Navigation – Plan du site

AccueilNuméros81

81 | 2021
Des synagogues à travers les âges Lieux de prières, lieux d’études et autres fonctions

Notes de la rédaction

À NOS LECTEURS

 Dans ce numéro, nous renouons avec nos habitudes et présentons nos rubriques coutumières : un dossier, des varias, l’édition d’un document d’archives, des hommages et des informations.

Le thème du dossier, « Des synagogues à travers les âges. Lieux de prières, lieux d’études et autres fonctions », était ambitieux. Il était impossible de couvrir toutes les époques pour toutes les aires géographiques. Les auteurs des articles se donnent donc des limites temporelles en choisissant quelques siècles et des limites spatiales où la France domine.

Un seul article nourrit la rubrique « Varia ». Nous le devons à Ron Naiweld qui scrute le divin à partir de deux juifs célèbres, pourtant éloignés dans le temps, Rashi et Moses Hess. Cela permet de mesurer les différences de préhension de la divinité.

Quant à Monique Heddebaut, grâce à ses recherches, elle sort de la poussière des archives – départementales du Pas-de-Calais – une sinistre circulaire rédigée par René Bousquet, le secrétaire général de la police du gouvernement de Vichy. Cette circulaire, adressée aux préfets, met en garde contre les « agissements des Juifs » qui s’adonneraient illicitement au marché noir, dans les campagnes, ruinant l’économie nationale. Alors qu’en août 1943 (date de la circulaire), il est notoire que les juifs se cachent, sans papiers, sans cartes de ravitaillement, et en conséquence vivent très difficilement. Le contenu de la circulaire relève du cynisme. Elle permet aux préfets de poursuivre les juifs partout où ils tentent de survivre.

La rubrique des hommages rappelle l’engagement d’hommes et de femmes pour contrer la persécution nazie envers les juifs. Le décès récent de Fanny Kleiman, fidèle abonnée et solide soutien de la revue dès ses premiers numéros, invite à nous souvenir de « la petite fille cachée sous la table » pour échapper à l’arrestation et de ses parents qui prennent l’initiative de se soustraire à la déportation.
D’autre part Carmen Grabuschnig, à l’occasion du dixième anniversaire de la mort de Jean Jülich, remet en lumière l’audacieux combat des « Pirates de l’edelweiss » qui aidaient des juifs au sein même du IIIe Reich. Yad Vashem ne s’est pas trompé en reconnaissant Jean Jülich, Juste parmi les Nations.

Enfin, dans la rubique « Information », nous avons le plaisir d’annoncer la naissance d’une nouvelle parution, la Revue K sous-titrée « Les Juifs, l’Europe, le XXIème siècle », co-créée par Jacques Ehrenfreund membre du comité de rédaction de Tsafon. Elle est consultable en ligne sur son site : https://k-larevue.com/.

En 2021, alors que Tsafon vit sa trente-deuxième année d’existence et bénéficie du soutien de l’association Jean-Marie Delmaire depuis 1998, de nouvelles perspectives s’ouvrent. Nous avions déjà engagé des démarches, abouties, pour que la revue fasse partie des publications scientifiques de l’université de Lille. Martine Benoit, présidente de l’association, et Danielle Delmaire continuent leurs négociations avec les services de la valorisation de la recherche de l’université de Lille afin que ces derniers prennent le relais pour les travaux de composition de la revue et la gestion des abonnements. Le contrat étant en cours, les changements ne sont pas encore effectifs. En 2021, la composition est encore assurée par Danielle Delmaire et la gestion des abonnements restera à la charge de l’association Jean-Marie Delmaire en 2021 et 2022. Nos abonnés seront tenus au courant de ces nouveautés.
Cette évolution a incité plusieurs membres du comité de rédaction de la revue à changer leur appartenance à un laboratoire de recherches de l’université de Lille. En conséquence, notre subvention provient désormais du laboratoire ALITHILA (Analyses littéraires et Histoire de la Langue) qui nous a accueillis. Nous profitons de cet éditorial pour remercier chaleureusement Florence de Chalonge, directrice du laboratoire, pour son accueil et sa générosité.

 

À toutes et à tous, bonne lecture

                                                                                                                             Tsafon

 

Remarque : Comme toujours, nous laissons aux auteurs le choix d’écrire le substantif « juif » avec ou sans majuscule.

  • Logo Alithila - Analyses Littéraires et Hitoire de la Langue
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search