Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65Note de lectureSamuel Kassow : Qui écrira notre ...

Note de lecture

Samuel Kassow : Qui écrira notre histoire ?

Les archives secrètes du ghetto de Varsovie1
Danielle Delmaire
p. 159 - 164

Texte intégral

Samuel Kassow : Qui écrira notre histoire ?

Les archives secrètes du ghetto de Varsovie2

  • 1 Paris, Flammarion, coll. Champs histoire, (traduit de l’anglais USA par P-E Dauzat) 2013, 597 p., 1 (...)
  • 2 Paris, Flammarion, coll. Champs histoire, (traduit de l’anglais USA par P-E Dauzat) 2013, 597 p., 1 (...)

1Cet ouvrage volumineux est paru une première fois, en 2007, aux USA puis, en 2011, chez Grasset et Fasquelle pour une première traduction en français. Cette édition de 2013 sort en format de poche.

  • 3 Lire nos informations (note de Tsafon).

2L’auteur est un spécialiste de l’histoire de la Russie et des communautés juives d’Europe centrale. Il enseigne cette discipline au Trinity College (USA). Il est par ailleurs consultant au Musée d’Histoire des Juifs de Pologne dont le nouveau bâtiment vient d’être inauguré sur l’emplacement du ghetto de Varsovie3. Son enfance le prédisposait-elle à s’intéresser aux archives accumulées au fil des jours par les habitants du ghetto ? On peut le croire : il est né dans un camp pour personnes déplacées, immédiatement après la guerre (en 1946) ; sa mère venait de survivre à la Shoah grâce à l’aide de Justes qui la cachèrent et son père avait été fait prisonnier en Russie. Peu après, la famille émigra aux USA où S. Kassow fit toutes ses études et mena sa carrière d’universitaire historien.

3L’ouvrage est épais : presque 600 p. Mais pouvait-il en être autrement lorsque son but est de faire connaître les archives, les auteurs et les compilateurs des documents, et l’histoire de cette folle entreprise qui consistait à rassembler le plus grand nombre de documents sur la vie des juifs en Pologne avant la guerre et dans le ghetto de Varsovie ? Dans ces 600 pages, sont comptabilisées celles consacrées, fort heureusement, à un index thématique et des noms propres, aux sources archivistiques (nombreuses en Israël, Pologne et USA) et à l’abondante bibliographie. L’auteur s’est, en outre, entretenu, durant les années 1990-2005, avec des témoins : rares rescapés de la Shoah ou proches de ces derniers. Et pratiquant le yiddish, ce chercheur avait les compétences pour lire les archives Ringelblum ainsi que toute la littérature (mémoires et textes littéraires) afférente. Ces quelques remarques suggèrent ce que dut être le long labeur de l’auteur.

  • 4 Du 15 décembre 2006 au 29 avril 2007, le Mémorial de la Shoah à Paris a exposé une partie de ces ar (...)

4L’introduction rend compte des circonstances de la mise à jour des boîtes et des bidons de lait qui contenaient les archives de l’organisation Oyneg Shabes (Oneg Shabbat) et qui avaient été enfouis dans des caches, sous le ghetto. Peu de complices étaient au courant du lieu d’enfouissement. Immédiatement après la guerre, trois rares survivants, Rachel Auerbach, Hersh Wasser et son épouse, proches de Ringelblum, menèrent les recherches dans les ruines de ce qui avait été le ghetto. Elles aboutirent à une première mise à jour le 18 septembre 1946 puis en 1950. Le temps et l’humidité avaient endommagé quelques documents mais la plus grande partie put être sauvée et se trouve à l’Institut historique juif de Varsovie tandis que des copies ont été versées à l’Institut Yad Vashem de Jérusalem et au United States Holocaust Memorial Museum de Washington4. Ces boîtes, ces bidons de lait renfermaient les archives d’Oyneg Shabes : des rapports, des études, des mémoires, des témoignages, des récits… écrits ou copiés par plus d’une centaine de juifs (p. 24), rassemblés autour de l’initiateur de l’entreprise, l’historien Emanuel Ringelblum. Son but, qui l’habitait tout entier, était de laisser une trace indélébile de ce qu’avait été le judaïsme polonais avant la guerre et durant la grande persécution assassine des nazis : « Si aucun de nous ne survit, qu’il reste au moins cela » écrivait Ringelblum, le 1er mars 1944, peu avant sa disparition (p. 16). Tous, enfermés dans le ghetto, pensaient, réfléchissaient, rédigeaient, écrivaient pour Emanuel Ringelblum : « nous consignons par écrit la preuve du crime » précise un des auteurs (p. 23).

  • 5 Actuellement, une exposition relate l’histoire du CDJC, dans les locaux mêmes du Mémorial (voir nos (...)

5Il faut souligner que ce souci de faire connaître au monde entier le sort qui fut réservé aux juifs lors de l’occupation de la Pologne par les nazis a été celui de d’Isaac Schneersohn qui créa en 1943, à Grenoble, le Centre de Documentation juive contemporaine. Avec l’aide d’une quarantaine de personnes dont des historiens comme Léon Poliakov ou Joseph Billig, il rassembla de nombreux témoignages sur la persécution des juifs en France pendant la guerre afin de servir les poursuites judiciaires après la défaite des bourreaux et de constituer un fonds d’archives que les historiens du monde entier utilisent encore au Mémorial de la Shoah à Paris5. Et se souvenir, laisser des traces, n’était-ce pas le vœu ultime de nombreuses victimes se dirigeant vers la mort, lorsqu’elles demandaient à leurs compagnons d’infortune de raconter leur mort ? Zakhor ! Telle était la volonté des disparus et telle est encore la volonté des rescapés.

6Les trois premiers chapitres livrent des renseignements sur Ringelblum. Est d’abord évoquée l’enfance qui se déroula dans un village de Galicie (dans la partie austro-hongroise d’avant la Première Guerre mondiale), au sein d’une famille dont le chef était un maskil (partisan de la Haskala, prônant un judaïsme modernisé et éclairé) ouvert au monde extérieur. Emanuel Ringelblum comptait parmi ses cousins le célèbre écrivain israélien Agnon, prix Nobel de littérature en 1966. Ce milieu lui permit d’accéder à des études en histoire, discipline qu’il enseigna, notamment à Varsovie, et il entreprit également une thèse. Très vite, il fut attiré par les idées révolutionnaires du parti Linke Poaley Tsiyon, créé en 1906, qui condamnait la bourgeoisie juive et défendait les intérêts du petit peuple. Son chef de file, Ber Borochov, faisait l’admiration de Ringelblum qui appliquait dans ses travaux d’historien la théorie de lutte des classes chère aux marxistes. Toutefois, il ne perdait pas de vue son appartenance au peuple juif, à la différence des communistes pro-soviétiques, et il restait profondément attaché à la langue yiddish ainsi qu’à l’histoire particulière des habitants des shtetl. S’opposant au Bund, le Linke Poaley Tsiyon affichait un sionisme sincère qui incitait certains de ses membres à émigrer vers la Palestine. Kassow parle de synthèse de yiddishisme, socialisme et sionisme !

7Fidèle à l’attitude marxiste à l’égard des masses populaires, Ringelblum œuvra au développement culturel de ces dernières en enseignant dans des cours du soir, en animant des bibliothèques, en montant des pièces de théâtre etc., aussi bien dans les villes avant la guerre que dans le ghetto de Varsovie quand ces activités étaient encore possibles. Et quand dans le ghetto la situation empira, Ringelblum accepta l’aide américaine du YIVO Institute (créé en 1925 à Vilna et émigré à NewYork en 1940) et surtout l’aide financière du Joint Distribution Committee.

8Après avoir présenté l’homme, S. Kassow analyse son œuvre d’historien qu’il est bien difficile d’apprécier tant que l’on n’a pas lu les archives d’Oynes Shabes. Mais l’on retiendra de cette analyse l’engagement d’un Emanuel Ringelblum, historien nettement ancré à gauche selon ses convictions politiques, pratiquant une histoire qui devait construire l’avenir. Ce positionnement amenait tout naturellement Ringelblum à entreprendre l’énorme compilation de témoignages qu’il destinait à la postérité future quand la guerre serait finie et que les forces du mal, celles des nazis, auraient été anéanties. Il fallait écrire l’histoire de la persécution du peuple juif pour les générations à venir.

9Dans les deux chapitres suivants, S. Kassow élargit son étude à la communauté juive de Pologne et varsovienne et à la « bande de camarades » (titre du chapitre 5) qui entourait Ringelblum. Les associations étaient nombreuses à venir en aide, autant qu’elles le pouvaient, aux familles juives et aussi et surtout au grand nombre d’enfants souffrant de la faim, de l’inaction et parfois aussi de l’absence de famille. Ringelblum et ses « camarades » avaient organisé des comités d’immeuble qui prenaient en charge les innombrables problèmes de la vie dans le ghetto, quartier par quartier. L’entraide juive se concrétisa dans la mise en place de l’Aleynhilf qui recevait ses secours du Joint. Dans ce cadre, des soupes populaires furent mises en place, des écoles ouvertes, des tickets pour travailler dans des ateliers distribués et ces tickets permettaient de se soustraire momentanément à la déportation. Mais face à ces efforts d’entraide, « la bande camarades » dénonça la veulerie de la police juive, complice des nazis dans la sélection pour la déportation. À elle d’ailleurs le sale boulot de désigner les victimes, les nazis ne daignant pas s’en charger. Ringelblum n’était guère plus tendre envers les membres du Judenrat d’autant plus que ceux-ci appartenaient à la classe bourgeoise qui se distinguait par son égoïsme et montrait, en ces circonstances dramatiques : « sa face bestiale… et sa nature cannibale » (p. 206). En échange de leur vie sauve, les nazis exigeait de la part des policiers juifs un quota de déportés : pris dans ce piège, ils collaboraient au jeu meurtrier des assassins. En fait, au fil de la lecture s’étale le tiraillement qui déchirait les consciences : la survie ou la dignité morale. Le chapitre sur la « bande de camarades » rassemble plusieurs biographies de ces héros d’Oynes Shabes qui, dans l’immense majorité, sont morts assassinés dans le ghetto même, en déportation comme le poète Kazelnelson, ou dans la révolte du ghetto comme Mordechaï Anielewiecz du mouvement Hashomer Hatsaïr. C’est donc le large panorama social du ghetto de Varsovie que nous donne à voir S. Kassow.

10Suivent deux chapitres qui présentent des textes : des rapports, des descriptions souvent poignantes, des reportages avec des citations bouleversantes comme celles de quelques femmes qui n’avaient d’autre possibilité de survie, pour elle et leur famille, que la prostitution ! « En se vendant, elle assure la survie économique de sa famille et la sienne » explique l’auteur d’un rapport (p. 357). Le rôle des enfants, comme soutien de famille, est à souligner : chapardeurs, ils risquaient leur vie pour quelques denrées qui devaient nourrir une maisonnée. La vie dépendait d’actions réprouvées par la morale des temps de paix !

11Dans ces mêmes chapitres, il faut remercier S. Kassow de nous livrer de longs extraits de ces archives, dans le texte et dans les notes, et de nous rapporter des poèmes du ghetto. Les témoignages sur d’autres massacres sont également relatés comme ceux perpétrés à Ponar près de Vilna ou comme les premiers gazages dans les camions à Chelmno.

12Les deux derniers chapitres livrent les ultimes semaines d’Emanuel Ringelblum et de sa famille, quand ceux-ci, avec quelques autres familles juives, étaient parvenus à passer du côté aryen et à se cacher dans une espèce de refuge souterrain où s’entassaient des dizaines de personnes. C’est « Krysia ». Ils ne tiendront que quelques mois. Après leur arrestation, au début du mois de mars 1944, probablement sur trahison (p. 545), il ne restait plus rien du ghetto et rares étaient les quelques juifs qui avaient réussi à survivre dans le côté aryen.

13Mais il restait et il reste encore les archives d’Oyneg Shabes, et grâce à elles l’histoire des juifs dans le ghetto de Varsovie peut être écrite. L’historien S. Kassow nous l’a restituée partiellement, car il reste à lire ces abondants documents dont le contenu est révélé dans les appendices en fin de volume. Il s’agit d’un fonds d’archives irremplaçable pour écrire l’histoire des juifs de Pologne avant et pendant la grande persécution qui devait aboutir à l’extinction complète du peuple juif. Le fonds est d’autant plus précieux que l’effort pour le constituer fut intense : la faim, la peur, la démoralisation et le désespoir, la colère aussi face à la corruption, n’arrêtaient pas les collecteurs de renseignements, équipe volontaire et dévouée, autour d’Emanuel Ringelblum qui eut cette formidable intuition de penser à l’après-guerre, le moment où justice pourrait être réclamée pour condamner fermement tous ces crimes. Ce fut, finalement même si elle n’aboutit pas à la vie sauve, une belle résistance spirituelle et intellectuelle à l’extermination.

14Le livre est le produit d’une double œuvre monumentale : celle de Ringelblum, monumentale pour le nombre et l’immense variété des sujets, des styles et des genres pratiqués par les auteurs des archives ; celle de S. Kassow, monumentale également pour sa synthèse et la restitution de l’histoire des archives et celle des hommes et des femmes qui travaillèrent à ce fonds.

15Le livre est aussi le produit d’une double œuvre historique : sans cette compilation et cette cache, qu’est-ce qui aurait filtré de cette mise à mort du judaïsme polonais, sinon les rares témoignages d’une poignée de rescapés ? Sans cette étude de S. Kassow, qui aurait pris connaissance des archives Ringelblum sinon quelques initiés et visiteurs des centres d’archives ?

16Un seul reproche peut être formulé : la traduction aurait parfois pu être meilleure, mais l’auteur n’y est pour rien.

Haut de page

Notes

1 Paris, Flammarion, coll. Champs histoire, (traduit de l’anglais USA par P-E Dauzat) 2013, 597 p., 12 €.

2 Paris, Flammarion, coll. Champs histoire, (traduit de l’anglais USA par P-E Dauzat) 2013, 597 p., 12 €.

3 Lire nos informations (note de Tsafon).

4 Du 15 décembre 2006 au 29 avril 2007, le Mémorial de la Shoah à Paris a exposé une partie de ces archives écrites par Ringelblum et ses collaborateurs. D’autre part, des copies sont aussi déposées au kibboutz Lohemei HaGettaot, près de Saint-Jean d’Acre, en Israël, qui possède un fond d’archives sur le sort des juifs pendant la guerre.

5 Actuellement, une exposition relate l’histoire du CDJC, dans les locaux mêmes du Mémorial (voir nos informations). Note de Tsafon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danielle Delmaire, « Samuel Kassow : Qui écrira notre histoire ? »Tsafon, 65 | 2013, 159 - 164.

Référence électronique

Danielle Delmaire, « Samuel Kassow : Qui écrira notre histoire ? »Tsafon [En ligne], 65 | 2013, mis en ligne le 01 juillet 2023, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/tsafon/10526 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tsafon.10526

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search