Navigation – Plan du site

AccueilNuméros77A travers les livres et un docume...La culture du dialogue dans les r...

A travers les livres et un documentaire

La culture du dialogue dans les relations inter-religieuses – Définitions, controverses, devenir

Emmanuel Persyn
p. 167-168
Référence(s) :

Paris, éd. Parole et Silence, 188 p., 18 €.

Texte intégral

1Le dialogue est devenu une culture depuis la fin des années soixante, dont la pratique n’est pas définitivement acquise. C’est particulièrement vrai du dialogue inter-religieux qui peut susciter de fausses interprétations et mener à la désillusion s’il n’est pas correctement défini. Aussi la réflexion proposée dans ce livre codirigé par Charles Coutel, Christophe Leduc et Olivier Rota, de l’Université d’Artois, est-elle intéressante dans la mesure où elle balise l’émergence et le développement du dialogue inter-religieux, en précise les enjeux et en souligne les caractères essentiels à la lumière de ses échecs mais aussi de ses réussites.

2Ce volume réunit les contributions des onze universitaires qui ont participé à la journée d’étude sur ce thème organisée par l’Institut d’Étude des Faits Religieux (IEFR) de l’Université d’Artois. Dans une introduction d’une dizaine de pages, Charles Coutel – par ailleurs auteur de l’article consacré à la définition des termes –, Christophe Leduc et Olivier Rota rappellent très opportunément et très clairement les conditions historiques qui ont imposé « la culture du dialogue » à l’Église catholique après la Seconde Guerre mondiale : celui-ci prit tout son sens lors du concile du Vatican II, réuni à l’initiative du pape Jean XXIII et achevé sous le pontificat de Paul VI, son successeur.

3Ce dialogue a ses précurseurs, à l’image des Ancelles, un groupe d’une trentaine de personnes. De 1927 à 1964, ces religieuses, d’abord indépendantes puis rattachées à la congrégation des sœurs de Notre-Dame de Sion avant de recouvrer leur autonomie sous le nom de Pax nostra, se consacrent, rappelle Paule Marx, docteure de l’Université Paris IV-Sorbonne, au « dialogue de vie » avec les juifs : « Les Ancelles s’impliquent, avant la mise en place des grands textes magistraux, dans une action sociale qui va prendre avec le temps les aspects d’un dialogue avec le judaïsme ».

4Comment l’Église peut-elle être au monde sans s’y perdre, remplir sa mission évangélisatrice sans renoncer à ses dogmes ? Le dialogue est la voie qu’elle choisit non sans à-coups. Longuement mûrie et discutée, la réflexion aboutit en définitive à la rédaction de documents de référence, analysés par Olivier Rota, de l’Université d’Artois, et Marie-Hélène Robert, de l’Université catholique de Lyon. Le premier jalonne l’émergence du dialogue dans le catholicisme anglais et distingue ainsi l’œcuménisme du dialogue inter-religieux. La seconde centre son intervention sur la notion théologique du dialogue dans l’encyclique Ecclesiam suam.

5Successeur de Jean XXIII, Paul VI s’inscrit pleinement dans la démarche de son prédécesseur et publie l’encyclique Ecclesiam suam le 6 août 1964 et la déclaration conciliaire Nostra aetate est promulguée le 28 octobre 1965. Celle-ci fonde effectivement ce qui devient le dialogue inter-religieux, autrement dit les relations que l’Église souhaite instaurer avec les religions non chrétiennes, à commencer par le judaïsme.

6La puissance publique elle-même n’est pas restée en marge de cette évolution. Elle s’est intéressée au dialogue inter-religieux au risque de l’instrumentaliser et de le fausser en le réduisant à une pratique et un calcul politiques. Dans une partie intitulée « L’État et le dialogue entre religions : études de cas », trois communications retiennent l’attention. Éliezer Schilt, docteur de l’Université du Néguev, retrace la brève histoire du CERIM, Comité pour l’Entente Religieuse en Israël et dans le Monde réuni à l’initiative d’intellectuels et de religieux israéliens, dont le promoteur André Chouraqui, et soutenu par l’État d’Israël de sa fondation le 29 décembre 1958 à son extinction progressive en 1965. De son côté, Danielle Delmaire, de l’Université de Lille, témoigne d’une intégration réussie avec l’assentiment des autorités que représente l’œuvre Saint-Jacques. Elle fut, est et demeure « un lieu de dialogue entre catholiques hébréophones et juifs dans la société israélienne » pour reprendre le titre de son article. Écrit par Hassan Diab El Harake, de l’Université de Lille, le dernier article de cette partie est consacré à l’imam chiite Moussa Sadr, « l’une des figures emblématiques du dialogue islamo-chrétien » et personnalité religieuse impliquée dans les luttes sociales libanaises au service de l’homme, disparue en Libye en 1978.

7Pour autant, le dialogue suscite encore des réticences, des oppositions qui font l’objet de la quatrième partie. Doctorante à l’EPHE, Carole Chrétien rend compte de l’hostilité des traditionalistes catholiques au dialogue inter-religieux en analysant le blog « Contra Nostra aetate » et la Lettre Serviam. Jean-François Petit, de l’Institut catholique de Paris, « s’interroge sur la menace d’obsolescence qui pèse aujourd’hui, de manière paradoxale, sur les formes de dialogue inter-religieux ».

8Des « Paroles d’acteurs » concluent cet ouvrage. Attaché à bien cerner la réalité pour éviter toute désillusion, le père Jean Druel, directeur de l’Institut dominicain d’études orientales du Caire, livre une réflexion intéressante sur le dialogue islamo-chrétien en dissociant les différents niveaux d’échanges que peuvent avoir les catholiques et les musulmans. De son côté, Jean-François Bensahel, président de la synagogue de la rue Copernic, plaide avec éloquence pour le contact, l’échange et la connaissance entre les religions, au rebours de la violence et de l’exclusivisme pour conclure à propos de ce dialogue : « Il n’y a pas d’autre alternative à la violence. Il n’y a pas d’autre alternative à l’établissement des temps messianiques ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Persyn, « La culture du dialogue dans les relations inter-religieuses – Définitions, controverses, devenir »Tsafon, 77 | 2019, 167-168.

Référence électronique

Emmanuel Persyn, « La culture du dialogue dans les relations inter-religieuses – Définitions, controverses, devenir »Tsafon [En ligne], 77 | 2019, mis en ligne le 09 septembre 2019, consulté le 15 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/tsafon/2061 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tsafon.2061

Haut de page

Droits d’auteur

Tsafon. Revues d'études juives du Nord

Haut de page
  • Logo CECILLE - Centre d'Études en Civilisations, Langues et Lettres Étrangères
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search