Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36L'article "Puissance, pouvoir"VI. Perspectives

Traduction de Anthony Andurand

Entrées d’index

Mots-clés :

puissance, pouvoir

Schlüsselwörter :

Macht, Gewalt

Note de la rédaction

p. 934-935 de l’article original

Texte intégral

  • 772 Weber, Économie et société (voir supra, note 1), p. 95 sq.
  • 773 Économie et société parut pour la première fois en 1921. Voir en outre Weber, « Nationalstaat » (vo (...)
  • 774 Notamment les travaux de Luhmann et de Hannah Arendt (voir supra, note 595). Klaus von Beyme et Cla (...)

1[934] Sans acquérir de significations fondamentalement nouvelles, les notions en elles-mêmes « amorphes » et neutres de Macht et de Gewalt772 recouvrent plus que jamais, au XXe siècle, un large spectre sémantique dans les champs de la terminologie des sciences politiques et sociales et du langage politico-idéologique, qui se recoupent. Au gré des innombrables théories de la puissance et du pouvoir, la discussion scientifique a largement suivi, en partie en les approuvant ou en les modifiant, en partie en les critiquant, les définitions et les analyses développées par Max Weber dans Économie et société, son œuvre monumentale, et dans d’autres écrits773. Trois tendances peuvent être identifiées : a) l’effort souvent réductionniste pour affiner la distinction entre les notions de Macht et de Gewalt et les concepts proches – de la « domination » à la « contrainte », en passant par l’« autorité » et l’« influence » ; b) un nouveau déplacement de la discussion, d’énoncés portant sur la « substance » ou l’« essence » des notions de Macht et de Gewalt vers l’analyse de la dimension relationnelle des phénomènes qu’elles désignent ; c) les tentatives de dépasser la théorie classique du pouvoir développées à l’époque moderne depuis Hobbes, au moyen d’une réflexion plus approfondie sur le rapport au pouvoir [Macht] des systèmes sociaux et politiques774.

2Dans les usages du langage politique, qui doit intégrer l’expérience de deux guerres mondiales, et les tensions politiques mondiales qui en ont résulté, l’expérience des régimes totalitaires et fascistes, la politisation et l’idéologisation de tous les domaines de la société, ainsi que la concentration accrue de la puissance économique, nous pouvons isoler trois tendances qui pourraient devenir pertinentes pour l’histoire des concepts.

  • 775 Georg Schwarzenberger, Machtpolitik. Eine Studie über die internationale Gesellschaft, Tübingen, 19 (...)

31) Dans le domaine des relations entre les États, le cercle de l’« oligarchie des grandes puissances775 » est d’abord réduit aux « superpuissances », temporairement assimilées, peu après la Seconde Guerre mondiale, aux « puissances nucléaires », ou aux « blocs de puissance » idéologiques. Étant donné que les deux critères – armement nucléaire et idéologie – sont devenus discutables en raison de l’élargissement du cercle des puissances nucléaires et de nouveaux antagonismes économiques et idéologiques internes, les termes « puissance mondiale », « superpuissance » ou « bloc de puissance » deviennent également moins prégnants, cependant que le concept de puissance en tant que tel, au sens de potentia, demeure indispensable.

  • 776 Brunner, Land und Herrschaft (voir supra, note 98).

42) Le terme « puissance » [Macht], pour désigner les structures internes de l’État, est souvent supplanté, dans l’usage linguistique idéologique, par le néologisme « domination » [Herrschaft], qui, il est vrai, en tant que concept associé aux luttes politiques – par contraste avec la terminologie des sciences historiques776 [935] –, induit généralement une connotation d’illégitimité. Ce déplacement reflète également le déclassement de l’État, jusqu’alors envisagé comme le seul détenteur légitime du monopole de la violence, au rang de détenteur de pouvoir parmi d’autres.

  • 777 Herbert Marcuse, « Das Problem der Gewalt in der Opposition », in Psychoanalyse und Politik, Francf (...)
  • 778 Notion introduite par Johan Galtung, « Violence, Peace and Peace Research », Journal of Peace Resea (...)

53) Le terme Gewalt, qui, en dehors de mots composés juridiques comme Amtsgewalt (« autorité ») ou Staatsgewalt (« puissance publique »), a complètement perdu l’ancien sens de potestas, au profit de celui de violentia, connaît une immense expansion. Dans le prolongement de l’idée développée par Marx d’une « puissance objective » des rapports sociaux, un concept d’action, associé à l’idée de contrainte physique et psychologique directe, devient un principe structurel qui imprègne tous les rapports politiques et sociaux sous une forme manifeste ou latente au sein de l’ordre étatique ou social qu’il détermine : la « totalité » de la violence institutionnalisée de l’existant dans la société à ce jour777. Dans la mesure où ces rapports de violence ne peuvent plus être rattachés aux actions de personnes concrètement identifiables, ils renvoient à une « violence structurelle778 ». La conséquence de cette conception générale de la violence, déterminée par le postulat anthropologique de l’autonomie absolue de l’individu, réside dans le fait que, sur le plan conceptuel – et seul cet aspect nous intéresse dans ce contexte –, il n’est plus possible, au sein d’un système social et politique, de faire la distinction entre « pouvoir », « violence », « contrainte » et « dépendance », mais aussi entre « violence légitime » et « violence illégitime », et donc entre « droit » et « pouvoir ». Le droit de détruire cette « violence » par la « raison critique » ou, si nécessaire, par l’action violente directe, qui à son tour est appelée « révolution » ou « contre-violence », se fonde, d’une manière en apparence étrangère au système, sur la croyance dans une société à venir sans domination et donc sans violence.

Références bibliographiques

6Max Weber, Wirtschaft und Gesellschaft, 5e éd., éd. par Johannes Winckelmann, Tübingen, 1972 [trad. fr. : Économie et société, trad. Julien Freund et al., Paris, Pocket, 1995, 2 vol.] ; Friedrich Meinecke, Die Idee der Staatsraison in der neueren Geschichte, in Werke, Walther Hofer (éd.), 2éd., vol. I, Munich, 1960 ; Gerhard Ritter, Die Dämonie der Macht. Betrachtungen über Geschichte und Wesen des Machtproblems im politischen Denken der Neuzeit, 5éd. publiée sous le titre Machtstaat und Utopie, Stuttgart, 1946 ; Georg Schwarzenberger, Machtpolitik. Eine Studie über die internationale Gesellschaft, Tübingen, 1955 ; Bertrand de Jouvenel, Du pouvoir. Histoire naturelle de sa croissance, Genève, 1945 ; Raymond Aron, Histoire et dialectique de la violence, Paris, 1973 ; Ulrich Matz, Politik und Gewalt. Zur Theorie des demokratischen Verfassungsstaates und der Revolution, Fribourg, Munich, 1975.

Haut de page

Notes

772 Weber, Économie et société (voir supra, note 1), p. 95 sq.

773 Économie et société parut pour la première fois en 1921. Voir en outre Weber, « Nationalstaat » (voir supra, note 766).

774 Notamment les travaux de Luhmann et de Hannah Arendt (voir supra, note 595). Klaus von Beyme et Claus D. Kernig, art. « Macht », in Sowjetsystem und demokratische Gesellschaft. Eine vergleichende Enzyklopädie, vol. IV, 1971, p. 235 sq.

775 Georg Schwarzenberger, Machtpolitik. Eine Studie über die internationale Gesellschaft, Tübingen, 1955, p. 73 sq. L’expression d’« oligarchie des grandes puissances » apparaît pour la première fois en 1845 chez Droysen « Stellung Preußens » (voir supra, note 548), p. 58 et passim. Schwarzenberger ne cite pas Droysen.

776 Brunner, Land und Herrschaft (voir supra, note 98).

777 Herbert Marcuse, « Das Problem der Gewalt in der Opposition », in Psychoanalyse und Politik, Francfort, Vienne, 1968, p. 202.

778 Notion introduite par Johan Galtung, « Violence, Peace and Peace Research », Journal of Peace Research, 4, 1969, p. 167 sq. Cf. Ulrich Matz, Politik und Gewalt. Zur Theorie des demokratischen Verfassungsstaates und der Revolution, Fribourg, Munich, 1975, p. 70 sq.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karl-Georg Faber, « VI. Perspectives », Trivium [En ligne], 36 | 2023, mis en ligne le 27 octobre 2023, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/trivium/8418 ; DOI : https://doi.org/10.4000/trivium.8418

Haut de page

Auteur

Karl-Georg Faber

Karl-Georg Faber a été professeur d’histoire contemporaine à l’université de Munster. Pour plus d’informations, voir la notice suivante.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de la maison des sciences de l’homme
  • Logo Fritz Thyssen Stiftung
  • Logo DGLFLF (Ministère de la Culture)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search