Navigation – Plan du site

AccueilNuméros82

82 | 2021
Enjeux esthétiques dans la littérature après Auschwitz

Notes de la rédaction

À NOS LECTEURS

 

Après Auschwitz, la littérature et la poésie ont-elles encore cours ? Fallait-il rapporter les faits, les événements fidèlement ou pouvait-on écrire un récit fictionnel ? L’esthétisme peut-il nourrir une littérature sur la Shoah ? L’éradication de tout un peuple peut-elle être source d’esthétisme ? Voilà autant de questions auxquelles le dossier, rassemblé et présenté par Andrée Lerousseau, essaie de répondre. Les auteurs des articles se réfèrent à des écrivains israélien, belge, luxembourgeois, français et autres pour tenter de répondre ou, pour le moins, argumenter.

L’équipe de Tsafon exprime toute sa reconnaissance envers la famille d’André Schwarz-Bart pour avoir mis à la disposition de Francine Kaufmann des notes que l’écrivain a griffonnées en marge de livres, sur les pages de garde d’ouvrages ou encore sur des carnets. Il s’agit là d’une compilation d’écrits non dépourvus d’intérêt pour cerner la production littéraire du lauréat du Prix Goncourt de 1959. Francine Kaufmann nous annonce que ces notes sont abondantes et nous promet d’autres éditions avec le plein accord de la famille d’André Schwarz-Bart à laquelle nous renouvelons nos remerciements.

 

La rubrique Varia est alimentée par un seul article de Danielle Delmaire qui, grâce à des documents des Archives départementales de la Marne confrontés à des témoignages et d’autres sources archivistiques, a pu reconstituer le sort de dix-huit travailleurs juifs de Lille, enrôlés dans le chantier de Champaubert-aux-Bois, dans la Marne, pour un travail de bûcheronnage. L’offre faite par la puissance occupante et le Gouvernement de Vichy s’est rapidement avérée être un leurre : le travail était très pénible, les conditions de vie très dures. Lors d’une permission, ils prennent la décision de ne pas rentrer au chantier. Revenus chez eux, ils ont constaté la disparition de leur femme et de leurs enfants, suite à la grande rafle du 11 septembre 1942, alors que promesse leur avait été faite que, grâce à leur enrôlement sur le chantier, leur famille serait épargnée des arrestations ! Ces parcours montrent que les Juifs ont résisté à l’extermination et ont pris leur sort en mains, en fuyant le chantier puis, à leur retour, en se cachant.

 

Dans le précédent numéro nous faisions état de nos démarches auprès des services de la valorisation de la recherche de l’université de Lille qui, à partir de 2022, assureront désormais les travaux de composition de la revue et son impression. Les démarches ayant abouti, les décisions prises seront exécutées dès la publication de notre prochain numéro en juin 2022.

Quant à la gestion des abonnements, elle restera, en 2022, sous la responsabilité de l’association Jean-Marie Delmaire.

L’année 2022 qui s’annonce est donc celle où « Tsafon tourne la page ». Emmanuel Persyn, collaborateur à la revue dès les premiers instants, livre une rétrospective de la trentaine d’années de notre existence.

 

À signaler encore : dans notre rubrique « À travers les livres », les publications de trois poétesses juives et/ou israéliennes sont recensées.

 

À toutes et à tous, bonne lecture

Tsafon

 

Remarque : Comme toujours, nous laissons aux auteurs le choix d’écrire le substantif « juif » avec ou sans majuscule.

  • Logo Alithila - Analyses Littéraires et Hitoire de la Langue
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search