Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35L'article "Domination"VIII. Le remplacement de Herrscha...

L'article "Domination"

VIII. Le remplacement de Herrschaft [domination] par Führung [la fonction de direction, la conduite par un chef]

Dietrich Hilger
Traduction de Catherine Colliot-Thélène et Elisabeth Kauffmann

Entrées d’index

Mots-clés :

domination, direction

Schlüsselwörter :

Herrschaft, Führung

Note de la rédaction

p. 94-98 de l’article original

Texte intégral

  • 431 Voir par ex. Waitz (1953 [1880]), p. 185 sqq. : Herrschaft [] Leitung des Volkes, [] Führung.
  • 432 Simmel (1922), p. 109.
  • 433 Vierkandt (1923), p. 68, 93.

1Au XIXe siècle, dans la discussion portant sur les structures de la domination, Führung s’inscrit de façon typique dans une série de mots ayant une signification semblable ou apparentée, et ne possède donc pas encore de qualités terminologiques propres431. N’étant pas préempté, ce mot a pu être d’autant plus facilement investi par les théories qui cherchaient à expliquer le phénomène de la domination en ayant plus ou moins directement recours à la psychologie, cette dernière connaissant, depuis la fin du XIXe siècle, un essor considérable sous l’influence des sciences expérimentales. Lorsque, par exemple, Georg Simmel utilise encore de façon caractéristique Herrschaft et Führung comme des synonymes pour affirmer que « [l]’être humain […] veut […] être dominé, que la majorité des êtres humains […] ne peut exister sans […] être dirigée [ohne Führung]432 », lorsque Alfred Vierkandt parle « d’un instinct, d’une tendance innée poussant à la subordination » et avance l’hypothèse que « [r]ien n’est peut-être plus profondément ancré chez l’être humain que le besoin qu’il a [95] d’une autorité qui le dirige [Führerschaft]433 », ni la concrétisation tangible ni la repersonnalisation de la domination, ni des problèmes de légitimation ne sont en jeu ; il s’agit alors bien plutôt d’expliquer la facticité de la domination à partir de la constitution psychique de l’être humain. Dans le cadre de cette psychologisation du concept de domination, qui renvoie à une dimension anthropologique, et aussi, pour finir, ontologique, Führung semble être devenu à son tour un terme, comme en témoigne l’expression Führernatur [nature de chef].

  • 434 Oppenheimer (1932), p. 369, 374.
  • 435 Voir Menne (1966), p. 16 sqq.
  • 436 Oppenheimer (1932), p. 369, 374.

2La neutralité du « concept de fonction dirigeante » [Führerschaft] que Franz Oppenheimer cherche à attester434 ne correspond donc plus à l’ouverture et à la flexibilité, ou, plus précisément, à la dimension uni-plurivoque de l’analogie dont se sert la langue naturelle pour permettre à un mot de se développer en revêtant des significations toujours nouvelles435. Des affirmations telles que, « la fonction dirigeante [Führerschaft] peut être aussi bien mise en relation avec l’association [Genossenschaft] qu’avec la domination », entrent en effet en contradiction avec les propres efforts d’Oppenheimer pour attribuer malgré tout, dans ses définitions, un sens précis à chaque mot, par exemple lorsqu’il détermine la signification de « la fonction dirigeante associative [genossenschaftliche Führerschaft] » par opposition à « la direction propre à la domination [herrschaftliche Leitung] ». C’est d’ailleurs bien ainsi qu’il a été compris436.

  • 437 Hintze (1929), p. 270, 275, 269.

3Les analyses brillantes faites par Hintze dans sa confrontation avec Oppenheimer et avec la conception sociologique, radicalement hostile à la domination, que ce dernier a de l’État, montrent très clairement que les tentatives visant à intégrer Führung et Führerschaft dans le schéma dualiste et dichotomique de la ‘dominationʼ et de l’ʻassociationʼ font voler en éclat la logique d’une pensée binaire opposant des éléments séparés. Si Hintze concède sans réserve que « la fonction de direction [Führerschaft] diffère conceptuellement de la domination », il conteste cependant la possibilité de la rattacher à l’ʻassociationʼ, et considère bien plutôt que la « fonction dirigeante [Führung] est un phénomène premier », sans lequel « penser la horde humaine originaire, et aussi, le troupeau animal, est chose impossible ». La « fonction dirigeante » [Führung] est ainsi reconnue de façon première comme un phénomène sui generis, sans que ne s’en trouve affectée l’intégration ultérieure de cette fonction dans « un processus de développement » que Hintze considère comme « typique et infiniment récurrent, menant de l’existence d’une direction [Führertum] à la domination437 ». C’est précisément cette opinion, évoquée ici pour attester de l’histoire d’un concept en se référant à un historien au-dessus de tout soupçon, à mille lieux de toute pensée fasciste, qui s’est retrouvée au cœur de l’idéologie du national-socialisme.

  • 438 Vierkandt (1923), p. 69.

4C’est aussi dès avant la montée du national-socialisme, puis avec elle, que « l’ère de l’homme de peu [Zeitalter des kleinen Mannes] » a vu apparaître la quotidianisation du charisme : Vierkandt perçoit ainsi un « dévouement aveugle […] qui exclut absolument toute possibilité de résistance » et qui n’a pas seulement été suscité « par des personnalités géniales de chef [Führerpersönlichkeiten] dans l’histoire mondiale » ; selon lui, « c’est ce que l’on peut observer tous les jours, à une plus petite échelle, tout autour de nous438 ». Herrschaft, un des concepts centraux de l’ancien monde européen, semblait définitivement remplacée par Führung : avec cette dernière, on croyait avoir découvert le principe structurant de part en part l’organisation sociale.

  • 439 Geiger (1959), p. 137.

5[96] La généralisation, typique de l’époque, de Führung pour désigner une fonction apparaissant dans tous les groupes sociaux (Theodor Geiger439) a rendu nécessaires des spécifications terminologiques, et il se peut bien que la plus remarquable d’entre elles ait été celle portant sur le chef de masses [Massenführer] : en nommant la nouvelle composante de la ‘fonction dirigeante’ [Führung], elle conteste la thèse selon laquelle cette dernière serait un phénomène social autonome – un « phénomène premier » au sens ou l’entendait Hintze. Car « le chef de masses » n’est pas un chef en un quelconque sens traditionnel de ce terme.

« La fonction la plus essentielle d’un chef de masses est celle qu’il accomplit en premier et qui lui permet de devenir un chef : la formulation adéquate de l’humeur de la masse dans sa nuance actuelle [] Il ne détermine pas l’attitude [Haltung] de la masse, au contraire, il est chef en vertu de son soutien de la masse, portée à une puissance supérieure, [kraft seiner potenzierten Massenhaltung], il est l’exposant de la masse. »

  • 440 Geiger (1926), p. 149, 37.

Au nihilisme de la masse sans direction [Führung] – d’après la définition de Theodor Geiger : « un groupement social porté par la multitude animée par des forces révolutionnaires et destructrices440 » – correspond le néant du chef sans une masse d’adeptes.

  • 441 On voulait mettre à profit ce que la psychologie et la sociologie des masses avaient découvert ou c (...)

6Le national-socialisme a su habilement exploiter les opinions doctrinales défendues par les disciplines à la mode qu’étaient la psychologie et la sociologie des masses, ceci, cependant, en retournant en leur contraire les relations de dépendance : pour lui, le Führer, et non les masses, était l’origine de la spontanéité et le centre de décision. La distinction entre ‘masse’ et ‘conduite par un chef’ [Führung] fut remplacée par le face-à-face du ‘Führer’ et du ‘peuple’ : l’ordre nouveau dans lequel apparaissaient les termes correspondait aux priorités qui l’avaient emporté en politique441.

  • 442 C’est cette pratique que Smend a pris en compte dans sa « leçon d’intégration » à partir de l’horiz (...)
  • 443 Otto (1947), p. 13, 39.

7Parmi les découvertes de la psychologie et de la sociologie, qui pouvaient s’appuyer auparavant sur de nombreuses expériences quotidiennes et qui furent tacitement reprises et mises de façon très raffinée en pratique, figurait la satisfaction d’un besoin de concrétude sensorielle. Il ne fait aucun doute que tous les mouvements de masse politiques et sociaux du XXe siècle – et pas seulement le fascisme dans ses différentes variantes nationales – savent parfaitement utiliser les couleurs et les sons, les symboles et les rythmes pour en faire des facteurs d’intégration442. Une telle sollicitation sensorielle [Versinnlichung] produit toute sorte d’effets. D’un côté, elle favorise la seule chose qui est ici vraiment en jeu, l’identification émotionnelle au Führer, en particulier sous l’angle de l’homogénéité sociale, [97] voire d’une mobilité sociale ascendante (le Führer qui vient lui-même d’un « milieu modeste », qui a été « un simple travailleur », « un soldat du front » – « quelqu’un comme toi et moi ») ; d’un autre côté, la sollicitation sensorielle, surtout si elle sait tirer parti des moyens et des possibilités de la technique moderne, permet de sortir le Führer de la masse et de le hisser au-dessus d’elle tout en rendant immédiatement perceptible la solitude de l’un face à tous les autres. Du fait d’une distanciation identificatoire de ce type, la direction [Führung] devient une expérience bipolaire pour ceux qui sont dirigés [die Geführten], de la même façon qu’à des époques marquées par une sensibilité religieuse, « le sacré » [das Heilige] est apparu, pour de larges couches de la société, dans sa double composante, à la fois comme Tremendum et comme Faszinanz [objet de peur et de fascination]443.

8La présentation du Führer comble des besoins d’autorité, ceux qui existent et qui ont été diagnostiqués par la science, et aussi, ceux que la propagande suscite et renforce. Le Führerprinzip, le « culte de la personnalité », ainsi que d’autres concepts et d’autres phénomènes moins suspects du fait de leur environnement démocratique, apparaissent comme des réactions au processus d’abstraction profondément enraciné que connaît, à plus d’un titre, la domination. Ces réactions parviennent provisoirement à escamoter ce processus, elles ne peuvent cependant pas l’empêcher, encore moins l’annuler en revenant en arrière.

  • 444 Voir Mohler (1972).
  • 445 Ziegler (1932), p. 27.
  • 446 Freyer (1933), p. 23.
  • 447 Höhn (1936), p. 76, 13 sq. Dans la recherche scientifique portant sur l’histoire des concepts, il e (...)
  • 448 À ma connaissance, ces tenants et ces aboutissants n’ont pas été encore suffisamment pris en compte (...)
  • 449 Heinrich Dannenbauer rappelle dans la préface à la réédition de son analyse (Dannenbauer [1956], p. (...)

9Face à la découverte de la pratique révolutionnaire et à la stylisation idéologique du concept de Führung devenu central dans la nouvelle ‘vision du monde’ [Weltanschauung], le conservatisme, même en se présentant comme actuel et donc, lui aussi, comme révolutionnaire, n’a pas réussi à revaloriser le concept et le phénomène de la domination444 ; par ailleurs, la présentation incantatoire de ‘l’État autoritaire’ comme une alternative à ‘l’État total’, à partir d’un diagnostic selon lequel « la disparition et la négation fondamentale des facteurs de domination […] jouaient un rôle central dans la crise actuelle de l’État », ne pouvait qu’être vouée à l’échec445. La pertinence de la remarque de Hans Freyer, selon laquelle « le concept de domination […] est le concept le plus tabou de la pensée actuelle446 », est apparue quelques années plus tard, quand le Führerprinzip s’est imposé, et que tout lien de celui-ci au principe de domination a été autoritairement supprimée. Après avoir cherché assez tôt à étayer la thèse, omniprésente, de la spécificité et de la singularité incomparables de certains « concepts nationaux-socialistes tels que la communauté, le Führer et la communauté du peuple », après avoir, pour ce faire, exploré, non sans quelque respect, mais avec une certaine distance historique, « le monde conceptuel » de Gierke, on a reconnu et affirmé avec toute la clarté souhaitable, que « la terminologie de Gierke ne peut exprimer notre nouvelle façon de penser le droit étatique, elle ne fait que se dresser, comme un obstacle, sur notre chemin447 ». Face à ce constat qui peut être lu comme une confirmation [98] de l’interprétation traditionnelle de la domination, le concept s’est trouvé tendanciellement exclu de l’idéologie dominante, neutralisé politiquement et, ainsi, de nouveau libéré pour redevenir l’objet de la seule recherche scientifique. C’est dans cet espace de liberté qu’a eu lieu la redécouverte de la structure de la domination dans l’histoire constitutionnelle germanique-allemande par des historiens tels que Otto Brunner, Heinrich Dannenbauer et Walter Schlesinger448. La position antagoniste qu’il s’agissait alors de dépasser n’était pas le nouveau Führerprinzip dépourvu d’intérêt scientifique, mais l’ancienne « idée d’association » [Genossenschaftsgedanke] qui, entre temps, avait de nouveau été gagnée par l’idéologisation449. Une neutralisation scientifique du concept de domination avait cependant eu lieu auparavant, au rayonnement international durable. Elle est due essentiellement au mérite d’un homme : Max Weber.

Haut de page

Bibliographie

Dannenbauer Heinrich (1956) : « Adel, Burg und Herrschaft bei den Germanen. Grundlagen der deutschen Verfassungsentwickung » (1941), in: Kämpf, Hellmut (éd.) : Herrschaft und Staat im Mittelalter, Darmstadt, p. 66-134.

Freyer, Hans (1933) : Herrschaft und Planung. Zwei Grundbegriffe der politischen Ethik, Hambourg.

Geiger, Theodor (1926) : Die Masse und ihre Aktion, Ein Beitrag zur Soziologie der Revolutionen, Berlin.

Geiger, Theodor (1959) : « Führung », in : Handwörterbuch der Soziologie, éd. par Alfred Vierkandt, 2e éd., Stuttgart.

Gohdes, Otto (1934) : « Der neue deutsche Mensch », in : Der Schulungsbrief, éd. par Hauptschulungsamt d. NSDAP u. d. DAF, 7. Folge, septembre.

Hintze, Otto (1929) : « Soziologische und Geschichtliche Staatsauffassung. Zu Franz Oppenheimers System der Soziologie », in : id. : Soziologie und Geschichte, Göttingen, p. 239-305.

Höhn, Reinhardt (1936) : Otto von Gierkes Staatslehre und unsere Zeit. Zugleich eine Auseinandersetzung mit dem Rechtssystem des 19. Jahrhunderts, Hambourg.

Oppenheimer, Franz (1932) : System der Soziologie, vol. 1/1 : Allgemeine Soziologie. Grundlegung, Iéna.

Menne, Albert (1966) : Einführung in die Logik, Berne / Munich.

Mitteis, Heinrich (1956) : « Land und Herrschaft » (1941), in : Kämpf, Hellmut (éd.) : Herrschaft und Staat im Mittelalter, Darmstadt, p. 20-65.

Mohler, Armin (1972) : Die konservative Revolution. Ein Handbuch, 2e éd., Darmstadt.

Otto, Rudolf (1947) : Das Heilige, über das Irrationale in der Idee des Göttlichen und sein Verhältnis zum Rationalen, 26e/28e éd., Munich.

Simmel, Georg (1922) : Soziologie, Untersuchungen über die Formen der Vergesellschaftung, 2e éd., Munich / Leipzig.

Smend, Rudolf (1955 [1928]) : « Verfassung und Verfassungsrecht », in : id. : Staatsrechtliche Abhandlungen und andere Aufsätze, Berlin, p. 119-176.

Smend, Rudolf (1956) : « Integrationslehre », in : Handwörterbuch der Sozialwissenschaften, vol. 5, Stuttgart / Tübingen / Göttingen.

Vierkandt, Alfred (1923) : Gesellschaftslehre. Hauptprobleme der philosophischen Soziologie, Stuttgart.

Waitz, Georg (1953 [1880]) : Deutsche Verfassungsgeschichte, vol. 1, 3e éd., Darmstadt (éd. orig. 1844).

Ziegler, Heinz Otto (1932) : Autoritärer oder totaler Staat, Tübingen.

Haut de page

Notes

431 Voir par ex. Waitz (1953 [1880]), p. 185 sqq. : Herrschaft [] Leitung des Volkes, [] Führung.

432 Simmel (1922), p. 109.

433 Vierkandt (1923), p. 68, 93.

434 Oppenheimer (1932), p. 369, 374.

435 Voir Menne (1966), p. 16 sqq.

436 Oppenheimer (1932), p. 369, 374.

437 Hintze (1929), p. 270, 275, 269.

438 Vierkandt (1923), p. 69.

439 Geiger (1959), p. 137.

440 Geiger (1926), p. 149, 37.

441 On voulait mettre à profit ce que la psychologie et la sociologie des masses avaient découvert ou cru découvrir, sans le faire valoir dans le cadre de sa propre pratique démagogique. Le passage suivant est symptomatique de ce dilemme : « Les masses ont besoin, comme le peuple, d’être dirigées [Führung] […] Diriger la masse est conditionné par l’humeur […] Le chef de masses [Massenführer] n’a donc pas de volonté propre, pas de but, pas de durée de vie […] Le véritable chef [Führer] vient du peuple et est naturellement lié à lui. Il est l’exécuteur le plus instinctivement sûr de la volonté consciente, mais aussi souvent inconsciente, du peuple », Gohdes (1934), p. 8.

442 C’est cette pratique que Smend a pris en compte dans sa « leçon d’intégration » à partir de l’horizon d’expérience encore limité des années vingt ; Smend (1955 [1928]) ; voir aussi Smend (1956), p. 299 sqq.

443 Otto (1947), p. 13, 39.

444 Voir Mohler (1972).

445 Ziegler (1932), p. 27.

446 Freyer (1933), p. 23.

447 Höhn (1936), p. 76, 13 sq. Dans la recherche scientifique portant sur l’histoire des concepts, il est remarquable de voir qu’on a pris conscience que la teneur de la doctrine de Gierke, et aussi, la terminologie qui l’accompagne, s’inscrivent complètement dans le XIXe siècle. – Parvenant au même résultat, mais pour des raisons opposées, des adversaires du régime nazi et certains qui furent persécutés par lui ont condamné l’utilisation du mot de « domination » en jugeant que, dans ce cas, il était inadéquat et source d’erreur (comme par exemple Siegfried Landshut lors d’une discussion, dans les années cinquante, avec l’auteur, au sujet de titres qui allaient dans ce sens). L’usage linguistique actuel est, bien sûr, différent.

448 À ma connaissance, ces tenants et ces aboutissants n’ont pas été encore suffisamment pris en compte – alors que la recherche en matière d’histoire constitutionnelle a pu être stimulée, pour une période historique précise, à savoir l’effondrement de la République de Weimar, par l’historicisation et la relativisation du concept libéral de l’État et de la constitution. Voir à ce sujet la note très pertinente de Böckendorfe dans Verfassungsgeschichtliche Forschung (note 403), à la différence aussi de ce que l’on peut observer très tôt, une intégration dans une histoire nationale [Volksgeschichte] allant au-delà de l’État et de la société ; voir aussi, à ce sujet, Mitteis (1956), p. 20 sqq., p. 63 sqq.

449 Heinrich Dannenbauer rappelle dans la préface à la réédition de son analyse (Dannenbauer [1956], p. 66), quelles étaient, jusque dans les années quarante, les réserves et les résistances à l’encontre d’une histoire constitutionnelle axée sur la domination.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dietrich Hilger, « VIII. Le remplacement de Herrschaft [domination] par Führung [la fonction de direction, la conduite par un chef] », Trivium [En ligne], 35 | 2022, mis en ligne le 20 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/trivium/8334 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trivium.8334

Haut de page

Auteur

Dietrich Hilger

Dietrich Hilger a été professeur d’histoire économique et sociale à l’Université de Hambourg. Voir la notice concernant l’auteur.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
  • Logo Fritz Thyssen Stiftung
  • Logo DGLFLF (Ministère de la Culture)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search