Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35L'article "Domination"II. La domination au Moyen Âge

L'article "Domination"

II. La domination au Moyen Âge

Peter Moraw
Traduction de Catherine Colliot-Thélène et Elisabeth Kauffmann

Entrées d’index

Mots-clés :

domination, Moyen Âge

Schlüsselwörter :

Herrschaft, Mittelalter

Note de la rédaction

p. 5-13 de l’article original

Texte intégral

1. Introduction

  • 5 Il est très facile de montrer à quel point l’histoire conceptuelle du Moyen Âge est très largement (...)
  • 6 En l’absence d’une histoire de l’influence exercée par les écrits médiévaux, nous disposons aussi d (...)
  • 7 On ne peut donc faire l’économie, dans ce qui suit, d’une présentation de l’état de la recherche en (...)

1[5] Pour cette période, l’élucidation, sous une forme extrêmement condensée, du concept très complexe de ʻdominationʼ [Herrschaft], doit bien souvent se passer de travaux antérieurs tout en se heurtant à de grandes difficultés. Les premières d’entre elles sont d’ordre général et dues avant tout à la capacité d’abstraction et aux traditions intellectuelles très différentes du latin et de l’allemand, à l’existence très variable de sources selon les époques et les régions, ainsi qu’à la base sociale fluctuante des données5 ; les secondes difficultés, plus particulières, ont principalement deux raisons, l’impossibilité de percevoir de façon adéquate la domination à cette époque parce qu’on la trouve souvent sous une forme iconographique et non écrite6, et aussi, dans une toute autre direction, l’utilisation, en lieu et place du concept ʻd’Étatʼ, du concept de ʻdominationʼ comme terme central de l’histoire constitutionnelle moderne du Moyen Âge, une pratique qui a en partie conduit à une superposition anachronique de la langue des documents-sources et de celle utilisée par les chercheurs et a prêté à confusion7. Au Moyen Âge, le concept de domination est toujours resté dans l’ombre du terme concret de ʻseigneurʼ [Herr] et de termes abstraits plus « concrets » désignant des formes de domination particulières que nous n’étudierons pas ici, et même à la fin de cette période, il n’existe encore aucun concept central de ʻdominationʼ. Il est donc difficile de donner une vision d’ensemble de la contribution médiévale à l’élaboration conceptuelle d’un problème qui se pourrait bien être atemporel, car cet ensemble n’existe quasiment pas. Quoi qu’il en soit, des recherches ultérieures pourront procéder à des différenciations encore plus prononcées.

2. Faits linguistiques

a) Allemand

  • 8 Benecke / Müller / Zarncke (1963 [1854]), p. 669, art. hêrschaft ; Grimm (1877), p. 1152, Herr ; RW (...)
  • 9 Grimm (1877), p. 1124 sqq. ; RWB (1953/60), p. 781 sqq., art. Herr ; Ehrismann (1905/06) ; Metzger (...)

2Le mot ancien haut allemand hêrscaf(t), et aussi, dans un premier temps, celui de hêrtuom, vient de l’adjectif ancien haut allemand her, qui signifie « (aux cheveux) gris », « éminent », « digne » ; il est encore utilisé en ce sens dans le moyen haut allemand et à des époques ultérieures8. [6] Une nouveauté décisive voit le jour durant le Moyen Âge central, à partir de herre9. Ce mot est apparu au VIIe siècle sous la forme de l’ancien haut allemand hêrro, à partir du comparatif hêriro de l’adjectif her, hêriro étant une traduction d’après senior (désignation d’un rang dans l’Antiquité tardive) et une traduction de presbyter. Du fait du passage d’un adjectif à un substantif, hêrro a pu aussi désigner le seigneur haut placé ou le plus haut placé, se rapprochant ainsi de dominus.

b) Latin

  • 10 Leonhard (1903) ; Voir aussi Neumann (1903) ; Wieacker (1961), p. 10 sqq.
  • 11 Heumann / Seckel (1914), p. 158 ; Wieacker (1961), p. 185 sqq. ; Negro (1963), p. 10 sqq.
  • 12 « Dominium », seulement deux fois dans la Vulgate. 1. Macc. 11, 8 ; Tob. 8, 24. Voir Schnackenburg (...)
  • 13 Gelasius, Ep. 12, 2-8 à l’Empereur Anastase (494), in Aland (1967), p. 222, n° 462. Voir Enßlin (19 (...)
  • 14 Levy (1956) ; Wieacker (1961), p. 222 sqq. ; Köbler (1971), p. 147.

3Les équivalents latins de Herrschaft peuvent être dominium (à partir de dominus et domus), mais aussi, en partie, et entre autres, potestas, potentia, auctoritas, regnum. À côté de manus et de potestas au sens propre du terme, dominium désigne tout d’abord un aspect du pouvoir [Gewalt] illimité et indivisible, fondé sur l’auctoritas, du maître de maison [hausherrlich], du « pater familias ». Au début de la République romaine, dominium est devenu un concept spécifique désignant le droit du seigneur [Herrenrecht] sur des esclaves et sur des choses inanimées. Ce n’est en fait qu’à partir de l’ère chrétienne qu’a lieu la séparation, décisive pour l’avenir, entre, d’une part, un sens plus large qui va de toute évidence sans cesse chercher sa substance dans dominus et renvoie au ʻpouvoir du seigneurʼ [Herrengewalt] (exercé aussi sur des personnes), et d’autre part, un sens plus étroit, technique, de ‘propriété’ (concernant des choses)10. Le premier sens vaut plutôt pour la littérature (depuis Livius, et surtout depuis Sénèque, mais pas chez Cicéron), le second, plus souvent documenté, peut témoigner de l’excellent travail d’abstraction réalisé par la jurisprudence romaine (propriété quiritaire, puis propriété bonitaire, unifiées par l’empereur Justinien)11. Du fait de ce contenu précis, la vulgate et la patristique ont été très réservées par rapport à dominium, une position décisive pour le Moyen Âge à venir. Jérôme parlait seulement de « dominus », de « regnum » (ce qui correspond à basileia, un concept central des synoptiques) et de « potestas » ; Augustin, dans De civitate Dei, utilise tout au plus « dominatio »12. Les papes ont suivi cet exemple, particulièrement [7] Gélase I, si souvent cité, qui opposait « auctoritas sacrata pontificum » et « regalis potestas13 ». À cette époque, il est possible que la Curie ait eu encore conscience de la charge transmise par ces mots depuis la Rome antique. À l’approche du Moyen Âge, le champ sémantique de Herrschaft et le concept de propriété, précisé par le droit, ont cependant bientôt connu un processus de vulgarisation, encore à peine étudié jusqu’à maintenant. Les traditions particulières des mots romains dans ce domaine sémantique se sont perdues, la distinction entre dominium et possessio, c’est-à-dire, entre ʻpropriétéʼ et ʻpossessionʼ, est devenue caduque. Le domaine dans lequel ces termes sont devenus interchangeables s’est étendu, un usage tautologique a fait son apparition14.

3. Début du Moyen Âge et Moyen Âge central

a) Germanique – allemand

  • 15 Schlesinger (1968), p. 9 sqq. ; Schlesinger (1963a), p. 9 sqq., p. 355 sqq. ; voir aussi Wenskus (1 (...)
  • 16 Kroeschell (1966), p. 239 sqq. ; Kroeschell (1968). Voir pour la réponse de Schlesinger (1969) et a (...)
  •  N.d.T. : Le terme de Heerkönigtum renvoie à une royauté, à l’origine non dynastique, souvent iden (...)

4C’est avant tout l’ouvrage d’histoire constitutionnelle de Walter Schlesinger15 sur le début du Moyen Âge qui apparaît aujourd’hui comme un monument pédagogique largement reconnu et impressionnant par sa complétude, avec un rôle scientifique et terminologique fondamental conféré au champ lexical et conceptuel de Herrschaft ; il a été particulièrement attaqué par Karl Kroeschell d’un point de vue étymologique16. La recherche s’est mobilisée. Il n’est pas possible de présenter ici l’enchevêtrement des témoignages et des arguments portant sur l’histoire des concepts et allant bien au-delà de l’histoire des mots, ou l’intrication des découvertes en matière de sources et de terminologie moderne : en gros, pour la période qui s’étend jusqu’à la fin du Moyen Âge, la situation évolue, des termes utilisés par convention se trouvent de plus en plus attestés par les sources (bien qu’à des degrés divers) – sans que cependant la recherche antérieure ait été pleinement consciente de cette situation qui oblige à une extrême prudence. Qu’il soit juste dit rapidement ici que selon la thèse dominante, au début du Moyen Âge, la domination germanique-allemande reposait centralement sur la domination domestique du maître de maison [Hausherrschaft des Hausherrn] exercée sur la famille et les domestiques. La domination domestique s’est élargie jusqu’à devenir la domination exercée sur la terre et les hommes. La domination exercée sur les hommes libres est surtout apparue du fait de la domination sur la suite [8] et de la royauté militaire. La mise en parallèle de la domination domestique et royale et de la domination exercée sur la terre et les hommes s’est vue critiquée, tout comme la répartition de la vie « publique » entre différents groupements de domination. La thèse dominante a de toute évidence besoin d’être limitée et complétée par d’autres principes juridiques et organisationnels, y compris en provenance de traditions non germaniques. On s’interroge aussi de plus en plus sur ce qui est proprement germanique. Parallèlement, on souligne de plus en plus la distance entre une Antiquité germanique, quelle qu’elle puisse être, et le Moyen Âge allemand-franc. Pour le début du Moyen Âge, la représentation de la domination devient ainsi de plus en plus compliquée et différenciée.

  •  N.d.T. : Dans le Saint-Empire germanique (962-1806), certains fiefs, dit immédiats, relevaient di (...)

5En se limitant au Moyen Âge allemand, on voit bien aussi que toute entreprise de systématisation et d’abstraction de Herrschaft est, jusqu’à la fin de cette période, une construction de la recherche, comme pourrait fort bien le montrer l’histoire du concept de ʻseigneurie foncièreʼ [Grundherrschaft]. On distingue de façon plutôt pertinente, sous une forme plus ou moins prononcée selon les régions, la ʻdomination royaleʼ [Königsherrschaft], la ʻdomination féodaleʼ [Lehnsherrschaft], la ʻdomination sur la terre et les hommesʼ [Herrschaft über Land und Leute], la ‘domination de l’Église’ [Kirchenherrschaft], la ʻdomination urbaine et villageoiseʼ [Stadt- und Dorfherrschaft], la ʻdomination juridictionnelleʼ, ʻde servageʼ, ʻprévôtaleʼ, ʻde suzerainetéʼ [Gerichts-, Leib-, Vogt- und Dienstherrschaft] et enfin la ʻdomination territorialeʼ [Landesherrschaft]. Tels qu’ils ont été élaborés par la recherche, c’est bien sur une base solide que reposent les principes inhérents à la domination médiévale : la réciprocité dans le fait de dominer et d’être dominé (« protection et sauvegarde » versus « conseil et aide », avec, en cas de non-respect des obligations, droit de résistance de celui qui est dominé), et aussi, l’inscription de la domination dans la sphère religieuse et dans une sphère juridique fortement influencée par la religion. La domination, au sens plein du terme, médiatisait les dominés par rapport à un pouvoir supérieur [Gewalt]. De toute évidence, les groupements de domination de la noblesse étaient, ne serait-ce qu’en principe, autogènes, ils n’étaient pas dérivés d’un pouvoir central, autrement dit, au Moyen Âge, tout pouvoir était « étatique », ou aucun pouvoir ne l’était, en tout cas, le pouvoir royal ne l’était pas à lui seul.

  •  N.d.T. : Notker Teutonicus, ou Notker der Deutsche (950-1022), était un moine bénédictin de l’abb (...)
  •  N.d.T. : La famille des Staufen régna dans le Saint Empire Romain de 1138 à 1250, de l’empereur F (...)
  • 17 Nibelungenlied, vv. 1274, 1 ; 1434, 2 ; Wolfram von Eschenbach, Parzifal, v. 481, 3 (1952, p. 229)  (...)
  • 18 Chez Berthold von Regensburg, voir aussi RWB (1953/60), p. 862, art. Herrschaft.
  • 19 Lexer (1872), p. 1262, s.v. Hêrschaft ; Eberhards Reimchronik von Gandersheim (1877), p. 399.
  • 20 Ottfried von Weissenburg, Evangelienbuch, 5, 4, 11, 22 (1973, p. 177) ; Hartmann von Aue, Iwein, v. (...)

6Les données linguistiques se présentent de la façon suivante, les sources transmises étant, dans l’ensemble, et pendant très longtemps, très rares et souvent fort disparates : le fait que hêrro (Herr) s’impose par rapport à frô et trûhtin, ainsi qu’en atteste Notker l’Allemand à la fin de l’époque de l’ancien haut allemand, est représentatif de la simplification d’une situation alors très compliquée quant à l’histoire des mots. Le mot hêrro s’inscrit avant tout dans la sphère de la vassalité et de la féodalité en plein essor, son succès témoigne de la puissance de cette dernière qui devient omniprésente. C’est ce à quoi renvoie désormais le terme abstrait hêrtuom (en relation avec des personnes et non des choses). En partant du fait que hêrtuom glosait, entre autres, respublica et regnum, Schlesinger avait tiré la conclusion, quelque peu généralisatrice et fragile d’un point de vue méthodologique, qu’à l’époque germanique-franque, ʻÉtatʼ et ʻdominationʼ étaient perçus comme des équivalents, et il soulignait l’écart croissant entre les traditions antiques et les traditions germaniques. Cette interprétation simplifie par trop ce qui a été transmis. L’accent doit être mis bien plutôt sur le fait que hêrtuom (Paragraphe II. 2. a) restitue la « distinction » et « l’éminence » sous différentes formes, ce n’est que dans un deuxième temps qu’il renvoie à la position concrète (dans le détail, très variable) d’un seigneur [Herr] ; il n’est pas, ou guère possible d’identifier un concept général de ʻdominationʼ. On peut constater la même chose autour de 1200 et peu après. D’un côté, dans la poésie de l’époque des Staufen, la signification dominante pour hêrschaft est : « dignité seigneuriale », « éminence17 », de laquelle découle le sens collectif [9] d’« éminents seigneurs en réunion18 ». D’un autre côté, dans la prose historique et juridique, le chemin obscur emprunté aux XIe et XIIe siècles par l’équivalent du dominatio de Notker aboutit d’abord, adossé au mot Herr, au concept de ʻposition d’un seigneurʼ [Herrenstellung] au sens d’une position liée à une fonction officielle [Amtsstellung] (aux contours imprécis) (vers 1265)19. La position d’un seigneur se voit chargée de plusieurs sens : maître [Herr] par rapport à un serviteur [Knecht] dans L’harmonie des Évangiles d’Ottfried von Weissenburg (rédigé entre 863 et 871) ; hûsherro au XIe siècle, seigneur/propriétaire [Herr] d’un objet dans l’Iwein de Hartmann von Aue (composé autour de 1200, ou peu après)20.

b) Latin

  • 21 Du Cange (1954 [1884]), p. 172 sq., dominium ; Niermeyer (1954), p. 353, dominium ; Schulze / Ogris (...)
  • 22 Köbler (1971), p. 44 sq.
  • 23 RWB (1932/35), p. 1321 sqq., art. Eigentum ; Schwab (1971) ; Hagemann (1971) ; Hübner (1930), p. 24 (...)

7La vulgarisation, mais aussi la germanisation, au rôle difficile à évaluer par rapport à celui qu’a joué la précédente, ont affecté les représentations plutôt claires du dominium de l’Antiquité romaine21. Quoi qu’il en soit, les concepts juridiques allemands de ʻdominationʼ [Herrschaft] et de ʻpropriétéʼ [Eigentum] renvoient à une pensée juridique immémoriale, préscientifique. Ils ont, comme en latin ancien, une seule et même origine et sont restés indissociables bien après la fin du Moyen Âge central. La domination reposait sur ce qui était possédé en propre [Eigen] et la propriété du territoire et des gens [Eigentum] était la véritable domination. Dans la langue des actes officiels du VIIe au XIIe siècle, on constate aussi que dominium, lorsqu’il est en relation avec la transmission de terres, apparaît souvent en combinaison avec des concepts utilisés comme des synonymes (ius, potestas, proprietas, possessio)22, et signifie le fait de détenir [Innehaben], sans distinction entre ʻpropriétéʼ [Eigentum] et possession [Besitz], et sans démarcation par rapport à ʻdominationʼ, allant même jusqu’à inclure, voire souligner la signification de « domination sur le territoire et les gens ». Formulé en latin, le concept germanique-allemand de propriété23 doit donc être compris comme un élément extrait d’un domaine plus large propre à Herrschaft. [10] Il est plus polysémique que vague, en tout cas, il ne procède pas à une généralisation abstraite comme le concept romain classique, mais il dépend au contraire très étroitement du droit concret concerné. Il pouvait aussi y avoir un dominus même avec des droits très limités, autrement dit, le même objet pouvait avoir différents domini ; le dominus était, en tout état de cause, décisif.

  • 24 Niermeyer (1954), p. 353, dominium ; Ganshof (1961), p. 200.
  • 25 Du Cange (1954 [1884]), p. 55, demanium ; Niermeyer (1954), p. 353, dominium ; ibid. , p. 318, dema (...)
  • 26 Stach (1939) ; Quaritsch (1970), p. 83 sqq. ; Kölmel (1970), p. 660.

8Il s’ensuit que pour désigner l’aspect spécifique de la domination, on utilisait, du VIIIe au XIe siècle, le mot dominium sous la forme de dominium regis, avec, entre autres, la signification de domination royale [Königsherrschaft] ; mais la plupart du temps, on formulait les choses à l’aide de dominus, rex, regnum et de constructions verbales. Parmi les domaines désignés par dominium, nous ne pouvons mentionner ici que les trois plus importants: 1) la position du suzerain [Lehnsherr] par rapport au vassal [Lehnsmann], avant tout aussi longtemps que les droits de vassalité ne l’ont pas emporté24 ; 2) le droit seigneurial [Herrenrecht] du roi sur les biens royaux, très concrètement sur chacun d’eux en particulier, un usage du mot qui, à partir du XIIIe siècle, a rapidement disparu dans l’Empire en même temps que les biens royaux ; à l’époque du Moyen Âge tardif, il pouvait encore parfois désigner l’immédiateté d’Empire, et c’est avant tout en France qu’il a connu un développement ultérieur pour désigner les domaines royaux. C’est surtout dans la partie occidentale de l’Empire que le mot renvoyait au cœur même de la domination des grands seigneurs [Herren]. Dans ce contexte, le concept a évolué à partir du IXe siècle, manifestement plus lentement en Allemagne qu’en France, en renvoyant de plus en plus à une dimension spatiale25 affectant d’abord de petites structures et les droits seigneuriaux concrets qui y étaient attachés. C’est ainsi que dominium a évolué, désignant d’abord le pouvoir seigneurial [Herrengewalt] puis, du fait de l’exercice de ce pouvoir, un domaine. 3) Avec le début de la réception du droit romain sous la royauté depuis l’époque salique, et a fortiori depuis celle des Staufen, l’empereur apparaît dans les écrits publics et la poésie comme dominus mundi. Il faut dire toutefois qu’un dominium mundi n’a pas été sérieusement revendiqué comme tel dans la réalité politique de l’époque, et souligner aussi que la traduction sans aucun commentaire de dominum mundi par ʻdomination mondialeʼ [Weltherrschaft] (sans tenir compte du contexte propre à l’époque médiévale) ne pourrait que donner lieu à des associations reposant sur des erreurs d’interprétation. Le pouvoir [Gewalt] translaté de la potestas Christi à la potestas Petri et aux papes a connu une extension bien plus large en devenant, depuis Bernard de Clairvaux, plenitudo potestatis. Le pape possédait auctoritas, potestas, sacerdotium, le seul pouvoir [Gewalt] universel de l’Occident26.

4. Moyen Âge tardif

9[11] À cette époque, pour laquelle on dispose enfin de documents latins et allemands pouvant être exploités conjointement et à bon escient, on assiste surtout à une réception accrue de traditions antiques dans les publications de l’Église et dans la pratique du droit ainsi qu’à l’émergence et au développement de la domination territoriale [Landesherrschaft].

  • 27 Seeberg (1930), p. 112 sqq., p. 297 sqq., p. 558 sqq. ; Buisson (1958), p. 16, p. 58, p. 76 ; Hause (...)
  • 28 Thomas dʼAquin, Opuscula omnia nec non opera minora (1949, p. 220 sqq.) ; Schütz (1895), p. 257 sq.(...)
  • 29 Voir Thomas, Opuscula (1949, p. 270 sqq.) ; Tholomäus von Lucca, Determinatio compendiosa de iurisd (...)
  • 30 Scholz (1903), p. 49 sqq. ; Lagarde (1958), t. 2, p. 341 ; Kölmel (1970), p. 291 sqq.
  • 31 Landsberg (1883), p. 87, 92 sqq. ; Holtzmann (1942) ; Couvreur (1961), p. 279 sqq.
  • 32 Marsilius von Padua, Der Verteidiger des Friedens, (1958, p. 290, 292, 428, 484, 486) ; Kölmel (197 (...)
  • 33 Ockham, « Tractatus de imperatorum et pontificum potestate » (1923, p. 469 sqq. et 1924, p. 72 sqq.(...)

10La discussion publique en liaison avec la montée en puissance et avec les prétentions de la papauté (1302, bulle « Unam sanctam ») s’appuyait sur le droit canon et le droit romain. Le concept de dominium a connu de nouveau une accentuation très sensible de la dimension relative à la propriété, tandis que c’est avant tout à l’aide de potentia, potestas, imperium, regnum, monarchia, regimen, superioritas que l’on se prononçait sur le pouvoir [Gewalt] de Dieu, du pape, des rois et des princes27. Thomas d’Aquin28 n’a fait qu’un usage restreint de « dominium ». Il en a été autrement de Ptolémée de Lucques, celui qui paracheva le miroir des princes de ce dernier, De regimine principum29. Ptolémée fait figure d’exception sur tout le continent en partant bien de la relation dominium/servitus présente aux origines de l’humanité, et en faisant découler d’elle le dominium historique ; il ne fut cependant pas beaucoup suivi lorsqu’il utilisa regimen, potestas, imperium comme autant d’équivalents abstraits à ce terme. Le défenseur le plus extrême de la papauté, Gilles de Rome30 (De ecclesiastica sive summi pontificis potestate, vers 1300) a joué sur les deux tableaux en s’appuyant sur la double signification antique de dominium pour accorder au pape, sur la base de la « plenitudo potestatis », non seulement des droits souverains [Herrschaftsrechte], mais aussi la propriété suprême de l’ensemble de biens, entendue comme domination complète sur des choses au sens qu’avait ce terme dans la Rome antique ; cet auteur, à la réflexion aussi conséquente en matière de politique de puissance qu’en termes de salut, n’attribuait qu’une propriété inférieure, très spéciale, aux laïcs croyants. L’idée d’un dominium partagé fut certes une construction élaborée formellement par les glossateurs d’après le droit romain, surtout dans la glose d’Accursius, son contenu fut cependant conçu selon les représentations juridiques médiévales présentes au nord des Alpes31 ; ici, le sens de ʻdominationʼ est en effet nettement plus présent que celui de ʻpropriétéʼ, comme c’est aussi [12] le cas chez Bartolus. C’est ainsi que le suzerain se voit accordé le dominium directum (dominium eminens et superius), et le vassal, le dominium utile. Cette formulation, venue des régions occidentales, a gagné l’Allemagne à partir du XIIIe siècle, se répandant largement là où existaient plusieurs droits sur des terres. Lorsque la discussion publique atteint une seconde apogée, à l’époque de Louis de Bavière, cette fois-ci aussi en liaison avec la querelle des Franciscains autour de la pauvreté, c’est la figure de Guillaume d’Ockham qui se détache, après celle de Marsile de Padoue qui publia en 1324 son Defensor pacis32, où, dans dominium, l’aspect de la domination et celui de la propriété sont de nouveau séparés. Guillaume d’Ockham33 a distingué trois étapes historiques dans le développement de la propriété et contredit la thèse par trop hasardeuse des défenseurs de la Curie qui s’appuyait sur une exégèse bien hardie de la Bible pour mettre sur le même plan un dominium d’avant la Chute et le dominium du droit romain. Sous Louis de Bavière, cette théorie a été une arme puissante dans le conflit opposant la toute-puissance [Allmacht] du pape et le droit de l’empereur.

  • 34 Merzbacher (1978) ; Sellert (1978) ; Bader (1949) ; Mayer (1952) ; Bader (1953) ; Schlesinger (1954 (...)
  • 35 Premières occurrences attestées pour Grundherr en 1303, 1343 (non publiées), qui ne se sont diffusé (...)
  • 36 Brunner (1965), p. 203 ; « Constitutio in favorem principum » (1232), in : MG Const. (1896), p. 211 (...)
  • 37 Lat. : Mecklenburgisches Urkundenbuch (1863), p. 311 sq., n°. 319 ; voir aussi Schulze / Ogris (197 (...)
  • 38 Adam (1969).
  • 39 Schröder (1905) ; Menzel (1964).

11L’émergence de la domination territoriale34 en tant qu’expression du pouvoir [Gewalt] du prince sur son territoire a été d’une importance politique capitale pour l’histoire de l’Allemagne au Moyen Âge et dans les Temps modernes. Ce qui nous ramène dans un premier temps à une terminologie propre à la recherche. Il faut comprendre l’avènement de la domination territoriale comme un processus ayant progressivement rassemblé et, à différentes époques, réuni entre les mains d’un seigneur [Herr] des droits particuliers plus anciens, et ce beaucoup plus en raison de la très forte sélection opérée lors de combats entre voisins que du fait de l’opposition à la royauté. Dans une évolution assez lente, plus sensible au début des Temps modernes, les vaincus furent de plus en plus considérés comme des seigneurs territoriaux privés35, [13] les vainqueurs clarifiant juridiquement leurs droits dans le sens d’une souveraineté territoriale [Landeshoheit]. La domination territoriale fut activée et condensée du fait de l’extension progressive des finalités de l’État. Déjà présente dans l’évolution du droit féodal, la tendance à la concrétisation affecta aussi la domination territoriale avec la mention de la superficie du territoire, alors que ce n’est habituellement que par la suite, à l’époque des Temps modernes, que fut franchie l’étape suivante qui conduisit à une objectivisation et à une dépersonnalisation de la domination, avec la distinction entre droits publics et droits privés, avec la présupposition que le pouvoir de l’État [Staatsgewalt], le caractère nécessaire de l’État et le bien commun sont déterminants et toujours à prendre en considération, et avec la perception du pays tout entier comme unité politique. Les choses, tellement complexes, n’ont ainsi progressé que lentement, mais cela a été encore plus le cas de la conceptualisation. Le terme dominus terrae n’est attesté pour la première fois qu’en 1229, et en 1231/32 dans la juridiction du Reich36. Le dominus terrae ou lantherr (ce qui peut aussi signifier « seigneur dans le pays ») s’est propagé rapidement, il en alla de même, une fois encore, du terme latin abstrait, flexible, de dominium (pour la première fois en 1225/26) pris en ce sens ; néanmoins, il ne fait presque aucun doute que le terme abstrait de domination [Herrschaft] n’est apparu avec ce sens qu’à partir du XIVe siècle37. Ce qui est essentiel, c’est que la terminologie latine et la terminologie allemande, la terminologie abstraite et celle en relation avec des personnes ne se rapportent nulle part exclusivement et distinctement à la domination territoriale entendue au sens technique des constitutions ; autrement dit, même le concept dominus terrae n’est pas encore clairement détaché de l’aspect de la propriété, alors que la composante spatiale devient de plus en plus nette. Vers 1400, alors que la domination territoriale est très développée, il ne fait en tout cas aucun doute que, dans notre domaine, la capacité d’abstraction linguistique est encore bien limitée38. Les sens plus anciens des mots, tels que nous venons de les présenter, ont aussi subsisté, des formes régionales particulières ont persisté ou se sont développées39.

12En résumé, il est possible de dire la chose suivante : celui qui, d’une façon ou d’une autre, était un ‘seigneur’ [Herr] (ne serait-ce que du fait d’un revenu spécifique) pouvait exercer une ‘domination’ [Herrschaft]. À part cet élément central du concept, le terme de ʻdominationʼ [Herrschaft] partageait en Allemagne avec d’autres mots de la langue relative à l’État cette imprécision et cette polysémie qui semblent perdurer jusqu’au XVIIIe siècle.

Haut de page

Bibliographie

Adam, Wolfgang (1969) : Herrschaftsgefüge und Verfassungsdenken im Reich zur Zeit der Absetzung König Wenzels, thèse phil., Hambourg.

Aland, Kurt (éd.) (1967) : Quellen zur Geschichte des Papsttums und des römischen Katholizismus, 6e éd., vol. 1, Tübingen.

Bader, Karl Siegfried (1949) : « Herrschaft und Staat im deutschen Mittelalter », Historisches Jahrbuch, 62/69, p. 618-646.

Bader, Karl Siegfried (1953) : « Territorialbildung und Landeshoheit », Historisches Jahrbuch, 90, p. 109-131.

Benecke, Georg / Müller, Wilhelm  / Zarncke, Friedrich (1963 [1854]) : Mittelhochdeutsches Wörterbuch, vol. 1, réédition, Hildesheim.

Bernheim, Ernst (1918) : Mittelalterliche Zeitanschauungen, vol. 1 : Die Augustinischen Ideen, Tübingen.

Brunner, Otto (1965) : Land und Herrschaft, 5e éd., Darmstadt.

Buisson, Ludwig (1958) : Potestas und Caritas. Die päpstliche Gewalt im Spätmittelalter, Cologne / Graz.

Couvreur, Gilles (1961) : Les pauvres ont-ils des droits ? Recherches sur le vol en cas d’extrême nécessité depuis la concordia de Gratien jusqu’à Guillaume d’Auxerre, Rome.

Dantine, Wilhelm (1959) : « Regnum Christi – gubernatio Dei », Theologische Zeitschrift, 15, p. 195-208.

Du Cange, Charles Dufresne, Sieur (1954 [1884]) : Glossarium ad scriptores mediae et infimae latinitatis, t. 3, réédition de la 9e éd., Graz.

Ebel, Wilhelm (1960) : « Über den Leihegedanken in der deutschen Rechtsgeschichte », Vorträge und Forschungen, vol. 5 : Studien zum mittelalterlichen Lehenswesen, Constance, p. 11-36.

Eberhards Reimchronik von Gandersheim, éd. par Ludwig Weiland (Monumenta Germaniae Historica. Deutsche Chroniken, vol. 2), Hanovre, 1877.

Ehrismann, Gustav (1905/06) : « Die Wörter für ‘Herr’ im Althochdeutschen », Zeitschrift für deutsche Wortforschung, 7, p. 173-202.

Enßlin, Wilhelm (1955) : « Auctoritas und Potestas », Historisches Jahrbuch, 74, p. 661-668.

Frisch, Johann Leonhard (1741) : Teutsch-lateinisches Wörtberbuch, Berlin.

Gamillscheg, Ernst (1969) : Etymologisches Wörterbuch der französischen Sprache, 2e éd., Heidelberg.

Ganshof, François-Louis (1961) : Was ist das Lehnwesen?, Darmstadt.

Gottfried von Strassburg : Tristan, éd. par Gottfried Weber, Gertrud Ultzmann et Werner Hoffmann, Darmstadt, 1967.

Grabmann, Martin (1926) : Mittelalterliches Geistesleben (Abhandlungen zur Geschichte der Scholastik und Mystik, vol. 1), Munich.

Green, Dennis Howard (1965) : The Carolingian Lord. Semantic Studies on four Old High German Words: balder, frôh, truhtin, herrô, Cambridge.

Grimm, Jakob / Grimm, Wilhelm (1877) : Deutsches Wörterbuch, vol. 4,II, Leipzig.

Grimm, Jakob / Grimm, Wilhelm (1935) : Deutsches Wörterbuch, vol. 4,I,6, Leipzig.

Grimm, Jakob / Grimm, Wilhelm (1885) : Deutsches Wörterbuch, vol. 6, Leipzig.

Hagemann, Hans-Rudolf (1971) : « Eigentum », in : Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, vol. 1, col. 882-896.

Hartmann von Aue : Iwein, texte de la 7e éd. de G. F. Benecke, K. Lachmann et L. Wolff, éd. par Thomas Cramer, Berlin, 1968.

Hauser, Susanne (1967) : Untersuchungen zum semantischen Feld der Staatsbegriffe von der Zeit Dantes bis zu Machiavelli, thèse phil., Zurich.

Heumann, Hermann Gottlieb / Seckel, Emil (1914) : Handlexikon zu den Quellen des römischen Rechts, 9e éd, Iéna.

Holtzmann, Robert (1942) : « Dominium mundi und imperium merum. Ein Beitrag zur Geschichte des staufischen Reichsgedankens », Zeitschrift für Kirchengeschichte, 61, p. 191-200.

Hübner, Rudolf (1930) : Grundzüge des deutschen Privatrechts, Leipzig.

Kienast, Walther (1942) : « Französische Krondomäne und deutsches Reichsgut », Historische Zeitschrift, 165, p. 110-117.

Köbler, Gerhard (1971) : Das Recht im frühen Mittelalter, Cologne / Vienne.

Kölmel, Wilhelm (1970) : Regimen Christianum. Weg und Ergebnisse des Gewaltenverhältnisses und des Gewaltenverständnisses, 8. bis 14. Jh., Berlin.

Kroeschell, Karl (1966) : (compte rendu) « W. Schlesinger, Beiträge zur deutschen Verfassungsgeschichte des Mittelalters, 2 vol. », Der Staat, 5, p. 239 sqq.

Kroeschell, Karl (1968) : Haus und Herrschaft im frühen deutschen Recht, Göttingen.

Kroeschell, Karl (1978) : « Herrschaft », in : Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, vol. 2, col. 104-108.

Krünitz, Johann Georg (1781) : Oeconomische Encyclopädie oder allgemeines System der Land-, Haus- und Staatswirthschaft, [traduit du français], vol. 23, Berlin.

Lagarde, Georges de (1958) : La naissance de l’esprit laïque au déclin du moyen âge, t. 2, 2e éd., Louvain / Paris.

Lagarde, Georges de (1962) : La naissance de l’esprit laïque au déclin du moyen âge, t. 4, 2e éd., Louvain / Paris.

Landsberg, Ernst (1883) : Die Glosse des Arccursius und ihre Lehre vom Eigentum, Leipzig.

Leonhard, R. (1903) : « Dominium », in : Real-Encyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, Paulys, vol. 9, Stuttgart, p. 1302 sqq.

Levy, Ernst (1956) : Weströmisches Vulgarrecht, Weimar.

Lexer, Matthias (1872) : Mittelhochdeutsches Handwörterbuch, vol. 1, Leipzig.

Marsilius von Padua : Der Verteidiger des Friedens, éd. par Horst Kusch, Berlin, 1958.

Mayer, Theodor (1952) : « Analekten zum Problem der Entstehung der Landeshoheit », Blätter für Deutsche Landesgeschichte, 89, p. 87-111.

Mecklenburgisches Urkundenbuch (1863), vol. 1, Schwerin.

Menzel, Joseph Joachim (1964) : Jura ducalia. Die mittelalterlichen Grundlagen der Domanialverfassung in Schlesien, Wurzbourg.

Merzbacher, Friedrich (1978) : « Landesherr, Landesherrschaft », in : Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, vol. 2, col. 1383-1388.

Metzger, Peter (1930) : « Die Gruppe ‘Herr sein, Knecht sein’ im Germanischen », Archiv für das Studium der neueren Sprachen und Literaturen, 158, p. 96-99.

Miethke, Jürgen (1969) : Ockhams Weg zur Sozialphilosophie, Berlin.

Miethke, Jürgen (1977) : « Parteistandpunkt und historisches Argument in der spätmittelalterlichen Publizistik », in : Koselleck, Reinhardt / Mommsen, Wolfgang J. / Rüsen, Jörn (éd.) : Objektivität und Parteilichkeit in der Geschichtswissenschaft, Munich, p. 47-62.

MG Const. (1896) : Monumenta Germaniae Historica, Constitutiones, vol. 2, Hanovre.

Negro, Franco (1963) : Das Eigentum. Geschichte und Zukunft. Versuch eines Überblicks, Munich / Berlin.

Neumann, K. J. (1903) : « Dominus », in : Real-Encyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, Paulys, vol. 9, Stuttgart, p. 1305 sqq.

Neusser, Gerold (1971) : « Domänen », in : Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, vol. 1, col. 750-753.

Niermeyer, Jan Frederik (1954) : Mediae latinitatis lexicon minus, Leyde.

Wilhelm von Ockham : « Tractatus de imperatorum et pontificum potestate », éd. par W. Mulder, Archivum franciscanum historicum, 16 (1923), p. 469-492.

Wilhelm von Ockham : « Tractatus de imperatorum et pontificum potestate », éd. par W. Mulder, Archivum franciscanum historicum, 17 (1924), p. 72-97.

Ottfried von Weissenburg : Evangelienbuch, 6e éd., éd. par Oskar Erdmann et Ludwig Wolff, Tübingen, 1973.

Patze, Hans (1962) : Die Entstehung der Landesherrschaft in Thüringen, vol. 1, Cologne / Graz

Quaritsch, Helmut (1970) : Staat und Souveränität, vol. 1 : Die Grundlagen, Francfort.

Rittstieg, Helmut (1975) : Eigentum als Verfassungsproblem. Zur Geschichte und Gegenwart des bürgerlichen Verfassungsstaates, Darmstadt.

RWB (1932/35) : Deutsches Rechtswörterbuch, éd. par Preussische Akademie der Wissenschaften, vol. 2, Weimar.

RWB (1939/51) : Deutsches Rechtswörterbuch, éd. par Preussische Akademie der Wissenschaften, vol. 4, Weimar.

RWB (1953/60) : Deutsches Rechtswörterbuch, éd. par Preussische Akademie der Wissenschaften, vol. 5, Weimar.

Schirokauer, Arno (1957) : « Die Wortgeschichte von ‘Herr’ », in : id. : Germanistische Studien, Hambourg, p. 213-231.

Schlesinger, Walter (1954) : « Die Landesherrschaft der Herren von Schönburg » Münster /Cologne.

Schlesinger, Walter (1963a) : « Herrschaft und Gefolgschaft in der germanisch-deutschen Verfassungsgeschichte » (1953), in : id. : Beiträge zur deutschen Verfassungsgeschichte des Mittelalters, vol. 1, Göttingen, p. 9-52.

Schlesinger, Walter (1963b) : Beiträge zur deutschen Verfassungsgeschichte des Mittelalters, vol. 2, Göttingen.

Schlesinger, Walter (1968) : Die Entstehung der Landesherrschaft, réédition, Darmstadt.

Schlesinger, Walter (1969) : (compte rendu) « K. Kroeschell, Haus und Herrschaft im frühen deutschen Recht », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte: Germanist. Abt., 86, p. 277-282.

Schmidt-Wiegand, Ruth (1975) : « Historische Onomasiologie und Mittelalterforschung », Frühmittelalterliche Studien, 9, p. 49-78.

Schnackenburg, Rudolf (1959) : Gottes Herrschaft und Reich. Eine biblisch-theologische Studie, Fribourg en B.

Scholz, Richard (1903) : Die Publizistik zur Zeit Philipps des Schönen und Bonifaz’ VIII., Stuttgart.

Scholz, Richard (1911) : Unbekannte kirchenpolitische Streitschriften aus der Zeit Ludwigs des Bayern, 1327-1354, vol. 1, Rome.

Scholz, Richard (1919) : Unbekannte kirchenpolitische Streitschriften aus der Zeit Ludwigs des Bayern, 1327-1354, vol. 2, Rome.

Schröder, Richard (1905) : « Das Eigentum am Kieler Hafen », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte: Germanist. Abt., 26, p. 34-54.

Schütz, Ludwig (1895) : Thomas-Lexikon, Paderborn.

Schulze, Hans Kurt (1971a) : « Grundherrschaft », in : Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, vol. 1, col. 1824-1842.

Schulze, Hans Kurt (1971b) : « Hausherrschaft », in : Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, vol. 1, col. 2030-2033.

Schulze, Hans Kurt / Ogris, Werner (1971) : « Dominium », in : Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, vol. 1, col. 754-757.

Schwab, Dieter (1971) : « Eigen », in : Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, vol. 1, col. 877-879.

Seeberg, Reinhold (1930) : Lehrbuch der Dogmengeschichte, vol. 3, Leipzig.

Sellert, Wolfgang (1978) : « Landesherr », in : Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, vol. 2, col. 1388-1394.

Stach, Walter (1939) : Salve mundi domine! (Berichte über die Verhandlungen der Sächsischen Akademie der Wissenschaften zu Leipzig, Philos.-hist. Klasse 91, H. 3), Leipzig.

Tholomäus von Lucca : Determinatio compendiosa de iurisdictione imperii (Monumenta Germaniae Historica, Fontes Iuris Antiqui, vol. 1), Hanovre / Leipzig, 1909.

Thomas dʼAquin : Opuscula omnia nec non opera minora, éd. Joannes Perrier, t. 1, Paris, 1949.

Wenskus, Reinhard (1961) : Stammesbildung und Verfassung. Das Werden der frühmittelalterlichen gentes, Cologne, Graz.

Wieacker, Franz (1961) : Vom Römischen Recht, Stuttgart.

Willoweit, Dietmar (1974) : « Dominium und Proprietas. Zur Entwicklung des Eigentumsbegriffs in der mittelalterlichen und neuzeitlichen Rechtswissenschaft », Historisches Jahrbuch, 94, p. 131-156.

Wolfram von Eschenbach : Parzifal, 7e éd., éd. par Eduard Hartl, vol. 1, Berlin, 1952.

Haut de page

Notes

5 Il est très facile de montrer à quel point l’histoire conceptuelle du Moyen Âge est très largement provisoire : il manque par exemple une histoire de l’abstraction, qui pourrait sortir de leur isolement les analyses portant sur un point précis et, surtout, éclairer la relation, encore largement inexpliquée, entre le latin et l’allemand (dans ce domaine, le terme de « traduction » n’est souvent pas pertinent). Tant que nous ne disposons pas d’une histoire sociale de la pratique de l’écriture au Moyen Âge, nous sommes contraints de travailler en partant de l’hypothèse non vérifiée d’une transmission conceptuelle dans le temps à peu près comparable à celle que l’on peut observer à l’époque des Temps modernes.

6 En l’absence d’une histoire de l’influence exercée par les écrits médiévaux, nous disposons aussi d’une connaissance incertaine de la relation qui a pu exister entre ce qui a été fixé par écrit et la vie politique de cette époque.

7 On ne peut donc faire l’économie, dans ce qui suit, d’une présentation de l’état de la recherche en matière d’histoire constitutionnelle, ce rappel permettant aussi de signaler que le concept de Herrschaft ne peut être séparé d’autres concepts politiques clés avec lesquels il est étroitement lié et qui ne donnent pas lieu ici à une explication (ʻroyautéʼ, ʻnoblesseʼ, ʻsuiteʼ, etc.).

8 Benecke / Müller / Zarncke (1963 [1854]), p. 669, art. hêrschaft ; Grimm (1877), p. 1152, Herr ; RWB (1953/60), p. 854 sqq., Herrschaft ; Frisch (1741), p. 445, Herr, signale les formes her et er comme termes renvoyant à un titre au sens de ehr ou Ehren dans le style de la chancellerie et en Basse-Saxe. Voir aussi Krünitz (1781), p. 78, art. Herr, qui place Herr à un rang supérieur que Ehr (en haut allemand) et Heer (en bas allemand).

9 Grimm (1877), p. 1124 sqq. ; RWB (1953/60), p. 781 sqq., art. Herr ; Ehrismann (1905/06) ; Metzger (1930) ; Schirokauer (1957) ; Green (1965).

10 Leonhard (1903) ; Voir aussi Neumann (1903) ; Wieacker (1961), p. 10 sqq.

11 Heumann / Seckel (1914), p. 158 ; Wieacker (1961), p. 185 sqq. ; Negro (1963), p. 10 sqq.

12 « Dominium », seulement deux fois dans la Vulgate. 1. Macc. 11, 8 ; Tob. 8, 24. Voir Schnackenburg (1959) ; Dantine (1959) ; Bernheim (1918), p. 39 sqq. 

13 Gelasius, Ep. 12, 2-8 à l’Empereur Anastase (494), in Aland (1967), p. 222, n° 462. Voir Enßlin (1955).

14 Levy (1956) ; Wieacker (1961), p. 222 sqq. ; Köbler (1971), p. 147.

15 Schlesinger (1968), p. 9 sqq. ; Schlesinger (1963a), p. 9 sqq., p. 355 sqq. ; voir aussi Wenskus (1961), p. 339 sqq. 

16 Kroeschell (1966), p. 239 sqq. ; Kroeschell (1968). Voir pour la réponse de Schlesinger (1969) et aussi (1963), p. 286 sqq. ; Kroeschell (1978) ; Schulze (1971a). 

 N.d.T. : Le terme de Heerkönigtum renvoie à une royauté, à l’origine non dynastique, souvent identifiée au nord de la Germanie. La domination exercée est définie comme procédant de la puissance armée d’un grand nombre de guerriers ralliés à un chef militaire dont ils constituent la suite.

 N.d.T. : Dans le Saint-Empire germanique (962-1806), certains fiefs, dit immédiats, relevaient directement de la souveraineté de l’Empereur tandis que les autres, médiats, lui étaient indirectement assujettis, la charge en ayant été confiée à un suzerain. La médiatisation consistait à transformer un vassal immédiat en un vassal médiat. Historiquement, cette pratique politique et juridique toujours plus répandue a renforcé le pouvoir des souverains territoriaux au détriment du pouvoir impérial sur l’ensemble du Reich.

 N.d.T. : Notker Teutonicus, ou Notker der Deutsche (950-1022), était un moine bénédictin de l’abbaye de Saint Gall, traducteur de textes latins en ancien haut allemand.

 N.d.T. : La famille des Staufen régna dans le Saint Empire Romain de 1138 à 1250, de l’empereur Frédéric I Barberousse à Frédéric II.

17 Nibelungenlied, vv. 1274, 1 ; 1434, 2 ; Wolfram von Eschenbach, Parzifal, v. 481, 3 (1952, p. 229) ; Gottfried von Strassburg, Tristan, v. 4042 sqq. (1967, p. 113). Voir aussi Schmidt-Wiegand (1975), en particulier p. 76 sq. ; Benecke / Müller / Zarncke (1963 [1854]), p. 668 sq., s.v. hêrschaft.

18 Chez Berthold von Regensburg, voir aussi RWB (1953/60), p. 862, art. Herrschaft.

19 Lexer (1872), p. 1262, s.v. Hêrschaft ; Eberhards Reimchronik von Gandersheim (1877), p. 399.

20 Ottfried von Weissenburg, Evangelienbuch, 5, 4, 11, 22 (1973, p. 177) ; Hartmann von Aue, Iwein, v. 1001 (1968, p. 20) ; RWB (1953/60), p. 426 sq., art. Hausherr. Voir aussi Schulze (1971b) ; dans le milieu urbain, on trouve l’opposition entre Herrschaft et Knecht depuis le XIVe siècle, voir RWB (1953/60), p. 862, art. Herrschaft.

21 Du Cange (1954 [1884]), p. 172 sq., dominium ; Niermeyer (1954), p. 353, dominium ; Schulze / Ogris (1971) ; Kölmel (1970), p. 3 sq. ; Rittstieg (1975), p. 1 sqq.

22 Köbler (1971), p. 44 sq.

23 RWB (1932/35), p. 1321 sqq., art. Eigentum ; Schwab (1971) ; Hagemann (1971) ; Hübner (1930), p. 241 sqq. ; Ebel (1960), p. 11 sqq. ; Eigentum, vol. 2, p. 65 sqq. ; Willoweit (1974).

24 Niermeyer (1954), p. 353, dominium ; Ganshof (1961), p. 200.

25 Du Cange (1954 [1884]), p. 55, demanium ; Niermeyer (1954), p. 353, dominium ; ibid. , p. 318, demanium ; Schulze / Ogris (1971), p. 754 sqq. ; Neusser (1971) ; Gamillscheg (1969), p. 327, domaine ; Kienast (1942).

26 Stach (1939) ; Quaritsch (1970), p. 83 sqq. ; Kölmel (1970), p. 660.

27 Seeberg (1930), p. 112 sqq., p. 297 sqq., p. 558 sqq. ; Buisson (1958), p. 16, p. 58, p. 76 ; Hauser (1967) ; Kölmel (1970), p. 11 sq.

28 Thomas dʼAquin, Opuscula omnia nec non opera minora (1949, p. 220 sqq.) ; Schütz (1895), p. 257 sq. ; Lagarde (1958), p. 342.

29 Voir Thomas, Opuscula (1949, p. 270 sqq.) ; Tholomäus von Lucca, Determinatio compendiosa de iurisdictione imperii (1909, p. 80) ; Grabmann (1926), p. 354 sqq. ; Lagarde (1958), t. 2, p. 341 ; Kölmel (1970), p. 276 sqq.

30 Scholz (1903), p. 49 sqq. ; Lagarde (1958), t. 2, p. 341 ; Kölmel (1970), p. 291 sqq.

31 Landsberg (1883), p. 87, 92 sqq. ; Holtzmann (1942) ; Couvreur (1961), p. 279 sqq.

32 Marsilius von Padua, Der Verteidiger des Friedens, (1958, p. 290, 292, 428, 484, 486) ; Kölmel (1970), p. 517 sqq.

33 Ockham, « Tractatus de imperatorum et pontificum potestate » (1923, p. 469 sqq. et 1924, p. 72 sqq.) ; Scholz (1911), p. 144 sqq. ; (1919), p. 329 sqq. ; Lagarde (1962), p. 195 sqq. ; Miethke (1969), p. 350 sqq., p. 440 sqq., p. 458 sqq. ; Kölmel (1970), p. 657. Voir aussi Miethke (1977), p. 47 sqq.

34 Merzbacher (1978) ; Sellert (1978) ; Bader (1949) ; Mayer (1952) ; Bader (1953) ; Schlesinger (1954) ; Patze (1962) ; Brunner (1965).

35 Premières occurrences attestées pour Grundherr en 1303, 1343 (non publiées), qui ne se sont diffusées qu’à partir du XVe et XVIe siècle avec un sens « privé », Grimm (1935), Grundherr ; RWB (1939/51), art. Grundherr ; voir aussi Schulze (1971a).

36 Brunner (1965), p. 203 ; « Constitutio in favorem principum » (1232), in : MG Const. (1896), p. 211 sqq. (n° 171) ; « Sententia de libertate stratarum regalium » (1229), in : MG Const. (1896), p. 401 sqq. (n° 285) ; « Sententia de iure stratuum terrae » (1231), in : MG Const. (1896), p. 420 sqq. (n° 305).

37 Lat. : Mecklenburgisches Urkundenbuch (1863), p. 311 sq., n°. 319 ; voir aussi Schulze / Ogris (1971), p. 754 sqq. All. : il n’existe apparemment pas d’occurrence attestée pour « Landesherrschaft » au Moyen Âge ; voir aussi Grimm (1885), p. 110, Landesherrschaft ; Schlesinger (1968), p. 12 sq. ; Adam (1969), p. 37 sqq. ; Herrschaft au sens de ʻdomination territorialeʼ, y compris die herrschaft und das lant oder lande und herschaft zu Bayern, depuis les années trente du XIVe siècle, RWB (1953/60), art. Herrschaft.

38 Adam (1969).

39 Schröder (1905) ; Menzel (1964).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Peter Moraw, « II. La domination au Moyen Âge », Trivium [En ligne], 35 | 2022, mis en ligne le 20 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/trivium/8264 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trivium.8264

Haut de page

Auteur

Peter Moraw

Peter Moraw a été professeur d’histoire à l’Université de Gießen. Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
  • Logo Fritz Thyssen Stiftung
  • Logo DGLFLF (Ministère de la Culture)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search