Navigation – Plan du site

AccueilNuméros84DOSSIER : Déposséder – dépossédé....Deuxième partie. Rétrécissement d...Évolution de la population juive ...

DOSSIER : Déposséder – dépossédé. Corps marginalisés, espaces déterritorialisés
Deuxième partie. Rétrécissement de l’espace de vie

Évolution de la population juive parisienne pendant l’Occupation

Apports des archives de la dépossession pour les quartiers Arts-et-Métiers et Enfants-Rouges
Maël Le Noc
p. 83-102

Résumés

Tout au long de la période d’Occupation, au fur et à mesure de l’intensification des persécutions, la population juive parisienne n’a cessé de diminuer sous l’effet des arrestations et des déportations mais aussi des fuites. Cet article reconstitue la chronologie et les caractéristiques de cette diminution pour deux quartiers parisiens du troisième arrondissement, les quartiers Arts-et-Métiers et Enfants-Rouges. L’enquête repose sur le croisement de nombreuses sources liées au fichage de la population juive et à la dépossession de leur logement et de leurs biens. L’article présente la diminution drastique de la population juive des deux quartiers étudiés, qui passe d’environ 5 600 individus en octobre 1940 à moins de 850 à la Libération. Il met notamment en exergue le fait qu’un tiers de ces disparitions résulte directement du processus d’arrestation et de déportation des Juifs tandis que les deux autres tiers correspondent à des fuites ou à d’autres stratégies visant à se soustraire aux persécutions.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article résume une partie des apports de la thèse de doctorat de l’auteur. Voir Maël Le Noc, « Towards a Geography of Persecution. The case of the Arts-et-Métiers and the Enfants-Rouges quarters of the third arrondissement of Paris », thèse de doctorat sous la direction d’Alberto Giordano, Texas State University, 2021.

Texte intégral

1À l’automne 1940, alors que les Allemands occupent Paris, le principal lieu de résidence des Juifs de France, et que les premières mesures antisémites sont prises, Irène Robinson était une petite fille juive de six ans vivant avec ses parents rue Caffarelli dans le 3e arrondissement. Dans son témoignage, elle raconte comment ses voisins juifs disparurent au fil de l’Occupation, comment la population juive de son quartier fut décimée par les arrestations et comment son père échappa aux rafles en se cachant chez des amis. Irène n’était pas à Paris lors de la grande rafle du 16 juillet 1942, mais elle se souvient de ce qui s’est passé dans son quartier après son retour chez elle à la fin de l’été :

  • 1 USC Shoah Foundation Visual History Archive, Interview 38293, Irene Robinson, 1er janvier 1998.

Parfois, pendant la nuit, des gens dans notre immeuble étaient emmenés. Je n’arrive pas à me souvenir qui a été pris en premier. Je crois que c’était le vieux couple du 4e étage, M. et Mme Katz. Et ils ne sont jamais revenus, et des scellés ont été apposés sur leur porte […]. [Plus tard] les gens du 6e étage ont été pris, le tailleur, sa femme, et sa fille. Le boucher, au 2e étage, est parti et a disparu, il n’est jamais revenu. Les Bookmans qui vivaient sur l’autre rue n’étaient plus là. Je crois qu’ils se sont échappés, en fait, qu’ils se sont cachés. Mais les autres ont juste disparu.1

2En mai 1944, la mère d’Irène fut arrêtée et déportée, après avoir été dénoncée par des voisins. Irène fut, quant à elle, sauvée par des amis. Le témoignage d’Irène illustre la manière dont les Parisiens furent, tout au long de l’Occupation, confrontés de manière répétée aux arrestations et aux disparitions de leurs voisins juifs et soulève la question de la diminution progressive de la population juive au fur et à mesure de l’intensification de leur persécution. Comme de nombreux autres témoignages, il nous invite à examiner l’évolution de la population juive parisienne sous l’effet conjugué des arrestations et des fuites. Ainsi, cet article vise à répondre aux questions suivantes : dans quelle mesure et à quelle vitesse la population juive de la capitale diminua-t-elle pendant l’Occupation ? Quelle fut la temporalité des fuites et autres tentatives de se soustraire aux contrôles et aux arrestations ? Certaines catégories de populations furent-elles plus promptes au départ que les autres ?

  • 2 Jacques Adler, The Jews of Paris and the Final Solution: Communal Response and Internal Conflicts, (...)
  • 3 Ibid., p. 11.
  • 4 Ibid., p. 12.
  • 5 Ibid., p. 13.
  • 6 Ibid., p. 14.
  • 7 Nicolas Mariot et Claire Zalc, Face à la persécution, 991 Juifs dans la guerre, Paris, Odile Jacob, (...)

3Ces questions ne sont pas totalement nouvelles pour les historiens de la Shoah, mais le manque d’archives systématiques et nominatives, particulièrement concernant les Juifs parisiens non arrêtés et non déportés, n’a permis jusqu’à maintenant d’apporter que des réponses fragmentaires. Jacques Adler fournit les estimations les plus détaillées de la diminution de la population juive de Paris pendant la première année d’occupation, en se basant sur des rapports issus du recensement racial de 1940 et 19412. Il a montré que, sur les 101 000 Juifs âgés de plus 15 ans vivant à Paris en octobre 1940, 8 000 étaient internés et 10 000 avaient disparu des listes – a priori suite à des fuites ou à des entrées dans la clandestinité – en décembre 1941, soit une diminution d’environ 18 % de la population juive parisienne3. Adler a mis en exergue le fait que cette diminution est plus importante pour les Juifs de nationalité française (20 %) que pour les étrangers (17 %). Dans la mesure où les Juifs français ont été moins touchés par les arrestations de 1941, cela révèle que les premiers ont été plus nombreux que les seconds à fuir la capitale dès les premiers mois de l’Occupation. Par ailleurs, en se basant sur divers rapports faisant état du nombre total de Juifs en région parisienne au fur et à mesure de leur persécution, Adler montre que la population juive de Paris ne cesse de décliner durant l’Occupation. Seuls 83 000 Juifs de plus de six ans vinrent chercher l’étoile jaune auprès de leur commissariat de quartier en juin 1942, alors même que les autorités en attendaient 100 4554. Au printemps 1943, le nombre de Juifs enregistrés à Paris était de 60 000, la plupart d’entre eux de nationalité française. Le dernier recensement de la population juive parisienne connu, effectué par la préfecture de Police de Paris, date de janvier 1944, mais les chiffres rapportés ne concernent que les Juifs étrangers : ils ne sont alors plus que 6 472 à Paris5. Le nombre de Juifs vivant encore à Paris à la Libération est quant à lui inconnu ; les estimations rapportées par Adler varient entre 20 000 et 50 0006. Plus largement, s’il est clair que, tout au long de l’Occupation, la population juive parisienne a diminué drastiquement sous l’effet des arrestations et des fuites, les détails et la chronologie de cette diminution, ainsi que l’identité de ceux qui ont fui ou se sont cachés, restent mal connus. Des études locales peuvent néanmoins servir de point de comparaison, particulièrement lorsque, comme celle de Nicolas Mariot et Claire Zalc sur la persécution des Juifs de Lens, elles mettent en lumière certaines des caractéristiques démographiques ayant joué un rôle dans les mécanismes de fuite7.

  • 8 Il existe un seul commissariat de secteur pour les deux quartiers administratifs, alors qu’il y a e (...)
  • 9 Caroline Piketty, Christophe Dubois, Fabrice Launay, Guide des recherches dans les archives des spo (...)
  • 10 APP, BA 2433 et ID16.
  • 11 Laurent Joly, L'antisémitisme de bureau : Enquête au cœur de la préfecture de Police de Paris et du (...)
  • 12 Serge Klarsfeld, Le mémorial de la déportation des Juifs en France, Paris, B. et S. Klarsfeld, 1978 (...)
  • 13 Ce n’est, en réalité, pas systématiquement le cas, mais les décalages sont rares. Je renvoie à un a (...)
  • 14 Ce « fichier » est en fait issu du regroupement de plusieurs fichiers. Pour une explication détaill (...)
  • 15 Lorsque la date d’arrestation n’est pas connue, elle est estimée tant que faire se peut à partir de (...)
  • 16 Il convient par ailleurs de noter qu’une des listes du commissariat de quartier d’AMER utilisée plu (...)

4L’enquête qui suit prend pour cadre, non pas l’ensemble de la capitale, mais deux quartiers administratifs de la moitié nord du 3e arrondissement : les quartiers Arts-et-Métiers et Enfants-Rouges (ci-après désignés par l’abréviation AMER). Le choix de cet espace d’analyse a été déterminé par l’existence de sources, uniques en région parisienne, produites au fil du processus de persécution par le commissariat commun aux deux quartiers8. En effet, pendant l’Occupation, les commissariats de quartiers parisiens ont soigneusement consigné les traces du processus de fichage des Juifs auquel ils étaient associés. La majorité de ces archives furent détruites après la guerre au même titre que tous les « documents fondés sur des distinctions d’ordre racial entre Français » comme intimé en 1946 par le ministre de l’intérieur, Édouard Depreux9. Or, en dépit de l’ordre du ministre, le commissariat des quartiers Art-et-Métiers et Enfants-Rouges a conservé certaines de ces archives, notamment une série de listes nominatives détaillées ci-après10. Il s’agit de l’un des rares reliquats de l’immense appareil de persécution concernant des familles juives parisiennes non déportées, puisque les seules fiches du « fichier juif » ayant été conservées sont celles concernant les personnes déportées ou internées ainsi que les membres de leur foyer11. Ces archives permettent ainsi, de manière unique pour un sous-espace parisien, de mener une étude quantitative de l’évolution de la population juive persécutée pendant la période de l’Occupation. Le fait qu’il s’agisse de listes nominatives et non de simples états des lieux des totaux d’individus juifs présents à tel ou tel moment, nous permet de suivre chaque famille, et pour certaines périodes chaque individu, à travers les archives. Afin d’identifier les arrestations « dans » AMER, ces listes ont également été croisées avec les données du Mémorial de la Déportation des Juifs de France de Serge Klarsfeld12. Cette source mentionne, pour chaque déporté, la dernière adresse connue des autorités, que je considère ici comme étant l’adresse où vivait le déporté au moment de son arrestation13. Les données relatives aux arrestations ont été complétées par les informations disponibles sur les fiches du dit « fichier juif » qui existent, en général, non seulement pour les déportés, mais aussi pour les arrêtés non déportés14. Ces fiches comportent souvent une date d’arrestation et, comme le Mémorial de la Déportation des Juifs de France, mentionnent la dernière adresse connue des autorités15. Enfin, et de manière particulièrement pertinente dans le cadre du présent dossier, ces multiples listes ont également été croisées avec deux séries d’archives relatives à la dépossession des Juifs parisiens, de leur appartement et de leur contenu16. Ces sources, qui sont détaillées plus bas, ont permis de continuer à quantifier l’évolution de la population juive d’AMER lorsque les archives du commissariat de quartier deviennent muettes, c’est-à-dire après janvier 1943.

Premiers départs : l’évolution de la population juive d’AMER entre octobre 1940 et juin 1942

  • 17 Renée Poznanski, Les Juifs en France pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Hachette, 1997 (2e (...)
  • 18 APP, ID16 04, recensement racial d’octobre 1940 ; APP, BA 2433, confiscation des postes de TSF et t (...)
  • 19 Cette sous-estimation provient du fait que certains individus ne font pas systématiquement leurs dé (...)

5Trois listes nous permettent d’étudier l’évolution de la population juive d’AMER – tout au moins de celle, vraisemblablement très largement majoritaire en 194017, qui se soumet aux obligations de recensement et aux autres mesures de contrôles – entre le début de l’Occupation et le tournant de l’été 1942 : celle issue du recensement racial d’octobre 1940, celle relative à la confiscation des postes radiophoniques en août 1941 et celle liée à la distribution des étoiles jaunes en juin 194218. Dans la mesure où ces listes ne concernent pas exactement les mêmes catégories de population et ne fournissent pas toutes le même niveau de détails – la première concerne tous les foyers juifs mais ne donne pas de détails sur ses membres à l’exception du prénom du chef de foyer, la deuxième concerne seulement les familles ayant remis leurs radios au commissariat de quartier et la troisième liste omet les individus juifs de moins de six ans – les estimations concernant la population juive d’AMER sur cette période ne peuvent être effectuées qu’à l’échelle du foyer et des extrapolations sont parfois nécessaires. Par ailleurs, les nombres d’individus et de foyers provenant de ces archives sont probablement légèrement sous-estimés, de l’ordre de 5 %19. Malgré ces limites, il est possible d’estimer le nombre de familles qui partirent d’AMER ou entrèrent dans la clandestinité (en se cachant et en arrêtant de se soumettre aux contrôles) avant l’été 1942. Avant de détailler ces estimations, il convient de préciser que les familles qui sont comptées comme ayant quitté AMER sont celles pour lesquelles plus aucun membre n’est listé dans les archives. Au contraire, pour les familles comptées comme toujours présentes, il est possible que certains membres soient partis seuls ou en petit groupe mais les archives indiquent qu’au moins une personne du foyer continue d’habiter dans le quartier.

  • 20 APP, ID16 04.
  • 21 APP, ID16 05.
  • 22 49 hommes seuls listés sur le recensement racial de 1940 ont été identifiés comme ayant été arrêtés (...)

6En octobre 1940, 2 152 chefs de famille d’AMER ont fait recenser leur foyer comme juif auprès de leur commissariat de quartier20. Un an et demi plus tard, en juin 1942, 3 243 Juifs de plus de six ans, répartis en 1 611 foyers, sont venus chercher l’étoile jaune dans ce même commissariat21. Entre les deux dates, le nombre de foyers juifs d’AMER a donc diminué de 25 %. Seule une petite part de cette baisse – correspondant à peine plus de 2,5 % du nombre de foyers juifs en 1940 – peut être attribuée à des arrestations : le nombre de foyers juifs d’AMER identifiés comme ayant été entièrement anéantis par les rafles de 1941 et du début de l’année 1942 – tous des foyers composés d’un homme seul, pour la plupart arrêtés lors de la rafle dite « du billet vert » le 14 mai 1941 – est de 5722. Quelque 500 autres familles ont donc quitté leur domicile du 3e arrondissement, ou tout au moins ont caché leur présence aux autorités, avant l’été 1942.

  • 23 APP, BA 2433.
  • 24 Sur 1 399 foyers mentionnés à la fois dans le recensement racial de 1940 et sur les listes des étoi (...)
  • 25 J. Adler, The Jews of Paris, op. cit., p. 12.

7Les archives liées aux opérations de confiscation des radios à la fin du mois d’août 1941 nous permettent d’affiner la chronologie des départs23. Le croisement de cette liste avec celle du recensement racial de 1940 et celle des étoiles jaunes de 1942 nous permet d’estimer que près d’un tiers des foyers juifs présents dans AMER en 1941 ont remis leur poste de radio à la police ; les autres n’en avaient pas, les ont gardés, les ont vendus ou les ont donnés24. Puisqu’il y a un total de 542 foyers d’AMER sur cette liste, le nombre total de foyers juifs dans le quartier peut être estimé à 1 842. Ce chiffre indique donc une diminution du nombre de foyers juifs d’AMER de 14,5 % entre octobre 1942 et août 1941, suivie d’une baisse de 12,5 % entre août 1941 et juin 1942. Ces chiffres semblent par ailleurs cohérents avec la chute de la population juive du 3e arrondissement de 21 % reportée par Adler pour la période entre octobre 1940 et décembre 194125.

  • 26 Serge Klarsfeld, Le calendrier de la persécution des Juifs en France, juillet 1940-août 1944, Paris (...)
  • 27 Il est bien entendu possible que certains de ces cas ne soient en fait pas ceux de personnes qui ar (...)
  • 28 APP, ID16 04 et ID16 05.

8En outre, la comparaison des trois listes mobilisées met en exergue le fait que les changements de la population juive d’AMER durant la première année et demie d’occupation ne se limitent pas aux conséquences plus ou moins directes des persécutions (i. e. les arrestations et les fuites), mais sont aussi liés à des événements « ordinaires » de la vie des familles concernées : pour les familles juives, comme pour toutes les familles parisiennes, la vie ne s’arrête pas totalement avec l’occupation allemande, et des événements tels des mariages ou des naissances conduisirent des foyers à déménager vers ou hors d’AMER, en fonction des besoins et des possibilités de logement, et ce au moins jusqu’au 7 février 1942, date à laquelle une ordonnance allemande interdit aux Juifs de la zone occupée de changer de domicile26. Il est possible d’identifier ceux qui s’installent nouvellement dans AMER, c’est-à-dire ceux qui n’apparaissaient pas sur les listes précédentes27. Ainsi, 212 foyers sur les 1 611 listés sur les listes relatives aux étoiles jaunes ne sont pas mentionnés dans le recensement racial de 194028. À l’inverse, il n’est pas possible d’identifier ceux qui partent indépendamment des persécutions parmi tous ceux qui quittent AMER. Néanmoins, il semble raisonnable de considérer que le nombre de familles quittant AMER pour des raisons ordinaires est comparable au nombre de familles arrivant à AMER dans les mêmes circonstances. Ainsi je postule que ces déménagements « normaux » n’ont pas d’effets particuliers sur le nombre total d’habitants juifs d’AMER pendant l’Occupation et qu’ils correspondent simplement à un renouvellement de la population juive de l’ordre de 13 % entre octobre 1940 et juin 1942. La figure 1 résume l’ensemble des estimations de l’évolution de la population juive d’AMER sur cette période.

  • 29 Voir par exemple Jacques Semelin, Persécution et entraide dans la France occupée : Comment 75 % des (...)
  • 30 Le khi² (ou chi²) est un indicateur statistique de liaison entre deux variables (ici, la taille du (...)
  • 31 Ce chiffre est plus élevé que la diminution de la population reportée précédemment puisqu’il inclut (...)
  • 32 N. Mariot et C. Zalc, Face à la persécution, op. cit., p. 128.

9Les estimations des nombres de départs de familles juives présentées ci-dessus conduisent à poser la question de l’identité de ceux qui sont partis d’AMER avant l’été 42 et, inversement, de ceux qui restent. Le recensement racial de 1940 indique le nombre de membres de chaque foyer juif ; il est donc possible d’étudier l’effet de la taille des foyers sur le processus de fuite. Les historiens de la Shoah ont déjà relevé le fait qu’il était plus difficile pour des familles nombreuses d’organiser leur départ et de prendre la route29 ; cette thèse est supportée par l’analyse statistique présentée dans le tableau 130. Alors qu’en moyenne 34 % des foyers juifs présents à AMER en 1940 n’y habitaient plus en juin 194231, c’est le cas pour 43 % des individus qui vivaient seuls mais pour seulement 27 % des familles de quatre personnes ou plus et cette différence est statistiquement significative. Des résultats similaires avaient été mis en avant par Nicolas Mariot et Claire Zalc dans le cas des Juifs de Lens32. Clairement, plus une famille est nombreuse, plus il lui est difficile de fuir. Au contraire, dès le début des persécutions, les individus vivant seuls semblent avoir davantage mis à profit leur mobilité accrue pour quitter Paris.

  • 33 J. Adler, The Jews of Paris, op. cit., p. 10. On utilise donc ici les chiffres rapportés par Adler (...)

10Étudier les effets du genre et de la nationalité sur les processus de fuite est plus compliqué puisque le recensement racial de 1940 ne fournit pas ces informations et qu’il n’a pas été possible de les collecter pour tous les individus. Néanmoins, il est possible d’utiliser les chiffres agrégés du recensement racial de 1940, rapportés par Adler concernant le genre et la nationalité des Juifs de plus de 15 ans comme point de comparaison, même s’ils ne sont fournis que par arrondissement et non par quartier administratif33. Ces limites, ainsi que l’existence d’un nombre, certes faible mais tout de même non négligeable, d’individus sur les listes des étoiles jaunes pour lesquels le genre ou la nationalité n’ont pas pu être déterminés, rendent toute tentative de test de comparaison statistique entre les deux groupes inopérante. Néanmoins, les données présentées dans le tableau 2 suggèrent que la proportion des individus ayant quitté AMER avant l’été 1942 est sensiblement plus importante chez les hommes que chez les femmes, et qu’elle est également légèrement plus importante pour les Juifs français que pour les étrangers. Surtout, il semble que proportionnellement les hommes juifs de nationalité française furent les plus nombreux à partir lors des deux premières années d’occupation. Ces résultats sont peu étonnants, dans la mesure où les cibles des premières rafles étaient systématiquement des hommes, et surtout des étrangers, ce qui signifie que, d’une part, les femmes étaient moins perçues comme risquant de se faire arrêter et, d’autre part, qu’un nombre important d’hommes juifs étrangers eut moins de temps pour fuir que les Français. Néanmoins, cela montre aussi que pour nombre d’hommes juifs français, il était clair que leur nationalité ne constituait pas une protection solide et que la fuite pouvait être considérée comme l’une des meilleures options pour échapper aux persécutions.

  • 34 Sources : APP, ID16 04, BA 2433 et ID16 05 ; S. Klarsfeld, Le Mémorial ; AN-CDJC F9.

Figure 1 : Évolution de la population juive d'AMER entre octobre 1940 et juin 194234

Figure 1 : Évolution de la population juive d'AMER entre octobre 1940 et juin 194234
  • 35 Les foyers pour lesquels tous les membres ont été arrêtés avant 1942 ne sont pas inclus dans cette (...)

Tableau 1 : Taille des foyers et départs entre automne 1940 et l’été 194235

Taille du foyer en 1940 Khi² (***) Restent au moins jusqu’en juin 1942 Partent avant juin 1942 Total
1 57 % 43% 100% (615)
2 68% 32% 100% (461)
3 71% 29% 100% (473)
4 74% 26% 100% (320)
5 69% 31% 100% (157)
+5 76% 24% 100% (67)
Total 66 % 34 % 100 % (2 103)
  • 36 Sources : J. Adler, The Jews of Paris, op. cit., p. 10 ; APP, ID16 04 et ID16 05 ; S. Klarsfeld, Le (...)

Tableau 2 : Nationalité, genre et fuite avant juin 1942, Juifs âgés de 15 ans et plus36

Nationalité et genre Population juive du 3e arrondissement en octobre 1940 Individus n’ayant pas quitté AMER avant juin 1942 (i. e. arrêtés ou ayant récupéré leurs étoiles jaunes au commissariat de quartier)
Hommes français 20 % (1 506) 16 % (444)
Hommes étrangers 29 % (2 197) 27 % (775)
Femme françaises 22 % (1 639) 22 % (628)
Femmes étrangères 29 % (2 172) 30 % (839)
Genre ou nationalité inconnu - 5 % (137)
Total 100 % (7 514) 100 % (2 823)

Le tournant de l’été 1942 : les grandes rafles et leurs suites

  • 37 Des dérogations furent également mises en place, notamment pour les femmes de prisonniers de guerre (...)
  • 38 Ibid., p. 85.
  • 39 Laurent Joly, « ‘Ils ont emmené votre maman et votre petite sœur…’ La grande rafle du 16 juillet 19 (...)

11À l’été 1942, l’intensification des persécutions marque un tournant pour la population juive parisienne, avec notamment la mise en place du port de l’étoile jaune suivie de grandes rafles qui, pour la première fois, concernent des familles entières. La rafle des 16 et 17 juillet 1942, dite rafle du « Vel d’Hiv » a un impact majeur sur la population juive d’AMER et de Paris en général : près de 13 000 hommes, femmes, et enfants juifs sont arrêtés dans la capitale. À AMER, le nombre d’arrestations dépasse les 550, soit près de la moitié du total des arrestations des deux quartiers pendant toute l’Occupation. Pourtant, les organisateurs de la rafle tablaient sur un nombre d’arrestations plus important encore. Après négociations, les autorités allemandes et la police française s’étaient mises d’accord sur les caractéristiques des individus à arrêter : Juifs apatrides ou de nationalité allemande, autrichienne, polonaise, tchécoslovaque et russe, âgés de 16 à 60 ans pour les hommes et de 16 à 55 ans pour les femmes37. Sur la base de ces critères, un total de 27 391 adultes devait être arrêté ; les enfants, pourtant finalement arrêtés en grand nombre, ne faisaient pas initialement partie du décompte38. Comme le fait remarquer Laurent Joly, avec « seulement » un tiers des adultes arrêtés sur le total prévu, l’opération est, du point de vue des autorités, un échec, et le 3e arrondissement ne fait pas exception39. Par manque de place, nous ne reviendrons pas ici sur les raisons, multiples, de cet échec. Les archives à notre disposition rendent en effet possible, en partie, l’identification des individus d’AMER ayant pu échapper à la rafle, soit parce qu’ils avaient déjà quitté leur domicile depuis des mois, soit parce qu’ils se sont mis à l’abri au dernier moment, mais ces questions feront l’objet d’une prochaine enquête.

  • 40 APP, BA 2433 et ID16 05. Seuls les individus de plus de six ans sont comptés ici pour pouvoir effec (...)
  • 41 Les archives consultées ont permis d’identifier 694 individus de plus de six ans arrêtés dans AMER (...)

12Malgré cet échec relatif, l’ampleur de la rafle, associée à un nombre croissant d’interpellations dans les semaines et les mois qui suivirent ainsi qu’à l’obligation du port de l’étoile, agit comme un signal supplémentaire du fait que rester chez soi, à Paris, en zone occupée, dans un domicile connu de la police, présentait un danger non négligeable pour les familles juives. Ainsi, pendant la deuxième moitié de l’année 1942, un grand nombre de Juifs continuèrent à fuir AMER, aussi bien parmi les familles étrangères qui échappèrent de peu à la rafle que pour le reste de la communauté juive. Alors qu’en juin 1942, 3 205 Juifs de plus de six ans s’étaient rendus au commissariat d’AMER pour se faire remettre les étoiles jaunes, ils ne sont plus que 1 124 (soit une baisse de 65 %) à venir au même commissariat en janvier 1943 pour faire apposer le tampon « Juif » sur leur carte d’alimentation40. Une partie de cette diminution drastique de la population juive d’AMER, de l’ordre d’un tiers, est bien sûr due au grand nombre d’arrestations qui se déroulèrent entre juin 1942 et janvier 1943, y compris pendant la rafle du Vel d’hiv41. Néanmoins, ces chiffres révèlent également que près de la moitié des individus qui vinrent chercher l’étoile jaune au début de l’été 1942 avaient quitté AMER ou étaient entrés dans la clandestinité avant janvier 1943 (tableau 3). La proportion d’individus non arrêtés ayant fui AMER sur cette période s’approche quant à elle de 60 %. Clairement, les départs après la rafle du Vel d’hiv sont massifs.

13Comme dans le cas des départs d’avant juin 1942, les archives consultées permettent d’identifier les catégories de populations les plus promptes à fuir après l’été 1942. Les listes concernant les étoiles jaunes et les cartes de rationnement rapportant toutes deux des informations pour chaque individu mentionné, il est même possible d’être un peu plus précis que pour la période précédente. Ainsi, le tableau 4 montre que pour la seconde moitié de 1942, hommes et femmes quittent AMER dans des proportions similaires. Les taux de départs varient, en revanche, de manière significative entre les Juifs français et étrangers (tableau 5). Contrairement aux 18 premiers mois d’occupation, les seconds partent en plus grande proportion que les premiers. Bien que dans les deux cas, les taux de départs soient élevés – 66 % pour les étrangers et 50 % pour les Français – ces chiffres semblent indiquer que les Juifs étrangers, dont la plupart ont vu des membres de leur famille arrêtés lors de la rafle du Vel d’hiv à laquelle certains ont eux-mêmes échappé de justesse, étaient dorénavant davantage soucieux de quitter leur domicile que les Juifs français qui étaient restés chez eux jusqu’alors. Les taux de départs varient également en fonction de l’âge (tableau 6). Alors qu’environ deux tiers des enfants et des adultes de moins de 50 ans quittèrent AMER, ce ne fut le cas que pour moins de la moitié des Juifs entre 50 et 60 ans, et que pour un quart de ceux de plus 60 ans. Vraisemblablement, l’intense et coûteux parcours pour quitter Paris n’était pas une option prisée par les plus âgés, certains ayant probablement préféré rester dans la capitale où ils n’avaient pas encore été visés par les rafles, que de se lancer dans un difficile et dangereux périple. Le tableau 6 rapporte également le très faible nombre de Juifs entre 21 et 30 ans vivant toujours ouvertement dans AMER en janvier 1943. Ces jeunes Juifs ayant toujours été parmi les catégories de population les plus à même de quitter Paris, étant une de celles les moins freinées par leurs obligations familiales ou leur état de santé, il n’en restait plus que quelques dizaines après presque deux ans et demi de persécution. Ce constat correspond à la situation décrite par Georges Wellers lorsqu’il raconte l’arrivée à Drancy de 1 496 Juifs étrangers raflés dans Paris en février 1943 :

  • 42 Georges Wellers, L'étoile jaune à l'heure de Vichy : De Drancy à Auschwitz, Paris, Fayard, 1973, p. (...)

Ce groupe était constitué surtout de grands vieillards et d’enfants. L’âge moyen de ce groupe était (y compris les enfants) de soixante-quatre ans et demi. Le plus âgé avait quatre-vingt-seize ans. C’est tout ce qu’on avait pu trouver dans Paris. Les jeunes et les valides avaient été arrêtés auparavant, ou s'étaient cachés. Les grands vieillards, les impotents et les enfants étaient les seuls restés à leur adresse grâce à l'illusion de sécurité que leur donnait leur âge ou leur infirmité.42

14Enfin, le tableau 7 montre la variation des taux de départs en fonction du nombre de membres par foyer. Dans la mesure où la taille des foyers reportée ici est celle indiquée dans le recensement racial de 1940, l’interprétation de ces chiffres est sujette à caution. En juin 1942, et a fortiori en janvier 1943, de nombreuses familles juives étaient déjà séparées suite aux arrestations ou parce que certains membres avaient pris la fuite alors que d’autres étaient restés. Les tailles des foyers reportées dans le tableau 7 ne correspondent plus totalement à la taille réelle des foyers en 1942. Ceci peut expliquer le fait que le tableau semble montrer que les familles nombreuses, en réalité les foyers de grande taille en 1940, furent celles qui partirent dans de plus grandes proportions dans les six derniers mois de 1942. En effet, il s’agit souvent des familles qui avaient retardé leur départ le plus longtemps possible à cause de la difficulté de voyager en groupe. Après l’été 1942, il est néanmoins probable que la plupart d’entre elles aient déjà été fragmentées par les arrestations ou les départs, facilitant ainsi les préparatifs de fuites, ou que, pour celles qui avaient pu rester groupées, la séparation était dorénavant considérée comme préférable face au danger de rester tous ensemble à une adresse connue de la police.

  • 43 Sources : APP, ID16 05 et BA 2433, S. Klarsfeld, Le Mémorial ; AN-CDJC F9.

Tableau 3 : État, en janvier 1943, des Juifs âgés de six ans et plus qui s’étaient vu remettre leur étoile jaune au commissariat de quartier d’AMER en juin 194243

Présents sur la liste relative à l’apposition du tampon « Juif » sur les cartes d’alimentation 1 054 32 %
Arrêtés 599 19 %
En fuite ou cachés 1 552 49 %
Total 3 205 100 %
  • 44 Sources : APP, ID16 05 et BA 2433, S. Klarsfeld, Le Mémorial ; AN-CDJC F9.

Tableau 4 : Genre et fuite entre juin et décembre 1942. Juifs âgés de six ans et plus44

Genre Khi² (NS) En fuite ou cachés entre juin 1942 et janvier 1943 Présents à AMER en juin 1942 et en janvier 1943 Total
Hommes 59 % (609) 41 % (430) 100 % (1 039)
Femmes 57 % (832) 43 % (615) 100 % (1 447)
Total 58 % (1 441) 42 % (1 045) 100 % (2 486)
  • 45 Sources : APP, ID16 05 et BA 2433, S. Klarsfeld, Le Mémorial ; AN-CDJC F9.

Tableau 5 : Nationalité et fuite entre juin et décembre 1942. Juifs âgés de six ans et plus45

Nationalité Khi² (***) En fuite ou cachés entre juin 1942 et janvier 1943 Présents à AMER en juin 1942 et en janvier 1943 Total
Français 50 % (701) 50 % (693) 100 % (1 394)
Étrangers 66 % (663) 33% (334) 100% (997)
Total 58 % (1 364) 42 % (1 027) 100 % (2 486)
  • 46 Sources : APP, ID16 05 et BA 2433, S. Klarsfeld, Le Mémorial ; AN-CDJC F9.

Tableau 6 : Âge et fuite entre juin et décembre 1942. Juifs âgés de six ans et plus46

Âge Khi² (***) En fuite ou cachés entre juin 1942 et janvier 1943 Présents à AMER en juin 1942 et en janvier 1943 Total
6 à 20 ans 67 % (459) 33 % (223) 100 % (682)
21 à 30 ans 66 % (180) 34 % (91) 100 % (271)
31 à 40 ans 63 % (311) 37 % (179) 100 % (490)
41 à 50 ans 65 % (302) 35 % (163) 100 % (465)
51 à 60 ans 44 % (125) 56 % (158) 100 % (283)
61 et plus 24 % (76) 76 % (245) 100 % (321)
Total 58 % (1 453) 42 % (1 509) 100 % (2 512)
  • 47 Sources : Sources : APP, ID16 05 et BA 2433, S. Klarsfeld, Le Mémorial ; AN-CDJC F9.

Tableau 7 : Taille du foyer et fuite entre juin et décembre 1942. Juifs âgés de six ans et plus47

Taille du foyer Khi² (***) En fuite ou cachés entre juin 1942 et janvier 1943 Présents à AMER en juin 1942 et en janvier 1943 Total
1 52 % (170) 48% (155) 100% (325)
2 45% (195) 55% (241) 100% (436)
3 62% (348) 38% (212) 100% (560)
4 59% (289) 41% (202) 100% (491)
5+ 68% (290) 32% (139) 100% (429)
Total 58 % (1 292) 63 % (949) 100 % (2 241)

Les 18 derniers mois : de 1943 à la Libération

  • 48 Sur la soixantaine d’individus arrêtés mais non déportés, la plupart furent libérés sur ordre des A (...)
  • 49 Alexandre Doulut et Lucien Lazare, Ni héros ni salauds. La population a-t-elle protégé les Juifs en (...)

15La liste de janvier 1943 répertoriant les Juifs qui se sont rendus au commissariat d’AMER pour faire tamponner leur carte de rationnement est la dernière liste nominative d’individus juifs que nous avons pu trouver. L’étude de l’évolution de la population juive d’AMER pendant les 18 mois précédant la Libération est donc particulièrement complexe et nécessite la mobilisation et le recoupement de sources de nature différente. Tout d’abord, comme nous l’avons déjà fait pour les précédentes périodes, il convient d’estimer le nombre d’arrestations de Juifs dans AMER entre début 1943 et août 1944. Sur les 1 298 Juifs d’AMER qui se soumirent à l’obligation de faire tamponner leur carte de rationnement en janvier 1943, 209 furent arrêtés par la suite et 158 furent déportés48. Au moins 125 autres personnes, qui n’étaient pas sur la liste de janvier 1943, furent également arrêtées à AMER en 1943 et 1944. Dans la mesure où la quasi-intégralité de ces dernières apparaissent sur une des listes précédemment mentionnées, il s’agit donc vraisemblablement en majorité d’individus qui, bien qu’étant restés chez eux ou tout du moins très près de chez eux, commencèrent à dissimuler leur présence dans le courant de l’année 1942. Le déroulé des arrestations à Paris en 1943 et 1944 est connu : il s’agit d’un enchaînement de rafles qui touchent quelques centaines, voire quelques dizaines de personnes, et d’un flot ininterrompu d’arrestations individuelles49. À AMER, les Juifs étrangers sont toujours arrêtés en plus grandes proportions que les Juifs français, en particulier lorsque, au printemps 1943, les efforts se concentrent sur ceux qui ont échappé à la rafle du Vel d’Hiv, mais le nombre de Juifs français arrêtés ne cesse de croître et correspond à plus d’un quart des arrestations sur la période 1943-1944.

16Une fois les arrestations prises en compte, il reste à élucider ce qu’il s’est passé pour les 1 089 autres Juifs qui vivaient encore ouvertement à AMER en janvier 1943. Sont-ils restés chez eux jusqu’à la Libération ou le flux de départs a-t-il continué ? Et combien se sont cachés, chez eux ou à proximité, tout en cessant de révéler leur judéité ? Plus généralement, combien de Juifs vivaient encore à AMER à la Libération ? Aucune source ne nous permet de répondre à ces questions précisément, mais certaines archives, notamment celles liées aux spoliations, nous autorisent de proposer des éléments de réponse.

17En ce qui concerne le nombre d’individus cachés, nous pouvons extrapoler à partir du nombre de Juifs arrêtés à AMER après 1942 mais qui avait déjà cessé de se soumettre au contrôle en janvier 1943, qui est, nous l’avons déjà indiqué, de 125. Si l’on considère que le taux d’arrestation de ces Juifs clandestins est similaire à celui des Juifs connus des autorités (209/1298, soit 16 %), alors on peut estimer qu’environ 775 Juifs vivaient cachés dans AMER au début de l’année 1943. Cependant, le nombre réel de Juifs cachés est vraisemblablement encore supérieur, dans la mesure où il est probable que ces derniers aient été encore plus prudents que les autres et donc qu’ils aient finalement été arrêtés dans de moindres proportions.

  • 50 Isabelle Backouche et Sarah Gensburger, « Très Chers Voisins. Antisémitisme et Politique du Logemen (...)

18Afin d’estimer le nombre de fuites entre janvier 1943 et la Libération, il est possible de mobiliser des archives liées à la dépossession de Juifs et plus précisément celles qui permettent d’identifier que des appartements auparavant occupés par des Juifs sont vides ou réoccupés par d’autres habitants. Deux fonds d’archives ont ainsi pu être mobilisés. Le premier concerne la réaffectation d’appartements anciennement occupés par des Juifs, vides du fait du départ ou de l’arrestation de leurs occupants, à de nouveaux locataires, prioritairement des sinistrés, par un service de la préfecture de la Seine à partir du printemps 1943. Cette procédure de réaffectation des logements a été étudiée en détail par Isabelle Backouche, Sarah Gensburger et Eric Le Bourhis qui ont bien voulu me communiquer les références des 435 appartements d’AMER qui apparaissent dans ces archives50. Ces dossiers concernent soit des appartements effectivement réaffectés après intervention de la préfecture de la Seine, soit des appartements signalés comme vides dont la réaffectation n’a pas abouti ou s’est faite par d’autres voies. Si, dans ces archives, les informations concernant les précédents occupants sont très limitées – en effet, la préfecture de la Seine étant davantage intéressée par les caractéristiques du logement disponible et par le profil des demandeurs, les noms des précédents locataires sont fréquemment orthographiés de manière très approximative, voire sont même totalement absents dans certains cas – il a été possible d’identifier près de 300 familles juives qui apparaissaient également dans les autres fonds d’archives consultées.

  • 51 Concernant le pillage de ces appartements, voir Jean-Marc Dreyfus et Sarah Gensburger, Des camps da (...)
  • 52 Shannon L. Fogg, Stealing Home. Looting, Restitution and Reconstructing Jewish Lives in France, 194 (...)

19Le second fonds d’archive concerne « les demandes de restitutions du contenu des appartements de Juifs » vides pillés par les Allemands, notamment dans le cadre de « l’opération meuble »51. Dans le cadre de ses recherches sur les tentatives de récupérations de biens spoliés, Shannon Fogg a examiné les 6 435 demandes de restitution reçues par le service des Domaines52. Elle m’a aimablement communiqué les références des 263 demandes qui concernent des appartements situés dans AMER. Dans plus des trois quarts des cas, ces demandes ont pu être associées à l’une des familles juives identifiées précédemment. Par ailleurs, 66 cas concernent à la fois des familles dont l’appartement a été signalé à la préfecture de la Seine pour réaffectation et qui ont fait des demandes de restitutions.

20Les deux séries d’archives concernent des appartements « vides », donc sans occupants, au moins temporairement avant la Libération ; elles permettent ainsi d’identifier les familles juives d’AMER qui ont quitté leur domicile ou qui ont été arrêtées. Plus exactement, il est fréquent que certains membres de ces familles aient été arrêtés alors que les autres ont pu fuir AMER. En effet, sur les 435 appartements qui apparaissent dans les archives du processus de réaffectation des logements de Juifs par la préfecture de la Seine, 171 (soit 40 %) étaient occupés par des familles dont au moins un membre a été arrêté et déporté depuis AMER. Mais pour les deux tiers de ces 171 foyers, tous les membres de la famille n’ont pas été arrêtés, ce qui signifie que, dans la plupart des cas, les familles dont les appartements ont été réaffectés furent séparées par les arrestations et les fuites.

21Pour en revenir à la question des départs des Juifs d’AMER après janvier 1943, les deux séries d’archives susmentionnées indiquent que, sur les 732 familles qui avaient encore au moins un membre présent à AMER lors de l’apposition du tampon « Juif » sur les cartes d’alimentation, 118 ont vu leur appartement signalé comme étant vide, réaffecté ou pillé. Sur ces 118 familles, 77 n’ont eu aucun membre arrêté à AMER après janvier 1943. Cela signifie donc qu’au moins 10 % des familles juives présentes à AMER en janvier 1943 prirent la fuite avant la Libération. Clairement, même si les départs sont moins nombreux qu’en 1941 ou 1942, certains Juifs continuent de fuir Paris jusque dans les derniers mois de la guerre. Par ailleurs, les archives mobilisées ne permettent pas d’identifier l’intégralité des appartements vides, et donc des départs : certains ont pu ne pas être signalés à la préfecture ou être reloués directement sans que la préfecture ne soit au courant de la vacance, tous n’ont pas été pillés, certaines familles n’ont jamais fait de demande de restitution. La proportion réelle des familles juives ayant quitté AMER après janvier 1943 est donc très certainement supérieure à 10 %. Malgré ces limites, ces chiffres permettent néanmoins d’avancer des estimations a minima et d’affirmer que moins de 850 Juifs, répartis dans au plus 520 foyers, vivaient encore au grand jour dans AMER à la Libération. La comparaison de ces estimations avec les chiffres du recensement racial d’octobre 1940, qui comptait, on le rappelle, environ 5 600 Juifs dans AMER, indique donc une diminution de la population juive des deux quartiers administratifs d’au moins 85 % au cours de l’Occupation.

Conclusion

  • 53 Le nombre total de déportés pour lesquels la dernière adresse connue se situe dans AMER est de 1327 (...)
  • 54 En l’absence des prénoms et des dates de naissance de l’intégralité des individus membre des foyers (...)

22Au cours de cette enquête, j’ai pu mettre en évidence la très forte diminution de la population juive d’AMER au cours de l’Occupation. Si au moins 85 % des Juifs de ces deux quartiers administratifs disparurent sous l’effet des persécutions, cette diminution drastique n’est pas homogène dans le temps et résulte de divers processus. Près d’un tiers de ces disparitions résulte directement de déportations depuis AMER53, le reste correspond à des fuites, ou tout au moins à des individus qui cachent leur identité juive aux autorités ce qui les conduit vraisemblablement à quitter leur domicile. La fuite n’est bien évidemment pas synonyme de survie ; des individus originaires d’AMER ont été arrêtés en zone libre ou ailleurs lors de leur périple, mais identifier chacun d’entre eux reste un long travail à réaliser54. L’analyse nous permet tout de même d’affirmer que, si les départs d’individus juifs sont nombreux tout au long de l’Occupation, les hommes français et les personnes vivant seules sont ceux qui partent dans de plus grandes proportions avant l’été 1942. Par la suite, les catégories qui fuient AMER en plus grand nombre sont les étrangers et les personnes de moins de 50 ans, c’est-à-dire ceux qui ont été visés par les rafles. Les familles nombreuses, dont beaucoup sont alors morcelées par les arrestations et les départs, prennent également la route dans de plus grandes proportions après l’été 1942. Les personnes âgées, dont la mobilité est limitée, sont celles qui, le plus souvent, restent chez elles. Enfin, l’analyse montre que les départs ne s’arrêtent jamais complètement ; si les fuites sont moins nombreuses à partir de janvier 1943 qu’elles ne l’étaient auparavant, elles concernent tout de même au moins 10 % de la population juive qui vit encore à AMER à cette date.

23La quantification de ces fuites depuis AMER, et donc de la diminution de la population juive de ces quartiers, n’a pu être possible que par le truchement du croisement minutieux, nom par nom et adresse par adresse, de la dizaine de listes et de fonds d’archives faisant état de la présence ou de l’absence des Juifs d’AMER chez eux à différentes dates entre octobre 1940 et août 1944. Les listes nominatives, par foyer ou par individu, conservées par le commissariat de quartier d’AMER ont constitué la base de cette analyse. Mais l’affinage et la complétude de la chronologie des départs n’ont pu se faire que grâce aux archives liées à la dépossession des biens et des logements des Juifs parisiens. Les listes liées à la confiscation des radios ont permis de confirmer la présence de certaines familles juives à AMER en 1941. Au contraire, les archives relatives à la relocation et au pillage d’appartements ont permis d’identifier les absences, et donc les départs, de certaines des familles juives d’AMER. Si, contrairement aux recensements raciaux, ces archives n’ont pas été produites avec l’objectif d’identifier ou de quantifier la population juive, elles ont pu être mobilisées, dans le cadre du présent travail de recherche, à ces fins.

24Cet article veut donc également être un exemple de ce que le croisement de sources de différentes natures dans le cadre d’études historiques quantitatives a à offrir. Il se veut également comme une illustration des bénéfices du partage de données archivistiques entre chercheurs : le partage, par les collègues susmentionnés, de données issues de fonds d’archives que je n’ai pas moi-même dépouillés a permis de mener cette recherche à bien. Enfin, les conclusions de cet article conduisent à de nouvelles questions : que se passe-t-il à la Libération pour les quelque 3 000 Juifs d’AMER qui sont partis pendant l’Occupation ? Où sont-ils allés ? Combien ont survécu ? Combien reviennent chez eux, dans leur quartier ? La recherche concernant la population juive d’AMER devra donc se poursuivre à l’aide du croisement de nouvelles sources archivistiques.

Haut de page

Notes

1 USC Shoah Foundation Visual History Archive, Interview 38293, Irene Robinson, 1er janvier 1998.

2 Jacques Adler, The Jews of Paris and the Final Solution: Communal Response and Internal Conflicts, 1940-1944, New York, Oxford University Press, 1987, p. 4-14. L’origine exacte du rapport relatif au recensement racial d’octobre 1940 utilisé par Adler n’est pas précisée. Les documents cités, initialement conservés à l’Institute of Contemporary Jewry de l’Université Hébraïque de Jérusalem, n’ont pu être consultés.

3 Ibid., p. 11.

4 Ibid., p. 12.

5 Ibid., p. 13.

6 Ibid., p. 14.

7 Nicolas Mariot et Claire Zalc, Face à la persécution, 991 Juifs dans la guerre, Paris, Odile Jacob, 2010, 302 p.

8 Il existe un seul commissariat de secteur pour les deux quartiers administratifs, alors qu’il y a en général un commissariat par quartier. Archives de la préfecture de Police (désormais APP), BA 2433 et sous-série ID16.

9 Caroline Piketty, Christophe Dubois, Fabrice Launay, Guide des recherches dans les archives des spoliations et des restitutions, Mission d'étude sur la spoliation des Juifs de France, Paris, La Documentation française, 2000.

10 APP, BA 2433 et ID16.

11 Laurent Joly, L'antisémitisme de bureau : Enquête au cœur de la préfecture de Police de Paris et du Commissariat Général aux Questions Juives, 1940-1944, Paris, Grasset, 2011. Pour le détail de la destruction et de la conservation des archives produites dans le cadre du fichage des Juifs, voir p. 316-345.

12 Serge Klarsfeld, Le mémorial de la déportation des Juifs en France, Paris, B. et S. Klarsfeld, 1978 ; Serge Klarsfeld et Jean-Pierre Stroweis, « Le Mémorial de la Déportation des Juifs de France », version en ligne, 2019, https://stevemorse.org/france/. Les données de cette source sont mentionnées ci-après par : S. Klarsfeld, Le Mémorial.

13 Ce n’est, en réalité, pas systématiquement le cas, mais les décalages sont rares. Je renvoie à un article traitant plus spécifiquement des arrestations pour plus de détails sur cette question : Maël Le Noc, « Présence, proximités et disparitions. Une approche spatiale de la persécution des juifs, Paris, 1940-1944 », Histoire Urbaine, « Persécution des juifs et espace urbain. Paris 1940-1946 », n° 62, déc. 2021, p. 15-36.

14 Ce « fichier » est en fait issu du regroupement de plusieurs fichiers. Pour une explication détaillée de leur origine, leur contenu et leur redécouverte, voir Laurent Joly, L’antisémitisme de bureau… op.cit., p. 316-345. Archives Nationales et Centre de Documentation Juive Contemporaine (ci-après AN-CDJC), série F9.

15 Lorsque la date d’arrestation n’est pas connue, elle est estimée tant que faire se peut à partir de la date de déportation et, le cas échéant, de celles d’autres membres de la famille.

16 Il convient par ailleurs de noter qu’une des listes du commissariat de quartier d’AMER utilisée plus bas, celle relative à la confiscation des postes de radio, est également un produit de la dépossession.

17 Renée Poznanski, Les Juifs en France pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Hachette, 1997 (2e édition), p. 57.

18 APP, ID16 04, recensement racial d’octobre 1940 ; APP, BA 2433, confiscation des postes de TSF et tamponnage des cartes d’alimentation ; APP, ID16 05, distribution de l’étoile.

19 Cette sous-estimation provient du fait que certains individus ne font pas systématiquement leurs démarches dans le commissariat de leur quartier. Ainsi, dans les listes du commissariat d’AMER, on trouve environ 5 % de références à des individus ou des ménages venant d’autres quartiers, souvent limitrophes. Ces données ont été retirées de notre analyse, afin de se concentrer sur les habitants d’AMER même que l’on pouvait retrouver dans d’autres sources en cherchant par adresse. Logiquement, il est probable qu’une proportion à peu près équivalente d’habitants juifs d’AMER ait fait leur démarche dans un autre commissariat et soit donc absente des listes consultées sans pour autant s’être soustraits aux obligations de recensement.

20 APP, ID16 04.

21 APP, ID16 05.

22 49 hommes seuls listés sur le recensement racial de 1940 ont été identifiés comme ayant été arrêtés avant juin 1942. Huit autres hommes ayant une adresse dans AMER mais non listés dans le recensement racial en 1940, et pour lesquels aucun autre membre de leur foyer n’a pu être identifié, ont également été arrêtés avant juin 1942. S. Klarsfeld, Le Mémorial ; AN-CDJC F9.

23 APP, BA 2433.

24 Sur 1 399 foyers mentionnés à la fois dans le recensement racial de 1940 et sur les listes des étoiles jaunes de 1942, dont on peut donc supposer qu’ils étaient présents à AMER entre les deux, 414 (soit 29,59 %) sont enregistrés comme ayant déposé leur poste de radio au commissariat d’AMER. APP, ID16 04, BA 2433 et ID16 05.

25 J. Adler, The Jews of Paris, op. cit., p. 12.

26 Serge Klarsfeld, Le calendrier de la persécution des Juifs en France, juillet 1940-août 1944, Paris, Fayard, 2001 (2e édition), p. 326.

27 Il est bien entendu possible que certains de ces cas ne soient en fait pas ceux de personnes qui arrivent dans AMER, mais d’individus qui décident de se soumettre aux contrôles alors qu’ils ne l’avaient pas fait auparavant. On peut néanmoins supposer que ces situations sont très rares, dans la mesure où la tendance est de se soustraire de plus en plus à ces mesures de persécution.

28 APP, ID16 04 et ID16 05.

29 Voir par exemple Jacques Semelin, Persécution et entraide dans la France occupée : Comment 75 % des Juifs en France ont échappé à la mort, Paris, Seuil-Les Arènes, 2013, p. 190.

30 Le khi² (ou chi²) est un indicateur statistique de liaison entre deux variables (ici, la taille du foyer et le fait de partir ou de rester). Il permet d’estimer s’il est vraisemblable que, statistiquement parlant, l’association entre ces deux variables soit liée au hasard, c’est-à-dire qu’elles soient indépendantes ou non. Le logiciel utilisé pour calculer le khi² renvoie la probabilité (p) que les deux variables soient indépendantes compte tenu des données d’observations. De façon conventionnelle, les chercheurs en science sociale considèrent que cette probabilité doit être inférieure à 5 % pour conclure que ces variables sont liées (et donc non indépendantes). Nous adoptons dans les tableaux ci-dessous les symboles conventionnels *** pour indiquer une probabilité inférieure à 1 % (forte évidence d’une liaison) et NS (non significatif) pour une probabilité supérieure à 10 % (pas d’évidence de liaison). Pour plus de détails sur le khi² dans le cadre d’études en histoire, voir par exemple Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte (Repères), 2008, p. 30-33.

31 Ce chiffre est plus élevé que la diminution de la population reportée précédemment puisqu’il inclut à la fois ceux qui ont fui AMER pour tenter d’échapper aux persécutions et ceux qui sont partis pour d’autres raisons, plus « ordinaires ». En effet, il n’est pas possible de faire la différence entre ces deux types de situation à partir des archives examinées, mais, comme mentionnée plus haut, la seconde catégorie ne concerne qu’un nombre limité de foyers.

32 N. Mariot et C. Zalc, Face à la persécution, op. cit., p. 128.

33 J. Adler, The Jews of Paris, op. cit., p. 10. On utilise donc ici les chiffres rapportés par Adler pour le 3e arrondissement, en présumant qu’il y a peu de différence entre la moitié sud de l’arrondissement et AMER.

34 Sources : APP, ID16 04, BA 2433 et ID16 05 ; S. Klarsfeld, Le Mémorial ; AN-CDJC F9.

35 Les foyers pour lesquels tous les membres ont été arrêtés avant 1942 ne sont pas inclus dans cette analyse. En effet, ils ne peuvent être considérés ni comme étant partis ni comme étant restés. Sources : APP, ID16 04 et ID16 05, S. Klarsfeld, Le Mémorial ; AN-CDJC F9.

36 Sources : J. Adler, The Jews of Paris, op. cit., p. 10 ; APP, ID16 04 et ID16 05 ; S. Klarsfeld, Le Mémorial ; AN-CDJC F9.

37 Des dérogations furent également mises en place, notamment pour les femmes de prisonniers de guerre, femmes enceintes ou ayant des enfants de moins de deux ans. Laurent Joly, L’État contre les Juifs : Vichy, les nazis et la persécution antisémite, Paris, Grasset, 2018, p. 83.

38 Ibid., p. 85.

39 Laurent Joly, « ‘Ils ont emmené votre maman et votre petite sœur…’ La grande rafle du 16 juillet 1942 à l’échelle du 3e arrondissement », Histoire Urbaine, « Persécution des juifs et espace urbain. Paris 1940-1946 », n° 62, déc. 2021, p. 37-57.

40 APP, BA 2433 et ID16 05. Seuls les individus de plus de six ans sont comptés ici pour pouvoir effectuer une comparaison avec la liste de étoiles jaunes. La liste contient également les noms de 87 enfants de moins de sept ans.

41 Les archives consultées ont permis d’identifier 694 individus de plus de six ans arrêtés dans AMER entre juin 1942 et janvier 1943. Parmi eux, 616 étaient allés chercher l’étoile jaune au commissariat d’AMER en juin 1942. Par ailleurs, 17 d’entre eux furent libérés avant janvier 1943. S. Klarsfeld, Le Mémorial ; AN-CDJC F9.

42 Georges Wellers, L'étoile jaune à l'heure de Vichy : De Drancy à Auschwitz, Paris, Fayard, 1973, p. 248.

43 Sources : APP, ID16 05 et BA 2433, S. Klarsfeld, Le Mémorial ; AN-CDJC F9.

44 Sources : APP, ID16 05 et BA 2433, S. Klarsfeld, Le Mémorial ; AN-CDJC F9.

45 Sources : APP, ID16 05 et BA 2433, S. Klarsfeld, Le Mémorial ; AN-CDJC F9.

46 Sources : APP, ID16 05 et BA 2433, S. Klarsfeld, Le Mémorial ; AN-CDJC F9.

47 Sources : Sources : APP, ID16 05 et BA 2433, S. Klarsfeld, Le Mémorial ; AN-CDJC F9.

48 Sur la soixantaine d’individus arrêtés mais non déportés, la plupart furent libérés sur ordre des Allemands parce qu’ils travaillaient pour les forces d’Occupation et quelques autres furent libérés pour des raisons de santé.

49 Alexandre Doulut et Lucien Lazare, Ni héros ni salauds. La population a-t-elle protégé les Juifs en France occupée ?, Lormont, Le bord de l’eau, 2019, p. 119. Laurent Joly, Dénoncer les juifs sous l’Occupation, Paris, CNRS Éditions, 2017, p. 111.

50 Isabelle Backouche et Sarah Gensburger, « Très Chers Voisins. Antisémitisme et Politique du Logement, Paris 1942-1944 », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, n° 62–2/3, 2015, p. 172–200. Isabelle Backouche, Sarah Gensburger et Eric Le Bourhis, « Spoliation et voisinage. Le logement à Paris, 1943-1944 », Histoire Urbaine, « Persécution des juifs et espace urbain. Paris 1940-1946 », n° 62, déc. 2021, p. 79-102.

51 Concernant le pillage de ces appartements, voir Jean-Marc Dreyfus et Sarah Gensburger, Des camps dans Paris. Austerlitz, Lévitan, Bassano. Juillet 1943-août 1944, Paris, Fayard, 2003, 323 p.

52 Shannon L. Fogg, Stealing Home. Looting, Restitution and Reconstructing Jewish Lives in France, 1942-1947, Oxford, Oxford University Press, 2017, 197 p. Shannon L. Fogg, « A landscape of loss: The geography of looting and restitution in Paris », Histoire Urbaine, « Persécution des juifs et espace urbain. Paris 1940-1946 », n° 62, déc. 2021, p. 59-78.

53 Le nombre total de déportés pour lesquels la dernière adresse connue se situe dans AMER est de 1327. S. Klarsfeld, Le Mémorial.

54 En l’absence des prénoms et des dates de naissance de l’intégralité des individus membre des foyers d’AMER déclarés juifs en octobre 1940, l’établissement d’une liste exhaustive de ces personnes arrêtées en fuite est particulièrement complexe. À ce jour, 310 déportés juifs originaires d’AMER mais dont la dernière adresse connue avant arrestation ne se situe pas dans AMER ont pu être identifiés. S. Klarsfeld, Le Mémorial.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Évolution de la population juive d'AMER entre octobre 1940 et juin 194234
URL http://journals.openedition.org/tsafon/docannexe/image/5437/img-1.png
Fichier image/png, 47k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maël Le Noc, « Évolution de la population juive parisienne pendant l’Occupation »Tsafon, 84 | 2022, 83-102.

Référence électronique

Maël Le Noc, « Évolution de la population juive parisienne pendant l’Occupation »Tsafon [En ligne], 84 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/tsafon/5437 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tsafon.5437

Haut de page

Auteur

Maël Le Noc

Institut des Sciences Sociales du Politique, Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search