Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35L'article "Domination"I. Introduction

Traduction de Catherine Colliot-Thélène et Elisabeth Kauffmann

Entrées d’index

Mots-clés :

domination

Schlüsselwörter :

Herrschaft

Note de la rédaction

p. 1-4 de l’article original

Texte intégral

  • N.d.T. : Dans la suite, lorsque le texte porte clairement sur l’usage du terme ‘Herrschaft’ dans (...)

1Le terme Herrschaft [domination] appartient aujourd’hui à ces mots-clés de la politique qui, soit font l’objet d’un tabou, soit ne sont employés que dans une intention critique. Cet usage langagier se dessine dès le XVIIIe siècle, mais il ne s’est définitivement imposé qu’après que le terme Herrschaft a été fixé terminologiquement comme un concept juridique universel (Gierke) ou comme un concept sociologique général (Max Weber).

2Si l’on suit l’usage langagier du terme Herrschaft en remontant dans le passé, on constate que cette expression ne pouvait nullement prétendre à la validité universelle qui peut être, à juste titre, attribuée à des équivalents latins tels que dominium, imperium, auctoritas, potestas. Dit autrement, l’histoire conceptuelle de la domination ne se laisse tirer du domaine des analyses particulières concrètes qu’à la condition d’être éclairée par la terminologie scientifique moderne. Le tableau se modifie alors très rapidement.

  • 1 Kroeschell (1968), p. 18 sq. ; Kroeschell (1978).

3[2] L’étude des structures de domination médiévales, en particulier, montre combien il est nécessaire de combiner les explicitations terminologiques et des analyses relevant de l’histoire des concepts. Faute d’apprécier et de traduire les concepts directeurs, latins ou allemands, de sources tout d’abord clairsemées, on ne peut absolument rien établir concernant ce qui n’a été désigné comme Herrschaft en un sens abstrait qu’à partir des Temps modernes. La section sur le Moyen Âge montre combien les progrès des recherches sont ici précisément prometteurs, mais aussi qu’ils sont allés à nouveau dans des directions différentes. On est manifestement conduit à tronquer la réalité de cette époque, non seulement quand on l’interprète avec le concept moderne d’ʻÉtatʼ, mais aussi quand on le fait avec le concept général de Herrschaft. Le terme Herrschaft apparaît certes déjà dans le vieux haut allemand, mais « les premières références du terme herrscaph pour désigner la position du maître par rapport à des choses, à ses gens ou à de grands territoires datent du XIIIe siècle1 ». Herrschaft se rapportait toujours à un maître concret, à ses privilèges et son champ de pouvoir, qu’il ait été chef d’un village ou d’une ville, seigneur foncier, président d’un tribunal ou maître d’un territoire, pour ne citer que quelques positions importantes. Il faut déjà distinguer tout d’abord la domination féodale et la domination domestique, de même que la désignation du roi ou de Dieu comme Herr [seigneur]. L’expression se retrouve par conséquent dans des contextes sociaux, politiques, juridiques et théologiques différents, qui se recoupent les uns les autres. Même le lien avec la noblesse ne constituait pas un élément commun, car la bourgeoisie urbaine aussi exerçait une domination : son conseil pouvait être désigné par ce terme.

  • N.d.T. : Stand/Stände : Ce terme apparaît souvent dans cette traduction entre crochets pour qu’il (...)

4De façon générale on peut seulement constater que toute domination ne se contentait pas de défendre et de protéger le droit, mais qu’elle était aussi liée au droit. Herrschaft n’était pas un concept qui pouvait être posé comme absolu. La domination [Herrschaft] restait flanquée par la critique théologique, mais aussi par des prétentions ecclésiastiques à la domination qui lui faisaient concurrence, de telle sorte que la doctrine chrétienne des deux mondes s’immisçait de multiples manières dans la pratique politique de la domination. En outre, la domination restait diversifiée et plurielle, même après que les dominations territoriales se sont lentement développées (à partir du XIIIe siècle) : cette évolution restait liée à la coopération des états [Stände]. On peut donc dire à chaque fois qui était le maître [Herr], et dans quel domaine, et par conséquent aussi ce qu’était la domination dans les cas concrets, mais il ne paraît pas possible, sans explicitation terminologique, de déduire de l’histoire conceptuelle elle-même un concept de domination qui ait une portée théorique. Même le prince d’un grand État au début des Temps modernes restait personnellement responsable, en tant que seigneur [Herr] suprême, et on pouvait le penser aussi bien par analogie avec un chef de foyer [Hausherr], avec les devoirs associés à cette charge, qu’avec le Dieu juste et tout-puissant. La domination personnelle directe appartenait à l’expérience quotidienne avant tout au niveau le plus bas des seigneuries foncières qui agissaient de concert dans les états régionaux.

  • 2 Sternberger (1980) ; Cf. aussi Scheidt (1977).

5À l’opposé de l’allemand, l’usage linguistique latin dans la tradition juridique romaine et dans la tradition théologique a fait que le faisceau de concepts qui tourne autour d’imperium et de dominium a conduit à des énoncés ayant une portée théorique. [3] Sternberger a attiré l’attention sur deux modèles, celui d’Augustin et celui de Saint Thomas, dont les effets historiques sont particulièrement remarquables. Augustin interprétait toute domination comme le résultat de la chute, comme un moyen pour atténuer les conséquences de celle-ci. Cette interprétation a exercé une influence sur la position luthérienne, et au-delà. Thomas en revanche, s’inspirant d’Aristote, a situé la domination des êtres libres sur eux-mêmes déjà à l’époque du paradis, avant la chute. Il était possible de cette manière de légitimer une domination sans assujettissement, ce qui renvoie aux théories constitutionnelles des Temps modernes, fondées sur le droit naturel, qui cherchent à intégrer la domination dans un paradigme démocratique2.

  • 3 Heinisch (1616), p. 701, s.v. Diener.

6Aux débuts des Temps modernes, les tâches d’un Herr étaient encore conçues, dans la suite de la littérature sur les miroirs de princes, comme un service chrétien, comme un servage. Henisch mentionne un proverbe qui se rapporte parfaitement à la personne du maître : « Les princes doivent être le serviteur [Knecht] de leurs serviteurs [Diener]3 ». C’est dans le cadre de la théorie juridique de l’empire, qui se référait à la typologie antique des modes de domination, que Herrschaft [domination] a fait son entrée dans la discussion théorique classique. Le concept fut alors de plus en plus appliqué à l’État en tant qu’unité englobante. C’est ainsi que Herrschaft se transforma lentement, passant d’une détermination relationnelle personnelle de la domination à une détermination fonctionnelle, fondée dans le droit naturel, qui appelle à faire abstraction de la domination personnelle. Le prince doit être considéré comme « le premier serviteur de l’État » : cette formule de Frédéric le Grand résume en un aphorisme le remaniement d’une vieille définition chrétienne-personnelle en une définition fonctionnelle générale. Depuis le XVIIIe siècle, il n’y a quasiment plus d’approche théorique qui ne parte pas de la dépersonnalisation de la ʻdominationʼ, ce qui a nécessairement conféré à ce concept une nouvelle dimension métaphorique. Dans le contexte des Lumières, il n’existe plus de domination [Herrschaft] qu’en faisant abstraction de dominants [Herren] qui pourraient exercer une domination. Que l’on postule la domination des lois, la domination des hommes sur eux-mêmes, ou tout simplement l’élimination de la domination, on a toujours affaire à des théories qui, dans tous les cas de figure, exigent ou présupposent la fin de la domination personnelle concrète. La ʻdominationʼ est considérée comme un concept relevant du passé et se trouve de ce fait tout naturellement traitée comme telle dans l’histoire du droit. Au XIXe siècle, les expressions « gouvernement constitutionnel » ou « administration légale » prennent la place de la ʻdominationʼ. Au plus tard depuis la Révolution française, Herrschaft est ainsi devenu un concept toujours plus difficile à légitimer.

7Depuis lors, les usages langagiers du quotidien, des discours politiques et des textes scientifiques ne cessent de diverger. Là où la domination dans les contacts quotidiens restait visiblement liée aux personnes, elle était aussi désignée comme telle. La domination dans le cadre domestique est longtemps restée relativement incontestée. Le chef de foyer [Hausherr], en ce qui concerne la famille, et en particulier les domestiques, exerçait une domination, à laquelle la femme, à un degré différent, pouvait participer. [4] Le concept a été transféré, de ʻchef de foyerʼ à ʻchef d’entrepriseʼ [Fabrikherr], et il appartenait ainsi à la langue quotidienne dans la société industrielle naissante.

8Dans la langue politique et dans la langue scientifique, l’expression n’a été conservée avec une valeur positive que par des auteurs conservateurs tandis que, en règle générale, soit elle avait une valeur négative, soit elle était utilisée dans le sens d’une description sociologique de la réalité. Il en est résulté de nouvelles équivoques.

  • N.d.T. : Lorenz von Stein (1815-1890) est un économiste et sociologue allemand, auteur notamment d (...)

9Quand la domination était mise en évidence dans la société qui devenait de plus en plus complexe, il fallait la trouver dans des institutions sociales, dans des rapports de production, dans des organisations étatiques ou économiques, dans des institutions administratives, etc., dont les exécutants étaient certes des êtres humains, mais sans qu’ils puissent s’accorder à eux-mêmes une domination personnelle. Même la « domination de classe » bourgeoise-capitaliste dans un système politique constitutionnel ou libéral n’était pas comprise, par exemple par Lorenz von Stein ou par Marx, comme une domination de personnes individuelles. L’usage linguistique de la science continue à se mouvoir dans ce champ de tension, entre la réalité de structures de domination que la sociologie peut décrire, d’une part, et des propositions normatives, déduites par la théorie, pour ne plus permettre la domination personnelle, d’autre part.

  • 4 Marx / Engels (1958 [1845/46]), p. 46 [trad. fr. (2014), p. 127] ; Bismarck, Discours du 15.3.1884, (...)
  • N.d.T. : Untertanen, sujets au sens passif (assujettis), comme dans l’expression « sujets du roi  (...)

10Il y a cependant un échange réciproque vivant entre les champs linguistiques de la science et de la politique, notamment grâce à la critique de l’idéologie qui doit établir des ponts entre la théorie et la pratique. C’est ainsi que Marx pouvait interpréter les « pensées dominantes » comme l’expression de « la classe dominante » ; ainsi aussi que Bismarck, qui, en tant que conservateur, s’est toujours réclamé de la « domination », pouvait attaquer ses adversaires parlementaires en ces termes : « En bref, par ʻlibertéʼ, vous entendez en fait ʻdominationʼ ; par ʻliberté de la paroleʼ, vous entendez ʻdomination des orateursʼ ; par ʻliberté de la presseʼ, […] l’influence prédominante des rédactions ; […] par ʻliberté de l’Égliseʼ, la domination des prêtres4. » Ce sont précisément les précurseurs d’une abolition de toute domination qui sont ramenés par Bismarck, dans la perspective d’une critique de l’idéologie, à leurs intérêts de domination personnels. Dans une rhétorique comparable, on parle aujourd’hui de « dominants » anonymes pour personnaliser les prétendues contraintes politiques, scientifiques ou techniques et pour pouvoir de cette manière mieux les attaquer. De l’autre côté, là où la domination personnelle demeurait visible, dans le type du ʻchefʼ [Führer] moderne qui, depuis Napoléon I, se dote d’une légitimation démocratique, on renonçait au concept de domination. Le dictateur ou le chef des Temps modernes en appelle à la classe, au peuple ou à ses partisans, sans plus vouloir, au plan terminologique, dominer des « sujets/assujettis ».

11Entre la relation personnelle et l’encadrement institutionnel, entre la tabouisation et la critique de l’idéologie, entre l’analyse de la réalité et les postulats normatifs, l’expression ʻdominationʼ a perdu toute univocité. Son usage s’étend, à travers de multiples strates métaphoriques, de la formule accusatrice jusqu’à la catégorie scientifique à l’aide de laquelle Max Weber a, pour la première fois, tenté de classer tous les phénomènes concernés. L’histoire conceptuelle qui suit doit contribuer à décomposer ces problèmes dans la diachronie et à les offrir ainsi à de nouveaux débats.

Haut de page

Bibliographie

Bismarck, Otto Fürst von (1970) : Die politischen Reden des Fürsten Bismarck, éd. par Horst Kohl, rééd., Aaalen (éd. orig. Stuttgart 1894).

Heinisch, Georg (1616) : Teutsche Sprach u. Weißheit. Thesaurus linguae et sapientiae germanicae, t. 1, Augsburg.

Kroeschell, Karl (1968) : Haus und Herrschaft im frühen deutschen Recht. Ein methodischer Versuch, Göttingen.

Kroeschell, Karl (1978) : « Herrschaft », Handwörterbuch der deutschen Rechtsgeschichte, éd. par Adalbert Erler et Ekkehard Kaufmann avec la coll. De Wolfgang Stammler, Berlin, t. 3, p. 104 sqq.

Marx, Karl / Engels, Friedrich (1958 [1845/46]) : Die deutsche Ideologie, in : Marx, K. / Engels, F. : Werke, vol. 3, éd. par l’Institut für Marxismus-Leninismus des ZK der SED, Berlin ;
trad. fr. :
L’Idéologie allemande, trad. par J. Quétier et G. Fondu (GEME), Paris, 2014.

Seibt, Ferdinand (1977) : « Thomas und die Utopisten », Miscellanea medievalia, 11, p. 253 sqq.

Sternberger, Dolf (1980) : « Der alte Streit um den Ursprung der Herrschaft », [1977] in : id. : Schriften, t. 3 : Herrschaft und Vereinbarung, Francfort-sur-le-Main, p. 9 sqq.

Haut de page

Notes

N.d.T. : Dans la suite, lorsque le texte porte clairement sur l’usage du terme ‘Herrschaft’ dans les textes de langue allemande, nous ne le traduisons pas.

1 Kroeschell (1968), p. 18 sq. ; Kroeschell (1978).

N.d.T. : Stand/Stände : Ce terme apparaît souvent dans cette traduction entre crochets pour qu’il puisse être identifié comme tel. Il renvoie à l’organisation de la société féodale et postféodale en ordres (ou états), à la structuration tripartite de la société tout comme aux groupes statutaires corporatifs. Plus tard, en l’absence d’une révolution en Allemagne, le rôle de ces ordres perdurera très longtemps, la noblesse ne perdant ses prérogatives qu’en 1918. À partir du milieu du XIXe siècle, Stand et classe furent de plus en plus conçus comme des concepts antagonistes. Voir l’article « Stand, Klasse » dans le volume 6 des Geschichtliche Grundbegriffe, p. 155-284.

2 Sternberger (1980) ; Cf. aussi Scheidt (1977).

3 Heinisch (1616), p. 701, s.v. Diener.

N.d.T. : Lorenz von Stein (1815-1890) est un économiste et sociologue allemand, auteur notamment de plusieurs ouvrages consacrés aux mouvements sociaux, socialistes et communistes en France.

4 Marx / Engels (1958 [1845/46]), p. 46 [trad. fr. (2014), p. 127] ; Bismarck, Discours du 15.3.1884, in : id. (1970), t. 10, p. 59.

N.d.T. : Untertanen, sujets au sens passif (assujettis), comme dans l’expression « sujets du roi ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Reinhart Koselleck, « I. Introduction », Trivium [En ligne], 35 | 2022, mis en ligne le 20 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/trivium/8254 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trivium.8254

Haut de page

Auteur

Reinhart Koselleck

L’historien Reinhart Koselleck (1923-2006) a été, en collaboration avec Werner Conze et Otto Brunner, le spiritus rector des Geschichtliche Grundbegriffe. Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
  • Logo Fritz Thyssen Stiftung
  • Logo DGLFLF (Ministère de la Culture)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search