Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Textes traduits en françaisLe congé parental comme impulsion...

Textes traduits en français

Le congé parental comme impulsion à l’engagement paternel. Un précurseur de la politique de paternité ?

Karin Jurczyk et Thomas Rauschenbach
Traduction de Anne-Laure Vignaux

Entrées d’index

Mots-clés :

temps parental, paternité

Schlüsselwörter :

Elternzeit, Vaterschaft

Note de la rédaction

Édition originale | Originalausgabe
« Elternzeit als Impuls für väterliches Engagement. Ein Vorreiter der Väterpolitik? », in : Jurczyk, K. / Lange, A. (éd.) : Vaterwerden und Vatersein heute. Neue Wege – Neue Chancen!, Gütersloh, Bertelsmann, p. 354-368.

Nous remercions Mme Karin Jurczyk et M. Thomas Rauschenbach ainsi que la maison d’édition Verlag Bertelsmann Stiftung de nous avoir accordé l’autorisation de traduire ce texte pour le présent numéro.

Wir danken Frau Karin Jurczyk und Herrn Thomas Rauschenbach sowie dem Verlag Bertelsmann Stiftung für die freundliche Genehmigung, diesen Artikel in französischer Übersetzung zu publizieren.

Texte intégral

1. Discours sur le père à la fin de l’époque moderne

  • 1 Prass (1978).
  • 2 Beck / Lau (2004) ; Giddens (1991).
  • 3 Jurczyk (1998) ; Jurczyk et al. (2009).
  • 4 Hagemann-White / Rerrich (1988).
  • 5 Rerrich (1985), p. 229 et suivante.

1Ce n’est pas un hasard si, en Allemagne, le débat social sur les « nouveaux hommes » et les « nouveaux pères » débute à la fin des années 19701. On assiste à l’époque à une mutation sociale généralement désignée comme « modernité tardive », « deuxième modernité » ou « modernité réflexive »2 et se caractérisant par une érosion des normes relatives à la profession, à la famille et aux modèles de genres ainsi que par le décloisonnement des sphères publique et privée3. Pour les pères, cela offre de nouvelles possibilités d’élargir leur rôle de soutien de famille et de procurer désormais des soins concrets et quotidiens à leurs enfants. La deuxième vague féministe et sa réflexion scientifique dans le cadre des premières recherches consacrées aux femmes et aux genres ont également contribué à la remise en question des rôles masculins et paternels traditionnels4. Dès le milieu des années 1980, Maria S. Rerrich fait toutefois remarquer : « Tout le monde parle de “père”, mais que veut-on dire par là ? », avant de plaider pour une différenciation réaliste entre la représentation habituelle du père et ce que l’on voudrait qu’il soit, idéalement5.

  • 6 Gumbinger / Bambey (2009) ; Schier / Szymenderski (2009) ; Zerle / Krok (2009).

2Indépendamment de cela, l’image du « nouveau père » s’est très fortement écartée du modèle traditionnel au cours du dernier quart de siècle. Il a fallu attendre ces dernières années pour voir la recherche empirique sur le sujet faire un bond en avant et révéler toutes les nuances comprises entre les différents modèles, ainsi que les ambivalences et problèmes rencontrés lors de la recherche d’une nouvelle forme de paternité6. Parallèlement, de timides pas ont été franchis en faveur d’une politique de la paternité à même de soutenir l’engagement concret des pères dans l’éducation, la prise en charge et le soin de leurs enfants au quotidien.

  • 7 Beckmann (2008) ; Smith (2007).
  • 8 Henninger / Wimbauer / Dombrowski (2008).

3En tant qu’éléments de la politique familiale, ces avancées timides ont toutefois tendance à se perdre dans la rhétorique générale de la conciliation des temps, qui bien qu’elle ne soit (généralement) pas liée à un sexe, vise toujours principalement la femme de manière implicite. À l’échelle européenne, on constate qu’une politique familiale en apparence non genrée a visiblement moins d’effet sur le renforcement de l’engagement des pères qu’une politique s’adressant spécifiquement à ces derniers7. Par « politique axée sur le père », nous entendons des mesures qui permettent aux hommes de s’engager concrètement dans la prise en charge de leurs enfants et d’accorder celle-ci avec leur activité professionnelle. À cet égard, l’adoption, le 1er janvier 2007, du nouveau modèle de congé parental, avec l’introduction de l’allocation parentale et la proposition attractive de deux « mois de conjoints » supplémentaires (souvent appelés « Vätermonate », « mois des pères » en allemand) représente pour l’Allemagne une avancée très appréciable. Ce modèle doit permettre une nette augmentation de la proportion de pères assurant la prise en charge quotidienne des enfants tout en favorisant l’accès à l’emploi des mères8.

4Dans les lignes qui suivent, nous commençons par énumérer quelques indicateurs empiriques d’un changement relatif à la participation des pères à la vie familiale ainsi qu’à la prise en charge et à l’éducation de leurs enfants. Sauf dans des cas exceptionnels, ce ne sont cependant pas les conséquences d’une politique de paternité proprement dite. La partie centrale de l’article sera consacrée au nouveau règlement relatif au congé et à l’allocation parentaux ainsi qu’à leurs effets. Enfin, nous esquisserons les contours d’une politique de paternité sensible à la dimension de genre.

2. Existe-t-il un « nouveau père » ? Une enquête empirique

5S’agissant de cerner la mesure et la dynamique de développement de la participation des hommes et des pères à la vie familiale et au travail éducatif, nous disposons d’indicateurs comme l’évolution du travail à temps partiel chez les hommes, l’augmentation du nombre de pères élevant leurs enfants seuls ou assurant la garde exclusive et l’augmentation de la participation au travail éducatif familial.

Travail à temps partiel

6La participation des femmes et des hommes au marché du travail, en particulier le développement du travail à temps partiel dans l’ensemble de la population active, et la comparaison des rôles de père et de mère vivant dans une forme de famille comptant au moins un enfant de moins de 18 ans constituent des indicateurs importants de l’engagement parental. Un examen de la situation dans l’ancien territoire de la République fédérale (y compris Berlin) à l’aide des données du micro-recensement montre que peu de choses ont changé ces dernières années (voir fig. 1). La proportion du travail à temps partiel chez les pères salariés a certes quadruplé durant ces vingt dernières années, passant de 1,5 % (avril 1991) à 5,1 % (2006), mais cette évolution s’opère encore à un niveau remarquablement faible, si on regarde l’ensemble. Sur la même période, en effet, la part du temps partiel chez les mères salariées a augmenté de 57 % à près de 74 %.

7En 2006, les mères occupées à temps partiel étaient donc encore plus de dix fois plus nombreuses que les pères sur le marché du travail alors que la proportion générale du temps partiel avait augmenté. Si cette proportion a clairement augmenté chez les femmes au cours des dernières décennies, elle a également progressé chez les hommes, fût-ce de façon plus modeste.

  • 9 Klenner / Pfahl (2008), p. 8.
  • 10 Klenner / Pfahl (2008), p. 12.
  • 11 L’enquête sur les travailleurs/travailleuses du WSI livre étant donné l’inclusion de toutes les com (...)
  • 12 Klenner / Pfahl (2008), p. 18.

8Dans ce contexte, on voit bien que ce qui domine en Allemagne dans les ménages avec enfants, c’est un modèle d’emploi rémunéré polarisé dans lequel les mères – d’après une analyse spécifique des données du micro-recensement de 2005 – apportent un complément de revenus avec 24,4 heures par semaine de travail rémunéré « normalement effectuées »9 ou n’ont pas du tout accès à l’emploi. Les pères en revanche sont 57 % à effectuer un temps plein « long »10. Le « modèle du soutien de famille modernisé » ou « modèle du revenu complémentaire » correspond d’après une autre enquête, l’Enquête sur les travailleurs/travailleuses de l’Institut de recherche économique et sociale (WSI)11, à 42 % des ménages avec enfants. La catégorie des soutiens de famille uniques représente 26 % (pères) et 4 % (mères)12. On observe en outre 26 % de modèle égalitaire (travail à plein temps pour les deux partenaires) et 2 % de modèles à double temps partiel.

Figure 1 ; Développement du travail à temps partiel chez les mères et les pères sur le territoire de l’ancienne République fédérale d’Allemagne (y compris Berlin-Ouest en %, 1991-2006)

Figure 1 ; Développement du travail à temps partiel chez les mères et les pères sur le territoire de l’ancienne République fédérale d’Allemagne (y compris Berlin-Ouest en %, 1991-2006)

Source : Statistisches Bundesamt 2007. Väter = pères ; Mütter = mères.

9Klenner et Pfahl concluent dès lors :

  • 13 Klenner / Pfahl (2008), p. 19.

« Il ne s’est pas produit de redistribution du travail rémunéré entre les sexes. Les lourds horaires de travail des pères prouvent que ceux-ci n’ont rien concédé dans le domaine professionnel depuis que les femmes ont davantage accès à l’emploi. Quand les mères travaillent à plein temps, cela ne correspond généralement pas à une réduction du temps de travail chez les pères. Les temps de travail sont donc également très polarisés entre couples de tendance traditionnelle ou égalitaire13. »

  • 14 Klenner / Pfahl (2008), p. 18.
  • 15 Klenner / Pfahl (2008), p. 18.

10En ce qui concerne les horaires de travail souhaités des mères et des pères, l’Enquête sur les travailleurs/travailleuses WSI révèle toutefois un fait intéressant, à savoir que les pères ne souhaitent pas travailler à temps partiel au sens classique du terme, mais qu’ils aimeraient une réduction de leur temps de travail hebdomadaire moyen effectif, qui passerait alors d’un temps plein « long » de 44,1 heures à un temps plein « court » de 36,9 heures ; ils aimeraient donc travailler en moyenne 7,2 heures de moins par semaine14. Cette tendance apparaît, moyennant de légères différences de chiffres, dans toutes les enquêtes consacrées aux souhaits en matière d’horaire de travail. En moyenne, les mères souhaiteraient également réduire davantage leur temps de travail15. Il s’agit d’une indication de ce que l’on appelle la « double charge des deux sexes », qui, dans le cas des pères, vise clairement à la suppression de leurs heures supplémentaires régulières.

Les pères célibataires et la garde paternelle

11Une preuve supplémentaire d’une augmentation du nombre de « pères actifs » par rapport à l’ensemble des pères pourrait être trouvée dans la proportion de pères célibataires. Néanmoins, l’examen des données relatives au passé récent ne montre pas non plus de grand changement dans ce domaine. Selon les données de l’Office fédéral de la statistique (Statistisches Bundesamt), il y avait en 2007 près de 2,18 millions d’enfants de moins de 18 ans qui vivaient avec un seul parent. Et parmi eux, 9 % environ vivaient avec leur père. Cette situation n’a pratiquement pas évolué au cours des dix dernières années puisqu’il y a toujours à peu près dix fois plus de mères seules que de pères seuls (voir fig. 2).

Figure 2 : Développement de la proportion de mères et de pères célibataires en Allemagne (en %, 1996-2007)

Figure 2 : Développement de la proportion de mères et de pères célibataires en Allemagne (en %, 1996-2007)

Source : Statistisches Bundesamt (2008a). Väter = pères ; Mütter = mères.

  • 16 Statistisches Bundesamt (2008a), p. 46 et suiv.

12Une tendance analogue se dessine si on observe la proportion de pères qui se voient accorder la garde exclusive dans le cadre de la justice familiale. Quand la garde parentale partagée n’est pas accordée, le père reçoit la garde une fois sur quatre environ. En cas de litige, les mères reçoivent donc trois fois plus souvent le droit de garde16.

  • 17 Peschel-Gutzeit (2009).
  • 18 Sieder (2009).
  • 19 Bundesministerium für Justiz (2008).

13Depuis la réforme des droits de la filiation de 1998, les réformes relatives aux droits de garde et de visite renforcent néanmoins la participation active du père à la prise en charge et à l’éducation des enfants. Dans les intentions du législateur, le rôle du père doit être renforcé dans le but de parvenir à une plus grande égalité entre les genres17. La garde partagée, inscrite dans la loi, mène de facto à une plus forte activité paternelle après une séparation18. Dans les couples non mariés, le recours à la garde partagée augmente certes mais, selon une enquête du Ministère fédéral de la justice19, bien moins qu’attendu, ce qui indique une fois de plus que les changements de comportement des deux sexes restent très timides.

Travail familial

14Les données rassemblées jusqu’ici sur le travail à temps partiel, l’autorité parentale et les parents célibataires montrent que l’on ne peut pas encore parler de « nouveaux pères actifs » dans une proportion significative et que cette évolution n’en est qu’à ses tout débuts. Il nous faut donc les compléter par un regard sur le volet de l’éducation, notamment sur la participation des pères au travail domestique et au soin des enfants. Deux enquêtes quantitatives nous renseignent à ce sujet : l’étude sur l’emploi du temps de l’Office fédéral de la statistique et l’étude sur la prise en charge des enfants de l’Institut allemand de la jeunesse (DJI).

  • 20 Gille / Marbach (2004), p. 93 et suiv.

15La première analyse sur deux périodes, 1991/1992 et 2001/2002, la part de travail rémunéré et non rémunéré ainsi que la répartition des tâches dans les couples avec enfants de moins de 15 ans20. Si on considère comme travail non rémunéré les tâches domestiques, l’entretien du jardin et les soins des enfants, on constate qu’en 2001/2002, les femmes y consacrent avec 6,16 heures par jour une demi-heure de moins environ qu’en 1991/1992. Les hommes, pour leur part, n’y consacrent que deux minutes de plus, à savoir 3,12 heures, ce qui, en 2001/2002, ne représente encore proportionnellement qu’une bonne moitié du travail domestique effectué par les femmes.

  • 21 Alt / Teubner (2007), p. 166.

16L’enquête DJI de 2005 montre que les enfants de moins de 3 ans qui ne sont pas confiés à des institutions sont le plus souvent à la charge des parents et particulièrement de la mère21. La participation du père est nettement plus importante que celle des grands-parents. On n’est guère surpris d’apprendre, étant donné les lourds horaires de travail des pères, qu’il s’agit dans ce contexte surtout de « pères du week-end ». En d’autres termes, ils s’occupent surtout des enfants pendant les week-ends tandis que, chez les mères, le temps consacré aux enfants ne diffère pas entre les jours de semaine et le week-end.

  • 22 Grunow / Schulz / Blossfeld (2007), p. 162 sqq.
  • 23 Rost et al. (2003).
  • 24 Zerle / Krok (2009).
  • 25 Jurczyk / Rerrich (1993).

17Selon l’enquête de panel de Bamberg sur les couples mariés22, cette répartition inégale du travail entre les sexes se renforce sur la durée du mariage. Du point de vue des épouses, les tâches sont réparties de manière assez égalitaire au début du mariage (43 %) mais le sont beaucoup moins après 14 ans de mariage (11 %)23. En raison des rapports inégaux sur le marché du travail en matière de salaire et de perspectives d’avancement, mais aussi de l’orientation dominante des hommes vers le modèle du soutien de famille24 l’orientation égalitaire évolue vers un arrangement privé assez traditionnel (à première vue du moins) entre les partenaires. Dans les couples dont les revenus professionnels sont plus ou moins égaux, le risque de traditionalisation est toutefois plus faible que dans les couples où l’homme gagne nettement plus que la femme. Un niveau de formation plus élevé, une meilleure qualification et des horaires de travail plus lourds chez les femmes contribuent également à des arrangements plus égalitaires dans le couple ; ces facteurs de changement ont été identifiés dès les années 198025.

  • 26 Schier / Szymenderski (2009).

18Si on projette ces tendances dans le futur, la formation et la qualification en nette amélioration des femmes pourraient, pour peu qu’elles se traduisent par des emplois correspondants et un salaire comparable, contribuer à moyen terme à plus d’égalité dans la répartition du travail au sein de la famille. Jusqu’ici, le « père actif » est encore loin, malgré les nombreuses attentes, de représenter un modèle autonome, qui se mettrait pour ainsi dire en place de lui-même. Néanmoins, on ne peut nier qu’il existe des groupes de pères motivés et hautement engagés, que le souhait des pères de consacrer plus de temps à leurs enfants augmente et que, finalement, une part croissante des pères se retrouvent en raison des conditions de travail décrites face au problème de la conciliation de la vie professionnelle et familiale26. Les valeurs moyennes comme les données d’enquêtes du budget-temps et les modèles agrégés, comme celui du « revenu complémentaire », ne reflètent ces évolutions que de façon limitée ou superficielle. Dans ce domaine, les recherches qualitatives révèlent souvent mieux l’ampleur des dilemmes auxquels font face de nombreux pères, la complexité de l’organisation des tâches quotidiennes et les efforts soutenus fournis par une partie des pères pour s’occuper de leurs enfants durant les rares moments de liberté que leur laisse leur activité professionnelle.

3. La loi sur l’allocation parentale fédérale et le congé parental – une impulsion à la politique de paternité ?

  • 27 Ostner / Schmitt (2008).
  • 28 Ce n’est cependant pas le cas des parents seuls. Ils ont également droit à 14 mois de congé parenta (...)

19Dans le contexte des changements plutôt hésitants et ambigus advenus depuis les années 1980 dans le sens d’une paternité plus active, les attentes suscitées par la nouvelle loi sur l’allocation parentale fédérale et le congé parental entrée en vigueur au début 2007 sont nécessairement élevées. L’allocation parentale, qui est liée aux revenus, remplace l’allocation parentale d’éducation précédemment octroyée. Elle consiste en un revenu de remplacement allant jusqu’à 67 % des revenus professionnels moyens perçus au cours des douze derniers mois avec un montant maximum de 1800 euros. Une autre innovation par rapport à l’ancienne formule, en partie empruntée au modèle scandinave27, réside dans l’instauration de deux « mois supplémentaires pour le conjoint ». Ceux-ci font passer la durée de perception possible de 12 à 14 mois, mais ne peuvent être perçus que si le partenaire sollicite également le congé parental ; sans quoi, ils sont supprimés28. Les indemnités du congé de maternité légal, qui couvrent les huit semaines suivant la naissance d’un enfant, sont en outre prises en compte dans le calcul de l’allocation parentale. Les mois de perception de l’allocation parentale peuvent être librement répartis entre le père et la mère ou encore pris en commun ; un travail à temps partiel de maximum 30 heures semaines peut être exercé.

  • 29 Henninger / Wimbauer / Dombrowski (2008).

20L’allocation parentale vise clairement une intégration plus forte et plus rapide des mères – en particulier qualifiées – sur le marché de l’emploi. Leurs perspectives de carrière devraient s’en trouver améliorées29. Les pères doivent en outre être plus fortement motivés à s’occuper activement de leurs enfants. En minimisant ainsi la perte de revenus en cas de « pause enfant », on incite davantage le père à prendre une part dans le congé parental. Qu’en est-il aujourd’hui, deux bonnes années plus tard, de l’usage de ces impulsions explicites de la politique de paternité ? Entraîne-t-il un changement durable dans le domaine de la participation des pères aux tâches familiales ?

L’allocation parentale pour les pères

  • 30 Statistisches Bundesamt (2008c), Tableaux 7 et 10.
  • 31 Deutscher Bundestag (2008), p. l8 et sv. ; BMFSFJ (2008).

21Nous possédons désormais des données définitives pour 2007, année de l’entrée en vigueur de la nouvelle mesure de politique familiale relative à l’allocation parentale30. Selon elles, la part des pères dans les demandes approuvées de l’ensemble des bénéficiaires de l’allocation parentale atteint 14,3 % pour le premier trimestre 2007 et 13,7 % pour la période allant de janvier 2007 à juin 2008. On obtient une vision légèrement différente quand on se fonde sur la part des pères demandeurs sur toutes les naissances de l’année 2007 : si on se fonde sur le nombre de naissances, on constate que 15 % des 685 000 enfants nés en 2007 ont un père bénéficiant d’une allocation parentale (environ 103 000 demandes d’allocation parentale approuvées en faveur de pères pour les naissances de 2007). Chez les enfants nés durant le premier semestre de 2007, la proportion est de 17 %31.

  • 32 Cette différence de pourcentages est en réalité due au fait que des chiffres différents sont obtenu (...)

22Cette proportion de 15 à 17 % de pères recevant une allocation parentale pour l’année de naissance 200732 mène à deux constats : d’une part, il y a clairement plus de pères demandeurs qu’à l’époque de l’allocation parentale d’éducation – à titre comparatif : en 2006, 3,5 % des demandes d’allocations étaient introduites par des pères. D’autre part, les chiffres restent bas dans la mesure où la politique espérait que cela concernerait plus de 25 % des demandes.

  • 33 RWI (2008), p. 14 et sv.
  • 34 RWI (2008), p. 14 et sv.

23En ce qui concerne les enfants nés en 2007, 96 % de toutes les mères et 15 % de tous les pères ont introduit une demande d’allocation parentale. 11,5 % des demandes sont – pour le premier trimestre 2007 – des demandes de partenaires33. Les analyses plus approfondies du rapport d’évaluation sur l’allocation et le congé parentaux montrent que trois facteurs augmentent la probabilité que les pères introduisent une demande de partenaire : l’âge, dans la mesure où ces pères ont entre 35 et 39 ans, un niveau de formation plus élevé avec par exemple des détenteurs d’un diplôme de l’enseignement supérieur (le statut professionnel du moment n’a en revanche aucune influence) et le statut professionnel de la mère durant l’année de naissance de l’enfant. On peut se demander dans ce cas pourquoi les pères n’ont pas fait de demande. Deux tiers des familles interrogées ont affirmé à cet égard qu’une réduction du temps de travail n’était, pour des raisons professionnelles et financières, pas envisageable34.

  • 35 RWI (2008), p. 14 et sv.
  • 36 Deutscher Bundestag (2008), p. 12.
  • 37 BMFSFJ (2008).

24Si on approfondit encore et que l’on croise les bénéficiaires avec le montant de l’allocation parentale, on observe que la grande majorité des mères bénéficiaires (75 %) ont des revenus faibles, tandis qu’à l’autre extrémité du spectre, on ne trouve que 4,4 % de bénéficiaires parmi les revenus les plus élevés. C’est différent pour les pères bénéficiaires. Avec plus de 20 %, davantage de pères entrent dans la catégorie des revenus élevés, mais en même temps, près de 40 % des pères reçoivent une allocation parentale sans qu’ils aient disposé auparavant d’un revenu propre, assurant leur subsistance35. Il ne s’agit manifestement pas de personnes interrompant un emploi régulier, mais d’étudiants, d’apprentis ou de sans emploi. De ce fait, une proportion frappante de mères et de pères – 53 % – perçoit une allocation inférieure à 500 euros36 parmi lesquels, selon les documents présentés par le gouvernement fédéral à la conférence de presse concernant le rapport sur l’allocation parentale du 29 octobre 2008, un peu moins de 31 % reçoivent la somme minimale de 300 euros37.

Rapport entre niveau de l’allocation parentale et durée de perception

25Dans son analyse de la durée de perception de l’allocation parentale, le rapport d’évaluation révèle cependant un fait surprenant, à savoir qu’un petit cinquième des pères bénéficiaires prend un congé parental de plus de neuf mois, ce qui représente un congé plus long que celui pris par les mères. C’est bien plus que ce qui était planifié avec les deux mois de paternité. Néanmoins, ce groupe de pères actifs correspond à 3 % à peine de tous les bébés nés en 2007 et montre qu’avec le dispositif de l’allocation parentale, on n’a pas encore développé de moyen décisif incitant les pères à interrompre en plus grand nombre et pour plus longtemps leur activité professionnelle au profit du congé parental. La majorité des pères (70 %) perçoit un à trois mois d’allocation parentale (voir fig. 3).

Figure 3 : Durée de perception probable de l’allocation parentale approuvée selon le sexe

Données en %. Mères n= 648 789, pères n = 103 152, total n = 751 941.
Source : Statistisches Bundesamt (2008b). Données de janvier 2007 à juin 2008 pour les naissances de 2007. Statistiques sur l’allocation parentale. Calculs personnels.

  • 38 Ces chiffres sont fondés sur nos propres calculs sur base des statistiques relatives à l’allocation (...)

26Ce résultat est souligné par l’examen du rapport entre durée de perception et montant de l’allocation chez les hommes. Il apparaît que les pères qui perçoivent l’allocation pour une plus longue durée sont aussi ceux qui appartiennent aux groupes de revenus les plus bas, autrement dit, ceux qui ont le moins à perdre sur le marché de l’emploi. Près de 28 % des hommes à faible revenu reçoivent ainsi l’allocation pendant neuf mois ou plus, alors que ceci n’est le cas que pour 14 % à peine des pères bénéficiaires appartenant au groupe des revenus élevés (voir fig. 4)38.

Figure 4 : Durée de perception de l’allocation parentale approuvée comparée aux revenus du père

Figure 4 : Durée de perception de l’allocation parentale approuvée comparée aux revenus du père

Données en %. N = 103 152 (revenus faibles n = 41 138 ; revenu moyen n = 39 609 ; revenu élevé n = 22 405).
Source : Statistisches Bundesamt (2008b). Données de janvier 2007 à juin 2008 pour les naissances de 2007. Statistiques sur l’allocation parentale. Calculs personnels.

27Ces chiffres éclairent la dépendance au revenu tendancielle des bénéficiaires masculins de l’allocation parentale et le fait que, paradoxalement, un grand nombre de pères, appartenant avant tout aux groupes salariaux moyens, sont empêchés de prendre un congé parental plus long pour des raisons de revenus. Les impulsions en faveur d’un plus grand engagement paternel bénéficient manifestement surtout aux gros et aux petits salaires.

  • 39 Rüling / Reuss (2008).
  • 40 Presseinformation Deutscher Frauenrat (2008).

28L’usage plus intensif du congé parental par les pères à faibles revenus correspond d’ailleurs à un modèle tout à fait analogue du côté des mères. Celles qui interrompent le plus longtemps et le plus souvent leur carrière sont aussi celles qui sont moins qualifiées et ont de petits revenus. Nous observons toutefois une autre tendance, allant au-delà de la participation effective au congé parental, qu’il conviendra de suivre. À la suite d’un congé parental, les pères semblent plus souvent réduire leurs heures de travail et passer à temps partiel39. Cela pourrait être lié au fait que la combinaison du congé parental avec un temps partiel pour les deux parents simultanément, présentée comme une incitation à une collaboration renforcée entre partenaires, n’est en réalité pas attractive, ni financièrement ni en termes de temps, car même en cas d’usage partiel de l’allocation parentale, un mois plein est décompté40. Il faudra voir si la tendance des hommes à enchaîner le travail partiel au congé parental se confirme, et si, comme espéré, cela constitue une impulsion durable en faveur d’une paternité active.

Congé paternel : pas de percée, mais des raisons de se montrer modérément optimistes

29Si l’on résume ces résultats, on peut supposer différents effets exercés par l’allocation parentale sur l’engagement paternel :

30- Pour une partie des pères, l’allocation parentale est un revenu complémentaire bienvenu (effet d’aubaine). Les pères dans des situations professionnelles précaires sollicitent l’allocation parentale plus souvent et pour une plus longue durée. On peut se demander si les indices structurels d’une participation accrue de ces pères correspondent à une disposition d’esprit personnelle et, au-delà, au type du père conscient et actif ou si elles cachent plutôt une fonction socioéconomique, voire une forme de subsistance.

  • 41 Bertelsmann Stiftung (2008).
  • 42 Bertelsmann Stiftung (2008), p. 85.

31- Les pères ont désormais la possibilité de réaliser dans la pratique le souhait, clairement émis, de passer plus de temps avec leurs enfants (effet d’activation). Les jeunes hommes se voient aujourd’hui encore comme la personne qui nourrit la famille, mais veulent en même temps s’engager à s’occuper davantage de leurs enfants41. 46 % des hommes interrogés trouvent même juste de faire passer le travail au second plan dans la période qui suit la naissance d’un enfant et 43,5 % jugent normal de faire passer leur carrière professionnelle au second plan au profit de l’enfant42. Grâce à la garantie légale des mois de congés paternels, les pères hésitent moins à prendre ce genre de pause professionnelle et craignent moins les éventuels désavantages professionnels. Néanmoins, on constate comme auparavant un certain décalage entre les souhaits émis et leur réalisation concrète.

32- Les chances de concilier travail et famille sont améliorées par le soutien financier et favorisent, avec une reprise du travail plus rapide de la mère après la naissance, le modèle dit des ménages à doubles revenus, cela chez les deux partenaires (effet de conciliation de temps). Pourtant, les chiffres de l’allocation parentale montrent que la conciliation entre vie privée et vie professionnelle reste principalement le souci des mères, qui sont en majorité bénéficiaires d’allocations et, ensuite, travaillent presque exclusivement à temps partiel. Le nombre de demandes émanant de partenaires ou de pères est comparativement bien plus faible, même si depuis l’introduction de l’allocation parentale, une dynamique significative dans le temps est apparue, dont le développement ultérieur doit encore être observé.

  • 43 Abel /Abel (2009).

33- les effets à long terme et secondaires de l’allocation parentale, encore très difficiles à évaluer aujourd’hui, devraient être particulièrement intéressants (effets de socialisation). L’augmentation du nombre de pères travaillant au moins momentanément à temps partiel ou demandeurs d’une interruption de carrière peut éventuellement en faire partie. Il existe des indications sur les effets socialisants du temps passé en commun par le père et l’enfant. Sur la base d’expériences antérieures positives, l’aspiration et la disponibilité des hommes à s’impliquer dans tous les aspects de la paternité augmentent43. Une recherche concernant les effets à long terme du congé paternel sur le développement de l’enfant, la relation père-enfant, les relations entre les sexes ainsi que l’image des hommes et des pères devrait être effectuée de manière urgente.

4. Perspectives d’une politique de paternité sensible à la dimension du genre

34Le nouveau règlement relatif au congé parental agit incontestablement sur l’engagement paternel. Que cet effet soit considéré comme significatif ou faible, c’est finalement surtout une question de perspective. Si on considère le nombre de pères qui prenaient auparavant un congé d’éducation, on constate une nette augmentation, si on prend comme critère l’objectif d’une répartition égalitaire du travail entre les sexes, on constate que les résultats sont jusqu’ici fort maigres. Cette proportion relativement élevée – et très appréciée – de pères sollicitant le congé parental, 14 % en 2007, doit donc être replacée dans le contexte d’un politique de paternité plus globale. Sans quoi, ce qui devait constituer les prémisses d’une politique de paternité spécifique ne sera qu’une goutte d’eau dans l’océan.

L’érosion du modèle du soutien comme point de départ d’une politique paternelle active

  • 44 Jurczyk / Lange (2009b) ; Rauschenbach (2008).
  • 45 Voir les articles à ce sujet dans Jurczyk / Lange (2009a) ; Krüger (2006).

35La politique de paternité, qui vise à permettre de manière durable une paternité plus active et plus impliquée, doit s’attaquer avec sérieux aux causes psychologiques et structurelles, maintes fois analysées, des tendances à la persistance du rôle de soutien de famille pour les pères44. Dans ce cadre, la crise sociale actuelle peut être vue comme une chance d’instaurer plus d’égalité entre les genres et par conséquent, plus de participation paternelle. Si on tente une extrapolation des évolutions actuelles, on peut considérer comme particulièrement significatif le fait que le rôle du soutien de famille soit en régression, mais reste présent là où la femme correspond également à ce modèle de partenariat, que ce soit sous la pression de circonstances structurelles ou pour des considérations personnelles. On peut dès lors attendre une évolution plus forte des rôles d’homme et de père lorsque les facteurs suivants, tel qu’on peut actuellement le prévoir45, se renforcent, plus encore s’ils se conjuguent :

  • conscience de soi croissante des jeunes femmes et aspiration à des aménagements quotidiens plus centrés sur le partenariat ;

  • alignement dans le domaine de la formation et des études, de la carrière et des revenus des femmes ;

  • diplômes plus élevés chez les jeunes femmes ;

  • changement démographique, et donc manque de main-d’œuvre qualifiée et meilleure intégration des femmes dans le marché du travail ;

  • égalisation des possibilités d’emploi entre les sexes grâce à l’expansion du secteur des services ;

  • incertitude et discontinuité professionnelle croissantes pour les hommes également, affectant leur intégration sur le marché de l’emploi et leur carrière ;

  • conditions salariales de plus en plus précaires, entraînant l’obligation de se tourner vers le modèle à deux revenus.

  • remise en question d’une identité masculine exclusivement fondée sur la profession ;

  • érosion des conceptions traditionnelles de la masculinité, généralement contraignantes ;

  • socialisation des jeunes hommes par des mères actives et soucieuses d’égalité ;

  • effet « domino » socialisant de la paternité active.

Éléments d’une nouvelle politique de paternité

  • 46 BMFSFJ (2006).

36Il existe cependant un obstacle déterminant à une répartition plus égalitaire du travail entre les sexes, à savoir le choix, pas toujours volontaire, du travail à temps partiel comme solution censée permettre de concilier vie privée et vie professionnelle chez les femmes, en particulier en Allemagne de l’Ouest. L’égalisation des temps de travail entre les sexes – ce qui ne signifie pas l’adaptation des horaires de travail de la mère à ceux du père, mais une réduction du temps de travail pour les deux partenaires avec enfants à charge – de même que des « retraits » provisoires et socialement protégés de la vie professionnelle, comme dans le modèle « du temps choisi » proposé dans le septième rapport sur les familles du gouvernement fédéral46, sont par conséquent des éléments indispensables d’une politique de paternité sensible à la dimension du genre. Cela offrirait un contrepoint explicite aux évolutions actuelles de la politique familiale, qui se concentre jusqu’ici surtout sur l’intégration des mères sur le marché du travail et beaucoup moins sur les intérêts de l’ensemble des membres de la famille. Dans ce domaine, un développement immédiat et efficace des possibilités de garde d’enfants représente une mesure d’accompagnement nécessaire pour les deux parents dans la mesure où après un an ou quatorze mois, ceux-ci ont besoin d’une solution de garde pour leurs enfants s’ils veulent reprendre leur activité professionnelle. Sans cela, la « retraditionnalisation » de la répartition du travail au sein des familles est inévitable.

  • 47 Höhn et al. (2006), p. 20.

37L’absence de projet de vie masculin convaincant est également d’une grande importance. Après la relativisation et la remise en question du projet de vie masculin limité au rôle de soutien de famille (unique), après la perte du rôle exclusif de protecteur de la femme et des enfants, il n’existe à ce jour pas encore de projet positif indiquant quel rôle social acceptable les hommes pourraient assumer en dehors de ce modèle traditionnel. Le fait que 25 % des jeunes hommes affirment pouvoir se représenter une vie sans enfants47 peut donc également être interprété comme le résultat d’une insécurisation économique et psychique profonde.

  • 48 Schäfer et al. (2009).

38Il incombe à la politique de paternité d’exploiter à travers différentes activités – par exemple dans le domaine de la formation familiale ou de la révision de la représentation de genres dans les manuels scolaires – les côtés positifs de cette insécurisation ; chaque rupture sociale remet en effet en question les définitions et les spécifications de rôles, menant parfois à un vide provisoire. Celui-ci pourrait être perçu comme une incitation positive à une redéfinition, ainsi que cela a été le cas pour le mouvement féministe. Les raisons ne semblent pas encore suffisamment urgentes aux hommes potentiellement à la manœuvre pour initier un large mouvement social ; les efforts de recherche individuels et spécifiques au milieu, de même que les prémices d’une politisation sont pourtant indubitables48.

  • 49 Rauschenbach (2008).
  • 50 Voir aussi Zerle / Krok (2009).

39Une fois de plus, le thème de la paternité active semble fondé sur une synergie de structure, d’action et d’identité. Tant que le « combat pour la reconnaissance » des jeunes adolescents est avant tout destiné à se débarrasser avec succès de « l’enfant dans l’homme »49 et à en faire de « petits héros » qui tentent d’égaler leurs grands modèles des médias, nous contribuerons à installer dans les habitudes un concept de virilité et de paternité incompatible avec les exigences d’un sain équilibre entre femmes et hommes, pères et mères. Sans la mise en place simultanée de structures neuves et émancipées du « modèle professionnel traditionnel masculin » dans les domaines du marché de l’emploi, des horaires de travail, des professions et des carrières, les évolutions identitaires des hommes et les concepts de paternité récemment établis ne déboucheront pas (ne pourront pas déboucher) sur de nouveaux modèles. La recherche sur la paternité et la politique relative doivent tenir compte de cette interaction si elles veulent atteindre leur objectif50.

  • 51 Rerrich (1985), p. 229 et sv.

40Il en va de la politique de paternité comme de la recherche sur le sujet, dont Maria S. Rerrich avait dès 1985 jeté les bases. Nous pourrions grâce à celles-ci éviter une série d’impasses et d’écueils. Maria S. Rerrich conseille de d’abord chercher ce qui, dans la famille, représente la cause commune, puis, à partir de là, d’examiner les apports des deux sexes. Il faut également tenir compte systématiquement de l’angle de vue des sujets – en l’occurrence des pères. De plus, la paternité gagnerait à être envisagée dans le contexte de vie masculin. Enfin, et c’est un élément décisif, les évolutions de la paternité doivent être étudiées en lien avec les évolutions propres à l’enfance et à la maternité. Ce changement de perspectives systématique entre père, mère et enfant adopté comme principe méthodologique pourrait servir à localiser des points litigieux précis51.

  • 52 Krüger (2006).

41Si l’on parle à présent en termes de politique de paternité, on peut conclure qu’il nous faut dans ce domaine une politique explicite, qui, comme la politique de l’égalité, veille à rester distincte de la politique familiale, mais qui évite aussi de créer un nouvel affrontement entre politique de paternité, de maternité et de l’enfance. Les divergences d’intérêts et de situations de vie entre hommes, femmes et enfants doivent être perçues avec sensibilité et ne s’annulent pas facilement mutuellement. Aujourd’hui, la politique de la famille n’élude plus la question des genres52 et, de leur côté, les enfants ne peuvent plus être considérés comme de simples appendices de leurs parents. Enfin, la politique de la paternité doit servir à nouer des relations moins hiérarchisées et plus profitables entre générations et sexes.

Et en quoi le congé parental peut-il y contribuer ? Pistes d’optimisation

  • 53 Ostner / Schmitt (2008).
  • 54 Rüling / Kassner (2007), p. 94.

42On ne cesse d’affirmer que le système de congés parentaux allemand est imité du modèle scandinave. Indépendamment du fait qu’il existe en Scandinavie des différences considérables en matière d’organisation du congé parental53, l’allocation parentale allemande reste avec ses 67 % de remplacement du salaire en dessous des conditions du modèle suédois (80 %) dont elle s’inspire concrètement54. La durée de perception est en outre plus longue dans ce pays (jusqu’à 16 mois), même si l’allocation est dans ce cas moins élevée.

43Afin de développer davantage le caractère précurseur du nouveau règlement du congé parental et principalement dans le sens d’une politique de paternité, plusieurs aspects critiques sont à prendre en compte. Il est par exemple très difficile pour les jeunes hommes de devenir père pendant leur formation alors même que le délai avant d’accéder à un emploi avec une rémunération suffisante ne cesse de s’allonger. Pour les étudiants aussi, le montant minimal est de 300 euros ; ce montant devrait d’urgence être revu à la hausse ou augmenté au moyen d’avantages spécifiques dans le sens d’une forme de « BAföG (bourse d’études) parentale ».

  • 55 Henninger / Wimbauer / Dombrowski (2008).
  • 56 DBG (2008).

44D’une manière générale, le nouveau règlement sur l’allocation parentale porte en lui un déséquilibre social. Ceux qui en profitent sont, comparativement au règlement du congé d’éducation, principalement les gros salaires. Henninger, Wimbauer et Dombrowski parlent d’une « émancipation exclusive » (en se référant, il est vrai, surtout aux femmes)55. Chez les pères, on observe également une courbe d’utilisation en U qui concerne à la fois les gros revenus et les faibles. Si ce revenu de remplacement doit être maintenu en tant qu’incitant pour les pères, il faut d’urgence y ajouter des avantages supplémentaires pour les travailleurs à faible revenu, afin d’éviter que les familles ne basculent dans la pauvreté56.

45La possibilité d’un allongement et d’une autre répartition de la période de perception est au moins aussi importante que la question financière. En cas de travail à temps partiel simultané des parents, la durée durant laquelle on peut solliciter le congé parental devrait être allongée en proportion. De plus, il faudrait garantir, comme en Suède et en France, la possibilité d’un congé de paternité de dix jours environ dans les trois premiers mois suivant la naissance sans que cela requière trop de bureaucratie. Ce serait particulièrement important pour les pères qui ne peuvent pas se permettre de prendre un congé de paternité plus long.

  • 57 Deutscher Bundestag (1984).
  • 58 BMFSFJ (2006).

46À long terme enfin, il faut progressivement introduire de nouvelles possibilités de congés autorisés pour la garde des enfants dans la mesure où les tâches liées à cette dernière, souvent imprévisibles, ne sont certainement pas terminées quand l’enfant a atteint l’âge d’un an. En ce sens, la possibilité d’accéder pendant une plus longue période, par exemple jusqu’à ce que l’enfant ait atteint l’âge de 12 ans, et de façon flexible à un crédit de congé parental déterminé à l’avance, de deux ans par exemple, serait un pas important, en particulier pour les pères, dont beaucoup construisent souvent de meilleures relations avec leurs enfants quand ils sont plus grands. Cette proposition a été introduite dès le milieu des années 1980 dans un projet de loi57 et figure à nouveau dans le « modèle de temps optionnel » du septième rapport sur la famille58.

  • 59 Beckmann (2008) ; Bothfeld (2008).

47Un règlement du congé parental, aussi optimisé soit-il, ne favorisera pas l’activation durable de l’engagement paternel s’il reste isolé et n’est pas intégré dans une politique de paternité systématique. Le régime de sécurité sociale allemand est cependant inscrit dans un modèle d’État-providence qui, à travers des incitations fiscales comme l’imposition jointe avec fractionnement et l’organisation « masculine » du travail professionnel a toujours favorisé, de façon très contradictoire, l’arrangement traditionnel entre les sexes ou, au mieux, le modèle du revenu complémentaire59. Jusqu’ici, ni l’État ni l’économie n’a pu se décider à prendre des mesures plus claires. Il reste à espérer que plus de femmes et quelques pères actifs occupant des postes de pouvoir pourront faire bouger les choses – ou que le changement démographique créera une nécessité à laquelle la société et les hommes ne pourront plus échapper.

Haut de page

Bibliographie

Abel, F. / Abel, J. (2009) : « Zwischen neuem Vaterbild und Wirklichkeit. Die Ausgestaltung der Vaterschaft bei jungen Vätern. Ergebnisse einer qualitativen Studie », in : Jurczyk / Lange (2009a), p. 231-249.

Alt, Christian / Teubner, Markus (2007) : « Private Betreuungsverhältnisse », in : Bien, Walter / Rauschenbach, Thomas / Riedel, Birgit (éd.) : Wer betreut Deutschlands Kinder?, Berlin / Düsseldorf / Mannheim, p. 159-171.

Beck, Ulrich / Lan, Christoph (éd.) (2004) : Entgrenzung und Entscheidung, Francfort-sur-le-Main.

Beckmann, Sabine (2008) : Geteilte Arbeit? Männer und Care-Regime in Schweden, Frankreich und Deutschland, Münster.

Bertelsmann Stiftung (éd.) (2008) : Null Bock auf Familie? Der schwierige Weg junger Männer in die Vaterschaft, Gütersloh.

Bothfeld, Silke (2008), Auf dem Weg zu einer integralen Analyse von Familienpolitik? Under (Re-)Construction – Die Fragmentierung des deutschen Geschlechterregimes durch die neue Familienpolitik, Bremen (Zentrum für Sozialpolitik, ZeS-Arbeitspapier, 1).

Bundesministerium der Justiz (2008) : « Umfrage des Bundesministeriums der Justiz bei Jugendämtern und Rechtsanwälten zur gemeinsamen Sorge nicht miteinander verheirateter Eltern – Zusammenfassung », Schriftliche Fragen mit den in der Woche vom 21. Juli 2008 eingegangenen Antworten der Bundesregierung, Deutscher Bundestag, 16. Wahlperiode, Drucksache 16/10047, 25.7.2008, p. 8-11.

Bundesministerium fur Familie, Senioren, Frauen und Jugend (BMFSFJ) (2006) : Siebter Familienbericht. Familie zwischen Flexibilität und Verlässlichkeit, Berlin.

Bundesministerium für Familie, Senioren, Frauen und Jugend (BMFSFJ) (2008) : Pressekonferenz zum Elterngeldbericht der Bundesregierung am 29.10.2008.

Deutscher Gewerkschaftsbund (DGB) (2008) : Bundeselterngeld- und Elternzeitgesetz (BEEG) weiterentwickeln! Offener Brief an Familienministerin Frau von der Leyen, 6.10.2008.

Deutscher Bundestag (1984) : Gesetzentwurf der Abgeordneten Hoss und der Fraktion der Grünen. Entwurf eines Arbeitszeitgesetzes, 10. Wahlperiode, Drucksache 10/2188, 25.10.1984.

Deutscher Bundestag (2008). Bericht über die Auswirkungen des Bundeselterngeld- und Elternzeitgesetzes sowie über die gegebenenfalls notwendige Weiterentwicklung, Bundestagsdrucksache 16/10770, 30.10.2008.

Giddens, Anthony (1991) : The Consequences of Modernity, Oxford (trad. fr. 1994).

Gille, Martina / Marbach, Jan (2004) : « Arbeitsteilung von Paaren und ihre Belastung mit Zeitstress », Alltag in Deutschland. Analysen zur Zeitverwendung, éd. par Statistisches Bundesamt, Wiesbaden (Forum der Bundesstatistik, 43), p. 86-113.

Grunow, Diana / Schulz, Florian / Blossfeld, Hans-Peter (2007) : « Was erklärt die Traditionalisierungsprozesse häuslicher Arbeitsteilung im Eheverlauf: soziale Normen oder ökonomische Ressourcen? », Zeitschrift ftir Soziologie, 36 (3), p. 162-181.

Gumbinger, H.-W. / Bambey, A. (2009) : « Zwischen “traditionellen” und “neuen” Vätern. Zur Vielgestaltigkeit eines Wandlungsprozesses », in : Jurczyk / Lange (2009a), p. 195-216.

Hagemann-White, Carol / Rerrich, Maria S. (1988) : FrauenMännerBilder. Männer und Männlichkeit in der feministischen Diskussion, Bielefeld.

Henninger, Annette / Wimbauer, Christine / Dombrowski, Rosine (2008) : « Geschlechtergleichheit oder >exklusive Emanzipatiom? Ungleichheitssoziologische Implikationen der aktuellen familienpolitischen Reformen », Berliner Journal für Soziologie, 18, (1), p. 99-128.

Höhn, Charlotte / Ette, Andreas / Ruckdeschel, Kerstin / Grothe, Friederike (2006) : Kinderwünsche in Deutschland. Konsequenzen fur eine nachhaltige Familienpolitik, Stuttgart.

Jurczyk, Karin (1998) : « Arbeitszeit, Familie und Geschlechterverhältnisse – Die Erosion von Normalitäten. Empirische Ergebnisse », Zeitschrift jür Personalforschung, 12 (3), p. 302-318.

Jurczyk, Karin (2007) : « Ansätze zu einer emanzipatorischen Familienpolitik. Der Siebte Familienbericht », WSI Mitteilungen, 10, p. 531-539.

Jurczyk, K. / Lange, A. (éd.) (2009a) : Vaterwerden und Vatersein heute. Neue Wege – neue Chancen!, Gütersloh, Bertelsmann.

Jurczyk, K. / Lange, A. (2009b) : « Vom “ewigen Praktikanten” zum “reflexiven Vater”? Eine Einfuhrung in aktuelle Debatten um Väter », in : id. (2009a), p. 13-46.

Jurczyk, Karin / Rerrich, Maria S. (éd.) (1993) : Die Arbeit des Alltags. Beiträge zu einer Soziologie der alltäglichen Lebensführung, Freiburg.

Jurczyk, Karin / Schier, Michaela / Szymenderski, Peggy / Lange, Andreas / Voß, G. Günter (2009) : Entgrenzte Arbeit – Entgrenzte Familie. Neue Formen der praktischen Auseinandersetzung mit dem Spannungsfeld Arbeit und Familie. Endbericht, Munich.

Klenner, Christina / Pfahl, Svenja (2008) : Jenseits von Zeitnot und Karriereverzicht – Wege aus dem Arbeitszeitdilemma. Arbeitszeiten von Müttern, Vätern und Pflegenden und Umrisse eines Konzeptes, WSI-Diskussionspapier Nr. 158, Düsseldorf.

Krüger, Helga (2006) : « Die vergessene Zukunft, oder: Warum die Familienpolitik die Geschlechterfrage nicht überspringen kann », DJI Bulletin, 74, p. 8-9.

Ostner, Ilona / Schmitt, Christoph (éd.) (2008) : Family Policies in the Context of Family Change. The Nordic Countries in Comparative Perspective, Wiesbaden (Zeitschrift für Familienforschung, Sonderheft 6).

Peschel-Gutzeit, L. M. (2009) : « Entwicklung der Rechtsstellung des Vaters in den letzten 100 Jahren », in : Jurczyk / Lange (2009a), p. 47-59.

Presseinformation Deutscher Frauenrat Nr. 11, 14.11.2008, Berlin.

Pross, Helge (1978) : Die Männer. Eine repräsentative Untersuchung über die Selbstbilder von Männern und ihre Bilder von der Frau, Reinbek.

Rauschenbach, Thomas (2008) : « Vereinbarkeit von Familie und Beruf – (k)ein Thema für Väter? », in : Es braucht ein Dorf, um ein Kind großzuziehen. Familie – Erfolgsfaktor für Gesellschaft und Arbeitswelt, éd. par Bertelsmann Stiftung, Gütersloh, p. 67-81.

Rerrich, Maria S. (1985) : Alle reden vom Vater – aber wen meinen sie damit? Zur Differenzierung des Vaterbildes, éd. par Sektion Frauenforschung in den Sozialwissenschaften der DGS, Beiträge zum 22. Deutschen Soziologentag Dortmund 1984, Francfort-sur-le-Main / New York p.  223-232.

Rheinisch-Westfälisches Institut fur Wirtschaftsforschung (RWI) (2008) : Evaluation des Gesetzes zum Elterngeld und zur Elternzeit. Endbericht, Essen.

Rost, Harald / Rupp, Martina / Schulz, Florian / Vaskovics, Laszlo (2003) : Das Bamberger Ehepaarpanel, ifb-Materialien 7/2003, Bamberg.

Rüling, Anneli / Kassner, Karsten (2007) : Familienpolitik aus der Gleichstellungsperspektive. Ein europäischer Vergleich, éd. par Friedrich-Ebert-Stiftung, Berlin.

Rüling, Anneli / Reuss, Stefan (2008) : Untersuchung von Wirkungen der Elternzeit. Ergebnisse einer Online-Befragung, Berlin.

Schäfer, E. / Schulte, M. / Neues, H.-G. / Bor, A. (2009) : « Nicht Weicheier, sondern Trendsetter. Arbeit mit Vätern: Wege aus der Vereinzelung und wie sie beschritten werden könn(t)en », in : Jurczyk / Lange (2009a), p. 326-344.

Schier, M. / Szymenderski, P. (2009) : « Von der Vorgabe zur Aufgabe. Die Folgen der Entgrenzung von Erwerbsarbeit für Männlichkeit, Vaterschaft und Arbeitsteilung », in : J Jurczyk / Lange (2009a), p. 250-269.

Sieder, R. (2009) : « Männer in Patchworkfamilien », in : Jurczyk / Lange (2009a), p. 289-310.

Smith, Alison K. (2007) : Working fathers in Europe: earning and caring, Edinburgh (CRFR Research Briefing, 30).

Statistisches Bundesamt (éd.) (2007) : Mikrozensus 2006, Sonderauswertung zu Erwerbstätigen am Ort des Familiensitzes nach Geschlecht, Elternschaft und Umfang der Erwerbstätigkeit, Wiesbaden.

Statistisches Bundesamt (éd.) (2008a) : Familienland Deutschland. Ergänzende Tabellen zur Pressekonferenz am 22. Juli in Berlin, Wiesbaden.

Statistisches Bundesamt (éd.) (2008b) : Rechtspflege Familiengerichte 2007. Fachserie 10, Reihe 2.2. Wiesbaden.

Statistisches Bundesamt (éd.) (2008c) : Öffentliche Sozialleistungen. Statistik zum Elterngeld, Anträge von Januar 2007 bis Juni 2008, Wiesbaden.

Zerle, C. / Krok, I. (2009): « Null Bock auf Familie!? Schwierige Wege junger Männer in die Vaterschaft », in : Jurczyk / Lange (2009a), p. 121-140.

Haut de page

Notes

1 Prass (1978).

2 Beck / Lau (2004) ; Giddens (1991).

3 Jurczyk (1998) ; Jurczyk et al. (2009).

4 Hagemann-White / Rerrich (1988).

5 Rerrich (1985), p. 229 et suivante.

6 Gumbinger / Bambey (2009) ; Schier / Szymenderski (2009) ; Zerle / Krok (2009).

7 Beckmann (2008) ; Smith (2007).

8 Henninger / Wimbauer / Dombrowski (2008).

9 Klenner / Pfahl (2008), p. 8.

10 Klenner / Pfahl (2008), p. 12.

11 L’enquête sur les travailleurs/travailleuses du WSI livre étant donné l’inclusion de toutes les communautés de vie familiales des chiffres moins traditionnels que le micro-recensement, qui ne représente que les couples mariés. Ces différences sont peut-être également dues à une disponibilité de réponse différente selon les groupes de personnes interrogées ainsi qu’aux formulations variables des questions, par exemple « normalement effectué » (micro-recensement) ou « temps de travail effectif » (enquête sur les travailleurs/travailleuses WSI).

12 Klenner / Pfahl (2008), p. 18.

13 Klenner / Pfahl (2008), p. 19.

14 Klenner / Pfahl (2008), p. 18.

15 Klenner / Pfahl (2008), p. 18.

16 Statistisches Bundesamt (2008a), p. 46 et suiv.

17 Peschel-Gutzeit (2009).

18 Sieder (2009).

19 Bundesministerium für Justiz (2008).

20 Gille / Marbach (2004), p. 93 et suiv.

21 Alt / Teubner (2007), p. 166.

22 Grunow / Schulz / Blossfeld (2007), p. 162 sqq.

23 Rost et al. (2003).

24 Zerle / Krok (2009).

25 Jurczyk / Rerrich (1993).

26 Schier / Szymenderski (2009).

27 Ostner / Schmitt (2008).

28 Ce n’est cependant pas le cas des parents seuls. Ils ont également droit à 14 mois de congé parental au total.

29 Henninger / Wimbauer / Dombrowski (2008).

30 Statistisches Bundesamt (2008c), Tableaux 7 et 10.

Pour des raisons purement chronologiques, les demandes ne peuvent pas être toutes inclues dans ces données, car le sondage n’a intégré les demandes que jusqu’à juin 2008. Dans la statistique sur l’allocation parentale, les demandes approuvées pour les naissances de l’année 2007 n’ont été recensées que pour la période allant de janvier 2007 à juin 2008. Comme les parents d’enfants nés dans le dernier trimestre de 2007 peuvent solliciter les mois de paternité supplémentaires jusqu’à un an plus tard, il faut probablement tenir compte d’une légère sous-estimation du nombre des pères qui sollicitent un congé. À partir de 2008, seules les allocations parentales entièrement octroyées seront recensées d’après les données de l’Office de la statistique nationale. Une évaluation finale des demandes instruites pour l’année 2007 n’est plus prévue.

31 Deutscher Bundestag (2008), p. l8 et sv. ; BMFSFJ (2008).

32 Cette différence de pourcentages est en réalité due au fait que des chiffres différents sont obtenus selon la fourchette d’observation (1er trimestre, 1er semestre ou année 2007 dans sa totalité) et les grandeurs de référence (demandes instruites ou toutes les naissances de l’année). Un chiffre total définitif des demandes paternelles pour l’année 2007 ne sera probablement plus donné (voir note 30).

33 RWI (2008), p. 14 et sv.

34 RWI (2008), p. 14 et sv.

35 RWI (2008), p. 14 et sv.

36 Deutscher Bundestag (2008), p. 12.

37 BMFSFJ (2008).

38 Ces chiffres sont fondés sur nos propres calculs sur base des statistiques relatives à l’allocation parentale pour les naissances de l’année 2007 et aux demandes introduites entre janvier 2007 et juin 2008. Les demandeurs ont été divisés en trois groupes de revenus : les revenus faibles (300 à 750 euros d’allocation parentale), moyens (751 à 1500 euros d’allocation parentale) et élevés (à partir de 1500 euros d’allocation parentale). Les impulsions en faveur d’un plus grand engagement paternel sont manifestement plus accessibles aux gros et aux faibles revenus.

39 Rüling / Reuss (2008).

40 Presseinformation Deutscher Frauenrat (2008).

41 Bertelsmann Stiftung (2008).

42 Bertelsmann Stiftung (2008), p. 85.

43 Abel /Abel (2009).

44 Jurczyk / Lange (2009b) ; Rauschenbach (2008).

45 Voir les articles à ce sujet dans Jurczyk / Lange (2009a) ; Krüger (2006).

46 BMFSFJ (2006).

47 Höhn et al. (2006), p. 20.

48 Schäfer et al. (2009).

49 Rauschenbach (2008).

50 Voir aussi Zerle / Krok (2009).

51 Rerrich (1985), p. 229 et sv.

52 Krüger (2006).

53 Ostner / Schmitt (2008).

54 Rüling / Kassner (2007), p. 94.

55 Henninger / Wimbauer / Dombrowski (2008).

56 DBG (2008).

57 Deutscher Bundestag (1984).

58 BMFSFJ (2006).

59 Beckmann (2008) ; Bothfeld (2008).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 ; Développement du travail à temps partiel chez les mères et les pères sur le territoire de l’ancienne République fédérale d’Allemagne (y compris Berlin-Ouest en %, 1991-2006)
Légende Source : Statistisches Bundesamt 2007. Väter = pères ; Mütter = mères.
URL http://journals.openedition.org/trivium/docannexe/image/8195/img-1.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure 2 : Développement de la proportion de mères et de pères célibataires en Allemagne (en %, 1996-2007)
Légende Source : Statistisches Bundesamt (2008a). Väter = pères ; Mütter = mères.
URL http://journals.openedition.org/trivium/docannexe/image/8195/img-2.png
Fichier image/png, 23k
Légende Données en %. Mères n= 648 789, pères n = 103 152, total n = 751 941.Source : Statistisches Bundesamt (2008b). Données de janvier 2007 à juin 2008 pour les naissances de 2007. Statistiques sur l’allocation parentale. Calculs personnels.
URL http://journals.openedition.org/trivium/docannexe/image/8195/img-4.png
Fichier image/png, 8,8k
Titre Figure 4 : Durée de perception de l’allocation parentale approuvée comparée aux revenus du père
Légende Données en %. N = 103 152 (revenus faibles n = 41 138 ; revenu moyen n = 39 609 ; revenu élevé n = 22 405).Source : Statistisches Bundesamt (2008b). Données de janvier 2007 à juin 2008 pour les naissances de 2007. Statistiques sur l’allocation parentale. Calculs personnels.
URL http://journals.openedition.org/trivium/docannexe/image/8195/img-5.png
Fichier image/png, 9,2k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karin Jurczyk et Thomas Rauschenbach, « Le congé parental comme impulsion à l’engagement paternel. Un précurseur de la politique de paternité ? », Trivium [En ligne], 34 | 2022, mis en ligne le 25 mars 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/trivium/8195 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trivium.8195

Haut de page

Auteurs

Karin Jurczyk

Karin Jurczyk est vice-présidente de la Deutsche Gesellschaft für Zeitpolitik. Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Thomas Rauschenbach

Thomas Rauschenbach a été, jusqu’à fin septembre 2021, président du conseil d’administration et directeur de l’Institut allemand de la jeunesse (DJI) à Munich. Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des la revue Trivium sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
  • Logo Fritz Thyssen Stiftung
  • Logo DGLFLF (Ministère de la Culture)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search