Navigation – Plan du site

Accueil83

83 | 2022
La SNCF face à la Shoah

Notes de la rédaction

À NOS LECTEURS
 
            Nous l’avions annoncé dans l’éditorial de notre précédente livraison, ce numéro 83 est le premier dont la composition est effectuée par les services de la valorisation de la recherche de l’université de Lille, en vertu des accords conclus entre cette dernière et l’association Jean-Marie Delmaire. Il en résulte un format un peu différent et surtout une première page de couverture transformée grâce à la dextérité de Solenn Bihan. Qu’elle en soit ici remerciée. En revanche, le contenu de ce numéro et de ceux qui suivront ne change pas, sauf si la participation de certains auteurs bouscule parfois nos rubriques. Notre intention est bien de maintenir la publication d’un dossier thématique, d’articles relevant de varia et d’un inédit : document d’archives ou récit d’auteur.
           Comme habituellement, ce numéro s’ouvre donc sur un dossier qui tente d’analyser le rôle de la SNCF face à la persécution des Juifs en France, tant du côté de l’entreprise que de son personnel. Quatre historiens ont participé à ce dossier. Ce thème a été choisi en souvenir du sauvetage des Juifs du Nord et du Pas-de-Calais raflés le 11 septembre 1942, par les cheminots de la gare de Lille-Fives, et dont nous commémorons le quatre-vingtième anniversaire qui sera ponctué de diverses cérémonies mémorielles, dans plusieurs villes des deux départements.
            La rubrique « Varia » commémore également un anniversaire : les cent cinquante ans de la naissance de Theodor Lessing (1872-1933). Le philosophe juif, auquel Martine Benoit a déjà consacré d’autres travaux, eut à affronter un environnement férocement antisémite pendant la République de Weimar mais aussi dans l’Allemagne impériale. Il s’est élevé avec courage et audace contre les exactions et a refusé de dissimuler sa judéité. En 1933, il mourait assassiné par des hommes de main nazis alors qu’il espérait trouver refuge en Tchécoslovaquie. Comme le précise Martine Benoit, rappeler la mémoire de ce philosophe allemand, juif, devient une nécessité dans le contexte actuel.
            La rubrique « Édition » est très présente, dans ce numéro, grâce au travail de Francine Kaufmann qui a transcrit de nombreuses pages manuscrites d’André Schwarz-Bart (1928-2006) qui avait commencé l’écriture d’une pièce de théâtre : Kaddish, du nom de cette prière que les Juifs récitent en l’honneur de leurs défunts. L’écriture n’a jamais abouti. En revanche, un nombre conséquent de fragments a été conservé. Entre 2010 et 2016, lors de séjours à Goyave, en Guadeloupe où vit Simone Schwarz-Bart, Francine Kaufmann a pu photographier ces morceaux d’écriture. Elle a réussi à reconstituer en grande partie la pièce elle-même. Celle-ci n’a jamais été publiée et nous sommes très reconnaissants envers notre collaboratrice pour cette publication complètement inédite. Il nous faut aussi grandement remercier Simone Schwarz-Bart qui a accordé toute sa confiance à Francine Kaufmann en l’autorisant à photographier et publier ces manuscrits.
            La publication seule ne suffisait pas, Francine Kaufmann présente et annote le texte. Désormais reconstituée, la pièce pourrait être mise en scène. Les détails sur le jeu des acteurs et les tableaux sont suffisamment précis. Ces pages s’ajoutent à l’oeuvre bien connue du lauréat du Prix Goncourt de 1959 pour Le Dernier des Justes. La reproduction des photos prises par Francine Kaufmann à Goyave, avec l’aimable autorisation de Simone Schwarz-Bart, donne à voir l’écriture de l’écrivain.
            Dans notre rubrique « À travers les livres », nous avons ajouté le compte rendu d’une exposition sur « La communauté juive du Valenciennois, 1950/1950 ». Elle a été réalisée par les élèves du Lycée du Pays de Condé, près de Valenciennes, sous la direction de leur professeur d’histoire Ambert Romain. La qualité du travail d’historien méritait d’être signalée.
 
À toutes et à tous, bonne lecture
 
Tsafon
 
Remarque : Comme toujours, nous laissons aux auteurs le choix d’écrire le substantif « juif » avec ou sans majuscule.
  • Logo Alithila - Analyses Littéraires et Hitoire de la Langue
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search