Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35L'article "Domination"IV. Le concept de domination à l’...

L'article "Domination"

IV. Le concept de domination à l’époque des Révolutions : Éléments fondamentaux pour son histoire

Dietrich Hilger
Traduction de Catherine Colliot-Thélène et Elisabeth Kauffmann

Entrées d’index

Note de la rédaction

p. 64-65 de l’article original

Texte intégral

  • 313 Burke (1855 [1791]), p. 16-71. Voir également : Hilger (1960), p. 5 sq.
  • 314 Burke (1855 [1791]), p. 71.

1[64] Dès 1790, Edmund Burke a reconnu en toute clarté dans la Révolution française l’exemple historiquement unique d’une révolution totale (« complete revolution »). Jusqu’alors, soutient-il, toutes les révolutions n’étaient dirigées que contre les dominants du moment, ou bien elles ne visaient tout au plus qu’à une transformation de la forme de la domination. Le processus historique qui a commencé avec la prise de la Bastille n’était, en revanche, pas « a revolution in government », mais une destruction et une dissolution de toute la société313. La portée de cette révolution d’un nouveau type sur l’ensemble de la structure sociale va de pair avec sa tendance à l’expansion géographique : Burke voit dans la Révolution française une grande crise qui affecte le monde entier ; dans la terminologie d’une époque ultérieure pour laquelle la continuité des révolutions anticipée par Burke était devenue une expérience historique, il s’agissait de la première phase d’une révolution mondiale. La raison commune aux caractéristiques socio-politiques et aux tendances à l’expansion géographique de la Révolution française réside, selon Burke, dans l’attaque, inspirée par l’idée d’égalité, contre le principe de la ʻdominationʼ tel qu’il était compris dans l’Europe ancienne : comme un concept rassemblant des droits et des devoirs réciproques, mais inégaux. À la lumière du crépuscule, qui fait d’autant plus ressortir les contours, on saisit à l’inverse que ce concept était le principe structurel déterminant de l’ordre européen ancien. À l’opposé, pour les partisans comme pour les adversaires de la Révolution, le principe et le pathos du nouvel ordre révolutionnaire était celui formulé par Thomas Paine, à la suite de Jean-Jacques Rousseau, que Burke cite comme étant caractéristique : « Every citizen is a member of sovereignty, and, as such, can acknowledge no personal subjection314 ».

  • 315 Sur ce qui suit, voir Hilger (1979), p. 121 sq.

2L’abolition de la domination personnelle n’est cependant qu’une partie d’un processus complexe que la langue scientifique récente et la terminologie du journalisme politique – l’une étant souvent aussi diffuse et acritique que l’autre – tentent de résumer avec la thèse selon laquelle, dans le monde moderne des grandes bureaucraties et des superstructures, la domination serait devenue « abstraite ». L’histoire et une analyse dimensionnelle du concept de domination à l’époque des révolutions, de 1789 à nos jours, permettent de distinguer, derrière cette formule courante, au moins les tendances et les processus suivants315 :

31. Ce qui est fondamental est la dépersonnalisation de la domination du côté du sujet. En contrepartie de l’abolition des droits personnels de domination, des collectifs, c’est-à-dire ceux qui peuvent s’identifier à de tels collectifs sans rencontrer de contradiction, prétendent au monopole de la domination sur des êtres humains. Ils proclament la domination du peuple, d’une classe, d’un parti, la donnant de bonne foi comme telle ou la camouflant idéologiquement en tant que domination des lois, modifiée de façon déterministe en domination de la légalité : la ʻdominationʼ devient une catégorie semi-personnelle.

4[65] 2. Du côté objectif de la domination, la liberté de l’être humain en tant que personne s’impose définitivement. Les relations de dépendance ne sont plus reconnues qu’à titre particulier, toujours liées à une position déterminée et à un rôle déterminé : la ʻdominationʼ devient une catégorie segmentée de façon spécifique selon les rôles.

53. À la suite de bouleversements socio-économiques structurels – la révolution commerciale et surtout la révolution industrielle –, la domination perd sa base sociale agraire. La dé-féodalisation de la domination se poursuit jusqu’à une complète déterritorialisation. La propriété du sol n’est plus qu’une base contingente de domination dont l’importance historique diminue : détaché de ses liens avec la société agraire, le terme ʻdominationʼ devient librement disponible, y compris pour servir à une stigmatisation universelle.

  •  N.d.T. : Nous traduisons Ökonomisierung et les variantes verbale ou adjective de ce terme par le (...)

64. Le progrès des Lumières soulève fondamentalement et généralement, indépendamment des présuppositions des sociétés agraires, la question de la base matérielle de la domination : la ʻdominationʼ fait l’objet d’une économisation radicale.

75. Par suite de la transformation des conditions socio-économiques, au verdict d’illégitimité contre la domination au nom d’un droit naturel idéel s’est ajouté un verdict d’illégitimité d’un point de vue matériel-économique (l’‘exploitation’). Celui-ci, sous une version généralisée tirée par abstraction de la société agraire, peut saper la légitimation par le droit naturel (par le consentement ou le contrat). Une légitimation manifeste est certes déclarée indispensable, mais elle est finalement tenue pour non pertinente s’agissant de l’essence latente de la domination. Le concept est soumis, y compris dans des argumentations résolument antipositivistes, à la pensée séparatrice positiviste, avec ses distinctions, entre pouvoir et droit, base et superstructure, etc. : ‘légitime’ n’est plus un prédicat analytique de la ‘domination’.

86. La dépersonnalisation qui se produit d’un côté s’accompagne d’une diminution croissante du caractère immédiatement tangible de la domination ; à cet égard aussi, la domination devient abstraite.

97. Face à la dépersonnalisation et à la perte du caractère tangible de la domination, on voit apparaître, en réaction à l’une ou à l’autre, ou aux deux, des tentatives, historiquement plus ou moins puissantes, de reconcrétisation. La tentative la plus récente et la plus lourde de conséquences a été le fascisme, avec ses techniques d’intégration qui faisaient appel à la sensibilité et sa prétention idéologique à remplacer la ‘domination’ par le ‘principe du chef’ [Führerprinzip].

108. Cette substitution présuppose une psychologisation du champ conceptuel : la ‘domination’ ou la ‘conduite par un chef’ [Führung] (en tant que corrélats de la ‘masse’ ou du ‘peuple’) deviennent des expressions relatives à des besoins psychiques ; par le détour de la psychologie et de l’anthropologie, la ‘domination’ est, en un certain sens, à nouveau ontologisée.

119. De telles tendances, par opposition à la conception nouvelle du concept, qui les a précédées et qui leur survit, se situent au niveau d’abstraction élevé fixé par l’histoire sociale, en se limitant strictement à ce qui est concrètement et actuellement saisissable : déterminée exclusivement par la coïncidence du commandement et de l’obéissance, la ‘domination’, en tant que concept universel sociologique, se trouve neutralisée.

1210. Largement accepté dans la terminologie scientifique malgré la complexité et les difficultés de son histoire, le concept neutralisé de la domination est pris dans le champ de tension, récent et asymétrique, entre l’apologie et la critique de la domination. En ce lieu, le terme ‘domination’, utilisé plus que jamais en un sens abstrait, paraît devenir le terme-clé de la condition humaine dans le monde moderne.

Haut de page

Bibliographie

Burke, Edmund (1855 [1791]) : An Appeal from the New to the Old Whigs, in : Works, vol. 3, Londres.

Hilger, Dietrich (1960) : Edmund Burke und seine Kritik der Französischen Revolution, Stuttgart.

Hilger, Dietrich (1979) : « Begriffsgeschichte und Semiotik », in : Reinhard Koselleck (éd.) : Historische Semantik und Begriffsgeschichte, Stuttgart, p. 121-136.

Haut de page

Notes

313 Burke (1855 [1791]), p. 16-71. Voir également : Hilger (1960), p. 5 sq.

314 Burke (1855 [1791]), p. 71.

315 Sur ce qui suit, voir Hilger (1979), p. 121 sq.

 N.d.T. : Nous traduisons Ökonomisierung et les variantes verbale ou adjective de ce terme par le néologisme « économisation » pour le premier, et par un usage inusuel du verbe économiser, qui signifie ici « donner un sens économique », comme il ressort du contexte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dietrich Hilger, « IV. Le concept de domination à l’époque des Révolutions : Éléments fondamentaux pour son histoire », Trivium [En ligne], 35 | 2022, mis en ligne le 20 décembre 2022, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/trivium/8272 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trivium.8272

Haut de page

Auteur

Dietrich Hilger

Dietrich Hilger a été professeur d’histoire économique et sociale à l’Université de Hambourg. Voir la notice concernant l’auteur.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
  • Logo Fritz Thyssen Stiftung
  • Logo DGLFLF (Ministère de la Culture)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search