Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79

79 | 2020
Varia

Notes de la rédaction

À NOS LECTEURS 

 
Une fois n’est pas coutume ! Ce n° 79 n’offre pas, comme habituellement, trois parties : un dossier thématique, des varia et un document inédit, mais il présente un seul dossier sur le thème de la particularité des départements du Nord et du Pas-de-Calais concernant l’histoire des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. En effet, par leur rattachement au commandement militaire pour la Belgique et le Nord de la France à Bruxelles, ces deux départements connaissent une législation qui les distingue du reste de la France. Cette particularité s’applique à toute la population mais elle est bien plus pesante et parfois fatale pour les juifs ; c’est ce que mettent en évidence les études contenues dans le dossier. 
 
Celui-ci comporte deux volets : le premier renferme quatre articles signés par des historiens spécialistes de l’histoire des juifs dans la « zone rattachée » à Bruxelles, le second reproduit trois témoignages d’enfants juifs pendant la guerre. Si tous trois ont en commun d’avoir mené une enfance heureuse à Dunkerque, avant la guerre, chacun connaît, dès les premiers mois de l’occupation, un sort différent. Ce second volet est la restitution écrite d’une rencontre organisée par le Mémorial de la Shoah, à Paris, sur le thème de la particularité des deux départements du nord de la France dans l’histoire des juifs de France, le dimanche 8 décembre 2019 et qui rassembla un auditoire important.  
 
Les articles des historiens sont plus développés que leurs interventions orales qui étaient limitées dans le temps afin de faire participer les auditeurs. Quant aux témoignages, ils furent enregistrés et nous pouvons éditer la transcription. Il n’est malheureusement pas possible de reproduire les interventions des auditeurs car certains ont pris longuement la parole et l’enregistrement n’est pas assez net pour permettre la transcription. Tsafon remercie les organisatrices de l’événement pour avoir accordé la permission d’éditer et les études et les témoignages. 
 
Outre cet ensemble suffisamment volumineux pour occuper plus d’une centaine de pages de ce numéro, nous ajoutons une recherche sur la déportation d’une famille juive de Douai, qui ne fut pas présentée le 8 décembre 2019 au Mémorial de la Shoah mais elle complète le dossier et elle peut donc y trouver sa place. Toute la famille Sokolski, les parents et les trois petites filles, a été déportée par la grande rafle du 11 septembre 1942 qui décima les communautés juives du Nord et du Pas-de-Calais. Les archives du musée de la Caserne Dossin à Malines conservent la trace de leur passage dans ce sinistre lieu.  
 
En livrant ces études d’historiens et ces témoignages d’enfants de la Shoah, nous nous inscrivons dans le registre de l’exposition montée par le Mémorial de la Shoah, du 24 janvier 2020 au 3 janvier 2021, intitulée « La voix des témoins » car c’est bien la voix des témoins que nous avons entendue le 8 décembre 2019 et que nous lisons dans ces pages du dossier. Outre la nécessité de parler que ces témoins nous accordent et que nous voulons respecter, la diffusion de leurs souvenirs mis en paroles permettra d’approfondir l’histoire des juifs du Nord et du Pas-de-Calais, pendant la Seconde Guerre mondiale. « Leurs récits, prononcés de vive voix, écrits ou enregistrés […] composent aujourd’hui une immense source d’information chorale sur la Shoah, dont l’étude incombera encore aux futures générations ». Nous faisons notre cette phrase qui ouvre l’introduction du livret de présentation de l’exposition. Indubitablement, il faut « écouter, entendre et perpétuer la voix des témoins » comme le proposait la rencontre du 26 janvier 2020 qui accompagnait l’exposition.  
 
Suite à ce copieux dossier, nous ne pouvions pas faire paraître des articles dans la rubrique varia. Ils le seront dans notre prochaine livraison qui comportera un plus grand nombre d’articles sur divers thèmes. Nous pourrons découvrir des études juives dans la diversité. Et le dossier en sera probablement réduit.  
 
En revanche, quelques pages pouvaient encore être consacrées à des hommages à des disparus : Günter Kunert l’écrivain juif allemand dissident de la RDA, Antoine Lagrené, l’enfant tsigane revenu d’Auschwitz, le Voyageur qui n’est plus…, Asia Turgel, l’adolescente rescapée des camps, une vie de Vilnius à Paris et Haïm Vidal Sephiha, le veilleur de la langue judéo-espagnole. Dans des numéros antérieurs, Tsafon a livré une étude sur Günter Kunert et a recueilli les témoignages d’Antoine Lagrené, Asia Turgel et Haïm Vidal Sephiha. Nous leur devions ces hommages.  
 
Les dernières pages donnent, comme à notre habitude, quelques recensions d’ouvrages. 
 
À toutes et à tous, bonne lecture 
Tsafon 
 
 
Remarque : Comme toujours, nous laissons aux auteurs le choix d’écrire le substantif « juif » avec ou sans majuscule. 
  • Logo CECILLE - Centre d'Études en Civilisations, Langues et Lettres Étrangères
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search