Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35L'article "Domination"VII. ‘Domination’ et ‘association...

L'article "Domination"

VII. ‘Domination’ et ‘association’ [Genossenschaft]

Dietrich Hilger
Traduction de Catherine Colliot-Thélène et Elisabeth Kauffmann

Entrées d’index

Mots-clés :

domination, association

Schlüsselwörter :

Herrschaft, Genossenschaft

Note de la rédaction

p. 86-94 de l’article original

Texte intégral

  • 400 Wolters (1908), p. 201.

1En réaction à l’économisation du concept de domination, l’historien Fritz Wolters a rappelé que « domination et service ne sont pas des concepts faits pour désigner des rapports établis par des pactes économiques, mais des rapports liant l’activité vivante d’hommes vivants, de sorte que les uns sont élevés, tandis que les autres s’inclinent, volontairement ou involontairement400 ». Avec une image des hommes dichotomique et élitaire, ces formulations répondent à un besoin de re-concrétisation de la domination qui s’exprime de deux manières : par une demande de re-personnalisation et, liée tout en étant distincte, la demande d’une matérialisation qui rende la domination sensible. Si l’histoire de la domination au XIXe siècle a été vécue et écrite comme un procès continu d’abstraction croissante et pluridimensionnelle, il y eût au XXe siècle des essais pratiques pour re-concrétiser la domination dans des formes qui devaient conduire à une apocalypse séculière.

1. L’histoire constitutionnelle comme dissolution de l’identité entre le sensible et le sens

  • 401 Beseler (1843), p. 159.
  • 402 Gierke (1954 [1873]), p. 43.
  • 403 Cf. Böckenförde (1961).
  • 404 Gierke (1954 [1873]), p. 42. – La thèse de Georg Waitz selon laquelle le peuple allemand n’a pas co (...)

2Alors que Georg Beseler cherche encore, d’une manière totalement anhistorique, à déduire de la « nature de l’être humain » le fait que « la foule ne se laisse pas dominer perpétuellement par ce qu’il y a de plus élevé et de plus universel », que, bien plutôt, elle aimerait « saisir d’une façon proche et directe ce dont dépend sa vie en matière de joie et de souffrance401 », Otto von Gierke, jetant un regard rétrospectif sur la conception germanique-allemande du droit, [87] situe entièrement dans l’histoire la présence sensible de la domination : C’est « dans sa manifestation humaine concrète » que le maître [Herr] détient ses droits à la domination, « non pas en tant que représentant d’un sujet juridique idéal invisible402 ». Il en va de même selon Gierke pour les associations, qui étaient de toutes façons considérées comme des phénomènes complémentaires des structures de domination et constituaient avec celles-ci, depuis Justus Möser, le grand thème de la recherche du XIXe siècle concernant l’histoire constitutionnelle allemande403. La présence sensible de la domination ainsi que de la « totalité des associés » qui est supposée avoir exercé ses droits en tant qu’« assemblée unie de façon vivante et sensible », exclut une re-présentation secondaire d’une instance qui ne serait en soi pas présente (conformément aux prémisses ontologiques de la théorie libérale de l’État), elle exclut aussi l’hypothèse socialiste, issue de la pensée du droit naturel, selon laquelle des collectifs abstraits tels que les classes pourraient être des sujets de droit et des sujets de la domination, que l’on entende le terme ʻclasseʼ en un sens positiviste anhistorique ou un sens historiquement déterminé404.

  • 405 Gierke (1954 [1873]), p. 44, 960.

3Ce que Gierke décrit de manière détaillée comme une diminution du caractère sensible de la domination et de l’association, un phénomène qu’il utilise pour périodiser l’histoire constitutionnelle et qu’il interprète comme une « abstraction » croissante, s’avère être une dissolution croissante de l’identité du sens et du sensible. On peut tout à fait interpréter ce processus comme étant déjà un symptôme de la « pensée de la séparation » dont la recherche récente sur l’histoire constitutionnelle (Otto Brunner notamment, en lien avec Ernst Rudolf Huber pour ce qui est de la terminologie) a reconnu que la percée et le développement, sous l’influence de la philosophie cartésienne de la conscience qui distingue entre la res extensa et la res cogitans, étaient l’un des traits caractéristiques de la modernité. Selon Gierke, la séparation du sens et du sensible dans les « groupements de domination » devient perceptible avant tout avec la formation de la « souveraineté territoriale » et le « recul de la communauté territoriale reposant sur les états [Stände], qui lui était opposée ». « L’État », en tant que « sujet immortel des droits et devoirs rassemblés dans la souveraineté territoriale », s’était détaché de la « personnalité individuelle » du prince territorial [Landesherr]. ʻL’Étatʼ était conçu comme une « personne institutionnelle invisible », tandis que le « seigneur foncier » était [88] « l’incorporation visible de l’unité invisible de l’État et pour cette raison, en même temps, du point de vue du droit public, l’organe étatique appelé à être le porteur exclusif de la souveraineté territoriale405 ».

  • 406 Albrecht (1962 [1837]).
  • 407 Oestreich (1969), p. 183, 185.
  • 408 Gierke (1954 [1873]), p. 448. – L’observation de Gierke vaut d’une certaine manière encore aujourd’ (...)
  • 409 Ibid., p. 44.

4Aussi anhistorique que puisse avoir été cette compréhension de l’État, telle qu’elle est documentée dans les concepts repris de Wilhelm Eduard Albrecht406, le fait que Gierke s’intéresse à la fois aux structures de domination et aux structures des associations l’a préservé de réduire le champ d’étude de l’histoire constitutionnelle à l’État en attirant son attention sur des « manifestations non-absolutistes dans l’absolutisme », sur des résidus de « souveraineté locale » perdurant encore depuis longtemps (Gerhard Oestreich407). C’est précisément dans ce domaine que Gierke a mis au jour les différentes composantes, conditionnées de façon structurelle, qui sont venus retarder le processus amenant la domination à perdre son caractère sensible : « les représentations qui liaient tout droit politique à des maîtres visibles ou à des ensembles visibles n’ont cédé dans les campagnes que tardivement et de façon incomplète aux conceptions abstraites du pouvoir d’une autorité supérieure ou d’une communauté408 ». Malgré sa fascination pour les associations germaniques-allemandes, Gierke était cependant éloigné d’une représentation romantique du passé (et l’on a aussi rapidement et avec autorité fait remarquer aux néo-romantiques du XXe siècle qu’ils ne pouvaient se réclamer de Gierke). Convaincu que le chemin de l’histoire menait à des stades toujours plus élevés, il portait un jugement tout à fait négatif sur le caractère sensible qui était celui de la domination dans le passé, y voyant un « défaut d’abstraction », et les rapports que ce type de domination impliquait présentaient selon lui, « outre leur incomplétude conceptuelle, en même temps des défauts d’ordre factuel », dont le dépassement représentait à ses yeux un progrès409.

  • 410 Cf. Böckenförde (1961), p. 147 sq.

5Ce lien entre la « négation » (dans les différentes acceptions du concept) et le « progrès », ainsi que la présupposition constante que les forces motrices de l’histoire proviennent à chaque fois des conditions non dominantes, laissent apparaître l’ouverture de Gierke pour au moins deux des formes de pensée qui étaient à l’époque en concurrence : pour une conception évolutionniste déterminée, qui interprète l’histoire comme consistant en la suppression des négations privatives, et pour la nouvelle dialectique, laquelle implique son propre concept de la « négation ». L’une et l’autre étaient encore tributaires, chacune d’une manière spécifique, de la tradition de la métaphysique aristotélicienne, mais l’une et l’autre constituaient aussi un tournant de l’ontologie traditionnelle vers l’histoire, à ce titre elles étaient aussi bien un témoignage qu’un moyen de la rupture de cette tradition et elles étaient mutuellement liées d’une manière déterminée dans l’œuvre de Gierke410.

2. L’histoire constitutionnelle comprise comme une dialectique de la domination et de l’association avec un but de développement immanent

  • 411 Gierke (1954 [1868]), p. 1 sq., 3, 9.
  • 412 Ibid., p. 833.
  • 413 Ibid., p. 12.
  • 414 Ibid., p. 8 sq.
  • 415 Ibid., p. 833.

6[89] Dans les recherches exemplaires et saturées de matériel qu’il mène au plus près des sources, Gierke se laisse lui aussi guider par une question qui relève de la philosophie de l’histoire. Il s’agit de la question posée par Hegel qui lui a apporté une réponse aussi exigeante que la formulation qu’il en avait faite, et à laquelle Marx a donné sa propre réponse : qu’est ce qui advient, à proprement parler, dans toute histoire ? – ce qui est par excellence la question de la philosophie de l’histoire. L’historien Gierke donne une réponse différente, dans son point de départ déjà. Pour lui, ce qui advient véritablement dans tout procès historique est la « lutte des deux grands principes que sont la pensée de l’unité et la pensée de la liberté ». Plus concrètement, Gierke répond à la question directrice de la philosophie de l’histoire en donnant à l’opposition générale entre « l’idée d’unité et l’idée de liberté » la forme plus précise de la « lutte entre domination et association411 ». L’antithétique de l’unité et de la liberté, de la domination et de l’association, constitue pour Gierke l’essence et la structure de l’histoire constitutionnelle. Cette relation d’opposition et d’imbrication n’est supprimée que dans « l’idée moderne d’État » : celle-ci est « la réconciliation des idées immémoriales de l’association et de la domination dans une unité supérieure412 ». Mais là où l’opposition a été particulièrement marquée, dans l’ambivalence qui traverse toute l’histoire constitutionnelle allemande413, sa suppression finale doit aussi avoir le caractère de la perfection : le topos, bien connu du fait du lien séculaire entre crise et critique, de la « fin de toute l’histoire antérieure » (le Manifeste Communiste a donné à ce topos une diffusion mondiale) est capté au profit de la monarchie constitutionnelle. Celle-ci est pour Gierke le telos de l’histoire constitutionnelle allemande, le terme et l’accomplissement d’un développement historique que Gierke pense comme étant intrinsèquement structuré de façon dialectique. Cette pensée dialectique se laisse percevoir dans la présupposition constante selon laquelle, dans chaque cas donné, le « principe opposé » – le principe « de la domination et du service » ou bien celui « de l’association » – devient « la source d’une nouvelle formation créatrice414 », ainsi que dans l’idée que la perfection de l’unité enfin conquise, en quelque sorte la qualité de la synthèse en tant que synthèse, dépend du degré de la tension qui doit être supprimée. Ce n’est pas seulement la grande périodisation de l’histoire qui est dialectique, mais aussi l’interprétation des changements constitutionnels qui se produisent dans chaque période singulière comme consistant en un déploiement de « l’idée de domination » et de « l’idée d’association » à l’intérieur déjà de l’ordre encore régi par le principe opposé415.

7Le fait que la « domination » ou l’« association » sont désignées de façon toujours répétée comme des « idées », des « pensées » ou des « principes », trahit une dialectique d’inspiration hégélienne. C’est cependant seulement au long du procès de l’histoire que la domination et l’association laissent percevoir de plus en plus clairement le statut ontologique de « ce qui est » sans être donné de manière sensible, et que leurs concepts deviennent pleinement des concepts d’idées et, [90] de manière secondaire seulement, aussi des concepts de structures constitutionnelles réelles (qui, pour autant qu’ils correspondent à l’idée, perdent le « défaut d’abstraction » qui les affectait, à savoir leur caractère sensible). En interprétant l’histoire constitutionnelle comme un procès d’abstraction qui s’est réalisé par étapes et – les deux choses étant étroitement liées – comme une dialectique de la domination et de l’association, certes d’entrée de jeu établie en tant que dialectique idéale, mais qui acquiert d’époque en époque des contours de plus en plus nets, Gierke a pris en compte l’expérience historique d’une constitution devenue abstraite à l’époque des Révolutions.

  • 416 Ibid., p. 833 sq.

8L’opposition entre domination et association est définitivement abolie dans « l’idée moderne de l’État » et sa réalisation dans « l’État constitutionnel représentatif, un collectif qui lie la base associative et l’autorité qui est au sommet de manière organique, c’est-à-dire non pas de façon sommative, mais comme une nouvelle unité vivante416 ». Au-delà de cette synthèse qui, selon Gierke, est accomplie avec la fondation du Reich allemand par Bismarck, l’histoire constitutionnelle n’est plus tirée par la dialectique. La pensée dialectique elle-même semble supplantée par une théorie de l’évolution fixée sur le but immanent de l’histoire constitutionnelle, la monarchie constitutionnelle. Un mode de pensée organologique se laisse aussi percevoir dans la description de cet état final, une troisième composante qui s’impose de plus en plus fortement dans les publications ultérieures de Gierke.

  • 417 Gierke (1919), p. 7. Voir aussi Gierke (1916/17), p. 260 sq.

9Gierke a complètement abandonné son point de départ dialectique originaire quand il soutient, dans une formule tardive souvent citée, que l’État est « une association quant à sa base, et une domination quant à sa forme d’activité417 ». Dans cette thèse, la dichotomie structurelle, que l’on pouvait encore reconnaître dans l’opposition entre la « base associative » et « l’autorité qui est au sommet », est remplacée par la distinction de la « base » et de la « forme d’activité », qui manifeste un point de vue dualiste. Mais même encore avec cette transition de la dichotomie au dualisme, d’une distinction faite entre les phénomènes eux-mêmes à une considération différenciée d’un seul et même phénomène à partir de deux perspectives différentes, l’œuvre de vie de Gierke cherche à refléter le cours réel de l’histoire constitutionnelle.

3. Des usages de la langue politique entre la tradition prérévolutionnaire et la démocratisation tendancielle

  • 418 La version latine de ce principe souvent cité remonte à une expression transmise de la Pologne de l (...)
  • 419 Bismarck, Discours du 24 janvier 1882, in : Bismarck (1929).
    [N.d.T. : Jeu sur Herr, au sens de Mons (...)
  • 420 Friedrich (1950), (1959) ; Rousseau, Contrat social, 1, 9.

10En dépit de toutes les réserves qui sont de mise dans la réception de l’œuvre de Gierke aujourd’hui, il est un aspect, parmi beaucoup d’autres, qui reste solide, même au regard du jugement de la recherche récente, à savoir la reconnaissance de la profonde transformation structurelle de la domination et de la dissolution des rapports concrets de domination qui se réfléchit dans un degré d’abstraction croissant. Cette reconnaissance est d’autant plus remarquable que, à l’époque de Gierke et bien plus tard encore, le terme ʻdominationʼ se rapportait souvent, de façon traditionnelle et évidente, à la personne d’un dominant. Mais souvent aussi, [91] en soulignant emphatiquement le caractère concret de la ʻdominationʼ, la langue politique manifeste la volonté résolue d’argumenter contre les tendances de l’époque, par quoi il est précisément tenu compte de ces tendances, pas seulement en un sens négatif. Un exemple de cette complexité est offert par le grand discours de Bismarck au Reichstag, lors de la séance du 24 janvier 1882, discours dans lequel il rejette catégoriquement la séparation libérale, selon le modèle français (« le roi règne, mais ne gouverne pas418 »), entre régner et gouverner. Cette séparation, soutient-il, ne peut se concilier ni avec la charte constitutionnelle prussienne ni avec les traditions de la monarchie prussienne ; malgré l’exigence de la contresignature, les « actes de gouvernement » restent les actes du « roi, lequel gouverne lui-même » ; lui, Bismarck, bien qu’étant « légalement responsable », n’est que « le serviteur » de son « roi » et « maître » [Herr] héréditaire. Dans la foulée, Bismarck se défend contre un reproche que lui a adressé « Monsieur [Herr] l’orateur précédent » (reproche que le député concerné conteste avoir formulé) tout en maintenant qu’il a été offensé (« C’est bien pourtant ce que ce Monsieur [der Herr] a dit419 »). Sur une brève séquence, le terme ʻHerrʼ est utilisé dans des sens différents. 1. Il est tout d’abord utilisé pour exprimer une relation de domination dont l’existence est soulignée avec détermination, en s’appuyant sur le droit positif, parce que des personnes extérieures la mettent en question, en arguant aussi de raisons juridiques. 2. ʻHerrʼ est employé aussi comme un titre de politesse dont l’usage, tout d’abord entre membres des couches sociales [Stände] supérieures, indique le nivellement de la société des ordres [Ständegesellschaft] et sa transformation en société de classes, y compris dans ses structures informelles : le noble respecte aussi le bourgeois en tant qu’il est un ʻmonsieurʼ, jusqu’à ce que, finalement, à l’époque du « Common man » et d’une compréhension plutôt métapolitique de la « démocratie comme forme de vie »420, cela devienne un impératif de « l’égalité morale » que de s’adresser à n’importe qui en l’appelant « Monsieur ». 3. ‘Herr’ pourrait aussi laisser entendre – le texte ne permet pas d’en décider clairement – chez Bismarck ce ton ironique et polémique par lequel le terme conteste en vérité à celui auquel il est adressé (ou à une personne visée en son absence) la qualité qu’il paraît lui reconnaître : à la manière dont, dans notre usage des mots, on peut parler d’un Monsieur bien raffiné, quand on veut laisser entendre que l’on ne tient aucunement la personne concernée pour un « gentilhomme » [Ehrenmann : homme d’honneur].

  • 421 Voir Huber (1963), p. 81 sqq.
  • 422 Treitschke (1929 [1873]), p. 554.
  • 423 Ibid., p. 575 sq.

11Face à ces significations largement divergentes que l’on pouvait faire jouer de manière rhétorique les unes contre les autres, la situation conceptuelle créée par l’introduction de l’expression ‘Herrenhaus’ [chambre des pairs] pour désigner la première chambre en Prusse (par la loi du 30 mai 1855), paraît être incomparablement plus simple, car la majeure partie des membres étaient des nobles propriétaires de biens fonciers421. L’apparente homogénéité était cependant trompeuse : la Herrenhaus ne comprenait plus seulement [92] les « grands seigneurs [die großen Herren] », ceux que Treitschke a nommés « l’aristocratie authentique », mais aussi ces « petits seigneurs [kleine Herren] » dont il pensait que, durant les « temps violents » qui s’étaient abattus sur la Prusse et l’Allemagne, ils étaient restés « assis sur leurs villages, en boudant »422. En outre, la chambre comptait des bourgeois parmi ses membres. Bien que ceux-ci n’aient constitué qu’une petite minorité et qu’ils aient été issus presque sans exception des couches dirigeantes de la bourgeoisie, la composition de la Herrenhaus [chambre des pairs] était cependant, déjà du fait de la stratification interne de la noblesse, si hétérogène qu’il était besoin d’une désignation qui pouvait paraître appropriée pour englober aussi bien les différences internes de la noblesse, écho du passé féodal, que les différences entre les nobles et les bourgeois, entre la « propriété foncière » et le « pouvoir de l’argent », et cette désignation devait être finalement aussi étendue aux professions académiques. C’étaient sans aucun doute encore des « Messieurs », en un sens exigeant, qui étaient rassemblés en ce lieu ; mais ce n’étaient précisément plus seulement les représentants du vieil « ordre allemand des seigneurs » [Herrenstand] (dont il ne restait plus d’ailleurs selon Treitschke que des ruines). De sorte que Treitschke ressentait le « nom grandiose de ‘Herrenhaus’ » comme une « réminiscence des ordres anciens »423 dans un monde toujours plus fortement marqué par la bourgeoisie, un monde dans lequel le mot ‘Monsieur’ [Herr], en tant que désignation comme dans sa signification, succombait de plus en plus à la « démocratisation ». Parallèlement à l’usage général et indifférencié du terme ‘Monsieur’ [Herr] à titre d’adresse, la domination [Herrschaft] était devenu un concept de classification abstrait.

4. ‘Domination’ et ‘association’ en tant que termes généraux de la science.

  • 424 Voir Wolf (1951), p. 663 sqq.
  • 425 Gierke (1954 [1868]), p. 92, 832.

12Les conséquences de l’opposition marquante entre la ‘domination’ et l’‘association’ comme étant les deux concepts fondamentaux de l’histoire constitutionnelle allemande ont été multiples et diverses. Bien que ces effets ne doivent pas être imputés seulement à Gierke424, sans son œuvre, le couple formé par ces deux concepts n’aurait certainement pas accédé à la diffusion large et à l’universalisation de son usage, par-delà l’histoire du droit et de l’histoire constitutionnelle, dans la théorie juridique dogmatique et l’économie, la politique et la sociologie, et qui font de lui, à côté du couple ‘État’ et ‘société’, un exemple classique de la pensée séparatrice. Il est vrai que Gierke s’est servi des notions de ‘domination’ et d’‘association’ pour mener des recherches historiques concrètes, comme aucun historien ne l’a fait avant et après lui ; mais il a aussi déjà, comme aucun avant lui, utilisé ‘domination’ et ‘association’ comme désignations pour des « idées » ou des « principes » abstraits, pour ensuite, partant d’un niveau élevé d’universalité, les projeter dans l’histoire et analyser les manières diverses dont ces idées ou ces principes se réalisaient. En rapportant à une « idée » abstraite de la domination des réalités historiques aussi différentes que le Mundium du maître dans le droit germanique, le pouvoir autoritaire [Obrigkeit] des débuts des Temps modernes et l’État moderne, conçu comme une institution [Anstalt], il était amené à ouvrir lui-même la voie à une interprétation nivelante et à une [93] discrimination indifférenciée de phénomènes fondamentalement différents considérés comme étant de la domination425. Mais les valeurs présupposées dans cette interprétation qui tendait à la stigmatisation n’étaient plus celles de Gierke.

  • * * N.d.T. : Voir la note des traductrices dans le chapitre III à propos du terme Polizei.
  • 426 Wolzendorff (1964 [1918]), p. 267 sq., 217, 215. On trouvera aussi ici de très nombreux témoignages (...)
  • 427 Concernant l’arbitraire comme ingrédient de la « rationalité », cf. Claessens (1965).

13Le fait de renoncer à la dialectique, aussi limitée et discutée soit-elle, devait déjà avoir des effets préjudiciables sur la pertinence historique des notions de « domination » et d’« association ». Dès lors qu’elles étaient séparées de la description des rapports mutuels, de limitation et de dissociation, d’interpénétration et d’assimilation, entre des structures constitutionnelles concrètes, ces notions sont devenues de simples concepts classificatoires qui ont perdu en détermination ce qu’elles ont gagné en universalité. Se trouvent ainsi liées à l’‘association’ et à ses dérivés linguistiques, à ses combinaisons et à ses spécifications, des concepts et des représentations totalement hétérogènes quant à leur origine et divergents quant à leur signification, tels que « le monde des idées de l’Allemagne ancienne, qui déterminait la manière dont le droit et l’État étaient ressentis », le droit naturel et les Lumières, le « libéralisme classique allemand », le constitutionnalisme et l’État de droit, bref, tout ce qui peut être mis en relation avec la liberté, mais aussi la corrélation des droits et des devoirs des citoyens, « l’idée allemande actuelle de la Polizei* » et ce qui en est l’expression, les lois de politique sociale, ou tout autre chose encore qui se laisse embrasser dans « la plasticité de l’idée de l’association », qui se trouve excessivement sollicitée. Au contraire, le « principe d’autorité » et « l’unité », « l’État policier » et le « socialisme » sont mis au compte de la « domination »426. Des attributions de ce genre peuvent être pertinentes en contexte. Faute cependant de ce contexte qui leur donne sens, elles sont facilement interchangeables et elles ne peuvent donc passer pour rationnelles que dans la mesure où l’on fait de l’arbitraire un critère de rationalité : l’arbitraire confirme ici l’utilité de concepts très abstraits à des fins de classification427.

  • 428 Gierke (1954 [1902]), p. 24.
  • 429 Voir notamment Plenge (1916), passim. Également Schwabe (1969).
  • 430 Hintze (1991), p. 46.

14Pour le socialisme, être classé comme un phénomène de domination est d’autant moins acceptable que, en adoptant le terme de Genosse [camarade] comme formule de salutation, il a fait du concept fondamental du droit des associations [Genossenschaften] le terme-symbole pour ses idées de la fraternité et la solidarité internationale. – Le pluralisme aussi se considère à distance du principe de la « domination » ; il peut en appeler à la détermination universelle que Gierke donne de l’essence des groupements, par le principe de l’homogénéité de l’État, des communautés et des associations, c’est-à-dire à la présupposition d’une « unité corporelle et spirituelle réelle des groupements humains »428. Il est d’autres ponts qui mènent à la variante anglo-saxonne du pluralisme, en particulier l’influence que Gierke a exercée, avant tout par la médiation de Maitland, sur l’auto-compréhension de la théorie constitutionnelle anglaise et l’historiographie des constitutions. Les similitudes entre les histoires constitutionnelles allemande et anglaise, qu’elles soient découvertes de bonne foi ou qu’elles soient sous-entendues n’ont naturellement pas pu empêcher que l’Angleterre aussi soit entrainée dans la grande confrontation idéologique entre l’Allemagne et l’Europe occidentale, entre les « idées de 1914 » et les « idées de 1789 »429. Cette confrontation s’est aussi emparée des concepts de ‘domination’ et d’‘association’, ce qui, en raison du parti pris allemand – aujourd’hui quasiment oublié – pour tout ce qui évoque les libertés associatives, impliquait nécessairement qu’une version radicale des alternatives idéologiques tendait à identifier l’Occident avec le concept opposé de ‘domination’. La tendance séculaire à une stigmatisation de la domination venait servir la propagande dénonciatrice (on laisse ici de côté la question de savoir dans quelle mesure il s’agissait d’une réaction à la fonctionnalisation du concept de démocratie par la propagande de l’Ouest). Combien l’identification de l’Ouest avec les structures de la domination était profonde, à quel point l’interprétation de la domination comme romaine, romane ou galloise, était répandue, c’est ce que montre le fait qu’en 1926 encore, Otto Hintze ait perçu comme « tout à fait remarquable » l’accentuation, chez Max Weber, de la dimension « de la domination » et qu’il ait imputée cette insistance à sa « pensée romaniste » en réaction aux « conceptions germanistes dominantes dans le droit public »430. Mais les publications tardives de Hintze sont avant tout représentatives des efforts faits de façon croissante par les représentants de différentes sciences pour insérer le nouveau concept de ‘direction’ [Führung] dans le schéma usuel de classification qui distingue ‘domination’ et ‘association’.

Haut de page

Bibliographie

Albrecht, Wilhelm Eduard (1962 [1837]) : Rezension Romeo Maurenbrecher, Grundsätze des deutschen Staatsrechts, réimpression, Darmstadt.

Beseler, Georg (1843) : Volksrecht und Juristenrecht, Leipzig.

Bismarck, Otto Fürst von (1929) : Gesammelte Werke (Friedrichsruher Ausgabe), vol. 12, Berlin.

Böckenförde, Ernst-Wolfgang (1961) : Die deutsche verfassungsgeschichtliche Forschung im 19. Jahrhundert. Zeitgebundene Fragestellungen und Leitbilder, Berlin.

Büchmann, Georg (1964) : Geflügelte Worte. Der Zitatenschatz des deutschen Volkes, 32e éd., Berlin.

Claessens, Dieter (1965) : « Rationalität revidiert », Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie, 17, p. 465-476.

Friedrich, Carl Joachim (1950) : The New Belief in the Common Man, 2e éd., Boston.

Friedrich, Carl Joachim (1959) : « Demokratie », in : Handwörterbuch der Sozialwissenschaften, vol. 2, Stuttgart / Tübingen / Göttingen.

Gierke, Otto v. (1916/17) : « Recht und Sittlichkeit », Logos, 6, p. 211-264.

Gierke, Otto v. (1919) : Der germanische Staatsgedanke. Vortrag gehalten am 4. Mai 1919, Berlin (Staat, Recht und Volk. Wissenschaftliche Reden und Aufsätze, 5).

Gierke, Otto v. (1954 [1868]) : Das deutsche Genossenschaftsrecht, vol. 1 : Rechtsgeschichte der deutschen Genossenschaft, réédition, Darmstadt.

Gierke, Otto v. (1954 [1873]) : Das deutsche Genossenschaftsrecht, vol. 2: Geschichte des deutschen Körperschaftsbegriffs, réédition, Darmstadt.

Gierke, Otto v. (1954 [1902]) : Das Wesen der menschlichen Verbände, réédtion.

Hintze, Otto (1991) : « La sociologie de Max Weber », in : id. : Féodalité, Capitalisme et État moderne, Essais d'histoire sociale comparée, choisis et présentés par Hinnerk Bruhns, Paris.

Huber, Ernst Rudolf (1963) : Deutsche Verfassungsgeschichte seit 1789, vol. 3, Stuttgart.

Marx, Karl / Engels, Friedrich (1975) : Manifeste du Parti communiste, Paris : Éditions Sociales.

Oestreich, Gerhard (1969) : « Strukturprobleme des europäischen Absolutismus », in : id. : Geist und Gestalt des frühmodernen Staats, Berlin, p. 179-197.

Plenge, Johann (1916) : 1789 und 1914. Die symbolischen Jahre in der Geschichte des politischen Geistes, Berlin.

Schwabe, Klaus (1969) : Wissenschaft und Kriegsmoral. Die deutschen Hochschullehrer und die politischen Grundfragen des Ersten Weltkrieges, Zurich / Francfort.

Treitschke, Heinrich v. (1929 [1873]) : « Das Zweikammersystem und das Herrenhaus », in : Aufsätze, Reden und Briefe, éd. par Karl Martin Schiller, Meersburg.

Waitz, Georg (1953 [1880]) : Deutsche Verfassungsgeschichte, vol. 1 (1844), 3e éd., Darmstadt (éd. orig. 1844).

Wolf, Erik (1951) : Große Rechtsdenker der deutschen Geistesgeschichte, 3e éd. révisée, Tübingen.

Wolters, Fritz (1908) : « Über die theoretische Begründung des Absolutismus im 17. Jahrhundert », in : K. Breysing et al. (éd.) : Grundrisse und Bausteine zur Staats- und zur Geschichtslehre, Festschrift Gustav Schmoller, Berlin, p. 201-222.

Wolzendorff, Kurt (1964 [1918]) : Der Polizeigedanke des modernen Staats, réédition, Aalen.

Haut de page

Notes

400 Wolters (1908), p. 201.

401 Beseler (1843), p. 159.

402 Gierke (1954 [1873]), p. 43.

403 Cf. Böckenförde (1961).

404 Gierke (1954 [1873]), p. 42. – La thèse de Georg Waitz selon laquelle le peuple allemand n’a pas connu de domination par des classes privilégiées (1953 [1880]), p. 49) est dans sa formulation conceptuelle aussi anhistorique que l’interprétation qui veut que l’histoire de toutes les sociétés humaines ait été l’histoire des luttes de classes (Marx / Engels [1975]). Mais le concept marxiste de classe est un cas d’école du point de vue de l’histoire des concepts – et c’est pour cette raison seule qu’il est ici mentionné –, dans la mesure où l’on peut mettre en évidence, dans sa polysémie très discutée, la dualité de sens fondamentale mentionnée plus haut. Une historiographie consciente de l’histoire des concepts a montré de manière répétée, et avec de bonnes raisons, que, de façon générale, deux usages aussi différents du même terme peuvent avoir du sens et sont, le cas échéant, même nécessaires. Le reproche de néo-historicisme qui lui a été adressé ne peut par conséquence pas la toucher.

405 Gierke (1954 [1873]), p. 44, 960.

406 Albrecht (1962 [1837]).

407 Oestreich (1969), p. 183, 185.

408 Gierke (1954 [1873]), p. 448. – L’observation de Gierke vaut d’une certaine manière encore aujourd’hui. Malgré l’emploi des termes politiques et juridiques abstraits, à la campagne aussi, les villageois parlent à l’occasion non seulement du Gut [le bien, au sens d’une propriété foncière], mais aussi de la Herrschaft [domination, Messieurs-Dames] et ils désignent par là le propriétaire foncier et sa famille. On peut à l’inverse entendre ce propriétaire parler de seinen Leuten [ses gens].

409 Ibid., p. 44.

410 Cf. Böckenförde (1961), p. 147 sq.

411 Gierke (1954 [1868]), p. 1 sq., 3, 9.

412 Ibid., p. 833.

413 Ibid., p. 12.

414 Ibid., p. 8 sq.

415 Ibid., p. 833.

416 Ibid., p. 833 sq.

417 Gierke (1919), p. 7. Voir aussi Gierke (1916/17), p. 260 sq.

418 La version latine de ce principe souvent cité remonte à une expression transmise de la Pologne de la fin du XVIe siècle. La version que nous citons vient d’Adolphe Thiers, qui l’a souvent utilisée, probablement pour la première fois le 19 février 1830 dans le journal dont il était l’un des co-éditeurs, Le National. Cf. Büchmann (1964), p. 653.

419 Bismarck, Discours du 24 janvier 1882, in : Bismarck (1929).
[N.d.T. : Jeu sur Herr, au sens de Monsieur et de maître, que la suite développe]

420 Friedrich (1950), (1959) ; Rousseau, Contrat social, 1, 9.

421 Voir Huber (1963), p. 81 sqq.

422 Treitschke (1929 [1873]), p. 554.

423 Ibid., p. 575 sq.

424 Voir Wolf (1951), p. 663 sqq.

425 Gierke (1954 [1868]), p. 92, 832.

* * N.d.T. : Voir la note des traductrices dans le chapitre III à propos du terme Polizei.

426 Wolzendorff (1964 [1918]), p. 267 sq., 217, 215. On trouvera aussi ici de très nombreux témoignages d’une taxonomie de l’association très étendue, qui n’est pas sans coloration idéologique.

427 Concernant l’arbitraire comme ingrédient de la « rationalité », cf. Claessens (1965).

428 Gierke (1954 [1902]), p. 24.

429 Voir notamment Plenge (1916), passim. Également Schwabe (1969).

430 Hintze (1991), p. 46.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dietrich Hilger, « VII. ‘Domination’ et ‘association’ [Genossenschaft] », Trivium [En ligne], 35 | 2022, mis en ligne le 20 décembre 2022, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/trivium/8324 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trivium.8324

Haut de page

Auteur

Dietrich Hilger

Dietrich Hilger a été professeur d’histoire économique et sociale à l’Université de Hambourg. Voir la notice concernant l’auteur.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
  • Logo Fritz Thyssen Stiftung
  • Logo DGLFLF (Ministère de la Culture)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search