Navigation – Plan du site

AccueilNuméros78

78 | 2019
varia

Notes de la rédaction

À NOS LECTEURS

 Dans cette livraison, notre dossier ne contient que quatre articles mais ils sont épais et comportent tous une bibliographie abondante et rigoureuse. En outre, sa présentation par Christophe Batsch qui a rassemblé ces contributions, constitue lui-même un article. C’est dire que, malgré le nombre peu élevé d’auteurs, le dossier est conséquent.

L’antijudaïsme dans l’Antiquité, tel est le sujet de ce dossier. Comme le suggère Christophe Batsch, l’antijudaïsme est un thème récurrent au fil des siècles et il reste actuel ! Peut-être faudra-t-il, ultérieurement, publier un dossier sur la persistance de l’antijudaïsme et ses avatars. L’hostilité envers les juifs est donc très ancienne et se manifeste dès l’Antiquité, avant même la naissance du christianisme, dans les mondes hellénistique et romain. Elle a été reprise et largement exploitée par les auteurs chrétiens à commencer par les Pères de l’Église. Elle a été dénoncée par des auteurs juifs tels Philon d’Alexandrie et Flavius Josèphe grâce à qui nous possédons, actuellement, une connaissance plus équilibrée des arguments antijuifs développés en ces temps anciens.

Cette remarque justifie le choix de l’illustration de la couverture qui donne à voir un Flavius Josèphe, adapté à des siècles postérieurs.

 

Deux articles alimentent la rubrique Varia. Le premier, que nous devons à Bernard Grasset, dresse le portrait de la poétesse Rachel Blaustein, connue sous son seul prénom Rachel. Le lecteur pourra découvrir l’autre versant de l’œuvre de Rachel : la traduction de poètes russes et français, à laquelle il faut ajouter des critiques littéraires et des conseils voire des instructions concernant l’art littéraire. Par sa traduction de l’article de Rachel : Sur le signe du temps, Bernard Grasset donne accès à la pensée de la poétesse. Rachel, de santé fragile et atteinte d’une tuberculose qui s’avère incurable, doit quitter son kiboutz, pour lequel elle avait rompu avec ses origines, et doit vivre quasi recluse à Tel-Aviv. Nous avons donc choisi, pour illustrer l’article, une photo de sa tombe près du lac Kinneret, en Israël, photo que nous devons à Isabelle Dotan.

Le second article de la rubrique Varia, est signé Emmanuel Persyn qui brosse tableau rétrospectif sur le statut de Jérusalem. Avant d’évoquer le statut actuel de la ville dite trois fois sainte, l’auteur embarque le lecteur dans le passé lointain, celui de la Bible, du Coran et le passé plus récent des époques médiévales et modernes, avant le XIXe siècle qui connaît l’installation des puissances européennes dans la région et l’arrivée des pionniers juifs, sionistes, venus grossir les communautés juives de Palestine. Au fil des siècles, le statut a bien évolué. De la capitale du royaume biblique, Jérusalem est devenue une très modeste bourgade de l’Empire ottoman avant de s’imposer comme capitale d’Israël pour le peuple juif et avant d’être revendiquée comme capitale, également, par le peuple palestinien pour un État à construire. Actuellement, elle est l’enjeu des politiques de grignotage des implantations juives et de résistance des villages palestiniens environnants.

 

Pour le texte de la rubrique Édition, Tsafon est redevable à Yaël Grin Haddad qui a fidèlement conservé la correspondance de sa mère, dans laquelle se trouve un nombre important de lettres que Colette Hadad née Levy adressa à sa propre mère lorsqu’elle accomplissait un stage de formation au sein d’un mouvement de la jeunesse sioniste : Hanoar Hatsioni. De l’été 1955 à l’été 1956, régulièrement, Colette qui a tout juste vingt ans décrit son quotidien, ses activités, le pays qu’elle parcourt et livre ses sentiments sur le sionisme et sa judéité. Parmi ces lettres, nous avons fait un choix, avec sa fille Yaël, ne retenant que les passages – ils sont nombreux – qui donnent un aperçu instantané d’Israël, le pays, l’État, la société, qui n’a alors que sept années d’existence et qui pourtant est à la veille de sa seconde guerre, celle du Sinaï ! Fine observatrice de son entourage, Colette Haddad renseigne sur la réalité israélienne.

À commencer par la situation politique tendue qu’Israël traverse à l’été 1956. Colette rappelle que déjà, durant l’hiver 1955-1956, les frontières israéliennes sont sous tension. Les attaques des voisins arabes, surtout dans le sud, menacent fréquemment les habitants et les kiboutzim des frontières sont armés. Elle rassure, bien évidemment, sa mère qui, de loin, peut s’inquiéter pour sa fille, encore bien jeune. Celle-ci est attentive à la situation internationale et évoque la position de la Tchécoslovaquie, de l’URSS, des USA et bien sûr de la France. Elle fait preuve d’un optimisme presqu’insouciant, accordant toute sa confiance à l’État d’Israël. Pourtant, lorsqu’elle quitte le pays, à l’issue de son stage en août 1956, la guerre du Sinaï se profile. Le 26 juillet, le canal de Suez est nationalisé par l’Égypte ce qui suscite une tension avec la Grande Bretagne, la France et Israël. Du 29 octobre au 7 novembre 1956, la guerre se déroule dans le désert du Sinaï qui sera occupé par Israël jusqu’en mars 1957. À l’été 1956, l’opinion publique israélienne ne semble pas trop inquiète, si l’on en croit Colette.

Par cette correspondance, nous avons un aperçu sur l’État d’Israël en construction. Colette décrit les ma‘abarot, les camps des nouveaux arrivants qui doivent se contenter, encore en 1955-1956, de l’habitat précaire et inconfortable des tentes. Elle s’émerveille des débuts de l’industrialisation notamment dans les kiboutzim. Elle parle des quelques baraques d’Eilat, difficiles à se représenter pour un touriste de 2020 qui voit, à leur place, des marina envahissant la côte de la mer Rouge.

Durant ce stage, intégrée dans un groupe de jeunes juifs issus de divers pays, la jeune Française fait l’expérience de la vie communautaire : au sein de son mouvement d’abord et au sein des kibboutzim qu’elle visite et où elle séjourne. Son mouvement de jeunesse se définit par son adhésion au socialisme et son attachement à une société égalitaire, dans laquelle les ressources sont intégralement partagées. C’est la société des kiboutzim, dont l’organisation séduit Colette, et c’est aussi celle de son mouvement. Les jeunes du groupe partagent leurs avoirs. Cette pratique enthousiasme Colette qui fustige, de temps à autre, l’individualisme bourgeois.

Colette renseigne encore sur les Israéliens, ceux des villes, surtout de Jérusalem où elle vit quand elle ne circule pas dans le pays, et ceux des campagnes : des kiboutzim et des moshavim, expliquant bien à sa mère la différence entre ces deux types de villages communautaires ; dans les derniers seule la production est communautaire, la vie quotidienne ne l’est pas. Elle s’épanouit dans le travail de la terre qui lui procure le sentiment d’appartenir pleinement au pays et à son peuple. Elle critique volontiers l’embourgeoisement des anciens kiboutzim qui ont pu s’enrichir alors qu’elle manifeste une grande sympathie envers les pionniers des récents kiboutzim, dont la population est moins importante et plus jeune. Dans les villes, elle s’émerveille encore de côtoyer des gens décontractés – on assiste au concert en short – mais elle ironise sur l’archaïsme des vêtements des juifs religieux. En revanche, les quartiers ou villes arabes n’ont pas sa faveur. Parmi la population bigarrée d’Israël, le lecteur peut s’arrêter sur un personnage sans doute représentatif de nombreux juifs qui ont fui l’Europe après la guerre. Colette rencontre un M. Haberman, intellectuel roumain complètement « fauché » mais qui ne regrette nullement d’avoir quitté son pays d’origine, investi par le communisme qui l’a persécuté autant que le nazisme !

Colette se livre aussi dans ses lettres. Le lecteur découvre une jeune juive entièrement engagée dans son mouvement, fondamentalement convaincue du bien fondé de l’existence de l’État d’Israël. Au détour de  quelques lignes, elle s’identifie aux Israéliens : elle utilise le pronom pluriel « nous » lorsqu’elle évoque la menace extérieure qui pèse sur eux. Elle fait partager ses émotions lorsqu’elle découvre les paysages, encore souvent vierges, d’Israël : les environs sauvages du port de Haïfa où elle débarque, les pentes verdoyantes de la Galilée et surtout la magnificence du Néguev. L’aridité du désert, les couleurs changeantes de sa terre, le silence qui l’enveloppe, la nuit étoilée ébranlent la jeune citadine française et émeuvent la sioniste convaincue. Enfin, nous découvrons une jeune fille libre qui s’émancipe des contraintes de la religion, comme beaucoup d’Israéliens dans les années 1950 ; elle fume, elle trouve le shabbat ennuyeux car il n’y a rien à faire, elle mange volontiers un sandwich à Kippour !

De retour en France, Colette a continué à militer dans son mouvement de jeunesse, elle y a rencontré son mari sioniste lui aussi. Ils n’ont pas fait leur alyah mais ils ont très souvent visité Israël. En France, ils ont réalisé une carrière d’enseignants dans des lycées. Colette a enseigné le français et l’hébreu. Sa fille, Yaël, nourrie à l’amour de Sion de ses parents, s’est installée à Jérusalem après avoir mené une carrière de gynécologue dans la banlieue parisienne. Les petits-enfants de Colette vivent en Israël, une de ses petites-filles a fait son service militaire dans son armée.

 

Les dernières pages de ce numéro de Tsafon contiennent des informations, des recensions d’ouvrages et de revues, voire d’un film.

 

À toutes et à tous, bonne lecture

Tsafon

 

Remarque : Comme toujours, nous laissons aux auteurs le choix d’écrire le substantif « juif » avec ou sans majuscule.

  • Logo CECILLE - Centre d'Études en Civilisations, Langues et Lettres Étrangères
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search