Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65À travers les livres...Malkès Simon, Le Juste de la Wehr...

À travers les livres...

Malkès Simon, Le Juste de la Wehrmacht, Paris, Société des Écrivains, 2012

Danielle Delmaire
p. 178 - 179

Texte intégral

Malkès Simon, Le Juste de la Wehrmacht, Paris, Société des Écrivains, 2012, 137 p., 12 €

1Un major de la Wehrmacht, encarté au parti nazi, reconnu Juste parmi les Nations par l’Institut Yad Vashem, le fait n’est certes pas fréquent ! Et pourtant c’est bien cette histoire que raconte Simon Malkès qui, avec sa famille et bien d’autres juifs, fut sauvé par Karl Plagge d’une mort certaine.

2Ce Juste fut un autre Schindler. Il fit travailler quelque 500 juifs dans ses ateliers, à Vilna, arguant de l’utilité de leur travail pour l’effort de guerre de l’Allemagne. Certes, les habitants du ghetto de Vilna furent bien plus nombreux mais il fallait un solide courage pour affronter la suspicion des SS et renoncer à l’endoctrinement nazi reçu avant guerre.

  • 1 Dans notre précédent numéro, Muriel Chochois a sorti de l’ombre l’œuvre des docteurs Schabad-Gawron (...)

3Se remémorant ses années de guerre, Simon Malkès témoigne de ce que fut la vie au ghetto de Vilna : l’acharnement meurtrier des Allemands secondés par des Lituaniens non moins féroces et même par la police juive complice dans les arrestations. S.M. évoque les Aktions des Einsatzgruppen, les massacres dans la forêt de Ponar, la faim, la peur, les cachettes étouffantes, les morts pour que d’autres puissent vivre… Mais dans ce récit de misère et de douleur apparaissent les grandes figures des médecins du ghetto : les docteurs Schabad-Gawronska, Libo1 ; la belle stature des résistants du ghetto : Abba Kovner, Wittenberg, et le poète Avrom Sutzkever.

4Le récit se prolonge après guerre, au moment où il faut « reconstruire sa vie », où l’enfant unique fait le bonheur de ses parents en réalisant d’excellentes études. La félicité est revenue ; le trauma-t-il disparu ? Les dernières pages livrent la quête du petit juif sauvé par le soldat allemand pour comprendre ce passé, pour ne pas oublier que les Justes furent partout. Cette quête restitue aussi une biographie du sauveteur.

Haut de page

Notes

1 Dans notre précédent numéro, Muriel Chochois a sorti de l’ombre l’œuvre des docteurs Schabad-Gawronska et Libo à Vilna.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danielle Delmaire, « Malkès Simon, Le Juste de la Wehrmacht, Paris, Société des Écrivains, 2012 »Tsafon, 65 | 2013, 178 - 179.

Référence électronique

Danielle Delmaire, « Malkès Simon, Le Juste de la Wehrmacht, Paris, Société des Écrivains, 2012 »Tsafon [En ligne], 65 | 2013, mis en ligne le 01 juillet 2023, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/tsafon/10834 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tsafon.10834

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search