Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

Tsafon est une revue d'études juives interdisciplinaire dont les thèmes sont : textes bibliques et rabbiniques, religion et relations interreligieuses, histoire du peuple juif de l'Antiquité à nos jours, histoire de l’État d'Israël, littérature contemporaine juive et israélienne. Les aires géographiques concernées sont le Moyen-Orient et les lieux des diasporas juives. Chaque numéro présente un dossier thématique, des varia, la parution d'un inédit (document d'archives, textes littéraires inédits), des actualités du champ d'études juives, des comptes rendus de lecture.

Dernier numéro en ligne
80 | 2020
Varia 80

 À NOS LECTEURS

 

Dans le numéro précédent, nous annoncions : « une fois n’est pas coutume », pour expliquer que cette livraison ne présentait qu’un dossier thématique sans autres articles versés dans la rubrique « varia ». En conséquence, nous disposions de plusieurs contributions qui étaient en attente depuis quelques mois et qu’il était impossible de rassembler dans un dossier thématique. Il importait donc de les publier sans trop tarder. D’où la décision de les donner à lire dans ce n° 80 qui ne contient, lui aussi de manière inhabituelle, qu’un dossier seul se caractérisant par la diversité des sujets traités. Ce dossier est, en quelque sorte, un ensemble de « varia » suffisamment copieux pour nous dispenser de publier, dans la rubrique « édition », un document ou un témoignage ou encore une traduction. Pour les prochains numéros à venir, nous renouerons avec nos habitudes en présentant un dossier thématique – défini jusqu’en 2022 – des articles variés et des publications d’inédits.

Les articles en attente que nous possédions parlent de littérature, de poésie, d’historiens, de « motif aggadique » et aussi des ouvriers du diamant à Anvers. Cette énumération dit la diversité que peuvent recouvrir les études juives. Ce constat nous a guidés dans le choix du titre attribué au dossier. Une difficulté a surgi : trouver une illustration pour la première page de couverture pouvant évoquer cet ensemble quelque peu disparate. Après des hésitations, notre décision s’est arrêtée sur une estampe d’Abram Krol qui se trouve au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme à Paris(n° d’inventaire97.19.016.6). Nous remercions vivement le Musée pour nous avoir autorisés à utiliser son fonds très riche. Cela nous fournit l’occasion de faire connaître davantage le graveur Abram Krol.

Originaire de Pabianice près de Lodz et issu d’une famille juive religieuse, Abram Krol (1919-2001) arrive en France en 1938 pour suivre des études à l’Institut technique de Caen. La déclaration de guerre vient troubler ce projet et le jeune Abram s’engage dans la Légion étrangère (Régiment de Marche des Volontaires Étrangers). Démobilisé après la défaite de la France, il se trouve en Avignon, sans famille et sans le sou. Il déniche un pénible travail dans un garage mais la rencontre avec un ébéniste le convainc de suivre un enseignement artistique à l’École des Beaux Arts d’Avignon. L’occupation de toute la France vient perturber cet autre projet et Abram Krol, proscrit, doit vivre sous une fausse identité jusqu’à la fin de la guerre qui le trouve à Paris. En 1947, il se lie avec Joseph Hecht (1891-1951), Polonais et juif également, qui l’initie à la gravure. Après le décès de son maître, il crée ses propres œuvres et commence à connaître un certain renom[1].

 

Andrée Lerousseau a écrit un bel hommage au poète Claude Vigée, disparu le 2 octobre dernier, à la veille de son centième anniversaire. Il était né le 3 janvier 1921 dans cette Alsace à laquelle il accorda une grande amitié et une fidélité inébranlable tout en assumant sa judéité ; deux belles raisons pour qu’il s’engage dans la Résistance.

 

L’absence de la rubrique « Varia » a permis d’en introduire une autre : « Lecture ». Monique Heddebaut a transformé une note de lecture en un quasi article de six pages. Avec force détails, elle rend compte d’un ouvrage de Georges Waysand, Profession du père, fusillé, et s’attarde fort heureusement sur le parcours des parents de l’auteur qu’elle a côtoyé. Polonais, juifs et communistes, présents auprès des Républicains dans la Guerre d’Espagne, tout naturellement ils entrent en Résistance au prix de la fusillade pour le père et de la déportation pour la mère qui doit cacher son enfant né dans la clandestinité.

 

Nous reprenons notre habitude en consacrant les dernières pages à quelques recensions d’ouvrages.

 

À toutes et à tous, bonne lecture

Tsafon

 

Remarque : Comme toujours, nous laissons aux auteurs le choix d’écrire le substantif « juif » avec ou sans majuscule.

 



[1] Cette trop courte biographie doit beaucoup à la présentation de Pierre-Yves Corbel sur le site internet du Centre national des arts plastiques (CNAP).

  • Logo CECILLE - Centre d'Études en Civilisations, Langues et Lettres Étrangères
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search