Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65À travers les livres...Cyrulnik Boris, Sauve-toi, la vie...

À travers les livres...

Cyrulnik Boris, Sauve-toi, la vie t’appelle, Paris, Odile Jacob, 2012

Danielle Delmaire
p. 177 - 178

Texte intégral

Cyrulnik Boris, Sauve-toi, la vie t’appelle, Paris, Odile Jacob, 2012, 291 p., 22,90 €

1Boris Cyrulnik est un neuropsychiatre désormais renommé pour avoir mis en place la notion de résilience suite à un traumatisme psychique. Et il est encore mieux connu pour avoir dévoilé son enfance : ses deux naissances comme il l’explique en quatrième page de couverture : « Lors de la première naissance, je n’étais pas là. Mon corps est venu au monde le 26 juillet 1937 à Bordeaux… je n’en ai aucun souvenir. Ma seconde naissance, elle, est en pleine mémoire. Une nuit j’ai été arrêté par des hommes armés qui entouraient mon lit. Ils venaient me chercher pour me mettre à mort. Mon histoire est née cette nuit-là ».

2L’historien qui espère lire le récit d’un enfant juif caché pendant la guerre risque d’être déçu. Le neuropsychiatre, analyste également, ne restitue pas son passé tel qu’il fut, trop conscient qu’il est de la réalité partielle de ses souvenirs. Son passé affleure par touches et non pas selon un fil continu suivant une chronologie rigoureuse, chère aux historiens. Sa « mémoire traumatique » peut-elle rendre les événements tels qu’ils furent ? Voilà l’enjeu du livre.

3Certes il y a les souvenirs : « je me souviens », répète-t-il huit fois en p.15 ! C’était l’avant-guerre avant d’avoir trois ans. Mais ses souvenirs sont constamment interrompus par l’analyse qu’il peut en faire maintenant. Et puis sa mémoire ne tisse pas un filet continu, entier, elle y laisse des trous. Il le sait. Ces trous, il parvient même à les combler en partie grâce au témoignage des acteurs de son sauvetage qu’il retrouve longtemps après la guerre. La « mémoire figée » par l’absence de parole dans l’immédiat après-guerre restitue un passé déformé, parfois même embelli. La déformation atteint son comble dans le souvenir de sa sortie précipitée de la synagogue où les juifs furent arrêtés en masse. La scène dure quelques instants mais elle se grave durablement dans sa mémoire au point de la raconter souvent : il s’échappe par un grand escalier, une jolie infirmière blonde l’invite à se glisser dans une ambulance où une dame est mourante tandis qu’un Allemand semble fermer les yeux sur sa présence dans le véhicule. Bien plus tard, les témoins retrouvés lui présentent une autre mémoire : l’escalier n’est guère grand (mais il avait six ans et les adultes ont vu l’escalier autrement), l’infirmière était brune (mais la blondeur des cheveux adoucit le visage du personnage qui eut le geste salvateur), l’ambulance était une camionnette et l’Allemand ne l’avait pas vu. La scène est celle de la vie sauve après la mise à mort programmée, elle ne pouvait être qu’embellie. Quelle leçon de prudence imposée aux historiens qui doivent décrypter les souvenirs des témoins oculaires !

4Le lecteur reste aussi impressionné par la prise de conscience d’un danger constant de la part de l’enfant. Aidé par des adultes, il échappe à la mort mais c’est aussi seul et inopinément qu’il trouve le moyen de ne pas mourir : pendant la fouille de la synagogue il se cale dans le plafond des WC ! Il sait qu’il est « un enfant dangereux », c’est une religieuse qu’il l’a dit pour refuser de le recueillir. Il sait qu’il met en péril son voisinage car il est condamné à mort, alors il se débrouille. Il a six ans !

5Et puis l’après-guerre n’est pas apaisant. S’il parlait, il n’était pas cru : « où va-t-il chercher ses histoires ? » ou bien il fatiguait son auditoire : « arrête de te plaindre nous aussi on n’avait pas de beurre » (p. 176) ! Finalement, il enferme sa mémoire pour vivre avec les « autres » : « on se sent tellement mieux quand on se tait », « il suffit de se taire pour être autorisé à vivre » (p. 39) ! L’après-guerre fut aussi un abandon et une mise à l’écart lorsque les représentants d’institutions juives viennent le chercher pour le soustraire d’un milieu chrétien qui lui fait oublier son judaïsme.

6Alors reste la solution de Mme Loth de la Bible : ne pas se retourner sur son passé au risque d’y perdre la vie ! Mais vient le temps du reflux : après quarante ans de mutisme, il écrit, il retrouve ses sauveteurs, il visite les lieux de ce passé qui ne devait pas être regardé…

7Un très beau livre !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danielle Delmaire, « Cyrulnik Boris, Sauve-toi, la vie t’appelle, Paris, Odile Jacob, 2012 »Tsafon, 65 | 2013, 177 - 178.

Référence électronique

Danielle Delmaire, « Cyrulnik Boris, Sauve-toi, la vie t’appelle, Paris, Odile Jacob, 2012 »Tsafon [En ligne], 65 | 2013, mis en ligne le 01 juillet 2023, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/tsafon/10830 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tsafon.10830

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search