu conscientes de prendre cette position de « gardienne exclusive de la famille » que de ses potentielles conséquences (négatives) pour l’engagement du père. De cette façon, elles contribuent involontairement à l’établissement de la division genrée des responsabilités parentales62. Le gatekeeping peut être compris comme une stratégie inconsciente pour affirmer son identité individuelle de genre. Jouent ici aussi les souhaits et les craintes des femmes par rapport à leur rôle de mère, influencés par le discours de la « bonne mère63 » qui, en Allemagne, plus encore que dans d’autres pays européens, standardise la façon de comprendre la maternité64.

  • 65 Allen / Hawkins (1999), p. 203.

24Les pères qui s’engagent plus fortement dans le travail familial sont souvent dans une situation ambigüe. D’une part, leur engagement est apprécié par leurs femmes, mais celles-ci défendent en même temps toujours le foyer comme leur domaine et revendiquent le fait de définir les normes du travail domestique. Le père se retrouve facilement dans la position d’ « auxiliaire » de sa femme. Se déploie un modèle de relation « manager-assistant » entre femme et homme65. L’engagement du père se déroule en grande partie sous la « direction » de la mère. Dans notre propre étude en cours évoquée plus haut, une femme l’exprime sans équivoque dans un entretien de couple. Elle dit à son mari, qui participe également à l’entretien : « tu es un peu comme mon stagiaire ». Le mari objecte qu’il ne participe pas aux tâches domestiques seulement de temps à autre mais régulièrement, en préparant souvent le repas ou en faisant les courses. À cela, elle réplique, fâchée, que c’est elle qui gère l’organisation du foyer : « L’organisation me revient, donc il faut bien que je le fasse, sinon rien ne se fait. »

  • 66 Kaufmann (1994), p. 279-290.
  • 67 Kaufmann (1994), p. 279.
  • 68 Burkart (2007), p. 88.
  • 69 Gaunt (2008) ; Tazi-Preve (2004).
  • 70 Wall / Arnold (2007), p. 521.
  • 71 Behnke / Meuser (2010).
  • 72 Koppetsch / Burkart (1999), p. 7.

25Jean-Claude Kaufmann décrit l’homme comme une sorte d’« élève coupable » de sa femme66. Sa « présence comme assistant » devient un problème paradoxal sous les exigences d’une paternité engagée. D’une part, il représente une « défaillance67 » à laquelle il faut remédier, d’autre part, cette « défaillance » garantit à la femme une longueur d’avance en matière de compétence et de pouvoir dans le domaine des tâches domestiques et de l’éducation. Jusqu’à présent, ni l’homme ni la femme n’ont résolument abandonné l’idée d’une plus grande compétence des femmes sur ces questions68. La façon dont les femmes effectuent les tâches familiales constitue toujours la ligne d’orientation69. À côté des normes relatives à la gestion du ménage, c’est tout particulièrement la prise en charge de l’enfant qui constitue un domaine où la compétence du père est contestée. Comme la féminisation des fonctions de soin (« care ») est profondément ancrée dans la société bourgeoise et qu’elle est soutenue par des interprétations culturelles de la féminité, la chaleur émotionnelle et l’attention aimante sont de ce fait toujours considérées comme des qualités féminines70. Ceci apparaît lorsque les femmes mettent en valeur le travail de soins effectué par leurs maris. Quand elles ne le voient pas comme quelque chose d’évident, mais se voient obligées de mettre l’accent sur les qualités de soins de l’homme. Comme pour les tâches ménagères, la femme est ici aussi en position d’évaluatrice – et est acceptée comme telle par la majorité des hommes. Dans la mesure où en arrière-plan la compétence principale des femmes en ce domaine est confirmée par les hommes et les femmes, la « performance » bienveillante de l’homme apparaît comme quelque chose d’extraordinaire71. On peut voir ici un arrangement accepté de part et d’autre, « au sens d’une évidence qui ne pose pas de problème ou d’un consensus tacite72 ».

6. Conclusion : paternité active et masculinité

  • 73 Helfferich (2009), p. 196.

26Dans la perspective de la répartition du pouvoir dans la famille au sein de la constellation du couple hétérosexuel, la paternité active pose pour les pères un problème de reconnaissance fondé sur la structure de l’ordre genré de la société bourgeoise, en particulier la séparation des sphères de la production et la reproduction, et les constructions de genre qui lui sont liées. « Cette construction de la masculinité démarquée de la féminité a défini des parties de l’espace social de la famille comme des “territoires féminins” exclusivement, et donc comme un “territoire étranger” pour les hommes73 ». La « conquête » de ce territoire par ces derniers pose des questions sur la compatibilité de la paternité active avec la masculinité. Cela s’exprime, par exemple, dans les représentations caricaturales du « mari au foyer » ou dans les plaisanteries, plus ou moins provocatrices, où l’homme auquel elles s’adressent est invité à prouver que son engagement paternel n’affecte pas sa virilité. Bien que la paternité active commence à se développer comme un nouveau modèle de vie, l’écart entre ce modèle et les constructions établies de la masculinité orientées vers un idéal de masculinité hégémonique provoque des irritations.

  • 74 Wall / Arnold (2007), p. 521.

27Le discours médiatique sur la nouvelle paternité semble avoir reconnu cela comme un problème. Il cherche en effet à montrer que les pères qui s’impliquent dans la famille sont de « vrais hommes ». « Dans ces histoires, on présente comme une bonne nouvelle le fait que les hommes puissent être tout à la fois des hommes au sens traditionnel et des pères impliqués. Les lecteurs sont rassurés sur le fait que les deux puissent être combinés d’une manière qui n’implique pas la redéfinition de ce que signifie être un homme74 ». Le 28 juin 2010, l’édition du New York Times jointe à l’édition du lundi du Süddeutsche Zeitung contenait un article sur « la masculinité du futur ». L’image illustrant cet article signifie de manière exemplaire l’effort pour concilier la paternité active et la masculinité traditionnelle. Elle montre un père qui porte son enfant sur le dos et qui marche dans la nature avec un chien en laisse et un fusil à l’épaule. À travers cette symbolique de la masculinité pionnière américaine, la masculinité de ce père qui prend soin de son enfant est incontestablement accentuée.

  • 75 Behnke / Meuser (2011).

28Notre propre étude montre que même les pères qui pratiquent avec assurance leur engagement intrafamilial se réfèrent (implicitement) au modèle de la masculinité hégémonique. Ils décrivent leur décision de réduire leur temps de travail, et surtout la façon dont ils l’ont fait valoir à leur employeur, comme une démarche courageuse qui montre qu’ils sont « de vrais hommes » capables d’imposer leurs revendications – à la différence de leurs collègues qui n’ont pas osé le faire. Parfois ils resituent aussi leurs actions non conventionnelles dans le cadre d’une autonomie et d’une authenticité masculines. De cette façon, ils parviennent ainsi à ne pas se décrire comme des perdants en comparaison de leurs pairs qui s’accrochent à une conception traditionnelle de la masculinité axée sur l’activité professionnelle75.

  • 76 Helfferich (2009), p. 196.

29Une question ouverte et significative du point de vue du genre est de savoir si, dans le cas de la paternité active, ce qui se passe à l’intérieur de la famille devient un terrain important pour la construction de la masculinité, alors qu’indéniablement c’était beaucoup moins le cas dans le cadre du modèle traditionnel du père subvenant aux besoins du foyer. Notre propre étude montre que les pères actifs non seulement attendent à être valorisés pour leur engagement familial, mais perçoivent aussi le travail familial comme un domaine dans lequel ils peuvent faire leurs preuves en tant qu’homme et veulent être reconnus en tant qu’homme. Dans une interview, un père explique qu’il verrait cela comme une « atteinte » à sa propre masculinité si sa femme ne lui faisait pas confiance pour s’occuper des enfants de manière appropriée pendant une longue période. « Vraiment je me dirais qu’elle me prend pour un pauvre type ! ». Helfferich a soulevé la question de savoir si l’espace familial reste encore relativement « étranger [aux hommes] même dans des conditions égalitaires76 ». De fait, cela semble être d’autant plus le cas quand le père agit comme « auxiliaire » de la mère. S’il parvient en revanche à intégrer le travail familial dans sa conception de la masculinité, il y a une chance que ce qui était étranger devienne familier. Bien entendu, il ne s’agit pas d’une réalisation purement individuelle, mais d’un phénomène relevant d’interactions, ce qui n’est pas étonnant puisque le père agit en tant que membre d’un groupe social. Dans l’exemple donné, l’épouse qui fait confiance au père pour s’occuper des enfants de manière indépendante semble adopter l’attitude la plus pertinente en tant que conjointe dans le cadre de ces interactions. Mais l’environnement social plus large des parents, des amis, des connaissances et des enfants est aussi important. Toutefois on sait peu de choses de leur influence au sein de l’ordre familial sur le plan du genre et des conceptions de la masculinité des pères.

Haut de page

Bibliographie

Allen, S. / Hawkins, A. (1999) : « Maternal gatekeeping: Mothers’ Beliefs and Behaviors That inhibit Greater Father Involvement in Family Work », Journal of Marriage and the Family, 61, p. 199-212.

Behnke, C. / Meuser, M. (2010) : « Ich bin dann mehr die Frau ». Männlich Gefühle im Rahmen von Vaterschaft und Familiengründung (http://www.fk12.tu-dortmund.de/cms/ISO/de/arbeitsbereiche/soziologie_der_geschlechterverhaltnisse/Medienpool/AIM_Beitraege_siebte_Tagung/Behnke_Meuser_Gefuehle_und_Vaterschaft.pdf).

Behnke, C. / Meuser, M. (2011) : « “Look out mate! I’ll take parental leave for a year” – Involved Fatherhood and Images of Masculinity », in : Oechsle / Müller / Hess (2011).

Bertram, H. / Krüger, H. / Spiess, C. (éd.) (2006) : Wem gehört die Familie der Zukunft? Expertisen zum 7. Familienbericht der Bundesregierung, Opladen, Verlag Barbara Budrich.

Bien, W. (2006) : « Familie zwischen Wunsch und Wirklichkeit, zwischen Ideologie und Realität », in : Bertram, H. / Krüger, H. / Spiess, C. (éd.) (2006) : Wem gehört die Familie der Zukunft? Expertisen zum 7. Familienbericht der Bundesregierung, Opladen, Verlag Barbara Budrich.

BMFSFJ (2003) : Die Familie im Spiegel der amtlichen Statistik, Berlin, Bundesministerium für Familie, Senioren, Frauen, Jugend.

BMFSFJ (2009) : Rollenleitbilder und -realitäten in Europa: rechtliche, ökonomische und kulturelle Dimensionen, Baden-Baden, Nomos.

Born, C. / Krüger, H. (2002) : « Vaterschaft und Väter im Kontext sozialen Wandels. Über die Notwendigkeit der Differenzierung zwischen strukturellen Gegebenheiten und kulturellen Wünschen », in : Walter (2002), p. 117-143.

Bourdieu, P. (1997) : « Die Männliche Herrschaft », in : Dölling, I. / Krais, B. (éd.) (1997) : Ein alltägliches Spiel. Geschlechterkonstruktion in der sozialen Praxis, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp. En français voir Bourdieu, P. (1990) : « La domination masculine », Actes de la recherche en sciences sociales, 84, p. 2-31 ; Bourdieu, P. (1998) : La domination masculine, Paris, Le Seuil.

Bowlby, J. (1951) : Maternal Care and Mental Health, Geneva, World Health Organization.

Bullinger, H. (1983) : Wenn Männer Väter werden, Reinbeck, Rowohlt.

Burkart, G. (2007) : « Das modernisierte Patriarchat. Neue Väter und alte Probleme », Westend. Neue Zeitschrift für Sozialforschung, 4, 1, p. 82-91.

Cizek, B. (éd.) (2004) : Familienforschung in Österreich. Markierung – Ergebnisse –Perspektiven, Wien (Schriftenreihe des Österreichen Instituts für Familienforschung, 12).

Cyprian, G. (2007) : « Väterforschung im deutschsprachigem Raum – ein Überblick über Methoden, Ergebnisse und offene Fragen », in : Mühling / Rost (2007), p. 23-48.

Döge, P. (2006) : Männer – Paschas oder Nestflüchter?, Opladen, Verlag Barbara Budrich.

Dölling, I. / Krais, B. (éd.) (2005) : Ein alltägliches Spiel. Geschlechterkonstruktion in der sozialen Praxis, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp.

Drinck, B. (2005) : Vatertheorien. Geschichte und Perspektive, Opladen, Verlag Barbara Budrich.

Evangelische Aktionsgemeinschaft für Familienfragen (éd.) (2006) : Männer und Familie! Dokumentation, Berlin.

Fagan, J. / Barnett, M. (2003) : « The Relationship Between Maternal Gatekeeping. Paternal Competence. Mothers’ Attitudes About the Father Role and Father Involvement », Journal of Family Issues, 24, p. 1020-1043.

Fthenakis, W. (1985), Väter, 2 vol., Munich, Urban & Schwarzenberg.

Gaunt, R. (2008) : « Maternal Gatekeeping. Antecedents and Consequences », Journal of Family Issues, 29, p. 373-395.

Gonzales, M. J. / Jurado-Guerrero, T / Naldini, M. (2009) : What Made Him Change? An Individual an National Analysis of Men’s Participation in Housework in 26 Countries, DemosSoc Working Paper N° 2009-30, Universitat Pompeu Fabra, Barcelona, http://www/recercat.net/bitstream/2072/41841/1/DEMOSOC30[1].pdf (vu le 22.5.2010).

Gumbinger, H.-W. / Bambey, A. (2009) : « Zwischen “traditionnellen” und “neuen” Vätern. Zur Vielgestaltigkeit eines Wandlungsprozesses », in: Jurczyk, K. / Lange, A. (éd.) (2009) : Vaterwerden und Vatersein heute. Neue Wege – neue Chancen!, Gütersloh, Bertelsmann Stiftung.

Habermas, R. (2000) : Frauen und Männer des Bürgertums. Eine Familiengeschichte (1750-1850), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht.

Halford, S. (2006) : « Collapsing the Boundaries? Fatherhood, Organization und Home-Working », Gender, Work and Organization, 13, p. 383-402.

Helfferich, C. (2006) : « Familie im Leben von Männern – fremde Welt und/oder vertraute Nähe? », in : Evangelische Aktionsgemeinschaft für Familienfragen (2006), p. 16-29.

Helfferich, C. (2009) : « Männer in der Familie », in : Kapella et al. (2009), p. 189-202.

Herzog-Stein, A. (2011) : Atypische Beschäftigung in Deutschland, Düsseldorf, Hans Böckler-Stiftung ; http://www.boeckler.de/pdf/atyp/D.pdf (vu le 13.07.2011).

Hochschild, A. R. / Maschung, A. (1993) : Der 48-Stunden-Tag. Wege aus dem Dilemna berufstätiger Eltern, Munich, Knaur.

Hofhäcker, D. (2007) : « Väter im internationalen Vergleich », in : Mühling / Rost (2007), p. 161-204.

Jurczyck, K. / Lange, A. (éd.) (2009) : Vaterwerden und Vatersein heute. Neue Wege – neue Chancen!, Gütersloh, Bertelmann Stiftung.

Kapella, O. / Rille-Pfeifer, C. / Rupp, M. / Schneider, N. F. (éd.) (2009) : Die Vielfalt der Familie, Opladen, Verlag Barbara Budrich.

Kaufmann, J-P. (1994) : Schmutzige Wäsche. Eine ungewöhnlicher Blick auf gewöhnliche Paarbeziehungen, Konstanz, UVK. En français : Kaufmann J-P., La trame conjugale. Analyse du couple par son linge, Nathan, Paris, 1992.

Klenner, C. / Klammer, U. (2009) : « Weibliche Familienernährerinnen in West- und Ost- Deutschland – Wunschmodell oder neue Prekarität? », in : BMFSFJ (2009), p. 62-84.

Koppetsch, C. / Günter, B. (1999) : Die Illusion der Emanzipation. Zur Wirksamkeit latenter Geschlechtsnormen im Milieuvergleich, Konstanz, UVK.

Krüger, H. (2006) : « Geschlechterrollen im Wandel – Modernisierung der Familienpolitik », in : Bertram, H. / Krüger, H. / Spiess, C. K. (éd.) (2006) : Wem gehört die Familie der Zukunft? Expertisen zum 7. Familienbericht der Bundesregierung, Opladen, Verlag Barbara Budrich.

Kühne, T. (éd.) (1996) : Männergeschichte – Geschlechtergeschichte. Männlichkeit im Wandel der Moderne, Francfort-sur-le-Main / New York, Campus.

LaRossa, R. (1988) : « Fatherhood and Social Change », Family Relations, 37, p. 451-457.

Lengersdorf, D. / Meuser, M. (2010) : « Wandel von Arbeit – Wandel von Männlichkeiten », Österreichische Zeitschrift für Soziologie, 35, 2, p. 89-103.

Liebold, R. (2001) : « Meine Frau managt das ganze Leben zu Hause… ». Partnerschaft und Familie aus der Sicht männlicher Führungskräfte, Wiesbaden, Westdeutscher Verlag.

Lupton, D. / Barclay, L. (1997) : Constructing Fatherhood. Discourses and Experiences, London, Sage.

Martschukat, J. / Stieglitz, O. (2005) : “Es ist ein Junge!”. Einführung in die Geschichte der Männlichkeiten in der Neuzeit, Tübingen, edition dikcord.

Matzner, M. (2004) : Vaterschaft aus der Sicht von Vätern, Wiesbaden, VS Verlag.

Meuser, M. (2007) : Herausforderungen. Männlichkeit im Wandel der Geschlechterverhältnisse, Köln, Rüdiger Röppe Verlag.

Meuser, M. (2010) : Geschlecht und Männlichkeit. Soziologie Theorie und kulturelle Deutungsmuster, 3e éd., Wiesbaden, VS Verlag.

Mühling, T. / Rost, H. (éd.) (2007) : Väter im Blickpunkt. Perspektiven der Familienforschung, Opladen, Verlag Barbara Budrich.

Nave-Herz, R. (1984) : « Familiale Veränderungen in der Bundesrepublik Deutschland seit 1950 », Zeitschrift für Sozialisationsforschung und Erziehungsoziologie, 4, p. 45-63.

Nickel, H. (2002) : « Väter und ihre Kinder vor und nach der Geburt. Befunde zum Übergang zur Vaterschaft aus deutscher und kulturvergleichender Perspektive », in : Walter (2002), p. 555-584.

OECD (2010) : OECD Factbook 2010 : Economie, Environmental and Social Statistics, http://www.oecd-ilibrary.org/sites/factbook-2010-en/06/01/01/index.html?contentType=&itemId=/content/chapter/factbook-2010-45-en&containerItemId=/content/serial/18147364&accessItemIds=&mimeType=text/html (vu le 13.05.2010).

Oechsle, M. / Müller, U. / Hess, S. (éd.) (2011) : Fatherhood in Late Modernity. Cultural Images, Social Practices, Structural Frames, Opladen / Famigton Hills, Verlag Barbara Budrich.

Parsons, T. (1968) : Sozialstruktur und Persönlichkeit, Francfort-sur-le-Main, Europäische Verlagsanstalt.

Parsons, T. / Bales, R. F. (1955) : Family, Sozialisation and Interaction Process, Glencoe, Ill., The Free Press.

Rerrich, M. S. (1988) : Balanceakt Familie. Zwischen alten Leitbildern und neuen Lebensformen, Freiburg, Lambertus.

Rost, H. (2007) : « Der Kinderwunsch von Männern und ihr Alter beim Übergang zur Vaterschaft », in : Mühling / Rost (2007), p. 77-96.

Schütze, Y. (1986) : Die gute Mutter. Zur Geschichte des normativen Musters « Mutterliebe », Bielefeld, Kleine.

Schulz, F. / Blossfeld, H.-P. (2006) : « Wie verändert sich die häusliche Arbeitsteilung im Eheverlauf? Eine Längsschnittstudie der ersten 14 Ehejahre in Westdeutschland », Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie, 58, p. 23-49.

Seiffge-Krenke, I. (2009) : « Veränderungen der Vaterschaft», in : Kapella et al. (2009), p. 203-219.

Statistisches Bundesamt (2010) : Statistisches Jahrbuch 2010 für die Bundesrepublik Deutschland mit “internationalen Übersichten”, Wiesbaden, Statistisches Bundesamt.

Tazi-Preve, I. M. (2004) : « Vaterschaft im Wandel? Eine Bestandsaufnahme von Verhalten und Einstellung von Vätern », in : Cizek (2007), p. 109-129.

Trepp, A. C. (1996) : « Männerwelten privat: Vaterschaft im späten 18. und beginnenden 19. Jahrhundert », in : Kühne (1996), p. 31-50.

Vinken, B. (2001) : Die deutsche Mutter. Der lange Schatten eines Mythos, Munich, Piper.

Wall, G. / Arnold, S. (2007) : « How Involved Is Involved Fathering? An Exploration of the Contemporary Culture of Fatherhood », Gender & Society, 21, p. 508-527.

Walter, H. (éd.) (2002) : Männer als Väter. Sozialwissenschaftliche Theorie und Empirie, Gießen, Psychosozial-Verlag.

Zerle, C. / Krok, I. (2009) : « Null Bock auf Familie!? Schwierige Wege junger Männer in die Vaterschaft », in : Jurczyk / Lange (2009), p. 121-140.

Haut de page

Notes

1 Cité par Trepp (1996), p. 31.

2 Hofäcker (2007), p. 161 et suivantes.

3 Nickel (2002) ; Seiffge-Krenke (2009).

4 Martschukat / Stieglitz (2005), p. 107.

5 Trepp (1996), p. 31 et suivante.

6 Trepp (1996), p. 33.

7 Trepp (1996), p. 38.

8 Trepp (1996), p. 38.

9 Trepp (1996), p. 42.

10 Martschukat / Stieglitz (2005), p. 115.

11 Trepp (1996), p. 47.

12 Trepp (1996), p. 42.

13 Drinck (2005) ; Habermas (2000) ; Martschukat / Stieglitz (2005).

14 Drinck (2005), p. 31 ; souligné dans le texte original.

15 Rerrich (1988).

16 Bourdieu (1990), p. 21.

17 Liebold (2001).

18 Bowlby (1951).

19 Parsons / Bales (1955), p. 22 et suivante.

20 Parsons (1968), p. 58.

21 Parsons / Bales (1955), p. 13.

22 Parsons / Bales (1955), p. 14 et suivante.

23 Pour les mariage conclus en 1970 et 1980, la part des pères déclarant n’avoir jamais joué avec leurs enfants n’était respectivement plus que de 11 % et 10 %. (Nave-Herz [1984]).

24 Meuser (2007), p. 49 et suivantes.

25 Ici Meuser (2010), p. 141 et suivantes.

26 Bullinger (1983).

27 Fthenakis (1985).

28 En Allemagne, le taux d’emploi des femmes est passé au cours du siècle dernier d’environ 58 % à environ 66 % (Statistisches Bundesamt [2010], p. 87). Ceci place l’Allemagne au-dessus de la moyenne de l’OCDE, mais en dessous des valeurs par exemple des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et surtout des pays scandinaves. (OCDE [2010]).

29 Klenner / Klammer (2009), p. 73. Il continue d’y avoir de nettes différences entre les Länder de l’Ouest et de l’Est. En 2006, dans l’Est, il n’y avait que 40,7 % de ménages dans lesquels l’homme apportait la totalité ou la plus grande partie des revenus, alors qu’on trouvait en revanche des revenus égalitaires dans 44,5 % des ménages.

30 Il ne faut cependant pas négliger le fait qu’en dépit de l’effondrement de la base économique, les hommes sont parfois capables, de façon contrefactuelle et pour ainsi dire imaginaire, de s’accrocher à la représentation de l’homme comme celui qui entretient la famille et, à celle qui lui est liée, de chef de la famille. Meuser (2010), p. 204 et suivantes.

31 Lengersdorf / Meuser (2010).

32 Herzog-Stein (2011).

33 Krüger (2006), p. 196.

34 Halford (2006).

35 Halford (2006).

36 Cyprian (2007), p. 31.

37 Matzner (2004), p. 339 et suivantes.

38 Helfferich (2006) ; Schulz / Blossfeld (2006).

39 Matzner (2004), p. 352 et suivantes.

40 Zerle / Krok (2009), p. 130.

41 Gubinger et Bambay (2009) ont identifié six types de père dans une étude associant des méthodes quantitatives et qualitatives. On ne peut pas décider ici si les quatre types de Matzner ou les six types de Gumbinger et Bambay rendent compte de façon appropriée de la réalité contemporaine de la paternité. Mais il est significatif que dans le contexte actuel les deux études montrent une multitude de formes de paternité.

42 Rost (2007).

43 BMFSFJ (2003), p. 114.

44 Bien (2006), p. 270 et suivante.

45 Gonzales / Jurado-Guerrero / Naldini (2009).

46 Döge (2006), p. 31.

47 Hofäcker (2007).

48 LaRossa (1988).

49 Voir en général Koppetsch / Burkart (1999) ; Hofäcker (2007), p. 198.

50 Hofäcker (2007), p. 198 ; souligné dans le texte original.

51 Cyprian (2007), p. 43.

52 Le projet de recherches « Profits et Pertes. Ambivalences de l’implication plus forte des pères dans l’espace familial » est financé par la Fondation allemande pour la recherche (DFG).

53 Behnke / Meuser (2011).

54 Hochschild / Machung (1993) ; Koppetsch / Burkart (1999).

55 Bien (2006), p. 273.

56 Born / Krüger (2002), p. 117.

57 Born / Krüger (2002), p. 138.

58 Voir en résumé Meuser (2007), p. 62 et suivante.

59 Allen / Hawkins (1999) ; Fagan / Barnett (2003) ; Gaunt (2008).

60 Allen / Hawkins (1999), p. 200.

61 [N.d.T. : nous gardons ici le terme anglo-saxon « gatekeeping » qui renvoie à l’action du gardien. Ce terme n’est en effet pas traduisible en français de façon satisfaisante sauf sous forme de périphrase.]

62 Gaunt (2008), p. 375.

63 Lupton / Barclay (1997), p. 147.

64 Schütze (1986) ; Vinken (2001).

65 Allen / Hawkins (1999), p. 203.

66 Kaufmann (1994), p. 279-290.

67 Kaufmann (1994), p. 279.

68 Burkart (2007), p. 88.

69 Gaunt (2008) ; Tazi-Preve (2004).

70 Wall / Arnold (2007), p. 521.

71 Behnke / Meuser (2010).

72 Koppetsch / Burkart (1999), p. 7.

73 Helfferich (2009), p. 196.

74 Wall / Arnold (2007), p. 521.

75 Behnke / Meuser (2011).

76 Helfferich (2009), p. 196.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael Meuser, « Paternité en mutation. Défis, options, ambivalences », Trivium [En ligne], 34 | 2022, mis en ligne le 25 mars 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/trivium/7900 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trivium.7900

Haut de page

Auteur

Michael Meuser

Michael Meuser est professeur émérite de sociologie à l’Université Technique de Dortmund. Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des la revue Trivium sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
  • Logo Fritz Thyssen Stiftung
  • Logo DGLFLF (Ministère de la Culture)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search