Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36IntroductionPuissance et pouvoir. Introduction

Introduction

Puissance et pouvoir. Introduction

Élisabeth Kauffmann
Traduction(s) :
Macht, Gewalt. Einleitung

Texte intégral

  • 1 Voir la note de la rédaction en hommage à Catherine Colliot-Thélène dans Trivium 35/2022 : « Concep (...)
  • 2 Trivium 33/2021 « Concepts historiques fondamentaux, Démocratie ».
  • 3 Trivium 35/2022 « Concepts historiques fondamentaux, Domination ».
  • 4 Trivium 33/2021, « Les Geschichtliche Grundbegriffe. Présentation générale », Catherine Colliot-Thé (...)

1« Puissance et Pouvoir » est le troisième d’une série de quatre articles des Geschichtliche Grundbegriffe (Concepts historiques fondamentaux, Dictionnaire historique de la langue politique et sociale en Allemagne) retenus par Catherine Colliot-Thélène1 afin de les porter à la connaissance des lecteurs francophones. La cohérence thématique de ce choix est immédiatement perceptible : « La démocratie »2, « La domination »3 « La puissance et le pouvoir », « L’État et la souveraineté » questionnent des concepts articulés conjointement, aussi bien dans les théories de la politique que lorsqu’ils font toujours plus débat dans l’espace public. Tout au long de définitions solidement étayées, de présentations rigoureusement déployées, de mises en perspective démultipliées, les modalités d’approche de ces quatre concepts viennent témoigner de l’originalité des Geschichtliche Grundbegriffe, de cette entreprise de longue haleine (1972-1997) menée sous la direction d’Otto Brunner, de Werner Conze et de Reinhart Koselleck. L’introduction générale4 à la traduction et à l’édition en français des quatre articles sélectionnés, publiée dans le numéro 33 de Trivium, souligne une démarche méthodologique et une contribution scientifique sans pareilles :

« À la différence d’une histoire des idées ou d’une histoire des problèmes, deux genres qui supposent une certaine permanence de leurs objets à travers les temps, l’histoire des concepts (Begriffsgeschichte), selon l’expression choisie par les concepteurs de l’entreprise, vise à mettre en évidence, par le moyen d’une sémantique historique, les mutations des structures sociales et politiques ainsi que des représentations qui leur correspondent. »

  • 5 Voir également, s’inscrivant dans le même champ sémantique, l’article « Représentation », traduit e (...)

Longtemps réservée à des spécialistes maîtrisant l’allemand, qu’ils soient linguistes, historiens, philosophes, politistes ou sociologues, une partie de la richesse encyclopédique de ce dictionnaire devient désormais, en français, accessible à un public plus large. En cela, elle peut aussi informer et éclairer plus avant nombre de réflexions et de débats contemporains5.

  • 6 Theodor W. Adorno, Studien zum autoritären Charakter, Suhrkamp, 1973, éd. originale en anglais, 195 (...)
  • 7 Je remercie Hinnerk Bruhns pour les échanges que nous avons eu sur l’histoire éditoriale des Geschi (...)
  • 8 Voir la définition de cette époque charnière dans la présentation générale des Geschichtliche Grund (...)

2Au-delà de la forte résonnance, en 1982, de vives controverses sur l’autorité et le pouvoir (Adorno, Arendt, Habermas, Luhmann6) dans l’espace public ouest-allemand, les puissants enjeux théoriques et pratiques des sens conférés, dans une histoire de longue durée, aux concepts de « Domination » [Herrschaft] et de « Puissance et pouvoir » [Macht, Gewalt], ne sont pas restés sans incidence sur l’ampleur donnée à chacun des deux articles qui leur ont été consacrés : environ 120 pages, alors que les dix-huit autres articles du volume (H-Me) dans lequel ils figurent en comprennent moitié moins7. Loin d’infléchir leurs analyses en gardant avant tout en mémoire le rôle central accordé par Reinhart Koselleck à l’époque charnière qu’est la Sattelzeit8, les contributeurs de l’article « Macht, Gewalt » ont mis l’accent, en un schéma interprétatif souvent repris depuis lors, sur trois moments discernables dans l’histoire de ces concepts. Il est possible de dire très succinctement ici qu’ils distinguent un premier temps, à la fin du Moyen Âge, durant lequel l’usage de Macht et de Gewalt, est, entre autres, marqué par une abstraction croissante apparaissant conjointement à une réception du droit romain, à des conflits entre l’empereur du Saint-Empire et les princes, inséparables de ceux, agonistiques, qui opposent le pape et l’empereur se réclamant tous deux de la toute-puissance divine [Allmacht]. Dans une analyse très wébérienne, les pouvoirs – pluriels – de la « société civile », des corporations et des autorités religieuses sont perçus comme étant de plus en plus affaiblis par la monopolisation progressive, par l’État, de la « contrainte physique légitime ». Le second moment historique identifié (XVIe/XVIIe siècle) se trouve avant tout caractérisé par une sécularisation et une rationalisation du droit, le développement de théories jusnaturalistes étant accompagné d’une réflexion sur la légitimité du pouvoir, de plus en plus articulée autour de l’opposition entre droit et force, tandis que les significations de Macht et de Gewalt se rapprochent sans toutefois entièrement coïncider. Enfin, le troisième moment est défini comme la période s’étendant du XVIIIe au milieu du XIXe siècle, durant laquelle la monopolisation de la violence/du pouvoir par l’État, ou par certaines couches sociales dans l’appareil d’État, se trouve violemment controversée dans la société civile alors qu’une réflexion s’attache plus avant au sens et au pouvoir de l’histoire [Macht der Geschichte]. Plusieurs théories d’ensemble, politiques, économiques, sociales, accompagnées d’une idéologisation croissante des concepts de Macht et de Gewalt (désormais souvent utilisés de façon indifférenciée), questionnent alors plus radicalement le pouvoir entendu comme domination, dans le but de le réformer, de le renverser, de le faire disparaître ou de le restaurer, la Gewalt entendue comme violence pouvant être revendiquée comme légitime par ceux qui se trouvent aliénés et dépossédés [entfremdet/entäußert] de tout pouvoir [Macht/Gewalt]. Pour identifier le devenir de ces deux derniers concepts, il va de soi que les contributeurs ont sollicités les mêmes auteurs que ceux dont les écrits apparaissent dans « La domination », entre autres, Aristote, Platon, Thomas d’Aquin, Luther, Machiavel, Bodin, Grotius, Hobbes, Pufendorf, Spinoza, Kant, Hegel, Marx, Engels ou Nietzsche. Les analyses de « Puissance et pouvoir » ne perdent cependant rien de leur originalité et de leur spécificité lorsqu’elles s’emploient à circonscrire et à délimiter non pas un, mais deux concepts fortement intriqués, dans leur émergence comme dans leur devenir, et souvent confondus. C’est bien leur teneur propre et leur articulation complexe qui se trouvent ici mises en jeu.

  • 9 Lorsque certaines citations étaient accessibles en français (extraites, par exemple, d’ouvrages de (...)
  • 10 Jean Bodin, Les six livres de la République (1576), livre 1, chap. 4, Paris, LGF, 1993.

3Traduire l’article « Macht, Gewalt » fut un nouveau défi à relever, les sources convoquées s’inscrivant dans une histoire de longue durée, depuis l’Antiquité jusqu’au dernier quart du XXsiècle, et les mises en perspective présentant une richesse et une complexité linguistiques, historiques, géographiques, économiques, théologiques, philosophiques, juridiques, politiques, sociales sans cesse renouvelées. La traduction de pages denses, dans un français aussi précis et contemporain que possible, s’est attachée à la restitution d’une cohérence sémantique omniprésente9. Force est de reconnaître qu’il n’a pas toujours été facile de traduire les deux termes de Macht et de Gewalt, aux significations historiquement changeantes en allemand et aux équivalents sémantiquement fluctuants en français. Macht est attesté dès le VIIIsiècle sous la forme maht, un substantif issu du verbe magan. Ce verbe, proche en cela du sens revêtu par potentia, renvoie initialement à une force physique et psychique, à une capacité, à une possibilité d’action et d’effectuation, à une potentialité, en un sens – spontanément perçu et non explicité par un germanophone – qui perdure en partie dans le verbe contemporain mögen [es mag sein : c’est possible/probable], dans l’adjectif möglich [possible] et dans le substantif die Möglichkeit [la possibilité], tandis que das Vermögen garde de nos jours le sens de « faculté », de « capacité » ainsi que celui de « fortune » entendue comme « richesse ». Il était donc envisageable de restituer Macht en français par « pouvoir » puisque ce terme, à la fois substantif et verbe, a un double sens, le premier renvoyant à la possibilité entendue comme probabilité et comme ce qui est en « puissance » par opposition à ce qui est en « acte », et le second désignant le pouvoir, notamment politique : « cela se peut », un acteur, une instance, une entité « le peut », « détenir le pouvoir », « avoir le pouvoir de », exercer un pouvoir sur ». Macht a cependant très longtemps avant tout renvoyé à la toute-puissance [Allmacht] divine et à celle de ses représentants sur terre, le pape, et l’empereur du Saint Empire. Au XVIsiècle, Bodin, en un sens proche de celui que ses contemporains allemands attachent à Macht et à Gewalt, utilise ce « mot de puissance [qui] est propre à tous ceux qui ont pouvoir de commander à autruy10 ». Macht est aussi le terme de plus en plus utilisé au pluriel pour désigner ce que l’allemand du XIXe siècle magnifiera comme « grandes puissances » [Großmächte] avant que le XXsiècle ne voit s’étendre l’usage du concept de « puissances mondiales » [Weltmächte]. La non coïncidence, terme à terme, entre le français et l’allemand peut être encore plus nette, lorsque der Wille zur Macht conceptualisé par Nietzsche est restitué par « volonté de puissance » tandis que die Machtergreifung (par Hitler) est toujours traduit par « prise de pouvoir » En dernière instance, le pouvoir de la raison se dit die Macht der Vernunft. Macht ne pouvait donc pas être restitué en français par un seul terme, la dimension idiomatique de certaines structures (Machtverhältnis : rapport de force) faisant parfois autorité, et chaque contexte d’une occurrence ayant été soumis à réflexion avant un choix définitif. Quelle que soit la solution retenue, après sa traduction ou celle du mot composé l’incluant, [Macht] a presque toujours été placé en italique entre crochets pour éviter une confusion possible avec [Gewalt], ce second terme se laissant encore plus difficilement restituer en français par un seul concept. Gewalt est en effet inséparable du verbe waltan, (walten en moyen haut allemand), aux nombreuses significations : régner, avoir du pouvoir, avoir en son pouvoir, user de, exercer, faire, posséder, prendre soin de, protéger, un dernier sens restant présent en allemand moderne dans le verbe et le substantif verwalten et Verwaltung – administrer, administration. Au XVIIe et XVIIIe siècle, Gewalt est traduit en français par « puissance », « force », « autorité », en un rapprochement croissant entre Gewalt et Macht, sans que ces deux termes ne se recouvrent entièrement. Enfin, les définitions contemporaines des dictionnaires s’attachent presque toujours en premier lieu au sens de « pouvoir » revêtu par Gewalt, Staatsgewalt étant ainsi le pouvoir public, souvent restitué dans cet article par « pouvoir étatique » ou « pouvoir de l’État », lorsque l’existence ou le rôle de ce dernier se trouvent problématisés. Die Gewaltenteilung, la séparation des pouvoirs (exécutif, législatif et judicaire) fait apparaître un pluriel que n’autorise pas le second sens attesté de Gewalt : celui, accentué dans le terme Gewaltsamkeit, qui renvoie à une force, souvent physique, à une contrainte, à une violence perçue comme abusive, arbitraire.

  • 11 Voir à ce sujet : Le droit de résistance, XII°- XX° siècle, éd. J.C Zancarini, ENS Éditions, 1999 ( (...)

4Ce sont précisément des écrits dans lesquels apparaît cette double valence de Gewalt qui donnent à voir très tôt en Allemagne la mise en cause d’un pouvoir par ceux qui y sont soumis. Les sources convoquées dans « Puissance et Pouvoir » attestent l’émergence, dès le Moyen Âge, du concept de violence et de pouvoir injuste [unrechte Gewalt], accompagnée, en partie dans la continuité du droit romain, de formalisations juridiques ou de décisions jurisprudentielles. Il peut alors s’agir de statuer sur le degré de violence acceptable, par exemple en cas de légitime défense, lorsque le pouvoir est aux mains d’un tyran, ou encore, lorsqu’il fait défaut, lui qui doit, dans une relation féodale de réciprocité, protection et assistance contre soumission et obéissance. Même si sa mise en actes a pu être condamnée, il est possible de souligner rapidement ici combien un « droit de résistance » face à un pouvoir perçu comme illégitime est, très tôt, théorisé ou affirmé en Allemagne11. Il apparaît par ailleurs sans conteste que maintes particularités des institutions politiques du Saint-Empire Romain Germanique ont favorisé l’affrontement de pouvoirs pluriels, accompagné de processus de dé-légitimation se manifestant parfois de façon paroxystique, par exemple au temps de la Réforme. La traduction en allemand de la Bible par Luther, qui a diffusé une même langue, commune, dans tout l’espace germanophone, a ainsi fortement contribué à infléchir durablement le sens conféré à « Puissance » et à « Pouvoir » lorsque le réformateur a souvent choisi de restituer potestas par Macht, et non pas, traditionnellement, par Gewalt, entendu comme un pouvoir légitime et institutionnalisé. Qu’il soit très brièvement rappelé ici que Luther, suivi par les princes protestants qui embrassèrent sa cause, dénia toute légitimité au pouvoir de l’Église et du pape ainsi qu’à celui de l’empereur du Reich devenu l’allié de ce dernier et finit par condamner, après un long temps de réflexion, la guerre des paysans en révolte contre les autorités établies [Obrigkeit].

  • 12 Max Weber, Soziologische Grundbegriffe, § 16, Macht, Herrschaft, in : Wirtschaft und Gesellschaft, (...)
  • 13 Voir à ce sujet : La réception de la philosophie allemande en France au XIXe et XXe siècle, sous la (...)

5En éclairant plus avant une conceptualisation « politique et sociale » séculaire, l’article « Macht, Gewalt » n’aborde la question de l’horizontalité conceptualisée d’un pouvoir que lorsque celle-ci apparaît ouvertement dans l’espace public allemand. Sa phrase introductive cite la célèbre définition de Max Weber (« La puissance [Macht] signifie toute chance, au sein d’une relation sociale, d’imposer sa volonté propre, y compris en dépit d’une résistance, peu importe sur quoi repose cette chance12 ») et mentionne le sens contemporain de Gewalt entendu comme « usage de la contrainte ». Il est possible, ici, de continuer à prévenir tout malentendu en rappelant que les définitions présentes dans « Les concepts fondamentaux de sociologie » n’ont pas un caractère normatif, mais descriptif, y compris lorsqu’elles portent sur la monopolisation de la violence par l’État, les analyses de Weber étant inséparables d’une réflexion – complexe – portant, entre autres, sur la politique de puissance [Machtpolitik], l’existence de rapports de force [Machtverhältnisse], la légitimité reconnue, ou non, à différents types de domination [Herrschaft], la signification et la portée des droits subjectifs, la place dévolue aux pouvoirs des institutions, y compris démocratiques. Dans l’article « Macht, Gewalt », les analyses des différents contributeurs mettent en relief la dimension verticale de la politique, la dissymétrie de relations inégalitaires et hiérarchiques, où certains commandent et d’autres obéissent. En Allemagne, jusqu’à la défaite militaire de 1918, jusqu’à la révolution de novembre, jusqu’à la chute du régime impérial et la proclamation de la République, l’ordre ancien n’a été renversé par aucune révolution politique, si bien que la persistance, plus longtemps qu’en France, de différentiels de pouvoir affirmés, combattus, revendiqués ou infléchis y est particulièrement perceptible. La conceptualisation de Macht et de Gewalt est cependant inséparable des mutations et des inflexions isonomiques que ces concepts ont connues, notamment dans des transferts culturels intenses, particulièrement entre la France et l’Allemagne, dont témoigne, par exemple, de façon représentative, la réception, dans un pays comme dans l’autre, des écrits de Rousseau et de Kant13. En ce sens, les quatre articles retenus dans notre projet, incluant, en contrepoint, celui sur la démocratie, apparaissent comme indissociables, lors même qu’ils interrogent, en des éclairages à la fois différents et complémentaires, non pas le pouvoir, mais la diversité de ses formes.

Haut de page

Notes

1 Voir la note de la rédaction en hommage à Catherine Colliot-Thélène dans Trivium 35/2022 : « Concepts historiques fondamentaux, Domination », https://journals.openedition.org/trivium/8214.

2 Trivium 33/2021 « Concepts historiques fondamentaux, Démocratie ».

3 Trivium 35/2022 « Concepts historiques fondamentaux, Domination ».

4 Trivium 33/2021, « Les Geschichtliche Grundbegriffe. Présentation générale », Catherine Colliot-Thélène et Élisabeth Kauffmann.

5 Voir également, s’inscrivant dans le même champ sémantique, l’article « Représentation », traduit et publié dans Trivium en 2014 : https://journals.openedition.org/trivium/4781.

6 Theodor W. Adorno, Studien zum autoritären Charakter, Suhrkamp, 1973, éd. originale en anglais, 1950, (Études sur la personnalité autoritaire, Paris, Allia, 2007) ; Hannah Arendt, Macht und Gewalt, München, Piper, 1970, éd. originale anglaise, 1970 (« Sur la violence » in : Du Mensonge à la violence, trad. G. Durand, Paris, Calmann-Lévy, 1972) ; Niklas Luhmann, Macht, Erlangen, Enke Verlag, 1975 (Le pouvoir, trad. S. Bouchard, Presses Universitaires de Laval, 2010) ; Jürgen Habermas, « Hannah Arendts Begriff der Macht », dans la revue Merkur, Oktober 1976 (Profils philosophiques et politiques, trad. F. Dastur et alii, Paris, Gallimard, 1987).

7 Je remercie Hinnerk Bruhns pour les échanges que nous avons eu sur l’histoire éditoriale des Geschichtliche Grundbegriffe, et aussi, beaucoup plus essentiellement, pour ses conseils toujours éclairés mis généreusement en œuvre lors de la relecture de toutes les contributions de ce projet de publication initialement porté par Catherine Colliot-Thélène et par moi-même, son accompagnement éditorial au sein de la revue franco-allemande de sciences humaines et sociales, Trivium, étant une aide dont je lui suis tout particulièrement reconnaissante.

8 Voir la définition de cette époque charnière dans la présentation générale des Geschichtliche Grundbegriffe. Voir aussi les parties V à VII de l’article « Geschichte » (Histoire) des Geschichtliche Grundbegriffe, traduites par A. Escudier, avec la collaboration de D. Meur, M.-C. Hook et J. Hoock, publiées dans Reinhart Koselleck, L’expérience de l’histoire, éd. par M. Werner, Paris, Gallimard, réimpr. Points, 2011.

9 Lorsque certaines citations étaient accessibles en français (extraites, par exemple, d’ouvrages de Kant, de Hegel ou de Marx), l’édition française a souvent été mentionnée conjointement à l’édition allemande, toute modification – longuement réfléchie – étant signalée dans une note du traducteur.

10 Jean Bodin, Les six livres de la République (1576), livre 1, chap. 4, Paris, LGF, 1993.

11 Voir à ce sujet : Le droit de résistance, XII°- XX° siècle, éd. J.C Zancarini, ENS Éditions, 1999 (OpenEdition).

12 Max Weber, Soziologische Grundbegriffe, § 16, Macht, Herrschaft, in : Wirtschaft und Gesellschaft, Tübingen, 1972. (Concepts fondamentaux de sociologie, trad. J. P. Grossein, Paris, Gallimard, 2016 [traduction modifiée]).

13 Voir à ce sujet : La réception de la philosophie allemande en France au XIXe et XXe siècle, sous la direction de J. Quillien, Presses universitaires du Septentrion, 1994 (OpenEdition).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Kauffmann, « Puissance et pouvoir. Introduction  », Trivium [En ligne], 36 | 2023, mis en ligne le 27 octobre 2023, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/trivium/8384 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trivium.8384

Haut de page

Auteur

Élisabeth Kauffmann

Élisabeth Kauffmann est traductrice et éditrice de textes philosophiques, épistémologiques et sociologiques. Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
  • Logo Fritz Thyssen Stiftung
  • Logo DGLFLF (Ministère de la Culture)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search