Navigation – Plan du site

AccueilNuméros84DOSSIER : Déposséder – dépossédé....Deuxième partie. Rétrécissement d...La dépossession par la terreur et...

DOSSIER : Déposséder – dépossédé. Corps marginalisés, espaces déterritorialisés
Deuxième partie. Rétrécissement de l’espace de vie

La dépossession par la terreur et la persécution dans les récits diaristiques juifs-allemands de Victor Klemperer et Willy Cohn

Arvi Sepp et Annelies Augustyns
p. 51-66

Résumés

Les diaristes juifs-allemands Victor Klemperer et Willy Cohn ont tenu un journal intime pour préserver par-dessus tout leur identité individuelle et leur liberté d’expression contre le régime national-socialiste. Leurs détails diaristiques révèlent le point de vue des victimes quant à l’étranglement permanent de leur espace d’action. La vie quotidienne, dont les diaristes essaient de retenir le caractère éphémère dans leurs notes, est en même temps soumise à une angoisse existentielle permanente. Dans ce contexte, le quotidien représente un endroit dans lequel on retrouve la sécurité et l’ordre auxquels on aspire tant, mais qui peut néanmoins être frappé soudainement par la mort. La terreur omniprésente y est décrite comme aléatoire et arbitraire, de sorte qu’il est impossible pour les victimes d’évaluer et de prédire ce qui va leur arriver et quand. Les deux auteurs concernés deviennent de ce fait des objets vulnérables qui doivent se plier à la cruauté des caprices du régime et essaient de trouver des stratégies compensatoires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Dans la présente contribution, les sigles suivants seront utilisés :
    CVI : Klemperer, Curriculum Vit (...)

1Les diaristes juifs-allemands Victor Klemperer et Willy Cohn ont tenu un journal intime pour préserver par-dessus tout leur identité individuelle et leur liberté d’expression contre le régime national-socialiste : le philologue Klemperer à Dresde jusqu’en 1945, l’historien Cohn à Breslau jusqu’à sa déportation à Kaunas en 1941. Leurs détails diaristiques révèlent le point de vue des victimes quant à l’étranglement permanent de leur espace d’action. Leurs journaux intimes permettent d’avoir une idée de la vie quotidienne sous le régime nazi et des étapes et des influences mentales de la dépossession. Dans les journaux s’infiltrent des remarques qui témoignent jour après jour de l’influence rampante de l’idéologie nazie sur leur vie quotidienne. D’année en année, Cohn et Klemperer se rendent compte du fait qu’ils ont toujours moins de possibilités et qu’on les dépossède économiquement, socialement, matériellement. Ils dépendent de règles aléatoires et arbitraires. Il leur semble impossible d’évaluer et de prédire ce qui va leur arriver et quand.

  • 2 « Die Fundamentalangst [...] ist es ja, die in den schweren Krisen des Lebens die In-Frage-Stellung (...)
  • 3 Hannah Arendt, Elemente und Ursprünge totaler Herrschaft. Antisemitismus, Imperialismus, Totalitari (...)
  • 4 Ibid., p. 908.

2La vie quotidienne, marquée par une dépossession progressive à plusieurs niveaux, dont les diaristes essaient de retenir le caractère éphémère dans leurs notes, est en même temps soumise à une angoisse existentielle permanente. Dans ce contexte, le quotidien représente un endroit dans lequel on retrouve la sécurité et l’ordre auxquels on aspire tant, mais qui peut néanmoins être frappé soudainement par la mort. Dans leurs journaux, Klemperer et Cohn représentent la suspension des repères familiers de la vie de tous les jours et de l’état normal. Cette peur abroge toute évidence ou tout sentiment naturel de la réalité vécue. Dans le deuxième volume de leur étude sociologique Strukturen der Lebenswelt [Les structures du monde vécu], Alfred Schütz et Thomas Luckmann offrent une explication phénoménologique de l’expérience de la crise existentielle, comme Klemperer et Cohn l’expriment de façon saisissante. Dans les moments de danger de mort, les prétentions à la validité universelle de la réalité quotidienne et leur indiscutable évidence sont dissoutes : « C’est bien l’angoisse fondamentale […] qui, dans les graves crises de la vie, motive la remise en question du quotidien. Au moins provisoirement, la réalité quotidienne dans toutes ses convenances est mise entre parenthèses »2. Selon Hannah Arendt, la terreur imprévisible, qui tient dans sa main la vie des victimes du totalitarisme, est l’essence même du pouvoir totalitaire3. En effet, la peur permanente met fin à la spontanéité et semble transformer les êtres humains en une chose qui, dans des conditions identiques, se comportera toujours de la même manière4.

3Avec cette contribution, nous voulons montrer comment la caractéristique principale de la terreur telle qu’elle est représentée dans les journaux de Klemperer et Cohn consiste précisément dans le fait que la spontanéité humaine est détruite. Les deux auteurs concernés deviennent de ce fait des objets vulnérables qui doivent se plier à la cruauté des caprices du régime. La réaction est de se retirer. Les deux diaristes essaient de réorganiser leur vie à leur domicile qui leur semble le dernier refuge dans un monde de terreur.

Victor Klemperer

  • 5 Cf. Walter Nowojski, Victor Klemperer. Romanist – Chronist der Vorhölle, Teetz, Hentrich & Hentrich (...)

4Le carnet de notes de Victor Klemperer, Ich will Zeugnis ablegen bis zum letzten [Je veux témoigner jusqu’au bout], évoque les « limbes » de la Shoah5, ce qui produit sur le lecteur un effet horrifiant et consternant, sans pour autant l’exposer à un univers qui dépasserait son imagination. Les événements décrits correspondent néanmoins à un moment notable dans l’histoire de la Shoah : l’étape dont Klemperer nous livre ici le témoignage expressif est celle du rétrécissement progressif d’une sphère d’action qui, en dernier ressort, aurait pu converger vers le camp d’extermination. Le diariste était conscient du fait que son carnet de notes ne rendait compte que très insuffisamment de l’horreur de l’extermination planifiée dans des camps de concentration ou d’extermination comme Buchenwald ou Auschwitz. Ce vécu n’était pas le sien (cf. ZAII, p. 314 [18 janvier 1943]), et c’est d’ailleurs a posteriori qu’il lui confère, tout en se démarquant de la détresse guère descriptible de six millions de Juifs assassinés, l’attribut de « limbes », d’antichambre de l’enfer.

5Klemperer reconnut, à propos de sa situation pendant la Seconde Guerre mondiale, « qu’à cette époque, je qualifiais d’enfer ce que je considérai plus tard comme parvis, comme limbes dantesques » (LTI, p. 57). Jusqu’en 1939, son mariage mixte avec sa femme Eva lui assurait des privilèges auxquels d’autres Juifs n’avaient pas droit. Notre but n’est pas ici de décrire, ne fût-ce qu’approximativement, la politique raciale et le processus de persécution des couples « mixtes ». Nous nous limiterons au constat que ces persécutions se faisaient, au même titre que les autres, de plus en plus nombreuses et que la survie d’un conjoint juif dépendait entièrement de son conjoint non juif. La probabilité d’être soumis à la déportation augmentait en cas de divorce ou de décès du conjoint désigné comme « aryen » :

  • 6 « Im Haus hier wohnt ein riesiger und gutmütiger Mann Heim, mit dem ich gelegentlich ein paar Worte (...)

Dans l’immeuble habite un homme du nom de Heim, un géant plutôt gentil, avec lequel j’échangeais de temps en temps quelques mots. Un aubergiste. Je n’ai jamais vu sa femme, elle était déjà malade quand nous avons emménagé. L’homme est lui-même très malade du cœur. Hier après-midi, la femme aryenne (cancer) est décédée. L’homme doit dès à présent, sans tarder, « faire sa petite valise » (ut aiunt) : il sera certainement déporté très bientôt, à Theresienstadt, si pas plus loin.6 (ZAII, p. 491 [28 février 1944])

6En tant que « conjoint mixte », Klemperer n’avait (et il en était d’ailleurs tout à fait conscient) « au moins pas tout autant à craindre que les autres » (ZAII, p. 216 [20 août 1942]).

  • 7 Ainsi, l’amitié avec les couples Kaufmann et Kühn se désagrège en raison de leurs convictions polit (...)

7Revenons un peu en avant pour appréhender l’impact de l’antisémitisme sur Klemperer. Les lois raciales de Nuremberg participaient à la stigmatisation juridique des Juifs et poussaient Klemperer à l’isolement, mais son réseau de relations se voit ébranlé tout au long des deux premières années du troisième Reich (cf. par exemple ibid., p. 75 [31 décembre 1933]). Dans ce contexte d’ostracisation, il adopta dans un premier temps, durant la première période des mesures antisémites, des stratégies compensatoires. Il organisait chez lui des réunions avec des personnes ayant le même état d’esprit et partageant le même sort, tout en tournant le dos aux connaissances déloyales. Ses contacts avec ses collègues universitaires se limitaient, depuis son licenciement en 1935, aux professeurs émigrés Dember et Blumenfeld, avec lesquels il entretenait des liens d’amitié. Ses contacts privés se raréfiaient au fil des années, et ceux parmi ses amis et anciennes connaissances qui avaient des accointances avec le sionisme, le communisme ou le NSDAP étaient résiliés du carnet d’adresses7. Klemperer classait ses amis et connaissances en trois catégories différentes en fonction de leur attitude à l’égard de sa discrimination : « Les fidèles et courageux », « Au pilori » et « Les indécis » (ZAI, p. 221 [5 octobre 1935] ; italiques dans l’original). Des amis de longue date se détournaient de lui, tout comme lui rompait les liens avec ceux dont les convictions n’étaient plus les mêmes. Quant aux anciens collègues, nombreux furent ceux qui se mirent à éviter le romaniste comme un « cadavre de pestiféré » (Ibid., p. 223 [19 octobre 1935]), et devant la perdition sciemment voulue par le régime de son intégrité personnelle et sociale, il se vit réduit au statut de « paria littéralement couvert de crachats » (Ibid., p. 426 [2 octobre 1938]).

8Après avoir été renvoyé de la Technische Hochschule de Dresde en 1935, Klemperer, qui avait pour objectif d’élaborer une histoire de la littérature française, s’intéressa plus particulièrement au XVIIIe siècle. Il poursuivit ses recherches jusqu’en 1938, date à laquelle il se vit définitivement refusé l’accès aux bibliothèques et contraint d’abandonner son objet de recherche favori, cet « enfant préféré et source de bien des tourments [qu’est] le dix-huitième » (CVI, p. 9). Ses recherches avortées continuèrent néanmoins d’alimenter ses convictions philosophico-politiques. Pour lui, le cosmopolitisme et les Lumières, incarnés par des figures emblématiques comme Voltaire, Montesquieu et Diderot, étaient les seules valeurs culturelles qui, malgré toutes les humiliations subies, étaient ressorties indemnes des douze années de dictature national-socialiste. La philosophie des Lumières constituait la source inspiratrice et féconde de sa lutte pour la survie :

Quand la fonction publique fut purgée et que je perdis ma cathèdre, je me retirai encore davantage du monde présent. Voltaire, Montesquieu et Diderot, ces penseurs des Lumières si peu à la mode et si décriés, ont toujours compté parmi mes préférés. À présent, je pouvais consacrer tout mon temps et toute mon énergie à mon opus déjà fortement avancé. (LTI, p. 21sq.)

  • 8 Dans la maison de la communauté juive, un fonctionnaire allemand informa le romaniste le 9 décembre (...)
  • 9 Cf. Michael Wildt, « Angst, Hoffen, Warten, Verzweifeln. Victor Klemperer und die Verfolgung der de (...)
  • 10 C’est finalement le 24 mai qu’ils emménagèrent dans le « Judenhaus » de la Caspar-David-Friedrich-S (...)
  • 11 Dans ce contexte, Michael Wildt souligne à juste titre que le journal de Klemperer reste un journal (...)

9L’histoire contemporaine fait inévitablement irruption dans son journal : L’imbrication du journal intime, des travaux scientifiques et des événements contemporains est indéniable. Dans les journaux s’infiltrent des remarques qui témoignent jour après jour de l’influence rampante de l’idéologie nazie sur la vie quotidienne. C’est avec maints détails qu’il dépeint la construction laborieuse de la maison, les multiples adversités à surmonter, la question du financement de la dette et enfin, après son incarcération dans la maison juive8, la pression exercée sur lui pour qu’il procède à la vente. Les lois anti-juives, destinées à rassembler la population juive, à abolir les contrats de bail dans les villes et à implanter des « maisons juives »9, avaient des conséquences considérables pour les Klemperer. Ils durent quitter la maison qu’ils avaient construite avec tant d’efforts avant le 1er avril 1940 et emménager dans une « maison juive » (cf. ZAI, p. 503 [9 décembre 1939])10. La perte de biens matériels constituait toujours aussi une restriction des possibilités d’action, une atteinte à l’estime de soi et une menace pour l’identité. Ayant trait à l’expropriation, les notes de la première partie de l’année 1940 montrent en détail la procédure bureaucratique (résiliation de l’hypothèque, dissolution des relations juridiques, etc.) qui a servi à expulser Klemperer de sa propriété11.

10L’exclusion sociale et la privation des droits politiques des Juifs, qui débuta en 1933, culminèrent en septembre 1941 dans le port obligatoire de l’« étoile juive ». Pour Klemperer, le marquage était rétrospectivement le coup le plus dur à encaisser durant les douze années de dictature nazie (cf. LTI, p. 213). La population juive fut stigmatisée de manière claire et reconnaissable. Toute infraction à la mesure était sanctionnée par de lourdes amendes et/ou des peines de prison. Pour le diariste, l’application de la loi du marquage était une humiliation qui ne faisait qu’annoncer le pire à venir :

  • 12 « Die Judenbinde, als Davidstern wahr geworden, tritt am 19 September in Kraft. Dazu das Verbot das (...)

Le bandeau juif, qui faisait apparaître l’étoile de David, entre en vigueur le 19 septembre. Sans compter l’interdiction de quitter la périphérie de la ville. Mme Kreidl sen. était en larmes, Mme Voß prise d’un malaise cardiaque, et selon Friedheim le coup est plus dur encore que tout ce que nous avons connu jusqu’à présent, pire que la remise des biens. Je suis moi-même brisé, je n’arrive pas à retrouver mon calme. […] Les journaux se justifient : maintenant que l’armée a appris à connaître, par le bolchévisme, la cruauté, etc. du Juif, toute possibilité de camouflage doit être empêchée, afin d’épargner à nos camarades tout contact avec eux.12 (ZAI, p. 663 [15 septembre 1941])

11Quelques jours plus tard, Klemperer note dans son journal : « Hier, quand Eva a cousu l’étoile juive, crise de désespoir conjointe de bile noire. » (Ibid., p. 671 [20 septembre 1941]) L’introduction de l’étoile juive signifie pour le romaniste l’exclusion définitive et explicite de la communauté allemande, de ce fond général dans lequel il aurait si volontiers voulu plonger par assimilation (cf. CVI, p. 352). Une tactique compensatoire née de cette position marginale consistait à démonter le mécanisme langagier de la pensée raciale afin de faire toute la lumière sur l’arbitraire et l’illégitimité de l’antisémitisme « primitif ».

12En 1940, soit sept ans après le boycott des magasins juifs, cinq ans après l’introduction des lois raciales de Nuremberg, deux ans après la « Nuit de cristal », un an après la promesse d’anéantissement de la population juive professée par Hitler le 30 janvier 1939 dans un discours devant le Reichstag, Klemperer fit la rencontre d’un fonctionnaire du bureau des pensions auquel il relata les humiliations subies (expropriation, arrestation, retraite forcée, interdiction de quitter la zone urbaine). Cet homme, malgré sa bonhomie, n’en était pas moins frappé de cécité collective envers le sort de la population persécutée :

  • 13 « Daß man mein Haus genommen, daß ich Dresden nicht verlassen kann, daß ich verhaftet war usw. usw. (...)

Que l’on m’ait pris ma maison, que je n’avais pas le droit de quitter Dresde, que l’on m’ait arrêté etc., de tout ceci il ignorait tout. « Et moi qui pensais que vous, en tant que soldat de première ligne… Ne serait-il pas plus opportun de vivre autre part, où il serait plus facile d’oublier ? Ne pouvez-vous pas percevoir votre retraite à l’étranger ? ». Sa stupéfaction était sincère, bien que revue à la sauce national-socialiste : « Incroyable que cela tombe sur vous. Mais vous êtes d’accord avec moi que le Juif nous porte préjudice… nous avions mal calculé vos impôts, nous ignorions que vous êtes, pardon, Juif. [...] Vous ne pouvez tout de même pas mettre en doute notre victoire ». J’émis un léger doute, ce qui ajoutait à sa stupéfaction et était imprudent de ma part.13 (ZAI, p. 554 [27 septembre 1940])

13Une attitude respectueuse, polie, teintée de critique envers le système est parfois, comme le montrent les deux passages ci-dessus, un bouclier protecteur, derrière lequel se cache un rejet glacial de l’autre, en l’occurrence « du Juif ». Ces marques d’amitié, à la fois superficielles et ambiguës, tranchent singulièrement avec certaines réactions porteuses de vraie sympathie et a fortiori punissables par la loi.

  • 14 « Wir sind in tragikomisch hohem Grad von unsern Katzen abhängig ».

14Malgré l’expérience du quotidien marquée par la dépossession et la peur, le cadre de vie de Victor Klemperer en tant que juif dans un « mariage mixte » (Mischehe) offre encore en certains moments la possibilité de ressentir un sens de quotidienneté, de s’ennuyer, de disposer d’un espace privé. Dans ce contexte, ce qui pourrait paraître comme un détail absolu de la dépossession dans la quotidienneté sous le national-socialisme, ne l’est pourtant pas dans les journaux de Klemperer : le sort de leur chat ; les nombreuses pages dédiées aux chats sont indicatives de la sauvegarde de cette quotidienneté dans les limbes dantesques des mariages mixtes à l’intérieur des frontières du Reich allemand. Les Klemperer n’avaient pas d’enfants. Ce choix, pleinement assumé dès leur rencontre en 1904 (cf. CVI, p. 384), ne fut jamais remis en question par la suite. L’impression cependant qui s’en dégage est que l’absence d’enfants était contrée par la présence d’animaux (cf. LSII, p. 708 [19 mai 1931]). Eva surtout était tout particulièrement attachée à ses chats qui, comme le constate non sans jalousie le diariste, « étaient tout ce qui lui était resté de ses joies et de ses croyances en la vie » (ZAI, p. 5 [14 janvier 1933]). Progressivement les chats assuraient au couple un lien vital face à la dissolution de leur environnement social : « Nous dépendons de nos chats à un degré d’intensité tragicomique »14 (Ibid., p. 229 [19 novembre 1935]).

15En cette période de rationalisation alimentaire, Muschel, le chat favori, recevait gracieusement presque toute la ration hebdomadaire de viande à laquelle pouvait prétendre le couple, alors qu’ils étaient tous deux tenaillés par la faim : « Agonies alimentaires à cause de Muschel, à qui je laisse toute ma ration de viande et à qui Eva donne la plus grande partie de la sienne » (A 137, 434 [10 avril 1940]). Assurer le bien-être de l’animal était un bonheur de substitution, un équivalent leur permettant de détourner l’attention de la misère régnante. Il n’est donc pas étonnant que la mesure publiée dans le Jüdisches Gemeindeblatt de mai 1942, selon laquelle les Juifs n’étaient plus autorisés à détenir des animaux de compagnie ait fortement affecté les Klemperer, et plus particulièrement Eva :

  • 15 « Sternjuden und jedem, der mit ihnen zusammenwohnt, ist mit sofortiger Wirkung das Halten von Haus (...)

Aux Juifs étoilés et à toute personne vivant avec eux, il est interdit avec effet immédiat de détenir des animaux domestiques (chiens, chats, oiseaux) ; les animaux ne peuvent pas être mis en pension. C’est la sentence de mort pour Muschel, qui est chez nous depuis plus de onze ans et auquel Eva est très attachée. Il sera emmené chez le vétérinaire demain pour lui épargner la peur du déplacement et de l’assassinat collectif. Quelle bassesse cruelle pour une poignée de Juifs. […] Pour Eva, il a toujours été d’un grand soutien et de réconfort. Sa résistance en sera affaiblie.15 (ZAII, p. 85sq. [15 mai 1942])

16La mascotte de la famille fut piquée par décret. Fidèles à leurs principes, les Klemperer ne renoncèrent pas, le jour avant la date fatidique, au plaisir d’offrir à l’animal un « festin de victoire », avec au menu la meilleure des escalopes de veau (Ibid.). L’amour des chats (ZAI, p. 77 [1er janvier 1934]) permettait au couple de développer des barrières toujours plus résistantes et de garder la tête haute. La bonne santé des félins étaient comme une victoire symbolique sur le régime oppressif et hostile à la vie : « La queue du chat relevée » était leur « drapeau » (ZAII, p. 85 [15 mai 1942]). Mais en définitive, cette unique et dernière consolation leur fut également retirée.

17Les journaux intimes de Victor Klemperer reflètent le point de vue d’un persécuté juif de la Shoah, dont le quotidien dans le Reich allemand de 1933 à 1945 était caractérisé par la destitution, la discrimination, la persécution, l’expropriation, l’isolement, les difficultés matérielles, le harcèlement, l’emprisonnement et le travail forcé. Le diariste résume ses expériences de la Shoah après la guerre comme suit : « Ma femme et moi avons beaucoup souffert : coups, coups de pied, crachats, faim, danger permanent de mort ; pour moi, il y avait le travail forcé comme balayeur de rue et dans les usines, les arrestations, l’isolement cellulaire ». (US, p. 222 [6 janvier 1947])

Willy Cohn

18Vivant d’autres conditions de vie avec sa femme juive Trudi, Willy Cohn ne peut pas profiter d’une protection supplémentaire comme c’est le cas pour Victor Klemperer et décide de se replier complètement sur le sionisme, ses travaux scientifiques et sa vie privée. Cela est certainement le cas après qu’il a été licencié de son poste de professeur en juin 1933. À partir de ce moment, la lecture, l’écriture et la science en général deviennent d’autant plus importantes. Ces activités semblent donner un sens à sa vie et l’empêchent de réfléchir trop à la situation de plus en plus menaçante. On pourrait même dire que ces activités scientifiques lui offrirent un espace d’évasion. Il les considère même comme ses enfants spirituels et se réjouit toujours lorsque ses relations au sein du monde scientifique se déroulent encore de façon assez normale. Dans ce microcosme intellectuel, il se sent encore chez lui et il lui est possible de se mettre en scène en tant qu’homme scientifique. En ce qui concerne Cohn, il s’agit de l’auto-interprétation de sa propre identité par opposition à l’identité imposée du « Juif ». C’est une dernière forme d’autonomie, de contrôle de soi à la maison ou respectivement une ambiance scientifique par opposition au pouvoir régnant.

  • 16 « Susannchen war gestern früh mit ihrem Geburtstagstisch sehr glücklich; sie ist sehr hübsch besche (...)

19Dans les journaux de l’historien Willy Cohn, Kein Recht, nirgends [Nul droit, nulle part], il existe en effet une très grande différence entre la représentation de l’espace domestique et l’espace urbain. Le premier semble être synonyme de « sécurité » et de « protection », le second représente une confrontation quotidienne avec l’antisémitisme. Tout comme c’était le cas chez Klemperer, les lois raciales poussaient Cohn à l’isolement, mais lui aussi adopte des stratégies compensatoires. À la maison, qui lui servait d’abri, la famille tente de continuer à vivre aussi normalement que possible. Ils adaptent constamment leur maison aux circonstances changeantes de la vie. Ainsi, Cohn et sa femme s’efforcent à créer une ambiance unifiée à la maison en essayant de vivre comme avant et cachant tout signe du nazisme qui pourrait indiquer une relation avec le monde extérieur. Cohn s’engage à reproduire la vie quotidienne de ses plus jeunes enfants de la même manière qu’il l’a fait pour les aînés qui avaient eu la chance d’émigrer. C’est de la façon suivante qu’il décrit le neuvième anniversaire de sa fille Susanne en 1941 : « Susannchen était très heureuse hier matin avec sa table d'anniversaire ; elle a reçu de très jolis cadeaux ; l’après-midi il y avait aussi beaucoup d’enfants, c'était une vraie fête d’enfants, telle que nous l’avons toujours préparée pour nos autres enfants »16. (KRN, 5 mars 1941, p. 911).

20Derrière les murs de l’appartement, un monde différent semble émerger qui ne se veut pas perturbé par le nazisme. Quand le chat avait le rôle de dernière joie et croyance en la vie pour Klemperer et Eva, ce sont les enfants – tout comme son travail scientifique – de Cohn qui jouent ce rôle important. Chez les Cohn, leurs enfants sont décrits comme les derniers rayons de soleil. Cohn consacre toute son attention à ses enfants qui lui font oublier pour quelques instants la situation et la misère régnante. Cela l’aide à ne pas sombrer dans une dépression. Les Cohn poursuivirent également les célébrations juives comme Hanoukka avec leurs filles Susanne et Tamara :

  • 17 « Am Nachmittag machten wir die Chanukkaeinbescherung für Susanne und Tamara; der Eßtisch war in zw (...)

L’après-midi, nous avons fait les cadeaux de Hanoukka pour Susanne et Tamara ; la table à manger était divisée en deux moitiés et Trudi avait tout bien installé pour les enfants, tout comme nous l’avions fait pour les plus grands, qui sont maintenant partis et pour lesquels j'étais particulièrement inquiet hier [...]. Les deux plus jeunes étaient très heureuses et il vaut la peine de travailler toute l’année pour voir les yeux heureux des enfants.17 (KRN, 25 décembre 1940, p. 883-884)

21En poursuivant ces pratiques et en intégrant des activités de routine et des événements cycliques tels que des fêtes d’anniversaire, ils transforment leur appartement en un véritable foyer. La reproduction de la vie quotidienne est typique des situations de crise fondamentale : elle peut être considérée comme l’une des dernières prises sur la vie. D’autres stratégies compensatoires font penser à la situation de Klemperer : Cohn organise également des réunions chez lui, plus exactement des cours sur différents sujets, comme Faust. La maison devient le seul espace de contrôle et de sécurité personnelle, elle est devenue un monde isolé en soi, un cocon de sécurité et de confort. Klemperer et Cohn s’y focalisent sur leurs projets scientifiques qui semblent calmer leur esprit brouillé. C’est en se concentrant sur d’autres devoirs qu’ils réussissent à oublier ce qui se passe autour d’eux. Il en va de même pour l’écriture du journal intime dans lequel ils peuvent se délester de tout. C’est dans ce contexte que le journal même peut être interprété comme un espace symbolique ou métaphorique où les diaristes sont capables de se soulager et de créer un espace intérieur, un remplacement partiel de l’espace urbain qui ne cesse de se rétrécir. Le journal en tant que Ersatzöffentlichkeit [un espace public de substitution] fonctionne comme une compensation pour la perte de lieux de communication antérieurs, comme s’il remplaçait des conversations qu’on engageait chaque jour dans la rue.

  • 18 « Gestern haben sich zwei verschiedene Leute die Wohnung angesehen, und es kann sein, daß man sie j (...)

22Dans cet espace, les diaristes mettent en scène leur individualité. C’est un espace performatif où ils se présentent tels qu'ils se voient et non tels que le régime les stigmatise. Cohn observe comment il est capable de s’assurer un espace de contrôle sur le temps et sur les choses et constitue ainsi, avec la feuille blanche, une île personnelle sur laquelle il peut produire sa propre volonté. Contrairement à Klemperer, Cohn n’a pas vécu dans une maison juive, mais il note qu’en 1941 de nombreux Juifs ont dû quitter leur maison ou leur appartement et ont été renvoyés. Cohn, lui, craint aussi de perdre son appartement : « Hier, deux personnes différentes ont inspecté l’appartement et il se pourrait qu’on le perde tout de suite. Je n’avais certainement pas imaginé que tout cela pourrait se passer après avoir fait la guerre pendant si longtemps ; mais il faut l’accepter et essayer de ne pas perdre son sang-froid ! »18 (KRN, 29 août 1941, p. 974). Dans cette dernière partie de sa note, il essaie de se convaincre de ne pas perdre courage.

  • 19 Victoria Stewart, « Holocaust Diaries : Writing from the Abyss », Forum for Modern Language Studies(...)

23Cela caractérise le style d’écriture de Cohn. D’une part, son journal lui sert de compagne et d’aide à la survie, d’autre part, il refuse de noter toutes ses angoisses et remarque brièvement qu’il faut accepter tout et ne pas trop y réfléchir. Victoria Stewart caractérise ce fait d’« amnésie sélective »19. Si le terme générique de l’amnésie est souvent considéré comme nuisible pour la personne en question, l’amnésie sélective peut au contraire être interprétée comme une contrepartie pratique. Elle permet à l’individu de porter son attention sur d’autres éléments, de sorte à ne pas être constamment distrait par les pensées redoutables dominantes. C’est exactement dans ses passages, où l’auteur n’écrit pas tout, qu’on voit bien comment le sujet de l’auto-témoignage se cache également. La métaphore du théâtre semble appropriée ici : le témoignage de soi peut être considéré comme un jeu de cache-cache.

24Quand cette confrontation à la réalité a lieu, Cohn est parfois surpris par la réaction inattendue des « Aryens », certainement en ce qui concerne leur comportement envers l’étoile juive en septembre 1941. Tout comme c’était le cas chez Klemperer, Cohn n’est pas du tout importuné par les « autres » dans la rue :

  • 20 « [D]ann im Schmuck des Judensterns in die Storch-Synagoge gegangen; ich hatte zwar das Gefühl, ein (...)

[J]e me suis rendu à la synagogue Storch, paré de l'étoile juive ; j'avais certes l'impression d'avoir une faiblesse cardiaque, ce qui ne s’est heureusement pas produit, mais je voulais absolument y aller ce jour-là pour qu’on ne puisse pas dire que j'avais manqué à cause de ma lâcheté ; j’ai fait tout le chemin à pied et le public s’est comporté de manière tout à fait irréprochable ; je n’ai en aucun cas été importuné ; on avait plutôt l’impression que les gens étaient gênés.20 (KRN, 20 septembre 1941, p. 982)

25Bien que Cohn souligne à plusieurs reprises qu’il serait préférable de vivre plus pour soi ou d’émigrer, l’étoile juive semble le relier davantage à son identité juive et aux autres Juifs emprisonnés dans la ville. C’est à ce moment-là qu’il décide de la porter désormais avec fierté au lieu d'être intimidé davantage par elle. Bien que Cohn essaie de repousser la réalité dans son journal et soit parfois surpris par la réaction positive des concitoyens, il craint à chaque fois de perdre sa maison. Il écrit même que sa fille Susannchen était toujours dans un état d’agitation lorsqu’un homme inconnu entrait dans leur appartement (KRN, 16 mars 1940, p. 767). La terreur imprévisible et l’angoisse existentielle dominent la vie des victimes.

  • 21 « Miete bei Machunze bezahlt. Ich hatte schon auf dem Wege dorthin das Gefühl, daß mich eine unange (...)
  • 22 Cf. Nicolas Berg, Luftmenschen: Zur Geschichte einer Metapher, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht (...)

26Comme il le prévoyait et le craignait, Cohn est dépossédé de sa maison au début du mois de novembre 1941, peu avant sa déportation : « J’ai payé le loyer chez Machunze. En me rendant chez lui, je ressentais que des nouvelles désagréables m’attendaient. Il m’a dit que mon appartement avait été attribué à un inspecteur du gouvernement de Liegnitz. Celui-ci préfèrerait déménager le 1er décembre »21 (KRN, 1er novembre 1941, p. 1001). Ici, il est clair que la dépossession est due à l’opportunisme. Ce moment était extrêmement difficile pour Cohn : son appartement était le dernier endroit où il pouvait trouver refuge. La perte signifiant la désintégration et l’instabilité totale renforçait l’idée d’être des Luftmenschen (littéralement traduit « des hommes de l’air »), sans racines. Nicolas Berg souligne dans sa monographie Luftmenschen : Zur Geschichte einer Metapher [Luftmenschen : Sur l’histoire d’une métaphore] (2008) que ce terme n’était pas nécessairement connoté négativement au début, mais qu’il a été abusé par les nazis22. Se référant d’abord à un topos littéraire dans la littérature yiddish représentant la vie diasporique des Juifs comme symbole collectif, l’idée de n’appartenir à nulle part, d’être un ennemi a pris le dessus et a été détournée dans l’idéologie nazie. Le terme était devenu une justification primordiale dans la politique dirigée envers les Juifs pour les expulser ou les assassiner. C’est sous cet aspect-ci que réside le caractère angoissant de la métaphore Luftmenschen : depuis le discours national-socialiste, il ne s’agit plus seulement d’une expression imagée pour désigner l’existence des Juifs, mais elle conduit à la réalisation littérale de la métaphore où les Juifs s’évanouissent dans les airs de manière incarnée et non métaphorique.

27Quelques jours après avoir perdu sa maison, Cohn, Trudi et les deux plus jeunes filles ont été expulsés. C’est exactement la dépossession de sa maison qui constitue le dernier pas vers sa déportation. Dans le journal de Cohn, on remarque successivement le rétrécissement de l’espace de vie juif. D’abord, ils n’avaient plus le droit de pénétrer dans le centre-ville certains jours fériés, puis les villes se réduisaient pour eux à quelques espaces (juifs), ces espaces restants se réduisaient à leur tour à quelques maisons, jusqu’à ce qu’ils soient déportés hors de la ville dans des wagons à bestiaux vers des camps d’extermination.

Conclusion

  • 23 Cf. Arvi Sepp, « Pour une phénoménologie de l’expérience quotidienne sous le ‘Troisième Reich’ : Le (...)

28Les journaux intimes de Victor Klemperer et de Willy Cohn reflètent le point de vue d’un persécuté juif de la Shoah, dont le quotidien dans le Reich allemand de 1933 à 1945 était caractérisé par la destitution, la discrimination, la persécution, l’expropriation, l’isolement, les difficultés matérielles, le harcèlement. Ces expériences ouvrent des perspectives réelles quant au cercle herméneutique de l’histoire micro- et macroscopique, de l’expérience individuelle et collective, du vécu et de l’événement. L’histoire de l’antisémitisme, de la Shoah et de la guerre se concrétisent à travers la détresse vécue dans le for privé, tandis que celle-ci ne devient pour sa part compréhensible que compte tenu du déroulement général de l’histoire23. Les journaux personnels de Victor Klemperer et de Willy Cohn montrent ainsi comment l’histoire contemporaine en crise correspond à un temps de crise dans la vie privée. C’est dans ce contexte de dépossession que le journal intime occupe une place centrale dans la vie de Klemperer et de Cohn. Leur journal intime ne fonctionne pas seulement comme dernière réserve de leur identité, où ils sont capables de se constituer et d’exprimer leur opinion contre le régime. Ils font aussi tout pour que quelque chose d’eux subsiste, des traces gardées dans leur journal intime, de témoigner. Klemperer survivait, Cohn était assassiné en 1941 en Lituanie.

29L’espoir des deux auteurs s’est réalisé : leurs journaux intimes ont été imprimés et font partie de la mémoire culturelle. Les textes occupent de plus en plus le devant de la scène en tant qu’instruments textuels de la transmission du passé et de la culture du souvenir. Dans les deux journaux intimes, les auteurs ont archivé les traces de l’histoire et ont ainsi contribué de manière significative à la construction d’une mémoire historique de la dépossession des Juifs sous le « Troisième Reich ».

Haut de page

Bibliographie

Victor Klemperer, Ich will Zeugnis ablegen bis zum letzten : Tagebücher 1933-1945. 2 Bände. Hg. v. Walter Nowojski unter Mitarbeit von Hadwig Klemperer, Berlin, Aufbau-Verlag, 1995.

Victor Klemperer, Curriculum Vitae : Erinnerungen 1881-1918. 2 Bände. Hg. v. Walter Nowojski, Berlin, Aufbau Taschenbuch Verlag, 1996.

Victor Klemperer, Leben sammeln, nicht fragen wozu und warum : Tagebücher 1918-1933. 2 Bände. Hg. v. Walter Nowojski unter Mitarbeit von Christian Löser, Berlin, Aufbau-Verlag, 1996.

Victor Klemperer, Und so ist alles schwankend : Tagebücher Juni bis Dezember 1945. Hg. v. Günter Jäckel unter Mitarbeit von Hadwig Klemperer, Berlin, Aufbau Taschenbuch Verlag, 1996.

Victor Klemperer, Das Tagebuch 1933-1945. Eine Auswahl für junge Leser. Bearbeitet von Harald Roth. Mit Anregungen für den Unterricht, Berlin, Aufbau-Verlag, 1997.

Victor Klemperer, LTI – Notizbuch eines Philologen, Leipzig, Reclam, 2001.

Willy Cohn, Kein Recht, nirgends. Tagebuch vom Untergang des Breslauer Judentums 1933-1941. Hg. v. Norbert Conrads, Köln/Weimar/Wien, Böhlau Verlag, 2006.

Haut de page

Notes

1 Dans la présente contribution, les sigles suivants seront utilisés :
CVI : Klemperer, Curriculum Vitae: Erinnerungen 1881-1918. Band I.
LSII : Klemperer, Leben sammeln, nicht fragen wozu und warum: Tagebücher 1925-1932. Band II.
ZAI : Klemperer, Ich will Zeugnis ablegen bis zum letzten: Tagebücher 1933-1941. Band I.
ZAII : Klemperer, Ich will Zeugnis ablegen bis zum letzten: Tagebücher 1942-1945. Band II.
US : Klemperer, Und so ist alles schwankend: Tagebücher Juni bis Dezember 1945.
LTI : Klemperer, LTI – Notizbuch eines Philologen.
KRN : Cohn, Kein Recht, nirgends. Tagebuch vom Untergang des Breslauer Judentums 1933-1941.

2 « Die Fundamentalangst [...] ist es ja, die in den schweren Krisen des Lebens die In-Frage-Stellung des Alltags motiviert. Aber wenigstens vorläufig wird die Alltagswirklichkeit mit all ihren Relevanzen in Klammern gesetzt ». Alfred Schütz et Thomas Luckmann, Strukturen der Lebenswelt II, Frankfurt am M., Suhrkamp, 1990, p. 174.

3 Hannah Arendt, Elemente und Ursprünge totaler Herrschaft. Antisemitismus, Imperialismus, Totalitarismus, München/Zürich, Piper, 1998, p. 731.

4 Ibid., p. 908.

5 Cf. Walter Nowojski, Victor Klemperer. Romanist – Chronist der Vorhölle, Teetz, Hentrich & Hentrich, 2004, p. 33-46 et Jan Philipp Reemtsma, « Buchenwald wird von anderen geschildert werden ; ich will mich an meine Erlebnisse halten. Stenogramme aus der Vorhölle », dans Hannes Heer (dir.), Im Herzen der Finsternis. Victor Klemperer als Chronist der NS-Zeit, Berlin, Aufbau-Verlag, 1997, p. 170-193, ici p. 182.

6 « Im Haus hier wohnt ein riesiger und gutmütiger Mann Heim, mit dem ich gelegentlich ein paar Worte wechselte. Ein Gastwirt. Seine Frau habe ich nie zu Gesicht bekommen, sie war schon krank, als wir einzogen. Der Mann ist selber sehr herzleidend. Gestern nachmittag ist die arische Frau (Krebs) gestorben. Der Mann muß nun gleich (ut aiunt) “sein Köfferchen packen” : Er wird bestimmt in kürzester Zeit abgeschoben, mindestens nach Theresienstadt ».

7 Ainsi, l’amitié avec les couples Kaufmann et Kühn se désagrège en raison de leurs convictions politiques respectives. Les Kühn seraient pro-nazi : « Lors de sa dernière visite ici, Mme Kühn m’a prêché la sérénité tout en paraissant étrangement sereine en matière de national-socialisme. C’en est fini. » (ZAI, p. 235 [1 janvier 1936] ; cf. ibid., p. 313 [9 octobre 1936]). Quant à la famille juive Kaufmann, elle concevrait qu’il y ait une différence raciale entre « Aryens » et « Juifs » (cf. ibid.).

8 Dans la maison de la communauté juive, un fonctionnaire allemand informa le romaniste le 9 décembre 1939 que le couple serait contraint de quitter la maison de Dölzschen avant le 1er avril 1940, pour être affecté à un foyer juif (cf. ZAI, p. 503 [9 décembre 1939]). Ce déménagement forcé, note Klemperer, était un coup dur pour Eva : « Eva est beaucoup plus calme que moi, bien qu’elle soit d’autant plus concernée. Sa maison, son jardin, ses occupations. Elle sera comme enfermée. » (ibid. ; accentuation dans l’original).

9 Cf. Michael Wildt, « Angst, Hoffen, Warten, Verzweifeln. Victor Klemperer und die Verfolgung der deutschen Juden 1933 bis 1941 », dans Hannes Heer (dir.), Im Herzen der Finsternis. Victor Klemperer als Chronist der NS-Zeit, Berlin, Aufbau-Verlag, p. 49-72, ici p. 67.

10 C’est finalement le 24 mai qu’ils emménagèrent dans le « Judenhaus » de la Caspar-David-Friedrich-Strasse 15b. Cf. par rapport à cette période de très grande incertitude les passages poignants du journal intime : ZAI, p. 527 [22 mai 1940] ; ibid., p. 527sq. [26 mai 1940].

11 Dans ce contexte, Michael Wildt souligne à juste titre que le journal de Klemperer reste un journal « allemand » : alors que le couple est exposé à plusieurs formes de privation de droits et à la dépossession de ses biens, des milliers de Juifs sont fusillés dans les territoires de l’Est. Non seulement Victor et Eva Klemperer ont vécu jusqu’à la fin de la guerre, mais ils ont pu récupérer leur maison. Cf. Wildt, op. cit., p. 68.

12 « Die Judenbinde, als Davidstern wahr geworden, tritt am 19 September in Kraft. Dazu das Verbot das Weichbild der Stadt zu verlassen. Frau Kreidl sen. war in Tränen, Frau Voß hatte Herzanfall, Friedheim sagte, dies sei der bisher schlimmste Schlag, schlimmer als die Vermögensabgabe. Ich selber fühle mich zerschlagen, finde keine Fassung. […] Die Zeitung begründet: Nachdem das Heer die Grausamkeit etc. des Juden am Bolschewismus kennen gelernt, müsse den Juden hier jede Tarnungsmöglichkeit genommen werden, um den Volksgenossen jede Berührung mit ihnen zu ersparen ».

13 « Daß man mein Haus genommen, daß ich Dresden nicht verlassen kann, daß ich verhaftet war usw. usw. – All das wußte er nicht. “Ich dachte, Sie als Frontsoldat … Können Sie nicht an einem anderen Ort wohnen, wo Sie besser vergessen können? … Können Sie Ihre Pension nicht im Ausland erhalten?” Er war ehrlich entsetzt. Dabei nationalsozialistisch geeicht: “Daß es Sie so trifft! Aber Sie müssen doch zugeben, daß uns der Jude ungeheuer geschadet hat … wir hatten Ihre Steuer erst falsch berechnet, wir wußten nicht, daß Sie Jude – entschuldigen Sie – sind” […] “Aber das wird da jetzt anders – Sie können doch unmöglich an unserm Sieg zweifeln”. Ich deutete leisen Zweifel an, auch das wirkte offenbar erschütternd und war sehr unvorsichtig von mir ».

14 « Wir sind in tragikomisch hohem Grad von unsern Katzen abhängig ».

15 « Sternjuden und jedem, der mit ihnen zusammenwohnt, ist mit sofortiger Wirkung das Halten von Haustieren (Hunden, Katzen, Vögeln) verboten, die Tiere dürfen auch nicht in fremde Pflege gegeben werden. Das ist das Todesurteil für Muschel, den wir über elf Jahre gehabt, und an dem Eva sehr hängt. Er soll morgen zum Tierarzt geschafft werden, damit ihm die Angst des Abgeholtwerdens und gemeinsamer Tötung erspart bleibt. Welch eine niedrige und abgefeimte Grausamkeit gegen die paar Juden. […] Für Eva war es immer ein Halt und ein Trost. Sie wird nun geringere Widerstandskraft haben als bisher ».

16 « Susannchen war gestern früh mit ihrem Geburtstagstisch sehr glücklich; sie ist sehr hübsch beschenkt worden; am Nachmittag waren auch noch eine Menge Kinder da, es war eine richtige Kindergesellschaft, wie wir sie immer allen Kindern bereitet haben ».

17 « Am Nachmittag machten wir die Chanukkaeinbescherung für Susanne und Tamara; der Eßtisch war in zwei Hälften eingeteilt und Trudi hatte für die Kinder alles schön aufgebaut, so wie wir es auch für die Großen gemacht haben, die nun schon lange in weite Fernen gegangen sind und nach denen mir gestern besonders bange war. […] Die beiden Jüngsten waren sehr glücklich und dafür lohnt es sich schon, das ganze Jahr zu arbeiten, um in glückliche Kinderaugen zu sehen ».

18 « Gestern haben sich zwei verschiedene Leute die Wohnung angesehen, und es kann sein, daß man sie jeden Tag verliert. Man hätte sich gewiß nicht träumen lassen, daß das alles einmal so kommen wird, nachdem man so lange im Kriege war; aber man muß es hinnehmen und muß versuchen, darüber nicht die Nerven zu verlieren ! ».

19 Victoria Stewart, « Holocaust Diaries : Writing from the Abyss », Forum for Modern Language Studies, n° 41, 2005, p. 418-426, ici p. 422-423.

20 « [D]ann im Schmuck des Judensterns in die Storch-Synagoge gegangen; ich hatte zwar das Gefühl, eine Herzschwäche zu bekommen, was dann glücklicherweise nicht eintrat, aber ich wollte an diesem Tage unbedingt gehen, um mir nicht nachsagen zu lassen, daß ich wegen Feigheit gefehlt hätte; ich bin den ganzen Weg gelaufen, und das Publikum hat sich durchaus tadellos benommen; ich bin in keiner Weise belästigt worden; man hatte eher den Eindruck, daß es den Leuten peinlich ist ».

21 « Miete bei Machunze bezahlt. Ich hatte schon auf dem Wege dorthin das Gefühl, daß mich eine unangenehme Nachricht erwartete. Er sagte mir, daß einem Regierungsinspector aus Liegnitz meine Wohnung zugewiesen sei. Dieser möchte schon am liebsten am 1. 12. herein. ».

22 Cf. Nicolas Berg, Luftmenschen: Zur Geschichte einer Metapher, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht Verlag, 2008.

23 Cf. Arvi Sepp, « Pour une phénoménologie de l’expérience quotidienne sous le ‘Troisième Reich’ : Le témoignage de la persécution dans les journaux intimes de Victor Klemperer », dans Grazia Berger et al. (dir.), L’écriture du témoignage : récits, postures, engagements, Frankfurt am M., Peter Lang, 2021, p. 39-57, ici p. 39sq.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arvi Sepp et Annelies Augustyns, « La dépossession par la terreur et la persécution dans les récits diaristiques juifs-allemands de Victor Klemperer et Willy Cohn »Tsafon, 84 | 2022, 51-66.

Référence électronique

Arvi Sepp et Annelies Augustyns, « La dépossession par la terreur et la persécution dans les récits diaristiques juifs-allemands de Victor Klemperer et Willy Cohn »Tsafon [En ligne], 84 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/tsafon/5331 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tsafon.5331

Haut de page

Auteurs

Arvi Sepp

Vrije Universiteit Brussel/Universiteit Antwerpen

Annelies Augustyns

Universiteit Antwerpen/Vrije Universiteit Brussel

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search