Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35IntroductionDomination. Introduction

Introduction

Domination. Introduction

Catherine Colliot-Thélène et Elisabeth Kauffmann
Traduction(s) :
Herrschaft. Einführung

Texte intégral

1Choisi parmi les 122 entrées des Geschichtliche Grundbegriffe, des « Concepts historiques fondamentaux » édités de 1972 à 1997 sous la direction d’Otto Brunner, de Werner Conze et de Reinhart Koselleck, l’article portant sur la ʻdominationʼ présenté ici est le second d’une série de quatre que nous publions pour la première fois en français (« Démocratie », « Domination », « Puissance et pouvoir », « État et souveraineté »). Sa traduction est un défi, comme celle des trois autres construits selon un schéma apparenté : cinq contributeurs ont inscrit la spécificité du concept de domination dans une histoire de longue durée, depuis l’Antiquité jusqu’au dernier quart du XXe siècle, afin de mettre en évidence, au moyen d’une sémantique historique, les mutations et les intrications de structures sociales et politiques et des représentations qui leur correspondent1. La première difficulté est de restituer dans une langue idoine l’immensité et la complexité d’un savoir sans cesse interrogé, justifié et mis en perspective dans une confrontation serrée et argumentée avec toutes les sources qui ont été sollicitées, d’origine surtout allemande, mais aussi grecque et latine, française, anglaise et italienne. Le corpus retenu comprend des écrits juridiques où dominent les droits romain, germain et canon, des constitutions politiques, des œuvres littéraires, des pamphlets, des ouvrages de philosophie, de théologie, d’histoire et d’économie, que viennent éclairer et compléter différentes éditions d’encyclopédies et de dictionnaires, généralement, mais non exclusivement, en langue allemande. C’est de toute évidence en bonne intelligence que travaillent Peter Moraw, médiéviste, Horst Günther et Karl-Heinz Ilting, philosophes, l’un spécialiste reconnu de sémantique, l’autre de Platon, de Cicéron et de Hegel, ainsi que Dietrich Hilger, historien de la Révolution française, et Reinhart Koselleck, lequel préside à toute l’entreprise. La seconde tâche ardue du traducteur est liée au terme même de Herrschaft, généralement rendu aujourd’hui en français par ʻdominationʼ (alors qu’il pouvait par le passé être restitué par ʻautoritéʼ, ʻempireʼ, ʻmagistratureʼ, ʻmaîtriseʼ, ʻpouvoirʼ, ʻpuissanceʼ, ʻseigneurieʼ ou ʻsouverainetéʼ) : un terme germanique dans un cas, un terme latin dans l’autre, dont les histoires sont différentes, durant quelques siècles parallèles, et qui en sont venues à se croiser. La traduction doit avant toute chose faire percevoir la continuité entre Herrschaft et les différentes déclinaisons de Herr. Herr : c’est le seigneur, au sens théologique, avec majuscule (le Seigneur, Dieu) et séculier (le seigneur qui règne sur une terre et des gens), mais c’est aussi, dans certaines oppositions, le maître (des esclaves et serviteurs, voire des femmes et des enfants dans l’espace domestique), et aussi tout simplement, aujourd’hui, et après un long procès de démocratisation thématisé par Koselleck, l’équivalent de « Monsieur ». Mais la langue allemande permet aussi de faire immédiatement précéder Herrschaft d’un autre substantif, les mots qui résultent de cette composition pouvant alors décliner toutes les formes possibles de domination, depuis la domination domestique [Hausherrschaft] par un Hausherr jusqu’à, par exemple, la domination juridictionnelle [Gerichtsherrschaft]. Du fait de cette racine commune, de nombreux termes renvoient ainsi à la parenté et/ou à la simultanéité de plusieurs dominations, par exemple impériales, princières ou religieuses, qui peuvent, plus qu’ailleurs, se recouper sans nécessairement coïncider : comme chacun sait, en un mouvement de décentralisation et de fragmentation accéléré par la Réforme luthérienne, l’histoire allemande est singulièrement marquée par un renforcement des dominations territoriales plurielles au détriment d’une domination impériale unique. Pour éviter toute confusion possible et ne pas occulter la parenté entre les différents termes simples ou composés de Herr et de Herrschaft, la mention du terme allemand entre crochets est apparue souvent indispensable.

2Bien que les usages des termes Herrschaft en allemand et ʻdominationʼ en français en soient venus finalement à se recouvrir, il reste sans conteste quelque chose, jusqu’à l’époque actuelle, des différences de leurs histoires. Les hésitations des traducteurs français, mais aussi anglais, de Max Weber – qui a fait à la notion de Herrschaft une place centrale dans l’ensemble de ses analyses – témoignent de la persistance de ces différences. Certains de ces traducteurs proposent de rendre le terme en français par ʻpouvoirʼ, d’autres proposent, en anglais, rulership, authority ou leadership. On peut voir dans ces hésitations et propositions des tentatives d’euphémisation des catégories wébériennes, inspirées par la volonté de rendre Weber acceptable par des lecteurs susceptibles d’être rebutés par son insistance sur les dimensions agonistiques des relations sociales et politiques. Ce soupçon ne doit cependant pas amener à nier la réalité du problème : à la différence du terme français ʻdominationʼ, Herrschaft évoque un système (plus ou moins fortement) institutionnalisé, c’est-à-dire structuré par des formes de droit, embryonnaires ou développées, qui impliquent des obligations pour les deux pôles de la relation. Ces obligations ne sont bien entendu pas les mêmes, elles n’abolissent pas l’asymétrie de la relation : il y a bien des dominants et des dominés, mais, en principe au moins, le pouvoir que les premiers exercent sur les seconds n’est pas arbitraire. Des obligations réciproques sont ainsi clairement définies et enregistrées : à titre d’exemple, dès le Moyen-Âge, un vassal a un droit légitime de résistance et peut même briser son serment de fidélité si son suzerain manque à ses obligations et cesse de le protéger.

3Sans totalement disparaître, cette différence entre Herrschaft et ʻdominationʼ a été pour partie occultée par le double phénomène qui marque l’histoire moderne de l’un ou de l’autre concept (l’histoire sémantique et l’histoire conceptuelle se confondent ici) : la dépersonnalisation et la disqualification de la domination. La dépersonnalisation, tout d’abord : si, dans les temps les plus anciens, l’usage du terme Herrschaft (mais aussi bien le terme latin dominatio) qualifiait des rapports personnels entre un ou des dominants et des dominés clairement identifiables, la formation et la consolidation de l’État moderne ont eu pour effet une abstraction progressive des relations de pouvoir : la personne du dominant s’est effacée devant sa fonction, jusqu’au point où l’on a pu parler de la domination (impersonnelle) par des structures, politiques, administratives, sociales ou économiques. La disqualification globale de toute domination est un phénomène plus récent : elle date des révolutions politiques de la fin du XVIIIe siècle. Ces dernières, en s’appuyant sur les réflexions antérieures portant sur les droits naturels de chaque individu, en abolissant les groupes statutaires traditionnellement présentés comme un tout organique, ont scellé la fin des vieux ordres socio-politiques. Au XIXe siècle, la résistance des courants conservateurs et les différentes tentatives de « restauration » n’ont pu empêcher que la domination en général (et non plus seulement certaines de ses formes), soit considérée comme intrinsèquement illégitime.

4On voit alors apparaître, dans la terminologie politique du libéralisme (ou : du droit constitutionnel), des termes et des expressions qui tendent à occulter les relations de subordination et d’assujettissement. Parler de gouvernants et de gouvernés, par exemple, réduit l’asymétrie des pouvoirs à une simple nécessité fonctionnelle. Dans son introduction à cet article, Koselleck suggère qu’il en va de même d’expressions telles que « gouvernement constitutionnel » ou « administration légale ». Avec le développement de la révolution industrielle, le terme anglais de « manager » a fini par supplanter celui de maître de fabrique [Fabrikherr]. En contrepoint, le remplacement de Herrschaft par Führung (la fonction de direction, la conduite par un chef) s’inscrit dans une réflexion engagée dès le XIXe siècle, à l’ère des masses et des interrogations sur la psychologie des foules. Face à la rationalisation, à la bureaucratisation et à la dépersonnalisation de la domination, face à ce que certains perçoivent et généralement dénoncent comme une atomisation du social, d’où résulte la désorientation des individus, liés exclusivement par des relations anonymes et contractuelles, les tentatives faites pour restaurer ou instaurer une solidarité perdue ou à venir investissent un champ lexical qui perd peu à peu sa neutralité originaire (« führen » : mener, diriger). Certains théoriciens nationaux-socialistes s’emploieront à démontrer comment les masses peuvent avoir la haute main sur les décisions à prendre, dans une symbiose indéfectible entre elles et un Führer qui entre personnellement et immédiatement en résonance avec leurs volontés fusionnées en une seule instance (« Ein Reich, ein Volk, ein Führer »). La langue allemande ne retrouvera pas pleinement l’innocence du terme de Führer après 1945, le terme de Chef ou de Leader s’y substituant alors et l’anglais contribuant beaucoup à un processus d’euphémisation de la fonction dirigeante lorsque leadership vient massivement prendre la place de Führertum.

  • 2 Le volume 3 des Geschichtliche Grundbegriffe, dans lequel figure l’article « Herrschaft », a été pu (...)
  • 3 Klemperer (1996). L’édition originale a été publiée en 1947.
  • 4 Weber (2016), p. 159 : « On appellera domination (Herrschaft) la chance pour un commandement de con (...)
  • 5 Cf. par exemple Tyrell (1980) ; Breuer (2011) ; Anter (2020).

5Le fait que, dans cet article, l’analyse du champ sémantique de Führung précède une conclusion largement centrée sur les analyses wébériennes de la domination n’est pas fortuit : plus de trente ans après la fin du IIIe Reich2, confrontés, durant la guerre froide, en Allemagne de l’Ouest, à la révolte étudiante qui rejetait la soumission à l’autorité dont avait fait preuve la génération précédente, les auteurs de l’article étaient conscients de la nécessité d’un travail sur ce que Victor Klemperer a nommé la LTI (Lingua tertii imperii)3, ainsi que d’une approche dés-idéologisée de la domination. La définition de la domination proposée par Max Weber, comme une forme particulière de pouvoir caractérisée par la relation commandement/obéissance4, permettait une telle approche : dans l’introduction à l’article, Reinhart Koselleck fait mérite à Weber d’avoir fixé scientifiquement le concept et de l’avoir ainsi neutralisé. Dietrich Hilger, qui a rédigé les « perspectives » finales, abonde dans le même sens. Les lectures les plus récentes de l’œuvre wébérienne amènent cependant à rectifier sur un point l’interprétation de ce dernier5. Contrairement à ce que Hilger affirme, la légitimité est bien une détermination analytique de la Herrschaft telle que l’entend Max Weber : si celui qui émet des commandements peut compter avec une forte probabilité sur l’obéissance de ceux auxquels il s’adresse, c’est parce que ceux-ci reconnaissent son droit à commander. La Herrschaft wébérienne présuppose l’existence d’institutions qui stabilisent les relations sociales en les distribuant de façon asymétrique. Or la reconnaissance par les dominés du droit du dominant à donner des ordres est précisément ce que Weber nomme légitimité, en un sens purement sociologique.

6On peut penser que c’est aussi l’influence exercée par la définition wébérienne qui a incité les concepteurs des Geschichtliche Grundbegriffe à consacrer un article spécifique au terme et concept de Herrschaft. Les articles dont nous publierons la traduction dans la suite, consacré pour l’un à la sémantique de Macht et de Gewalt (pouvoir, puissance, violence, force, etc.), pour l’autre à celle de Staat et de Souveränität (État et souveraineté), montreront à quel point les histoires de ces différentes notions sont inextricablement entrelacées. Chez les auteurs qui ne se réclament pas de Weber, ce qui distingue l’usage présent de Herrschaft/domination des autres notions mentionnées est peut-être seulement, pour reprendre une expression de Koselleck, le tabou dont elle est l’objet, c’est-à-dire (à l’encontre de Weber !) la présomption de son illégitimité.

Haut de page

Bibliographie

Anter, Andreas (2020) : « Power and Rulership in Max Weber. Context and Effect of a Conceptual Pair », in : Scienza Politica per una storia delle dottrine, vol. XXXII, n°63, p. 9-20.

Breuer, Stefan (2011) : Herrschaft in der Soziologie Max Webers, Wiesbaden, Harrassowitz.

Klemperer, Victor (1996) : LTI, la langue du IIIe Reich, trad. E. Guillot, Paris, Albin Michel.

Tyrell, Hartmann (1980) : « Gewalt, Zwang und die Institutionalisierung von Herrschaft : Versuch einer Neuinterpretation von Max Webers Herrschaftsbegriff », in : Rosemarie Pohlmann (dir.) : Person und Institution, Würzburg, Königshausen & Neumann, p. 59-92.

Weber, Max (2016) : Concepts fondamentaux de la sociologie, trad. J.-P. Grossein, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1 Voir l’introduction générale à ce choix d’articles : https://doi.org/10.4000/trivium.7699.

2 Le volume 3 des Geschichtliche Grundbegriffe, dans lequel figure l’article « Herrschaft », a été publié en 1982.

3 Klemperer (1996). L’édition originale a été publiée en 1947.

4 Weber (2016), p. 159 : « On appellera domination (Herrschaft) la chance pour un commandement de contenu déterminé, de trouver obéissance auprès de personnes assignables » [trad. mod.].

5 Cf. par exemple Tyrell (1980) ; Breuer (2011) ; Anter (2020).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Colliot-Thélène et Elisabeth Kauffmann, « Domination. Introduction », Trivium [En ligne], 35 | 2022, mis en ligne le 20 décembre 2022, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/trivium/8238 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trivium.8238

Haut de page

Auteurs

Catherine Colliot-Thélène

Catherine Colliot-Thélène a été professeur de philosophie à l’Université de Rennes I. Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Articles du même auteur

Elisabeth Kauffmann

Élisabeth Kauffmann est traductrice et éditrice de textes philosophiques, épistémologiques et sociologiques. Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
  • Logo Fritz Thyssen Stiftung
  • Logo DGLFLF (Ministère de la Culture)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search