Navigation – Plan du site

AccueilNuméros80InformationsThèse : « Juifs » dans la zone li...

Informations

Thèse : « Juifs » dans la zone littorale du Nord et du Pas-de-Calais du début du XIXe siècle à la fin des années 2010

Soutenue par Rudy Rigaut
Danielle Delmaire
p. 177-180

La thèse a été codirigée par les professeurs Michel-Pierre Chélini (université d’Artois) et Claire Zalc (CNRS), elle fut soutenue le 8 juin 2020 à l’université d’Artois (Arras). Outre les deux directeurs, le jury se composait de Chantal Bordes-Benayoun (CNRS, Toulouse), Patrick Cabanel (EPHE), Danielle Delmaire (université de Lille), Laura Hobson Faure (université de Paris 1). En raison des conditions sanitaires, le jury s’est réuni en visioconférence sauf pour le candidat, son directeur M-P Chélini et la présidente D. Delmaire. À la mi-mars, la soutenance, qui devait avoir lieu le 31 de ce mois, avait été annulée.

Dans sa présentation liminaire, Claire Zalc mentionne combien elle est impressionnée par l’engagement de Rudy Rigaut dans ses différentes activités : il n’a de cesse d’œuvrer pour la transmission de l’histoire de la Shoah dans la région Nord/Pas-de-Calais, dont il est d’ailleurs correspondant du Mémorial de la Shoah. Le candidat, ajoute-t-elle, s’est montré extrêmement réceptif aux conseils et aux bifurcations imposées tant par les rencontres que par les découvertes archivistiques. Elle insiste sur son sérieux et sa méticulosité. Il a mené ses recherches tout en assurant un enseignement d’histoire et de géographie dans un collège et une charge de cours à l’université catholique et à Sciences Po de Lille.

La thèse comporte 700 pages dont plus de 600 pages de texte, suivies d’annexes, de la présentation des sources et d’une bibliographie copieuse. D’emblée, les membres du jury affirment, d’un commun accord, que la thèse est bien construite et agréable à lire, le style est clair, fluide et sans aspérité et les tableaux comme les graphiques sont nombreux, illustrant de près la démonstration.

La thèse pose la question des procédures d’identification des Juifs par diverses administrations ou institutions, d’appartenance à un groupe et de leur image sociale qui se met en place au cours de deux siècles (XIXe et XXe). La longue période, durée exceptionnelle pour des études en histoire contemporaine, permet de tracer l’évolution de ces logiques. Elles sont d’ailleurs tributaires de la particularité de la région, à savoir le littoral du Nord et du Pas-de-Calais. En effet, en position de carrefour, entre l’Angleterre, les Pays-Bas et la France, ce littoral accueille des familles venues d’horizons variés et s’y constituent de modestes communautés (quelques dizaines de familles parfois), regardées différemment dans ce milieu de brassage de populations en ces siècles de développement économique (portuaire, industriel et commercial). En outre, le littoral est concerné par des déplacements saisonniers liés à la villégiature estivale et même avec l’établissement de colonies de vacances. Il s’agit donc de tout un ensemble démographique bien particulier.

Par ce travail académique, Rudy Rigaut ne signe pas une simple monographie car il s’aventure dans la problématisation de la définition de la judéité. Question aux réponses difficiles mais qui donne toute sa force à la thèse qui relève, à cet égard, de l’histoire et également de la sociologie. Toutefois, pour apporter ces réponses, l’historien ne peut pas faire l’économie de l’histoire factuelle sur laquelle il doit s’appuyer afin de définir la « fabrique » identitaire de ces personnes, par elles ou envers elles. Les faits restent le point de départ de la réflexion.

L’approche microhistorique, dans le sillage des recherches récentes sur la microhistoire et la Shoah de Tal Bruttmann, Ivan Ermakoff, Nicolas Mariot et Claire Zalc, est remarquée avec bonheur par Claire Zalc elle-même et Laura Hobson Faure.

Le plan s’articule en trois grandes parties, elles-mêmes organisées en trois chapitres chacune. Le découpage chronologique est disproportionné, accordant 150 ans à la première période (1789-1940), celle des Israélites de France, cinq ans à la seconde (1940-1945), celle des personnes de « race » juive pendant la Seconde Guerre mondiale, et une soixantaine d’années à la dernière période (1945-années 2000), celle des Juifs qui doivent se reconstruire. Ce déséquilibre n’est absolument pas préjudiciable aux différentes argumentations et se justifie par le contexte historique. Encore une fois, l’histoire factuelle sous tend la réflexion sur l’identification des Juifs. Les trois chapitres consacrés aux années 1940 constituent probablement la meilleure partie de la thèse selon Patrick Cabanel.

Le jury est également unanime pour reconnaître une maîtrise impressionnante des fonds d’archives. Claire Zalc qualifie Rudy Rigaut de « véritable chasseur d’archives et de documents ». Sources et bibliographie, partagées en trois parties chronologiques, occupent une soixantaine de pages. Les sources archivistiques, privées et publiques, sont associées à d’autres éléments architecturaux ou monumentaux comme les synagogues, à des quartiers de cimetières et à des entretiens individuels (14 entretiens d’histoire orale semi-directifs avec 21 individus). Des fonds essentiels comme ceux de l’Alliance israélite universelle, du Centre de Documentation Juive Contemporaine ou encore du YIVO à New York, les Archives Centrales pour l’histoire du Peuple juif à Jérusalem, celles de Yad Vashem et celles de la Caserne Dossin de Malines ont été visités. S’y ajoutent les fonds des communautés juives du littoral qui, pour modestes qu’ils soient, n’en sont pas moins intéressants. Il faut saluer la curiosité de Rudy Rigaut qui mena aussi son enquête à partir des ressources funéraires avec une analyse fine des épitaphes qui révèlent des formes multiples d’appartenance juive ; analyse complétée par la lecture des registres des cimetières et une inspection des cimetières militaires nombreux dans ces régions de combats pour les deux guerres mondiales. Voilà une démarche peu pratiquée mais qui mérite d’être suivie par d’autres chercheurs.

Chantal Bordes-Benayoun conclut : le candidat est « un enquêteur hors pair, doué d’un véritable esprit scientifique ».

Les annexes donnent à voir 92 documents (rapports, notes, plans, plusieurs types de photographies, synagogues, plaques funéraires, etc.) offrant un corpus très bien classé qui pourra servir à la documentation des cours d’enseignants ou des exposés d’étudiants.

Les apports de la thèse :

  • Une contribution à l’histoire de l’identification des Juifs en France qui a le mérite de poser « la question des déclinaisons de la judéité qui, dans le cadre français, s’accompagne de données particulières et fortement changeantes sur la période considérée, autrement dit les XIXe et XXe siècles » (Claire Zalc). Ceci en fonction des analyses des différentes législations, des textes et pratiques communautaires, ou encore des contextes institutionnels divers. La thèse portant sur une région bien définie et limitée, s’inscrit en regard d’une littérature puissamment parisiano-centrée (Claire Zalc).

  • Une historicisation de l’appartenance à la judéité sur la longue durée. La perspective pluriséculaire : plus de deux siècles, est indiscutablement novatrice, et le pari d’une telle longue durée est osé. Cela permet d’étudier la fabrique communautaire durant des régimes politiques différents, qui se répartissent sur trois révolutions industrielles, pendant l’épisode de la Seconde Guerre mondiale, qui bouleverse les données, enfin durant l’après-guerre qui renouvelle les critères de définition avec la création de l’État d’Israël qui devient un point d’ancrage dans l’identification.

  • Un éclairage particulier sur les pratiques matrimoniales en milieu minoritaire et dans des communautés très réduites. Par exemple, cite Laura Hobson Faure, l’épouse Berr, à Boulogne-sur-Mer, est (ou était) catholique, elle est comptabilisée sur les listes du Consistoire, malgré la Halacha, et plus tard elle est enterrée dans le cimetière israélite, sans qu’il y ait trace de conversion. Des idées reçues sont ici bousculées.

  • Une mise en évidence de l’importance de l’exogamie pratiquée dans ces petites communautés, processus continu tout au long de la période étudiée et qui relève d’une relative banalisation au sein des communautés. Les unions entre Juifs et chrétiens concernent jusqu’à un tiers de la population étudiée ! Ainsi s’éclaire d’un jour nouveau la question de l’ouverture ou du repli des communautés, et la question de la mixité religieuse, selon les contextes locaux.

  • L’affirmation de la mobilisation des Juifs eux-mêmes dans la résistance à la persécution, mobilisation de plus en plus reconnue par les historiens (Iannis Roder, Sortir de l'ère victimaire, Pour une nouvelle approche de la Shoah et des crimes de masse, Paris, Odile Jacob, 2020 ou Jacques Semelin Sans armes face à Hitler. La Résistance civile en Europe (1939–1943), Paris, Payot, 1989, rééd. 1998). C’est le cas du Dr. Schekter, par exemple, de Boulogne-sur-Mer qui réagit vigoureusement à l’expulsion des Juifs de sa ville dès décembre 1940.

  • La mise en évidence aussi du statut particulier de ce littoral qui se singularise par une chronologie particulière de la persécution et des mesures antisémites précoces et multiples. Rudy Rigaut évoque, à juste titre, l’« empilement » et la concurrence des législations antisémites. Mais déjà, dès le XIXe siècle, le littoral se différencie du reste de la région : il constitue une zone de confins et de carrefour, à la fois, où se rencontrent des populations originaires d’Angleterre et de l’espace néerlandais (Hollande, Belgique flamande), puis une zone de frontière face à l’Angleterre notamment durant la Seconde Guerre mondiale mais aussi de refuge pour les migrants allemands fuyant les persécutions nazies (réfugiés du navire Saint-Louis en 1939).

En résumé, il est possible de décrire le processus d’identification de la manière suivante :

  • l’auto-identification et l’identification par autrui se font à partir de la Nation : à la fin du XVIIIe siècle et au début de XIXe siècle.

  • durant le XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle, le Juif appartient à la seule Nation française. Cette appartenance est exacerbée par l’engagement des Juifs dans la Première Guerre mondiale et même dans les premiers combats de la Seconde Guerre avec les Régiments de Marche des Volontaires Étrangers.

  • mais l’antisémitisme d’une partie de la société puis de l’État français durant la Seconde Guerre mondiale impose une identité marginalisante, voire excluante : celle de la « race » juive.

  • après la guerre revient-on à l’appartenance à la Nation juive ? Il semble que non mais l’appartenance à une partie de Français porteurs d’une histoire particulière avec des références en dehors de la Nation : à l’État d’Israël et mémoire de la Shoah, nouveaux modes d’appartenance.

La religion, si elle est sous jacente, n’est pas toujours primordiale dans ces identifications.

Et en conclusion : la thèse apporte beaucoup et même si la question reste ouverte (dernier mot de Rudy Rigaut), il faut insister pour souligner qu’elle est bien autre chose qu’une monographie « départementalisée » qui viendrait compléter un puzzle. Sa publication a été souhaitée par l’ensemble du jury.

  • Logo CECILLE - Centre d'Études en Civilisations, Langues et Lettres Étrangères
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search